[MEGA-THREAD] Quid des Amphétamines. En construction

  • Auteur de la discussion Auteur de la discussion CheesePizza
  • Date de début Date de début
C

CheesePizza

Guest
220px-Amphetamine-2D-skeletal.svg.png


Edito : Je ne vais pas refaire le topic consacré aux stimulants du SNC (système nerveux central) que nous avait très bien concocté Oogie mais juste le compléter, répondre aux questions souvent posées et apporter pleins de petits conseils pour la neurotoxicité et la dépendance. ChapelierFouyouyou

Sommaire :
1) Qu'est ce qu'une amphetamine ?
2) Les autres amphetamines
3) Les amphetamines hallucinogenes (DOx)
4) Le cas des cétones
5) Dépendance
6) Gestes du quotidien.


Intro : Qu'est-ce qu'une amphetamine ? D'abord son nom (amphetamine vient de Alpha-methyl-phenyl-ethyl-amine). C'est tout bête, une phenylethylamine (dérivé lointain de la dopamine, dérivé proche de la L-Phenylalaline).

amphetamineconstruction.jpg


Sa structure est très proche de la dopamine qui, elle, gère le systeme de la satisfaction, du plaisir, mais aussi le système psycho-moteur qui comprends la marche, les mouvements des yeux et cardiaques.
Sa particularité vient du groupe Methyl en position Alpha (c'est-à-dire la petite patte triangulaire qui se situe à droite) qui fait d'elle une molécule stimulante, anorexigène et euphorique.

Dans le cerveau, la dopamine est utilisée pour gérer les émotions et les mouvements psycho-moteur. Ca veut dire que, quand vous avez une émotion de plaisir par exemple (non pas une sensation de plaisir, qui, elle, sera gérée par le système lymbique des endorphines) les neurones pré-synaptiques envoient de la dopamine aux neurones post-synaptique pour que le message trace sa route et créer l'émotion de plaisir.

Dans le cas de l'amphetamine, cette dernière remplace la dopamine en sorte que, vu qu'elle lui ressemble vraiment énormément, le neurone la confond et la prends en compte. Or, la différence moléculaire entre la dopamine et l'amphetamine est très vite décelée et un effet différent de la normal apparaît : l'inondation dopaminergique du neurone suivant procurant un effet de bien être et de quiétude.

Bon, ca c'est bien beau mais l'amphetamine DCI n'est que la forme la plus simple des stimulants de type amphétaminique.


Les autres amphets

On appelle amphetamines les derivés de l'amphetamine dans le sens où ces substances ont au moins le groupe Phenylethylamine+un groupe Methyl en position alpha. Après, il peut y avoir des petits ajouts comme dans la MDMA, la methamphetamine, la PMMA ou bien la MDA.

Dans le cas de la MDMA (methylenedioxy-methamphetamine) il y a deux substitution : un premier groupe methylenedioxy à gauche (c'est-à-dire le petit chapiteau en forme de triangle) et la "queue" methylée de la methamphetamine (c'est-à-dire que cette amphetamine ne se termine plus par un groupe =NH2 mais par un groupe =CH3, à savoir le groupe methyl).

220px-MDMA_%28simple%29.svg.png

Methylene dioxy ----------- groupe methyl.


Dans le cas de la methamphetamine, on ne retrouve que la "queue" methylée. C'est la forme d'amphetamine substituée la plus simple qu'il existe.

200px-Methamphetamine-2D-skeletal-.svg.png


Il y a encore beaucoup d'amphetamine substituées (sur le groupe phenyl, en position alpha ou beta, etc.), je ne ferai pas le tour mais il y en a beaucoup. Chaque différence moléculaire engendre un effet particulier. Ainsi le groupe methyl de la methamphetamine donne un effet de puissance à l'amphetamine DCI, le groupe methylenedioxy de la mdma lui donne un effet love, les groupes methoxy et bromo du DOM lui donne un effet hallucinogène et stimulant unique.

Parlons-en des amphetamines hallucinogènes tiens ...


Les Amphetamines plus que stimulantes : Les amphets hallucinogènes.

Fait particulier des amphetamines, elles peuvent être lues par les socles dopaminergiques mais aussi serotoninergique des neurones. Or, si la dopamine régule les émotions de plaisir, la serotonine, elle, est très souvent impliquée dans l'hallucination (reucapture de la seroto et j'en passe).

Il est admis qu'une substitution de l'amphetamine ou de la phenylethylamine (PEA) sur le groupe Phenyl entraine une compréhension facilitée des socles serotoninergiques : En somme, quand la molécule à un petit truc sur le groupe phenyl, elle est lue comme une molécules lointaine de la seroto et moins comme une molécule proche de la dopamine.
Exemple du DOM :

200px-2%2C5-Dimethoxy-4-methylamphetamine.svg.png


La structure moléculaire du DOM est amphetaminique (groupe methyl en position alpha). Mais, ses deux groups Methoxy en 2 et 5 position + son groupe methyl en position 4 lui donne une ressemblance avec ce qu'attends le récepteur de serotonine : il est donc compris par deux récepteurs différents qui lui donnent alors deux effets différents. On appelle ca une synergie.

La MDMA subit le même traitement : sa structure proche de la methamphetamine lui donne un effet très stimulant ; sa structure methylenedioxy lui donne un effet hallucinogène : la synergie des deux lui donne cet effet très particulier qu'on appelle extase.


Le cas des cétones

Il est important de traiter les cétones dans ce thread car, mêmes si elles ne SONT PAS des amphetamines, elles leur ressemble évidemment beaucoup.
Les cétones sont des amphetamines qui possèdent une double liaison d'oxygène (mais oui, en haut là) ce qui font d'elles des cétones et non pas des amphetamines ^^

Rappelez-vous de la methamphetamine :

200px-Methamphetamine-2D-skeletal-.svg.png


Regardez maintenant la même molécule, mais version cétones : La Methcathinone

200px-Methcathinone_skeletal.svg.png



Les cétones subissent le même traitement que les amphetamines : ainsi, lorsqu'elles sont substituées en Methylenedioxy ou 4-methyl, un effet nouveau apparait. La Methylone est une version cétone de la MDMA, la mephedrone, une version cétone de la 4-methylamphetamine (ou 4-MA), la Methedrone, une version cétone de la PMMA, etc.

Les cétones sont largement distribuées depuis quelques années sur Internet et il est evident que leur engouement vient du fait qu'elles ressemblent et agissent comme des "petites" amphetamines. Seulement si la neurotoxicité des amphetamines est encore aujourd'hui incertaine, celle des cétones l'est encore plus.


Dependance aux amphetamines.

Pourtant véritable problème de société, cette dépendance est très méconnue.
D'abord parce que on sait peu de choses sur son mode d'action, aussi parce que l'heroïne et la cocaïne prennent toute la place mediatique et puis un peu aussi parce que les amphetamines sont réputées pour NE PAS êtres addictives.

Et pourtant, elles le sont. Elles le sont même beaucoup.

La dépendance aux amphetamines vient du fait que une utilisation abusive du systeme de récompense (système dopaminergique) déforme le cerveau jusqu'à un état de spécialisation qu'on appelle Etat de spécialisation amphetaminique critique. CCSS (Critical cerebral specialisation state).

Ce CCSS est tout bête : a force de donner des amphetamines au cerveau (qui vont vider les reserves dopa et qui vont accelerer son rythme), le cerveau se construit par plasticité neuronale à l'accueillir pour fonctionner.
Quand on en prends très régulièrement et pendant longtemps, il se créer des synapses à 5 ou 6 neurones post-synaptiques QUI NE PEUVENT tout simplement PAS fonctionner sans amphetamine.

Sans stimulant du SNC, cet Etat neuronal ne peut fonctionner, il atteint un etat critique de spécialisation et il lui faut des mois voire années pour se déspécialiser progressivement. Et cet état de spécialisation critique fait que, sans amphets, les neurones n'ont pas assez de dopamine pour fonctionner. Et pas assez de dopamine veut dire depression, replis sur soi, douleur mentale, etc.

D'où un problème de substitution : comment laisser la plasticité neuronale faire son travail de conversion tout en stimulant assez le cerveau pour ne pas qu'il souffre ? Une question que tout le monde se pose aujourd'hui.


Pour la prochaine partie, je vais passer en revue différents conseils que j'ai pu formuler, pèle-mêle. Ce ne sont pas toujours des conseils super géniaux mais ils m'ont permis de garder mon corps en a peu près bon état malgré une dépendance qui s'est très vite installée.

Ces conseils sont jetés sur le papier sans ordre mais j'essaierai d'expliquer pourquoi ils sont important. N'oubliez pas : les amphetamines / cétones sont des produits extrêmement dangereux pour la santé et il est très dommage que peu de personnes savent en réduire leur risques.


RDR des amphetamines : gérer la toxicité neuronale et physique, gérer la decente et adapter son alimentation


Cette liste de conseils est bien sure non exhaustive et peut s'appliquer à toutes les amphetamines : Mdma, speed, meth, mephedrone, methylone, etc.


La toxicité des amphetamines/cétones est d'abord cérébrale : toxines, plasticité neuronale étrange et rapide, épuisement des reserves en neurotransmetteurs, etc. Mais aussi physique : assèchement général du corps, épuisement des muscles, tachycardie et installation progressive d'un contre rythme cardiaque.

* Pour contre-carrer les effets secondaires, il est important de boire beaucoup. L'eau draine les toxines et les envoie dans les urines : il faut boire en petites quantités mais de façon très régulières pour que le corps se réhydrate petit à petit (inutile de boire 1l en deux minutes, tout va partir dans la pisse). Le corps se déshydrate très vite sous amphet, il est extrêmement important de boire surtout si vous dansez ou s'il fait très chaud par exemple (festivals).

* Pour éviter un épuisement total en neurotransmetteurs, il est important d'avoir une alimentation très riche en fruits et légumes (mais aussi viandes). En effet, les précurseurs de la dopamine, c'est-à-dire les blocs de construction qui permettent au cerveau de se régénérer en dopa viennent très souvent des plantes : Phenylalaline, L-Tyrosine, lévo-dopa et vitamines, il est important d'en ingérer beaucoup et de façon régulière pour essayer au maximum de combler les trous que provoquent les amphetamines.

* Pour la décente, il est important de prendre en compte que la dopamine régule le plaisir mais aussi le systeme psycho-moteur. En décente,il y a carence en dopamine. Sela veut dire qu'il y a de moins en moins de plaisir MAIS AUSSi qu'il y a de moins en moins de dopamine pour gérer les mouvements, les battements du coeur ainsi que les mouvements des yeux.
Il est donc important de dormir ou au moins, si vous n'y arrivez pas, de vous poser une petite demi-heure dans le noir, allongé. En effet, le noir permet aux yeux de se reposer (donc plus de dopamine pour autre chose) et s'allonger permet de ne pas utiliser de dopamine pour les mouvements (donc plus de dopamine pour autre chose).

Il ne faut absolument pas atteindre des états de fatigue extrêmes : lorsque vous avez fait une bonne soirée, de remuez pas le couteau dans la plaie : attendez de pouvoir boire ou manger, couchez vous un petit quart d'heure, assimilez un maximum de précurseurs dopaminergiques et buvez.

L'acharnement aux amphets fait de gros dégâts cérébraux et ce, en une seule prise. Continuer a consommer tout en dansant malgré la douleur et sans reposer ses yeux ni son cerveau épuise les reserves dopaminergiques sur quatre fronts ! Il est donc important de supprimer les fronts supprimables (danser alors qu'on ne peut plus) pour permettre au cerveau de se régénérer plus vite.

Personnellement, j'avais deux systèmes de décente possible, vous pouvez vous en inspirer (même s'ils sont à complèter).

a) Soit c'était une petite soirée et vers 3-4h du matin j'arrête toute prise. J'attends que les effets s'estompent petit à petit (fumer de l'herbe aide ^^), je me réhydrate et essaye de manger un peu en essayant de bouger le moins possible (callé dans un fauteuil en attendant une heure ou deux que la décente se passe bien).
Une fois la grosse fatigue arrivée, direction dodo avec quelques grammes de GHB. Le Ghb aide bien parce qu'il est antidepressif, antidouleur (anesthesiant), somnifere mais aussi bloquant-dopaminergique (c'est-à-dire qu'il concentre la dopamine dans les neurones pré-synaptiques et il la relâche au bout de 8h, il fait exactement l'inverse des amphetamines en gros).

Quelques heures de sommeil suffisent à être déjà beaucoup mieux. Le lendemain c'est fruits et légumes, repos et petite marche en fin de journée pour se stimuler un peu.


b) soit la soirée était en mode "Acharnement jusqu'à la fin" et autres "trois jours sans dormir ca me fait pas peur là dis donc" et là, c'est un peu la cata (mais ca arrive). Il est clair qu'au bout d'un moment, on ne pourra pas dormir. Ca, c'est à vous de juger mais si vous sentez que vous n'y arriverais pas, il est important d'arrêter quand même la prise.

Après une ou deux heures de repos en essayant de boire, manger, je vais faire une petite promenade : marcher utilise le système psycho-moteur et relance le système dopaminergique. Dans le sens où les amphetamines épuisent les reserves dopaminergiques, il est important d'ingérer ses précurseurs et de les stimuler par la marche pour régénérer le cerveau.

Après une petite marche, on attends que l'après-midi se passe et on se couche tôt. L'absence de sommeil pendant plusieurs jours fera le reste et vous fera passer une nuit de 14h ouaich ouaich.


* Il est important de comprendre cette notion de relance dopa. Quand vous prenez des amphet, vous videz la dopa (decente). Quand vous ingérer de la phenylalaline, par exemple, le cerveau va fabriquer de la dopa. Certes, mais elle doit être BIEN utilisée. La marche aide, beaucoup, car elle stimule et relance un système NORMAL de liberation de la dopamine.


* L'utilisation de substances pour aider en decente. Comme dit précédemment, le GHB et le cannabis aident. Mais l'alcool et les benzos aussi. Bien entendu, il vaut mieux prendre moins de stimulant pour ne pas être obligés d'utiliser ces substances. Faites attention à ne pas faire de mélanges (GHB/alcool ; alcool/benzo) qui pourraient être dangereux et a ne surtout pas vous prendre de cuite après une longue nuit aux amphets : l'alcool déshydrate aussi.

A vous de voir mais n'utilisez SURTOUT PAS de regulateurs dopa/seroto, ils sont très dangereux pour votre état psychique (sydrome serotoninergique, pharmapsychoses, etc.)


* Avoir une alimentation riche en fruits & Légumes les jours suivant. Comme vous pourrez lire sur la fiche mdma, cette derniere (et elle n'est pas seule) inhibe la reuptake de la seroto PENDANT DEUX SEMAINES. il est donc très important de suivre son alimentation pendant plusieurs jours après la prise.
En effet, les stimulants ont souvent une actions sur plusieurs jours, il faut donc ingérer des précurseurs en excès pendant plusieurs jours afin de contre-carrer une éventuelle depression ou replis sur soi (voire envies suicidaires) qui peuvent survenir par effet secondaire.


* Enfin le sevrage.
Le sevrage aux amphetamines est très compliqué (comme tout sevrage). Il faut d'abord gérer le sommeil en retard (dormir 2jours sans s'arrêter est très... etrange), gérer les divers manques et/ou carences, gérer les soucis neuronaux de la dépendance et aussi gérer les divers soucis psychologiques (decente sur plusieurs jours puis fatigue/fragilité psychique sur plusieurs mois).

Comme dit précédemment, une longue période de stims déforme le cerveau et il peut mettre des mois voire des années (voir irreversible dans certains cas) avant de retrouver un fonctionnement normal.
Il est donc important de changer complètement son alimentation et son mode de vie pour survivre à un sevrage amphetaminique de plusieurs années.

Beaucoup d'ex-toxicomanes aux amphets sont maintenant végétarien par exemple.
Il faut continuer de boire beaucoup beaucoup d'eau, même plusieurs mois après l'arrêt (J'ai encore les yeux secs perso) et ne pas hésiter à prendre deux dolipranes en cas de migraines ophtalmique, ca, faut s'attendre à douiller.

Avoir une activité sportive ou au moins marcher régulièrement aide beaucoup. Contrairement à ce qu'on pense, se reposer n'est pas la meilleur solution : il faut se reposer beaucoup puis se stimuler beaucoup.

Beaucoup de techniques sont mises aux points par les toxicomanes eux-même, comme une sorte de mode de vie contre un assèchement chronique et un demande cérébrale chronique.

Vous pouvez contacter différentes association en cas de dépendances, les toxicomanes aux amphetamines/cétones ont droit a des benzos (ca peut aider en cas de crise de nerf), des complèments alimentaire (qui coûtent horrrrrriblement cher) et une aide psychologie (indispensable).

N'oubliez pas le sexe et l'amour, une bonne façon de sublimer une eventuelle dépendance aux stimulant.
edit (6mois après) : l'amour, ah ah ah, putain j'ai ri.




Faites attention à vous,
ChapelierFou
D'après une idée de Groufette.

(Ce sticky sera réaménagé, complété et corrigé bientôt).
 
TaAke, parfois tu sais faire très peur.

Bon il va contenir quoi ce "mega-thread" -oh tiens c'est joli bluelight, je vais faire pareil, hé- ?

Comment ne pas se décrédibiliser, en tant que modo ? Doit-on adopter le ridicule "SWIM" (putain, non, dites "un singe a pris...", ça me fera mille fois plus plaisir) ? Qu'est-ce qui sera interdit, et pas ?

ET pourquoi ne pas re-parler des opiacés car 1) je m'inquiète de la non-prévention concernant le paracétamol contenu dans "les médocs qui shootent", le Subu injecté (augh non), toussa 2) je promets de gérer personnellement les guignols qui viendront se foutre sur la gueule en parlant de leur désintox (en mode kissékyalaplugross, "je souffre donc toi pas", etc). Si si.
 
Supervixen a dit:
Je promets de gérer personnellement les guignols qui viendront se foutre sur la gueule en parlant de leur désintox (en mode kissékyalaplugross, "je souffre donc toi pas", etc). Si si.

Vraiment?
 
L'initiative est trop belle pour fermer ce joli topic, enfin, je n'en prendrais pas personnelement la responsabilité. J'ai cyber milité (mouhaha) pour la section Opis, j'ai été assez désapointé de sa fermeture, et pour moi, rien de choquant dans le topic du furaddict.
Se discréditer en temps que modo, j'vois pas pourquoi ca serait le cas. Les modos ont le droit de se défoncer a ce qui les enchante (c'est les seuls d'ailleurs, bordel), et je trouve qu'un tel topic le crédibilise, plutot que l'inverse. Les connaissance, ca sert.
 
J'me prépare une bouffe et j'y réfléchis un brin.
 
Bravo, c'est vraiment du bon boulot. :bear:

Merci pour ce bon pan de RdR.

Si ça en interesse certains, je veux bien, dans le courant de la semaine ou la semaine prochaine, m'atteler à un brin de boulot en RdR concernant les opiacés en général et la codéine/dextropopoxyphène/tramadol en particulier.

Pourquoi ces trois la?

Parceque je les aime bien, les ai consommés, et ai bossé dessus (Ca a été le sujet d'un de mes papiers en pharmacogénétique :p ), donc je pense être capable d'expliquer/vulgariser le fonctionnement de ces molécules, et de pointer leurs dangers.

Et surtout, surtout, ce putain de paracetamol.
 
Merci, vraiment nickel... un chouette taf.
Saankan, j'attend ton papier avec impatience, surtout pour le tramadol.
 
Superbe, nickel, j'ignorais complètement que la MDMA inhibe la recapture de séroto sur deux semaines1 Voilà pourquoi je me prenais pour un prophète toute la fin aout! Saloperie, eet moi qui croyait avoir un atteint un niveau de conscience supérieur!

(s'en va en repentance)

Super fiche, mec, super fiche.
 
bein tu vois, en lisant ce post tu viens de me faire prendre conscience qu'il fallais vraiment que j'me calme sur la mdma,

déjà parce que j'ignorer les dépendances de ce type (enfin pas vraiment, mais j'y prenais pas trop attention en me disant que c'est surtout les opiacé et la coke qui rendrai dépendant) et savoir qu'il faut deux semaine pour remettre la machine en route je comprend un peu mieux pourquoi j'ai passer 4 jours atroces...

Question, quand tu parle d'un usage abusif, un ou 2 week-end par mois a max 500mg, ca rentre dans l'abusif avec risque de dépendance ?
 
Certes, la MDMA n'est pas addictive, mais bon, qu'une molécule influe sur la chimie dans le cerveau à si long terme, ca fout un peu les boules...
 
HardCorePsycho a dit:
La MDMA n'est pas une amphetamine addictive, comme tout hallucinogènes en général.
WTF!!!

Ouais c'est vrai, c'est pas comme si y'avait MethAmphétamine dans MethyleneDioxyMethamphetamine.

Euuh plus sérieusement les cas d'addictions à la MD sont monnaie courante dans les centres de désintoxication.
Les hallucinogène n'agissent pas directement sur le circuit de récompense, c'est pour cela qu'ils ne sont pas addictifs.. sauf la MD, qui est sérotoninergique ETdopaminergique.
Et puis entre nous la MD c'est quand même plus un stim empathogène qu'un hallucinogène, non?
 
C'est vrai qu'il sagit plus d'un empathogène qu'un hallucinogène., mais elle est classé comme telle.
Je n'ai jamais eu vent de réelle addiction a la MDMA, a part le fait que certains soient très tristes quand ils n'en choppent pas quand ils sortent, mais là on ne peut pas vraiment parler de dépendance. Puis c'est pas une molécule qu'on prendrai tout les jours, pour ma part en tout cas.
 
Y'a pas de dépendance physique avérée à la MDMA si je ne m'abuse.

Par contre, la psychologique est réputée violente.

En parlant de MD, j'suis passé sur wiki y'a pas longtemps, la liste des substances qu'on peut avaler en pensant gober de la MDMA (taz) est plutôt décourageante -_-'

Les analyses des comprimés vendus sous le nom d'ecstasy montrent qu'un tel comprimé peut contenir :

* de la MDMA ou des molécules similaires : MDA (3,4 méthylène-dioxy-amphétamine), MDEA (3,4 méthylène-dioxy-éthylamphétamine), MBDB (2-méthylamino-1-(3,4-méthylènedioxyphényl)butane) ;
* des molécules proches : 2CB (4-bromo-2,5-diméthoxyphénethylamine), DOM (2,5-diméthoxy-4-méthylamphétamine), DOB (2,5-diméthoxy-4-bromoamphétamine) ;
* des molécules voisines : amphétamine, méthamphétamine ;
* des médicaments divers : caféine, sédatifs, hormones, antipaludéens, corticoïdes, barbituriques...
* des substances diverses : craie, talc, lessive, pierre alun, etc.
 
Retour
Haut