Tutoriel : infusion d'huile au cannabis, de la décarboxylation à l'ingestion
#1
Je ne suis pas vraiment l'auteur de ce tutoriel car je ne consomme pas de cannabis Smile
Ces informations me viennent donc d'une tierce personne, qui ne souhaitait pas s'inscrire.
L'ensemble de ce processus est orienté vers un trip psychédélique hardcore : taux de THC à son optimum, choix d'herbes en conséquence, dosage conséquent, mode d'ingestion tourné vers le rush. Si vous cherchez une expérience plus calme, il faudra adapter la recette.


1 – Décarboxylation, la théorie
 
Le cannabis n’est pas actif naturellement : les cannabinoïdes sont sous forme acide et doivent éliminer du carbone pour devenir psychoactifs.
Si l’on ne s’en préoccupe pas quand on fume un joint, c’est parce que la chaleur de la cendre décarboxyle (enlève ce groupe carbone) en temps réel. Il faut donc reproduire cette décarboxylation dans le cas d’une ingestion, sinon ça ne fonctionne pas.
 
La chaleur est le moyen le plus simple, mais on ne peut pas non plus chauffer n’importe-comment car, en même temps qu’on transforme le THCA (THC acide) en THC (non acide), on dégrade le THC déjà existant en CBN (un simple sédatif). Il existe plusieurs optimums (température et durée) qui permettent de décarboxyler un maximum de THCA en détruisant un minimum de THC. Dépasser ces optimums produit quelque-chose de moins psychédélique et de plus sédatif.
 
[Image: K6d83.png]
 

Selon la théorie, la weed devra donc chauffer 50min à 106°C ou 30min à 125°C.
Mais elle est souvent déjà un peu décarboxylée naturellement (surtout les weed du "commerce" qui sont pas toujours les plus fraîches), ce qui fausse les temps ; il faut donc faire attention à ne pas faire pire que mieux à force de respecter scrupuleusement les instructions. Une bonne solution est de se fier au résultat en testant régulièrement la préparation au moyen d’une goutte sous la langue. Les muqueuses absorbent vite et, si l’on ressent un petit « buzz » (comparable à une bouffée de joint mais en plus faible), la préparation est potente et l’on peut s’arrêter.
Si l’on est vraiment puriste ou si l'on n'a pas de thermostat, on peut observer les bulles formées par le dégagement de carbone : lorsqu’elles commencent à faiblir, alors on est à l’optimum et il faut vite retirer la préparation (fonctionne mieux avec de grosses quantité de weed).
D’un point de vue psychédélique, il vaut mieux être trop prudent et avoir un résultat contenant encore du THCA que chauffer trop longtemps et que le résultat contienne du CBN (→ c’est souvent ce qui arrive aux space cake).
 
Si la préparation est réussie, l’ingestion sera beaucoup plus psychédélique qu’un joint (ces conseils sont donc valables uniquement en vue d’un trip psychédélique). L’autre raison est que l'estomac métabolise les cannabinoïdes en des composés plus durables que lorsqu'ils passent dans les poumons.
 
 
2 – Infusion, la théorie
 
Ce n’est pas tout ! Pour passer la barrière hémato-encéphalique, les cannabinoïdes ont besoin de s’attacher à un corps gras. Il va donc falloir faire infuser la weed avant de la consommer. Les cannabinoïdes ayant besoin de temps et de chaleur pour se fixer au corps gras, combiner la décarboxylation et l’infusion permet de gagner en temps et en précision.
Pour autant, il vaut mieux faire la première partie de la décarboxylation à l’air libre : ainsi, on s’assure que la weed soit parfaitement sèche avant d’être infusée. En effet, l’eau gêne la fixation des cannabinoïdes dans le corps gras. Comme la décarboxylation émet du gaz (carbone), ça permet aussi à celui-ci de s’évaporer sans gêne au moins au début.
 
On peut le faire dans du lait le plus complet possible (cf. bhang lassi), du beurre ou de l’huile.
L’auteur de ce tuto préfère l’huile d’olive pour les raisons suivantes :
  • plus grasse que le lait, l’huile permet d’accrocher – et donc de concentrer – un maximum de cannabinoïdes.
  • le point de fumée de l'huile d'olive est assez élevé (autour de 200°C), ce qui lui permet de rester longtemps au four sans problème (→ le point de fumée est la température à partir de laquelle l'aliment peut se dégrader et devenir nocif. Celui du beurre par exemple est de 130°C).
  • généralement le beurre est utilisé par les gens qui s'en servent ensuite pour faire des gâteaux. C’est une mauvaise idée car le gâteau doit encore être chauffé pour cuir, ce qui dégrade en CBN le THC présent dans le beurre.
Une préparation à l'huile permet donc de ne pas se préoccuper de concilier les durées de décarboxylation avec les durées de cuisson d'une recette de cuisine (généralement davantage qu'une demi-heure…) et de ne pas avoir à refroidir pour chauffer encore après (chaque transition exposant la préparation à une température non optimale où le THC se dégrade).
 
 
3 – Recette
 
Matériel : deux petits ramequins en terre cuite, un thermomètre de cuisine allant jusqu’à 150°C, un corps gras, du cannabis de variété Sativa.
Dosage : environs 0,75g de tête par grande cuiller à soupe. Cuisiner en quantité (au moins 4-5 cuiller) permet de mieux maîtriser la recette.
On peut aussi utiliser du haschich style malana cream mais attention ! C'est bien plus fort, alors il faut se contenter de 0,4g par cuiller à soupe.
 
Les temps de cuisson diffèrent selon la température choisie pour la décarboxylation. L’auteur du tuto préfère les températures assez basses car elles laissent plus de marge de manœuvre. Pour l’exemple, prenons donc 110°C.
  • Préchauffer le four avec dedans un ramequin rempli d’huile, ce afin d'en éliminer les résidus d’eau.
  • Une fois le four chaud (vérifier la température en mettant le thermomètre dans l'huile), mettre le second ramequin rempli de weed finement grindée. Attendre 10 min.
  • Verser rapidement l'huile sur la weed après une nouvelle vérification.
  • Touiller régulièrement tout en contrôlant la température (l'ensemble est toujours au four à 110°C).
  • 30 min plus tard, tester en se mettant une goutte sous la langue. Si l’on ressent un petit buzz, c’est bon ! Sinon, ajouter 5 min de cuisson. Ne pas dépasser le temps total indiqué sur les graphiques.
  • Sortir la préparation et la mettre directement au congélateur pendant 3 min, ce afin qu’elle ne reste pas longtemps à des températures intermédiaires.
  • En-dessous de 50°C c’est bon, il n’y a plus de risque de dégradation. Sortir la préparation et la laisser infuser encore une demi-heure à l’air libre, en touillant et en écrasant bien les morceaux.
 
4 – Ingestion
 
Cette partie-là est une question de préférences, mais voici la façon dont l’auteur du tuto aime procéder :
  • à jeun depuis 6h (pour un rush à la montée), deux cuiller à soupe d’huile cul sec (donc environs 1,5g de weed) + un biscuit pour faire passer.
  • à T+30min, manger qqch de basique (style pâtes ou riz) afin d’avoir du sucre et optimiser la digestion.
  • vers T+1h ou T+1h30, siroter un soda ou grignoter des bonbons (quelque-chose qui fasse plaisir tout en donnant encore du sucre).
  • et se caler dans le noir avec de la musique afin d’optimiser les effets.
 
Ce mode de consommation est déconseillé aux personnes n’ayant pas l’habitude de la weed à hautes doses, car ça « perche sévère » et y’a de quoi virer parano.
En cas de bad, boire beaucoup d’eau, manger (soda, biscuits, pâtes?) et se répéter : « l’OD est impossible, je ne vais pas mourir, accepte et profite ».
Le plateau dure 3h, puis il y a une descente assez sédative suivie généralement d’une bonne grosse nuit de sommeil. Il vaut mieux ne rien prévoir le lendemain du trip.
Les trips doivent être espacés d’au moins 4 jours si l’on souhaite garder une tolérance neutre. Sinon, il faudra augmenter les dosages.
Répondre
#2
Top, par contre , il est important de noter que cette methode de décarb vise a optimiser la quantité de THC ! Certains ne recherches clairement pas ces effets la dans la consommation de cannabis (je pense même la grande majorité des consommateurs lambda) pour qui la consommation de weed = collé au canapé. 

Je propose donc de préciser peut être dans le titre pour optimiser un taux de THC maximal Wink 
Je le passe aussi en sticky, parcequ'il est bien complet et qu'il serait dommage de le perdre !
Répondre
#3
J'ai édité et précisé en début de topic ! Par contre le titre est déjà assez long et je préfère laisser le mot-clef "décarboxylation".
La personne qui rate l'avertissement car elle a lu en diagonale, ça lui apprendra Angel
méditation                                                             
Répondre
#4
Super je ferais comme ça la prochaine fois . Ça m'arrive quand je veux vivre un trip et que je n'ai pas ou la flemme de prendre un psychédélique, je consomme de bonnes doses de THC en ingestion, et je suis rarement déçu .

Mais oui, il faut faire attention, j'ai souvent un sentiment de saturation qui peut mener à de la paranoïa et d'importants changements dans la perception du temps . Mieux vaut éviter les setting hasardeux comme des lieu publics, je préfère dans un intérieur confortable . Aussi, j'ai remarqué que quand le trip commençait à devenir relou et trop long, il m'était assez facile de m'endormir, contrairement aux psychés ou autres produits qui peuvent imposer de longues insomnies perché .
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
Répondre
#5
(07/01/2020 15:49)Indica a écrit : Super je ferais comme ça la prochaine fois . Ça m'arrive quand je veux vivre un trip et que je n'ai pas ou la flemme de prendre un psychédélique, je consomme de bonnes doses de THC en ingestion, et je suis rarement déçu .


 Sois prudent alors, je doute qu’une ego death soit ce dont tu as besoin maintenant
méditation                                                             
Répondre
#6
Citation :deux cuiller à soupe d’huile cul sec (donc environs 1,5g de weed)


D'autant que vu la dose indiquée, une ego death n'est pas improbable ^^
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
Répondre
#7
ouais 1.5g de weed c'est vraiment beaucoup pour une ingestion solo, surtout avec une décarb bien faite a moins que la weed ne soit pas forte du tout mais y'en a qui vrillent bien avec 0.5g

  • Indica
Répondre
#8
Autres recette, autre styles :

Beurre de cannabis au micro-onde (recette express)
Recette de space muffin
Huile alimentaire au THC
Tuto vidéo de préparation de space cake
Space foie gras
Boisson au cannabis (versions carniste ou végane)
Lait au chocolat, oeufs brouillés, gâteau et mousse au chocolat...

Angel
méditation                                                             
Répondre
#9
Il me semble d'ailleurs que j'avais fait un tuto pour ça aussi mais je sais plus si je l'avais posté x)
Répondre


Topics apparemment similaires...
Sad Infusion tabac ? Indica 2 324 07/01/2018 15:18
Dernier message: Indica
  huile de shit acx01b 31 36,673 17/02/2016 17:27
Dernier message: Mr.G
  Nouveau besoin d'infos à propos de l'inhalation/Ingestion AlphaMethyl 12 3,435 28/04/2009 12:30
Dernier message: MaladeMental
  Huile alimentaire au THC blooditrouvepaslegout 0 3,814 18/11/2008 16:24
Dernier message: blooditrouvepaslegout
  comment fumer l'huile? n@rco-tiX 3 11,619 17/03/2007 03:11
Dernier message: Psychoid
  huile de cannabis Horus 15 45,016 29/01/2007 00:44
Dernier message: Psychoid



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

à propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'autosupport francophone dédiée à l'information et à la réduction des risques sur l'usage des substances psychoactives.

              Quick Links

              User Links