S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


J'ai des grosses crises d'angoisse

#1
Bonjour, ces deux dernières semaines j'ai fait énormément de crises d'angoisses qui durent jusqu'à 6 heures lors de n'importe quel trip..

Je penses avoir énormément peur de l'overdose depuis que j'en ai fait une sous 2C-B, j'ai fini évanoui et à l'hopital, puis j'ai une amie qui en ai décédée..

Maintenant, dès que je trip sous n'importe quel substance possible, mon BPM passe de 90 à 160 au moins.

Les problèmes que j'ai sont :

- Hyperventillation
- Sensation de crise cardiaque constante
- Palpilation dans tous le torse
- Piquotement dans tout les doigts
- Sensation d'électricité dans tous le torse
- Peur de la mort, à chaque fois, j'ai l'impression que je suis en pleine crise cardiaque et que je vais mourir
- Oppression ultra importante, tout mon torse est très compressé
- Désequilibre important, j'ai énormément la tête qui tourne et j'ai l'impression que je vais m'évanouir 
- Douleur, mon coeur s'emballe et me fait très mal, la douleur est indéscriptible..

J'ai déjà été à l'hopital, ils ont rien trouvé dans mon sang mais j'ai un rendez-vous avec un cardiologue.. Avant je fumais le triple de ma dose et j'avais pas tout ça, disons que là, à chaque effort ou prise d'une drogue, je m'emballe dans ma crise, en pensant que je vais mourir.. Mon ancienne overdose ma laissé comme un gros traumatisme. 


J'aimerais savoir, est-ce que quelqu'un à des conseils pour soigner ça, j'aimerais aussi des retours si possible de personnes qui vivent ou ont déjà vécu la même chose, merci et bonne journée
#2
Io.
Je pense que tu mets le bon mot dessus, tu as vécu quelque chose de traumatisant et tu en paies les conséquences.
C'est tout à fait normal que ton corps te mette des signaux d'avertissement car il ne veut pas revivre ce que tu as pu expérimenter.

Dis toi bien que ce n'est pas définitif, mais peut être que c'est le moment de faire une pause (ou au moins de lever le pied sur les produits les plus psychédéliques - le cannabis étant très vicieux sur ce point). Tu peux aussi aller voir un psychologue pour en parler.

Dans tous les cas, porte toi bien, courage
#3
Salut @Bonshitsamère

Merci beaucoup d'avoir pris du temps à me répondre.. En effet, je n'ai jamais vécu aucun traumatisme de ce niveau là à l'époque et je penses vraiment que c'est un traumatisme que je risques pas d'oublier.

Pour ce qui est de lever le pied sur les drogues, j'en tient énormément compte, toute drogue stimulante je m'en sépare officiellement. J'ai chez moi une weed 90% Sativa & +25% de THC donc très puissante mais très stimulante à la fois, je vais réessayer une dernière fois avec une weed beaucoup moins forte et +80% Indica, en espérant que ça me détende au lieu de me faire des attaque de paniques aussi puissantes que celles-ci.

J'en ai parlé à ma famille & à l'hôpital, je suis très bien suivi que ce soit médicalement ou pour le soutient mental, bientôt je vois un cardiologue pour éclaircir la situation.

Mais à part continuer de prendre des choses non stimulantes comme de la Indica ou de la DMT, je ne vois aucune autre solution, actuellement je ne me projecte pas dans un futur sans drogues récréatifs, après, si je vois que mes crises de panique continuent, j'hésiterais pas à m'éloigner de tout ça pendant un bon moment. J'ai aussi lu que s'éloigner du contexte anxiogène pendant quelques temps pourraient me faire énormément de bien, je prévois une semaine au Cap-Vert, en espérant vite me rétablir. Bonne journée
#4
J'ai pas l'impression que tu m'aies compris. Ou si c'est pas le cas c'est un manque de volonté de ta part.

Les drogues stimulantes =/= drogues psychédéliques.

Et la question n'est pas là.

Si tu fais des crises d'angoisses quand tu consommes, arrête de consommer. Si maintenant tu t'obstines, c'est ta santé mentale que tu mets en jeu. T'es adulte, c'est ton choix.
Le récréatif tu peux le retrouver ailleurs que dans la consommation de produits. Consommer de la drogue c'est pas une partie de ton identité, tu peux t'en séparer.
#5
Bonshit a raison, pendant une période très dépressive je poussais les psychés comme un abruti cherchant un peu de plaisir et je bad dais tellement je dosais betement, je m'en fichais . Personnellement j'ai fini par me prendre des claques qui m'ont fait me remettre en question fort, depuis je ne consomme que de la weed et je m'en porte carrément mieux .

Et vu ce que tu décris je pense que Bonshit a raison stimule ou pas une grosse pause des psychés devrait te faire du bien plutôt que t'acharner a badder .
Les psychédéliques sont connus pour empirer l'angoisse et si on s'acharne ou fais pleins de crises d'angoisses meme sobre

Et en effet tu es plus qu'un consommateur de psyché pense a d'autres choses la vie est belle (bon la c'est l'hiver pas la saison la plus fun)
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

https://www.stopennui.net 
#6
(06/01/2022 06:54)Bonshitsamère a écrit :
Si tu fais des crises d'angoisses quand tu consommes, arrête de consommer. Si maintenant tu t'obstines, c'est ta santé mentale que tu mets en jeu. T'es adulte, c'est ton choix.
Le récréatif tu peux le retrouver ailleurs que dans la consommation de produits. Consommer de la drogue c'est pas une partie de ton identité, tu peux t'en séparer.


Dans l'absolu c'est une bonne réponse malheureusement le volontarisme ne fait pas tout.
Et je ne suis pas tout à fait d'accord sur l'identité.
Nos choix sont conditionnés par des ancrages et des habitudes fortement implantés. Changer tout ça c'est d'abord et avant tout remodeler une partie de cette projection du moi, cette fabrication abstraite qu'on nomme identité.

Ce qui veut dire accepter de changer les constructions psychologiques induites par les psychédéliques, donc effacer une partie de ce qu'on est. Et il ne faut pas imaginer que ce soit négatif. Une bonne partie de ce qu'on a construit DOIT être effacé et remplacé au fil du temps et des expériences quand on se rend compte que cette construction est néfaste.

Plus vite on fait le deuil des pans d'identité obsolètes plus vite on peut reconstruire son identité dans la bonne direction. En remplaçant la "passion" pour la drogue en passion pour un domaine plus sain par exemple.

De toute façon notre identité change et meurt un peu tout les jours, je ne suis plus le même être humain à 5 ans, à 20, à quarante ans.
Plutôt que de voir cela comme une petite mort, comme une nostalgie déjà installée, autant voir ça comme un changement qui arrivera de toute façon et qu'on oriente vers la bonne direction plutôt que la mauvaise.
Prolo casquette rpz.

"Ne nous suicidons pas tout de suite, il y a encore quelqu'un à décevoir"
E.Cioran

#7
Les crises d’angoisse c’est surtout dans la tête, donc en effet les psychédéliques sont à proscrire, au moins pour un long moment.
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#8
(06/01/2022 13:07)Mr Sandman a écrit :
(06/01/2022 06:54)Bonshitsamère a écrit :
Si tu fais des crises d'angoisses quand tu consommes, arrête de consommer. Si maintenant tu t'obstines, c'est ta santé mentale que tu mets en jeu. T'es adulte, c'est ton choix.
Le récréatif tu peux le retrouver ailleurs que dans la consommation de produits. Consommer de la drogue c'est pas une partie de ton identité, tu peux t'en séparer.


Dans l'absolu c'est une bonne réponse malheureusement le volontarisme ne fait pas tout.
Et je ne suis pas tout à fait d'accord sur l'identité.
Nos choix sont conditionnés par des ancrages et des habitudes fortement implantés. Changer tout ça c'est d'abord et avant tout remodeler une partie de cette projection du moi, cette fabrication abstraite qu'on nomme identité.

Ce qui veut dire accepter de changer les constructions psychologiques induites par les psychédéliques, donc effacer une partie de ce qu'on est. Et il ne faut pas imaginer que ce soit négatif. Une bonne partie de ce qu'on a construit DOIT être effacé et remplacé au fil du temps et des expériences quand on se rend compte que cette construction est néfaste.

Plus vite on fait le deuil des pans d'identité obsolètes plus vite on peut reconstruire son identité dans la bonne direction. En remplaçant la "passion" pour la drogue en passion pour un domaine plus sain par exemple.

De toute façon notre identité change et meurt un peu tout les jours, je ne suis plus le même être humain à 5 ans, à 20, à quarante ans.
Plutôt que de voir cela comme une petite mort, comme une nostalgie déjà installée, autant voir ça comme un changement qui arrivera de toute façon et qu'on oriente vers la bonne direction plutôt que la mauvaise.



Pas forcément d'accord avec ton postulat de départ sur l'identité : tu parles de l'identité comme étant un phénomène avant tout psychologique, alors que je présente plutôt une vision sociale de l'identité. T'es forcément acteur de ce que tu vis, et la manière dont tu te présentes, dans tes choix et le choix de tes influences agira sur qui tu es/veux être.

Pour le coté volontarisme, j'avais peur que ça soit compris comme ça. Le fait de consommer est bien plus complexe qu'un choix rationnel, évidemment. Par contre tu peux quand même bosser dessus, surtout quand t'es dans une démarche auto-destructrice et que tu t'en rends compte. Et que t'as reçu mille fois des conseils et avertissement à ce sujet.
#9
(06/01/2022 14:44)Bonshitsamère a écrit :
Pas forcément d'accord avec ton postulat de départ sur l'identité : tu parles de l'identité comme étant un phénomène avant tout psychologique, alors que je présente plutôt une vision sociale de l'identité. T'es forcément acteur de ce que tu vis, et la manière dont tu te présentes, dans tes choix et le choix de tes influences agira sur qui tu es/veux être.


Je ne crois pas vraiment en des choix de la manière dont tu les décris.

C'est à mon sens pourquoi 90% des personnes qui ne reçoivent pas d'aides extérieurs ne vont jamais changer.

Jveux dire, j'y ai cru comme toi à une époque et mon expériences et mes observations m'ont plutôt montré le coté pessimiste de la chose.

Maintenant je suis d'accord qu'on a aussi une identité sociale, mais il ne faut pas être naïf, je pense qu'Eau précieuse savait bien au fond de lui (ou elle) les réponses qu'on lui apporterait.

C'est parce que ce constat est malheureusement trop dur à avaler qu'on cherche des réponses magique auprès des gens.

Une habitude ancrée est multifactorielle et faut bosser sur tous les points, tes fréquentations, ton conditionnement, ton hygiène de vie.

En réalité la partie qui concerne l'arrêt pratique et définitif de la drogue ce n'est qu'une micro étape. Et je pense que cette partie peut même être ralentie par cette sensation d'être isolé face à ta propre volonté défaillante.

Si on prend en compte mon principe d'identité psychologique je trouve que c'est plus facile de se conditionner à remplacer des habitudes néfastes par d'autres habitudes. Mais comme tu le dit le social fait énormément à coté. De toute façon notre identité est toujours conditionné par la vision que les autres vont avoir de ce qu'on fait. Et même plus généralement les mœurs morale de la société, les aides disponibles, la vie amoureuse, etc...

(06/01/2022 06:44)Eau Precieuse a écrit :
J'ai aussi lu que s'éloigner du contexte anxiogène pendant quelques temps pourraient me faire énormément de bien, je prévois une semaine au Cap-Vert, en espérant vite me rétablir. Bonne journée


J'espère que ça te fera le plus grand bien. Autant d'angoisse sur des périodes rapprochées c'est pas vivable et ça finit toujours par dégénérer en stress chronique en dépression ou ce genre de connerie. Si t'arrive à prendre soin de toi maintenant avant de trop t'abimer ce serait bien.
Prolo casquette rpz.

"Ne nous suicidons pas tout de suite, il y a encore quelqu'un à décevoir"
E.Cioran

#10
Citation :- Sensation de crise cardiaque constante
- Palpilation dans tous le torse
- Piquotement dans tout les doigts

Citation :
- Douleur, mon coeur s'emballe et me fait très mal, la douleur est indéscriptible.


je ne suis pas medecin, je ne propose aucun diagnostique:

mais faut avouer que je suis SST, et t'es simptome que j'ais cité me font pensser à des problème cardiovasculaire!

en tout cas se que j'ais mis en gras c'est les signe avant courreur d'une crise cardiaque Exclamation

une conssultation chez au moins le génnéraliste.
Citation :Le tabac a été interdit dans les églises par le Vatican en 16041 et dans toute l'Europe. La France est l'un des premiers pays européen à l'avoir autorisé
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gis..._en_France








#11
Merci @Bonshitsamère @PSYCHOCRACK @Mr Sandman @Tridimensionnel @Acacia pour vos retours, j'en tiens compte à 100%, j'attend mon bilan au près d'un cardiologue le 01/02/2022 et je mettrais une update, bonne journée
#12
si un jour tu à une douleur comme un coup de poignard au niveaux du cardio, il faut absolument appeler les urgence imediatement, c'est un signe de crise cardiaque iminente!
Citation :Le tabac a été interdit dans les églises par le Vatican en 16041 et dans toute l'Europe. La France est l'un des premiers pays européen à l'avoir autorisé
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gis..._en_France








#13
Perso j'ai persisté comme toi puis à force de prendre des claques de plus en plus grosses un jour la peur et la souffrance est devenue plus forte que l'envie de consommer.
Si j'avais les moyens ça ferait longtemps que j'aurais entamé une thérapie type cognitive et comportementale.

Toutes consos de drogues (toutes confondues) autre que prescription médicale va contribuer à aggraver ton problème.
Ceci étant tu as le droit de continuer, tu n'as peut-être juste pas encore prit assez cher, mais je ne te le souhaite vraiment pas car ça laisse des séquelles de plus en plus grandes.

Bon courage.
Je suis une plante verte
#14
Pour le moment, réduire les dosages, espacer mes prises et me rendre compte que c'est des crises d'angoisses et pas des arrêts cardiaque, ça m'aide énormément. Quand ça commence je respire bien, et j'arrive à me focaliser sur autre chose
#15
J'ai pas de conseils à te donner Eau Précieuse, mais bonne chance, tu m'a l'air dans une mauvaise passe. Aussi indémerdable que ça puisse sembler le temps va faire son effet (c'est la meilleure médecine je pense). Je sais que c'est hyper dur à entendre quand t'es dans la tourmente mais des jours meilleurs t'attendent si tu ne nourris pas ces crises d'angoisse avec plus de prod.

Il y a assez longtemps, j'avais vécu un truc similaire bien que beaucoup moins véner. J'avais bouffé 1/4 puis 3/4 d'un taz en une heure , et en pleine montée pris une fat trace de ké. Résultat, l'impression que j'ai beaucoup trop de drogue dans mon corps, que je vais peut-être mourir. Puis je fais un black-out en faisant un calin à un pote et en le soulant de paroles. Je me reveille et je vais devant le mur avec les yeux qui partent en vrille (je louche fort) donc je vois double et en plus de ça j'ai des hallus. Je tape un mec avec mon épaule sans faire exprès, le mec me chope au col et je vois la scène à la troisième personne. Je parle à des inconnus en pensant les connaitre, l'une d'elle a un appareil photo et me prend en photo puis me la montre. La gueule que j'ai sur la photo, mâchoire, yeux qui louchent et tout, me fait peur et je fuis.

Après ça, j'ai eu pendant un moment, j'ai gardé en souvenir l'image de moi sur cette photo, ça me faisait peur par ce que justement ce n'était pas moi. Je pensais aussi au fait que j'étais pas passer loin de l'OD fatale ou de me faire casser la gueule. Mais cet épisode pas cool c'est aussi accompagné d'une renaissance. J'ai plus pris conscience de mes limites (j'avais 18 ans) et que plus de drogue ne voulait pas dire plus de fun.

Donc je sais que ça peut sembler hyper niais mais il n'est pas impossible que tu en ressorte avec un truc, une sagesse en plus, un fois que tu en sera ressorti.

Bises,
No more beating my brains, with the liquor and drugs... with the liquor and drugs.
#16
Salut @Skruffy ,
Merci pour ton retour qui m'a touché, je trouve ça assez rassurant d'avoir des retours de ce genre, grâce à tous les retours et ma lecture sur google, je suis déjà confiant sur le fait que ce n'est qu'une phase et pas un problème définitif et que je vais finir mort ou autre..

 ton histoire m'a énormément fait pensé à une histoire que j'ai eu il y a quelques mois.. J'ai pris un rail de 3-HO-PCP, 50mg pour être précis, sans connaître les dosages..

Le trip à été très dégoutant, j'avais l'impression que toute ma vue était entre le flou quelque chose de très sombre, mes yeux roulaient et même si je me focalisais sur une chose, il était impossible que j'arrive à voir ce que c'était.. Je voyais plus rien, je marchait de travers et très très lentement.

J'avais aussi cette impression de tout voir à la troisième personne, quand je fermais les yeux je me voyais dans un vaisseau spacial dans l'espace, je ressentais même les effets de la vitesse du vaisseau.. Ma vue était flinguée, toujours impossible à voir quoi que ce soit, j'ai allumé la télé pour regarder un film d'action, j'avais l'impression que le film était tellement mal fait, comme un court métrage d'ado et qu'alors le film en lui même est ultra bien.

J'avais aussi des pensée suicidaire, disont que 90% de mes pensées qui occupaient mon esprit étaient une très très grosse dépression et des pensées suicidaire, peur de la mort, peur de la personne que je suis devenu. J'ai même eu des flashback de moi, heureux quand j'étais petit.. Je revisualisait tous mon passé, de ma naissance jusqu'au présent, et je voyais tous les moments ou j'ai pu être heureux, et ou j'aurais pu avoir une bonne vie, cependant, chaque flashback de bonheur me faisaient me sentir de plus en plus faible mentalement, car à mes yeux, j'étais cuit.. Je pensais aussi à la vie de star, la vie de millionnaire.. la vie de rêve que j'aurais pu mener, et ça me rendait énormément triste de me savoir rien de tout ça, je me qualifiait comme dépressif, sur le point de mourir et toxico sur le moment même, j'avais raté toute ma vie, c'était un des pires sentiments de toute ma vie pour être honnête. Je veux une vie avec une femme, des enfants etc.. Mais sur le moment toute ma vie de A à Z était fini, j'était dévoué à sombrer dans le drogue et la dépression, et je me voyais pas tenir 2 heures de + en vie.

J'ai aussi essayé 40mg de DMXE, c'était un peu prêt un trip assez crade aussi, les dissociatifs c'est très différents des autres drogues que j'ai pu essayer, j'aime vraiment pas. Sous 3-HO-PCP j'ai eu une style d'overdose, ou un bad trip, qui ma fait énormément réfléchir, et sous 2CB, j'ai eu une overdose qui m'a permis d'arrêter les stimulants, comme quoi une bonne claque ça peut toujours me faire du bien.

J'espère évoluer dans la vie, passer à autre chose et oublier tout ça, ça en a pas l'air, mais ça reste énormément éprouvant pour mon mental
#17
Citation :3-HO-PCP, 50mg pour être précis

Ouf tu m'étonnes t'as pris cher .

Prend soin de toi .
Je dis ça sans le moindre jugement mais fais attention et prend soin de toi parfois tu n'es pas rassurant à lire .
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

https://www.stopennui.net 
#18
Je l'ai dit à Acacia en message privée, la DMT, va être prise que dans des contextes médicaux et expérimental, avec de légères doses et une grande méditation, il n'y a donc aucun but lucratif et amusant. ça peut m'aider à calmer mes crises d'angoisses et d'autres soucis personnels de ce que j'ai pu entendre, selon l'expérience de certains.
#19
Attention quand meme ça a plus de chances de les empirer que des les calmer .
C'est pas un trip qui va t'aider mais éventuellement le cheminement intellectuel qu'il te pousse à faire .
Et j'ai l'impression qu'on intègre bien mieux les "lessons" pour peu qu'il y en ait avec des prises bieeeeeeen espacées histoire d'avoir l'esprit clair quand on repense à nos perches .

Et comme je t'ai dit les dosages que tu évoquais moi, je voyais la réalité se fractaliser totalement . Teste d'abord dans les 5-10mg si tu y tiens .
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

https://www.stopennui.net 
#20
Coucou,

Un ancien du forum qui n'est plus présent avait eu un traumatisme sous Ayahuasca (donc DMT + IMAO) qui lui a provoqué un PTSD (choc post traumatique persistant), on peut encore lire un de ses témoignages ici : http://www.asud.org/2017/12/28/un-traumatisme-durable/

C'est très rare, mais ça arrive, et il faut parfois plusieurs années pour s'en remettre, j'espère que ce n'est pas ton cas et que tu vas réussir à t'en remettre plus vite, c'est juste pour te prévenir du risque, et qu'il est préférable si tu souhaites ne pas arrêter de faire d'abord du micro-dosing et monter vraiment très doucement dans les doses.

Pour la DMT je suis pas certain que ce soit la meilleure molécule car ça envoi fort vite et loin, et la dose entre le petit dosage et le gros voyage est parfois dur à trouver en montant dans les dosages.

Je comprend ton besoin de calmer tes crises d'angoisses, mais là où une molécule peut aider certaines personnes elle peut aussi parfois ne pas convenir à d'autres ; dans l'état actuel des choses il serait peut-être préférable que tu trouves d'autres options de soins et tester la DMT une fois que tu te sens déjà mieux.
#21
Se pose aussi la question : pourquoi, dans ce processus de soin, tenir à utiliser une drogue ? Il y a plein d'autres choses qui peuvent calmer les crises d'angoisse.
À mon avis, la réponse : une belle addiction psychologique qui mène droit vers un mur en béton armé !
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#22
En effet, actuellement m'imaginer un avenir plus sein sans drogues, c'est comme effacer un bout de ma personne. Après, ça ne veut pas dire que je ne puisse pas exclure les drogues les plus dangereuses, mais ce qui est de la DMT en Micro-dosages, j'ai eu pratiquement que des retours positifs. On parle de 5-15mg, pas de 30-60mg donc ça reste envisageable, après si c'est un traitement qui me convient pas au court comme au long terme, il y a d'autres alternatives que les " drogues ".
#23
(09/01/2022 14:30)Eau Precieuse a écrit :
prise que dans des contextes médicaux et expérimental


(10/01/2022 05:55)Eau Precieuse a écrit :
c'est un traitement


Tu prends de la DMT en contexte médical? Ou tu recrées un contexte pseudo médical pour justifier ta prise de drogue?
Vraiment, méfies toi de l'auto-médication. Sur l'internet tu trouveras toujours quelqu'un qui te décriras une solution miracle, et c'est beaucoup plus tentant de l'écouter que d'entendre les avis négatifs. Surtout quand on parle de consommation de drogue, c'est une manière de rester in.
#24
(10/01/2022 06:06)Bonshitsamère a écrit :
Tu prends de la DMT en contexte médical? Ou tu recrées un contexte pseudo médical pour justifier ta prise de drogue?


D'où le fait que je vais prendre un Micro dosage et non une dose réellement récréatif, c'est comme les gens qui prennent 5-20ug de LSD, je cherche un bienfait derrière et non une justification pour une prise de drogue.

Si c'était un simple trip que je voudrais faire, il n'y aurais pas tout ce contexte derrière, je m'ennuierais pas à me documenter sur le Micro Dosage, et je prendrais une dose jusqu'à 5 fois plus conséquentes que celle que je comptes prendre.
#25
Perso j'ai une hypersensibilité aux prods en général, et 15mg / 20mg de DMT d'un coup pour moi c'est l'hyperespace.

Après ça dépend de ta tolérance naturelle aux prods, mais sinon pour du micro-dosing je voyais plutôt 1mg ou 2mg pour test au début, ou 5mg mais prise en plusieurs fois en laissant bien 1mn ou 2mn d'intervalle entre chaque petite bouffée, et ensuite si tu sent vraiment rien de rien tu monte doucement dans les dosages (avec encore la technique d'attendre 2mn entre chaque petite bouffée ; je n'ai plus accès à la DMT mais pour la 5-MeO-DMT j'ai plusieurs fois été surpris par un effet + fort qu'attendu alors que je suis pourtant expérimenté).

Ça serait aussi bien qu'il y ai une personne de confiance avec toi au moment où tu le fais, d'autant plus ici car si les problèmes que tu as cité dans ton 1er post subviennent pouvoir en parler avec quelqu'un réduit de manière significative les risques de trauma long (y'a plusieurs études sur le sujet, la dernière en date que j'avais vu c'était sur les traumatismes dû aux attentats du Bataclan, là je dois bouger et j'ai pas le temps de la rechercher mais avec les bons mots clefs sur un moteur de recherche y'a sûrement moyen de la trouver).

PS : le micro-dosing avec le LSD a fait ses preuves pour certaines personnes, après le micro-dosing de DMT y'a pas vraiment de retours, et vu la faible durée d'action comparée au LSD c'est pas vraiment possible (ou alors il faudrait fumer 1mg à 2mg toutes les heures).

Là le seul truc que je vois qui serait possible avec la DMT en micro-dosing dans un but de soin serait de la coupler à une séance de méditation ou de respiration, et faut pas se louper dans les dosages, parfois on croit ne presque rien ressentir à un certain dosage et une bouffée en + là ça fait partir trop loin, d'où le fait que dans mon 1er post j'étais pas certain que la DMT soit la meilleure molécule par rapport à l'usage thérapeutique que tu veux en faire.
#26
Les mini doses de DMT c’est juste récréatif . Après y’a un afterglow anti dépresseur qui me durait ... pas plus de 24h . Plutôt une ou deux en général
Jamais micro dosé réellement suffisamment bas
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

https://www.stopennui.net 
#27
(10/01/2022 05:55)Eau Precieuse a écrit :
En effet, actuellement m'imaginer un avenir plus sein sans drogues, c'est comme effacer un bout de ma personne. Après, ça ne veut pas dire que je ne puisse pas exclure les drogues les plus dangereuses, mais ce qui est de la DMT en Micro-dosages, j'ai eu pratiquement que des retours positifs. On parle de 5-15mg, pas de 30-60mg donc ça reste envisageable, après si c'est un traitement qui me convient pas au court comme au long terme, il y a d'autres alternatives que les " drogues ".


L'auto-médication ça se passe rarement bien. A mon avis tu es juste entrain de rationaliser ton addiction. Comme tu es plutôt quelqu'un d'esprit tu as creusé le truc, tu t'es renseigné et tout, ce qui renforce ton illusion de faire les choses bien. Mais en réalité comme toutes les personnes souffrant d'addictions: tu te crées une excuse pour consommer, suffisamment crédible pour tromper ton attention.

Le simple fait que tu emploies le terme "médical" est pour moi un gros red flag. Tu n'es pas formé à ce type de médecine, et tu joues au petit chimiste avec des produits. Je ne dis pas ça pour te jeter la pierre, je te donne juste mon point de vue.

Si tu veux des choses que tu peux faire par toi même en fait c'est simple: sommeil, nutrition, sport. Ca c'est vraiment la base, en fait tout le reste est vachement secondaire je dirais même.


Bien-sûr l'idéal c'est de trouver un thérapeute qui peut t'aider.

Petit edit: Je me suis dis que c'était peut-être un peu dur ce que j'ai écrit donc j'ajoute une précision. Mon message n'est pas un jugement de ton attitude ou encore moins de ta personne. J'essaye juste d'être radicalement honnête car je crois que c'est la meilleure chose que je puisse faire pour t'aider bien que ça soit pas grand chose. N'hésite pas à nous partager la suite de ton parcours et ce quel qu'il soit. Au plaisir de te lire.
Je suis une plante verte
#28
(10/01/2022 19:46)Plante Verte a écrit :
Si tu veux des choses que tu peux faire par toi même en fait c'est simple: sommeil, nutrition, sport. Ca c'est vraiment la base, en fait tout le reste est vachement secondaire je dirais même.


Je dirais aussi trouver un sens à son existence, avec une passion ou une activité sociale stimulante.

La drogue ça comble un vide. Et tu peux toujours t'arrêter et te mettre au sport si tu t'ennuie à crever dans ta vie et que tu trouve aucune autre direction tu finiras par reprendre.
Prolo casquette rpz.

"Ne nous suicidons pas tout de suite, il y a encore quelqu'un à décevoir"
E.Cioran

#29
Oui oui, j’ai un travail, une copine, des amis et je fais 6 heures de foot par semaines donc mon activité dans la vie de tous les jours c’est pas un soucis
#30
En attendent mon rendez-vous chez mon médecin généraliste le 24/01 et mon rendez-vous chez le cardiologue le 01/02.

J'ai eu une préscription par un pharmacien, ce n'est pas quelque chose sous ordonnance mais un médicament à base d'eucalyptus bio,

Le voici : 
[Image: f1c78db0efa5e5de32448b555ff8a871da9f7618_nl_BE.png]

C'est x2 le matin et x2 le soir, apparemment ça m'aiderais à nettoyer mes poumons et faciliterais ma respiration. ça agirais comme un " puff " qui se préscrit pour les personnes atteintes d'asthme.


Topics apparemment similaires...
  Crises d'angoisse et prise de drogue larrystic 17 2,967 16/01/2009 01:28
Dernier message: achilless
  Crises, trucs chelous... biloute 16 4,929 12/05/2006 12:55
Dernier message: bangus



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.