Fleurs de CBD : analyse et taux, coupes, etc.

  • Auteur de la discussion Auteur de la discussion Not For Human
  • Date de début Date de début
N

Not For Human

Guest
Le cannabidiol est à la mode et les fleurs sont définitivement autorisées suite à la décision du Conseil d’État, mais c’est un peu la jungle dans les CBD shops. Pour obtenir une fleur en dessous des taux de THC autorisés (0.3%), certains n’hésitent pas à se fournir dans des pays où le taux est plus élevé et à les « laver » avec des solvants comme le pentane. Ensuite, rajout de terpènes et éventuellement de CBD (isolat) ou ce genre de « bricolage ».

Le problème des taux inexactes n’est pas récent, aussi présent en Suisse (ou cette industrie est bien développée) les analyses ont par ailleurs détectées des fongicides et pesticides dans certaines fleurs.

En France, 60 millions de consommateurs avait aussi publié quelques résultats qui montraient des écarts entre les taux annoncés par les shops et la réalité. Certains e-liquides CBD en circulation, peuvent parfois contenir des cannabinoïdes de synthèse (aussi ce bulletin plus récent qui confirme cette tendance).

C’est notamment en observant l’état de ce marché (et l’arrivée des cannabinoïdes semi-synthétiques comme le HHC) que Not For Human a décidé après une longue pause, de reprendre ses actions de RDR en ligne.

Il y a quelques mois, nous avions analysé un échantillon en provenance d’un grossiste européen (Espagne), qui commercialise du CBD mais aussi du HHC / delta-8-thc. L’analyse n’était pas conforme à ce qui était attendu.

Pour réduire les risques, beaucoup conseillent de se tourner vers des petits producteurs locaux (chanvriers), qui sont censés vendre un produit de meilleur qualité et moins cher qu’en CBDshop. Nous avons voulu nous en assurer.

Un usager nous a contacté pour faire analyser une fleur d’un petit producteur – l***************r.fr – bio (il n’a pas le label mais revendique une culture sans intrants chimiques), car il ressentait des effets plus forts que ce à quoi il était habitué. Vu les pratiques actuelles du marché, nous avons donc envoyé un échantillon en laboratoire.

Voici les résultats ci dessous :


htnj.png



Pas de HHC ou autre cannabinoïde semi-synthétique, mais par contre les chiffres annoncés par le producteur sont faux : il affichait sur son site un produit inférieur à 0,3% de thc et entre 8 et 10% de CBD. La variété annoncée à dominance indica, aurait été obtenue par sélection et croisement de plantes issues du marché récréatif (Super Skunk). Voici un commentaire du labo à ce sujet :

« Nous avons passé l’échantillon en HPLC-DAD ainsi qu’en GCMS pour détecter la présence d’éventuels contaminants et/ou molécules indésirables ou psychotropes. Nous n’avons rien trouvé d’anormal si ce n’est le taux de THC à 0,57% (plutôt habituel dans les fleurs françaises). Je peux même vous dire la variété dont ces fleurs sont issues, c’est de la KOMPOLTI inscrite au catalogue (la présence de CBC est un indicateur) »

Donc même si à priori, il n’y a rien d’alarmant, on peut tout de même constater que les chiffres annoncés n’ont rien à voir et que le produit est au dessus du taux légal de THC autorisé en France (prêt du double). En d’autres termes, si le client se fait contrôler avec ça, ce sera considéré comme stupéfiant au même titre que du cannabis « classique ». Par ailleurs les effets du THC peuvent être perceptibles sur un usager sensible ou naïf (= pas de tolérance) à ce dernier.

En creusant un peu du côté des producteurs, nous avons obtenu certaines infos : il est visiblement très difficile d’obtenir des fleurs avec un taux inférieur ou égal à 0,3% de THC, d’autant plus avec les variétés autorisées au catalogue européen. Ces variétés étant à la base conçues pour obtenir de la fibre, elles ne sont pas prévues pour la production de fleurs. Les producteurs sont donc obligés d’adopter des pratiques borderline : soit en cultivant des graines non autorisées mais plus adaptées (certains breeders US spécialisés ont des années d’avance et un savoir faire), soit ils passent leurs fleurs au tamis (pollinator, etc.) pour retirer de la résine et faire baisser les taux, ou certains envoient en analyse un échantillon sous dosé ou récolté précocement pour s’assurer de passer l’analyse. Concernant les hash CBD, un « assemblage » avec une variété CBG est généralement réalisé pour permettre aux taux de rester suffisamment bas (les variétés riches en cannabigérol sont généralement très faibles en THC).

Résultat : l’usager sait rarement ce qu’il consomme.

Gros ou petits producteurs, nous conseillons de favoriser ceux qui font preuve d’un maximum de transparence et affichent leurs résultats d’analyse sur leur site (à noter que tous les laboratoires ne se valent pas et qu’il faut là aussi bien se renseigner).

D'autres analyses suivront (on se concentre pour l'instant sur les fleurs car c'est la forme la plus populaire qui représente plus de 50% du chiffre d'affaire des shops, mais possible qu'on se penche également sur les huiles, résines, etc.)...
 
Petit up pour dire que visiblement nos analyses dérangent...car notre page FB subit depuis hier soir des attaques venant du chanvrier en question, de ses fans et d'autres chanvriers français (du groupe "producteur cbd français"). On nous reproche de nous en prendre aux petits producteurs français, alors que comme il est possible de le voir sur notre site, on a commencé par "cibler" un grossiste espagnol et là on vient de faire une analyse d'une grosse chaîne de CBD shops (France et étranger) qu'on va publier ici sous peu. On nous accuse même de bosser pour la concurrence... (mais non voyons, ça rend pas parano le cannabis :mrgreen: )

Honnêtement, on ne s'attendait pas à ça, surtout depuis 10 ans qu'on fait des analyses. Ce n'est finalement pas les rcshops qui auront réagit le plus violemment, mais une communauté liée au cannabis...

Si des gens sur FB veulent nous apporter du soutien, c'est le moment  ^^


15wb.png


6tkh.png
 
Moi ça m’étonne que ça t’étonne franchement ^^
Concrètement, de quelle manière peut-on t’apporter du soutien ?
 
mais possible qu'on se penche également sur les huiles, résines, etc.)...

en parlant de sa j'était tomber sur une résine au hhc douteuse en terme de résine et de quantité de hhc, à la fume ça avais un gout bizarre rien à voir avec du chamvre,, je pensse avoir vue le vendeurs faire sa pub sur psychoactif forum.......... j'avais reconnue le shop apres avoir vue le logo sur le pochon, en photo, du coup j'en ais acheter 5gr au vue de sont commentaire , plus que deçus, je me suis sentie totalement arnaquer, j'ais fais la reflection au venduer qui ma menacer de proces en difamation!
 
Sorence a dit:
Moi ça m’étonne que ça t’étonne franchement ^^
Concrètement, de quelle manière peut-on t’apporter du soutien ?

Ce qui m'étonnes, c'est surtout que ça vienne de ce type de communauté qui militent (tout du moins en apparence) pour des usagers plus informés préférant qualité à quantité...mais on en apprend tous les jours ^^

Sinon la manière d'aider : liker, partager, nous suivre ou surtout venir donner votre avis sur l'asso pour la publication qui fait polémique.


PSYCHOCRACK a dit:
en parlant de sa j'était tomber sur une résine au hhc douteuse en terme de résine et de quantité de hhc, à la fume ça avais un gout bizarre rien à voir avec du chanvre.......... j'avais reconnue le shop apres avoir vue le logo sur le pochon, en photo, du coup j'en ais acheter 5gr au vue de sont commentaire , plus que deçus, je me suis sentie totalement arnaquer, j'ais fais la reflection au venduer qui ma menacer de proces en difamation!

Assez courant cette pratique, mais il faut savoir qu'un procès en diffamation ça coûte cher ! Et qu'ensuite, il faut prouver la dite diffamation...donc probablement juste pour te dissuader.

S'il te reste au moins 2gr. , on peut tenter une analyse si tu veux ? (dans ce cas contacte moi en mp stp)
 
J'pense que ce qui est assez choquant aussi (même si je suis d'accord avec Sorence sur le fait que ce n'est pas si étonnant... c'est un marché, c'est des profits, du capital) c'est que vous avez, il me semble, été aussi juste que possible avec leur produit, qui globalement a l'air d'être de la qualité annoncée par le producteur, genre a minima pas de la weed lavée à des produits de merde mal rincés et cannabinoïdes de synthèse. 'fin moi je lis votre truc, et surtout en comparaison d'autres tests, j'me dis que je préfère acheter à ces pélos qu'un truc pas cher aléatoire dans une boutique choisie au hasard.

Par contre, après leur réponse, bah... le dogmatisme est important et surtout l'impossibilité de voir au-delà de sa petite personne, de son petit business, et pas possible de lever la tête et de se poser la question du droit, des politiques concernant les drogues en général, de l'accès à l'information, de s'en prendre au fait que c'est quasi-impossible de respecter les taux bas de THC demandés par la législation, que ça doit coûter cher de les faire mesurer pour des petites productions, et que ça peut avoir des conséquences sur les personnes qui en consomment...

Anecdote offerte par des brasseurs, les % d'alcool annoncés pour des productions artisanales sont souvent vraiment grossiers parce que c'est la galère de mesurer des choses précises.
 
Ces réactions ne m’étonnent absolument pas perso, les shop de RC leur clientèle sait déjà que c’est jouer avec le feu .

Les Shop de CBD ont toute une image de médecine douce naturelle à entretenir...

Pour les H de HHC, c’est de la résine de quoi? Ils s’embêtent à faire du vrai hash avec du CBD ? Ça m’étonnerait ?
 
Ce n'est finalement pas les rcshops qui auront réagit le plus violemment, mais une communauté liée au cannabis...

Ensuite, c'est pas Yoshi qui raconte avoir reçu des balles de fusil par la poste de la part d'un gérant de RC shop après une analyse très critique de NFH ? :-D
 
Acromyrex a dit:
J'pense que ce qui est assez choquant aussi (même si je suis d'accord avec Sorence sur le fait que ce n'est pas si étonnant... c'est un marché, c'est des profits, du capital) c'est que vous avez, il me semble, été aussi juste que possible avec leur produit, qui globalement a l'air d'être de la qualité annoncée par le producteur, genre a minima pas de la weed lavée à des produits de merde mal rincés et cannabinoïdes de synthèse. 'fin moi je lis votre truc, et surtout en comparaison d'autres tests, j'me dis que je préfère acheter à ces pélos qu'un truc pas cher aléatoire dans une boutique choisie au hasard.

Tout à fait, ça reste un bizness (même si les petits chanvriers sont rarement millionnaires) et c'est vrai qu'en réalité il pourrait même surfer sur cet argument car finalement la plupart des gens préfèrent un taux plus élevé de THC en général.


Acacia a dit:
Les Shop de CBD ont toute une image de médecine douce naturelle à entretenir...

J'avais pas vu ça sous cet angle, mais bien vu. On parle beaucoup de "chanvre bien-être" ces temps-ci...


Sorence a dit:
c'est pas Yoshi qui raconte avoir reçu des balles de fusil par la poste de la part d'un gérant de RC shop après une analyse très critique de NFH ? :-D

Il me semble que c'était avec un smartshop, mais je pourrais pas te dire exactement, car j'étais plus dans l'asso à cette époque. Mais je me souviens que quand T+ / NFH / ASUD ont fait analyser de l'héro du dark qui était coupée aux dérivés de fentanyl, T+ à reçu une mise en garde par courrier.

Un grand merci en tous cas à celles et ceux qui sont passés nous soutenir sur FB ! :heart:



En tous cas, contrairement à ce qu'affirment quelques chanvriers français qui pensent qu'on s'acharne sur les petits producteurs, nous avons continué à creuser ce qui circule actuellement sur le marché du CBD.

Un usager nous a récemment alerté sur une nouvelle « innovation » proposée dans certains CBD shops : les fleurs de RAF (vendu par la grosse enseigne H********ty).

Présenté comme un dérivé légal du HHC, voici la présentation qui en est faite :

H********ty a dit:
« Plus fort et plus intense que le CBD, le RAF – comprenez Rapid Absorption Formula – est destiné aux plus initiés : consommateurs et anciens consommateurs de THC. Il vous fera vivre une expérience tranquillisante, euphorisante et apaisante.

Élaborée à partir d’une molécule naturelle de la plante, elle vous assure un moment d’évasion, avec des effets tranquillisants, apaisants et euphorisants. À savoir Le RAF est réservé aux initiés, consommateurs ou anciens consommateurs de THC. Commencez par une faible dose puis augmenter le dosage en fonction des effets ressentis et attendus. Ne convient pas aux conducteurs professionnels ou aux conducteurs travaillant dans l’industrie lourde. Ne convient pas aux femmes enceintes ou allaitantes. Ce cannabinoïde ne figure pas dans la liste des stupéfiants par l’UE. Il est autorisé à la vente et à la consommation. »

Nous avons donc fait parvenir un échantillon à notre laboratoire partenaire spécialisé sur les cannabinoïdes, et voici les résultats :


l68g.png


lqh1.png


06u7.png


41bz.png


Le labo nous a expliqué que ce cannabinoïde ne figure pas dans la base de données qu’ils utilisent, c’est donc quelque chose d’extrêmement récent car ils ont déjà identifié du HHC, du delta-8-thc et d’autres dérivés du THC ces derniers mois. Donc prudence, car si vous ne savez même pas exactement ce que vous consommez (ni même la quantité), il est impossible de réduire les risques ! Take care…
 
Je partage les résultats d'une étude récente menée entre 2022 et 2023 par trois centres d’addictovigilance (Paris, Lyon, Montpellier), en partenariat avec le laboratoire de Toxicologie du CHU de Lille et Drogues Info Service.

Après une étude de marché du CBD dans 3 régions françaises, un achat aléatoire a été réalisé sur l’ensemble des boutiques référencées en englobant la majorité des types de produits disponibles : fleurs, résine, wax, E-liquide, produits alimentaires ou cosmétiques. Une analyse toxicologique à la fois qualitative et quantitative, ciblée (Δ9-THC, Δ8-THC, CBD, CBN, THCA, CBDA, HHC et H4-CBD) et non ciblée (autres xénobiotiques dont les nouveaux produits de synthèse) a été réalisée par différentes techniques de chromatographies liquides (CL-SM/SM et CL-SMHR).

Au total, 223 échantillons de CBD ont été collectés sur 2 périodes d’achat distinctes (juillet 2022 et avril 2023) et analysés. Les produits achetés étaient majoritairement à inhaler (85% : fleur, pollen, résine, crumble, wax, POD, E-liquide), mais aussi à ingérer (14% : bonbons, sucette, gélule) ou à appliquer en topiques (1% : crèmes cosmétiques). Les filières d’achat étaient des shops en ligne (66%), des boutiques spécialisées de CBD (15%), des bureaux de tabac (11%), des pharmacies d’officine (4%) ou des boutiques de vapotage (4%).

Les principaux résultats de cette étude indiquent que :

- Seul un échantillon sur deux (46%) présente un étiquetage de la composition. Pour les échantillons avec étiquette, 81% des produits analysés ont des teneurs en CBD différentes de celles indiquées sur l’étiquetage.

- Le taux médian de CBD se situe autour de 4%. 69% des échantillons analysés ont une concentration en CBD inférieure à celle indiquée sur l’étiquette ; 4 analyses révèlent une présence quasiment nulle de CBD. Ces écarts sont constatés dans toutes les filières d’achat : vente en ligne, boutique CBD, pharmacie d’officine, bureau de tabac.

- 87% des produits analysés ont une teneur en Δ9-THC inférieure à 0,3%. La teneur en Δ9-THC la plus élevée dosée dans les produits analysés ne dépasse pas 1,2%. Pour les denrées alimentaires, il convient de rappeler qu’une teneur en Δ9- THC inférieure à 0,3% ne préjuge pas que le produit ne présente pas de risque pour le consommateur.

- 6% des échantillons contiennent des néocannabinoides, tels que HHC, Δ8-THC et H4-CBD, alors même qu’ils n’étaient pas mentionnés sur l’étiquetage. Dans ce contexte, le consommateur se retrouve à consommer une substance psychoactive à son insu. C’est sur la seconde période d’achat (2023) qu’ils sont plus particulièrement retrouvés.

- Aucune autre substance psychoactive ou de coupe (xénobiotique) n’est retrouvée en dehors des phytocannabinoides naturels ou d’hémisynthèse.
 
des annalyse chimiques des cannabinoides, c'est bien, une annalise des coupes (au moins présence de produit inconnue ou absens serrais bienvenue!

je suis tomber sur des fleurs maquillé au marcher noir, pourquoi pas sur du cbd!

pour etre certain d'avoir entre les main de la beuh maquillé y'a un test, celui du microscope, prendre une beuh témoin, qui ne contien pas de coupe et prendre la beuh à annaliser, regarder les deux au microscope x60-x100 et regarder les tète des trichome  si il y à une boule sur le pied de résine c'est bon, si la glande est à coté c'est coupé+ si il n'y à pas une substance étrangère!

j'avoue c'est dificile sans savoir à quoi ressemble un trichome:

 https://www.cannaweed.com/guides/la-culture/recolte/trichômes-pistils-et-macro-r183/

 https://www.cannaweed.com/guides/la-culture/recolte/quand-récolter-r21/



maintenant vous saver à quoi ressemble en grossisant de la beuh pas maquillé
 
PSYCHOCRACK a dit:
des annalyse chimiques des cannabinoides, c'est bien, une annalise des coupes (au moins présence de produit inconnue ou absens serrais bienvenue!

C'est sûr et aussi pesticides, métaux lourds, etc. 

C'est d'ailleurs assez incompréhensible que vu ce contexte, en ayant fait le tour des assos / institutions / structures de défense des consommateurs, alors que personne ne propose actuellement de dispositif RDR d'analyse à ce sujet, nos demandes de soutiens (juridiques par exemple) et / ou de subventions soient totalement ignorées...
 
T’as entendu parler du projet Cannabinoscope ? Avec le Sesstim et l’université Paris-Saclay

C'est d'ailleurs assez incompréhensible

Après les avoir écouté présenter leur projet (trouver un moyen efficace d’analyser le cannabis) j’me dis que l’explication la plus simple au manque de dispositif et de réponses, c’est juste que c’est trop compliqué …
 
Pour les denrées alimentaires, il convient de rappeler qu’une teneur en Δ9- THC inférieure à 0,3% ne préjuge pas que le produit ne présente pas de risque pour le consommateur. 

Comment ils calculent les 0.3% pour les Edible  ? Parce que si c'est 0.3% du poids du bonbon ou autre et que tu le fais assez gros tu peux jouer avec la loi et 0.3% peuvent suffire a avoir un effet ?

 j’me dis que l’explication la plus simple au manque de dispositif et de réponses, c’est juste que c’est trop compliqué …

J'ai l'impression, aux Etats Unis et au Canada que c'est légal ainsi que les HHC etc c'est quasi systématique d'avoir un Certificate Of Analysis (COA) avec ton produit sinon euh c'est tres mauvais signe sur la qualité . ET là, ils sont plutôt précis et exhaustifs

Et ça semble devenir  un gros business pour des labos spécialisés dans l'analyse de cannabinoides , de pesticides, restes de solvants etc .

Alors dans un pays illégal jsp à quel point ca passe et ca serait rentable d 'être un labo d'analyse spécialisé dans les noid
 
Alors dans un pays illégal jsp à quel point ca passe et ca serait rentable d 'être un labo d'analyse spécialisé dans les noid
C’est exactement ça le problème, faut bien les €€ pour faire des analyses. Des industriels peuvent se le payer mais pour des analyses en aval de la chaîne d’approvisionnement, c’est une autre histoire… D’où l’ambition du projet de recherche Cannabinoscope, par analyse « efficace » ou entend aussi qu’elles ne soient pas trop couteuses, et donc puissent essaimer sans que ce soit la croisade pour chaque échantillon…
 
Je connaissais pas ce projet, je vais me renseigner, plus, ça a l'air prometteur, merci de m'avoir fait découvrir :)
 
Sorence a dit:
T’as entendu parler du projet Cannabinoscope ? Avec le Sesstim et l’université Paris-Saclay

Après les avoir écouté présenter leur projet (trouver un moyen efficace d’analyser le cannabis) j’me dis que l’explication la plus simple au manque de dispositif et de réponses, c’est juste que c’est trop compliqué …


Oui, un membre du Bus 31 / 32 m'en avait parlé fin 2022, quand on lançait les analyses de cannabinoïdes semi-synthétiques et de fleurs de CBD. Mais de souvenir y avait aussi des problèmes de financements.


Acacia a dit:
Comment ils calculent les 0.3% pour les Edible  ? Parce que si c'est 0.3% du poids du bonbon ou autre et que tu le fais assez gris tu peux jouer avec la loi et 0.3% peuvent suffire a avoir un effet ?


Tout à fait, et c'est déjà exploité à fond ! On trouve en France des gummies de CBD censées contenir 5mg de THC (ce qui n'est pas rien sans tolérance), mais si tu bouffes le paquet c'est clairement une expérience psychédélique +++


Sorence a dit:
C’est exactement ça le problème, faut bien les €€ pour faire des analyses. Des industriels peuvent se le payer mais pour des analyses en aval de la chaîne d’approvisionnement, c’est une autre histoire… D’où l’ambition du projet de recherche Cannabinoscope, par analyse « efficace » ou entend aussi qu’elles ne soient pas trop couteuses, et donc puissent essaimer sans que ce soit la croisade pour chaque échantillon…

Comme l'a souligné Acacia, aux US y' a toute une industrie de l'analyse, que ce soit pour les cannabinoïdes semi-synthétiques ou naturels. Et en France aussi d'ailleurs, pour certains laboratoires, leur modèle économique est quasi uniquement basé sur l'analyse de cannabinoïdes naturels (THC, CBD, CBN, CBG, THCV, CBDV et leurs versions acides) et de terpènes (pinène, myrcène, limonène, linalool, etc.). On peut y avoir accès en tant qu'asso, mais 80 euros l'analyse c'est pas jouable sans subventions. Et je connais encore aucun usager prêt à payer ça et sacrifier la quantité nécessaire de produit (à ce propos, voir ma réponse à Psycho ci-dessous)...

Et certains projets en Europe comme Energy Control analysent depuis longtemps les cannabinoïdes et même métaux lourds (60 euros) / pesticides (110 euros). Ce sont les tarifs à l’international, mais il me semble que localement les analyses sont gratuites et financées par des subventions gouvernementales. Donc c'est aussi une question de volonté politique, car l'analyse de coke / MD et autres à aussi un coût (et pourtant c'est financé). Pourtant, le cannabis et ses dérivés est le 1er produit psychoactif illégal consommé en France...et le marché du CBD touche un large public.


PSYCHOCRACK a dit:
de ce que je sais les annalise de cannabinoides par norml pour un particulier ce'st 60 euros et il faut adèré au norml:

https://www.norml.fr/sante-prevention-rdr/analyse-cannabis-canna-fondation/

Oui, mais l'autre problème, c'est la quantité de fleurs assez énorme pour avoir du quantitatif : 5 grammes en principe mais minimum 2 grammes (avec une précision plus approximative)...
 
Donc c'est aussi une question de volonté politique, car l'analyse de coke / MD et autres à aussi un coût (et pourtant c'est financé).
Un coût, oui, mais quel coût ? Je ne trouve pas ton analogie pertinente, ce ne sont pas les mêmes problématiques techniques.
 
Retour
Haut