S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Votre règlement de junkie ?

#1
Salut la communauté.

J'ouvre un petit topic pour savoir si vous aussi vous avez vos règles pour 'gérer' votre consommation?
Et poser votre règlement en expliquant le pourquoi du comment.

Voilà pour moi:

1. Pas d'opiacé.
Pour les risques de dépendance qu'on leur connait.

2. Pas de coco basée.
Même crainte qu'avec les opiacés.

3. Pas de méthamphétamine aka Crystal Ice, la même que dans Breaking Bad là.
Encore pour la même raison que les deux premières règles.

4. Pas d'ecsta.
A cause de ça: http://www.ecstasydata.org/

5. Pas de stim' en semaine.
Histoire de pas partir en sucette. Je trouves que c'est déjà beaucoup du speed ou de la coke une fois par semaine, faut que je fasse un break, deux ans et demi que ça dure j'ai peut-être des bouts de cerveaux à ramasser sans le savoir...

6. Benzos et somnifères, une fois par semaine max.
Pour feinter la dépendance.

7. Pas de mélange dissociatif / cannabis
C'est ce qui à déclenché ma dépé il y a un peu moins d'un an de ça. Et j'ai réessayer vite fait avec la ké', j'aime pas du tout! La confusion du cannabis qui entre en synergie avec l'incompréhension des dissos, brrr...

8. Mdma pas plus d'une fois toutes les 6 semaines.
Seigneur Shulgin qui l'a dit. J'espère tellement garder la 'magie' avec ce produit.

9. Pas de délirogène.
Ca m'attire pas du tout et j'ai pas envie de ressortir d'un trip attaché à un lit en HP.
Electric Sheep: 50% Lotus Bleu - 50% Calea. Ratio DMT / Enhanced leaf 1:1
#2
Tiens sympa le topic ^^

Une partie des miennes sont très similaires :

1) Pas d'opiacés.
Pour les mêmes raisons.

2) Pas de drogues autre que de la fumette ou d'la bière en semaine.
Rien qui peut empêcher de dormir et/ou incapaciter le lendemain quoi.

3) Pas de benzos de façon régulière.
Pas envie de dépendre de médicaments pour gérer mon anxiété.

4) Pas de consommation "pour la défonce" sans savoir ce que c'est ni comment ça fonctionne.
ça m'empêche pas de prendre des roustes, mais ça évite les mélanges craignos ou les trop mauvaises surprises.

5) Attendre un minimum de retours avant d'essayer une nouvelle molécule.
Pour faire les rats de labo y'a bluelight.

6) Pas d'IM/IV
Je déteste les aiguilles, ew.

Etc.
#3
1) ne rien se refuser, ne pas se priver pour le plaisir
2) ne pas se forcer, ou en prendre pour une autre raison que le plaisir (dormir, travailler, communiquer....), la recherche ou le test.
sans dec
#4
1) Uniquement des psychédéliques/dissociatifs et accessoirement de la MDMA. :twisted:
2) Seulement si je sais que j'aurai le temps de récupérer totalement
3) En essayant d'espacer les prises et en soignant le set&setting
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
#5
Chouette idée, ce topic!

En ce qui me concerne, j'ai trois règles fondamentales :
  • 1) Pas d'achat de cocaïne, plus jamais, sous aucun prétexte. Parce que j'y ai déjà perdu beaucoup trop d'argent ; et parce que je me dis que si je suis tombée une fois, y a pas de raison que je ne puisse pas tomber une seconde, et franchement, ça me ferait trop mal au cul. Bon, c'est vrai que depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, et à présent je dis rarement non aux lattes qu'on m'offre, mais les copains sont prévenus qu'ils ne doivent pas espérer un seul euro de cotisation de ma poche.
  • 2) Pas d'opiacé / opioïde, sauf éventuellement et à titre strictement expérimental (= une fois et une seule) l'un ou l'autre qui me serait par hasard tombé dans les mains et dont je suis garantie de ne pas en retrouver facilement (genre, le dernier patch au fentanyl d'une boîte délaissée par ma grand-mère...). Trop risqué sinon.
  • 3) Pas d'IV, ni d'IM, là aussi parce que je trouve personnellement trop risqué de commencer à faire joujou avec des aiguilles, en termes de dépendance mais aussi sanitaires.

Ensuite, trois règles plus accessoires :
  • 4) Pas de plug non plus. Parce que - et désolée pour les adeptes de cette pratique - je trouve que la drogue doit dans la mesure du possible rester un plaisir dont il ne faut pas évacuer la dimension de partage et de convivialité. Le jour où j'aurai décidé d'aller me cacher aux toilettes pour me foutre de la drogue diluée dans le cul plutôt que de faire un para ou une ligne et d'en offrir aux potes qui sont dans la pièce, tout ça parce que ça monte plus vite et plus fort, rappelez moi à l'ordre, s'il vous plaît.
  • 5) Pas de benzos plus de deux fois dans la semaine, dont une en tant que joker après un weekend trop saupoudré de stims et/ou de psychés.
  • 6) Pas de weed ou d'alcool toute seule, et de préférence pas en dehors du weekend. Histoire d'éviter de choper des mauvaises habitudes que je n'ai pas encore.

Et enfin, pas vraiment une règle stricte mais plutôt un conseil général que j'essaye de garder tout le temps à l'esprit :
  • 7) Rester à l'écoute de moi-même, ce qui implique tenir compte des "avertissements" de mon corps et de ma tête, ne pas consommer lorsque je ne le sens pas, ne pas prendre plus qu'il ne m'en faut, etc.
#6
1) Pas de prods en semaine (ou en tout cas, pas quand j'ai des impératifs type cours ou RDV).

2) Eviter au maximum l'alcool quand j'ai déjà pris quelque chose, surtout en soirée, et même si mes potes se foutent de moi parce que je douille 3€ ma petite bouteille d'évian, "ouais mais les gars j'aurai pas la même gueule que vous demain matin". (Bon, la 8.6 sur le son est une petite exception, comme un rituel. Happywide)

3) A part pour la weed et l'alcool (la bière) que je consomme seule, me rappeler de TOUJOURS faire de la drogue un moment communautaire (ça rejoint d'ailleurs ce que dit Schtroumpfette sur le plug - et pas de plus non plus pour moi Tounge)

4) J'en rejoins beaucoup sur "pas d'opi, pas d'IV/IM" trop dangereux à bien des égards. Je touche pas aux benzos non plus.

Et puis j'ai remarqué un truc récemment qui m'a fait très plaisir, c'est que même en abusant, j'ai une certaine tendance à rester responsable (par 2 fois déjà j'ai refusé une trace de Ké alors que je meurs d'envie de tester, mais j'ai sorti des phrases genre "jsuis déjà troOooOOOp fra...cassée... c'est pôôô la peine". Par la suite j'ai regretté tout en me félicitant d'avoir eu ce geste RDR). Donc j'essaie de me tenir à ces règles et de respecter mon corps et mon cerveau. Pwêt.
You take the red pill - you stay in Wonderland.
#7
1) Pas d'opis (jamais eu de problèmes, jamais test, on va pas commencer)

2) Pas de stims à moins d'être dans une super ambiance de fête avec un bon set&setting (un jour je ferai un TR RDR de ma seule fois au speed en squat de junkie)

3) THC: pas plus d'une fois par mois

4) DXM: Minimum un mois et demi entre chaque trip (le temps que l'afterglow s'arrête et de faire le point psychonautique)

5) Alcool: pas plus d'une rouste alcoolisée par semaine et seulement si je tient la route dans ma tête (marre des gueules de bois en mode WTF)

6) TOUJOURS considérer le set&setting, le prod, mon état d'esprit, et prendre une décision d'adulte (cette règle, plus que les autres, m'a épargné je pense bien des mauvaises soirées)
#8
1°) Pas de drogue a caractère purement récréatif (coca, H, speed, amphet, ...) et entrainant des addictions. La weed et l'alcool sont des cas limites pour moi, et toléré (alcool avec bcp de prudence).

2°) Pas de drogue sans certitude absolue de sa qualité, son contenu (donc pas de drogue de synthese illegale, seulement pharma. Rare sont ceux qui connaisse directement un "petit chimiste"). Je privilégie donc le naturel a ce niveu, beaucoup plus sur.

3°) Pas de drogue sans but, sans un minimum de reflexion consciente, sans donner un Sens a l'avenure qui permette d'inclure l'experience dans ma vie de maniere constructive.
-> Donc jamais de drogue avant un cours, avant le boulot, avant une activité contraignante...

Remarques et exeptions : Le cannabis echappe un peu au controle raisonnable (1 petch par jour plus extra bonus en soirée) , et je commence a trouver ca dommage; mais c'est parce qu'il a aussi était remarquable, permettant un autre point de vue tout en douceur... D'ailleurs il existait une regle Zero : pas de cannabis seul. Ca évitait toute dérive. Mais ca le cloisonnait a un usage social qui depassait rarement le récréatif. Je comprend les gens qui mettent ces regles "pas seul", c'est une barriere utile et pragmatique, mais c'est passer a coter de beaucoup de possibilité (notament la Beuh et les Disso, le travail sur l'ego, tout ca...).

4°) Pas d'incitation a la consomation; alors la, c'est pas une regle claire, parce que les limites sont TRES floues. Mais offrir de la beuh a mes amis, ca doit se faire dans un equilibre (celui qui leur permet d'avoir du matos de qualité sans risques et sans cout, tout en les incitant pas a consommer plus (la barriere du prix étant tombé)). Pour les psyché c'est encore plus delicat : Il faut en parler, montrer que je suis dispo pour un trip en commun; mais est ce que je peux leur proposer "tu veux qu'on se prepare un trip?". Si je ne propose pas, a priori beaucoup ne passeraient jamais le cap. Mais d'un autre coté, c'est a eux d'etre responsable de leur vie. Presenter une opportunité (toujours accompagnée de toute l'info possible et d'énormement de precuations) est il un acte d'incitation.... c'est toujours limite en tout ca.
This is a block of text that can be added to posts you make. There is a 1024 character limit.
#9
HS: T'as trouvé un clavier français Quetzal? T'es rentré au pays?
#10
La règle d'or de moi et mes potes : JAMAIS tout seul

Pour moi et mes potes , la drogue on a en tête que c'est un truc purement récréatif pour déconner et faire n'importe quoi entre amis (même si c'est pas le but de beaucoup et que certaines drogues ne sont pas vraiment festives) (vision peut être franchement juvénile certains penseront >>> toujours plus haut , toujours plus fort 8) )

Mais jamais je me boufferais des champis pour tripper seul dans ma maison , ou prendre de la speed etc parce que du moment qu'on le prend plus dans un but "social" , la consommation a passer un cap (pour moi hein Wink ), on prend plus pour s'amuser mais parce que TOUT SEUL on a envie de consommer , c'est peut être archi faux mais je pense que se mettre a consommer seul de son coter est un cran au dessus sur l’échelle de la consommation a problème , en gardant cette règle d'or de jamais en prendre seul , quelque part ça impose des limites Smile

PS : bon b-daver un pti coup tout seul de temps en temps sa compte pas :roll: Rolleyes
"Si autrui était accepté tel qu'il est, le mal n'existerai pas"
#11
Quetzal a écrit :
4°) Pas d'incitation a la consomation; alors la, c'est pas une regle claire, parce que les limites sont TRES floues. Mais offrir de la beuh a mes amis, ca doit se faire dans un equilibre (celui qui leur permet d'avoir du matos de qualité sans risques et sans cout, tout en les incitant pas a consommer plus (la barriere du prix étant tombé)). Pour les psyché c'est encore plus delicat : Il faut en parler, montrer que je suis dispo pour un trip en commun; mais est ce que je peux leur proposer "tu veux qu'on se prepare un trip?". Si je ne propose pas, a priori beaucoup ne passeraient jamais le cap. Mais d'un autre coté, c'est a eux d'etre responsable de leur vie. Presenter une opportunité (toujours accompagnée de toute l'info possible et d'énormement de precuations) est il un acte d'incitation.... c'est toujours limite en tout ca.


Ralala, tu soulèves un truc très important pour moi. Avec ma découverte des psychés et la passion entrainée derrière, je n'ai pas réussi à m'empêcher d'en parler à tout le monde autour de moi. J'ai déjà fait découvrir à trois potes un RC, et deux autres vont sans doute pas tarder. Un seul pour le moment m'a demandé une adresse de shop derrière. Mais les questions derrière sur le bien fondé de tout ça... Pfiouuu, pas facile...
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
#12
Fly a écrit :
La règle d'or de moi et mes potes : JAMAIS tout seul

Pour moi et mes potes , la drogue on a en tête que c'est un truc purement récréatif pour déconner et faire n'importe quoi entre amis (même si c'est pas le but de beaucoup et que certaines drogues ne sont pas vraiment festives) (vision peut être franchement juvénile certains penseront >>> toujours plus haut , toujours plus fort 8) )

Mais jamais je me boufferais des champis pour tripper seul dans ma maison , ou prendre de la speed etc parce que du moment qu'on le prend plus dans un but "social" , la consommation a passer un cap (pour moi hein Wink ), on prend plus pour s'amuser mais parce que TOUT SEUL on a envie de consommer , c'est peut être archi faux mais je pense que se mettre a consommer seul de son coter est un cran au dessus sur l’échelle de la consommation a problème , en gardant cette règle d'or de jamais en prendre seul , quelque part ça impose des limites Smile

PS : bon b-daver un pti coup tout seul de temps en temps sa compte pas :roll: Rolleyes


Bon, ce sont tes règles, et je les respecte, loin de moi l'idée de te faire changer, d'autant plus que tu as raison: quand on fait ça tout seul, la défonce prend un autre sens! c'est ton choix que de donner le sens que tu veux à ta consommation de produit :wink:

Mais, juste, mon avis perso la dessus (oui je viens me la raconte et donner un avis dont les gens s'en foutent, mais c'est pour le partage, et élargir la discution, désolé si ça polue le topic Oopsops: ):
Quand on est sous psychédélique, et surtout à haute dose, on est seul avec soi-même, au beau milieu d'un maelstrom de perception et les autres "disparaissent.
En gros, pour moi, prendre tout seul oriente le etrip vers l'introspection, et mes meilleurs trips ont été tout seul (même avec la md...pourtant) et c'est l'aspect des psychés que je trouve le plus intéressant on peu plus "travailler" sur soi-même, s'explorer, se sentir, se comprendre, et donc aussi, comprendre les autres...
Une longue ballade sous lsd, mescaline ou 2c-e, une après-midi de relaxation/méditation/conscience du corps, sous md, 2c-c ou champi, du yoga, tai-chi, natation (dangereux quand même, et plutôt en mer qu'en piscine),équilibre (position de la grue blanche) ou jonglage, sous kétamine, une branlette sous 5-meo-mipt, faire et composer de la musique, ou dessiner, créer (instruments ou electro) sous n'importe quel stimulant, empatho, ou psyché...sont des expériences que, pour ma part, je trouve plus profondes et enrichissantes que de se défoncer en teuf/boite et danser sur le son, au milieu des autres (bien que, là aussi, par moments, on se retrouve seul avec Sa perception de la musique, mais y'a un coté social à ça parfois presque "gênant" donc...)
Enfin c'est ainsi que je pense plus profiter du potentiel des drogues, et ainsi, mes potes ne sont pas des "potes de défonces", j'ai pas besoin d'eux pour ça.
Bien sûr, j'adore aussi vivre des expériences de conscience modifiée avec des potes, ou d'autres, des inconnus ou ma copines, et selon les gens avec qui je suis, tout peut être différent! (vu que je ne me comporte pas pareil avec tout le monde, selon le niveau d'intimité/connaissance/affinités/gouts en communs..). Et voire même (et là, ben c'est juste un fatasme) ma famille, mes collègues de boulots ce sont aussi des expériences très enrichissantes!
sans dec
#13
Rho il est bien ce topic <3. Super RDR je trouve.

Sticky ? Je prends l'initiative mais si un autre modo trouve ça un peu too much, qu'il n'hésite pas.
#14
ca m'semble une bonne idée.
Par contre mon reglement heuuuu ouais un aut'jour peut etre kwaaa
[youtube]gznDOMKeWkA[/youtube]
If your head is too open your brain falls out
#15
Pour ma part sans voir aucun psychologue il y a peu que je me suis avoué toxicomane et usagé abusif de drogue pourtant je pense être un bon psychonaute et les drogues psychédéliques sont mon péché mignon bien que consommé très rarement bref des règles c'est super sauf que quand tu commence les drogue soi tu t'en désintéresse un peu soit comme pour beaucoup de nous cela devient une forme de passion (qui sont toutes condamnable d'après mon prof de philo de terminal)
alors mais dépendances varient et j'ai la chance que le hasard et non la volonté m'ait fait éviter la dépendance aux opiacés et a la cocaine...
Mais pour ce qui est des règles la drogue qui m'a fais basculé est la plus anodine : le cannabis ,je suis un consommateur de bang et en 15 ans de consommations j'ai compris ma faiblesse !(et donc sans réelle accoutumance physique je consomme très régulièrement :des benzos ,de l'alcool, du tabac, de la boisson a base de taurine et du cannabis.

donc je ne sais pas tenir je suis faible mais j'aurais des règles a donner pour les plus fort d'entre nous :
1-limiter au maximum la prise d'opiacé et pour les plus jeunes attendre le plus tard possible pour faire la première prise (regardez comment sa change les gens sur le long et court terme).
2-après avoir pris des drogues occasionnant des vides sérotoniniques espacer au maximum les prises.
3-ne pas consommé seul.
4-ne pas essayer de se prouver quelque chose et de dépasser ses limites, savoir etre humble face au produit..
5-j'élargirait la première régle en généralisant a toutes les drogues a dépendance physique(alcool speed meth cocaine benzos etc)

Et si il y en a une règle que j'ai suivi et qui m'a fait que du bien c'est ne jamais être un dealeur c'est un peu hors sujet mais je me doit de le mettre car c'est la seule règle que j'ai put suivre!
faut pas pousser juste explorer
#16
Désolé mais je pense encore a un autre:
ne pas mélanger des produits sans une information complète de ce combo !
Je sais que cela peut paraitre bizarre pour des personnes qui expérimentes des produits nouveau et donc très peu connu mais je pense que le mélange est très mauvais !
faut pas pousser juste explorer
#17
schtroumpfette a écrit :
  • 4) Pas de plug non plus. Parce que - et désolée pour les adeptes de cette pratique - je trouve que la drogue doit dans la mesure du possible rester un plaisir dont il ne faut pas évacuer la dimension de partage et de convivialité.


[joke]Excuse moi, mais le plug peut parfaitement être conviviale, j’imagine bien une soirée entre ami : Tien tu veux bien me plugger j'ai la flemme de me contorsionner Happywide

Sinon j'ai exactement les même réglés que celle de Donkey Bird, sauf pour les benzo/somni ou la c'est pas pour le plaisir mais en besoin...
Le rap c'est has been !!!
La religion aussi !!!

#18
Ouais ben tes gentils moi j'suis dans ces amis et j ai aucun envie que shtroumfette approche de mon anus!
If your head is too open your brain falls out
#19
J'imagine bien aussi le plug en famille :roll:

Benzo c'est pas vraiment pour le plaisir (même si j'ai déconné deux ou trois fois avec).
C'est juste pour m'offrir une bonne nuit de sommeil après une descente coriace ou plusieurs jours de galère à trouver le sommeil...
Electric Sheep: 50% Lotus Bleu - 50% Calea. Ratio DMT / Enhanced leaf 1:1
#20
Excellent topic, vraiment.
Mmmh..
- pas d'IV.
- le moins d'opiacés possible (mais l'envie devient souvent trop forte, enfin non, je la combats mais il suffit d'un craquage psychologique pour que.. enfin voila)
- le moins de médicaments possible en fait
- essayer de prendre plus de drogues avec les gens que j'aime, et moins seul./
- ... ...

euuuuh... Mouais, c'est de la merde mon "règlement". ..
En fait ce serait plus sur du long terme, je sais que là, actuellement, je ne pourrais faire ça :
- ne prendre des drogues que pour rendre l'instant présent encore plus fort et beau qu'il ne l'est déjà, et plus par compulsion.
- me dire que chaque prise, qu'elle soit opiacé, psychédélique, stimulante.. doit me permettre d'en tirer quelque chose de bon, "d'utile" pour mon avancée (en rapprochant ça très fermement du point d'avant : je me dis que, si on se sent bien dans sa vie, dans le moment présent et fort pendant lequel on prend une drogue, il n'y a aucun risque de bad, et que cette prise, si murement considérée, ne peut être qu'une force qui vient compléter quelque chose de déjà présent).
éçaboucléçaboucléçabloucléçabou...

L'Oeil et La Synchro... Là où Chill Ubik//

Anyway, we know/

Tout est sublime. Tout est drôle.
Here's the key.
Tout est Touts-Possibles.
éçaboucléçaboucléçabloucléçaboucléç...
#21
Mes regles a moi c'est :
-Pas d'seringue
-Pas de délirogene
-pas plus de 3 jours sans dodo ou manger
-pas sniffer avec un billet
-plusieurs mois entre les opis
-toujours avoir des benzos avec

Mais j vais en ajouter bientot.
If your head is too open your brain falls out
#22
mahokiko a écrit :
schtroumpfette a écrit :
  • 4) Pas de plug non plus. Parce que - et désolée pour les adeptes de cette pratique - je trouve que la drogue doit dans la mesure du possible rester un plaisir dont il ne faut pas évacuer la dimension de partage et de convivialité.


[joke]Excuse moi, mais le plug peut parfaitement être conviviale, j’imagine bien une soirée entre ami : Tien tu veux bien me plugger j'ai la flemme de me contorsionner Happywide

Sinon j'ai exactement les même réglés que celle de Donkey Bird, sauf pour les benzo/somni ou la c'est pas pour le plaisir mais en besoin...


D'accord shtroumpfette mais le coté convivialité de la prise de drogue, c'est du moment de la prise à la fin. Aller pisser 3minutes va pas casser la convivialité de la soirée si?
#23
Bijord a écrit :
D'accord shtroumpfette mais le coté convivialité de la prise de drogue, c'est du moment de la prise à la fin. Aller pisser 3minutes va pas casser la convivialité de la soirée si?

En effet, perso j'trouve que perdre le plaisir de tirer ta latte devant tes copains n'est finalement pas une grande perte vu que le moment qui suit restera partagé.

Et puis, quand le plug permet (comme dans le cas de la MXE en tous cas) de réduire drastiquement les effets indésirables des autres ROA, je ne vois pas ce qu'il y a de choquant et d'anti-social dans cette méthode d'administration vu que c'est tout bénef finalement.

En tous cas je ne vois absolument rien de honteux ou de sexuel la dedans et ce n'est même pas douloureux. Les seuls vrais désavantages du plug (que je vois pour l'instant) sont la nécessité de pouvoir se retirer (paske effectivement s'injecter d'la drôke dans le c** en public c'est un peu craignos) et de se contorsionner un peu, sinon c'est une ROA comme une autre.

D'ailleurs pour en revenir à la mixie plugguée faites gaffe, c'est effectivement beaucoup plus potent comme ça (ça commence à bien se sentir à partir de 25-30mg) et je me suis fait un peu peur hier soir en ayant la main un peu leste...
#24
Je suis peut être plus sensible que toi mais moi sans tolérance aucune, il me fallais 10mg pour me prendre déjà une bonne petite montée récréative. A 20mg là ça commence la dissociation... Commencez doucement ceux qui n'ont pas trop touchés à la substance.
#25
Moi personnellement :

Pas d'opiacé, à part peut être les dérivés en médicament, si j'en ai besoin et après avoir eu mal au moins 24h.
Pas de stimulant hors teuf / festival
Après, en réalité je ne m'y connais pas en drogue. Je suis un gentil monsieur qui fume des joints un peux n'importe comment mais qui essaie de pas en fumer plus de 3 ou 4.
Les champis là c'est un autre problème mais la rareté du produit fait que je ne peux pas en prendre quand je veux donc on prévoit forcément les trips.

Je pense ne pas avoir trop de problème. Bon toute ma thune va dans la fume mais quand j'aurai mon plant. Je serai tranquille. Tout est une histoire de contrôle.
I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
#26
Enfaite, j'ai envie de dire que la Grande règle pour moi, c'est celle de l'integrale :

L'integrale des effets (c'est a dire la sommes de toutes les conséquences précédents, pendant et suivant la prise) doit etre "positif". Biensur, c'est un probleme impossibles, c'est un ideal de gestion (qui ne s'applique pas qu'aux drogues, bien que dans d'autres domaine j'ai d'autres critere. En amour c'est : "Fais de maniere a ne jamais regretter tes choix").
Fumer un petard, il y a indeniablement un effet positif dans l'heure qui suit; qui peut etre suivi par un manque de motivation le lendemain (qu'on quantifie en fonction des activités a faire); et il y a aussi des effets probabilistes (etre malade, cancer...). Mais bon, l'idée c'est ca : toujours en retirer du positif au total, selon ma vision des choses! (autre point délicat, des effets negatif futures seront considéré selon une autre echelle de valeur quand il arriveront... )


Je vois que la regle de "Pas tout seul" a bcp d'adaptes. Moi je trouve qu'elle inclue trop de limitation, et qu'elle a aussi ses effets pervers! Si on joue habillement avec cette regle, on se retrouve a avoir plus d'ami consomateur, et la c'est le piege! Parce que quand tu voudra diminuer, arreter, ca impliquera soit une distanciation avec tes amis, soit de devoir resister dans des contextes qui se poussent a consommer (généralement, echec et mat).

Observation faites, en Erasmus, quand les groupes d'amis et les relations sociale se forment a vitesse eclair: un grand groupe de joyeux fetard se forme, on fini par etre 30 dans le "groupe d'ami", c'est pas jouable, ya naturellement des sous groupes et separation, selon les affinités.
Ca a donné, sans exeption (sauf moi qui connaissais un peu tout le monde) : fumeur de beuh d'un coté, non fumeur de l'autre. (Attention, ya ptet un biais, d'autres affinité en amont qui font qu'on fume, mais ce n'est ptet pas la raison de notre regroupement)
This is a block of text that can be added to posts you make. There is a 1024 character limit.
#27
Don_Fouinardo a écrit :
Bijord a écrit :
D'accord shtroumpfette mais le coté convivialité de la prise de drogue, c'est du moment de la prise à la fin. Aller pisser 3minutes va pas casser la convivialité de la soirée si?

En effet, perso j'trouve que perdre le plaisir de tirer ta latte devant tes copains n'est finalement pas une grande perte vu que le moment qui suit restera partagé.

Et puis, quand le plug permet (comme dans le cas de la MXE en tous cas) de réduire drastiquement les effets indésirables des autres ROA, je ne vois pas ce qu'il y a de choquant et d'anti-social dans cette méthode d'administration vu que c'est tout bénef finalement.

Je vois que quelques unes des règles que j'ai énoncé ont fait du remous, je m'en vais les expliquer un peu mieux.
Déjà, je tiens à préciser au cas où ça n'aurait pas été clair qu'il s'agit de règles personnelles. Je les ai mises en place et je m'efforce de les respecter non parce que je pense qu'elles ont valeur universelle, mais parce que j'estime que c'est ce qu'il y a de mieux pour moi, ma santé, mon équilibre, mon porte-feuille, etc. En aucun cas il ne s'agit d'un jugement de valeur envers les pratiques et habitudes différentes de qui que ce soit.

En ce qui concerne le plug, peu m'importe au final qu'on m'explique par A + B que la biodisponibilité est meilleure blablablabla, zap de la barrière hépatique blablabla... Je SAIS tout ça. Et je sais que je passe sans doute à côté de quelque chose de sensationnel en me refusant de plugger de la méthox', de même qu'en me refusant d'IM de la kétamine ou d'IV de l'héroïne. C'est des trucs que je connaîtrai jamais, mais tant pis : je vis sûrement mieux sans que je ne vivrais avec.
Quand on parle de ROA, c'est pas seulement une affaire de biodisponibité, c'est aussi (comme je le vois) en termes de pratiques qui en tant que telles sont chargées d'une valeur symbolique. Alors je discute pas le fait que ça soit plus efficace, mais le jour où je pluggerai de la drogue, j'aurai franchi une étape que je souhaite ne pas franchir dans mon parcours de droguée. Oui, c'est arbitraire, oui, c'est psychologique, oui c'est freudien... et alors??? Il s'agit simplement d'une balise que je me mets et que j'entends respecter, et ça commence à me lourder de passer pour une frustrée coincée du derche à cause de ça.
#28
C'était le terme "antisocial" que je trouvais un peu exagéré hein, après je peux comprendre le dégoût puisque je le partage pour l'IM et l'IV.
#29
Terme que je ne pense pas avoir utilisé, d'ailleurs...
#30
Effectivement, mais cette phrase sous-entend que le plug est antisocial, non ?
Citation :je trouve que la drogue doit dans la mesure du possible rester un plaisir dont il ne faut pas évacuer la dimension de partage et de convivialité.

M'enfin, pas la peine de polémiquer 10ans là dessus.


Topics apparemment similaires...
Lightbulb [Sujet de la semaine] Qui à le contrôle, vous ou votre conso ? Cookies 28 4,513 14/10/2020 20:44
Dernier message: Morning Glory
  Petit tutoriel pour contrôler votre consommation avec Excel. OhMonDupieux 19 2,949 03/06/2016 17:57
Dernier message: Óðinn
  Votre matos RDR préféré (injection, inhalation, roule ta paille...) 5tr4t0 20 3,788 02/12/2015 05:36
Dernier message: Mr Sandman



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.