S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Problème anxiété qui me bouffe physiquement

#1
Bonjour à tous j'ai toujours eu des problèmes d'anxiété globale et surtout sociale on va dire.
Ça arrive à un point ou quand je suis entreprise je ne peux rien avaler je me force tous les midis et c'est désagréable.
De plus cela se traduit beaucoup par des gro désagrément physique comme si avais du mal à respirer, des sueurs froide et chaudes ainsi qu'une sensation désagréable à la poitrine et peut-être au coeur. Cela arrive souvent même quand je ne prend pas de drogues pendant quelques temps. 
Donc là ça me motive pas du tout à trouver un travail parce que je sais bien que je vais destester (surtout open space).
Mais voilà je prend occasionnellemt des drogues pour m'aider à au moins vivre de bon moments sans stress

Quelqu'un est comme moi ? Si oui as tu trouvé des solutions efficaces ? 
Dernièrement j'ai trouvé les vidéos de Wim Hof très intéressante sur la respiration etc et c'est vrai que ça a l'air de bien marcher

 Merci d'avance pour vos réponses, ça me boque  vraiment sur plein de choses

Bisous
#2
Est-ce que tu arrives à identifier ce qui te rend anxieux(se) en entreprise, open space ou autres ? 
C'est que des sensations physiques ou il y a des pensées associées à cela ?

Courage à toi, je sais que si on est par nature très sensible, on peut receptionner toute l'angoisse et les émotions de l'environnement. Et en entreprise c'est pas ce qu'il manque.
La solution moi perso, que j'ai trouvé c'est éviter les lieux stressants (meme dans les magasins je me sens tendu, en entreprise j'imagine meme pas, je mettrai jamais les pieds laba..)
C'est pas LA solution mais on fait déjà avec ce qu'on a.
Et identifier dans la mesure du possible quand c'est une angoisse qui vient de nous ou de l'environnement, de la personne en face. Ou de la relation, de la connexion en elle meme. Ca aide à relativiser.
#3
(09/11/2020 09:31)GaetanCz a écrit :
Est-ce que tu arrives à identifier ce qui te rend anxieux(se) en entreprise, open space ou autres ? 
C'est que des sensations physiques ou il y a des pensées associées à cela ?

Courage à toi, je sais que si on est par nature très sensible, on peut receptionner toute l'angoisse et les émotions de l'environnement. Et en entreprise c'est pas ce qu'il manque.
La solution moi perso, que j'ai trouvé c'est éviter les lieux stressants (meme dans les magasins je me sens tendu, en entreprise j'imagine meme pas, je mettrai jamais les pieds laba..)
C'est pas LA solution mais on fait déjà avec ce qu'on a.
Et identifier dans la mesure du possible quand c'est une angoisse qui vient de nous ou de l'environnement, de la personne en face. Ou de la relation, de la connexion en elle meme. Ca aide à relativiser.


Salut merci de ta réponse (c'est pas le même compte mais l'autre bug j'arrivais plus à m'y connecter lol)

Oui je pense que clairement l'anxiété provient du fait que je suis toujours à psychoter sur mes moindres faits et gestes en public et du coup c'est fatiguant en open space. Du coup c'est un peu mental mais c'est surtout physiquement que j'ai du mal à le supporter. J'ai toujours l'impression d'avoir des sueurs froides et des pressions dans la poitrine. Qui plus est ça m'empêche de me concentrer sur mon taf et du coup je rame beaucoup.
Comme tu dis le plus simple serait de cherche un autre environnement de travail mais j'aimerais beaucoup surmonter ça et ne plus devoir me contraindre dans mes choix de vie.
Parfois même une activité qui est censée être cool, je vais pas y prendre de plaisir car mon anxiété de fond est toujours présente.
Il n'y a qu'avec la drogue que j'arrive à profiter des moments sociaux (c'est triste quand même).

Donc pour conclure je pense que c'est surtout car je m'inquiète trop du regard des autres et je veux être irréprochable. Pour moi c'est pas possible de rentrer en conflit avec quelqu'un juste car ça me dérange trop de savoir qu'on m'apprécie pas. Il faudrait que je fasse de la méditation où je ne sais quoi dessus.
Mais du coup le principal du problème c'est vraiment les gênes physiques qui en découlent, toute la journée parfois, je suis dans l'inconfort corporel.
#4
Citation :Donc pour conclure je pense que c'est surtout car je m'inquiète trop du regard des autres et je veux être irréprochable. Pour moi c'est pas possible de rentrer en conflit avec quelqu'un juste car ça me dérange trop de savoir qu'on m'apprécie pas. Il faudrait que je fasse de la méditation où je ne sais quoi dessus.

Je me reconnais énormément dans ce que tu dis là, sauf que moi je n'ai pas de gêne physique comme tu dis, c'est surtout mental. En ce qui me concerne, prendre confiance en moi est passé par :
- faire de la philo, lire des auteurs qui réfléchissaient sur la vie et donnaient du sens à ce qui m'arrivaient, discuter avec des gens intelligents, afin développer ma propre grille de lecture du monde, une grille qui me donne une place acceptable dans l'Univers. Apprendre à accepter ma petitesse et donc aussi la petitesse de mes erreurs, relativiser la valeur des jours à l'aune du temps et donc comprendre que la honte est insignifiante, vraiment on n'en meurt pas c'est fou Big Grin 
- aimer et pratiquer des choses qui me soient personnelles, dans lesquelles je puisse m'épanouir en sentant moins de pression sociale. Les aimer et les pratiquer en groupe afin de me sentir comprise.
- rencontrer plein de gens, faire du sexe avec certains, nouer des amitiés profondes avec d'autres, jusqu'à ce que mon cerveau intègre que l'image que j'ai de moi et l'image qu'autrui se fait de moi n'a la plupart du temps rien à voir (et que lorsque ça a à voir, ben c'est pas grave, on est quand même 7 milliards (8 maintenant ?) sur Terre).

En bonus petite citation du livre en cours :
"Le doute de soi n'est pas l'humilité, je crois même qu'il est parfois la forme la plus exaltée, presque délirante de l'orgueil, une sorte de férocité jalouse qui fait se retourner un malheureux contre lui-même, pour se dévorer."

L'humilité c'est pas quand y'a des infiltrations ?
méditation                                                             

« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »
#5
(09/11/2020 14:11)VitalS78 bis a écrit :
Salut merci de ta réponse (c'est pas le même compte mais l'autre bug j'arrivais plus à m'y connecter lol)

Oui je pense que clairement l'anxiété provient du fait que je suis toujours à psychoter sur mes moindres faits et gestes en public et du coup c'est fatiguant en open space. Du coup c'est un peu mental mais c'est surtout physiquement que j'ai du mal à le supporter. J'ai toujours l'impression d'avoir des sueurs froides et des pressions dans la poitrine. Qui plus est ça m'empêche de me concentrer sur mon taf et du coup je rame beaucoup.
Comme tu dis le plus simple serait de cherche un autre environnement de travail mais j'aimerais beaucoup surmonter ça et ne plus devoir me contraindre dans mes choix de vie.
Parfois même une activité qui est censée être cool, je vais pas y prendre de plaisir car mon anxiété de fond est toujours présente.
Il n'y a qu'avec la drogue que j'arrive à profiter des moments sociaux (c'est triste quand même).

Donc pour conclure je pense que c'est surtout car je m'inquiète trop du regard des autres et je veux être irréprochable. Pour moi c'est pas possible de rentrer en conflit avec quelqu'un juste car ça me dérange trop de savoir qu'on m'apprécie pas. Il faudrait que je fasse de la méditation où je ne sais quoi dessus.
Mais du coup le principal du problème c'est vraiment les gênes physiques qui en découlent, toute la journée parfois, je suis dans l'inconfort corporel.


Moi aussi je me reconnais. 
Mon anxiété a commencé à diminuer déjà quand j'ai accepté l'état de fait que j'étais anxieux du moindre geste et comportement. C'est un fait, lutter contre ça ne sert à rien. Prend toi comme tu es. Déjà tu en as conscience.
Est-ce que tu essaies dejà de cacher le fait que tu es anxieux et que les autres ne le voient pas ? Parce que si c'est le cas, tu ajoutes une couche de stress, celle-là est déjà inutile. On est tous des anxieux en nous à un certain niveau, il n'y a pas de quoi à le cacher.

Ensuite, clairement, de m'assumer. Par l'art, dans ma sensibilité (pleurer devant des gens a été un énorme cap dans mon déconditionnement, j'avais l'impression que c'était inconcevable et pourtant..) et même dans la marginalité/excentricité.
J'étais super timide et j'ai vraiment compris que je devais limite aller dans l'autre excès pour contrebalancer la chose. Par ex, j'ai commencé à danser dans la rue avec mes écouteurs, en me focalisant sur moi et ma danse et en s'en foutant du regard des autres. Maintenant je le fais moins mais j'arrive à danser, sans se soucier quasiment des gens autour de moi.. Ca a été un sacré travail. Surtout pour se lancer à l'eau.

Peut etre ca va t'inspirer.. Si tu veux dépasser cette anxiété, je te conseillerai de faire des choses de temps en temps qui pourraient sortir de l'ordinaire. Ainsi ton inconscient va capter que meme quand tu as un comportement qui sort de la "norme", tu vas voir que c'est pas la fin du monde, on pourra a la limite te juger mais c'est pas la fin du monde, ton inconscient va comprendre qu'on survie et c'est rien de grave, c'est meme cool par moment !
Moi ça m'a bcp aidé de faire ça.

Mais de mon expérience, c'est que le début d'un chemin. Ne pense pas que tu vas l'éradiquer en 6 mois par ex. et après tu seras détendu H24 ! On sait jamais.. mais moi je me suis rendu compte que quand on guéri une couche d'anxiété, y'a une autre plus profonde qui se pointe derrière Happywide Sacré bordel surtout toi qui décrit que c'est carrement physique (contraction dans la poitrine etc...), je connais bien ça ! Mais si ca peut te rassurer, je sens que depuis j'ai commencé à travailler sur ça, cette sensation c'est détendu ds ma poitrine, c'est pas encore ouvert, mais c'est déjà moins étouffant. Parfois ça peut se refermer en fonction des environnements mais il y a 2/3ans, j'étouffais H24..

Le témoignage de Tridi est intéressant aussi.
#6
Yop,

J'avoue que j'ai pas eu le courage de lire les réponses déso, du coup déso si y a des doublons.

Perso c'est la médication qui m'aide un peu... Je dis un peu, parce que ça m'empêche pas de m'isoler socialement en fait, mais quand je suis avec des gens je stresse moins, donc ça aide à trouver la volonté d'aller vers eux. Ca m'a aussi aidée en entreprise non seulement pour réduire mon anxiété sociale mais également pour augmenter mes skills de communication (temporairement, le temps du traitement ça reste pas). D'habitude ma tête est vide, je sais jamais quoi dire ou pas au bon moment. Avec la sertraline ou paroxéttine j'arrive à faire rire les gens sans trop de difficulté dans certaines conditions, après avoir fait suffisamment connaissance^^
Mais voilà ça a des limites: le cerveau imprimant une tendance inverse à l'effet initial bein... ça marche de moins en moins avec le temps, du moins c'est un risque, et arrêter le traitement est un risque de se retrouver dans un état pire qu'avant traitement (sevrage et PAWS).
Perso j'avais commencé avec de la sertraline à 17 ans. J'en ai 26 aujourd'hui, et suis sous paroxétine, bupropion, buspironE et vortioxétine, sans parler des trucs officieux que j'ajoute par dessus. J'ai pas qu'une phobie, j'ai aussi une dépression résistante donc mon cas reste différent du tiens hein, mais là bon, ça commence sérieusement à ressembler à de l'acharnement thérapeutique ><
Donc voilà, c'est mon expérience chacun est différent, c'est une aide potentiellement sérieuse mais c'est à double tranchant chez certaines personnes, c'est un risque des traitements de fond surtout si pris longtemps. Ils ne soignent pas vraiment, on ne parle pas là d'un rhume. Ils sont une sorte de prothèse chimique si on veut.


Sinon là je commence une thérapie par les schémas en psychothérapie, qui inclue pas mal de disciplines dont les TCC mais pas que, y a aussi du pseudoscientifique dedans mais... c'est pour le moins prométeur dans mon cas, je débute juste mais à voir.
Ma psy vient de me prêter un bouquin, "Je réinvente ma vie" de J.E.Jung J.S.Klosko.
Y a des chapitres sur des schémas précis, qui me décrivent absolument parfaitement, c'est fou, avec plein de détails. Du coup à voir... Mais sinon tu peux commencer par des TCC plus simples, ou de la REBT mais c'est pas super répandu en france ça je crois, c'est un dérivé des TCC qui tente d'aller plus loin dans les croyances pour dégommer celles qui sont à la source de toutes les autres.
En gros les TCC c'est la base, c'est la science. La REBT ça va plus loin mais dur à trouver. Y a certains cours sur internet, mais faut de la discipline de fou pour faire tout seul sans thérapeute sans décrocher je trouve. Et les schémas si tu as subit des trucs qui t'ont traumatisés dans l'enfance, ou même jusqu'à l'adolescence dans certains cas, c'est cool parce que ça remonte à la source de ta vie et des causes de ce qui t'arrive aujourd'hui, tout en se focalisant sur le présent, perso ça met plein de trucs en lumière même si dans mon cas il y a un travail de... haem de titan^^"
Ca demande de la motivation, de l'implication (et malheureusement... de l'argent), mais ça a un bon potentiel de t'aider à casser ce dysfonctionnement cognitif.

Pour l'instant c'est tout ce que j'ai, je reposterais si d'autres me viennent.
Gros courage à toi en tout cas, je suis pas un bon exemple pour donner de l'espoir pour s'en sortir lol mais la plupart des gens y arrivent en quelques mois à trois ans suivant le problème et la façon de le soigner, ça se fait Smile


a et oui la wimhoff on en a parlé y a des threads si tu veux. Perso ça a marché sur le coup quelques semaines avant qu'une grosse tolérance s'installe... Encore une fois, tout le monde est différent Wink
Love is a trap. The seduction of the most beautiful fantasy for the theft of the soul.
Opiates are the same.

l <3 5-HT & DA ~
Si tu peux lire ceci c'est que tu as l'âme d'un.e explorat.eur.rice, de bons yeux (ou une fonction zoom sur ton navigateur sophistiqué) et même mieux, que tu sais mettre un texte en surbrillance! Et ça, c'bow. :3 T'as tout mon respect.
#7
(09/11/2020 05:21)VitalS78 a écrit :
Bonjour à tous j'ai toujours eu des problèmes d'anxiété globale et surtout sociale on va dire.
Ça arrive à un point ou quand je suis entreprise

Regarde le verre à moitié plein : déjà t'arrive à être en entreprise ! (pour ma part c'est fini...)

(09/11/2020 05:21)VitalS78 a écrit :
De plus cela se traduit beaucoup par des gro désagrément physique comme si avais du mal à respirer, des sueurs froide et chaudes ainsi qu'une sensation désagréable à la poitrine et peut-être au coeur.

Je connais bien les sensations que tu décris et c'est lié à l'angoisse. Prendre des drogues pour régler le problème peut l'intensifier selon ce que tu prends (par exemple des stimulants, des psychédéliques ou de l'herbe) ou bien le temporiser pendant un temps (alcool, benzos, opis, etc.) mais provoquer une anxiété de rebond plus tard / ou nécessite d'augmenter régulièrement les doses à cause de la tolérance.

Une solution possible, c'est que tu trouves un taf où tu te sentes bien, mais c'est pas facile et faut parfois être prêt à renoncer à d'autres choses (par exemple un taf qui te plaît mais qui gagne mal).

Sinon le problème d'éviter les situations qui mettent mal à l'aise (comme Gaëtan le suggère), c'est qu'à long terme, généralement on évite de plus en plus de chose...

Le sport peut aider dans une certaine mesure. Une thérapie. Un traitement médicamenteux (ISRS, etc.). Un changement de vie. Une relation amoureuse. Beaucoup de facteurs peuvent jouer mais il n'y a pas de baguette magique malheureusement, c'est à toi de trouver ce qui fonctionne pour toi.

Mais si tu ne fais rien, le risque c'est que ça s'aggrave avec le temps et finisse par devenir invalidant (attaque de panique, anxiété généralisée, etc.).
#8
(09/11/2020 14:49)Tridimensionnel a écrit :
Citation :Donc pour conclure je pense que c'est surtout car je m'inquiète trop du regard des autres et je veux être irréprochable. Pour moi c'est pas possible de rentrer en conflit avec quelqu'un juste car ça me dérange trop de savoir qu'on m'apprécie pas. Il faudrait que je fasse de la méditation où je ne sais quoi dessus.

Je me reconnais énormément dans ce que tu dis là, sauf que moi je n'ai pas de gêne physique comme tu dis, c'est surtout mental. En ce qui me concerne, prendre confiance en moi est passé par :
- faire de la philo, lire des auteurs qui réfléchissaient sur la vie et donnaient du sens à ce qui m'arrivaient, discuter avec des gens intelligents, afin développer ma propre grille de lecture du monde, une grille qui me donne une place acceptable dans l'Univers. Apprendre à accepter ma petitesse et donc aussi la petitesse de mes erreurs, relativiser la valeur des jours à l'aune du temps et donc comprendre que la honte est insignifiante, vraiment on n'en meurt pas c'est fou Big Grin 
- aimer et pratiquer des choses qui me soient personnelles, dans lesquelles je puisse m'épanouir en sentant moins de pression sociale. Les aimer et les pratiquer en groupe afin de me sentir comprise.
- rencontrer plein de gens, faire du sexe avec certains, nouer des amitiés profondes avec d'autres, jusqu'à ce que mon cerveau intègre que l'image que j'ai de moi et l'image qu'autrui se fait de moi n'a la plupart du temps rien à voir (et que lorsque ça a à voir, ben c'est pas grave, on est quand même 7 milliards (8 maintenant ?) sur Terre).

En bonus petite citation du livre en cours :
"Le doute de soi n'est pas l'humilité, je crois même qu'il est parfois la forme la plus exaltée, presque délirante de l'orgueil, une sorte de férocité jalouse qui fait se retourner un malheureux contre lui-même, pour se dévorer."

L'humilité c'est pas quand y'a des infiltrations ?

Oui je vois ce que tu veux dire pour le côté mental et je suis pareil de ce côté j'arrive à gérer en entrenant mon cercle social etc. Je tiens beaucoup au fait de rencontrer du monde, faire des soirées etc pour justement s'habituer au social. Même si je suis introverti j'adore les gens en général. Du coup quand on me voit on peut croire que je suis très épanoui etc car je sors tout le temps et j'ai beaucoup d'amis mais voilà il y a toujours ces gênes physiques qui me donnent l'impression de renvoyer une image de quelqu'un qui est trop timide/asocial. 
Typiquement quand je suis debout dans le métro j'ai l'impression parfois que mon visage fait des mouvements tout seul et que je fais une tête bizarre. C'est juste mon cerveau qui me fait subir cette pression des regards alors qu'on soit je sais très bien que tout le monde s'en fout de moi dans un métro lol. Mais impossible d'agir de manière relax c'est plus fort que moi vraiment j'ai beau lutter, mon visage se crispe tout seul, je peux même avoir des petits tremblements etc

Et pour ta citation je ne sais pas si je la comprend bien mais j'ai l'impression qu'elle est paradoxale non ? ?
#9
Oui, les exercices de respiration peuvent aider, d'après mon psy, si on est anxieux trop longtemps avec des symptômes physiques, notamment l'impression de mal respirer, cela peut physiquement, à la longue contracter le diaphragme et de perpétuer cette gêne . Les longues et profondes inspirations m'aident à reprendre le contrôle sur ma respiration .

Et, si c'est handicapant comme tu le décris, n'hésite pas à chercher une psychothérapie mais bon, il n'est pas toujours facile de trouver les bons thérapeutes . Si tu as des proches à qui parler, n'hésite pas à leur en faire part, n'aie pas peur de sembler vulnérable .

Courage !
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
#10
(09/11/2020 18:34)GaetanCz a écrit :
(09/11/2020 14:11)VitalS78 bis a écrit :
Salut merci de ta réponse (c'est pas le même compte mais l'autre bug j'arrivais plus à m'y connecter lol)

Oui je pense que clairement l'anxiété provient du fait que je suis toujours à psychoter sur mes moindres faits et gestes en public et du coup c'est fatiguant en open space. Du coup c'est un peu mental mais c'est surtout physiquement que j'ai du mal à le supporter. J'ai toujours l'impression d'avoir des sueurs froides et des pressions dans la poitrine. Qui plus est ça m'empêche de me concentrer sur mon taf et du coup je rame beaucoup.
Comme tu dis le plus simple serait de cherche un autre environnement de travail mais j'aimerais beaucoup surmonter ça et ne plus devoir me contraindre dans mes choix de vie.
Parfois même une activité qui est censée être cool, je vais pas y prendre de plaisir car mon anxiété de fond est toujours présente.
Il n'y a qu'avec la drogue que j'arrive à profiter des moments sociaux (c'est triste quand même).

Donc pour conclure je pense que c'est surtout car je m'inquiète trop du regard des autres et je veux être irréprochable. Pour moi c'est pas possible de rentrer en conflit avec quelqu'un juste car ça me dérange trop de savoir qu'on m'apprécie pas. Il faudrait que je fasse de la méditation où je ne sais quoi dessus.
Mais du coup le principal du problème c'est vraiment les gênes physiques qui en découlent, toute la journée parfois, je suis dans l'inconfort corporel.


Moi aussi je me reconnais. 
Mon anxiété a commencé à diminuer déjà quand j'ai accepté l'état de fait que j'étais anxieux du moindre geste et comportement. C'est un fait, lutter contre ça ne sert à rien. Prend toi comme tu es. Déjà tu en as conscience.
Est-ce que tu essaies dejà de cacher le fait que tu es anxieux et que les autres ne le voient pas ? Parce que si c'est le cas, tu ajoutes une couche de stress, celle-là est déjà inutile. On est tous des anxieux en nous à un certain niveau, il n'y a pas de quoi à le cacher.

Ensuite, clairement, de m'assumer. Par l'art, dans ma sensibilité (pleurer devant des gens a été un énorme cap dans mon déconditionnement, j'avais l'impression que c'était inconcevable et pourtant..) et même dans la marginalité/excentricité.
J'étais super timide et j'ai vraiment compris que je devais limite aller dans l'autre excès pour contrebalancer la chose. Par ex, j'ai commencé à danser dans la rue avec mes écouteurs, en me focalisant sur moi et ma danse et en s'en foutant du regard des autres. Maintenant je le fais moins mais j'arrive à danser, sans se soucier quasiment des gens autour de moi.. Ca a été un sacré travail. Surtout pour se lancer à l'eau.

Peut etre ca va t'inspirer.. Si tu veux dépasser cette anxiété, je te conseillerai de faire des choses de temps en temps qui pourraient sortir de l'ordinaire. Ainsi ton inconscient va capter que meme quand tu as un comportement qui sort de la "norme", tu vas voir que c'est pas la fin du monde, on pourra a la limite te juger mais c'est pas la fin du monde, ton inconscient va comprendre qu'on survie et c'est rien de grave, c'est meme cool par moment !
Moi ça m'a bcp aidé de faire ça.

Mais de mon expérience, c'est que le début d'un chemin. Ne pense pas que tu vas l'éradiquer en 6 mois par ex. et après tu seras détendu H24 ! On sait jamais.. mais moi je me suis rendu compte que quand on guéri une couche d'anxiété, y'a une autre plus profonde qui se pointe derrière Happywide Sacré bordel surtout toi qui décrit que c'est carrement physique (contraction dans la poitrine etc...), je connais bien ça ! Mais si ca peut te rassurer, je sens que depuis j'ai commencé à travailler sur ça, cette sensation c'est détendu ds ma poitrine, c'est pas encore ouvert, mais c'est déjà moins étouffant. Parfois ça peut se refermer en fonction des environnements mais il y a 2/3ans, j'étouffais H24..

Le témoignage de Tridi est intéressant aussi.


Tu me fais beaucoup penser à un ami qui me dit comme toi, il était dans mon cas il ressentait beaucoup de malaise social dans sa jeunesse. Et aujourd'hui il s'en fout de tout parce que comme toi il a petit à petit cassé ces barrières qui le bloquaient (comme quand tu dis que tu danse avec tes écouteurs)
Merci pour tes réponses en tout cas ça me rassure beaucoup en complément avec ce pote dont je te parle.
En soit ça peut faire bizarre que je fasse ce topic alors que j'ai des amis à qui parler de ça mais je ressentais le besoin d'en parler sur un forum avec des inconnus pour augmenter le champs des solutions

Mais oui le plus bizarre c'est que je suis quelqu'un qui s'en fout de tout facilement. Donc mentalement parlant je ne devrais pas être stressé. Même le fait de me retrouver à le rue ne me stresserais pas. 
Par contre le social si et ça se manifeste physiquement le corps tremble, transpire et malgré toute ma lucidité mon corps me la fout à l'envers ?
#11
Peut etre tes pensées sont dissociées de ton anxiété, mais qu'elle reste présente en fond, d'où les symptômes physiques .
C'est qu'une supposition, mais ça peut arriver ce genre de phénomène .
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
#12
(09/11/2020 21:28)Morning Glory a écrit :
Yop,

J'avoue que j'ai pas eu le courage de lire les réponses déso, du coup déso si y a des doublons.

Perso c'est la médication qui m'aide un peu... Je dis un peu, parce que ça m'empêche pas de m'isoler socialement en fait, mais quand je suis avec des gens je stresse moins, donc ça aide à trouver la volonté d'aller vers eux. Ca m'a aussi aidée en entreprise non seulement pour réduire mon anxiété sociale mais également pour augmenter mes skills de communication (temporairement, le temps du traitement ça reste pas). D'habitude ma tête est vide, je sais jamais quoi dire ou pas au bon moment. Avec la sertraline ou paroxéttine j'arrive à faire rire les gens sans trop de difficulté dans certaines conditions, après avoir fait suffisamment connaissance^^
Mais voilà ça a des limites: le cerveau imprimant une tendance inverse à l'effet initial bein... ça marche de moins en moins avec le temps, du moins c'est un risque, et arrêter le traitement est un risque de se retrouver dans un état pire qu'avant traitement (sevrage et PAWS).
Perso j'avais commencé avec de la sertraline à 17 ans. J'en ai 26 aujourd'hui, et suis sous paroxétine, bupropion, buspironE et vortioxétine, sans parler des trucs officieux que j'ajoute par dessus. J'ai pas qu'une phobie, j'ai aussi une dépression résistante donc mon cas reste différent du tiens hein, mais là bon, ça commence sérieusement à ressembler à de l'acharnement thérapeutique ><
Donc voilà, c'est mon expérience chacun est différent, c'est une aide potentiellement sérieuse mais c'est à double tranchant chez certaines personnes, c'est un risque des traitements de fond surtout si pris longtemps. Ils ne soignent pas vraiment, on ne parle pas là d'un rhume. Ils sont une sorte de prothèse chimique si on veut.


Sinon là je commence une thérapie par les schémas en psychothérapie, qui inclue pas mal de disciplines dont les TCC mais pas que, y a aussi du pseudoscientifique dedans mais... c'est pour le moins prométeur dans mon cas, je débute juste mais à voir.
Ma psy vient de me prêter un bouquin, "Je réinvente ma vie" de J.E.Jung J.S.Klosko.
Y a des chapitres sur des schémas précis, qui me décrivent absolument parfaitement, c'est fou, avec plein de détails. Du coup à voir... Mais sinon tu peux commencer par des TCC plus simples, ou de la REBT mais c'est pas super répandu en france ça je crois, c'est un dérivé des TCC qui tente d'aller plus loin dans les croyances pour dégommer celles qui sont à la source de toutes les autres.
En gros les TCC c'est la base, c'est la science. La REBT ça va plus loin mais dur à trouver. Y a certains cours sur internet, mais faut de la discipline de fou pour faire tout seul sans thérapeute sans décrocher je trouve. Et les schémas si tu as subit des trucs qui t'ont traumatisés dans l'enfance, ou même jusqu'à l'adolescence dans certains cas, c'est cool parce que ça remonte à la source de ta vie et des causes de ce qui t'arrive aujourd'hui, tout en se focalisant sur le présent, perso ça met plein de trucs en lumière même si dans mon cas il y a un travail de... haem de titan^^"
Ca demande de la motivation, de l'implication (et malheureusement... de l'argent), mais ça a un bon potentiel de t'aider à casser ce dysfonctionnement cognitif.

Pour l'instant c'est tout ce que j'ai, je reposterais si d'autres me viennent.
Gros courage à toi en tout cas, je suis pas un bon exemple pour donner de l'espoir pour s'en sortir lol mais la plupart des gens y arrivent en quelques mois à trois ans suivant le problème et la façon de le soigner, ça se fait Smile


a  et oui la wimhoff on en a parlé y a des threads si tu veux. Perso ça a marché sur le coup quelques semaines avant qu'une grosse tolérance s'installe... Encore une fois, tout le monde est différent Wink

Oh mon dieu Wim Hoff quelle coincidence je viens de le découvrir il y à peine une semaine j'ai regardé quelques unes de ses vidéos et c'est super encourageant. J'ai essayé depuis peu et c'est vrai que ses conseils sur la respiration sont super intéressants et pertinents. Je vais essayer de m'y mettre de manière plus sérieuse 

Sinon oui pour les médocs j'y ai déjà pensé mais le problème c' est que cela ne traite que les symptômes et non la cause hélas. Et j'ai peur de devoir être dépendant a une substance pour vivre normalement. 
C'est comme quand je prend du xanax je comprend tout à coup comment les gens normaux réagissent en situation sociale c'est vraiment intéressant. Je me vois adopter les même comportements que les extraverti et là je me dis "ah mais c'est ça d'être normal et de vraiment vivre", tu kiffes les moindres choses même faire une présentation orale ça devient amusant

(10/11/2020 00:46)Acacia a écrit :
Oui, les exercices de respiration peuvent aider, d'après mon psy, si on est anxieux trop longtemps avec des symptômes physiques, notamment l'impression de mal respirer, cela peut physiquement, à la longue contracter le diaphragme et de perpétuer cette gêne .  Les longues et profondes inspirations m'aident à reprendre le contrôle sur ma respiration .

Et, si c'est handicapant comme tu le décris, n'hésite pas à chercher une psychothérapie mais bon, il n'est pas toujours facile de trouver les bons thérapeutes . Si tu as des proches à qui parler, n'hésite pas à leur en faire part, n'aie pas peur de sembler vulnérable .

Courage !

Yes merci je ne savais pas que les psy pouvaient aussi faire des exercices sur la respiration, ça peut être une bonne méthode
Merci beaucoup ?
#13
M'apprendre des façons de respirer, c'est l'une des premières choses que m'a dite mon psy pourtant il est assez old school .
Je pense que si tu exprimes des difficulté à respirer due à l'anxiété, la plupart des professionnels compétents proposeront des exercices de respiration .
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
#14
(10/11/2020 01:24)Acacia a écrit :
Peut etre tes pensées sont dissociées de ton anxiété, mais qu'elle reste présente en fond, d'où les symptômes physiques .
C'est qu'une supposition, mais ça peut arriver ce genre de phénomène .


Oui c'est clairement ce que je pense aussi

(10/11/2020 00:31)TripSitterFR a écrit :
(09/11/2020 05:21)VitalS78 a écrit :
Bonjour à tous j'ai toujours eu des problèmes d'anxiété globale et surtout sociale on va dire.
Ça arrive à un point ou quand je suis entreprise

Regarde le verre à moitié plein : déjà t'arrive à être en entreprise ! (pour ma part c'est fini...)

(09/11/2020 05:21)VitalS78 a écrit :
De plus cela se traduit beaucoup par des gro désagrément physique comme si avais du mal à respirer, des sueurs froide et chaudes ainsi qu'une sensation désagréable à la poitrine et peut-être au coeur.

Je connais bien les sensations que tu décris et c'est lié à l'angoisse. Prendre des drogues pour régler le problème peut l'intensifier selon ce que tu prends (par exemple des stimulants, des psychédéliques ou de l'herbe) ou bien le temporiser pendant un temps (alcool, benzos, opis, etc.) mais provoquer une anxiété de rebond plus tard / ou nécessite d'augmenter régulièrement les doses à cause de la tolérance.

Une solution possible, c'est que tu trouves un taf où tu te sentes bien, mais c'est pas facile et faut parfois être prêt à renoncer à d'autres choses (par exemple un taf qui te plaît mais qui gagne mal).

Sinon le problème d'éviter les situations qui mettent mal à l'aise (comme Gaëtan le suggère), c'est qu'à long terme, généralement on évite de plus en plus de chose...

Le sport peut aider dans une certaine mesure. Une thérapie. Un traitement médicamenteux (ISRS, etc.). Un changement de vie. Une relation amoureuse. Beaucoup de facteurs peuvent jouer mais il n'y a pas de baguette magique malheureusement, c'est à toi de trouver ce qui fonctionne pour toi.

Mais si tu ne fais rien, le risque c'est que ça s'aggrave avec le temps et finisse par devenir invalidant (attaque de panique, anxiété généralisée, etc.).


Tu ne peux plus aller en entreprise à cause de ton anxiété ? 
Sinon oui je sais que les drogues ne sont pas la solution bien au contraire lors des redescentes surtout, mon anxiété est intensifiée. Mais d'un autre côté sans elles il y a plein de choses que je n'aurais jamais vécu comme le fait de kiffer pleinement certaines soirées, concerts, festivals... 
Sinon j'ai fait une petite tentative de micro dosage à la psylocibine mais ma récolte n'était peut-être pas très bonne donc pas trop d'effet. 
J'aimerais réessayer un jour en le faisant sérieusement avec des champis bien frais

(10/11/2020 01:38)VitalS78 bis a écrit :
(09/11/2020 21:28)Morning Glory a écrit :
Yop,

J'avoue que j'ai pas eu le courage de lire les réponses déso, du coup déso si y a des doublons.

Perso c'est la médication qui m'aide un peu... Je dis un peu, parce que ça m'empêche pas de m'isoler socialement en fait, mais quand je suis avec des gens je stresse moins, donc ça aide à trouver la volonté d'aller vers eux. Ca m'a aussi aidée en entreprise non seulement pour réduire mon anxiété sociale mais également pour augmenter mes skills de communication (temporairement, le temps du traitement ça reste pas). D'habitude ma tête est vide, je sais jamais quoi dire ou pas au bon moment. Avec la sertraline ou paroxéttine j'arrive à faire rire les gens sans trop de difficulté dans certaines conditions, après avoir fait suffisamment connaissance^^
Mais voilà ça a des limites: le cerveau imprimant une tendance inverse à l'effet initial bein... ça marche de moins en moins avec le temps, du moins c'est un risque, et arrêter le traitement est un risque de se retrouver dans un état pire qu'avant traitement (sevrage et PAWS).
Perso j'avais commencé avec de la sertraline à 17 ans. J'en ai 26 aujourd'hui, et suis sous paroxétine, bupropion, buspironE et vortioxétine, sans parler des trucs officieux que j'ajoute par dessus. J'ai pas qu'une phobie, j'ai aussi une dépression résistante donc mon cas reste différent du tiens hein, mais là bon, ça commence sérieusement à ressembler à de l'acharnement thérapeutique ><
Donc voilà, c'est mon expérience chacun est différent, c'est une aide potentiellement sérieuse mais c'est à double tranchant chez certaines personnes, c'est un risque des traitements de fond surtout si pris longtemps. Ils ne soignent pas vraiment, on ne parle pas là d'un rhume. Ils sont une sorte de prothèse chimique si on veut.


Sinon là je commence une thérapie par les schémas en psychothérapie, qui inclue pas mal de disciplines dont les TCC mais pas que, y a aussi du pseudoscientifique dedans mais... c'est pour le moins prométeur dans mon cas, je débute juste mais à voir.
Ma psy vient de me prêter un bouquin, "Je réinvente ma vie" de J.E.Jung J.S.Klosko.
Y a des chapitres sur des schémas précis, qui me décrivent absolument parfaitement, c'est fou, avec plein de détails. Du coup à voir... Mais sinon tu peux commencer par des TCC plus simples, ou de la REBT mais c'est pas super répandu en france ça je crois, c'est un dérivé des TCC qui tente d'aller plus loin dans les croyances pour dégommer celles qui sont à la source de toutes les autres.
En gros les TCC c'est la base, c'est la science. La REBT ça va plus loin mais dur à trouver. Y a certains cours sur internet, mais faut de la discipline de fou pour faire tout seul sans thérapeute sans décrocher je trouve. Et les schémas si tu as subit des trucs qui t'ont traumatisés dans l'enfance, ou même jusqu'à l'adolescence dans certains cas, c'est cool parce que ça remonte à la source de ta vie et des causes de ce qui t'arrive aujourd'hui, tout en se focalisant sur le présent, perso ça met plein de trucs en lumière même si dans mon cas il y a un travail de... haem de titan^^"
Ca demande de la motivation, de l'implication (et malheureusement... de l'argent), mais ça a un bon potentiel de t'aider à casser ce dysfonctionnement cognitif.

Pour l'instant c'est tout ce que j'ai, je reposterais si d'autres me viennent.
Gros courage à toi en tout cas, je suis pas un bon exemple pour donner de l'espoir pour s'en sortir lol mais la plupart des gens y arrivent en quelques mois à trois ans suivant le problème et la façon de le soigner, ça se fait Smile


a  et oui la wimhoff on en a parlé y a des threads si tu veux. Perso ça a marché sur le coup quelques semaines avant qu'une grosse tolérance s'installe... Encore une fois, tout le monde est différent Wink

Oh mon dieu Wim Hoff quelle coincidence je viens de le découvrir il y à peine une semaine j'ai regardé quelques unes de ses vidéos et c'est super encourageant. J'ai essayé depuis peu et c'est vrai que ses conseils sur la respiration sont super intéressants et pertinents. Je vais essayer de m'y mettre de manière plus sérieuse 

Sinon oui pour les médocs j'y ai déjà pensé mais le problème c' est que cela ne traite que les symptômes et non la cause hélas. Et j'ai peur de devoir être dépendant a une substance pour vivre normalement. 
C'est comme quand je prend du xanax je comprend tout à coup comment les gens normaux réagissent en situation sociale c'est vraiment intéressant. Je me vois adopter les même comportements que les extraverti et là je me dis "ah mais c'est ça d'être normal et de vraiment vivre", tu kiffes les moindres choses même faire une présentation orale ça devient amusant

(10/11/2020 00:46)Acacia a écrit :
Oui, les exercices de respiration peuvent aider, d'après mon psy, si on est anxieux trop longtemps avec des symptômes physiques, notamment l'impression de mal respirer, cela peut physiquement, à la longue contracter le diaphragme et de perpétuer cette gêne .  Les longues et profondes inspirations m'aident à reprendre le contrôle sur ma respiration .

Et, si c'est handicapant comme tu le décris, n'hésite pas à chercher une psychothérapie mais bon, il n'est pas toujours facile de trouver les bons thérapeutes . Si tu as des proches à qui parler, n'hésite pas à leur en faire part, n'aie pas peur de sembler vulnérable .

Courage !

Yes merci je ne savais pas que les psy pouvaient aussi faire des exercices sur la respiration, ça peut être une bonne méthode
Merci beaucoup

#15
Citation :Tu me fais beaucoup penser à un ami qui me dit comme toi, il était dans mon cas il ressentait beaucoup de malaise social dans sa jeunesse. Et aujourd'hui il s'en fout de tout parce que comme toi il a petit à petit cassé ces barrières qui le bloquaient (comme quand tu dis que tu danse avec tes écouteurs)
Merci pour tes réponses en tout cas ça me rassure beaucoup en complément avec ce pote dont je te parle.
En soit ça peut faire bizarre que je fasse ce topic alors que j'ai des amis à qui parler de ça mais je ressentais le besoin d'en parler sur un forum avec des inconnus pour augmenter le champs des solutions

Mais oui le plus bizarre c'est que je suis quelqu'un qui s'en fout de tout facilement. Donc mentalement parlant je ne devrais pas être stressé. Même le fait de me retrouver à le rue ne me stresserais pas. 
Par contre le social si et ça se manifeste physiquement le corps tremble, transpire et malgré toute ma lucidité mon corps me la fout à l'envers ?


Ca règle pas tous les problèmes, je m'en fous pas de tout mais disons qu'il y a tout un pan d'anxiété qui est parti.
Pour ton cercle social, c'est normal, au final, ce sont nos proches qui nous procurent les meilleurs moments mais aussi des angoisses parfois parce que c'est à eux qu'on tient le plus et qu'on veut le plus montrer notre meilleur facette.
Et ton corps ne te le met pas à l'envers. Il manifeste la vérité la plus profonde en toi. C'est pas parce que tu as une certaine personnalité lucide et stable, que dans tes entrailles ça panique pas.
Ma personnalité aussi parfois est surprise de l'anxiété ou d'une émotion qui est présente dans une certaine situation pcq mentalement je comprend et je suis lucide de ce qu'il se passe. Mais c'est plus mon "être profond" en moi qui est submergé par ce qu'il se passe. Et au final c'est lui qui est le plus important. Notre personnalité est superficielle.

Et je vois parfaitement ce que tu veux dire pour le fait d'etre SDF, moi pareil, ça va pas trop me perturber. Du coup la problématique est peut-etre à chercher au niveau de l'image que tu renvoies dans ton cercle social et les peurs familiales associées derriere (parce que notre premier cercle social c'est la famille).

Peut-etre tu es au fond de toi quelqu'un de très sensible mais tu essaie de garder une image parfaite (conditionnement familial) pour plaire à ton entourage ? (interdiction de montrer sa tristesse, sa colere ou son mécontentement par ex).
Je propose cette piste car c'est une problématique majeure en Occident où on nous apprend à réprimer nos émotions dans nos familles. Qui elles-même ont été conditionnées par leur propre famille.. sacré chaine quoi !
Et aussi, parce que dans ce que tu as écris je sens comme si justement tu essayais d'etre qqn de social et là... tu vas rentrer en conflit avec ce que tu ressens au plus profond. Parce que socialement, on nous demande d'etre tjrs bien, de tjrs mettre à l'aise les autres etc... c'est bcp de pression.
Le but n'est pas d'etre asocial mais c'est juste qu'on nous conditionne à un certain type de sociabilité.
#16
(10/11/2020 09:27)GaetanCz a écrit :
Citation :Tu me fais beaucoup penser à un ami qui me dit comme toi, il était dans mon cas il ressentait beaucoup de malaise social dans sa jeunesse. Et aujourd'hui il s'en fout de tout parce que comme toi il a petit à petit cassé ces barrières qui le bloquaient (comme quand tu dis que tu danse avec tes écouteurs)
Merci pour tes réponses en tout cas ça me rassure beaucoup en complément avec ce pote dont je te parle.
En soit ça peut faire bizarre que je fasse ce topic alors que j'ai des amis à qui parler de ça mais je ressentais le besoin d'en parler sur un forum avec des inconnus pour augmenter le champs des solutions

Mais oui le plus bizarre c'est que je suis quelqu'un qui s'en fout de tout facilement. Donc mentalement parlant je ne devrais pas être stressé. Même le fait de me retrouver à le rue ne me stresserais pas. 
Par contre le social si et ça se manifeste physiquement le corps tremble, transpire et malgré toute ma lucidité mon corps me la fout à l'envers ?


Ca règle pas tous les problèmes, je m'en fous pas de tout mais disons qu'il y a tout un pan d'anxiété qui est parti.
Pour ton cercle social, c'est normal, au final, ce sont nos proches qui nous procurent les meilleurs moments mais aussi des angoisses parfois parce que c'est à eux qu'on tient le plus et qu'on veut le plus montrer notre meilleur facette.
Et ton corps ne te le met pas à l'envers. Il manifeste la vérité la plus profonde en toi. C'est pas parce que tu as une certaine personnalité lucide et stable, que dans tes entrailles ça panique pas.
Ma personnalité aussi parfois est surprise de l'anxiété ou d'une émotion qui est présente dans une certaine situation pcq mentalement je comprend et je suis lucide de ce qu'il se passe. Mais c'est plus mon "être profond" en moi qui est submergé par ce qu'il se passe. Et au final c'est lui qui est le plus important. Notre personnalité est superficielle.

Et je vois parfaitement ce que tu veux dire pour le fait d'etre SDF, moi pareil, ça va pas trop me perturber. Du coup la problématique est peut-etre à chercher au niveau de l'image que tu renvoies dans ton cercle social et les peurs familiales associées derriere (parce que notre premier cercle social c'est la famille).

Peut-etre tu es au fond de toi quelqu'un de très sensible mais tu essaie de garder une image parfaite (conditionnement familial) pour plaire à ton entourage ? (interdiction de montrer sa tristesse, sa colere ou son mécontentement par ex).
Je propose cette piste car c'est une problématique majeure en Occident où on nous apprend à réprimer nos émotions dans nos familles. Qui elles-même ont été conditionnées par leur propre famille.. sacré chaine quoi !
Et aussi, parce que dans ce que tu as écris je sens comme si justement tu essayais d'etre qqn de social et là... tu vas rentrer en conflit avec ce que tu ressens au plus profond. Parce que socialement, on nous demande d'etre tjrs bien, de tjrs mettre à l'aise les autres etc... c'est bcp de pression.
Le but n'est pas d'etre asocial mais c'est juste qu'on nous conditionne à un certain type de sociabilité.

Oui ma mère pense que je suis hypersensible même si j'ai jamais fais de diagnostic ou quoi. 
Mais bizaremment non dans ma famille on a vraiment pas de tabou avec les parents, on peut parler de tout. 
Par contre c'est vrai que c'est moi qui ai du mal à exprimer mes peurs et problèmes, j'ai toujours eu du mal à parler de ça, ça me gêne surtout en face à face. Je pense que c'est dû à un conditionnement où comme t'es un homme tu dois pas laisser paraitre ce genre de chose. 
À la base ne serait-ce que pour poster sur ce forum, je ne l'aurais pas fait en temps normal, il a fallu que je sois défoncé pour ça.
#17
(10/11/2020 10:09)VitalS78 bis a écrit :
Oui ma mère pense que je suis hypersensible même si j'ai jamais fais de diagnostic ou quoi. 
Mais bizaremment non dans ma famille on a vraiment pas de tabou avec les parents, on peut parler de tout. 
Par contre c'est vrai que c'est moi qui ai du mal à exprimer mes peurs et problèmes, j'ai toujours eu du mal à parler de ça, ça me gêne surtout en face à face. Je pense que c'est dû à un conditionnement où comme t'es un homme tu dois pas laisser paraitre ce genre de chose. 
À la base ne serait-ce que pour poster sur ce forum, je ne l'aurais pas fait en temps normal, il a fallu que je sois défoncé pour ça.


Même si on porte un masque, les êtres les plus proche de nous savent +/- comment on est au fond de nous.
Tout le monde préssentait ma sensibilité alors que j'avais beau la cacher avec toutes les ruses possibles Happywide
Et au final, quand on la dévoile, ça peut nous soulager et nous rendre encore plus attachant et permettre aussi aux autres de s'ouvrir sur des sujets plus authentiques et sinceres.
Mais c'est pas évident à faire le premier pas.
#18
(10/11/2020 01:45)VitalS78 bis a écrit :
Tu ne peux plus aller en entreprise à cause de ton anxiété ? 

Sinon j'ai fait une petite tentative de micro dosage à la psylocibine mais ma récolte n'était peut-être pas très bonne donc pas trop d'effet. 
J'aimerais réessayer un jour en le faisant sérieusement avec des champis bien frais

Je ne pouvais plus à une époque. Mais c'est un peu différent dans le sens où c'était lié à un traumatisme, donc pas "juste" de l'anxiété. Mais cette situation entraînait beaucoup d'anxiété à l'époque et j'ai dû trouver une activité professionnelle compatible avec cet état. Là par contre, depuis 6 mois c'est beaucoup plus compliqué à cause du covid (j'ai perdu cet emploi suite à l'épidémie et de plus, j'ai développé un SSPT après m'être occupé d'un proche malade de ce virus).

Pour les microdoses de champis, perso j'ai trouvé que ça boostait plus mon anxiété qu'autre chose. J'ai trouvé l'acide plus adapté dans cette optique, même si ça peut ne pas convenir à tout le monde de part son effet stimulant.


Topics apparemment similaires...
  sniffer du poivre contre l'anxiété Oo ? fibrose 14 4,703 04/04/2016 15:36
Dernier message: Rosevigan



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.