S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Le sémantopic

#1
Chacun ses névroses - moi ce sont les mots. L'étymologie, les néologismes, les toponymes, tout le champ de la signification. Et de peur que @Biquette ne se lasse que je le floode de mes illuminations, je cède à mes bas instincts et ouvre ce topic pour parler de sémantique.

En ce moment je lis un bouquin sur la guerre de 100 ans et il est truffé de vieilles expressions dont certaines sont, je trouve, délicieuses.
En vrac :
  • l'ains-né, ou aisné, est l'ancêtre de l'aîné, qui vient d'ante-natus (le né devant, le né en premier). Au XVe siècle, on atteste l'orthographe ainz nez. Remarquez comme le s baladeur est devenu un circonflexe ! De même pour le puis-ne (post natus) qui deviendra le puîné en 1740.
  • l'italien famfaluca (bulle d'air) a donné la fanfelue ou fanfeluce (futilité, bagatelle) vers 1400 ; jusqu'à ce que Rabelais en fasse, vers 1530, la fanfreluche, ornement de toilette féminine. Un seul mot pour tant de légèreté...
  •  Les gentilfames, càd les femmes qui avaient de la souche, de la race (les aristocrates, quoi) côtoyaient sans complexe les gentilshommes. De même qu'un damoisel (plus tard : damoiseau), jeune homme n'ayant pas encore été fait chevalier, avait pour épouse une damoisele.
-> "Il n’y a plus de Damoiselles en France ; on dit maintenant Demoiselle d’une marchande de pommes. Nous manquons absolument de termes distinctifs pour l’âge, pour l’état, pour les conditions, pour ce que réclamerait sans doute l’intérêt des mœurs et de l’honnêteté publiques." — (Louis-Sébastien Mercier, Néologie, t. 1, 1801). Heureusement, le patriarcat sut rétablir l'ordre en séparant les Mademoiselles et les Madames :)
  • On gagnait une réputation de bordelier à trop fréquenter les lieux de plaisir (côté vulve, la bordelière est une prostituée. Hé oui, chacun son rôle).
  • Bougres et bougresses (sodomites, donc) y prenaient leur pied en souvenir des bogres (hérétiques et débauchés dans les années 1100) et du mythique Bogomile qui fonda la secte chrétienne des Bulgares.
  • un dernier pour la route : à trop cuider (à trop réfléchir) on se trouve prit de cuidançon (inquiétude)... à moins que l'on ne finisse par se penser au-dessus des autres ; et l'on sera alors un outre-cuidant !
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#2
Ah tiens j'étais tombé sur un post (quelque part sur l'internet sauvage) qui parlait de sémantique au sujet de la nouvelle écriture de pharmacie. J'ai pensé à toi, puis j'ai oublié de te l'envoyer x) 
Si par miracle je retombe dessus, je le posterai ici ^^
Un peu de musique ?

Soundcloud    |    Spotify    |    Youtube

Les questions fréquentes du forum    |    La charte du forum    |    Les fiches info et tutos
#3
Pharmacie? Vous avez dit pharmacie?

Snappy sautant partout comme un gosse
Self-made chemist  and pharmacologist
Nuit Blanche Suisse, RDR forever!
Free will is a lie.
#4
[Image: 200129020523569636.jpg]

[Image: yrLkjfy.jpg]
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#5
Ventre saint Jacques ! Je ne sais même pas si c'est bien orthographié mais j'adore cette vielle expression
Tridi : Je pense qu'on est nombreux à être comme ça avec nos passions haha
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

#6
(29/01/2020 11:39)Indica a écrit :
Ventre saint Jacques !


Je connaissais "Ventre saint-gris" qui était apparemment le juron préféré de Henri IV. Son origine n'est pas claire mais apparemment, Saint-Gris serait un nom de saint fantaisiste (ou faisant référence à la communauté des frères de St-Jean qu'on appelait aussi les Petits Gris).

Ce serait une façon d'éviter le blasphème (même si ta version va droit dedans). Il y a comme ça beaucoup de jurons qui font référence à la religion mais en déformant un mot afin de ne pas abuser. Il était courant par exemple de remplacer "Dieu" par "bleu" d'où : morbleu, sacrebleu, palsembleu (par-le-sang-de-dieu). Autres exemples : "tudieu" pour "par la vertu (= pucelage) de Dieu", "pardi" pour "par Dieu", "crévindiou" pour "sacrés vains dieux", "sapristi" pour "sacristi"...
Il y a pas mal d'exemples de vieux jurons analysés ici : http://www.analysebrassens.com/?page=texte&id=48&%23
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#7
J'avais vu Ventre Saint Jacques dans Gargantua, ce livre est pas mal pour dénicher ce vieux vocabulaire plein de charme . Enfin si j'étais un peu plus cultivé j'aurais peut-être d'autres références haha
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

#8
Ah oui, Rabelais c'est le champion des néologismes, un peu comme Shakespeare chez les anglais à une autre époque.

@Alter-Breath en cherchant je suis tombé sur ça, ça, ça... Mais il en ressort finalement que ça a été inventé dans Ubu Roi, en 1896 (je ne pensais pas que c'était si vieux...).

Décidément, le théâtre est fécond en bons mots Rolleyes
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#9
Des mots vieux de plusieurs centaines d'années s'appellent toujours "NEOlogismes" ? ^^
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

#10
À son époque ça en étaient :)
Il faut bien que les mots sortent de quelque-part. Je ne sais pas quand est-ce qu'on cesse de les appeler "néologismes". Peut-être lorsqu'ils entrent dans le dico ? C'est une question similaire à celle des RCs. Est-ce qu'ils cessent d'en être le jour où l'Etat les banni ?
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#11
Du coup le but de ce topic est de partager des mots/néologismes un peu rares qu'on aime bien et leur histoire ? Et au cas où on ne connait pas leur histoire, la flute viens nous l'expliquer ?
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

#12
Non, c'est un topic un peu plus large pour parler de sémantique (même si l'étymologie y prend une grande place). Par exemple la toponymie, une remarque de syntaxe, ...
À la base c'était surtout pour partager mes coups de cœur mais d'autres personnes peuvent participer si elles le souhaitent.
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#13
Suite à un post sur FB d'une page quelconque réclamant des expressions incongrues courant dans les familles, j'ai trouvé certaines réponses si géniales que j'ai tenu à les compiler (il faut les imaginer, pour la plupart, prononcées par un parent ou grand-parent) :

Après avoir fini son assiette :
"C'est qu'ça mange, un doberman !"
"Encore une que les boches/les prussiens n'auront pas !" (fonctionne aussi avec les bouteilles)
"Merci j'ai fini !" (expression polonaise pour remercier la terre, la, vie, la chance d'avoir apporté tant de nourriture)

Iel est moche :
"Elle a les dents qui courent après le bifteck"
"Il est moche à faire rater une couvée de singes en hiver"
"Il a un œil qui fend le bois et l'autre qui l'empile."

Iel est con mais on respecte les vieux :
"On l'aime bien au village depuis que l'âne/le chien est mort."

Compliments :
"Ti, t'auraus pu travailler à l'casse !" (envers une personne délicate)
"Tu es beau comme un oeuf !"
"Tu as des joues, on dirait mes fesses"

Tu te fiches de moi ?
"Hé va caguer a la vigne"
"Une claque de cowboy sur ton oreille d'indien !"
"Tu veux une giroflette à 5 branches ?!" (-> la fameuse claque)
"Tu rigoles pas un peu des genoux ?!"
''Faut pas pousser Jésus dans les osties !'' (déformation de cette pauvre mémé dans les orties...)

L'alcool c'est de l'eau :
"Attention, l'eau c'est fort ça porte les bateaux"

Tu vas la ranger ta chambre ??
"Quand t’auras ta maison, je viendrai chier dans le salon !"
"Éteins la lampe, les chiens pissent pas l'huile"

Teckel :
"Paomélon"

T'as de la chance...
"T'as la chatte a Mireille"

On mange quoi ce soir ?
"Des pets de chien frits au beurre..."
"Des nonuches à la sauce cailloux" 

Has-been :
"C'est vieux comme mes robes !" (déformation de "c'est vieux comme Hérode"... fonctionne encore mieux prononcé par un homme)

Dégage, tu bouches la vue :
"Ton père il est vitrier ?"

C'est bizarre...
"Il y a baleine sous gravier" (ou cachalot sous les graviers, ... déformation de l'anguille sous roche)

Quelle heure est-il ?
"Teurteur et quart"

Maman, y'a quoi ce soir à la télé ?
"Nenette et ratintin au pays des lutin"
"Au lion d'or" (= au lit, on dort !)
"Vingt mille lieues sous les draps, avec le commandant Couche-Tôt"

Mamie, y'a quoi ce soir à la télé ?
"30 ans sur le pot, la vie d'un constipé"
"La main de ma sœur dans la culotte d'un zouave" (une tendresse spéciale pour cette dernière)
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#14
Vous connaissez sûrement les sept péchés capitaux : gourmandise, paresse, luxure, envie, colère, avarice et orgueil. « Capital » ne désigne en fait pas la gravité (ce n’est pas si grave de s’adonner à la gourmandise en passant devant l’étal à bonbons) mais l’ordre de priorité : en effet, ce mot vient de la tête (caput en latin), d’où la « peine capitale » (où l’on perd la tête et couic). Les péchés capitaux sont à la tête du vice, ils sont ceux dont découlent tous les autres : le meurtre par exemple peut découler de l’envie et de la colère. D’ailleurs il ne s’agit pas tant de péchés (de fautes) que de tendances pouvant entraîner le péché.
Lorsque cette liste fut établie par St-Thomas d’Aquin (au 13e siècle, dans la Somme Théologique), le mot de « paresse » est remplacé par celui d’ « acédie ». Et suivante est la question qui nous brûle aussitôt les lèvres : nom de Zeus, mais qu’est-ce que l’acédie ??
Avant d’y répondre, petit intermède avec une initiative de géographes américains visant à cartographier le péché, « cartographie rigoureuse de données ridicules »

L’acédie est un mot d’origine grecque, qui part de la racine indo-européenne k̂ād- signifiant le malaise, le déplaisir. En grec, kếdô devient le souci qu’on se fait pour autrui, et par extension le soin qu’on lui apporte (il y a donc là un renversement de la connotation, de négative à positive). A-kêdês va donc signifier l’indifférence, la négligence ; c’est dans ce sens que le mot entre dans la Bible.
On trouve pour la première fois un sens spirituel à ce mot dans la Septante (traduction grecque de l’Ancien Testament vers -270), psaume 128 : « Mon âme s'est endormie à cause de l'acédie » ("abattement" dans cette traduction).

Dans la doctrine chrétienne, en tant que créature de Dieu, on est censé traiter son corps, son être, avec le même soin que celui avec lequel on traite autrui (et vice-versa). La négligence envers soi-même est donc un vice moral, puisque ce faisant (ou plutôt : ce ne faisant pas) on néglige l’œuvre du Créateur. Quand on est un peu familier avec l’histoire du christianisme, ça fait une petite contradiction avec les diverses traditions d’auto-flagellation qui font son image d’Épinal : il y a bien une certaine tension à ce sujet dans la doctrine chrétienne, avec de multiples interprétations qui ont donné lieu à des courants déclarés hérétiques, des guerres de religions etc. (ouais, c’est pas simple).

Le terme d'acédie prend son essor avec les Pères du Désert, ces clercs des 3e et 4e siècles qui se retirent, seuls ou en communauté, dans le désert d’Égypte pour s’y livrer à l’adoration et l’introspection. Il ne faut pas perdre de vue qu’avant de devenir une religion omni-potente sur notre continent, le christianisme a d’abord été une doctrine persécutée qu’on pourrait qualifier d’alter-mondialiste. Dans l’isolement et les conditions extrêmes, ces fidèles cherchent une autre façon de vivre et de se rapprocher du divin. Évidemment, ils en profitent pour écrire et théoriser leurs expériences spirituelles… Des psychonautes avant l’heure, en somme.
L’un d’eux, Évagre le Pontique, systématise huit penchants de l’âme (logismoï) qu’il faut apprendre à canaliser pour atteindre l’apathie, qui a un sens plus heureux qu’aujourd’hui… (mais je ne vais pas m’égarer cette fois-ci – note à moi-même : jeter un œil à sa trilogie initiatique). Comme je n’ai pas accès au texte lui-même, je vais copier la citation de Wikipédia :

Évagre le Pontique a écrit :
Le démon de l’acédie, qui est aussi appelé "démon de midi", est le plus pesant de tous ; il attaque le moine vers la quatrième heure et assiège son âme jusqu’à la huitième heure. D’abord, il fait que le soleil paraît lent à se mouvoir, ou immobile, et que le jour semble avoir cinquante heures. Ensuite il le force à avoir les yeux continuellement fixés sur les fenêtres, à bondir hors de sa cellule, à observer le soleil pour voir s’il est loin de la neuvième heure, et à regarder de-ci, de-là quelqu’un des frères […].
En outre, il lui inspire de l’aversion pour le lieu où il est, pour son état de vie même, pour le travail manuel et, de plus, l’idée que la charité a disparu chez les frères, qu’il n’y a personne pour le consoler. Et s’il se trouve quelqu’un qui, dans ces jours-là ait contristé le moine, le démon se sert aussi de cela pour accroître son aversion. Il l’amène alors à désirer d’autres lieux, où il pourra trouver facilement ce dont il a besoin, et exercer un métier moins pénible et qui rapporte davantage ; il ajoute que plaire au Seigneur n’est pas une affaire de lieu : partout en effet, est-il dit, la divinité peut être adorée. Il joint à cela le souvenir de ses proches et de son existence d’autrefois, il lui représente combien est longue la durée de la vie, mettant devant ses yeux la fatigue de l’ascèse ; et, comme on dit, il dresse toutes ses batteries pour que le moine abandonne sa cellule et fuie le stade.


La bonne grosse déprime quoi. Heureusement, Évagre identifie cinq remèdes très simples pour en sortir : pleurer ; soigner son hygiène de vie ; s’appuyer sur l’Écriture ; penser à la mort ; tenir, durer coûte que coûte. Pour plus de détails, cette page donne pas mal de précisions sur le concept.

Jean Cassien (à cheval entre le 4e et le 5e siècle) recueille l’enseignement d’Évagre puis, au cours de ses pérégrinations, échoue dans le sud de la France où il fonde de nombreux monastères (c’est même l’un des fondateurs du monachisme à l’occidentale). Il en profite pour théoriser l’acédie dans un sens à la fois communautaire et pleinement spirituel, en lui donnant une vraie place dans son système de pensée. À cette époque, la question de la stabilité (matérielle et morale) est primordiale pour les petits groupes de croyants qui tentent de s’établir au-delà du grand monde. L’autarcie nécessite une certaine rigueur et un équilibre des forces. Jean Cassien fait de l’acédieu une personne à la fois dolente et agitée, incapable de se concentrer sur une tâche et de participer à la survie de la communauté. Le vide spirituel, personnel, devient un problème de société. Le remède ? L’activité manuelle, qui canalise l’attention, utilise le corps et stabilise l’esprit.
Des siècles plus tard, Cioran approuve cette méthode : « Contre l’acédie, je ne me rappelle plus quel Père recommande le travail manuel. Admirable conseil, que j’ai toujours pratiqué spontanément : il n’y a pas de cafard, cette acédie séculière, qui résiste au bricolage. » (De l’inconvénient d’être né).

Là, comme ça, le concept semble en bonne voie ; et puis patatra, au 6e siècle, Grégoire le Grand (un Pape) le vire de sa liste des vices. En effet, avec la tristesse, la vaine gloire, l’envie, la colère, le désir de s’enrichir, la luxure et l’excès dans le manger et le boire, ça fait huit ; or le Moyen-Âge, période symboliste avant tout, on aime bien tout ce qui fait sept (chiffre divin, création du monde blablabla). L’acédie vire parce qu’elle se confond un peu trop avec la tristesse et la paresse, et puis parce que Grégoire est Pape, donc s’occupe de toute la chrétienté, alors que l’acédie est un concept créé par des moines pour des moines.
Faire des listes c’est bien ; encore faut-il les généraliser et c’est pas gagné, surtout dans un monde où l’information se transmet à vitesse humaine, où chaque livre est copié à la main et où l’on pratique volontiers le téléphone maure, heu, arabe. L’acédie survit encore longtemps comme notion monastique ; mais le mal est fait, et le concept se brouille petit à petit, perd de sa spécificité pour se confondre avec un vice ou un autre.
Le dernier à l’utiliser est Thomas d’Acquin, au 13e siècle. Le contexte, c’est l’essor du mouvement scolastique, c’est-à-dire qu’au lieu d’acquérir du savoir en commentant à l’infini les textes existants (la glose), on va essayer d’utiliser sa logique et sa rationalité pour arriver à la vérité. What a revolution ! La faute à la découverte de traductions de qualité des textes d’Aristote (merci les arabes). Bon je vais pas m’étendre ici sur ce qu’est le courant scolastique mais je vous invite à vous y pencher car c’est vraiment passionnant ; en gros le savoir sort des monastères pour arriver dans la ville, c’est l’époque des premières Universités etc.
Revenons à l’acédie, Thomas la place à nouveau dans la liste des sept péchés (et là on revient au début de mon post, la boucle est bouclée youpi) en l’intégrant également dans le système aristotélicien, c’est la fête de la structure et de la théorie cette époque, de la bonne branlette intellectuelle saupoudrée de mysticisme, un délice, heu, délire.
L’acédie brille de ses derniers feux, les siècles suivants la relégueront au rang de pirouette littéraire.

Jules Lemaître a écrit :
Il veut prier : son cœur ne sait plus de prière.
Froid, et l’acédia lui desséchant la peau,
C’est un homme de marbre assis sur un tombeau.


J’ai été super longue, tout ça pour dire que je ne connaissais pas ce mot et qu’il m’a beaucoup intéressé dans sa désignation d’un état de négligence personnelle. Je trouve appréciable de se rappeler l’importance du soin porté à soi-même, qu’il soit matériel ou moral (pour autant que les deux ne se confondent pas). En effet, lorsqu’on décide de vivre honnêtement, d’être quelqu’un « de bien », ou juste de s’intéresser aux affaires spirituelles, il est facile de se laisser aller, de se sacrifier ou de se considérer comme valant « moins » ; je pense par exemple à des valeurs telles que la générosité ou le désintéressement.
Je trouve important et significatif que la religion qui a le plus imprégné notre culture occidentale intègre une vertu d’exigence et de bienveillance envers soi-même qui ne se confonde pas avec le narcissisme mais soit au contraire la célébration d’une nature divine en chacun.
Peut-être que j’extrapole, mais c’est ainsi que je l’ai compris.
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#15
<3
Tu vas bientôt accéder a la 4e dimension avec ce genre de taff !

La philocalie (littéralement "amour du bien") des pères neptiques est un ouvrage qui devrait t'intéresser, anthologie des textes des pères du désert entre autre, et qui traite de l'hésychasme, doctrine orthodoxe axée sur la contemplation qui gère la fougère. (On y trouve donc des textes de Cassien, de St Antoine, Evagre...)

Merci pour le récap', et si jamais je suis très intéressé par des infos sur la scolastique, c'est un domaine que je connais presque pas :3
Tu es nouveau et tu ne peux pas poster de topic ou envoyer de MP ? => Consulte la FAQ
_____________________________
La psychologie, c'est faire l'exégèse des étoiles.
La spiritualité se trouve là où cesse le commentaire, à la racine du silence.
Nomadic Warmachine
#16
"La main de ma sœur dans la culotte d'un zouave" (une tendresse spéciale pour cette dernière)

lol, ça me rappelle les debat de gerard de surènne

bon je peut pas mettre aparament.....
"en cuisine, le laurier sauce accompagne les repas chaud, le laurier rose les buffets froid" ^^
"l'amour dans l'arbre!"










#17
(13/02/2020 07:23)Biquette a écrit :
La philocalie (littéralement "amour du bien") des pères neptiques est un ouvrage qui devrait t'intéresser, anthologie des textes des pères du désert entre autre, et qui traite de l'hésychasme, doctrine orthodoxe axée sur la contemplation qui gère la fougère. (On y trouve donc des textes de Cassien, de St Antoine, Evagre...)

Merci pour le récap', et si jamais je suis très intéressé par des infos sur la scolastique, c'est un domaine que je connais presque pas :3


Tu l'possèdes ce texte ?
Pour les scolastiques, je te sortirai mes cours de philo médiévale mais je pense que la page wiki du truc sera tjrs plus fournie que ma mémoire de poisson bleu.

En m'endormant, hier soir, j'ai songé que si l'a-cédie est un concept négatif, il serait alors chouette d'habiliter le mot "cédie". Car en Français on n'a pas de mot spécifique (me semble) pour le soin porté à soi-même (seulement des expressions composées telles que "hygiène-de-vie", et encore, ça inclut difficilement le sens spirituel). Contrairement au narcisissme, qui est tourné vers le "moi", la cédie serait une reconnaissance de sa propre valeur en tant que partie prenante du monde, ainsi que les résolutions morales ou matérielles qui en découlent.
Par exemple, pour moi la cédie serait de faire plus d'efforts pour sortir de chez moi, et puis d'apprendre à accepter le temps, l'inutilité des choses, sans pour autant sombrer dans l'abattement.

Vatican a écrit :
Le problème n’est pas toujours l’excès d’activité, mais ce sont surtout les activités mal vécues, sans les motivations appropriées, sans une spiritualité qui imprègne l’action et la rende désirable. De là découle que les devoirs fatiguent démesurément et parfois nous tombons malades. Il ne s’agit pas d’une fatigue sereine, mais tendue, pénible, insatisfaite, et en définitive non acceptée. Cette acédie pastorale peut avoir différentes origines. Certains y tombent parce qu’ils conduisent des projets irréalisables et ne vivent pas volontiers celui qu’ils pourraient faire tranquillement. D’autres, parce qu’ils n’acceptent pas l’évolution difficile des processus et veulent que tout tombe du ciel. D’autres, parce qu’ils s’attachent à certains projets et à des rêves de succès cultivés par leur vanité. D’autres pour avoir perdu le contact réel avec les gens, dans une dépersonnalisation de la pastorale qui porte à donner une plus grande attention à l’organisation qu’aux personnes, si bien que le “tableau de marche” les enthousiasme plus que la marche elle-même. D’autres tombent dans l’acédie parce qu’ils ne savent pas attendre, ils veulent dominer le rythme de la vie. L’impatience d’aujourd’hui d’arriver à des résultats immédiats fait que les agents pastoraux n’acceptent pas facilement le sens de certaines contradictions, un échec apparent, une critique, une croix.

-> http://w2.vatican.va/content/francesco/f...o%C3%AFste
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#18
[Image: 200220050059684938.jpg]

[Image: 200220050109907527.jpg]

[Image: 200220050113507633.jpg]

(Au-delà de la pénétration - Martin Page)

Suite à une discussion appuyée sur ces mêmes extraits, je précise que le livre ne propose pas le remplacement d’une norme par une autre, mais l’élargissement de la sémantique du sexe afin que ce qui sort de la norme trouve une place au soleil du concept. On va dans le sens de l’enrichissement du vocabulaire et des pratiques.


Quelques pistes de réflexion :
Qu’appelez-vous « faire l’amour » ?
Est-ce pour vous un synonyme de « coït » ? (et ce coït est-il toujours un acte d’amour ?)
L’aléa de la jouissance entre-t-il dans la définition ?
Faire jouir avec les doigts, est-ce faire l’amour ?
Caresser pendant deux heures, est-ce faire l’amour ?
L’amour peut-il se faire à un, deux, trois ou plus ?
En quels termes parlez-vous de vos partenaires et de ce que vous faites avec elleux ? Comment est-ce que ces termes varient selon la nature de la relation ?
Qui fait l’amour à qui ? Est-ce que ça implique la domination ou la possession ? Est-ce unilatéral, mutuel, simultané, réciproque ?
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#19
Je suis assez d’acord, je ne considère pas forcément la pénétration comme la quintessence d’une relation sexuelle, le sexe oral, la masturbation mutuelle et même les caresses sur d´autres zones érogènes peuvent tout à fait se suffire à elles memes .
Et j’aime communiquer, échanger avec l’autre ce qui nous plaît ce qui lui plaît même si can peut un peu casser l’excitation et le rythme de l’instant . Tout le monde fonctionnant différemment il me parait un peu stupide de répéter un schéma mécaniquement de film porno sexe oral/ pénétration/ orgasme du mec/ dodo ...

Pour moi cela constitue plus un échange, un partage qu’une domination et une soumission, en même temps je comprend tout à fait qu’on puisse avoir ce genre d’en fanatsme
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

#20
"Il y a des lustres" ne signifie pas qu'il faille compter le nombre de bougies, mais que cela fait plusieurs périodes de cinq ans.
Cette expression remonte à l'Antiquité romaine où le lustrum désignait la cérémonie de purification effectuée après le recensement (cérémonie du cens) ayant lieu tous les cinq ans et, par extension, cet intervalle de temps.
Donc : vingt lustres, cela fait un siècle.
Cette purification consistait entre autres à asperger les participants d'eau lustrale, dont la composition varie autour des siècles. Il me semble que c'est également ainsi qu'on appelle l'eau grégorienne de la chrétienté, ou les diverses eaux sacrées de certains courants néo-païen. On peut y faire macérer des branches d'olivier, des cendres ou du sel (réputés pour leurs propriétés antiseptiques) ; récolter de la rosée du matin ou simplement la bénir. Ou y dissoudre pendant quarante jours un foie de canard de Barbarie, vider et remplir deux cent fois d'eau filtrée, puis en imprégner du lactose qui sera vendu en remède contre la grippe :D
Lustrum venant du latin luo, signifiant : laver, et de la racine indo-européenne lou (dont dérive aussi le mot laver en français).
Il y a donc une notion de nettoyage spirituel, et comme souvent : quand on astique, ça brille ! C'est pourquoi je soupçonne personnellement une accointance de longue date avec une autre racine indo-européenne : leuk, qui signifie la lumière.
En tout cas, le lustre a fini par désigner la brillance qui émane d'un objet fraîchement lavé ; puis la suspension répandant de la lumière que l'on connaît aujourd'hui :)
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#21

Ha ouais ça part loin là ! Excellent  :) 

La sémantique; voilà une science qui me fascine de plus en plus. Il y a quelques années de ça j'ai découvert ce qu'est une "chaîne sémantique".  En jouant sur la pluralité significative des mots (la polysémie) , on part sur un mot suivit d'un synonyme puis d'un autre et ainsi jusqu'à former une chaîne dont le premier mot est contraire au dernier.

Un exemple simple: "Gentil - Attentionné - Prévenant - Empressé - Avide - Cupide - Âpre - Cruel - Méchant."

C'est con mais ce genre de "jeu" manipulant la syntaxe des mots me régale et l'air de rien  ça aiguise l'intellect prompt à repérer dans le discours d'un interlocuteur l'usage habile d'arguments fallacieux dans sa rhétorique afin de  démontrer une fausse vérité.
Ludique et utile. ;)

#22
C'est une super idée ce jeu ! Ça me fascine, et me donne envie de faire un genre de graphe lexical qui dessine les liens sémantiques entre les mots
Ce serait hyper intéressant de comparer différentes langues ou classes / sous ensembles de mots sur leur graphe (connexité, nombre de voisins, distance moyenne de parcours entre les nœuds)

En revanche je vois pas trop en quoi
(26/02/2020 18:34)PsychoDiego a écrit :
ça aiguise l'intellect prompt à repérer dans le discours d'un interlocuteur l'usage habile d'arguments fallacieux dans sa rhétorique afin de  démontrer une fausse vérité

S̸̱͓̀͛̀͌ͅĘ̵͓̝͖͚̠͛͒̽̆͂̕M̴̧͕̑̉̐J̴̤͎͛̆̀́Ẩ̶̮̪̙͎Ź̵̧̋Â̶̪̳̻͇̱̑͊͋̅     ̵͈̻̐͂̎͐͂̔S̷̹͈̭̺̮̭͌̾͂̇Ê̵̖̣̞̇͛̈́͘M̸͇͍̦͇̜̋͂I̵͙̦̓̌Ḁ̴̛̺̂̈́̔͗̊͠Z̵̙̥̙͕̓ͅÂ̴̺̌͌͝Z̸͚̿̑́     ̶̢̦̺̓̈́̾̐͝Ș̴̖̗̤̮͙̅̎̽͘H̴̨̨͙̼̹̹͐̓̓͘E̵̪͕̐͘͜͝͠M̷̛̹̊̊̈́̾Y̵̝̥̣̓͂̒A̶͚̗͕̽͊̓̈́̓Z̸͍̤͎̞̄̓͘̚A̵͈͌̓́͋̌
#23
Uhm ce genre de suite peut être facilement utilisé dans une pente glissante ou d'autres arguments fallacieux. Mais la pente glissante c'est la première qui m'est venue à l'esprit ^^
Self-made chemist  and pharmacologist
Nuit Blanche Suisse, RDR forever!
Free will is a lie.
#24
(27/02/2020 01:46)xyzt_ a écrit :
En revanche je vois pas trop en quoi
(26/02/2020 18:34)PsychoDiego a écrit :
ça aiguise l'intellect prompt à repérer dans le discours d'un interlocuteur l'usage habile d'arguments fallacieux dans sa rhétorique afin de  démontrer une fausse vérité



Réponse de sophiste: Et en quoi cela ne serait pas? huhu :D   Sophisme nommé Appel à l'ignorance

Plus sérieusement, ta réflexion est tout à fait légitime. En me relisant, je réalise que mon propos est non vérifiable et en partie fondée sur une argumentation plus qu'incomplète.... donc un brin fallacieuse. haha je me marre car du coup ma phrase de part sa forme quelque peu alambiquée peut servir d'exemple pour un autre type de sophisme: Généralisation hâtive

Je m'égare autant là non? :s  (rires)

#25
Citation :me donne envie de faire un genre de graphe lexical qui dessine les liens sémantiques entre les mots

Oyeah

@PsychoDiego et n’oublions pas que les glissements sémantiques sont plus souvent affaires de perceptions personnelles que de volonté de tromper ! Les mots ont tant de significations qu’il est courant qu’un apparent désaccord idéologique repose en fait sur une mésinterprétation des termes du discours. Et cela nous concerne aussi, pas seulement l’argumentateur fallacieux ! Définition bien ordonnée commence par soi-même Rolleyes

Un sophisme qui m’a souvent fascinée, ainsi, est celui-là :
« Un cheval est un bien
Un cheval bon marché est rare
Un bien rare est cher
Donc un cheval bon marché est cher »
Ici le sophisme repose sur l’ambiguïté de « rare ». Et après y avoir longuement réfléchi, j’ai encore du mal à caractériser cette ambiguïté.
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#26
(27/02/2020 23:34)Tridimensionnel a écrit :
Citation :me donne envie de faire un genre de graphe lexical qui dessine les liens sémantiques entre les mots
Oyeah

Pro - cra - sti - na - tion

[Image: Annotation-2020-02-28-000009.png]

(Lalala lalala, tout va bien)
S̸̱͓̀͛̀͌ͅĘ̵͓̝͖͚̠͛͒̽̆͂̕M̴̧͕̑̉̐J̴̤͎͛̆̀́Ẩ̶̮̪̙͎Ź̵̧̋Â̶̪̳̻͇̱̑͊͋̅     ̵͈̻̐͂̎͐͂̔S̷̹͈̭̺̮̭͌̾͂̇Ê̵̖̣̞̇͛̈́͘M̸͇͍̦͇̜̋͂I̵͙̦̓̌Ḁ̴̛̺̂̈́̔͗̊͠Z̵̙̥̙͕̓ͅÂ̴̺̌͌͝Z̸͚̿̑́     ̶̢̦̺̓̈́̾̐͝Ș̴̖̗̤̮͙̅̎̽͘H̴̨̨͙̼̹̹͐̓̓͘E̵̪͕̐͘͜͝͠M̷̛̹̊̊̈́̾Y̵̝̥̣̓͂̒A̶͚̗͕̽͊̓̈́̓Z̸͍̤͎̞̄̓͘̚A̵͈͌̓́͋̌
#27
Oo tu voudrais bien nous expliquer exactement ce que tu fais ? Ça m’a l’air très intéressant
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#28
Basée sur le dictionnaire de synonymes Thésaurus v2.3, voici un graphe des noms communs de la langue Française et de leurs relations de synonymie.

[Image: noms.png]

En gros, un point = un mot, un trait entre deux points = un lien de synonymie lie ces deux mots. Il y a approximativement 19 000 mots et 80 000 liens de synonymie.
Les cent clusters les plus massiques sont colorés pour faciliter la lecture.

Analyse rapide : un gros paquet de filasse extrêmement dense avec des tailles de clusters très variables au centre, des structures de degré un poil plus faible à la "frontière", et enfin des sous-graphes non connexes de tailles plus modestes autour.

Infos techniques s'il y a des chevronnés de théorie des graphes ou de problèmes d'optimisation :
  • La clusterisation est effectuée par un Leiden (fonction de qualité CPM, 0.603) à la résolution 10^-2
  • Le layout est effectué par un Fruchterman-Reingold classique
  • Le degré moyen du graphe est 8.511

/\ Jusqu'à ce que je publie ça en open source en bonne et due forme, je me réserve tous les droits sur ce visuel ou les autres qui pourraient suivre /\
S̸̱͓̀͛̀͌ͅĘ̵͓̝͖͚̠͛͒̽̆͂̕M̴̧͕̑̉̐J̴̤͎͛̆̀́Ẩ̶̮̪̙͎Ź̵̧̋Â̶̪̳̻͇̱̑͊͋̅     ̵͈̻̐͂̎͐͂̔S̷̹͈̭̺̮̭͌̾͂̇Ê̵̖̣̞̇͛̈́͘M̸͇͍̦͇̜̋͂I̵͙̦̓̌Ḁ̴̛̺̂̈́̔͗̊͠Z̵̙̥̙͕̓ͅÂ̴̺̌͌͝Z̸͚̿̑́     ̶̢̦̺̓̈́̾̐͝Ș̴̖̗̤̮͙̅̎̽͘H̴̨̨͙̼̹̹͐̓̓͘E̵̪͕̐͘͜͝͠M̷̛̹̊̊̈́̾Y̵̝̥̣̓͂̒A̶͚̗͕̽͊̓̈́̓Z̸͍̤͎̞̄̓͘̚A̵͈͌̓́͋̌
#29
Ces « cluster » ce sont des groupes de sens c’est ça ? Je serais très très curieux de les avoir sous forme de liste afin de trouver le dénominateur commun (si l’on puis dire) de chacun d’eux
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#30
Par cluster, j'entends un groupe de nœuds très connectés isolés du reste du graphe par un faible nombre de nœuds.
[Image: fj6royma9ub31.png?width=512&format=png&a...d106ce7702]
Chiné sur Reddit, auteur inconnu, pour illustration. EDIT : Je viens de remarquer que cette clusterisation n'est pas terrible, elle a quelques défauts qui ressemblent à ceux occasionnés par un algorithme Louvain. L'algorithme que j'utilise (Leiden) garantit entre autres que ces défauts sont évités.


Tiens, amuse-toi bien. Il n'y a que les cent clusters les plus massiques (sinon ça devient ingérable).

Pièces jointes .ods  noms.ods (Taille : 161.77 Ko / Téléchargements : 10)
S̸̱͓̀͛̀͌ͅĘ̵͓̝͖͚̠͛͒̽̆͂̕M̴̧͕̑̉̐J̴̤͎͛̆̀́Ẩ̶̮̪̙͎Ź̵̧̋Â̶̪̳̻͇̱̑͊͋̅     ̵͈̻̐͂̎͐͂̔S̷̹͈̭̺̮̭͌̾͂̇Ê̵̖̣̞̇͛̈́͘M̸͇͍̦͇̜̋͂I̵͙̦̓̌Ḁ̴̛̺̂̈́̔͗̊͠Z̵̙̥̙͕̓ͅÂ̴̺̌͌͝Z̸͚̿̑́     ̶̢̦̺̓̈́̾̐͝Ș̴̖̗̤̮͙̅̎̽͘H̴̨̨͙̼̹̹͐̓̓͘E̵̪͕̐͘͜͝͠M̷̛̹̊̊̈́̾Y̵̝̥̣̓͂̒A̶͚̗͕̽͊̓̈́̓Z̸͍̤͎̞̄̓͘̚A̵͈͌̓́͋̌




Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.