S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


La culture des stimulants en Pologne : retour sur un an de conso dans un autre pays

#1
Il y a 3 mois je suis rentré de Pologne. Pays situé en Europe centrale, c'est le premier quand on vient d'Europe occidentale et que l'on va vers l'Est à avoir une conso typique des pays d'Europe de l'Est. Pour mieux se représenter les choses, j'ai découvert les stimulants avec le speed en Estonie il y a quelques années déjà, alors que je cherchais juste de la weed. La réponse a été : c'est compliqué à trouver ici, par contre tout ce qui est chimique ça se fait bien. Dès que l'on va vers la Pologne, puis l'Ukraine, la Biélorussie, la Russie, et les pays baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie) les stimulants sont très répandus. La mephedrone est une drogue de rue, de même que la 3-MMC. Beaucoup de consommateurs y ont touché jeunes, et il n'est pas rare de croiser des gens qui ont déjà consommé de la mephedrone alors qu'ils sont encore au lycée (ou ont découvert avant leurs 17 ans).

Quelques chiffres et liens : en 2017 en Pologne, 0.8% d'hommes (entre 15 et 34 ans) déclarent avoir consommé de l'amphétamine dans le courant de l'année, idem pour la cocaine, 1.7% pour la MDMA. Pour les femmes, 0% pour ces trois derniers produits. En 2019 les chiffres sont les mêmes, on est donc bien sur une tendance relativement stable.
Pourtant, en 2018, la mephedrone arrive parmis les substances les plus consommées, derrière l'alcool, la méthadone, les benzos, le cannabis et l'amphétamine (dans l'ordre du plus consommé au moins consommé). La consommation de stimulants atteint une telle échelle qu'en 2016, une étude portée sur la présence d'amphétamine dans les eaux usées de Cracovie (une des plus grandes villes du pays) est publiée.
En France, c'est 0.3% de la population adulte qui déclare avoir usé d'amphétamine dans l'année en 2017 (sur un échantillon d'age allant jusqu'à 64 ans). En ce qui concerne l'expérimentation, c'est 2.3% de la population qui déclare avoir essayé.

Je pense, malgré ces chiffres, qu'il faut aussi garder en tête certaines données. Il semble à première vue que la France soit plus grande consommatrice d'amphétamine que la Pologne. Cependant cette idée se base sur la déclaration des usagers, et le climat politique en Pologne est très tendu depuis quelques années déjà. La répression concernant les drogues est énorme, et la liberté d'expression peu utilisée. Je ne peux pas invalider comme ça des études relativement sérieuses à l'échelle européenne, mais je suis tout de même convaincu, à cause de ce que j'ai vu et vécu, que  peu d'usagers se déclarent comme tels en Pologne. J'ai par exemple énormément de mal à croire au 0% de consommatrices de stimulants car c'est très loin de ce que j'ai vu : un certain nombre de gens accros et sans distinction de genre.






Ce contexte de consommation fait que des habitudes se développent, de la même manière qu'on sait chercher la meilleure boisson pour la pateuse dans les pays où on fume beaucoup (en vrai c'est le thé), ou que l'on sait gérer sa consommation d'alcool dans la soirée à force de pratiquer, de voir les autres faire. Comme on le dit souvent, on « apprend à boire ». J'ai donc dressé un petit recap de tout ce que j'ai pu remarquer pendant cette année, durant laquelle j'ai moi aussi beaucoup consommé d'amphétamine et de cathinones.

Une des premières choses que je voudrais souligner, c'est le fait que les stimulants ne sont pas uniquement présents dans le milieux techno. Bien sur, pouvoir rester debout des jours et continuer de bouger, ça va bien pour les soirées basées sur une musique répétitive qui donne l'impression que si on veut, elle ne s'arrête jamais. Idem pour les DJs qui enchaînent les soirées à mixer dans le même week end parfois.


LES SOIREES ET AFTERS

Pour autant, il est assez courant que les soirées normales en appart, au lieu d'être basée sur une consommation d'alcool, soit basée sur une consommation de mephedrone. Cinq personnes en rond autour d'une table qui prennent des stimulants du vendredi soir au dimanche matin, c'est normal, c'est hyper courant même. Certains groupes de potes font ça tous les week ends.
Ayant moi même plutôt évolué dans le milieu techno, je vais surtout parler de celui ci, avec quelques spécificités locales. Pour commencer les afters. Ils durent deux voir trois jours là bas. Des fois on va en soirée le vendredi, l'after dure tout le samedi, et ça repart en soirée le samedi soir, et puis re after jusqu'à dimanche 21h. D'autres fois c'est juste soirée le vendredi, puis after jusqu'au dimanche matin.
Forcément j'en ai déjà parlé sous forme de « les gars vos afters ici ils sont énormes, c'est de la frappe, j'espère je pourrai me refaire le même mais j'en doute » et on m'a expliqué que parfois, la soirée est juste une excuse pour faire un after. Que le centre du truc c'est pas tellement d'aller danser avec des gens, c'est de rentrer chez son pote après et de continuer à se faire des traces toute la journée avec le confort de l'appartement. En fait le week end entier ne tourne qu'autour de la drogue.

J'aimerai parler un peu amplement de ces afters car c'est un des moments où l'on voit les comportements induits par cette consommation ressortir le plus.
L'idée c'est quand même de binger des stims, principalement de la mephedrone mais aussi pas mal de speed, parfois de la 3-MMC et de manière plus anecdotique de la C. Le joint ne fait son apparition que le dimanche matin au plus tôt, parfois un peu de D circule pendant la soirée. Tout le monde se rend compte de ce que ça va être, avant même d'y aller, et donc tout le monde comprend le binge, et le fait qu'il faut s'arrêter à un moment donné. J'ai déjà entendu à midi un dimanche « ça n'a plus aucun sens de prendre une trace maintenant, je vais juste fumer une cigarette. » Certes, c'était au moment ou quelqu'un d'autre me disait « putain j'ai pris trop de speed j'en peux plus » à deux doigts de l'OD. Mais en conséquence ce dernier a su s'arrêter aussi.

Si tout le monde comprend ce que c'est que le binge, ça veut aussi dire que les gens savent le gérer, et c'est le cas. Par exemple tout le monde comprend bien qu'il faut manger, boire, se reposer. 
Dans le déroulé typique de l'after polonais, il y a ce moment le samedi soir où, après que personne n'ait mangé ou dormi pendant durant 36h, un petit groupe se dévoue pour aller faire des courses. En général, ça arrive au moment de la fin du stock de mephedrone. Les courses consistent toujours en beaucoup de bière, beaucoup de vodka, des softs, des bouteilles d'eau, et un peu de bouffe du genre les hot dogs du Jabka (une superette) en comptant un demi par personne.
Tout le monde mange, tout le monde boit de l'eau, du jus d'orange, fume une cigarette, et surtout attend bien 40 minutes à une heure avant de recommencer à prendre des stimulants. En général il faut attendre le dealer de toute manière, mais même si il arrive avant, personne ne se jette sur le prod. Tout le monde attend calmement de retrouver une forme physique plus ou moins viable, de se sentir bien, et que ce soit le cas pour tout le monde. Prendre de la drogue est une activité sociale à ce moment là, et on ne commence pas tout seul.

Après ça et avant de ressortir le samedi soir (quand ça arrive) il n'est pas rare non plus de voir des gens prendre leur temps, prendre une douche. On ne part pas à l'arrache. Si on fait after chez soi, il faut s'attendre à voir sa douche squattée. Et son lit aussi.
Ce genre d'excès, répété toutes les semaines par beaucoup, épuise le corps. Cela tous le comprennent, et les habitudes de vies sont en conséquence.


LES HABITUDES

La Pologne, en tout cas Varsovie, fait partie des ces endroits où les gens ont une certaine culture du sport et du corps. Les barres d’entrainement dans l'espace public sont bien utilisées, à peu près tout le monde fait du sport et essaye de garder sa forme. Faire du sport en semaine aide clairement à éliminer les toxines du week end, mieux dormir les jours suivants, et cela se voit. Ceux qui pratiquent seront plus en forme la semaine et se remettent plus vite des week ends. Ce sont en général aussi les premiers à se rendre compte des conséquences de leurs abus répétés, et à faire une pause dans leur conso.

La pause nécessaire est elle aussi bien comprise. Il est courant de voir quelqu'un se priver de soirées pendant un mois, ou au moins quelques semaines, pour éviter de consommer. Parfois il faut atteindre un seuil assez critique, de début de psychose en plein after, de faiblesse physique effrayante, mais atteins ce stade, la plupart des consommateurs, même les plus jeunes, savent qu'il faut arrêter temporairement.

Pour les autres, c'est souvent à grand renforts de Benzos que ça se passe. La culture du stimulant entraîne forcément celle du downer. Mais celle ci est dangereuse : addiction physique et psychologique à la fois, qui vient vite, plus vite que celle aux stimulants.
Tout le monde ne prend donc pas de benzos, certains en discutent, se demandent si c'est vraiment nécessaire, s'il ne vaut pas mieux s'en passer et leur préférer un joint en fin d'after ou en rentrant chez soi. La quantité de vodka bue pendant la soirée aide d'ailleurs de ce point de vue. Les accros aux benzos, eux, sont plutôt mal vus, chose que j'ai comprise par les quelques « fucking benzo addict » sortis par des amis à plusieurs reprises en parlant de personnes différentes. J'imagine que cela est du au fait que cette addiction montre un trop grand besoin de compensation, une non gestion de la redescente, et des jours qui suivent. Pour autant, tout le monde en possède, mais essaye de se limiter dans leur usage.
Les anti dépresseurs sont eux aussi fortement consommés dans ces milieux. Mais il n'est pas possible pour moi de dire si cela tient uniquement à la consommation de stimulants sérotoninergiques. La Pologne reste un pays d'Europe de l'Est, qui s'est développé sous l'URSS, avec un gouvernement conservateur dur qui voit d'un mauvais œil sa jeunesse engagée et instaure un climat dur à supporter pour les communautés gay, queer, et le monde de la nuit. Sans oublier l'hiver particulièrement rude.

Beaucoup compenseront avec autre chose. Notamment, le fait que le magnésium aide à récupérer musculairement est une information bien connue, et qui circule parmi les groupes de consommateurs.


LA RDR

D'autres informations et habitudes sont transmises, d'un usager à l'autre le plus souvent. Une forme de RdR plus directe, où l'on essaye de se donner les bonnes habitudes.

En ce qui concerne le mode de prise, il est évident que le sniff est le plus répandu. C'est lui qui donne le rush, il monte plus vite, on se met plus rapidement dans l'action de la soirée. Les habitudes à prendre avec cette ROA sont relativement présentes. Tout le monde a des mouchoirs, chez soi ou sur soi, et n'hésite pas à prévenir les autres. De même, il arrive relativement souvent que quelque se pointe avec des gouttes pour se rincer le nez, ou qu'un participant en regarde un autre ayant du mal et lui conseille simplement de se moucher, de sniffer de l'eau au robinet, et d'attendre un peu avant de se refaire une trace.
De même, la plupart des clubs donnent des pailles, même si une fouille a lieu à l'entrée. On sait que la drogue est là, et les organisateurs préfèrent faire ce geste qui peut paraître anodin plutôt que de ne rien faire. L'un des clubs restés ouverts illégalement durant la pandémie, relativement bien caché, se permettait même de fournir des assiettes pour préparer ses traces, et de vieilles cartes de transport inutilisables pour travailler son prod.
De plus, c'est sur une version Polonaise du tableau Tripsit que les cathinones ont d'abord été rajoutées, leur omniprésence obligent à les prendre en compte pour tous les consommateurs de drogue de la région.
Cependant, les gestes ne sont pas toujours respectés. Il arrive souvent que les pailles tournent, de même que le rince pif, geste partant pour ce dernier d'une bonne intention mais qui n'empêche en rien la transmission des IST.


LE RITUEL SOCIAL DE CONSOMMATION

Forcément, au delà des habitudes qui touchent directement à la consommation, de manière très terre à terre, il y a aussi un regard qui se développe en lien avec cette consommation.

Tout le monde, du moins les consommateurs, sait que ce produit est dangereux, addictif, en connaît le craving. Ainsi, celui qui ne sait pas le combattre est mal vu. Le plus souvent les traces sont prises ensemble, car la commande passée ensemble, et payée en commun. Celui qui en redemande trop vite, qui tombe dans l'addiction, qui ne saura pas s'arrêter en même temps que les autres, qui veut en racheter encore le dimanche soir, est mal vu. Cela veut dire qu'il n'est pas plus fort que la drogue, qu'il n'est là que pour ça, pas pour voir ses amis, ni écouter de la musique. Tout ceci peut sembler paradoxal lorsque les soirées sont parfois des excuses pour la consommation.
Cela se voit aussi en regardant les petits gestes lors de la session : on ne gratte pas l'assiette, on ne demande pas à tout le monde un par un s'il en reste, on passe la redescente en même temps que les autres.
On ne se laisse pas non plus emporter par les sentiments trop pressants de l'empathogène. Tout le monde sais ce que c'est que de baiser sous mephedrone, mais aussi que le lieu social de l'after n'est pas forcément celui pour montrer son intimité. Les comportements ne sont pas beaucoup plus exacerbés que d'habitude. On ne se tripote pas en groupe juste parce que l'on a envie. Peut être cependant que ça se fait dans d'autres groupes de personnes ? Ou que ceci est lié aussi au climat relativement froid qui règne entre les personnes en Pologne. Le cliché des Européens de l'Est froids et distants est très vrai pour la Pologne, de ce que j'en ai vu en tout cas.
Tout cela vient aussi à mon sens d'une compréhension de ce que sont ces prods. Avec certaines personnes rencontrées dans ce contexte, les premiers objectifs pour plus tard on souvent été de se revoir sobre. Il y a une sacrée conception de l'état de conscience altéré, du fait qu'il est altéré, que les activités seront perçues différemment, que les gens ne sont pas les mêmes et donc qu'il faut se revoir sobre si l'on est réellement intéressés.


DES LECONS A EN TIRER ?

En ce qui me concerne le vécu est trop récent pour pouvoir encore être incorporé correctement. Pour l'instant, ça m'a surtout mené à un certain nombre d'abus, enfin surtout à une conso bien trop régulière, en me disant que ça allait vu que c'était juste pour un an. J'ai perdu physiquement, j'ai abîmé mes sinus et maintenant je ronfle. J'ai un sérieux problème de craving, même si je croyais avoir appris à gérer les redescentes. Mon problème de comportement, concernant toutes les drogues d'ailleurs, s'est amplifié. D'un autre côté je dois dire que j'ai côtoyé de sacrés defoncemans, et que j'ai même fini par toucher à des prods que je voyais jusque là comme le Sheitan.
Enfin, ma dernière session de conso (3-MMC) en France m'a amené à une phase de déréalisation assez rude, que j'aurais tendance mettre sur le dos de deux choses : la surconsommation sur une période bien trop longue, et une dissonance plutôt frappante, entre les habitudes de conso que j'avais prises, et la manière dont la soirée s'est déroulée ici, avec les mêmes produits. Les comportements, entre consommateurs, relevaient moins d'une compréhension du produit et de ses effets que d'une recherche de ces derniers. On se touche, se carresse, on parle beaucoup, s'expose emotionnelement, tout ce qui finalement était évité en Pologne car compris comme induit par la drogue. 
#2
Passionnant! Putain incroyable ce regard en même temps distant et en même temps d'insider sur une scène que l'on ne soupçonnait pas: les stimhead polonais. J'adore et j'aimerais bien faire pareil avec la ké en Angleterre mais je sais pas si j'ai tant de choses que ça à raconter. En plus j'étais dans la 'international bubble' et j'ai finalement côtoyé peu d'anglais.

Ce texte tombe aussi à pic sur le début de ma vie de stimhead par ce que j'ai récemment et pour la première fois fait l'acquisition de speed. Et que le ban imminent de la 3-mm-c me pousse à en chop par ce que j'ai jamais testé et je veux pas que dans 5 ans des connards de reddit disent que la 3mmc c'était la meilleure drogue du monde (en mode MXE). C'est vrai que ça crave dure, surtout après quelques verres.

Si tu as d'autres articles du genre à nous sortir, je les lirais avec plaisir. C'est incroyable la façon dont tu décrypte les rituels sociaux, l'oeil que tu as sur tout ça.

Je vais t'envoyer en mission spéciale dans les free party françaises pour nous pondre un bouquin.
'Je vadrouille à travers les jours comme une putain dans un monde sans trottoirs.'
- Emile Cioran
#3
Gros merci pour ton retour, c'est super intéressant !
Un peu de musique ?

Soundcloud    |    Spotify    |    Youtube

Les questions fréquentes du forum    |    La charte du forum    |    Les fiches info et tutos
#4
Merci pour cette belle observation participante Smile take care !
Tu es nouveau et tu ne peux pas poster de topic ? => Consulte la FAQ
Et n'hésite pas à te présenter et à lire la sainte charte !

"Voir la paille dans la narine du voisin et ne pas voir la poutre sous la nôtre."
#5
quand les débutants pourront élaborer leurs propres RC avec des trucs de labo de toutes les couleurs dans la SDB avec un kit genre "chimie amusante" sur amazon alors cela sera la folie... Les pros pourront écrire des cours, des livres... avec en sachets des molécules préfab à modifier etc... enfin le Monde Libre !! (version 3me millenium)
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#6
Et bien merci d'avoir lu Smile 

Skruffy je sais pas si j'ai envie de finir comme Hunter S. Thompson haha. Et puis j'aime toujours pas la hardcore.

Par contre ouais j'ai clairement l'impression qu'il y a une scène de ketozaures en Angleterre, enfin c'est toujours ce que j'en ai entendu. Un pote qui y a passé deux ans était en coloc avec des autochtones qui mixaient de la DnB exlatax à la ké le week end. 

Après pour la 3-MMC je peux que te conseiller de pas trop en acheter, ça limite déjà bien. Est ce qu'on en parlera sur Reddit comme le meilleur truc qui ai existé ? Je sais pas, en tout cas il y a des gens qui lui préféraient la mephedrone. Il y a même quelques topics qui traînent sur le forum et qui datent de la mise en circulation de la 3-MMC : tout le monde trouve ça intéressant surtout après la 4-MMC.
#7
Oh non! tu pourrait être la version sociologue de HTS, à arpenter la terre à la recherche de groupes de drogués toujours nouveaux! Des fumeurs d'ice polynésien aux camés au fentanyl de la côte Ouest. En passant par les shaman mangeurs de cactus du Mexique, sans oublier les fumeurs de shit des zones périurbaines françaises.

C'est clair que la DnB et la ké c'est deux trucs que les anglais kiffent bien. Je pense que c'est lié aussi au fait que ça coûte que dalle là bas, 20e le g au détail et beaucoup moins quand tu achète en gros. Forcément tu consomme beaucoup plus que quand ça coûte 40 voir 50 euros. Et là où en France la ké est vue d'un mauvais œil par beaucoup de gens, sa consommation est beaucoup plus normalisée en Angleterre, notamment chez les mineurs. C'est d'ailleurs le cas de la plupart des party drugs (taz, k, c, L...). Elles sont beaucoup plus accessibles, beaucoup moins chères (15euros le g de MD, 30e les 10 taz!!!!). Sauf que les taz et l'acide, ça se prend pas sur son canap la veille des cours, et que la cc est trop chère pour des lycéens/étudiants qui ne bossent pas. Donc pour résumer: un prod pas cher, qu'on peut prendre autant en soirée qu'en rave que chez soi devant un film, qui coûte rien et qui est dispo partout. En plus c'est pas mal vu d'en prendre et même un peu 'cool' (comme ça reste associé à la culture rave). Et c'est sournoisement addictif.

Hop voilà j'ai vampirisé ton topic pour parler d ela ké en Angleterre ^^ (faites en un nouveau topic si vous voulez mais bon y'a pas assez de substance pour je trouve)

POurquoi les gens ont trouvés la 3 intéressante surtout après la 4-mm-c? C'était nul la 4-mm-c? Sur le rcshop y'a aussi de la 3-cmc cékoistruk?
'Je vadrouille à travers les jours comme une putain dans un monde sans trottoirs.'
- Emile Cioran
#8
C’est pas la peine de faire des stocks de 3mmc pour la forme, l’exemple de la Pologne montre bien que ça ne disparaîtra pas du marché. La 4mmc se trouve déjà sur le deep, on n’est pas dans la configuration de la MXE, c’est trop rentable pour disparaître.
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#9
Pardon c'était une faute due au correcteur. La 3mmc passait pour peu intéressante (je voulais écrire inintéressante) car la stim est plus clean que la 4mmc, donc on s'embrouille moins on se laisse moins aller. C'est ce que j'appréciais mais c'est aussi ce qui m'a amené à complètement déconnecter, voir me taper une déréalisation en pleine session 3mmc, le fait de pouvoir rester un peu sobre. 

Pour ce qui est du reste du tourisme chimique je pense pas en faire une vocation, mais si jamais ça se reproduit j'hésiterai pas à refaire un petit retour haha. 

Merci en tout cas pour les explications sur la ké, je m'étais déjà demandé pourquoi c'est aussi répandu sur l'île britannique. Maintenant je sais Happywide
#10
Mais pourquoi c’est moins cher en Angleterre ? (la ké et le reste)
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#11
Fascinante question, faudrait envoyer une team EEEEEHeh - Thomas Picketty pour nous pondre un article de fond sur l'économie souterraine des drogues en Angleterre.

Ma théorie c'est que l'offre est très haute et supplante parfois même la demande. Ca donne plein de dealers qui se tirent la bourre pour attirer les clients. Il y a énormément de comptes Snapchats, ça va des empires qui utilisent un standard et plein de livreurs, au mec tout seul sur sa trottinette électrique. Donc n'importe quel drogué qui connait un peu lé bail à sur ses stories snap 5-8 'menus' qui affichent de la weed, ké, taz, md, cc, trip, valium, xan et plus rarement champi, hash, dmt... Donc les dealers qui ont vraiment les crocs doivent avoir des prix attractifs et de la bonne qualité. C'est aussi très facile de se procurer de la drogue en gros et à des prix très bas: 28g de ké - £350, 100 taz - £150... Donc forcément le prix au détail est aussi plus bas. Je n'ai pas beaucoup trainé à Paris mais j'ai toujours eu l'impression que les dealers avec de tels menus étaient rares, et le plans en gros encore plus (dites moi si je me trompe les Parigots). Dans mon 77 natal, je connaissais des gens qui faisaient 30 minutes de bagnole pour aller chop des taz, c'est dire la situation de monopole du vendeur!

Après la question de fond est: pourquoi les prix en gros sont très bas? J'imagine que c'est par ce que les filières d'import sont bien rodées et depuis longtemps, peut être par ce que l'Angleterre a connue la popularisation de la culture rave avant nous. C'est intéressant de noter que pour beaucoup de produits genre weed, shit, coke, trip, champis, etc les prix sont pas beaucoup plus bas qu'en France voir pas du tout. C'est vraiment sur le taz/md et ké que les prix sont divisés par deux autant au détail qu'en gros. C'est peut-être un peu la poule et l'oeuf: la culture rave se crée, ce qui crée une demande pour l'exta puis plus tard la ké. Comme les vendeurs sont nombreux, la concurrence se met en place pour vendre au meilleur prix. Comme les prix sont bas, ces drogues sont plus accessibles, donc la demande augmente...
'Je vadrouille à travers les jours comme une putain dans un monde sans trottoirs.'
- Emile Cioran
#12
Faut voir aussi qu'on a la méditerranée pour l'import de weed / hash + l'espagne qui a toujours été agrémentée de go fast à la frontière
Un peu de musique ?

Soundcloud    |    Spotify    |    Youtube

Les questions fréquentes du forum    |    La charte du forum    |    Les fiches info et tutos
#13
Intéressant tout ca.

Hey @Skruffy tu viens d'où en Seine-et-Marne ?
let's groove 
#14
Eheh je veux pas me dox mais je suis sur la ligne R les vrais sachent
'Je vadrouille à travers les jours comme une putain dans un monde sans trottoirs.'
- Emile Cioran
#15
(01/10/2021 02:22)Skruffy a écrit :
Eheh je veux pas me dox mais je suis sur la ligne R les vrais sachent


J'ai grandi à dammarie Wink
let's groove 
#16
(30/09/2021 17:51)Skruffy a écrit :
C'est intéressant de noter que pour beaucoup de produits genre weed, shit, coke, trip, champis, etc les prix sont pas beaucoup plus bas qu'en France voir pas du tout. C'est vraiment sur le taz/md et ké que les prix sont divisés par deux autant au détail qu'en gros. 


Ceux dont les prix sont similaires en France sont : des plantes ou produits à partir de plantes, le seul prod pour lequel ce n'est pas le cas (LSD) demandant à être produit et vendu en flux tendu à cause de la durée de conservation.

Je pencherai donc sur les filières d'export comme raison aux prix aussi bas.
#17
Pourquoi? Filière d'export de l'Angleterre vers un autre pays?
'Je vadrouille à travers les jours comme une putain dans un monde sans trottoirs.'
- Emile Cioran
#18
Non filière d'export de l'Asie vers l'Angleterre. En tout cas pour MD ké etc...
#19
(30/09/2021 12:58)Tridimensionnel a écrit :
C’est pas la peine de faire des stocks de 3mmc pour la forme, l’exemple de la Pologne montre bien que ça ne disparaîtra pas du marché. La 4mmc se trouve déjà sur le deep, on n’est pas dans la configuration de la MXE, c’est trop rentable pour disparaître.


Pas d'accord, vue la baisse de qualité de la 3mmc en 1 an et les énormes différences de qualité pour la 4-mmc trouvable sur le deep, autant stocker un bon batch actuel si possible pour pas se retrouver avec des produits avec plein d'impuretés d'ici 1 an quand la rareté Vs la demande auront eu raison d'un minimum de critères qualitatifs.
De profundis clamavi ad te, Domine
#20
Je répondais à la démarche "tester la 3mmc avant que ça disparaisse comme la MXE", pas "stocker pour subvenir à une consommation établie" Smile contrairement à la MXE, la 3-MMC ne disparaitra pas. C'est trop rentable, trop addictif, et ça tourne déjà en masse ailleurs en Europe.
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#21
C'est clair que faire des stocks pour tester c'est courir le risque d'en venir à avoir une consommation importante alors que ce n'est ce qui était recherché (et que c'est vraiment problématique).

Après on peut aussi se demander si ça vaut vraiment le coup de tester avec un batch pas terrible acheté dans la rue. L'entre deux c'est quoi ? Compter sur ses potes pour faire des réserves ? ^^
#22
Tuto : stocker sa 3-MMC en sécurité

Manger 20 Xanax, enterrer une capsule temporelle avec de la 3-MMC dedans, mettre un rappel de l'existence de la capsule sur son téléphone dans 5 ans et finir son blackout.

Tadam
 Self-made chemist 
Nuit Blanche Suisse, RDR forever!
Free will is a lie.
#23
Malinx le linx. Marche aussi avec une bonne vielle bouteille de rhum ambré.
'Je vadrouille à travers les jours comme une putain dans un monde sans trottoirs.'
- Emile Cioran
#24
Merci pour ce témoignage et ce retour, très bien détaillé !
C'était passionnant !  Big Grin


Topics apparemment similaires...
Lightbulb [Sujet de la semaine] Les stimulants Cookies 29 5,713 05/02/2021 14:46
Dernier message: grivois
  [Important] Liste non-exhaustive des Stimulants Cookies 0 1,398 04/01/2020 14:23
Dernier message: Cookies
  Durée rythme cardiaque élevé conso speed/coke Matt_ 34 15,345 28/09/2019 01:52
Dernier message: UG0007
  Comment causer naturellement les effets des stimulants ? tartopom 18 3,647 15/01/2017 17:56
Dernier message: fake.buddha
  Acétylcystéine & craving de stimulants Anaclitique 16 4,200 09/11/2016 01:49
Dernier message: Ghikal
  conso ethylphenidate prolongée castel 30 4,595 10/03/2015 20:32
Dernier message: castel
  Stimulants et saignements dentaires grivois 4 1,494 24/02/2015 17:17
Dernier message: Mervin
  Médicaments stimulants pour la concentration Subculture 7 1,979 14/10/2014 23:09
Dernier message: alexis33000
  Réduire les risques liés à la conso de speed Azjüm 9 2,222 27/04/2014 21:10
Dernier message: Azjüm
  Stimulants soft ? Ornata 34 4,788 04/05/2013 10:57
Dernier message: Sludge



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.