S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Contre-culture et ingénierie sociale

#31
Super intéressant le sujet, ca part un peu en conspipi par contre quand on fait des recherches sur youtube ^^ Mais bon c'est toujours bon à prendre tant qu'on à l'esprit critique. Vous avez déjà entendu l'histoire du génocide tibetain qui aurait été financé par les ricains pour que la chine soit diabolisée alors que derrière le Dalai Lama bossait avec la CIA? Moi j'aime bien ces histoires croustillantes et m'endormir devant ^^
#32
Aller c'est carrément dans le sujet :

#33
Sludge a écrit :
Il y a ce document là vis à vis de la came : http://www.bboykonsian.com/attachment/558300/


Analyse cohérente, même si j'avais peu de sympathie pour les Black Panthers et encore moins pour les blancs qui léchaient leurs grosses couilles : il y avait une forte dose de fanatisme dans la gauche radicale américaine et les Panthers donnaient le ton.

Il y eut cet épisode affligeant quand se retrouvant à Alger protégé puis otage d'Eldrige Cleaver, Leary proclama la politisation du psychédélisme en adoptant la phraséologie des Panthers, les pigs, les guns, c'était ridicule et la suite encore plus :


Jhi-dou a écrit :
Oui apparemment, Leary est devenu informateur en 1974, suite à son arrestation.


Ce fut quasi-officiellement annoncé en 75 par voie de presse ! Je m'étonne qu'aujourd'hui certains sites internet nous balancent ça comme une révélation.

Cleaver quant à lui vint vivre à Paris où il s'essaya à la création de mode avec des pantalons à bitte apparente (au moins il assumait), bien sûr lui aussi fut accusé d'être un agent de la CIA.


Jhi-dou a écrit :
Mais dans le lien (vers une vidéo youtube, publiée sur Erowid d'ailleurs) que donne Larry, il semblerait qu'il reconnaisse avoir travaillé aussi pour la CIA bien avant...


Rien d'étonnant, probablement tous ceux qui faisaient alors des recherches sur les pychotropes ont été approchés, mais quand Irvin écrit qu'Hofmann était un agent des services français (Pont Saint-Esprit !), c'est gros.


Jhi-dou a écrit :
Et sur l'acide celui là (en anglais, et seuls quelques passages sont consultables sur le site): Acid Dreams Trip Guide

Jhi-dou a écrit :
Illusions probablement amplifiées par l'acide, comme le font remarquer les auteurs d'Acid dreams:

Bien d'accord avec le passage cité ! J'ai acheté ce bouquin dès sa parution dans les années 80, lecture passionnante, on y croise entre autres un personnage qui à lui seul vaut toute la liste d'Irvin :

[Image: 1525ronaldstark.gif]

Fut-il vraiment le plus gros producteur de LSD entre 1969 et 1974 ?
A-t-il eu un laboratoire à Orléans puis à Louvain-la-Neuve ?
Travaillait-il pour la CIA comme il l'a lui-même affirmé ?
#34
Vétéran a écrit :
J'ai acheté ce bouquin dès sa parution dans les années 80, lecture passionnante, on y croise entre autres un personnage qui à lui seul vaut toute la liste d'Irvin :

....

Fut-il vraiment le plus gros producteur de LSD entre 1969 et 1974 ?
A-t-il eu un laboratoire à Orléans puis à Louvain-la-Neuve ?
Travaillait-il pour la CIA comme il l'a lui-même affirmé ?


+ 1
Effectivement, Ronald Stark (apparemment son vrai nom serait Ronald Shitsky) était en lien avec la BrotherHood of Eternal Love et la conclusion d'un magistrat italien qui enquêtait sur lui est... qu'il était un agent de la CIA.
En ce qui concerne les labos en France, c'est en tous cas ce qu'il se dit dans ce bouquin sur les BrotherHood:

' a écrit :
Exactly when he moved into large-scale production abroad, or why, is not known; but several sources independent of each other report a production run in Rome at the time when he suddenly became wealthy. By the late 1960s, Stark had again moved, to France, embellishing his operations with legitimate chemical companies as a front. He was established in the thirteenth arrondissement of Paris with two other Americans, working at night after the regular staff had gone...

...Having moved out of Paris, he had set up base at Orléans


http://www.druglibrary.net/schaffer/lsd/books/bel4.htm

Quand on se penche sur Owsley Stanley (un autre gros fournisseur de LSD au milieu des années 60, qui a aussi beaucoup aidé les Grateful Dead* financièrement et au niveau du son), y a aussi quelques trucs étonnants.

Son grand-père était membre du Sénat et avait été gouverneur du Kentucky.
Owsley (surnommé "Bear") a servi dans l'armée de l'air avant de se lancer dans la fabrication d'acide, il aurait topé la formule du LSD à Berkeley et quelques semaines après lançait la production de méthédrine (méthamphétamine) pour financer son futur labo de LSD. La police fait une descente et il embauche le vice-maire de Berkeley comme avocat et sera relaxé (les flics devront lui rendre tout son matériel).

Il dit lui-même ne pas être un chimiste (j'ai toujours entendu dire qu'il fallait de sérieuses connaissances et que la synthèse du LSD n'était pas donnée à tout le monde, mais bon..) et fait des déclarations un peu farfelues comme:

Citation :— Acid on blotter is so unstable (~ 3 days to several weeks at most) you have to be lucky to get 80 mcg. If you want serious changes you need 150-250 mcg, if you want a nice party spirit, then 100 will do, <50 is marginal at best for anything.

Owsley Stanley rejects being called a chemist, saying he was "soundman for a band, Grateful Dead". Even so, he clearly knows a lot more about LSD than the average user.

— Blotter is stupid as a dosage format. It will not keep - some stuff goes off in hours, some in days, all are dead in weeks. Acid dispersed on paper is subject to light, air, moisture, heat, bacteria and the various impurities and chemicals in both the paper and the liquid used to impregnate the paper, and even to various chemical vapours in the air. It is totally worthless, stay away from it. Window pane (gelatin) is only marginally better, even the lowly sugar cube is superior to both of these.

— Blotter is not even stable for 30 hours. Deterioration commences as soon as the liquid carrier is soaked into the paper.

En gros, selon lui le LSD sur des buvards c'est de la connerie, et ça se dégrade au bout de 30 heures (ah bon ?)... :?

A noter aussi qu'il s'est fait arrêté avec 100 grammes de pur LSD (+ du DOM, il avait obtenu la formule par Shulgin) et a été condamné à une peine de prison relativement dérisoire d'un peu moins de 3 ans (par rapport à d'autres qui ce sont fait prendre après comme Scully ou Sand).

* d'ailleurs, lors d' "acid tests" organisés par Ken Kesey et les merry pranksters, l'acide était distribué souvent gratuitement et en masse (mis dans une bassine avec du soda).

Sources:
http://www.rollingstone.com/culture/news...d-20110314
http://www.theoaktreereview.com/owsley_stanley_2.html
#35
Est vrai à propos des buvards ? Cela se vérifie ? (Très intéressant ce post ! Je rattrape le début de suite ! )
#36
[Image: images?q=tbn:ANd9GcTAlQJ8TZMpcWbXCSyjJw8...zNyvbjDm8Q]

Les origines familiales d'Owsley (et les facilités que ça a pu apporter) étaient bien connues, comme ses idées très spéciales sur la bouffe, la magie, etc.

Concernant les buvards Scully était du même avis, il y a dû y avoir une vieille querelle quant à ce mode de distribution qui ne s'est d'ailleurs répandu que vers 73-74.

(ces buvards que je n'avais encore jamais vus me faisaient fantasmer, je les imaginais plus forts ou plus purs que tout le reste, un peu le contraire de maintenant où on serait sans doute plutôt enclins à s'exciter sur des gélatines ou des micropoints)


Stark était par contre inconnu du public, il a pu raconter ce qu'il voulait puis les autres en ont rajouté, et comme la paranoïa 70 voulait voir des agents de la CIA partout, laisser entendre qu'on en était un soi-même pouvait être une bonne manière de se rendre intéressant, autant que se prétendre guerillero mondial et copain avec l'IRA, Septembre Noir et les autres.

Le fait est qu'il est allé se faire arrêter en Italie à un moment où c'était bien là qu'on pouvait trouver la situation politico-policière la plus pourrie d'Europe, un parfait laboratoire à magouilles CIA ou autres, c'est qu'il devait aimer ce genre d'ambiance.


Mon impression (juste une impression) sur Owsley comme sur "Stark" est que lorsqu'on avait la chance d'être jeune héritier, à cette époque où tout semblait possible, en surfant sur l'acide on devait pouvoir se payer une vie de légende..
#37
Vétéran a écrit :
Stark était par contre inconnu du public, il a pu raconter ce qu'il voulait puis les autres en ont rajouté, et comme la paranoïa 70 voulait voir des agents de la CIA partout, laisser entendre qu'on en était un soi-même pouvait être une bonne manière de se rendre intéressant, autant que se prétendre guerillero mondial et copain avec l'IRA, Septembre Noir et les autres.


Vu ce passage (dans le chapitre 25 du bouquin sur les "BrotherHood of Eternal Love"), beaucoup de faits sont troublants tout de même:

' a écrit :
A fresh police investigation was opened and, in October 1978, Stark was charged with 'armed banditry'. Despite a charge bordering on terrorism, seven months later he was a free man, released on parole and living in Florence. The magistrate who gave him parole said: 'Many circumstances suggest that from 1960 onwards Stark belonged to the American secret services.

Which of the Italian lawyers was right? Was Stark, during his years in the drug world, in reality an American agent? Was he feeding back intelligence on the counter culture which the federal agencies were desperate to infiltrate in the late 1960s and early 1970s? Or could he have been a banker investing and transporting money destined for 'black' operations beyond the drug world?

On more than one occasion Stark let slip hints of connections with the espionage world. There was the story about working for the Defense Department, and another that he closed down the French operation through a CIA tip. He began work with the Brothers at just the time when they were involved with the Weathermen in the United States. Equally timely, he was in Paris during the May 1968 riots and haunted the radical fringes of London in the early 1970s, when there was yet another curious example of his interest in radicalism/terrorism.
Two American journalists were working on a feature for Frendz magazine, an anarchistic offshoot of Rolling Stone, on Belfast violence. A rising Provisional IRA man, James McCann, obliged them with copy by trying to firebomb part of Queens University in the town. McCann and the journalists were arrested. The latter were eventually released -but not before a surprising intervention by Stark, who took their London lawyer to lunch at the Oxford and Cambridge Club to discuss their Plight, offering to pay their fees and bail.

In fact the meeting did not lead to anything, but Stark had taken a great interest in Frendz, which was deeply involved in revolutionary politics and was something of a clearing house at the junction between drugs and the other sides of the underground. Stark's interest in McCann certainly contributed to an interest in the American himself by MI5. When Lee began searching for Stark, he found the secret service had been there before him. For McCann, having escaped from jail, set up as a cannabis dealer in Holland to supply the IRA with money for guns. One of the men sent by the British to find out more about him was a former Oxford student called Howard Marks. Perhaps it is only coincidence, but Marks, who set up in his own right as a cannabis dealer, was eventually arrested after dealing with the remnants of the Brotherhood in California.

Stark is one of the figures in the story of the Brotherhood whose origins do not link directly or tenuously back to Millbrook. When the DEA were putting together a case against Stark in 1972, they had great difficulty in pinning down his personal details and were never able to get his FBI file from New York. Their reports in California and the details passed on to Europe only showed what Stark was not, not what he actually was.
The silence was finally ended late in 1982. Stark was arrested in Holland on a charge involving 16 kilos of hashish. In the summer of 1983, he was released from custody and thrown out of Holland where he had claimed to be a Lebanese bound for New York. He was arrested on arrival in the United States on a passport violation and DEA agents began to reconstruct the original San Francisco LSD case against him. They found it impossible to do so after such a long time and Stark was released.


Un autre personnage troublant, c 'est William Mellon Hitchcock.
Richissime homme d'affaire, petits fils d'un magnat du pétrole, il a mis à disposition de Leary (et de l'IFIF, qui devint la Castalia Foundation) le domaine familial de Dutchess County (Millbrook) de 1500 hectares, avec une demeure de 64 chambres entourée de forêts, lac et terrains de tennis pour 500 dollars de loyer mensuel.

Plus que ça, il finança plusieurs lots d'acide, aida à faire transiter l'argent obtenu aux Bahamas ou d'autres paradis fiscaux, et beaucoup se demandèrent pourquoi il avait "investit" dans le mouvement psychédélique alors qu'il ne paraissait pas désireux d'explorer sa conscience et d'enrichir sa vie spirituelle...
On lui demanda un jour ce qu'il attendait d'un trip d'acide et il répondit ceci: "comment ramasser plus d'argent à la Bourse".
Michaël Hollingshead notamment, ne lui faisait pas du tout confiance...peut-être à raison d'ailleurs, car pour échapper aux agents de l'IRS il décida de collaborer avec le procureur fédéral de New York et de témoigner contre plusieurs membres de la fraternité. Alors que Scully était accusé d'être responsable du mouvement psychédélique et prenait 20 ans de prison, Hitchcock s'en sortait avec du sursis et une amende de 20 000$...
#38
Quelques passages "croustillants" trouvés dans l'excellent bouquin "LSD et CIA" (Martin Lee/ Bruce Shlain):
Citation :puis vint le STP (2,5-diméthoxy-4-méthylamphétamine) - "sérénité, tranquillité, paix" qui avait été trouvé en 1964 par un chimiste travaillant pour le Dow Chemical Company, qui fournissait Edgewood Arsenal, le quartier général des services chimiques de l'Armée. Les scientifiques d'Edgewood avaient testé le STP pour voir s'il pouvait servir d'incapacitant. La CIA, quand à elle, employait la drogue pour ses travaux sur la modification du comportement. Au début de 1967, pour une raison mystérieuse, la formule du STP avait filtré dans la communauté scientifique. A l'époque, le tartrate d'ergotamine, un ingrédient essentiel à la fabrication du LSD-25, vint à manquer. Owsley, le roi de l'acide, décida d'essayer le STP. Peu après, la drogue circulait dans les quartiers hippies de San Francisco et de New York. (page 189

Le STP n'était pas la seule drogue bizarre à être injectée dans les artères du ghetto de l'acide (Haight-Ashbury). D'après les médecins de la Free Clinic, il y avait eu une véritable hécatombe avec le prétendu THC (une version synthétique de la marijuana). En fait, il s'agissait de phencyclidine, ou PCP - connu sous le nom d'Angel Dust (poudre d'ange) - lancé sur le marché pharmaceutique par les laboratoires Parke-Davis, comme calmant pour animaux...quoi que l'Armée l'eût testé à la fin des années cinquante sur les GI's américains à Edgewood Arsenal. A la même époque, mais cette fois pour le compte de la CIA, le Dr Ewen Cameron administrait du PCP à des aliénés du Allain Memorial Institute de Montréal, dans le cadre de l'opération MK-Ultra. Par la suite, l'Agence avait stocké du PCP en qualité "d'incapacitant non-mortel", même si d'après les rapports de la CIA, en doses fortes son absorption pouvait provoquer des convulsions et la mort. (page 188-189)

Puis plus loin...
Citation :En juin 1967, James Finlator, chef du Bureau of Drug Abuse and Control de la FDA, put annoncer que "des criminels genre Cosa Nostra" dirigeaient en coulisse un trafic extrêmement bien organisé de drogues hallucinogènes. On comprendra dès lors les causes de la baisse de qualité du LSD sur le marché noir...
...et que faisait la CIA pendant que son partenaire épisodique, le Crime Organisé, inondait le marché noir de mauvais acides ? Selon un ancien contractuel de l'Agence, le personnel de celle-ci aida des chimistes à monter des laboratoires clandestins de LSD en Californie, pendant l’Été de l'amour, afin de "surveiller" ce qui se passait dans le ghetto de l'acide...Un agent de la CIA qui prétend s'être infiltré dans les réseaux de l'acide, a qualifié Haight-Ashbury d'élevage de cobayes humains". :Oo:

Une douzaine d'années plus tôt George Hunter White et ses collègues de la CIA avaient installé une de leurs casemates à San Francisco pour tester les drogues hallucinogènes sur des gens qui ne se doutaient de rien. Ils avaient mis fin aux activités de White vers le milieu des années soixante, alors que la région connaissait un véritable boom de l'acide. Il y avait soudain une foule de jeunes gens prêts à avaler presque n'importe quoi - en particulier des substances qui n'avaient été testées qu'en laboratoire... (page 189)

D'autres passages du même livre, sur Henry Luce ici:
Citation :Pendant la guerre froide, Henry Luce, le président du groupe Time-Life, n'a pas chômé. Comme Einseznhower, Dulles et la Pax americana, il poussait ses correspondants à collaborer avec la CIA. Il mit évidemment son empire de presse au service de la propagande de l'Agence...

...Le Dr Cohen fit aussi prendre de l'acide à la femme d'Henry Luce, Calre Boothe Luce, ainsi qu'a plusieurs autres personnalités. "Eh bien, oui, bien sûr, on prenait tous de l'acide. Nous formions un petit groupe très créatif - mon mari, moi, Huxley et Christopher Isherwood", se souvint par la suite Mme Luce, la grande dame de la vie politique de l'après guerre (sous Reagan, elle a appartenu au Foreign Intelligence Advisory Board qui dirige les opérations de la CIA à l'étranger)...

En grande partie à cause des articles favorables parus dans la presse d'Henry Luce, les drogues psychédéliques commencèrent à connaître une certaine vogue. (page 85-86)

Sur Leary:
Citation :Ses travaux menèrent Leary à l'université de Harvard où, depuis des années, étudiants et professeurs servaient de cobayes à des expériences financées par la CIA et l'armée. Il rentra à Harvard et mis sur pied un programme de recherche sur la psilocybine avec l'autorisation de Dr Harry Murray, le président du département des relations sociales (qui pendant la Seconde Guerre Mondiale, s'était occupé de recruté pour l'OSS). (page 87)
 
Citation :Selon Leary, les mouvements psychédéliques et pacifistes étaient totalement incompatibles. "Il faut choisir entre la rébellion et la religion, déclara t-il. Ne votez pas. Ne signez pas de pétition. Vous ne pouvez rien faire pour changer l'Amérique sur le plan politique. (page 168
 
Citation :Steve Groff (scientifique de la NASA) offre à la communauté de Millbrook (Timothy Leary) des échantillons d'une drogue top secret, le JB-118 mis au point par les militaires et proche du BZ. (page 113)

Sur Huxley:
Citation :Le Dr Humphry Osmond vint à passer à Boston. Huxley l'emmena chez Leary. "Nous avons eu une discussion très intéressante" dit Osmond. Le soir même après leur départ, Huxley a dit: "Ce type est vraiment formidable". Puis il a ajouté que c'était merveilleux de penser que tout allait partir de là - de Harvard. Osmond lui a répondu" Je trouve aussi qu'il est formidable, mais tu ne le trouves pas un peu trop conventionnel ?". A quoi, Aldous a répliqué: "Tu as peut-être raison. Mais n'est-ce pas justement ce que nous voulons ?" (page 88-89)

Une citation de Tim Scully:
Citation :"Ce qui se passait à Haight ressemblait à une expérience de laboratoire, un échantillon de ce qui allait bientôt recouvrir la planète" (page 152)

D'autres faits troublants à noter:

- Alan Trist (du Grateful Dead) serait le fils d'Eric Trist (un des fondateurs de l'Institut Tavistok).

- Ken Babbs (acolyte de Ken Kesey), qui s'occupait notamment du son chez les Merry Pranksters était dans l'Armée (US Marin Corps et pilote d'hélico au Vietnam) jusqu'en 1963-64.

- Gregory Bateson, qui a participé à la création et l'évolution de l'Institut Esalen (qui a bien répandu les idées de la contre-culture aux USA et ailleurs) a fait parti de l'OSS.

Ça commence à faire beaucoup de coïncidences tout ça...
#39
Jhi-dou a écrit :
Ça commence à faire beaucoup de coïncidences tout ça...


Quelqu'un a-t-il vraiment maîtrisė ce qui s'est passė dans les annėes 60 ?
Un aspect à l'époque occulté par notre naïveté est bien le rôle moteur du FRIC qui a aussi permis à certains de s'en tirer à bon compte pendant que d'autres payaient plein pot, c'était ça aussi le mouvement psychédélique.

Que des professionnels du renseignement et du contrôle social y aient ėtė mêlés c'est indéniable, puisqu'ils furent parmi les premiers à avoir accès aux nouvelles drogues de synthèse.
Il n'est d'ailleurs pas exclu et même probable qu'en tapant dans le matos à dispo ils se soient parfois déréalisés eux aussi et que ça ait pu donner à leurs projets un caractère déconcertant.

Par contre, qu'un des Pranksters ou un compagnon du Gratefukl Dead soit un ancien militaire ou fils de militaire ne me semble pas très significatif.
Mon ami Tony, lui-même fils d'officier supérieur, a fait quelques années dans l'US Army avant de devenir dès 67 un loyal "dead head", demandez-lui s'il a pris tous ces trips pour le compte de la CIA, ça le fera sourire mais il sera quand même un peu vexé.

Cependant, ayant vécu ma prime jeunesse au moment où une civilisation s'est écroulée défoncée et en chansons, la question de la manipulation me paraît effectivement cruciale.
Car oui je pense que ma génération a subi un véritable lavage de cerveau, seulement je ne crois pas aux commanditaires cyniques, les opérateurs les plus actifs étaient les plus atteints.

Si j'arrive enfin à charger l'image, regardez le "Bed In" de John et Yoko, une vision qui me fit alors penser que malgré le rabâchage du mot "libération" nous étions en fait tous aliénés dans une boucle de bêtise autosatisfaite.
Des VIP au syatème pileux surdéveloppé croyaient-ils réellement oeuvrer pour la paix en restant au lit, mitraillés par des photographes et servis par des larbins ? Ils en étaient convaincus.

Nous étions sous l'influence de gens qui, se voyant comme le reflet de leur public, étaient eux-mêmes sous la nôtre.
Le vieux Burroughs doit bien rigoler dans sa tombe.



[Image: gettyimages-158949047.jpg?w=420]
#40
Héhé, merci de nous rappeler à la réalité du fait que nous n'avons pas inventé l'eau chaude, mais faut nous comprendre, on vit le même processus que votre génération à notre façon. On se défait lentement des espoirs d'un monde meilleur si facile à mettre en place que quelques feux d'artifices mentaux induits par les substances ont pu nous coller au ciboulot ("ah, si tout le monde il bouffait des champotes...").

Après la niaiserie du techno-paganisme fluorescent autogéré de "nos" sixties à nous, les années 90, on traverse la phase de paranoïa qui suit, le tout étant amplifié par les technologies de l'information. Et puis au fond... C'est un peu chouette de voir ZE COMPLOT partout.

"Rien de nouveau sous le soleil" comme disait l'autre...
#41
Vétéran a écrit :
Cependant, ayant vécu ma prime jeunesse au moment où une civilisation s'est écroulée défoncée et en chansons, la question de la manipulation me paraît effectivement cruciale.
Car oui je pense que ma génération a subi un véritable lavage de cerveau


Et du coup, dans quel but selon toi ? Ou du moins (si tu ne crois pas que ça a été "orchestré"), quel a été le(s) résultat(s) ?


Larry_Golade a écrit :
faut nous comprendre, on vit le même processus que votre génération à notre façon....
Après la niaiserie du techno-paganisme fluorescent autogéré de "nos" sixties à nous, les années 90, on traverse la phase de paranoïa qui suit, le tout étant amplifié par les technologies de l'information.


Effectivement, on peut dire que nos générations vivent le même processus et bien plus.

D'une part avec la disponibilité exponentielle des nouveaux produits de synthèse, rendu possible notamment avec l'avènement d'internet...
D'autre part, parce que nous sommes nés dans "l'après" et donc beaucoup moins de recul avec la génération de Vétéran (et ceux nés aujourd'hui en auront encore moins, car nés quasiment avec un smartphone ou une tablette dans les mains [Image: icon_lol.gif]).

D'ailleurs, de contre-culture à cyberculture, il n'y a qu'un pas !

Par exemple, Stewart Brand*, connu pour avoir édité le Whole Earth Catalog (certains comme John Markoff, disent de ce livre qu'il était "internet avant internet") était proche des Merry Pranksters et de Ken Kesey. Son livre a eu une profonde influence sur Steve Jobs et probablement toute une génération de techniciens.
Stewart raconte comment, de passage au centre de calcul de Stanford, il a vu des gens jouer à un des premiers jeux vidéos (Spacewar) et que ça lui faisait penser à une expérience "hors du corps" et qu'a ce moment là, les seules expériences de ce type qu'il avait vu étaient liées à la dope. Il prétendait aussi que le cyberespace était une sorte de 4ème dimension.

' a écrit :
"I was at the Stanford computation centre and this was some time in the early 60s and I saw these young men playing Spacewar! [an early computer game]. They were out of their bodies in this game that they'd created out of nothing. It was the only way to describe it. They were having an out-of-body experience and up until that time the only out-of-body experiences I'd seen were drugs."


Timothy Leary a déclaré que le "PC est le LSD des années 90" et est devenu un promoteur de l'idéologie cyberpunk (Leary préférait le mot cyberdélic) qui était censé être une nouvelle façon de se libérer (ça vous rappelle rien ?)...
Même si, des années plus tard, certains promoteurs comme Hakim Bey trouvèrent avec amertume que la "révolution d'internet" était loin de tenir ses promesses, et était même plutôt l'inverse...


Sommes-nous vraiment conscients des profonds changements intervenus pendant cette période (et de l'impact sur nos vies actuelles) ou bien sommes-nous trop "englués" dedans pour nous en rendre compte ?


* Un reportage complémentaire ici (Das Netz, Voyage en cybernétique / réalisé par Lutz Dammbeck et sous-titré Unabomber, le LSD et l'Internet):
https://www.youtube.com/watch?v=FS6rSNkjViM
#42
Documentaire hyper instructif (et motivant) sur arte traitant de la thèse de Larry Lessig sur l'importance d'une démocratie d'idée (pour rappel il est "candidat" à la présidentielle US dans la NH rebellion):

TED Stories : Larry Lessig | ARTE

Dedans j'ai notamment découvert ce site qui concrétise le projet anarchiste qui murie petit à petit dans ma tête:

Democracy OS France

J'en profite pour rappeler que la Commission Européenne a rejeté les amendements du projet de loi qui allait empoisonner la neutralité du net.

Désolé si j'ai ni le temps ni l'occasion de développer un peu cette rénovation du concept démocratique telle qu'il fut pensé par nos lumières humanistes, mais à travers le combat de Larry Lessig résumé dans ce doc on a un beau paysage dee certains relais démocratiques hors-système qui émergent dans nos "vieilles démocraties" un peu rouillés.
[Image: Corriged-20150824-052830.jpg]
#43
l’après-guerre
Carnet du labo (n° 1)
les années 60/70: on pouvait tout faire et même n'importe quoi

(une idée pour un Mémoire d'étudiant... Mais est-ce périlleux??)

Après la 2de gm le bon ton et la raison du commun entendement étaient à la pratique pleine de la liberté. L'apanage distinctif de cette époque nous parvient aujourd'hui. Malgré la symbolique portée à une analyse hors sujet par les générations successives, on peut tenter de lister quelques éléments tels que les longs cheveux, la marque "peace & love", la musique électrique, les drogues, les happenings et les festivals, une forme moderne et alphabétisée de nomadisme, la culture telle une contre-culture, les communautés hippies, la contestation, etc... Ces repères, ayant traversé les décennies, aboutissent donc à une perception contemporaine par des références remaniées. La génération actuelle a d'autres problèmes, des préoccupations différentes et des intérêts inhérents à son époque... L'attribution de spécificités aux années 60/70 par la perception et le jugement actuels est difficilement exacte.



Pour commencer, le stéréotype du mode de vie passionné (longs cheveux, style du pèlerin, du gitan...) s'explique comme forme de propagande extrême à l'opposé d'une société fasciste vécue en Europe avant et pendant la 2de gm. Le Nouveau Monde, creuset de la pègre, menaçait l'ordre et l'ordre des choses. Le Juif errant, échevelé, enserrait le globe planétaire de ses mains aux ongles sales. Mais aussi l'anthropologie, la morphologie, au décret du blâme ou du compliment en fonction de taux associés aux origines raciales prédestinait l'individu dans un ordre social hyérarchisé, milicé... Le terroriste était donné à l'affiche comme Rouge débauché et dégénéré. Le philosophe s'élevait en docteur du bla-bla et du faux-fuyant. Ainsi se caractérisait la propagande nazie à la base de l'hystérie des masses nationales-socialistes et fascistes marchant sur la voie sacrée des mille ans de règne promis par leurs dirigeants. La race pure appliquait des nouveautés odieuses dans un but protectionniste... La vindicte revancharde de la Libération a répondu à cette exaltation malfaisante par une équivalence impressionnante. Le modèle, non plus aryen, faisait l'apologie de l'aventurier révolutionnaire, chevelu porteur d'une culture anglo-saxonne et d'un romantisme militant extrémiste. Les acteurs du Paradis Juif argués, intégralement, par la propagande nazie calomnieuse, prenaient leur revanche. Jour et nuit, la vie en rue était devenue une Académie populaire militante de l'Art à ciel ouvert, et avec toute la mesure d'une expérience de la marginalité libérée... L'imagination au pouvoir deviendra plus tard un mot d'ordre général. La cause de la Liberté était moins à un domaine terrestre parfait que à une rétorque forte. La valeur fanatique, comme support au triomphe du Monde Libre, devait égaler sinon surpasser celle de l'idéal réactionnaire.
L'authenticité du modus vivendi fasciste n'est jamais rendue dans les médias, les archives, la documentation, pas plus que ce qu'il y a eu après la Libération. On ne dira jamais tout parce qu'il y a censure. Pour faire ici une démonstration avec un échantillon de l'Histoire, prenons les autodafés de Nuremberg en 1933. On ne cite que des auteurs littéraires associés dans l'idéal nazi au matérialisme, à la décadence et à la corruption morale. On ne cite, dans le matériel documentaire mis à disposition du grand public, que les feux avec des livres dedans... Non. L'élan d'un peuple sur la voie de l'arbitraire allait plus loin. En réfléchissant bien il ne s'agit pas que de "classiques" issus de la méthode, sur le thème de la psychologie, la politique ou de l'humanisme jetés aux flammes mais aussi de la pornographie, de tous les éléments d'un commerce opportuniste des Années Folles, d'œuvres imaginatives prospectives (par ex des BD de science fiction décadentes), de la recherche intellectuelle, de tout ce qui a trait à la culture dégénérée (le jazz)... Le tout mixé par les flammes et livré à la destruction dans le Reich entier, comme dans la future "forteresse Europe" déjà collaboratrice, en une ambiance hystérique du fanatisme. Là on perçoit toute la dimension de l'historicité quand la facette de l'authenticité omise dans les enseignements de l'Histoire est soumise à censure.



[Image: wp2dd19271_05_06.jpg]
En phase avec le débarquement sur le mur de l'Atlantique, le "rush" de Berlin s'annonçait résolument. Depuis les vagues d'assaut du 6 juin 1944, cela ne finissait pas d'arriver. Les listes de noms des contingents à former portaient naturellement sur les levées suivantes, vers les nouveaux... Mais la victoire acquise, graduellement livrées à leur propre arbitrage, moins pragmatiques et plus empiriques, les nouvelles vagues (new wave) demeuraient, toujours et par dessus tout, vecteur d'idéaux ciblant les interdits. La vague suivante étant toujours la nouvelle vague, beatniks et enfants-fleurs, tels le syndrome de l'espèce humaine, s'ensuivirent aux vétérans... Déjà depuis les blitz sur Londres, la population menée par la Défense passive emplissait le métro pour survivre encore aux armes secrètes de représailles (bombes volantes à guidage autonome V1 & V2). La foule "underground" s'efforçait de garder son enthousiasme par la musique amplifiée. Les sons devaient dépasser les limites de la crainte (dans les vieilles sections du métro anglais on peut encore voir les vestiges d'anciennes installations électriques). La marie-juana, denrée évoquant des latitudes plus sereines du globe, arrivait des colonies et apportait un souffle nouveau exotique en des volutes, promesses de paix et de quiétude. S'échapper de la réalité de la guerre était comme un acompte perçu sur les lendemains. De là viennent les 1ers "tubes". Ils feront ensuite les hit-parades, patrimoine de la culture anglo-saxonne. Le métro Underground est bien le "Tube" de Londres. La musique et la culture "underground" plongent là leurs attaches. Et la marie-juana est bien un support amené jusqu'au front de guerre depuis le Monde Libre par le biais d'un trafic prenant source dans les colonies telles les cargaisons, les matières premières utiles à la victoire.
Lors des chapitres historiques débridés, l'homme se réalise par des moeurs réfractaires à la conformité. Autrement on est "récupéré" par le système. Depuis l'Afrique du Nord, les armées alliées entraînaient derrière elles toute une sphère partisane, des supporters, des réfugiés réalisant une épopée comme ferment d'une idéologie, une culture...(les Croisades ou la Grande Armée avaient pareil. D'aucuns tiennent prosaïquement ce mouvement pour les arcanes de l'immigration). Toute cette humanité était sur le terrain (par l'Italie mais en même temps l'Espagne) et suivait pour être au fait direct de l'évolution de la situation avec une frénésie (une hystérie) grandissante à l'approche de la Victoire finale. Mais dès le moment où l'on était pris en charge par une infrastructure hospitalière, pour une blessure ou un manque physiologique par exemple, on était "récupéré". Plus tard ce mot pouvait s'appliquer à une idée, une chanson, aux maîtres à penser (des gurus)... Cette expression est restée pendant les années 60/70, les fanas groupies considérant leur genre de vie adapté à un terrain d'action en survivance de la Libération mondiale (diffusion d'une culture, cheminer par les routes jusqu'en Orient, franchir et marcher sur les frontières ouvertes des états, répandre une certaine parole...) A l'été de cette époque, des voyageurs en nombre et affichant une négligence vindicative, faisaient étape dans les fossés le long des routes. Folklore issu de la guerre. Quasi en pyjama et les pieds nus il s'agissait de soldats démobilisés. Les sujets sillonnaient l'Empire (British) en tout sens, comme les grenadiers démobilisés avaient le monde à eux... (Les devanciers d'une vogue en propagation). Démobilisés mais sur le terrain (jusqu'à leur récupération par le système). Par exemple une chanson "récupérée" par le commerce, ou une idée politique "récupérée" par l'establishment, ou encore quand untel va en cure de désintoxication, il est alors "récupéré"... Cela signifie "plus utile à rien sur le terrain d'action". Ainsi, La force d'une marginalité instaurée a ses raisons (et ses saisons). Le langage branché de ces années là évoque souvent le printemps, l'été, l'automne et l'hiver pour signifier toutes sortes de choses: un état de santé, les dernières nouvelles politiques, le processus d'une utopie...
1976 - borne chronologique précise placée à l'achèvement de "l'après-guerre".
Conclusion: "l'après-guerre" a vu sa fin parce que un rêve ne nourrit pas son homme. Vivre et promouvoir une utopie est d'abord possible mais tend, au final, vers le cauchemar. Pour reprendre la terminologie marginale, "l'été" aura duré une ou deux décennies. Aussi les faits divers de la presse étaient fournis en actes de vandalisme, larcins, violences, et suicides, tous résultant de la consommation de substances (à la défense, l'argument était l'anarchie à l'assaut de la société bourgeoise prédisposée à l'attentisme). Une économie basée sur les expédients et la transcendance idéologique est pauvre (l'humilité véritable était alors invoquée). L'engagement de la jeunesse en une exaltation pour une culture fanatique au registre de faits historiques maintes fois ressassés, est en concurrence avec le sentiment patriotique = ennemi de l'intérieur (l'objection: l'universalité d'une mode internationale est bien plus forte que les nationalismes mesquins et sectaires, désormais mal réputés). Etc... etc.. Ainsi les couleurs anglaises ou américaines pouvaient symboliser une façon de penser, une philosophie, au détriment de toute matérialité nationale et son drapeau. Il s'agit alors de contestation. Vis à vis des institutions il s'agit de parasitage social... (réf guerre du Vietnam)
Mais pour achever la polémique, quand la drogue fait des ravages, elle donne des tares aux fœtus et il y a là un signal alarmant. La réaction se fit progressivement plus forte pour aboutir à des arrestations, des opérations "coup de poing", une répression policière aux USA et en Europe ainsi que partout ailleurs, dans tous les pays. Les actions organisées par les structures étaient appuyées par une faction importante dans les populations. Il y a eu des faits violents en public. Des excès terrifiants ont eu lieu (la torture du sevrage forcé imposé aux junkies, etc...). Le verbe "flipper" fait le vocabulaire courant de ces années. Au panthéon du 7me Art, une œuvre rendant bien un décor de la fin de "l'après-guerre": "Midnight Express"





cette vue fréquemment concrétisée dans les rues jusqu'à la fin des années 60 représente assurément un soldat anglais démobilisé de "l'après-guerre"
[Image: wpf451ef53_05_06.jpg]
Voici présentée de façon succincte, c’est-à-dire sans entrer dans les détails pharmacologiques, la classification des drogues de Lewis Lewin, qui fait autorité depuis sa publication en 1924
http://larevuereformee.net/articlerr/n19...oxicomanie

* le premier groupe est celui des stupéfiants (Euphorica); il comprend des drogues qui calment l’activité psychique, comme l’opium et ses composés (la morphine, la codéine, l’héroïne, etc.);
* le deuxième est celui des hallucinogènes ou psychodysleptiques (Phantastica); il comprend un ensemble de substances d’origine végétale très différentes par leur composition chimique, qui ont la capacité de susciter des hallucinations: le peyotol, le chanvre indien, le lysergamide (L. S. D. 25), la mescaline, les plantes tropéines, qui provoquent une excitation cérébrale et se manifestent par des sensations déformées, des hallucinations, des illusions et des visions;
* le troisième groupe (Inébriantia) est composé de substances enivrantes comme l’alcool, l’éther, le chloroforme, le benzène, etc., qui suscitent successivement une excitation et une dépression;
* le quatrième groupe est celui des hypnotiques (hypnotica), agents du sommeil tels que le chloral, le véronal, le suflonal, kawa-kawa, etc.;
* le cinquième et dernier regroupe les excitants (excitanta), des substances d’origine végétale procurant, sans altération de la conscience, un état de stimulation cérébrale: la caféine, le bétel, ainsi que la cocaïne.





[Image: wp8314977c_05_06.jpg] Mutisme sur la vérité des années 70. Des ombres subsistent dans la conscience de notre société qui s'affecte à une abolition des fantômes pour se libérer d'une authenticité. La censure est réelle et on la dévoilera ouvertement quand les jeunes générations arriveront plus loin qu'aujourd'hui...

L'être humain est un ensemble de cellules. Entre la membrane externe et le noyau il y a le cytoplasme avec le liquide cytosol surtout composé d'eau. La prise de substances (drogue) correspond à une intoxication des cellules. Càd avec la drogue on mute la composante aqueuse du liquide. Le noyau baigne alors dans la drogue au lieu de son milieu naturel. Le drogué plane. Quand la drogue s'épuise avec le temps, il faut recharger par une nouvelle prise sous peine de ressentir un manque. Un manque est le vide fait entre le noyau et la membrane de la cellule. Sans plus aucun support, le noyau "flippe" dans ce vide. Le résultat en est pour le sujet un enfer d'apocalypse surpassant toutes les tortures. Une chute dans le désespoir et l'épouvante... Le régime nazi a fait des expériences de cette façon. En damnant ses junkies lors de la grande réaction des années 70 (1976 principalement), la civilisation a signifié un holà parfois interprété comme habilitation à exercer la terreur (en réflexe de quoi, quelques fois, certains actes vengeurs dont le mode opératoire en fait un objet d'interdit, furent produits par la marginalité). Globalement, la réaction partout simultanée a été opérée avec une rigueur variable selon les cas mais son déclenchement a été initié par l'Occident décadent désireux d'en finir avec un phénomène de crise. Dans le cadre de la polémique politique et des confrontations des mentalités, des initiatives sadiques ont été commises de façon plus ou moins clandestine pour avoir "raison" lors des épreuves de volonté entre opposants. Ainsi des sevrages brutaux ont été imposés causant des séquelles infinies ou la mort à des échéances diverses... On se doute d'excès extrêmes en Occident, en Afrique et l'Asie, comme dans le monde (le rejet d'une mode et l'annihilation des marginaux a été mondiale). Quand un système pèche par négligence, il peut s'agir d'une peccadille. Si d'aventure les excès à la clé sont graves, la gaffe n'est plus anodine. Parce que avec les stupéfiants, quel qu'en soit le zénith, le résultat va au record...



Il n'est pas question d'attribuer des responsabilités ni de définir des torts pour l'inéluctable sans cesse auguré (à "l'hiver" d'une époque, fatalement). Mais ici une mise en lumière est faite sur l'action persistante d'un office permanent de la censure montrant aux masses ce qui va dans le sens de leur agrément uniquement. Pourtant la Liberté d'Expression peut être l'outil du mensonge ou de la vérité mais on doit pouvoir en user... C'est la loi. Toutefois cacher de tristes événements humanitaires comme une faute va pour une censure et une Justice détournées de leur but préalable. Par une motivation désormais nuancée et une justification hybride, on changera de toutes façons, comme prévu, la nature de "l'après-guerre" et on tronquera le phénomène hippie par une occultation ou un détournement des références. Par exemple les dénominations réductrices comme "baba cool" ou la camionnette VW relookée à la façon naïve et puérile, ou encore une représentation de marginaux propres, bien bâtis, avec des coupes de cheveux éthiques. Il faut être averti pour percevoir l'amnésie quant à l'authenticité d'un temps et son dénaturement dans les films de cinéma ou tout autre média. Les seuls ministères toujours actifs depuis 1945 ont été ceux de la censure (à contrario de la Défense, par exemple). Les documents, les médias ont toujours fait l'objet de directives pour ce qui est bien ou non... Les apanages de la société fasciste antécédente sont inavouables et censurés. Depuis les découvertes des camps de la mort, la censure s'est toujours appliquée à intervenir pour la diffusion de médias agréés. Et aussi, aux moments les plus incertains des faits de guerre, les masses armées alliées ont fait de substances (héroïne) un fer de lance à la rencontre de l'orgueil exterminateur, galvanisé et combattant de la race. Les stupéfiants, furent les seuls à même de faire la différence sur le champ de bataille. Les atouts en lice, opposés par leurs natures, étaient ainsi. Les indices établissant ce fait dans les médias sont sous contrôle et effacés du témoignage historique. Cette notion, au crédit d'une évidence naturellement transmise sur le terrain jusqu'à "l'hiver" de l'après-guerre, ne fait pourtant pas la teneur des textes dispensés par les disciplines du savoir. C'était donc donné et laissé à une culture non récupérée, celle dite "parallèle". Aujourd'hui la société s'applique à "récupérer" par la censure le caractère excessif des passions humaines... Pourtant si on veut être au fait d'une instruction responsable, on exploite toute optique envisagée à fournir le bagage intellectuel et à développer le jugement. Ceci étant destiné à mieux comprendre, mieux discerner, être à niveau avec les dossiers historiques et sociaux. On comprendra enfin que l'office de censure phénoménal se consacre à mettre un terme à la propagande libertaire engagée comme apologie onirique d'auto-destruction, cette face cachée du Monde libre.

Lors des années 70, à Amsterdam se situait le point de départ du Magic Bus reliant Katmandou pour un forfait variant autour des 100 $. Déjà depuis la Conférence de Yalta, nul pays ne s'opposait aux mouvements de ces contingents traversant la Turquie, l'Iran, Afghanistan, Pakistan (1947) et l'Inde (pour le Kashmir, Népal ou Goa...). Avant la génération hippie, des bus en partance d'Europe traçaient leur route jusqu'en Asie du Sud-Est et jusqu'en Australie (aller-retour) parce que l'épilogue d'une déflagration universelle résidait en ces troupes de voyageurs. Inutile d'être mystique pour percevoir une authenticité pourtant soustraite par les notions homologuées de la censure actuelle. 10.000 kms en bus !! Quand même quand on dit que les voyages forment la jeunesse on se rend compte de l'ampleur d'un phénomène aux proportions du globe terrestre...
Avec la marche du temps et les aléas politiques, les trajets devinrent plus courts et le terme final advint quand les frontières furent fermées aux mouvements libres dans divers pays tels que la Turquie (retrouvant son réflexe autoritariste), l'Iran (chute du Shah d'Iran et nouvelle République Islamiste), la guerre en Afghanistan et bien sûr tout cela dans la mouvance de la grande réaction au sortir de "l'après-guerre" évoquée et développée sur cette page Web présente.
fin.



http://www.wikihay.info/media/sfx/60_70/degrelle4.mp3
http://www.wikihay.info/media/sfx/60_70/hippy1.mp3

[Image: wp5d65716a_06.png] [Image: wpe5caf4df_06.png]
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#44
J'ai enlevé les gros carrés gris sans rien dedans.
éçaboucléçaboucléçabloucléçabou...

L'Oeil et La Synchro... Là où Chill Ubik//

Anyway, we know/

Tout est sublime. Tout est drôle.
Here's the key.
Tout est Touts-Possibles.
éçaboucléçaboucléçabloucléçaboucléç...
#45
super !!
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#46
Merci Amicale Smile Car c'est quand même intéressant ce qu'il s'y raconte.
I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
#47
tout ça à l'époque c'était dans la presse parallèle, pas dans la "grande" presse

il n'y a plus de presse parallèle. C'est interdit.
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#48
amicale_du_pc a écrit :
La spécificité de la mescaline vis à vis du LSD est comme celle du champagne vis à vis du vin. Ce n’est pas parce que le sujet “cuve” son champagne sans maux de tête qu’il n'y aura pas de suites... Tout comme le vin. La mescaline est le champagne du drogué. Le LSD c’est la mescaline du pauvre...


Héhéhé mais c'est très intéressant ça.
#49
Je n'ai personnellement jamais tenté l'aventure mescaline (bien que de réel occasion se soit présenté) Car c'est autre chose que de prendre du LSD et de pouvoir danser.

Après oui, la dose fait lois, mais la mescaline a la particularité des alcaloïdes de construire un trip qui peut sonner moins creux que le lysergamide. De plus le lysergamide a une culture pop. La Mescaline tu imagines d'autre chose plus shamanique mais ce n'est qu'une image de l'esprit.

C'est surtout l'imaginaire de la personne qui prendra la dose qui fera les effets comme l'ont démontrer tout les placebo du monde.

Les effets c'est vous qui les faites. C'est ancrée a votre histoire et a la façon dont on réagis au quotidien. Aucun trip n'est égale a un autre pour une même personne. Alors entre deux personnes...
I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
#50
tu établis ta philosophie pour mieux l'ajuster là ! C'est vrai qu'il y a moyen de faire faux ou juste

de mémoire, la mescaline c'est bien comme on dit car c'est aussi une perception qui défile... comme le lsd mais c'est plus soft et "velouté". Si j'avais pu en faire des posters j'en aurais décoré les murs. D'ailleurs à ce propos on retrouve certaines dynamiques des visions dans les démos informatiques alias les fractales animées... C'est parfois pareil! Et cela démontre que l'univers a une identité qui se perçoit parfois dans les visions ou dans la technologie. C'est la même Création qui se manifeste. Par exemple avec un ordinateur et les palettes de couleurs réglables par des chartes avec des curseurs virtuels on fait varier les couleurs comme dans les ateliers de photo ou les académies. Càd que le bleu vert rouge fait le noir et l'arc en ciel rassemblé sur lui-même fait le blanc. Tout cela se vérifie en technologie informatique aussi. Il faut voir les démos fractales. je mettrai des liens prochainement. Ca donne des idées...
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#51
https://youtu.be/O5RdMvgk8b0

https://www.youtube.com/watch?v=gxxqdrrpgZc

etc...

avec ou sans le son (de préférence sans)
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#52
amicale_du_pc a écrit :
tout ça à l'époque c'était dans la presse parallèle, pas dans la "grande" presse

il n'y a plus de presse parallèle. C'est interdit.


Aujourd'hui, on a INTERNET
+ 2 H
- 2 N

#53
amicale_du_pc a écrit :
on écoutait la radio jour et nuit... (= avènement du transistor portable) A part les émissions // (genre Veronica et autres...)


Three, one, nine, CAROLINE. Salut à toi, vieux forban du Mi Amigo !

amicale_du_pc a écrit :
Je le dis encore: un vrai adepte a l'instinct de plaquer son mika ou son windows pen (sans garantie pour l'orthographe) contre la face antérieur de ses incisives pour être en prise directe avec le for intérieur cérébral.


Tu répercutes des délires un autre âge, j'en ai trinqueballé un paquet moi aussi.

Par exemple ces acides dont tu parles, ces "windowpanes" qu'en France on appelait "micas" je les ai bien connus mais à ce moment-là je fantasmais sur les "gélatines" que j'imaginais comme un super-truc pas encore rencontré.

Ce n'est qu'en 2014 en demandant à Mr Web qui a réponse à tant de vieilles questions que j'ai enfin su que windowpane = gelatine, et donc que j'en avais en fait déjà avalé disons un certain nombre (je ne suis pas très comptable).

Il m'a fallu plus de 40 ans pour comprendre ça et tant pis si j'ai l'air con, c'est ainsi : internet remet les pendules à l'heure.

Les plus jeunes se demandent comment on a pu croire que les grands trippeurs se reconnaissent à un trou entre les incisives, que les "monstres verts" faisaient 1200 μg, qu'on pouvait s'empoisonner à la strychnine avec un trip, ou qu'en croquant dans un citron on redescend illico.

Mais en notre temps pas de Techno Plus, pas d'Energy Control, aucun accès aux rares analyses, aucun moyen de vérifier les discours des plus allumés.

Aujourd'hui nous nous rattrapons et parfois c'est laborieux, d'où cette impression de condescendance : j'ai eu le même problème ici, alors j'ai pris un an d'observation après m'être rendu compte que j'y allais à coup de cuillère à pot et que ça empêchait de communiquer (je regrette en particulier vis-à-vis d'une punkette qui malgré sa crête avait mal encaissé la provoc, parce que maintenant c'est trop tard).

Gilles a écrit :
il est de monney courante que les vieux débarque ici, raconte de la merde et ceux font gentiment apprendre la vérité sur le tas


Stonix, avec ta gueule de play-boy des années 60 si tu n'as pas de meuf c'est que tu as dû rater ton époque, alors ne critique pas trop les anciens, tu en es peut-être un qui s'ignore.Smile
#54
Citation :Stonix, avec ta gueule de play-boy des années 60 si tu n'as pas de meuf c'est que tu as dû rater ton époque


[Image: 3_60fke.jpg][Image: 1545.jpg]
[Image: za.jpg]




I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
#55
Vétéran a écrit :
Three, one, nine, CAROLINE. Salut à toi, vieux forban du Mi Amigo !


Tu répercutes des délires un autre âge, j'en ai trinqueballé un paquet moi aussi.



les émissions // la nuit c'était parfois l'orgie et aussi des messages de haine et d'anarchie. Aujourd'hui on ne rapporte que la part "correcte" des annonces radiophoniques de ces stations. Il y a CENSURE. L'ambiance générale, si tu te souviens, était à la contestation et la remise en question de l'establishment. Les messages portés sur les airs visaient la sphère dirigeante, les chefs d'états et aussi la reine des Pays-Bas (pour Veronica par exemple, mais je ne suis pas polyglotte) avec des slogans versant dans la vulgarité et l'injure. Les mecs au micro étaient soit défoncés soit en manque et leurs messages offshore professait l'anarchie, la guerre et le chaos universels. Ces excès sont censurés de nos jours. A tout niveaux. Ce qui a disparu aussi ce sont les émissions de propagande communiste plein de menaces (là par contre il y en a eu en français) émis depuis le bloc de l'est comme une guerre psychologique préparatoire à la vraie invasion. Et aussi les émissions de Berlin Ouest, le base américaine avec ses flashs d'information que on écoutait pour savoir ce que on allait devenir... la haute et les nantis écoutaient aussi et attendaient le signal pour mettre les voiles vers l'Angletterre ou l'Afrique du Nord et aussi celle du Sud (réflexe authentique connu et déjà exercé) où ils avaient une villa, une seconde résidence, un refuge...Tu te souviens de tout ça?? Ou alors tu crois à ce que tu vois aujourd'hui?? Moi je n'oublie pas. Je reste avec ça. Tout effacer d'un coup d'éponge?? Non non, trop facile.



...et les images ci-dessus c'est un paravent réactionnaire pour cacher... c'est le résultat d'une directive du Ministère vers les annonceurs. (Ils ont de l'eau dans les caves... serait ce un signe de reconnaissance??)

oui windows pane, pas windows pen... le second c'est juste aussi mais avec l'accent belge.
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#56
Oh je viens de lire le post de amicale_du_pc, c'était très intéressant effectivement. Un peu long mais je ne regrette pas.
Je me suis toujours dit que j'aurais aimé vivre cette époque de la grande vague psychédélique, de la révolution sexuelle, et connaître cette évolution dans les schémas de pensée. Mais surtout la musique :
Les Beatles, John Lennon, Elvis, les Doors, Pink Floyd et King Crimson, Hendrix, Led Zep, Woodstock, mais aussi Jacques Brel, Gainsbourg, Léo Ferré, etc.
Quelle époque incroyable pour la musique !
Mais je découvre que ce n'était pas tout et qu'il y avait aussi un envers à ce décors. Super lecture, vraiment !
#57

I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
#58
@ zeek
révolution sexuelle, ppfff !! suis pas une flèche en la matière... lors de mon adolescence il y a eu des filles et des flirts comme pourrait le faire un titi avec une référence + in que le modèle classique... Oui, les prémices du vrai amour d'adulte avec des mains balladeuses et même plus (oué dedans...) mais le paysage social a fait un break en 1 x . Pour parler de ce temps là on devrait évoquer aussi la pornographie différente d'aujourd'hui... plus naturelle... quelque chose qui n'est pas le même... ce sont probablement ces mœurs différentes qui se réfèrent à la "révolution sexuelle"

quand je vois ces nanas à la stature antipathique qui se lovent et font des pseudo lascivités autour d'une barre de scène je peux te dire que ce n'est pas de la pornographie mais de l'anti-pornographie. Elles sont des cerbères gardiennes de la nouvelle forme bien pensante de la société réactionnaire d'aujourd'hui. C'est un des éléments de ce que l'on appelle l' "austérité" qui n'est pas que économique mais intellectuelle, culturelle, et qui vise la liberté
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#59
Oui je parlais bien des débuts de la pornographie, effectivement rien à voir avec ce qu'on nous donne à croquer de nos jours, mais aussi de la mini-jupe et de la libération de la femme. Je pense que c'est un tout en fait.
Je me trompe ou la plume c'est ton truc ? Tu écris très bien je trouve, et j'approuve totalement. En tout cas j'aime beaucoup !
#60
Je propose de déplacer le post de l'ami-cale(-contre ses dents sont carton) et tous ceux qui s'y réfère dans un topic dédié.

Les personnes de cette époque pourront se retrouver entre eux et les autres pourrons en apprendre sur cette partie de l'histoire.




Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.