S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


[Études] Cannabis et motivation

#1
https://academic.oup.com/ijnp/advance-ar...56/6674260

Une étude sur une population moyenne (n = 274) portant sur le stéréotype de manque de motivation et d'énergie chez les usagers de cannabis. À noter qu'on parle d'usagers n'ayant pas une consommation "aigüe" de cannabis (ils définissent "aigu" dans l'étude que je vous laisse traduire sur www.deepl.com :3)
Je vous ai traduit la conclusion :

Conclusion

Nos résultats suggèrent que la consommation de cannabis à une fréquence de trois à quatre jours par semaine n'est pas associée à l'apathie, à la prise de décision basée sur l'effort pour la récompense, au désir de récompense ou à l'appréciation de la récompense chez les adultes ou les adolescents. Les consommateurs de cannabis présentent une anhédonie plus faible que les témoins, bien que la taille de l'effet soit faible. Ces résultats ne sont pas compatibles avec l'hypothèse selon laquelle la consommation non aiguë de cannabis est associée à un une absence de motivation.

TL;DR : consommer du cannabis 3 à 4j par semaine n'a pas d'impact sur la motivation de l'échantillon étudié, comparé au groupe non-fumeur.
Tu es nouveau et tu ne peux pas poster de topic ou envoyer de MP ? => Consulte la FAQ
Et pense à te présenter et à lire la sainte charte !

La psychologie, c'est faire l'exégèse des étoiles.
La spiritualité se trouve là où cesse le commentaire, à la racine du silence.
#2
Trois à quatre jours c’est journée entière ou un joint dans la journée ?
(Précisons tout de même que ces résultats sont « chez l’adulte » !)
« Même s'il est possible que nous soyons, en dernière analyse, tous liés les uns aux autres, la spécificité et la proximité des connexions comptent (avec qui nous sommes liés, et dans quelle mesure). C'est au sein même de ces relations qu'adviennent la vie et la mort. »

sobriété numérique
santé mentale
safe sex
TR mode d'emploi | Fiches Info | Charte | FAQ | Index Topics Hebdos
#3
ahaha, je me suis posé la même question^^
Je penche pour la seconde option.

Sinon chez moi c'est assez ambivalent sur le coup ca peut me motiver à faire des trucs ou pas du tout et sur du plus long terme ca à tendance à me ramollir j'ai l'impression
let's groove 
#4
J'aimerais bien voire ce qu'il en est pour des plus gros fumeurs genre 3 joints + quotidiennement.
Effectivement je pense que si un soir sur deux tu te fume un joint pour te détendre ça impacte pas énormément tes risques d'être anhédonique ou aboulique par contre dans une consommation plus extrême, je pense que les résultats seraient différents.

Quoi que j'ai des gros problèmes de motivation pendant mes rares breaks de cannabis enfaite j'en sais rien .
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

#5
Citation :J'aimerais bien voire ce qu'il en est pour des plus gros fumeurs genre 3 joints + quotidiennement.

5 à 7 joint part jours bas perte de motivation pour à peut pres tout, c'est le syndrome amotivationel comme dise les psy.

on se retrouve avec une montagne de papier en tout genre à regarder genre les rdv chez les medecin ou autres, bref à part fumer je fais rien quand je fume.

ça dépend aussi du type de cannabis, la beuh, me motive , le shit me demotive, plus il est coupé plus il est stonnant.

mais si je fume trop de shit je me tape d'habors la tolérance au THC, puis enssuite celle au CBN, et là ça fait le méme effet qu'une clope.

"c'est lorsqu’on à tout bue, qu'ont est libre de fumer tout s'quont veux." Big Grin
une bonne Reduction Des Risques, est mieux qu'une mauvaise prévention.
"l'amour dans l'arbre!"









#6
Quand je consommais en solo, je fumais pour me motiver à taffer (dessin ou écriture), un comme si le joint était une carotte au bout du bâton. Avec toute la capacité de concentration que ça peut apporter en stimulant son attention (exit de mon esprit les distracteurs d'habitude omniprésents).

Bon quand y avait trop de carotte au bout du bâton qui frappait trop fort mes neurones en abusant, le lendemain y avait déjà moins de motivation le temps de récupérer, avec l'envie d'y retourner pour se remotiver.

Bon je crois que c'est pas vraiment le sujet de l'étude, même si la recherche de plaisir en bédavant pouvait contrer une anhédonie en tant qu'état de base, avec en plus un travail artistique qui apportait de la satisfaction quand c'était bien fait, parfois momentanément mais surtout au long terme.
#7
Motivation pour quoi d'abord ? 

Non.... Parce que quand je fumé, quelle que soit la quantité et la fréquence..... J'ai deux fois plus envie d'envoyer chier mon patron... 

Dans un sens je suis plus motivé..... 
?
#8
(20/09/2022 18:42)LaGrume a écrit :
Motivation pour quoi d'abord ? 

Non.... Parce que quand je fumé, quelle que soit la quantité et la fréquence..... J'ai deux fois plus envie d'envoyer chier mon patron... 

Dans un sens je suis plus motivé..... 
?


Et ça dépend des gens.
Moi j'ai bien plus envie de faire des travaux durs ou chiants si je suis sous thc.
Le temps passe mieux et plus vite. C'est rigolo plutôt qu'ennuyeux.

Après tout dépend de la variété et de la forme du cannabis.
Avec un shit bien lourd je fais que dalle, avec une bonne weed à dominance sativa je construit une cathédrale un samedi après midi avec le sourire.
#9
j'avais tjs capté que on fume du cannabis pour pas avoir tort vis à vis de la société... Au début il faut peu mais avec l'escalade sociologique qui course il faut maintenir et on fume de plus en plus pour faire l'appoint lors des  épreuves de volonté avec ceux qui y tiennent mordicus...
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#10
Citation :Une étude sur une population moyenne (n = 274)

274 spécimen??? c'est pas beaucoup!
une bonne Reduction Des Risques, est mieux qu'une mauvaise prévention.
"l'amour dans l'arbre!"









#11
Mais je comprend pas, ils ont fait leurs tests sur des gens défoncés à l'instant T ou pas.

Nan parce que même si je m'enquille 3 mois de fumette intense, si tu me prend sobre ma motivation est à un stade normale.

Par contre si tu me fais fumer un spliff et que tu demande mon taux de motivation, durant tout le temps des effets il va être à 0. Défoncé à la weed la seule chose qui peut me motiver c'est cliquer sur le bouton suivant sur Netflix pour passer d'un épisode à l'autre.

Il est la pour moi le piège. Si t'es pas quelqu'un de dynamique de base et que tu traverse un vide dans ta vie, ben fumer 3/4 jours par semaine c'est quand même admettre, peur ceux qui ont ma sensibilité au truc, que tu vas passer environ 4 heures par jours scotché sur ton canapé.

Quand à ça:

" A la prise de décision basée sur l'effort pour la récompense, au désir de récompense ou à l'appréciation de la récompense"

Je vois pas comment il peuvent juger d'une telle chose dans le cadre d'une étude aussi peu complète. Il aurait fallu que la base des participants soit homogène en tout point sur ce type de questions. Je vois pas comment c'est possible.
Prolo des accords de 13ème

"Ostinato ergo sum"

Sandman je gagne en aigreur ce que tu gagnes en sagesse. Tu veux pas me filer de tes anti-dépresseurs ?
Sorence, 2022

amicale du pc a écrit:
faire du nihilisme contre la science par de la pseudo-science est pire... Autant laisser la science tranquille alors...
#12
J'ai commencé à fumer vers 17 ans. À 18 j'étais accro. Mais le produit m'avait aidé à sortir d'une sorte de dépression qui m'avait déscolarisé. J'ai recommencé à avoir envie de faire des choses même si j'étais pas toujours au top.
Puis j'ai préparé mon BAC seul. Je me suis retrouvé en Fac un an plus tard et le cannabis (résine) est devenu mon allié.
Je fumais tous les jours, pas loin de 8 joints par jour, du réveil au coucher. J'avais l'habitude de travailler seul depuis avant le BAC; j'en ai vu en pagaille des gens qui n'arrivaient pas à suivre et pourtant ils ne fumaient pas...
Je n'ai perdu aucune année du deug à la maîtrise, je bossais beaucoup et le cannabis ne me génait pas, au contraire. J'arrivais en cours le matin et je n'étais pas à jeûn, mais pas torché quand même...
Ça ne m'a pas empêché d'être major deux années de suite. Le problème était plutôt quand j'avais rien à fumer, et quand c'était le cas alors je n'arrivais plus à trouver de la motivation ni même à me concentrer, dû à l'addiction. J'étais au top avec le cannabis, mes profs dont des personnes travaillant dans les labos du CNRS savaient que je consommais, je ne m'en suis jamais caché, même devant eux.
J'étais habitué, je connaissais mes limites, j'étais accro et j'en avais besoin pour être "normal" et être à la hauteur.
#13
[phenyl] témoignage blabla etc...
==========================

le cannabis c'est atypique mais plus atypique que ça tu meurs...
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#14
Yups. Blabla exact blabla etc.
#15

Tongue




Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.