hyperémèse cannabique
#1
Salut !

des psychonauts connaissent ce trouble, en sont victimes?
je crois que ma meilleure amie en est atteinte.
On commence à en parler ,mais les médecins ainsi que les urgences ne connaissent pas bien et aboutissent à des Diag erronés, avec parfois de graves conséquences.
  Répondre
#2
Ouais le cannabis c'est un monstre à enchainer c'est clair Shy
  Répondre
#3
Hello,
Perso je n'en avais jamais entendu parler. Du coup je linke la page wiki et une fiche adressée aux professionnels de santé. Merci de l'info.
Si j'ai bien compris, ce n'est donc pas aux premières prises que ce syndrome survient mais dans le cas d'une consommation chronique ?
méditation                                                             
TDA/H                                                                         
The following 1 user Likes Tridimensionnel's post:
  • Dreamea
  Répondre
#4
(02/10/2019 01:57)Dreamea a écrit : Ouais le cannabis c'est un monstre à enchainer c'est clair Shy


Mon amie et moi fumons depuis plus de 30 ans,et n'avons aucun a priori sur le cannabis tu peut t'en douter....
En aucun cas un monstre bien au contraire....
Par contre par période et depuis des années elle vomissait avait des écœurement des maux de ventre terrible !
Le tout pendant parfois 8 jours et nuit! A vomir mec !
transpirer comme dans un sauna jusqu’à de sévères déshydratations avec hospitalisation en urgence!!
Et la bas bin le désert! Des diag erronés  ou pas de diag,et toujours les MM médoc inefficaces!!
Et moi de vivre ce bordel H 24 à me demander  si j'allais pas la perdre,je dormait plus. 

Faut vivre sa pour comprendre ..!
En faisant des recherches dans tous les sens pour trouver une solution ,un jour j'ai tapé écœurement, douleurs de ventre, vomissement,
j'ai été envoyé sur un site traitant du  syndrome cannabinoide,ou  d'ypéremese.
Une telle similitude c'est troublant. Je pense que c'est de cela dont elle souffre.
A l'hosto mon regardé comme un martien quand je leur en ai parlé.

(02/10/2019 02:00)Tridimensionnel a écrit : Hello,
Perso je n'en avais jamais entendu parler. Du coup je linke la page wiki et une fiche adressée aux professionnels de santé. Merci de l'info.
Si j'ai bien compris, ce n'est donc pas aux premières prises que ce syndrome survient mais dans le cas d'une consommation chronique ?


Hello !

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2018-...nnabinoide

ça résume bien...

Les pros de la santé?
  Répondre
#5
C'est le machin où tu te vomis dessus jusqu'à ce qu'on te plonge dans l'eau chaude?
[Image: 1505575167-role05.jpg]
  Répondre
#6
"(...) Les anti-émétiques sont souvent inefficaces, ainsi que les antalgiques même opiacés. Un article décrit l'effet positif de l'Haloperidol. L'administration de BZD a aussi été efficace dans quelques cas.
Par contre la plupart des personnes atteintes constatent une sédation des symptômes par des bains (ou des douches) chauds et ce point est considéré comme un véritable test diagnostique en faveur de ce syndrome. Certains usagers ont même des dépenses importantes (et entrainant des problèmes financiers)  d'eau chaude en prenant jusqu'à  20 bains par jour. "




"Ce syndrome peu (et récemment = première description en Australie en 2001) connu se présente comme des crises de vomissements, douleurs abdominales, coliques survenant chez des fumeurs habituels de cannabis (typiquement après des années de consommation, en moyenne 10 ans). Les examens ne montrent rien de très spécifique, parfois fièvre, hyperleucocytose. Les crises durent typiquement 48 heures et se répètent tous les mois environ, si la consommation de cannabis est poursuivie.

Les crises surviennent souvent en 3 phases1) Une phase pré-émétique d'une à deux semaines avec nausées matinales, manque d'appétit et vomissements occasionnels.2) Une phase émétique avec vomissements, fréquents,douleurs abdominales3) Une phase de récupération progressive

Les symptômes disparaissent le plus souvent 12heures après l'arrêt du cannabis mais parfois après 3jours.Les personnes consultent souvent aux urgences, vu l'intensité de la douleur et des vomissements.Les examens ne montrent pas grand-chose, souvent une hyperleucocytose «banale».Le syndrome étant mal connu les urgences sont souvent perplexes, d'autant qu'il arrive que la consommation de cannabis ne soit même pas évoquée.Il est évidemment important d'éliminer une autre pathologie intercurrente (appendicite, gastro-entérite notamment)

Les anti-émétiques sont souvent inefficaces, ainsi que les antalgiques même opiacés. Un article décrit l'effet positif de l'Haloperidol. L'administration de BZD a aussi été efficace dans quelques cas.

Par contre la plupart des personnes atteintes constatent une sédation des symptômes par des bains (ou des douches) chauds et ce point est considéré comme un véritable test diagnostique en faveur de ce syndrome. Certains usagers ont même des dépenses importantes (et entrainant des problèmes financiers) d'eau chaude en prenant jusqu'à 20 bains par jour.La guérison est obtenue en général en quelques jours par l'abstinence du cannabis qui constitue à ce jour le seul traitement efficace.Ce syndrome a été décrit aussi chez les consommateurs de cannabinoïdes de synthèse et il semble d'après certains témoignages que dans certains cas, il survienne beaucoup plus tôt qu'avec le cannabis naturel  - Pascal Millet (dr /Anesth)



Connaissez-vous le syndrome cannabinoïde ?

Publié le 14 janvier 2014 par le Centre Addictovigilance Auvergne
Source: Fabries et coll, La Presse Médicale, 2013, 42, 1531-1541

Le cannabis est la première substance illicite consommée en France. Une équipe de l’hôpitald’instruction des armées Laveran de Marseille a présenté une série de 7 cas de syndromecannabinoïde.7 patients âgés de 19 à 40 ans ont été pris en charge au service des urgences pour un syndromecannabinoïde. Le tableau clinique associait constamment agitation, nausée majeure,vomissements incoercibles et douleurs abdominales diffuses associé à un examen cliniquenormal chez des patients ayant une consommation chronique et quotidienne de cannabis. Lesexamens complémentaires (bilan biologique+ imagerie abdominale) étaient normaux àl’exception d’une hyperleucocytose à polynucléaire isolée chez 5 d’entre eux. L’utilisation d’analgésiques de palier I et II était systématique mais avec une efficacité décevante nécessitantparfois le recours aux morphiniques. Le recours aux douches chaudes chez un seul des patients a étéefficace. Chez les patients suivit pendant plusieurs années, l’évolution a été marqué par l’alternance de phase de quiescence et de rechute correspondant au sevrage et à la reprise de la consommationde cannabis.Dans la littérature Anglo-Saxonne dont la première description a été faite en 2004, le syndrome cannabinoïde est défini par l’association de douleurs abdominales, nausées, vomissements récurrents dans un contexte de consommation chronique, quotidienne et prolongée (plusieurs années) de cannabis, soulagés par des bains d’eau chaude et régressif au sevrage en cannabis. Le syndrome apparait de façon retardé (plusieurs années), il n’y a pas de durée ou de seuil de consommation déclenchant connu. La physiopathologie du syndrome cannabinoïde est mal connue de même que les facteurs de prédisposition.Il est donc nécessaire de rechercher la consommation chronique, quotidienne et prolongé de cannabis chez les adultes jeunes et les adolescents se présentant aux urgences pour un syndrome douloureux abdominal hyperalgique récurrent. Les bains et douches chauds ont un grand intérêt dans la prise en charge diagnostique et thérapeutique. Le traitement étiologique reste l’arrêt définitif du cannabis
Aude FLORENT


@ Augsburer  :

bonjour,

voici mon conseil

Si la description de mon message précédent ne vous suffit pas, je vous invite à faire l'essai avec l'eau chaude. C'est le seul moyen à ce jour , pour la communauté scientifique , de déterminer si il s'agit d'un CHS. C'est pourquoi les patients atteints de ce syndrome, prennent des dizaines de bains/douches chaude par jour, seul répits dans leur quotidien d'infortune. Aussi, si les symptomes continuent après une pause longue de cannabis (3jours) alors il ne s'agit probablement pas de cela et il faudra trouver le bon diagnostic
[Image: 1505575167-role05.jpg]
  Répondre
#7
Je me demande si une bouillotte fait l’affaire ? Ça doit être la chaleur qui aide, pas l’eau, si ?
méditation                                                             
TDA/H                                                                         
  Répondre
#8
il faut envelopper tout le corps dans l'eau chaude
[Image: 1505575167-role05.jpg]
  Répondre
#9
Pour avoir vécu des crises de près ,il est dur pour une personne qui gerbe en continu,avec des crampes hypers douloureuses au niveau abdominal
et amplifiés par les vomissements,des écœurements continuels ,un froid intérieur perceptible au touché,de se lever(vertiges) et aller se prendre
une douche ou un bains...
 Mon amie qui tremblait de tous son corps jusqu'à handicaper le moindre de ses  pas....
La plus longue crise à duré 154 heures....c long,très long quand ont souffre....

(02/10/2019 20:14)Groovie a écrit : "(...) Les anti-émétiques sont souvent inefficaces, ainsi que les antalgiques même opiacés. Un article décrit l'effet positif de l'Haloperidol. L'administration de BZD a aussi été efficace dans quelques cas.
Par contre la plupart des personnes atteintes constatent une sédation des symptômes par des bains (ou des douches) chauds et ce point est considéré comme un véritable test diagnostique en faveur de ce syndrome. Certains usagers ont même des dépenses importantes (et entrainant des problèmes financiers)  d'eau chaude en prenant jusqu'à  20 bains par jour. "




"Ce syndrome peu (et récemment = première description en Australie en 2001) connu se présente comme des crises de vomissements, douleurs abdominales, coliques survenant chez des fumeurs habituels de cannabis (typiquement après des années de consommation, en moyenne 10 ans). Les examens ne montrent rien de très spécifique, parfois fièvre, hyperleucocytose. Les crises durent typiquement 48 heures et se répètent tous les mois environ, si la consommation de cannabis est poursuivie.

Les crises surviennent souvent en 3 phases1) Une phase pré-émétique d'une à deux semaines avec nausées matinales, manque d'appétit et vomissements occasionnels.2) Une phase émétique avec vomissements, fréquents,douleurs abdominales3) Une phase de récupération progressive

Les symptômes disparaissent le plus souvent 12heures après l'arrêt du cannabis mais parfois après 3jours.Les personnes consultent souvent aux urgences, vu l'intensité de la douleur et des vomissements.Les examens ne montrent pas grand-chose, souvent une hyperleucocytose «banale».Le syndrome étant mal connu les urgences sont souvent perplexes, d'autant qu'il arrive que la consommation de cannabis ne soit même pas évoquée.Il est évidemment important d'éliminer une autre pathologie intercurrente (appendicite, gastro-entérite notamment)

Les anti-émétiques sont souvent inefficaces, ainsi que les antalgiques même opiacés. Un article décrit l'effet positif de l'Haloperidol. L'administration de BZD a aussi été efficace dans quelques cas.

Par contre la plupart des personnes atteintes constatent une sédation des symptômes par des bains (ou des douches) chauds et ce point est considéré comme un véritable test diagnostique en faveur de ce syndrome. Certains usagers ont même des dépenses importantes (et entrainant des problèmes financiers) d'eau chaude en prenant jusqu'à 20 bains par jour.La guérison est obtenue en général en quelques jours par l'abstinence du cannabis qui constitue à ce jour le seul traitement efficace.Ce syndrome a été décrit aussi chez les consommateurs de cannabinoïdes de synthèse et il semble d'après certains témoignages que dans certains cas, il survienne beaucoup plus tôt qu'avec le cannabis naturel  - Pascal Millet (dr /Anesth)



Connaissez-vous le syndrome cannabinoïde ?

Publié le 14 janvier 2014 par le Centre Addictovigilance Auvergne
Source: Fabries et coll, La Presse Médicale, 2013, 42, 1531-1541

Le cannabis est la première substance illicite consommée en France. Une équipe de l’hôpitald’instruction des armées Laveran de Marseille a présenté une série de 7 cas de syndromecannabinoïde.7 patients âgés de 19 à 40 ans ont été pris en charge au service des urgences pour un syndromecannabinoïde. Le tableau clinique associait constamment agitation, nausée majeure,vomissements incoercibles et douleurs abdominales diffuses associé à un examen cliniquenormal chez des patients ayant une consommation chronique et quotidienne de cannabis. Lesexamens complémentaires (bilan biologique+ imagerie abdominale) étaient normaux àl’exception d’une hyperleucocytose à polynucléaire isolée chez 5 d’entre eux. L’utilisation d’analgésiques de palier I et II était systématique mais avec une efficacité décevante nécessitantparfois le recours aux morphiniques. Le recours aux douches chaudes chez un seul des patients a étéefficace. Chez les patients suivit pendant plusieurs années, l’évolution a été marqué par l’alternance de phase de quiescence et de rechute correspondant au sevrage et à la reprise de la consommationde cannabis.Dans la littérature Anglo-Saxonne dont la première description a été faite en 2004, le syndrome cannabinoïde est défini par l’association de douleurs abdominales, nausées, vomissements récurrents dans un contexte de consommation chronique, quotidienne et prolongée (plusieurs années) de cannabis, soulagés par des bains d’eau chaude et régressif au sevrage en cannabis. Le syndrome apparait de façon retardé (plusieurs années), il n’y a pas de durée ou de seuil de consommation déclenchant connu. La physiopathologie du syndrome cannabinoïde est mal connue de même que les facteurs de prédisposition.Il est donc nécessaire de rechercher la consommation chronique, quotidienne et prolongé de cannabis chez les adultes jeunes et les adolescents se présentant aux urgences pour un syndrome douloureux abdominal hyperalgique récurrent. Les bains et douches chauds ont un grand intérêt dans la prise en charge diagnostique et thérapeutique. Le traitement étiologique reste l’arrêt définitif du cannabis
Aude FLORENT


@ Augsburer  :

bonjour,

voici mon conseil

Si la description de mon message précédent ne vous suffit pas, je vous invite à faire l'essai avec l'eau chaude. C'est le seul moyen à ce jour , pour la communauté scientifique , de déterminer si il s'agit d'un CHS. C'est pourquoi les patients atteints de ce syndrome, prennent des dizaines de bains/douches chaude par jour, seul répits dans leur quotidien d'infortune. Aussi, si les symptomes continuent après une pause longue de cannabis (3jours) alors il ne s'agit probablement pas de cela et il faudra trouver le bon diagnostic


Merci,mais impossible de lui faire prendre.

(02/10/2019 20:22)Tridimensionnel a écrit : Je me demande si une bouillotte fait l’affaire ? Ça doit être la chaleur qui aide, pas l’eau, si ?


Non...à moins de l'avaler ...
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Besoin de conseils pour le seuvrage cannabique wizzz 2 597 06/09/2016 11:16
Dernier message: Lotre
  Flood Cannabique FunkyDuck 17 1,591 01/03/2016 18:57
Dernier message: Aiskhynê
  "crise cannabique"... J'ai peur pour mon cerveau :D piou piou 8 4,028 25/12/2012 20:56
Dernier message: Sludge
  Amélioration d'un trip cannabique myo6 55 41,510 11/06/2009 15:52
Dernier message: legrandoudini

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)