Votre dernier flim regardé
#61
Je viens de regarder Lucy sur conseil de Larry, c'est vraiment vraiment pas mal ! Et je suis définitivement corps et âme à Scarlett Johansson. Vraiment elle est capable de tout faire passer juste, dans ses derniers films. Une autre actrice et on n'y comprend plus rien.
It went back, maniacally, to further earlier events in this gnashing huge movie of earth only a piece of which here's offered by me, long tho it is, how wild can the world be until finally you realize "O well it's just repetitious anyway."
  Répondre
#62
"Cloud Rock, mon père", l'histoire d'un gars qui reprend contact avec son père, hippie de la première heure et amoureux des psychédéliques, au travers d'une randonnée à vélo dans les montagnes. Sympa https://www.youtube.com/watch?v=f344RmaFeBQ
What we think is ACID.
  Répondre
#63
le dernier c'était "trouble every day" qui est un film d'horreur français.

Ca traite sur le désir sexuel et le...cannibalisme.

Ca aurait pu me plaire, ca aurait du me plaire, mais non.
Les acteurs jouent bien, y a quelques bon passages, mais j'ai pas aimé, beaucoup de longueurs qui n'apportent rien.
J'ai trouvé le film assez vide au final.
"Nous sommes l'univers qui se contemple"
  Répondre
#64
J'ai revu ce film : Dans la ville de Sylvia - CinéLounge

Je vais pas le résumer, ça importe si peu. Mais en gros Guerin essaye de saisir l'âme d'une ville, de ses habitants, ses rues, toutes ses voix fugitives qui passent et font la vie. C'est assez court. Un de mes films préférés. Tout se fait écho, se répond, se cherche. Ce que j'aime dans le cinéma, lorsqu'il montre des visages, qu'il prend son temps, aussi bien dans le montage que le cadre temporel du film. Un bijou.

Et tout de suite là je pense aussi à Du côté d'Orouet de Rozier : Du côté d'Orouët - CinéLounge

Quoi de plus beau qu'une fille qui rit ?
[SIZE=1] [/SIZE]« Les Barbares s’entre-regardèrent silencieusement. Ce n’était pas la mort qui les faisait pâlir, mais l’horrible contrainte où ils se trouvaient réduits.
La communauté de leur existence avait établi entre ces hommes des amitiés profondes. Le camp, pour la plupart, remplaçait la patrie ; vivant sans famille, ils reportaient sur un compagnon leur besoin de tendresse, et l’on s’endormait côte à côte, sous le même manteau, à la clarté des étoiles. Puis, dans ce vagabondage perpétuel à travers toutes sortes de pays, de meurtres et d’aventures, il s’était formé d’étranges amours, — unions obscènes aussi sérieuses que des mariages, où le plus fort défendait le plus jeune au milieu des batailles, l’aidait à franchir les précipices, épongeait sur son front la sueur des fièvres, volait pour lui de la nourriture ; et l’autre, enfant ramassé au bord d’une route, puis devenu Mercenaire, payait ce dévouement par mille soins délicats et des complaisances d’épouse. »
[SIZE=2] [/SIZE]
  Répondre
#65
machinalaver a écrit :J'ai revu ce film : Dans la ville de Sylvia - CinéLounge

Je vais pas le résumer, ça importe si peu. Mais en gros Guerin essaye de saisir l'âme d'une ville, de ses habitants, ses rues, toutes ses voix fugitives qui passent et font la vie. C'est assez court. Un de mes films préférés. Tout se fait écho, se répond, se cherche. Ce que j'aime dans le cinéma, lorsqu'il montre des visages, qu'il prend son temps, aussi bien dans le montage que le cadre temporel du film. Un bijou.

Et tout de suite là je pense aussi à Du côté d'Orouet de Rozier : Du côté d'Orouët - CinéLounge

Quoi de plus beau qu'une fille qui rit ?


Le premier sa langue de tournage c'est le Français ou l'Espagnol ?
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
  Répondre
#66
Du français. L'action se déroule à Strasbourg. Le réalisateur est espagnol mais semble avoir un lien très fort avec la France ( je connais pas sa vie ensuite mais son œuvre le laisse transparaitre ).
[SIZE=1] [/SIZE]« Les Barbares s’entre-regardèrent silencieusement. Ce n’était pas la mort qui les faisait pâlir, mais l’horrible contrainte où ils se trouvaient réduits.
La communauté de leur existence avait établi entre ces hommes des amitiés profondes. Le camp, pour la plupart, remplaçait la patrie ; vivant sans famille, ils reportaient sur un compagnon leur besoin de tendresse, et l’on s’endormait côte à côte, sous le même manteau, à la clarté des étoiles. Puis, dans ce vagabondage perpétuel à travers toutes sortes de pays, de meurtres et d’aventures, il s’était formé d’étranges amours, — unions obscènes aussi sérieuses que des mariages, où le plus fort défendait le plus jeune au milieu des batailles, l’aidait à franchir les précipices, épongeait sur son front la sueur des fièvres, volait pour lui de la nourriture ; et l’autre, enfant ramassé au bord d’une route, puis devenu Mercenaire, payait ce dévouement par mille soins délicats et des complaisances d’épouse. »
[SIZE=2] [/SIZE]
  Répondre
#67
SAVAGE EYE [1960] par Ben Maddow, Sidney Meyers, Joseph Strick

Histoire par DvdClassik.com a écrit :Judith McGuire (Barbara Baxley) débarque à l’aéroport de Los Angeles. Elle vient de divorcer et espère refaire sa vie dans la cité des anges. Une voix l’accoste, c'est le narrateur, le film. Un dialogue s’instaure entre cette âme troublée et celui qui se présente comme « le poète ». Ensemble, ils traversent la ville, en s’enfonçant toujours plus loin dans les sept cercles de l’enfer.


C'est de la bebom. entre fiction, documentaire, poésie, la rédemption d'une femme brisée dans le genre mort/renaissance. On part du nihilisme, de la négativité malsaine pour y ressortir plus puissant, plus vivant. Taré. C'est ce que j'appelle un cinéma initiatique.

Voici une critique/analyse SAVAGE EYE

Seul hic, le film est une rareté...
Le flic c'est toi
  Répondre
#68
"Le témoin du mal" avec Denzel Washington, John Goodman et Donald Sutherland. Un bon thriller psycho sur un démon qui passe de corps en corps. La problématique du mal est plutôt bien présentée. Très bon film, bien plus crédible que "la fin des temps".

Le Témoin du mal - film 1998 - AlloCiné
  Répondre
#69
Je viens de voir Les Moissons du Ciel, un ''vieux'' film (1978 ). J'ai bien aimé, comme tous les films de Terrence Malick que j'ai vu jusqu'à présent.
Les personnages ont de la profondeur, les tourments des hommes face à la beauté de la nature, des plans longs, avec beaucoup de symbolisme... Y a un certain sentiment de liberté qui s'en dégage. Une tournure plus lyrique et moins mystique que The Tree of Life. Si vous aimez bien l'univers de Terrence Malick vous serez sans doute pas déçu !
  Répondre
#70
J'ai vu pour la premiere fois "a scanner darkly" ce weekend.(sous LSD)

synopsis :
Une banlieue d'Orange County, en Californie, en 2013. L'interminable et vain combat de l'Amérique contre la drogue se confond désormais avec sa guerre contre le terrorisme.
Le policier Bob Arctor, spécialiste réticent des missions d'infiltration, est contraint de jouer les taupes auprès de ses amis Jim Barris, Ernie Luckman, Donna Hawthorne et Charles Freck.
Lorsqu'il reçoit l'ordre de s'espionner lui-même, Arctor entame une inexorable descente dans l'absurde et la paranoïa, où loyautés et identités deviennent indéchiffrables.

Je l'ai trouvé visuellement magnifique, j'ai bien aimé l'histoire meme si j'ai pas tout suivi par moment.

Je l'ai plus regardé comme une expérience sensorielle.

Je vous le conseille, mais je suis sur que vous devez déja tous connaitre bande de drogués Wink
"Nous sommes l'univers qui se contemple"
  Répondre
#71
Je viens de regardez Birdman.

J'aurai bien kiffer avoir de la ké pour être encore plus à fond dedans mais bon. Petit vice quand tu nous tien :ninja:

Mais bonne réalisation, bon jeux d'acteur, on est prit dans l'histoire dès le début, bande son opé.

La fin qui te laisse perplexe.
I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
  Répondre
#72
vu hier soir Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch.
histoire d'une idylle amoureuse vampiresque... J'ai adoré l'’esthétisme de ce film... ambiance "post-punk".

<span class="st">[video=youtube;AkgVmmKTUME]https://www.youtube.com/watch?v=AkgVmmKTUME[/video]
Ce qui est fait n'est plus.
  Répondre
#73
Thirst, ceci est mon sang de Park Chan Wook, pour moi un genie. Une histoire de vampires mais a sa sauce bien particuliere, beau, tres beau, ca parle d'Amour, avec un grand A.
Le tout dans un contexte bien judeo-chretien, de péchés, de culpabilite originelle. La religion occupant une bonne partie du debut du film , ce qui rend le tout bien degueulasse finalement . Excellent.
  Répondre
#74
Bird Man, j'aime bien suivre la hype ^^

Franchement c'est pas mal voir même presque novateur sur certain points, belle petite boite a réflexion, tout en rythme et vraiment humain.

Première fois depuis 2008 que les oscars récompensnte un bon film.
  Répondre
#75
Ah merci Aid3n ! J'hésitais à le matter, ça me faisait peur de voir encore un drôle d'oiseau (Lal) qui a des pouvoirs au ciné !

Dernier film regardé, pour la énième fois : Yes Man ! Je trouve que c'est un très bon exemple de moral, j'applique plus ou moins la même technique (la loi de l'attraction ).
Dites oui, engendrez des pensées positives , et attirez votre propre bonheurs !

Peace.
  Répondre
#76
A box of moonlight, juste magnifique. La rencontre entre un père de famille menant une vie toute rangée et réglée d'avance avec un ptit jeune habillé en Davy Crocket qui se prend pas la tête, qui vit dans une baraque en forêt et veut devenir autonome.

The Way, Way back, du même réalisateur je crois, pas sûr. J'aurais plus de mal à le définir. J'ai envie de dire que c'est un film sur le bonheur, comme celui d'au-dessus.
Tout est vrai.
« Il arrive que la folie soit partagée par tous, on l'appelle alors la normalité. »
[SIZE=1]Artisan de Liberté

« La discipline est la différence entre ce que tu veux maintenant et ce que tu veux le plus. »

Anna

[/SIZE]
Le partage crée l'abondance.

  Répondre
#77
Je viens de voir Répulsion de Roman Polanski avec Catherine Deneuve dans un de ses rôles les plus psychédéliques (avec Belle de Jour, de Bunuel). Absolument terrifiant. C'est l'histoire d'une femme enfermée dans sa coquille de femme, assaillie par les attentes sexuelles des autres, principalement des hommes. La violence entre ce que son corps évoque et entre ses propres attentes la pousse à la psychose. On retrouve le thème du corps-enveloppe que j'avais déjà beaucoup apprécié dans Under The Skin. La folie est poussée dans chaque petit cadrage, le regard vide de Catherine Deneuve, le dépérissement de sa conscience... Ca suinte de partout. J'ai l'impression que la part du féminin - sans doute je réduis le champ en disant "féminin" - qui y est abordée est un peu la même que celle qu'il y a dans Under The Skin, quelque chose de jamais exploré avec les mots : le fait que le féminin, ce qui séduit de manière passive - par passive, j'entends, par la seule rémanence d'évocations et de symboliques qui échappent au sujet -, porte la charge du contact, du conflit, de la prédation qui peut aller dans les deux sens - dans Under The Skin, Scarlett est prédateur puis proie, chez Deneuve c'est plus compliqué, je ne parviens pas à déterminer ce qui est cause et ce qui est conséquence. En tout cas dans les textures, dans l'ambiance, le film a presque un côté Eraserhead (le sexe-viande, les fissures, le clair-obscur).

[ATTACH=CONFIG]16538[/ATTACH]
It went back, maniacally, to further earlier events in this gnashing huge movie of earth only a piece of which here's offered by me, long tho it is, how wild can the world be until finally you realize "O well it's just repetitious anyway."
  Répondre
#78
[Image: Joe_s_Apartment.jpg]
Un film assez cool avec un fond social plutôt sympathique et surtout un humour de vieille comédie américaine avec chorégraphies de cafards qui dansent et voix stupides. la VF passe carrément bien.
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
  Répondre
#79
Le Congres.
  Répondre
#80
[video=youtube;DszqGjt6zXE]https://www.youtube.com/watch?v=DszqGjt6zXE[/video]

Non je ne déconne pas. Plutôt surprenant, les réalisateurs ont bien intégré l'humour lego au film qui comporte une histoire plus développée qu'on peut le penser à première vue. Avec un appart' bien enfumé ça passe tellement bien :weed: Un film qui t'emmène dans une ambiance chaleureuse et sympathique à souhait, tout en déconnant comme il faut. Les musiques sont géniales et l'univers lego m'a toujours fait marrer à l'écran (jeux vidéo,...). Et les animations sont plutôt tripantes.
Je suis un grand enfant.
Everything is awesooooooome ! Wink
  Répondre
#81
J'viens de matter "The Machinist", un film de 2004 de Brad Anderson. Ca parle d'insomnie, de culpabilité et de folie, le tout dans une ambiance assez noire. L'acteur principal (Christian Bale) joue vraiment bien. Il parait qu'il a perdu 28kg pour le rôle (avec un régime sympa : une boite de thon et une pomme par jour pendant 3 mois °_O Efficace). Je vous le recommande si vous aimez les thriller psycho un peu barré. C'est pas non plus le film du siècle mais j'ai trouvé ça sympa à matter.
_ carpe that fucking diem
  Répondre
#82
Citation :L'acteur principal (Christian Bale) joue vraiment bien. Il parait qu'il a perdu 28kg pour le rôle (avec un régime sympa : une boite de thon et une pomme par jour pendant 3 mois °_O Efficace)




Et après ça il a enchainé sur je sais plus quel rôles où il a du prendre plus de 10kg de muscle par rapport a son poids normal pour être stock.

Il fait le fou avec son corps lol.

Heureusement qu'il a des nutritionnistes ++

Piaf : Je regarde L’exceptionnel Mr Tout le monde.

C'est cool , )
I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
  Répondre
#83
La Vie est Belle de Frank Capra... Le meilleur film du monde...

[Image: La_Vie_est_belle.jpg]
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
  Répondre
#84
Si vous ne le connaissez pas , le film " les évadés" est vraiment excellent. Il est tiré d'un bouquin de Stephen King. A voir.:+1:
[ATTACH=CONFIG]16624[/ATTACH]
  Répondre
#85
En fait c'est tiré d'une nouvelle, pas d'un bouquin.
Comme quoi le mec a du génie, on arrive a faire des films avec ses nouvelles de 100 pages.
D'ailleurs pour ceux qui ne connaissent pas trop stephen King je vous conseille ses recueils de nouvelles plutôt que ses romans fleuves dans un premier temps.
  Répondre
#86
Jan, Peter et Jule sont trois jeunes unis par leur volonté de changer l'état du monde. La nuit, Jan et Peter forment " The Edukators " , de mystérieux activistes qui s'infiltrent dans de riches villas pour avertir leurs propriétaires que "les années de vaches grasses sont révolues". Tout se complique lorsque Jule, la petite amie de Peter, tombe amoureuse de Jan et les entraine accidentellement dans un kidnapping...

> J'ai beaucoup aimé. Le film est bien réalisé, les acteurs et les idées sont bons, peu de longueurs, assez bon rythme.
Au début je pensais voir un film d'auteur dramatico-foireux, mais il n'en est rien !

[Image: 0c7bf1e6-94a9-49e5-a6f7-5cd45d267c7d.jpg]
Bienvenu sur psychonaut.com, forum d'auto-support dédié au psychédélisme et à la RDR (Réduction Des Risques) liés à l'usage de drogues.
Pour les nouveaux membres, venez vous présenter >ici< ! Vous trouverez les règles du forum >là<.

>[Erowid : plantes et molécules psychoactives] >[NeuroSoup : about harm reduction on drug use and psychedelism]
>[Technoplus : association RDR dans le mouvement techno] >[Scamlogs : vérifiez vos shops]
>[Mes trips reports] >[A propos du bad trip] >[Dessins] >[Dépression, dépendances, hôpital psychiatrique et régénération]
  Répondre
#87
Dernier film regardé, Interstellar
[video=youtube;USns-G2mxoc]https://www.youtube.com/watch?v=USns-G2mxoc[/video]

C'est du bon gros Nolan comme on l'aime, de belles images, une bonne histoire, on est bien dans l'ambiance et le film aborde tout ce qui touche à la théorie de la relativité générale, singularité, trous de ver,... Bref, je le conseille vivement!
The struggle is the enemy but the weed is the remedy. ~ Kid Cudi
  Répondre
#88
Bon oui j'ai ENFIN vu le True-Man Show avec Jim Carrey ! J'ai adoré, et ceux qui l'ont pas vu vous n'aurez pas de description du film ! Il est juste terrible et amène a la réflexion je trouve ! Smile

Si ça s'trouve Big Brother est parmi nous ?! :ninja:
  Répondre
#89
"Le grand Manitou a un sacré coup d'pinceau !"
« La vie, c’est à 10% ce qui nous arrive et à 90% la façon dont on y réagit »  (Charles Swindoll)

  Répondre
#90
Revus ce film , mais niveau texte et fun rien à dire , c'était en 1986 . Ce n'est pas du Audiard mais bertrand Blier avait assuré quand même MDR ... Enfin, la bonne époque Dewaere , Depardieu and co' quoi !

[video=youtube;1H-ZDAMYvEA]https://www.youtube.com/watch?v=1H-ZDAMYvEA#t=36[/video]
Gérard de Nerval disait que le rêve, produit artificiellement ou non, n'est pas une fuite du réel, mais l'exercice d'une conscience différente, d'une lucidité autre. Toute la question est de savoir par quels moyens l'Homme peut ouvrir les portes qui lui donneront accès au domaine de l'esprit. L'usage de psychotropes est une instrumentation de soi et, de nos jours, c'est avec les moyens offerts par la chimie organique que l'homme contemporain cherche le chemin d'une antique sagesse depuis longtemps oubliée.
[Image: 17122308413761969.jpg]
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Votre conseil de film du moment Sludge 48 6,695 25/04/2019 11:11
Dernier message: Couac

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)