S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Trip psychédélique au zoplicone (Somnifère)

#1
Contexte : Souffrant d'insomnie j'ai réussi à me faire prescrire du zoplicone. Ne connaissant pas du tout cette molécule j'ai décidé de prendre qu'un cachet de 7.5 mg , niveaux set/setting j’étais chez moi dans un mood neutre et je n'avais ni bus ni fumer. 


Le trip: 
J'ai pris le cachet à environs 23h mais étant en pleine game je ne suis pas aller me coucher avant minuit. Quand je me suis levée pour monter dans la mezzanine, j'ai eu des forts vertiges et presque aucun contrôle de mes membres. Je me sentait lourdes et désorientée. Ce qui est étrange c'est que je n'avais rien ressentit de particulier tant que j’étais concentrée dans mon jeu. Malgré les sensations physiques, je me sentait très apaisée presque euphorique. Mais le vrai voyage a commencé une fois la lumière éteinte. Allongée sur le dos je fixais le plafond quand des filaments tentaculaires translucides teintés de violet ont commencés à descendre vers moi. Très vite toute ma chambre fut remplis de ces filaments avec lesquels je pouvais interagir. En effet quand j'approchais ma main, ils venaient se connecter à mes doigts et s'enrouler autour de mon bras. Fait étonnant je ressentais à ce contacte un fourmillement et une chaleur. J’étais tout à fait consciente du caractère hallucinatoire de ces filaments. Cependant mon instinct me disais que c'été tout simplement la composition de l'univers que je voyais et mécaniquement je mis ma main sur la position du 3eme oeil et je mima son ouverture. L'effet fût immédiat. Je ne voyais plus les filaments mais des formes beaucoup plus complexes, comme si j'avais zoomer avec un microscope. Ces formes ce mouvait et semblait animer d'une certaine conscience. Elle étais plus riches en coloration et aussi plus consistante que les filaments. Tout à coup une masse noir attira mon attention. Elle portait un masque humanoïde blanc avec seulement un nez dessiné. Elle semblait vouloir que je m'approche. Malgré son coté très glauque , je ne ressentais aucune peur. Je savais que si je l'affronté calmement et avec respect il ne m'arriverait rien. S’ensuivit une bataille mentale ou je revivais toute mes peurs et traumatismes en les analysants et en essayant de m'en détacher. Epuisée par cet affrontement j'alluma la lumière. Je fut surprise de voir toute les peluches de ma chambre s'animer comme si elles étaient vivantes et les murs respirer comme sous LSD. Je m'amusa rapidement avec ces hallucinations puis plongea dans un profond sommeil.


Avoir vécu cette expérience à soulevée des questions:
Déjà j'aimerais savoir si certain d'entre vous ont déjà expérimentés un voyage aussi puissant avec la même molécule ? De plus depuis ce trip j'ai recommencé plusieurs fois et je vois à chaque fois les mêmes filaments. Cette récurrence d'hallucination m’étonne parce que je la retrouve pas avec le LSD , les champignons ou la DMT. Avez vous des récurrences dans vos voyages?   

Autre question moins terre à terre, je lis en ce moment "L'art de rêver" de Castaneda et j'ai retrouvée dans mes hallucinations des similitudes troublantes avec ce que le chaman décrit dans le bouquin. Pensez vous que j'ai pu atteindre une autre couche de réalité comme décrit dans le livre en modifiant mon point d'assemblage ? Ou c'est juste mon inconscient qui a été formaté par ce que je suis en train de lire ? J’avoue que dans mon cerveau c'est compliqué car il y'a une éternelle bataille entre mon coté rigoureux/raisonnable/scientifique et mon autre coté qui est sensible/ spirituelle et artistique. 

Voilà merci d'avance pour les personnes qui vont m'aider à creuser la question et à m’éclairer avec des nouveaux point de vue.  Smile
Le kairos, une dimension du temps n'ayant rien à voir avec la notion linéaire de chronos (temps physique), pourrait être considéré comme une autre dimension du temps créant de la profondeur dans l'instant. Une porte sur une autre perception de l'univers, de l'événement, de soi. Une notion immatérielle du temps mesurée non pas par la montre, mais par le ressenti.

Never trust a Pranksters 
#2
Salut, je ne consomme pas de déliro, donc je ne saurai te dire pour la récurrence des hallu, par contre je ne suis pas surpris des effets que tu décris ^^
SInon ouais j'ai souvent des récurrences avec mes trips, ils sont propres à moi, et bien sur à mon contexte de vie (pas les mêmes en fonction des périodes)
d'où justement:
Citation :Ou c'est juste mon inconscient qui a été formaté par ce que je suis en train de lire ?

Je suis sensible (et je pense d'ailleurs que nous tous le sommes) justement à me faire influencer par mes expériences de vie, de lecture, de film, et même des TR que j'ai pu lire ! C'est même un des attrait du psychédélisme pour moi, de pouvoir aller creuser mon subconscient, découvrir ce qui m'influence au jour le jour, sans que parfois je ne m'en rende pas compte.

Citation :J’avoue que dans mon cerveau c'est compliqué car il y'a une éternelle bataille entre mon côté rigoureux/raisonnable/scientifique et mon autre côté qui est sensible/ spirituelle et artistique.

Je ne pense pas que vivre avec les deux soit un problème, j'ai ces deux traits caractéristiques de ma personnalité, et je leur accorde tous deux une importantce diverse en fonction des sujets, voir même des personnes avec qui je les aborde.
#3
Merci pour ta réponse ! Smile

Je ne pense pas que vivre avec les deux soit un problème, j'ai ces deux traits caractéristiques de ma personnalité, et je leur accorde tous deux une importantce diverse en fonction des sujets, voir même des personnes avec qui je les aborde.
[/quote]

Comment tu fait pour trouver un accord entre les deux ? Parce que personnellement à chaque fois que je vie un truc et que j'essaye de le traduire spirituellement y'a toujours ma ptite voix scientifique qui me rage dessus en disant que c'est pas sérieux ce que je vis et que c'est pas prouvable avec la méthode scientifique donc peut de chance que ça sois réel. Pourtant je médite , je fait du yoga , je lis pas mal de livre sur la spiritualité et je suis très attiré par ce monde depuis des années. Mais mon matrixage universitaire et scientifique en générale m’empêche de pleinement l'embrasser...
Le kairos, une dimension du temps n'ayant rien à voir avec la notion linéaire de chronos (temps physique), pourrait être considéré comme une autre dimension du temps créant de la profondeur dans l'instant. Une porte sur une autre perception de l'univers, de l'événement, de soi. Une notion immatérielle du temps mesurée non pas par la montre, mais par le ressenti.

Never trust a Pranksters 
#4
Je pense qu'il faut ne pas toujours vouloir interpréter ce qu'on vit, ne pas chercher a lui donner une signification particulière, et surtout il me paraît important de ne pas confondre spiritualité et fantasmes, au risque de finir par courir après toutes les idéologies un tant soit peut attrayante et se retrouver systématiquement dans une impasse.
Cela dit, la spiritualité c'est vaste, et c'est surtout quelque chose de très personnel, c'est lié à toi et ton développement.

La rigueur """scientifique""" me semble être une bonne chose chez moi, elle me permet de ne pas m'égarer dans maintes mauvaises directions, elle me permet surtout de prendre du recul et de pas laisser ma naïveté prendre le dessus (j'ai trop donné avec cette naïveté >.>). Et puis bon, c'est pas parce qu'une expérience que je peux vivre n'est pas "réelle" qu'elle n'en est pas moins quelque chose que j'apprécie et qui me fait m'interroger sur moi, sur le monde qui m'entoure Smile.
#5
Je n'ai jamais pris de Zolpicone mais ce que tu décris me rappelle pas mal le Zolpidem, un autre somnifère qui peut avoir des effets hallucinogènes .

Je suis loin d'être un expert de Castaneda, j'avais lu des textes de lui évoquant la Mescaline et la Datura, c'était beau mais j'ai un peu de mal à vraiment prendre au séreux ses théories chamaniques ou mystiques .
Je pense qu'il est normal que tu ne retrouve pas les mêmes effets avec d'autres hallucinogènes car ces somnifères ont un mécanisme d'action que je ne saurais expliquer mais qui est bien différent du LSD par exemple .

Et la "puissance" du trip ne m'étonne pas j'ai déjà fait de belles conneries car le zolpidem m'avait rendu presque délirant ^^

"Comment tu fait pour trouver un accord entre les deux " Le doute et la non prise au sérieux chez moi je dirais, si j'ai l'impression de vivre une expérience plus ou moins mystique, je vais l'embrasser sur le moment pour en profiter autant que possible, mais une fois de retour sur terre, je vais essayer de me rappeler qu'il est impossible de savoir si c'est vrai, que si ce n'est pas vrai objectivement, ce n'est pas grave, je ne le prend pas comme une attaque contre ma personne, je l'accepte pour ce qu'elle est : une expérience intense sans prendre au sérieux sa réalité ou pas, accepter que c'est sans doute faux sans pour autant y renoncer et arrêter d'extrapoler et réfléchir dessus . En définitive, ça ne change rien à notre expérience de la vie que nos pensées ou expériences soient issues d'une autre réalité ou d'un bourrage de crane de l'inconscient

Merci du partage d'expérience un plaisir à lire
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
#6
(03/04/2020 16:37)Cookies a écrit :
Je pense qu'il faut ne pas toujours vouloir interpréter ce qu'on vit, ne pas chercher a lui donner une signification particulière, et surtout il me paraît important de ne pas confondre spiritualité et fantasmes, au risque de finir par courir après toutes les idéologies un tant soit peut attrayante et se retrouver systématiquement dans une impasse.
Cela dit, la spiritualité c'est vaste, et c'est surtout quelque chose de très personnel, c'est lié à toi et ton développement.

La rigueur """scientifique""" me semble être une bonne chose chez moi, elle me permet de ne pas m'égarer dans maintes mauvaises directions, elle me permet surtout de prendre du recul et de pas laisser ma naïveté prendre le dessus (j'ai trop donné avec cette naïveté >.>). Et puis bon, c'est pas parce qu'une expérience que je peux vivre n'est pas "réelle" qu'elle n'en est pas moins quelque chose que j'apprécie et qui me fait m'interroger sur moi, sur le monde qui m'entoure Smile.



Je suis totalement d'accord avec toi , je pense que je suis juste attiré par cette foi que je retrouve dans énormément de bouquin sur la spiritualité. J'ai l'impression que parfois c'est la clé du bonheur cette foi . Alors que perso j'ai un esprit critique tellement aiguisé et je suis attiré par tellement de courant de pensée différent que j'ai l'impression parfois de basé toute ma pensée sur du vide et c'est effrayant... Lacan dirait que c'est justement quand on à compris et accepté ce vide que la vie commence vraiment , les bouddhistes aussi à quelques mots prêt et surement plein d'autres penseurs de toute horizon mais entre le dire , le faire et le ressentir ...

(03/04/2020 16:44)Indica a écrit :
Je n'ai jamais pris de Zolpicone mais ce que tu décris me rappelle pas mal le Zolpidem, un autre somnifère qui peut avoir des effets hallucinogènes .

Je suis loin d'être un expert de Castaneda, j'avais lu des textes de lui évoquant la Mescaline et la Datura, c'était beau mais j'ai un peu de mal à vraiment prendre au séreux ses théories chamaniques ou mystiques .
Je pense qu'il est normal que tu ne retrouve pas les mêmes effets avec d'autres hallucinogènes car ces somnifères ont un mécanisme d'action que je ne saurais expliquer mais qui est bien différent du LSD par exemple .

Et la "puissance" du trip ne m'étonne pas j'ai déjà fait de belles conneries car le zolpidem m'avait rendu presque délirant ^^

"Comment tu fait pour trouver un accord entre les deux " Le doute et la non prise au sérieux chez moi je dirais, si j'ai l'impression de vivre une expérience plus ou moins mystique, je vais l'embrasser sur le moment pour en profiter autant que possible, mais une fois de retour sur terre, je vais essayer de me rappeler qu'il est impossible de savoir si c'est vrai, que si ce n'est pas vrai objectivement, ce n'est pas grave, je ne le prend pas comme une attaque contre ma personne, je l'accepte pour ce qu'elle est : une expérience intense sans prendre au sérieux sa réalité ou pas, accepter que c'est sans doute faux sans pour autant y renoncer et arrêter d'extrapoler et réfléchir dessus . En définitive, ça ne change rien à notre expérience de la vie que nos pensées ou expériences soient issues d'une autre réalité ou d'un bourrage de crane de l'inconscient

Merci du partage d'expérience un plaisir à lire


Merci pour ton témoignage ! Je trouve ta pensée très sage , j'y vois une certaine compréhension de la notion d'Ego dedans. J'essaye aussi de les prendre comme ça mais parfois il y'a des "hasard" et des récurrences si fortes que j'ai envie de mis accrocher surement parce que j'ai encore du mal à accepter le "vide" comme je disais à cookie^^
Le kairos, une dimension du temps n'ayant rien à voir avec la notion linéaire de chronos (temps physique), pourrait être considéré comme une autre dimension du temps créant de la profondeur dans l'instant. Une porte sur une autre perception de l'univers, de l'événement, de soi. Une notion immatérielle du temps mesurée non pas par la montre, mais par le ressenti.

Never trust a Pranksters 
#7
(03/04/2020 16:44)Indica a écrit :
Je n'ai jamais pris de Zolpicone mais ce que tu décris me rappelle pas mal le Zolpidem, un autre somnifère qui peut avoir des effets hallucinogènes .......

.......Et la "puissance" du trip ne m'étonne pas j'ai déjà fait de belles conneries car le zolpidem m'avait rendu presque délirant ^^


Ouais idem. Le zolpidem pris a jeun et bien réveillé c'est carrément plus du tout un somnifère ce cacheton. Il m'est arrivé de le comboter avec un peu d'alcool et je ressentais des effets empathogènes assez prononcés. J'ai quelques fois surdosé jusqu'au délire de me croire extralucide et d'interagir avec des gens inconnus sur des sujets profonds mais la limite du n'importe quoi est vite franchise lol . Je pense que c'est le genre de trip qui se doit d'être bref. Ce n'est pas pour rien que depuis quelques années ce médoc hypnotique est très contrôlée par l'ANSM et uniquement délivré sur ordonnance sécurisée car classé comme produit stupéfiant.

@Kairos, en revenche sur moi le zopiclone n'a jamais eu d'autres effets que celui de me faire bailler. Et tant mieux pour toi s'il te procure les sensations que tu décris Wink
Fais gaffe à ne pas trop t'y accoutumer ; ça reste un vilain benzo le bordel alors si en plus tu tripes avec comme j'ai pu le faire avec son collègue le zolpi (stilnox) , la dépendance se pointe rapidement. (jte dis juste ça par rapport à mon expérience perso Wink
En mai fais ce qu'il te plait mais coucouche panier la nuit tombée.
#8
Les z-drugs (effectivement apparentées au benzo, mais en réalité des imidazopyridines) sont considérées comme des délirogènes, aussi je déplace ce topic dans la section idoine.

Citation :Autre question moins terre à terre, je lis en ce moment "L'art de rêver" de Castaneda et j'ai retrouvée dans mes hallucinations des similitudes troublantes avec ce que le chaman décrit dans le bouquin.

Alors je ne connais pas Castaneda. Mais si tu trouves que ton trip ressemble à un rêve, c'est normal.
En effet le zopiclone et le zolpidem sont des hypnotiques puissants. Ils n'endorment pas réellement mais plongent dans un état de somnolence qui peut ressembler à un rêve éveillé.
Quand on est fatigué mais qu'on n'arrive pas à dormir, ça peut être suffisant pour lâcher prise avec la réalité et plonger dans le sommeil. Mais si l'on ne s'endort pas, on rêve quand même...

Petit point RDR, attention avec ces produits. Comme dit Diego, il y a un risque de dépendance (je pars également de mon expérience). Ils sont également associés à un risque de troubles cognitifs. Et puis leur aspect déliro peut mener à des surprises désagréables. Attention aux interactions sociales, et évite de te déplacer quand tu es sous leur emprise. Leur mise sur ordonnance sécurisée est entre autres due au nombre de vieillards qui ont fait des mauvaises chutes après avoir consommé. Côté combo, il faut faire attention aux dépresseurs (alcool, benzos) ET aux psychédéliques (risque de délire).

Citation :Comment tu fait pour trouver un accord entre les deux ? Parce que personnellement à chaque fois que je vie un truc et que j'essaye de le traduire spirituellement y'a toujours ma ptite voix scientifique qui me rage dessus en disant que c'est pas sérieux ce que je vis et que c'est pas prouvable avec la méthode scientifique donc peut de chance que ça sois réel. Pourtant je médite , je fait du yoga , je lis pas mal de livre sur la spiritualité et je suis très attiré par ce monde depuis des années. Mais mon matrixage universitaire et scientifique en générale m’empêche de pleinement l'embrasser...

J'ai la même approche que Cookies. Aussi je me permets de te linker ma réponse à un autre topic.
Sur la façon dont j'ai trouvé un accord : en fait je me fiche de la véracité de mes croyances magiques. Je n'ai pas besoin de les passer au rasoir critique de la science. Elles vivent et se développent indépendamment car je ne cherche pas à les considérer comme "vraies". À mon avis ce serait une erreur, une confrontation inutile. Ce serait dommage de se priver d'un outil aussi cool que la méthode scientifique pour des raisons spirituelles. Et ce serait dommage de priver de la magie pour des raisons scientifiques. Mais l'articulation / la coexistence des deux réclame donc de renoncer à intégrer ses croyances dans le monde pragmatique (ou avec quelques exceptions).
Ex : si je ne cherche pas à me soigner (monde pragmatique) avec des pierres, je n'ai pas besoin d'éprouver la validité scientifique de la lithothérapie (grosse blague à mon avis). Je peux donc me contenter d'apprécier mon ressenti de certains cristaux.
méditation                                                             
« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »
#9
(03/04/2020 20:34)Kairos a écrit :
Je suis totalement d'accord avec toi , je pense que je suis juste attiré par cette foi que je retrouve dans énormément de bouquin sur la spiritualité. J'ai l'impression que parfois c'est la clé du bonheur cette foi . Alors que perso j'ai un esprit critique tellement aiguisé et je suis attiré par tellement de courant de pensée différent que j'ai l'impression parfois de basé toute ma pensée sur du vide et c'est effrayant... Lacan dirait que c'est justement quand on à compris et accepté ce vide que la vie commence vraiment , les bouddhistes aussi à quelques mots prêt et surement plein d'autres penseurs de toute horizon mais entre le dire , le faire et le ressentir ...


Comme l'as dit Tridi il serait dommage de ne pas cultiver les deux, chacun ayant sa place dans des contextes différents Smile
Comme tout, la toxicité c'est qu'une question de dosage et de contextes Wink
#10
Merci à tous pour vos réponses et conseils c'est précieux ! Pour ce qui est de la dépendance pas de soucis à avoir. Je suis très exigeante avec ma consommation de stupéfiant après m'être sortis d'une poly-adiction : cannabis / mdma . Vu ce que ça m'a coûté je suis devenu très prudente et je me permet des plaisirs très rarements .Smile Mais c'est toujours bon de le rappeler surtout quand c'est des médicaments on a tendances à moins ce méfier je trouve .
Le kairos, une dimension du temps n'ayant rien à voir avec la notion linéaire de chronos (temps physique), pourrait être considéré comme une autre dimension du temps créant de la profondeur dans l'instant. Une porte sur une autre perception de l'univers, de l'événement, de soi. Une notion immatérielle du temps mesurée non pas par la montre, mais par le ressenti.

Never trust a Pranksters 




Utilisateur(s) parcourant ce topic : 2 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.