S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


The Sesh [Lsd+4-HO-MipT+MDMA+Ketamine+DMT+O-PCE]

#1
'Sesh', c'est un mot d'argot anglais pour qui est un peu dur à traduire. C'est dérivé du mot 'session', qui désiqne une session de prise d'alcool et/ou de drogue, avec une dimension festive et sociale. Ca s'utilise aussi comme un adjectif, 'I'm seshed' - je suis défoncé. Je commence par parler de ce mot par ce que le trip que je vais décrire est parfaitement décrit par ce mot - une session de prise de drogue festive, hédoniste, avec une tendance à pousser le bouchon toujours plus loin.
 
Le lendemain de ce trip, je me suis dit que j'avais passé un level dans la drogue - dans le sens ou mon esprit aurait pas encaissé ça il y a un an, ou pas aussi bien. Je dis pas ça dans l'idée qu'il faut continuer à passer des niveaux pour pouvoir se mettre des perches toujours plus grosses. Plutôt que, comme un alpiniste, je me suis habitué à respirer à des altitudes ou on ne se trouve pas normalement. J'ai battu pas mal de mes propres records: 16h de défonce ininterrompue, 6 drogues en une session, 3 nouvelles drogues essayées en une session. Mais encore une fois, même si tout c'est bien passé je veux pas forcément re-battre ces records. D'ailleurs ce TR va être très long puisqu'il il contient à peu près quatre TR normaux. Si vous avez la flemme de tout lire lisez la dernière section qui raconte le trip au O-PCE c'était le plus fou.
 
Petit disclaimer: ce trip est loin d'être RdR donc surtout pas à prendre en exemple, plutôt comme un témoignage et une histoire que j'avais envie de raconter (un TR quoi). De plus ce TR est hyper long, détaillé et ne raconte pas forcément des expériences typiques de chaque drogue. Je m'étend aussi pas mal sur des idées personnelles. En bref, si vous voulez avoir une idée vite fait de l'effet que fait une des drogues listées dans le titre, c'est pas le bon TR. Si vous voulez un récit à la première personne d'une soirée riches en émotions psychédéliques, vous êtes bien tombés.
 

J'arrive chez Sassy, un dreadeux tchèque de 23 ans qui fait un master en 'drug design' - en gros il fabrique des molécules avec des propriétés actives sur notre corps et notre esprit. C'est un peu un cliché du babos, mais avec une connaissance approfondie et encyclopédique de la plupart des drogues. C'est aussi un grand fan de RC. Je me pose chez lui, une grande chambre dans une maison en colloqu, meublé avec des lumières trippantes, des enceintes, un canap et deux lits par ce qu'il partage sa chambre avec un colloq, Satek, lui aussi tchèque. Satek est aussi étudiant, et il DJ dans des raves de temps en temps, comme Sassy d'ailleurs. Je viens de rencontrer Satek et je connais à peine Sassy. Par contre, je retrouve deux potes que je connais mieux, Woody et Olm. On a pas de projet précis pour cette soirée à par peut être gouter à un RC et aller à une rave.
 
Baseline
Sassy et Satek ont déjà pris un quart d'acide. Moi et Woody tapons un aussi quart d'acide vers 8h. Je ne suis plus sûr du dosage, entre 25ug et 50ug. Au bout d'une heure et quelque, je sent que je ne suis pas sobre mais les effets restent minimes - légers effets visuels et mentaux mais rien de très psychédélique. Le but c'est d'utiliser l'acide comme une baseline, encore un mot intéressant puisque c'est un homonyme de bass line - ligne de basse. L'acide sera donc une fondation, une base, une ligne rythmique sur laquelle on va construire des harmonies et des dissonances au fil de la soirée. On roule quelques joints, on discute, je fais connaissance avec Satek et il se trouve que il fait parti d'un soundsystem comme moi, donc on parle pas mal de rave, de free et de musique. On DJ un peu sur son super controller Traktor. Satek et Sassy sont clairement à un niveau au dessus, on sent qu'ils ont des années d'expérience.
 
Décollage
Vers 9h, Sassy prépare des para de 20mg de 4-HO-MIPT, un RC qui a des effets très similaire aux champotes, en un peu plus visuel selon Sassy. Je fini par drop mon para un peu après les autres, je suis un peu hésitant par ce que je n'ai jamais pris de RC et que je n'ai pas fait de test d'allergie ou de recherche, bref tout ça est pas très RdR. Cependant je fais assez confiance à Sassy. 30 minutes après avoir tapé, je sens déjà des effets assez marqués, très proches des champignons. Une heure après le drop, mon impression se confirme - ça ressemble à s'y méprendre à des champignons, à une bonne dose de champignons. Les objets ont l'air plus grand ou plus petits, je n'ai aucun sens des perspectives. En parlant aux gens j'ai beaucoup de mal à ignorer les distortions qui rendent leurs visages comiques et fascinants. Je suis en pleine montée et c'est déjà fort. L'acide rajoute un coté mental et je ressent une légère synergie mais rien de très marqué.
 
Le truc monte toujours plus, exactement comme des champotes. Pour moi, une perche de champotes bien dosée c'est comme une montagne russe. D'abord il y a une montée ou le wagon monte toujours plus haut, plus haut. C'est ce qui est en train de se passer. Quarante-cinq minutes après avoir commencé à ressentir les effets, je suis déjà très trippé. Je sais que dans 45 minutes, je serai en train de faire des loopings immenses. 
 
On fini par sortir dans le jardin.
 
Ecstaze - dépasser les mots
 
Dans le jardin, j'atteint le plateau du 4-Ho-MIPT. C'est exactement comme les champis. C'est là que des choses vraiment mystiques commencent à se produire. Je regarde les arbres, et leurs branches m’apparaissent dans plein de formes géométriques. Elles seront aussi une toile de cinéma pour mes pensées et mes révélations. Il me semble que 'psychédélique' vient de deux mots grecs qui veulent dire 'révéler' et 'esprit' - c'est exactement ce qui se passe avec les branches. Tout ce que je pense, les branches l'illustrent. Je commence à ressentir une connexion très puissante à la nature, une expérience spirituelle comme j'en ai jamais eu. J'ai été assez influencé par la Wicca plus jeune, même si je faisait toujours un peu les trucs à ma sauce, donc je peux pas me définir comme Wiccan non plus. La Wicca c'est une sorte de revival de religions païennes basées sur la nature, mélangé avec du folklore magique européen et des pratiques magiques hétéroclites. Et là je ressent vraiment une connexion je ne sais quoi, et les branches l'illustrent. Je vois et je ressent la présence d'une mère, d'une déesse. J'ai ressenti beaucoup d'autres choses, des choses naturelles, tribales, shamaniques, sexuelles ... et à chaque fois je voyais la représentation de ces choses dans les branches des arbres. J'ai ressenti comme je n'ai jamais ressenti, par ce que j'arrivais à ne pas mettre des mots sur ce que je voyais. Je me contentais de me taire et d'observer, émerveillé. J'avais déjà eu cette sensation, ce message sous champi l'été dernier. Et là, c'est une confirmation de ce message 'sois silencieux, observe, émerveille toi'. Sauf que je me rend compte que ce qu'il faut que je ramène du trip, ce n'est pas un message, mais bien cette sensation, par ce que justement ce que je ressent est au delà des mots, donc impossible de le formuler en message. Il faut juste que j'arrive à revivre cette sensation. 
 
Et là, je me rend compte que j'ai en parti trouvé ce que je cherche depuis mes dix-sept ans (j'en ai vingt). A dix-sept ans, j'avais créé un mot 'ecstaze' pour désigner un concept assez flou - l'extase, la plénitude, l'intensité maximale, si possible atteint à coup de sustances psychotropes ou de délires amoureux. La première fois que j'ai entrevu la possibilité de cet état, c'était lors de ma première rencontre avec la musique techno, au concert des Chemical Brothers à la fête de l'huma 2017. Je me demandais 'est-ce que "j'y suis"? 'Est ce que j'ai atteint le pic, l'ecstaze, l'intensité maximale?' Et là je l'ai atteint, trois ans après, par ce que j'ai appris à contempler sans commenter.
 
Bref, je ne vais pas raconter plus en détail ce trip faramineux par ce que je reprend l'écriture de ce TR un mois après et donc mes souvenirs ne sont plus aussi frais. Et surtout, il n'est que minuit, donc il reste encore 12H de défonce à relater.

 
Boum Boum
 
On est de retour dans la chambre de Sassy, bien redescendu mais comme même un peu trippé, surtout que on est que à T+4 de l'acide. On roule des joints, on boit des bières, et on trouve une info pour une soirée qui s'avère être à 45 minutes à pied de là ou on est, en traversant un marais (et oui il y a des marais à Londres). Satek doit bosser le lendemain, et Woody et Olm sont un peu secoués de leur première expérience champignonesque - c'est clair que pour une première ça a envoyé. Par contre, Sassy et moi sommes d'attaque. Sassy, qui a toujours sur lui une variété et quantité de drogue à faire pâlir d'envie Hunter S Thomson, me sort 300mg de MDMA pure à 98%, qu'un de ses potes chimistes tchèque a purifié et lui a envoyé par la poste. On trace 50mg chacun, je roule un joint, on ouvre chacun une bière, on rassemble nos affaires et en route. On traverse le marais, on discute, et on fini par voir un mec complètement eclaté qui nous indique que nous sommes arrivés, et qui nous fait part de ses intentions de meurtre à l'égard des gens dans la rave. On s'en débarasse et on rentre dans une sorte de hangar/ salle polyvalente. On ne sait rien de cette rave: si c'est légal ou pas, quel genre de musique, etc. On rentre, on paye 15 balle (aïe), une videuse me prend la température, pandémie oblige. Là je me dis que c'est cramé par ce que je dois être tout chaud à cause de la MD, mais non, elle me laisse passer. Je lui demande ma température, et elle me dit '26 degrés' - donc visiblement son thermomètre était cassé ou ils faisaient semblant.
 
La rave est dans une petite salle, avec un sound system d'environ 10kg mais qui envoi très très lourd comme la salle est toute petite. En plus, c'est de la techno warehouse à environ 140 bpm, bien sombre et violente. Déjà une crainte de balayée, la musique est bonne. Le public est plus inédit par contre, principalement queer, à moitié à poil ou en filet, en train de se dandiner sur le son. J'ai plus l'habitude des teufeurs en treillis qui tapent du pied et je ne suis pas queer, mais je kiffe bien le délire et ça fait toujours plaisir de découvrir de nouvelles cultures rave. On décide de prendre de la K, je sort mon pochon et une clé et là un videur apparaît devant moi et m'embrouille plus où moins. Je range mon pochon et me fais signe que je suis désolé. Il me dit d'aller au toilettes. Deuxième incertitude balayée, c'est une rave légal mais assez open.
 
Là, je vais faire une elipse sur mon trip MDMA+K, par ce que je n'ai rien de spécial à en dire et que ce TR s'éternise. Je drop mon para de 100mg de MD vers 3h du mat', reprend un peu de K...
 
 
Premières fois à la DMT
 
Arrive le moment ou Sassy sort son E-cig à la DMT. Il m'assure que les effets sont très légers, me dit de prendre une bonne taf et de garder jusqu'à ce que je puisse plus. Il doit être 6h du mat' environ, je commence à redescendre de mon para, et j'ai donc pris une pointe de K pour relancer la machine. Je décide de prendre une taf de cette fameuse molécule. Franchement, je trouve que j'ai géré mes conso jusqu'à ce moment de la soirée, mais là ça aurait pu déraper. Tester une molécule aussi puissante alors que je suis déjà sous MD et K et une fin d'acide, c'était pas l'idée du siècle. L'expérience qui s'en suit est très intense, et très tintée par la K. Je ne comprends plus grand chose, surtout que des machines à fumée se sont mis en route et que je ne vois rien à part de la fumée, à moins que ce soit des hallus? J'ai assez peu de souvenir de ce trip. Je me souviens tout de même qu'à un moment je voyais la teuf à travers une story instagram. C'est à dire que je ne voyais plus la teuf, mais des story insta de la teuf. Ma vision était une story insta. J'ai trouvé ça relou sur le moment de ne pouvoir que regarder mes story insta au lieu de profiter de la teuf.
 
La teuf se finit à 7H, on repart vers la maison de Sassy à travers le marais, où il fait maintenant jour. Il me parle du film Human Traffic, que je n'ai jamais vu et me dit qu'il faut que je le vois. On décide donc de rentrer chez lui et de mater ce film en tapant du 3-meo-PCE (ou O-PCE), qu'il me conseil par rapport au DCK par ce que plus stimulant et donc plus à même de nous garder éveillé.

On se pose près de chez lui, dans un parc où on a une bonne vue sur une partie de Londres. Je roule un joint et il met de la musique. Un mec se pose à coté de nous pour faire une sorte de gym. Ca me fait toujours rire de voir cohabiter ces deux mondes au petit matin. Ceux qui sont pas encore couchés et ceux qui sont déjà debout. Sassy sort sa clope électronique au DMT, et tire quelques bonne barres. J'essaye mais je n'arrive qu'à tirer une petite barre par ce que la fumée m'éclate la gorge. J'ai des visus assez circulaires et géométriques, très beaux et assez incomparables à ce que j'avais vu avant, mais rien d'incroyable. Faut que je re-teste cette sacrée molécule dans de bonnes conditions.

Qui suis-je, Que fais-je, où est mon téléphone?

On fini par arriver à sa baraque vers 9h du mat. Je me pose sur son canap et il prépare les traces de O-PCE et le film. Je suis dans une drôle de phase ou je suis encore stimulé par l'afterglow de MD, mais mon corps réclame du sommeil, donc je ferme les yeux brièvement sans vraiment m'en rendre compte de temps à autre. Bref, je suis bon pour aller me coucher. Mais la Sesh en a décidée autrement. C'est ça la culture de la teuf, la culture de l'after, une recherche de sensation et de plaisir jusqu'au-boutiste. On trace donc le O-PCE, 22mg pour moi, 26mg pour Sassy, selon lui, des dose 'entre moyen et fort', ce qui ne me fait pas peur en bon amateur de perches dissociatives que je suis. Je ne sais que peu de chose sur cette substance à ce moment à part que c'est dissociatif, plus stimulant que la K, et que ça dure 3h. Enfin, c'est ce que j'en avais retenu. En fait, 20mg de O-PCE correspond à un un trip 'lourd' selon Psychonautwiki, et le O-PCE sniffé dure entre 3 et 5h! Sassy a une assez grosse tolérance aux dissos et il a dû oublié ce détail en préparant ma trace.

C'est là que le TR devient difficile à écrire. Pour ceux qui ont déjà pris des perches magistrales aux dissos, vous me comprendrez peut-être. Impossible de décrire ce que j'ai vécu de manière linéaire, par ce que je n'ai que des souvenirs éparses et inorganisables dans le temps.

Je ne comprend de plus en plus rien au film. Quand je regarde des films sous dissos en général je ne comprend pas grand chose. Mais là c'est à un autre niveau. Progressivement, je me perd dans ce film qui m'a l'air d'être une mise en abyme. Un film qui parle de rave et de drogue, alors que c'est exactement ce que je suis en train de vivre. J'ai donc du mal à faire la différence entre le film et la réalité, les concept de fiction et réalité sont embrouillés. Progressivement, le concept de film va lui aussi disparaître. Je regarde l'écran de l'ordi et j'ai du mal à me rappeler de ce que je suis censé faire. Je suis censé regarder l'écran, mais pourquoi? En fait j'ai perdu toute notion de ce qu'est un film, je me contentait donc de regarder vaguement l'écran en étant un peu confus. Sauf que là j'atteint carrément le niveau ou je ne me rend pas compte que je suis confus. Je subis le trip, c'est tellement intense que je ne me rend absolument pas comte de l'ampleur de ma défonce. La même chose m'arrive avec les joints. Sassy me tend un joint, et je le prend et le fume machinalement en tentant de me rappeler ce que c'est au juste, un joint. Je me souviens que moi et Sassy en consommons, que c'est quelque chose que je fais régulièrement, mais impossible de comprendre ou même de mettre un mot sur cette pratique.

Je n'ai qu'une vague idée de ce que je fais ici, j'essaye régulièrement de me rappeler quel jour de la semaine on est, quelle heure il est. Je pense à mes colloq, à ma famille (qui est pourtant dans un autre pays) et je me demande si ils sont inquiets pour moi, si j'ai oublié d'aller à un endroit où je suis censé être. A chaque fois que ces pensées me viennent, j'essaye de retrouver mon téléphone, mais en me levant je me sens tellement dissocié que je sais que mes efforts seront vains.

Les rares fois où je me levais du canapé j'étais dans un état de dissociation très poussé qui rendait tout mes mouvement très étrange. Rien que baisser la tête vers la cuvette quand j'allais pisser me donnais l'impression que la gravité et le monde changeais complètement.

A un moment, je me tourne vers Sassy qui est assis à côté de moi sur le canap, il lève les mains, je pose mes mains dans les siennes et on commence à faire des mouvements circulaires avec nos bras, comme des moulins à vent. Comme ça, sans un mot, sans une explication. Ca nous semblait logique ou peut-être amusant.

Je me souviens aussi de m'être demandé si j'étais encore sous les effets de la drogue ou si j'étais devenu fou.

En fait, le O-PCE à haute dose j'ai l'impression que c'est comme faire un K-hole, mais pendant 5h et tu gardes plus facilement les yeux ouverts.


...

Je fini par m'effondrer sans m'en rendre compte, puis me réveiller trois heure plus tard sur le même canapé. On passe le reste de l'aprem à fumer des joints en mattant Rats on Cocaine et Parasite.

Sacrée sesh.
"Le coffre de la voiture ressemblait à un labo ambulant de la brigade des stupéfiants : nous avions deux sacoches d'herbe, soixante-quinze pastilles de mescaline, cinq feuilles d'acide-buvard carabiné, une demi-salière de cocaïne, et une galaxie complète et multicolore de remontants, tranquillisants, hurlants, désopilants ... sans oublier un litre de tequila, un litre de rhum, un carton de Budweiser, un demi-litre d'éther pur et deux douzaines d'ampoules de nitrite d'amyle."

                                                                                                                                                                                                          - Hunter S. Thomson,  Las Vegas Parano

Soundcloud: https://soundcloud.com/ora-sas
#2
Merci pour cette lecture c'est trop bien raconté et on comprend bien le concept de "session" au fil de la lecture haha .
Ca donne envie les raves anglaises
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 


Topics apparemment similaires...
  3C-P / Escaline / MDMA / Kétamine / DPT / Coke / Alcool Framboise 0 463 08/05/2019 17:17
Dernier message: Framboise
  TR DPT IV 50mg ; KETAMINE IV 220mg ; LSD per os 200mcg Groovie 7 546 30/04/2018 15:19
Dernier message: R2d2
  Kétamine + LSD ou le paysage coloré Percheman 12 1,854 02/02/2017 18:00
Dernier message: wizonatrip
  [ketamine+Diphenidine+Beuh] le paroxysme de l'intensité! Miyuetyayu24 21 2,543 11/09/2016 21:35
Dernier message: Miyuetyayu24
  Lsd, 5-meo-mipt, et le théatre de l'égo. Ubik012 13 2,851 18/03/2015 00:30
Dernier message: 190BPM
  [3-MEO-PCP/4-HO-MIPT] Aurais-je saisi mon propre regard ? (1er trip en solo) BrusqueArabesque 7 1,206 31/10/2014 12:02
Dernier message: BrusqueArabesque
  [Bière - MXE - Kétamine ] Fractal Reverse Bobby Tchang 0 1,963 03/04/2014 22:29
Dernier message: Bobby Tchang
  1er trip LSD + kétamine JokeyMoonkey 12 4,431 25/12/2013 17:18
Dernier message: Mr.G
  [4-ho-mipt / 2C-I] Week-end à planter des tomates et prendre des psychés Poulinos 9 3,538 30/11/2013 13:14
Dernier message: Lemineur
  [5-meo-mipt + salvia] La seconde sans fin JoanTitor 1 1,242 16/10/2013 18:14
Dernier message: 190BPM



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 2 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.