S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Racontez la fois ou vous avez le plus abusé!

#1
C'était quand la fois dans votre vie ou vous avez le plus abusé de substances ? 
Genre des mélanges ou consommer des grammes sur une journée.... tout ça

Comment ça s'est passé ?
#2
Ma seule période d'addiction c'était avec la kétamine, à coups de 0,5-1g par jour. Après 2 semaines à ce rythme, je me suis réveillé avec une douleur dans les reins violente quand l'anesthésie s'est dissipée. J'ai vomi 3-4 fois, j'étais pale comme jamais et j'avais l'impression d'avoir 2 poignards plantés à l'arrière du dos.
Du coup je suis allé faire des tests à l'hôpital, ma fonction rénale avait été divisée par 2.
Heureusement je suis jeune, ma fonction rénale a bien remonté la pente en 2 ans d'arrêt de dissociatifs et maintenant elle est presque aussi bien qu'avant, mais voilà voilà j'ai eu de la chance encore. Une petite baffe qui calme bien. Grosse dédicace au médecin qui m'a reçu, non-jugeant et super compréhensif.
Self-made chemist  and pharmacologist
Nuit Blanche Suisse, RDR forever!
Free will is a lie.
#3
Tu as eu quoi comme expériences avec de tel dosages ?
#4
C'est avec le 3 ho pcp et les benzo personnellement que j'ai le plus abusé .

Pendant deux périodes, je prenais semi régulièrement de faibles doses de 3 ho pcp ce qui me foutait dans un état hypomaniaque mais quand meme moitié dépressif et bien semi psychotique, lors de mon premier abus, il y'avait eu cette nuit et tout le lendemain, c'est mon pire abus en une session et celui que j'ai payé le plus cher psychologiquement (500ug de 1P LSD, 25mg de 3 ho pcp et plusieurs downers sur une nuit, j'en suis pas fier) .

J'en ai fait un Trip Report si j'extériorisais pas je devenais fou : https://www.psychonaut.fr/Thread-1p-LSD-...es-étoiles

J'ai re abusé du 3 ho pcp et de la DCK par la suite en manque de benzo mais j'avais trop conscience de l'hypomanie, j'étais moins psychotique donc j'ai vite capté et du arrêter les dissos un bon moment, ça a meme fini sous AD et neuroleptique.

... Et aussi une grosse addiction aux benzo je me faisais régulièrement des black out de taré au Zopiclone + Prazépam au point de me blesser / me réveiller après avoir couché chez des gens sans m'en souvenir ce qui me trigger énormément normalement j'ai vraiment BESOIN d'une forte base émotionnelle, je crois que ça m'a ps fait du bien .

Mais récemment alors que je suis en sevrage, j'ai commandé du putain de Norflurazépam de merde, attiré par sa longue demie vie, des effets très myorelaxants et hypnotiques et le fait que partout sur internet ça disait que c'était à peu près 2x plus fort que le Diazepam et assez similaire ... du Diazepam il m'en faut 35mg/jour donc je me croyais en confiance je me faisais des 20/30mg de Norflurazepam puis je partais en black out, oubliais, redroppais, j'ai perdu au moins une semaine de laquelle je n'ai que des bribes de souvenirs. Sur moi c'est pas juste 2x plus fort que le Diaz hein j'ai une tolérance de fou et 20mg me démontent ...

Depuis que j'ai arrêté ce binge, c'est vraiment très très difficile de gérer l'anxiété et l'akathasie et je n'arrive plus a dormir meme a balle d'anti histaminiques .... si je continue a ne plus abuser ca devrais se stabiliser ... mais ca me donne des envies de disso ce mini perma-manque psk a petites doses de disso pas stimulant je suis hyper relaxé mais bon ... mauvais plan très mauvais plan à garder exceptionnellement....
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

#5
J'hésite entre plusieurs, certaines pour lesquelles j'ai fait un topic, mais il est toujours bon de rappeler ce qu'il ne faut pas faire :

- 3g de 4mmc à deux en moins de 12h, après deux jours de binge de stimulants. J'ai cru faire une overdose. Je me suis réellement fait peur. Puis je me suis tapé une sinusite quelques temps après à cause de ma consommation de stimulants par voie nasale. Une semaine affreuse.

- des paras de 3mmc à 0.35g voir 0.4g, j'ai clairement forcé. La redescente a été rude, je me suis tapé une semaine de déphasage véner, j'en ai fait un topic aussi.

- Gros binge de 3mmc suivi d'un after chez des potes. Retour le dimanche soir chez moi après une trace de C décalée par le poto pour faire passer l'heure de transports en communs. Le drip tombe dans un estomac vide (hormis l'alcool) depuis 36h. A quelques stations de chez moi je me sens vraiment trop mal, je sors du métro, vomis dans la poubelle de la station, me fous à moitié à poil car j'ai chaud, mais vraiment chaud. A ce moment là je me demande sérieusement si je vais réussir à rentrer chez moi ou me réveiller à l’hôpital. Littéralement le moment le plus schlag de ma vie.

Morale des histoire : faites pas les cons avec les stimulants. Je sais les cathinones c'est bon mais c'est comme tout, faut pas en abuser.
Petit frère veut qu'on parle de lui 
Prend rendez-vous avec la BAC de nuit 
#6
Eh ben je me dis que moi j'ai pas abusé par rapport à vous...

Une fois j'ai pris +- 250mg de ketamine (en plusieurs traces) sur une soirée et j'avais pas de tolérance, c'était nouveau... j'étais rentré dans le film que je regardai et j'étais une vraie personne, il n'y avait plus de film et acteurs, c'était comme si c'était réel et j'étais dedans lol..

Et l'autre ou j'ai déconné c'est d'avoir pris 0,5g de 3MMC sur la même journée.... en vrai ça va mes abus n'en sont pas vraiment XD
#7
Ben clairement je pense que tu ferais mieux d'en rester là. Entre manquer de crever et avoir une histoire vaguement intéressante à raconter, je crois le choix est vite fait !

Le but de la conso n'est jamais l'abus mais simplement le plaisir, ou l'exploration suivant les personnes. Faut garder ça en tête, et surtout pas forcer. La base de la RdR à mon sens. Au même titre que "partage pas ta paille".
Petit frère veut qu'on parle de lui 
Prend rendez-vous avec la BAC de nuit 
#8
Ça fait presque un an que je me dis qu’il faudrait que je fasse un TR de la fois où j’ai le plus forcé. Mais pour la faire courte, j’ai voulu triper aux empathos avec un intervalle trop court entre deux prises donc abus total pour compenser la tolérance, j’ai également abusé du speed et subi une crise d’angoisse d’au moins dix heures, et j’ai noyé le tout dans une soupe de benzodiazépines. C’était super intense. Et super inutile.
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#9
(01/11/2022 01:35)Sorence a écrit :
Ça fait presque un an que je me dis qu’il faudrait que je fasse un TR de la fois où j’ai le plus forcé. Mais pour la faire courte, j’ai voulu triper aux empathos avec un intervalle trop court entre deux prises donc abus total pour compenser la tolérance, j’ai également abusé du speed et subi une crise d’angoisse d’au moins dix heures, et j’ai noyé le tout dans une soupe de benzodiazépines. C’était super intense. Et super inutile.


Wow ça a du être dur.. jamais fait de crise d'angoisse mais un jour j'ai pris 200mg de speed sur une journée et après, j'étais un peu parano pendant 2 jours et baisse de moral forte
#10
Moi aussi je dois y passer ????  

Déjà il y a eu la période tramadol.  Presque tous les matins 400-600mg et presque tous les soirs vomito au toilettes...  

Ensuite il y a eu la fois ou j'ai mangé de la datura avec 3flasques de Vodka dans le sang.   

Les fois ou j'ai déliré sous MD en sortant en pyjamas/couvertures et en vendant des mangas dans une brouette...  Le pire c'est que j'ai gagné 15€. 

Les nombreuses fois où j'ai mangé la boîte de benzos et je me suis réveillé dans un lieu inconnu. 
 
Et la fois où je me suis fait sucé pour de la coke. 

Heureusement que je me suis calmé.

Ah oui. Y a aussi eu une fois où j'ai cru que j'avais le pouvoir de changer l'avenir sous marijuana mais ça c'est plutôt rigolo en y repensant.
#11
Citation :Les fois ou j'ai déliré sous MD en sortant en pyjamas/couvertures et en vendant des mangas dans une brouette...  Le pire c'est que j'ai gagné 15€.
bravo!!! Big Grin

si non on peu voir mes teimoiniage dans le tread mdpv.
"en cuisine, le laurier sauce accompagne les repas chaud, le laurier rose les buffets froid" ^^
"l'amour dans l'arbre!"










#12
Moi je devais avoir 17 ans en une heure jai bouffé 8 exta jai cru que toute la nuit s etait passée mais non juste une heeure, apres ben l'épave mes potes ont du me ramassser et ca jusqu au lendemain ....
#13
A part avec mes addictions j'ai jamais trop abusé de psychotropes.

Juste une fois j'était ado vers 15 piges et je fumais un spliff avec un mec plus âgée. Il fumait joint sur joint et m'en faisait en même temps que lui parce que "fallait finir la barrette après il partait en vacance et ne voulait pas emporter ça avec lui".

A cet époque un joint ça me couchait, la j'ai enquillé 5 spliff d'affilé bien dosés. J'ai pas osé dire non et j'ai voulu jouer au bonhomme.

Quand je suis allé me pieuter impossible de garder la lumière allumée tellement je partais en crise d'angoisse. J'ai éteins la lumière et jme suis couché.

J'avais aucune hallu visuelles rien mais je sentais une énorme boule d'angoisse et d'adrénaline dans mon corps, je pouvais la déplacer ou je voulais. Quand ça devenait insupportable dans les mains, je la déplaçais dans mes jambes ou mes pieds.

Au final j'était tellement au bord de la crise que j'angoissais même plus vraiment, je respirais fort et toute mon attention était concentré sur cette sensation physique.

Au bout d'un moment ça c'est calmé mais un truc improbable est arrivé, j'me suis mis à revoir une vision qui me mettait mal quand j'avais 5-6 ans. Parfois avant de m'endormir j'avais cette vision d'une énorme cuillère qui écrase une boule. Ca me mettait dans un état un peu psychotique et dépersonnalisant.

C'est la que j'ai compris que dans l'insondable, dans les zones sombres de l'esprit il y a des choses inamovibles et étranges, qui même quand on les oublie peuvent ressortirent des années plus tard dans des états de consciences altérés négatifs.
Prolo des accords de 13ème

"Ostinato ergo sum"

Sandman je gagne en aigreur ce que tu gagnes en sagesse. Tu veux pas me filer de tes anti-dépresseurs ?
Sorence, 2022

amicale du pc a écrit:
faire du nihilisme contre la science par de la pseudo-science est pire... Autant laisser la science tranquille alors...
#14
(21/11/2022 03:05)Mr Sandman a écrit :
A part avec mes addictions j'ai jamais trop abusé de psychotropes.

Juste une fois j'était ado vers 15 piges et je fumais un spliff avec un mec plus âgée. Il fumait joint sur joint et m'en faisait en même temps que lui parce que "fallait finir la barrette après il partait en vacance et ne voulait pas emporter ça avec lui".

A cet époque un joint ça me couchait, la j'ai enquillé 5 spliff d'affilé bien dosés. J'ai pas osé dire non et j'ai voulu jouer au bonhomme.

Quand je suis allé me pieuter impossible de garder la lumière allumée tellement je partais en crise d'angoisse. J'ai éteins la lumière et jme suis couché.

J'avais aucune hallu visuelles rien mais je sentais une énorme boule d'angoisse et d'adrénaline dans mon corps, je pouvais la déplacer ou je voulais. Quand ça devenait insupportable dans les mains, je la déplaçais dans mes jambes ou mes pieds.

Au final j'était tellement au bord de la crise que j'angoissais même plus vraiment, je respirais fort et toute mon attention était concentré sur cette sensation physique.

Au bout d'un moment ça c'est calmé mais un truc improbable est arrivé, j'me suis mis à revoir une vision qui me mettait mal quand j'avais 5-6 ans. Parfois avant de m'endormir j'avais cette vision d'une énorme cuillère qui écrase une boule. Ca me mettait dans un état un peu psychotique et dépersonnalisant.

C'est la que j'ai compris que dans l'insondable, dans les zones sombres de l'esprit il y a des choses inamovibles et étranges, qui même quand on les oublie peuvent ressortirent des années plus tard dans des états de consciences altérés négatifs.


Salut, c'est normal ce que tu as eu, je vais essayer de te l'expliquer le plus simplement.

Ta fais "rejaillir" un traumatisme de ton enfance et généralement quand on est assez conscient (ça arrive aux gens qui méditent, contemple ou font des séances d'hypnose) mais aussi aux gens qui prennent des drogues, parfois. 
Quand tu es assez conscient de ton corps, tu ressens le traumatisme sous forme de pression/boule/blocage/douleur (plusieurs façon de le ressentir) généralement ce traumatisme est coincé à une partie précise de ton corps (exemple plexus solaire ou gorge) mais toi tu as pu l'a déplacer.

Ce qui t'aurait guéri de ce traumatisme aurait été de le ressentir à fond, (fermer tes yeux et rester avec la sensation en essayant d'aller l'a chercher, l'accompagner avec bienveillance), en ayant au bout de la sensation, c'est à ce moment la que les souvenirs vont jaillir et tu devras rester avec aussi. 
Ensuite le traumatisme disparaîtra car tu l'aura vécu avec présence. 

Tu peux aussi le faire sortir de ton corps (car tu savais déplacer la boule) mais ça je n'ai jamais fais seul, je sais juste que des professionnels peuvent aider à ça. 

Souvent les gens appellent ça l'enfant intérieur (c'est une image) mais en gros l'enfant/ado que tu as été a subit des traumatismes divers avec la scolarité, la famille, des inconnus... on a tendance à les oublier (par mécanisme de défense) sauf que oublier ne nous guérit pas, les traumatismes sont toujours en nous, dans notre corps et subconscient (le corps est lié au mental, si tu ne me crois pas, pense à une fantaisie sexuelle et voit la réaction de ton corps). Cet enfant intérieur il revit constamment les traumatismes et c'est pour ça que l'on est pas épanoui dans la vie ou qu'on a des tensions dans le corps voir blocages pour certains. 

Notre travail c'est d'aider l'enfant intérieur en communicant avec lui, au fur et a mesure qu'il regagne confiance en toi, il va te dévoiler les traumatismes qu'il a vécu et toi tu devras rester avec ce qu'il te fait voir sans essayer d'éviter la scène, être présent et bienveillant avec l'enfant. 


Ca sonne un peu bobo / spirituel mais c'est imagé pour vous amener à comprendre comment guérir de vos blessures émotionnelles.
#15
Citation :je sentais une énorme boule d'angoisse et d'adrénaline dans mon corps, je pouvais la déplacer ou je voulais. Quand ça devenait insupportable dans les mains, je la déplaçais dans mes jambes ou mes pieds.

C’est l’un des rares effets que je kiffe avec le cannabis, l’énorme suggestibilité émotionnelle-somatique qu’il entraîne. Les sentiments se matérialisent sous forme de noeuds énergétiques et on peut les manipuler pour manipuler les sentiments (même si on n’y pense pas forcément sur le coup). C’est hyper intéressant de constater comment un changement de dynamique ou d’emplacement dans le corps modifie le ressenti psychique. Par exemple les boules d’angoisse, quand je parviens à changer le ressenti de contraction en ressenti d’expansion, ça devient une euphorie de dingue, à en crier à tue-tête. Mais aussi, selon qu’on les ressente dans le ventre, la poitrine, l’utérus, ça donne des nuances infinie de haine et de désespoir, magik
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#16
Je passe mon tour..
#17
non c'est la scène d'une mémé en téléférique...
         l'Historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
#18
(21/11/2022 16:16)DissoHead a écrit :
Je passe mon tour..


Ouvre un topic dédié directement ou un blog, t'auras pas mal de lecteurs je pense.

Perso ça m'est déjà arrivé de me réveiller couvert de peinture avec aucune idée de ce que j'avais fait + mon PC au frigo + un écran sous la douche mais à pars ça j'ai toujours très bien gérer mes conso d'etizolam Upside_down
GALA GALA

"Il y eut une fois, dans un recoin éloigné de l'univers répandu en d'innombrables systèmes solaires scintillants, un astre sur lequel des animaux intelligents inventèrent la connaissance. Ce fut la plus orgueilleuse et la plus mensongère minute de l' "histoire universelle". Une seule minute, en effet. La nature respira encore un peu et puis l'astre se figea dans la glace, les animaux intelligents durent mourir. - Une fable de ce genre, quelqu'un pourrait l'inventer, mais cette illustration resterait bien au-dessous du fantôme misérable, éphémère, insensé et fortuit que constitue l'intellectuel humain au sein de la nature. Des éternités durant il n'a pas existé ; et lorsque c'en sera fini de lui, il ne se sera rien passé de plus. Car ce fameux intellect ne remplit aucune mission au delà de l'humaine vie. Il n'est qu'humain, et seul son possesseur et producteur le considère avec pathos, comme s'il renfermait le pivot du monde". 
#19
Putain les black-out de benzo ça donne de ces histoires… je connais une meuf qu’a l’habitude de « ranger » son appart sous zolpidem, ça fait une drôle d’impression au réveil
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#20
J'ai failli me jeter du bateau où je vivais en plein hole de dxm une fois. Je doute que j'aurais su nager.

En black-out d'alcool j'ai traversé le périph en courant. Puis quand on m'a ramené chez moi en voiture j'ai essayé de descendre sur l'autoroute à 100km/h. Mais bon je venais de passer la nuit à hurler que notre espèce était foutue et qu'on allait tous crever donc j'imagine que c'était dans la continuité.
Tu es nouveau et tu ne peux pas poster de topic ou envoyer de MP ? => Consulte la FAQ
_____________________________
La psychologie, c'est faire l'exégèse des étoiles.
La spiritualité se trouve là où cesse le commentaire, à la racine du silence.
Nomadic Warmachine
#21
(21/11/2022 11:28)Beetlejuice a écrit :
Salut, c'est normal ce que tu as eu, je vais essayer de te l'expliquer le plus simplement.

Ta fais "rejaillir" un traumatisme de ton enfance et généralement quand on est assez conscient (ça arrive aux gens qui méditent, contemple ou font des séances d'hypnose) mais aussi aux gens qui prennent des drogues, parfois. 
Quand tu es assez conscient de ton corps, tu ressens le traumatisme sous forme de pression/boule/blocage/douleur (plusieurs façon de le ressentir) généralement ce traumatisme est coincé à une partie précise de ton corps (exemple plexus solaire ou gorge) mais toi tu as pu l'a déplacer.

Ce qui t'aurait guéri de ce traumatisme aurait été de le ressentir à fond, (fermer tes yeux et rester avec la sensation en essayant d'aller l'a chercher, l'accompagner avec bienveillance), en ayant au bout de la sensation, c'est à ce moment la que les souvenirs vont jaillir et tu devras rester avec aussi. 
Ensuite le traumatisme disparaîtra car tu l'aura vécu avec présence. 

Tu peux aussi le faire sortir de ton corps (car tu savais déplacer la boule) mais ça je n'ai jamais fais seul, je sais juste que des professionnels peuvent aider à ça. 

Souvent les gens appellent ça l'enfant intérieur (c'est une image) mais en gros l'enfant/ado que tu as été a subit des traumatismes divers avec la scolarité, la famille, des inconnus... on a tendance à les oublier (par mécanisme de défense) sauf que oublier ne nous guérit pas, les traumatismes sont toujours en nous, dans notre corps et subconscient (le corps est lié au mental, si tu ne me crois pas, pense à une fantaisie sexuelle et voit la réaction de ton corps). Cet enfant intérieur il revit constamment les traumatismes et c'est pour ça que l'on est pas épanoui dans la vie ou qu'on a des tensions dans le corps voir blocages pour certains. 

Notre travail c'est d'aider l'enfant intérieur en communicant avec lui, au fur et a mesure qu'il regagne confiance en toi, il va te dévoiler les traumatismes qu'il a vécu et toi tu devras rester avec ce qu'il te fait voir sans essayer d'éviter la scène, être présent et bienveillant avec l'enfant. 


Ca sonne un peu bobo / spirituel mais c'est imagé pour vous amener à comprendre comment guérir de vos blessures émotionnelles.


La vision de l'enfance que j'ai eu, oui c'est certainement un trauma ou les restes d'une peur infantile qui s'est mal passée. D'ailleurs ce n'est pas anodin si c'est arrivé dans les même conditions: dans le noir, en essayant de dormir malgré une angoisse.

Je pense que parfois quand on est dans une telle angoisse des reflexes et des peurs infantiles ressurgissent parce qu'on se sent autant désemparé qu'un enfant pourrait l'être.
Et vu que l'être humain à une mémoire de dingue concernant les traumas ou les peurs...

En ce qui concerne la boule d'angoisse que je pouvais déplacer rien à voir. C'est le cannabis qui m'a toujours donné des effets de ce style. Je les ressent un peu si je fume peu et beaucoup trop si je fume trop.

(21/11/2022 11:39)Sorence a écrit :
Citation :je sentais une énorme boule d'angoisse et d'adrénaline dans mon corps, je pouvais la déplacer ou je voulais. Quand ça devenait insupportable dans les mains, je la déplaçais dans mes jambes ou mes pieds.

C’est l’un des rares effets que je kiffe avec le cannabis, l’énorme suggestibilité émotionnelle-somatique qu’il entraîne. Les sentiments se matérialisent sous forme de noeuds énergétiques et on peut les manipuler pour manipuler les sentiments (même si on n’y pense pas forcément sur le coup). C’est hyper intéressant de constater comment un changement de dynamique ou d’emplacement dans le corps modifie le ressenti psychique. Par exemple les boules d’angoisse, quand je parviens à changer le ressenti de contraction en ressenti d’expansion, ça devient une euphorie de dingue, à en crier à tue-tête. Mais aussi, selon qu’on les ressente dans le ventre, la poitrine, l’utérus, ça donne des nuances infinie de haine et de désespoir, magik


Je sais pas ce que t'en pense mais de ce que j'ai pu observer je trouve que les femmes ont moins d'effets négatifs anxiogènes avec le cannabis que les hommes.
Peut être le fait d'être plus fortes ou plus habituées à gérer l'émotionnel.
Prolo des accords de 13ème

"Ostinato ergo sum"

Sandman je gagne en aigreur ce que tu gagnes en sagesse. Tu veux pas me filer de tes anti-dépresseurs ?
Sorence, 2022

amicale du pc a écrit:
faire du nihilisme contre la science par de la pseudo-science est pire... Autant laisser la science tranquille alors...
#22
Citation :C’est l’un des rares effets que je kiffe avec le cannabis, l’énorme suggestibilité émotionnelle-somatique qu’il entraîne. Les sentiments se matérialisent sous forme de noeuds énergétiques et on peut les manipuler pour manipuler les sentiments (même si on n’y pense pas forcément sur le coup). C’est hyper intéressant de constater comment un changement de dynamique ou d’emplacement dans le corps modifie le ressenti psychique. Par exemple les boules d’angoisse, quand je parviens à changer le ressenti de contraction en ressenti d’expansion, ça devient une euphorie de dingue, à en crier à tue-tête. Mais aussi, selon qu’on les ressente dans le ventre, la poitrine, l’utérus, ça donne des nuances infinie de haine et de désespoir, magik

Incroyable , j'ai l'impression que je comprend parfaitement ce que tu veux dire mais alors j'ai jamais trouvé de mots pour l'exprimer . Mais oui je l'utilise énormément comme ça et c'est aussi pour ca que j'aime autant moi qui ressens toujours des boules d'anxiété sobre en apprenant a maitriser le truc...ça deviens fort addictif
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

#23
Citation :Je sais pas ce que t'en pense mais de ce que j'ai pu observer je trouve que les femmes ont moins d'effets négatifs anxiogènes avec le cannabis que les hommes.
Peut être le fait d'être plus fortes ou plus habituées à gérer l'émotionnel.
 

Bah du coup j’en pense que je suis pas d’accord x) quand je dis que la malléabilité est un des rares effets que je kiff avec le cannabis, c’est qu’en dehors de ça, je fais littéralement des crises d’angoisse à chaque fois. C’est juste qu’a force de subir je me suis mis à jouer avec ^^
Une piste c’est que les femmes soient mieux habituées à gérer socialement leur anxiété quand elle arrive. En mode « ok ça va pas mais on va faire comme si »
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#24
(21/11/2022 22:05)Mr Sandman a écrit :
Et vu que l'être humain à une mémoire de dingue concernant les traumas ou les peurs...




Oui et ça va plus loin, la réalité c'est qu'on oublie rien. Tu peux réaliser ça par toi-même avec l'expérience. 
Tu peux avoir accès a n'importe quel souvenir, cela demande juste de regarder plus souvent à l'intérieur (observer le penseur) ce mot est un pointeur, ça va plus loin que "le penseur" mais commence par observer le penseur quelques minutes par jour et avec assez de temps tu verras. 

Si peu de gens sont conscients de ça a notre époque c'est parce-que on est constamment entrain de courir à gauche et à droite, voir des amis, travailler, acheter, se distraire, jeux-vidéos, films, internet, musique, drogues, sports... Absolument tout ce qu'on fait est extérieur et même quand on va dormir sans musique/distraction, on est perdu dans nos pensées/scénarios et images mentales sans même s'en rendre compte (il faut passer de l'autre côté pour réaliser à quel point on est inconscient avant de dormir) 

Rien de mal à tout ça mais par contre si on fais tout ça sans jamais se laisser 10 - 30 minutes par jour seul dans le silence à explorer qui on est vraiment, là on passe à côté de quelque chose... et surtout on vis sa vie inconsciemment un peu comme un robot. 

Et surtout tu es la personne la plus importante de ta vie, les gens vont passer et partir, toi tu seras toujours avec toi jusqu'a la mort.. du coup ce serait peut-être bien de commencer à explorer qui est ce "toi" car tout passe à travers ta conscience, pas celle d'une autre personne.


Topics apparemment similaires...
  Ce que vous avez perdu Jampearl 46 6,786 27/05/2021 17:14
Dernier message: Tridimensionnel
  "Avez-vous quelque chose de plus fort ?" TRAB 8 1,464 15/11/2020 18:52
Dernier message: Trickster
  avez vous déja essayé ? ewok95 5 2,145 29/01/2012 20:24
Dernier message: 5tr4t0
  Vous avez une idée sur ce que c'est?? adrenochrome 6 5,834 12/01/2011 21:08
Dernier message: StrangeDays
  Quels prods avez vous essayés (inventaire de soi-meme) phatass 1 1,877 17/08/2009 21:39
Dernier message: Ipom
  Quels prods avez vous tapez cette semaine? phatass 9 3,118 03/03/2009 22:47
Dernier message:
  Avez vous déjà pensé "Ok, cette fois j'vais crever" ? 26 7,729 18/11/2008 14:20
Dernier message: pouet
  Pillules sans BZP vous avez testé? Vous en pensez quoi? kukuya34 14 5,468 11/06/2008 17:18
Dernier message: ecstaz
  avez vous commandé sur shayaanashop?? Tink 14 5,384 05/02/2006 20:52
Dernier message: initial



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.