S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Les problèmes de filles

#1
Bon, j'ai bien vu que les gonzesses n'étaient pas en majorité dans le coin, mais je me dis (et j'espère) que je ne dois pas être la seule à m'être un jour posé ce genre de questions. Et puis ça peut toujours intéresser les mâles aussi !
J'espère que le sujet n'a pas été déjà abordé, j'ai cherché mais je n'ai rien vu...


Alors voilà: depuis que j'ai commencé à consommer divers psychotropes, je me suis régulièrement posé des questions relatives aux effets pas cool de ces substances, et particulièrement en ce qui concerne ce qui est "réservé" aux filles.
Au fil de mes recherches, je suis tombée sur un sujet de psychoactif dont le premier post était prometteur, mais bon, le "public" n'étant pas le même qu'ici je n'ai pas vraiment eu toutes mes réponses...


Petit exemple pour entrer dans le vif du sujet: personnellement, dès que je bois un poil trop, bah paf ! Sécheresse vaginale. J'ai beau être excitée à mort, dès que quelque chose s'introduit dans mon vagin, j'ai plus l'impression d'avoir une rappe à fromage entre les pattes qu'autre chose. J'ai remarqué que ça m'arrivait aussi régulièrement sous psychotropes, et comme il est bien connu par exemple que sous MD les mecs peuvent avoir des petits soucis, je me suis dit que ça n'était pas totalement impossible que ça joue pour nous aussi.
Du coup je me demande: le problème vient de moi ou certains psychotropes peuvent jouer là dessus ? Si ça ne vient pas de moi, lesquels sont susceptibles de me faire utiliser mon stock de lubrifiant ou non ? (Genre sous 2C-E, j'ai le souvenir d'un moment où j'aurais pu me couper un bras en échange d'une partie de jambes en l'air, ben c'était un peu le Sahara hein...)


Autre chose qui me passe par la tête: il m'est déjà arrivé d'oublier ma pilule. Du coup, je me suis demandé quelles substances étaient à bannir en cas de grossesse, s'il en existait des non nocives pour un fœtus, ce genre de trucs quoi. J'ai de vagues souvenirs de cours de pharmaco sur les effets tératogènes de certaines drogues, mais d'une mes souvenirs sont flous et de deux mes cours étaient loin de traiter de tous les psychotropes connus (genre les DC-x, je n'ai aucune idée des effets qu'ils pourraient avoir).
Bon, finalement l'oubli de pilule n'a pas eu de conséquence donc la question ne se pose pas tout de suite pour moi, mais c'est toujours intéressant à savoir.


Je me demandais ce qu'il en était aussi des problèmes gynécologiques, éventuellement s'il existait des trucs qui pouvaient mettre en péril notre fécondité ou qui sont à éviter pendant l'allaitement, qu'est-ce qui peut foutre le bordel dans notre cycle hormonal, ...


Donc voilà, en gros je me disais que si moi je m'étais déjà posé ces questions, ça devait être le cas d'autres personnes. Étant donné que je trouve ça un peu compliqué de trouver des réponses, ça pourrait être sympa qu'on s'échange nos questions/réponses/expériences...
#2
Très bonne initiative, ce topic. :thumbsup:

Pour ce qui est de la sécheresse vaginale, un tas de prods peuvent avoir ce genre d'effets, d'où l'utilité du lubrifiant placé dans les kits sniff que distribuent certaines assoc's. Toujours utiliser du lubrifiant à base d'eau plutôt que gras, surtout lors de rapports protégés, parce que la vaseline diminue par exemple l'efficacité des préservatifs...

Peut-être devrais-tu songer à changer de moyen contraceptif si tu oublies régulièrement ta pilule? En tant que lesbienne je me sens pas très concernée et suis pas vraiment au courant des dernières nouveautés en la matière, mais je crois qu'il existe des implants à garder trois ans, des anneaux vaginaux, des injections trimestrielles d'hormones contraceptives, ... bref différentes solutions pour les distraites. Quoi qu'il en soit, sache qu'en cas de grossesse, aucun prod n'est bon pour le foetus, (à ma connaissance en tout cas) ils passent tous la barrière placentaire.

Les opiacés sont connus pour foutre le boxon dans le cycle menstruel ... J'ai jamais rien remarqué de notable à ce niveau pour les autres prods. Si ce n'est qu'avoir ses règles la semaine de Dour - ou de tout autre événement se déroulant dans des conditions d'hygiène qui laissent autant à désirer - c'est pas cool. Genre va-t-en estimer le moment adéquat pour changer ton tampon alors que t'es en pleine montée de trip et descente d'ecsta dans une Cathy Cabine qui pue la mort et déborde littéralement de merde ... (amis de la poésie, bonsoir !)
#3
Niveau pilule, c'est ultra rare que je l'oublie... En fait, la dernière fois que j'ai eu un souci de ce genre c'est que, complètement bourrée, j'ai décidé de me faire vomir sans réaliser que j'avais pris ma pilule une heure avant. Et j'y ai pensé genre une semaine après... Braiph, depuis je ne me fais plus vomir x)
J'y ai pensé à changer de moyen de contraception, mais j'ai un peu de mal avec ce qui est "à long terme". je suis bizarre hein, mais j'aime savoir que si tout d'un coup je veux arrêter mon moyen de contraception, je peux. Et la pilule a un avantage: si en cas de règles qui tombent sur un festoche, j'ai toujours la possibilité d’enchaîner deux plaquettes pour les décaler. C'est pas conseillé de le faire trop souvent, mais c'est bien utile Happywide

Niveau cycle menstruel, j'avais lu que la MD pouvait le perturber ( http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/cata...df/446.pdf ). C'est déjà arrivé à une connaissance d'avoir un putain de retard alors qu'elle ne consommait que alcool et MD, mais vu son rythme de vie à l'époque, je ne demande si les risques qui sont associés à la MD ne sont pas plus dû au fait que ça fatigue le corps en général si on en abuse qu'à un effet plus direct de la molécule sur notre cycle...

Pour ce qui est de la grossesse, je me doute bien qu'il est plus que conseillé de ne rien consommer. Quand on sait qu'avec beaucoup de malchance un seul verre d'alcool pendant certaines périodes de la grossesse peut empêcher le cerveau du foetus de se développer, on voit bien à quel point c'est pas raisonnable de consommer quoi que ce soit... Mais je me demandais surtout s'il y avait des substances vraiment-ultra-méga-dangereuses. Même si toutes passent la barrière placentaire, elles ne doivent pas toutes avoir le même degré de nocivité.
Bon, de toute manière si je tombe enceinte un jour je ne compte pas consommer quoi que ce soit hein, mais ça m'intrigue.
Et puis, admettons: je tombe enceinte sans que ce soit prévu, je m'en rends compte au bout de deux mois. Ok, j'arrête mes consos, mais en deux mois j'ai eu le temps d'intoxiquer le gosse. Or, si par exemple il existe une molécule qui a 50% de "chances" d'avoir des conséquences lourdes sur le gamin, je ne pense pas que je le garderais. ('fin en vrai ce serait sûrement un peu plus compliqué, mais tu vois le truc quoi)
#4
C'est pas que ta secheresse vaginale m'interesse pas mais ca

Citation :Du coup, je me suis demandé quelles substances étaient à bannir en cas de grossesse

ca me choque un peu, je dirais toutes
If your head is too open your brain falls out
#5
+1 ouroboros

Ben ouai, rien que les médoc (pas tous hein) ou le café faut éviter aux maximum alors les drogues, ouch !
#6
Ouais 'fin bon, faut aussi éviter le poisson cru, la pollution, les croûtes de fromage, les charcuteries, le stress, les contrariétés, les régimes, le thé, ... Bref, y a moult choses à éviter pendant la grossesse. Et si on se prive de tout, au final on est frustrée et c'est pas bon Happywide

Bref, comme je l'expliquais plus haut, le but de la question n'est pas de savoir ce qu'on peut consommer "sans risque", mais plutôt d'avoir une idée de la toxicité plus ou moins élevée en fonction des produits. Encore une fois, je le répète: si je tombe enceinte je ne compte consommer de psychotropes, ça relève du bon sens pour moi aussi. Mais c'est pas parce que ça nous semble logique de ne pas consommer qu'il n'est pas intéressant d'avoir des informations à ce sujet...
Par exemple, je lisais qu'en cas d'addiction sévère à certaines substances, le fait d'arrêter direct de consommer provoquait une fausse couche. Dans ce cas, il est donc conseillé de réduire sa consommation, et le bébé est sevré à la naissance (mais n'a en général pas d'autre problème qu'un faible poids). Par contre, peut-être qu'une autre substance va direct flinguer le cerveau du foetus, ou arrêter la croissance de ses muscles, ou je ne sais quoi d'autre...

Bref, je pense qu'il peut y avoir pas mal de situation dans lesquelles il peut être important de savoir dans quelles mesures telle ou telle substance agit sur le foetus. Dire que "faut pas prendre de drogue", ça parait logique mais ça ne fait pas avancer le problème. C'est un peu comme le fait que certains états ne mettent pas de seringue à disposition des tox' parce que "faut pas se droguer", si vous voyez où je veux en venir...
#7
Pas mal ce topic, là comme ça j'ai pas d'incidents vaginaux à partager mais ça viendra peut-être :ninja:. Par contre ta question sur la grossesse m'intéresse, j'ai une pote qui a découvert qu'elle était enceinte environ 2mois après, 2mois durant lesquels elle a consommé du lsd, de la coke, de la MD, et beaucoup de THC (fumeuse quotidienne), là elle est enceinte et apparemment le bébé se porte bien, donc ben il a survécu mais va savoir les conséquences que ça va avoir par la suite. Je sais que les fumeuses de joints qui continuent durant leur grossesse (et franchement j'en ai vu pas mal) "condamnent" leurs rejetons à de l'anxiété et des insomnies vers les 8-10 ans et souvent pendant toute l'adolescence (faut que je retrouve le lien, true story) mais pour les autres substances aucune idée. Ah, et pour la pilule demande cash à ta gynéco s'il y a des interactions dangereuses, vu que c'est déjà pas terrible de fumer des clopes + prendre la pilule y a ptetre danger avec les prods. Ou pas.
"We obey people we don't trust, to buy things we don't need, to impress people we don't like, using money we don't have, for gratifications that don't last, killing animals we don't hate, for pleasures that don't satisfy, dreaming of a life we don't deserve, and praying for an afterlife that doesn't exist : we are a stupid species"
Philip Wollen
#8
Grof et Hoffmann précisent bien que le LSD, pourtant l'une des plus clean de toutes les drogues, est à proscrire en cas de grossesse, parce qu'il peut provoquer des contractions de l'utérus et donc une fausse couche (note: l'ergot de seigle est un abortif puissant utilisé depuis des lustres).

Sinon, le topic est ma foi passionnant, on a pas l'habitude de rentrer dans l'intimité des filles de cette manière-là... c'est fort instructif.
#9
Shankara, pour ce qui est de la grossesse, j'ai trouvé ça: effets des substances psychotropes sur la femme enceinte
Je ne sais pas ce que ça vaut, mais ça doit donner une idée des risques déjà. Après, comme toi j'avais entendu parler des risques de troubles du sommeil et d'anxiété chez les enfants dont la mère a consommé pas mal de cannabis pendant la grossesse, et ici ils n'en font pas mention, du coup c'est peut-être pas super complet...

Limite j'hésite à contacter mes anciens prof de neurobio/pharmaco pour leur demander s'ils connaissent des études approfondies sur le sujet.

Et Styloplume, merci de l'info, j'étais pas au courant.


(purée, j'avais même pas pensé à l'interaction pilule/drogue alors que je savais que c'était déjà pas conseillé avec du tabac... du coup va falloir que j'en cause à un médecin/gynéco ouais !)


edit: en cherchant "psychotropes tératogènes", je suis tombée là dessus: http://mon.univ-montp2.fr/claroline/back...eq=L2L3ETM
Je n'ai pas le temps de tout lire là, je n'y ai jeté qu'un rapide coup d'oeil, mais après une grande partie consacrée à l'alcoolisme foetal, puis au cannabis et au tabac, il est aussi question des psychostimulants.
Idem, pas le temps de regarder les autres résultats que Google me donne, mais à vue de nez il peut y avoir des trucs intéressants... J'essaye de lire tout ça demain Smile
#10
Concernant les éventuels ou démontrés effets tératogènes des substances psychotrope, je pense que ni Ouroboros ni Lullaby n'a entièrement raison sur le sujet, au risque de choquer les gens qui défendent mordicus l'abstinence de toute drogue + poisson cru & co.
A mon avis cela dépend amplement de la pharmacologie de chaque substance.

D'une part on a les cas hélas trop nombreux des bébés malformés à la naissance du fait de la consommation excessive d'alcool par leur mère durant la grossesse, de même qu'il faut sevrer à leur naissance les bébés dont les mères ont usé et abusé d'opioïdes.

Dans un second temps, il me semble que nous sommes tous là, et que nos ancêtres lointain ont pu user de datura (très en vogue au moyen-âge by the way, décidément cette période de l'histoire est bien sombre), de champis, d'iboga, d'ayahuasca, suivant les régions du globe. De même ça m'étonnerait franchement que les femmes enceintes il y a un siècle et demi de tout ça eussent renoncé au fromage, jambon mal cuit, poisson cru (sérieusement au Japon ça m'étonnerait vraiment qu'il s'en privent, même maintenant).

Cependant si ma tendre et chère venait à tomber enceinte je la découragerai le plus possible d'user (et encore plus d'abuser) de substances connues pour leurs effets tératogènes.
=>Not For Human<=

On ne peut être fier que de ce qu'on a choisi

#11
Sérieux moi je trouve que se tenir à distance des chats et avoir peur de manger du poisson pendant la grossesse c'est pfffff.
En fait certains risque qu'on prend d'habitude sont toujours présent, quand une femme est enceinte elle prend ces même risques aussi pour son bébé (et c'est un peu plus délicat, ok).
Donc c'est bien d'être un peu plus prudent que d'habitude, mais faut pas en faire tout un fromage ! (mieux vaut le manger)
Le plus important dans la vie -pendant la grossesse notamment- c'est d'être détendu du string et attentif à ce qu'il se passe.
C'est un secret pour personne (j'espère).

C'est sûr que pour une fille qui a tendance a abuser des drogues ça semble être raisonnable de calmer le jeu.
Moi j'aimerais bien faire tester gentiment les psychédéliques à mon ex à l'occaz (plutôt réfractaire) mais là elle est enceinte et ça ne me viendrait pas à l'idée de lui proposer quoi que ce soit !
Par principe de précaution et puis aussi parce que psychiquement ça peut perturber et que "rien que ça" c'est pas une bonne chose.
(Je ne dis pas que c'est bien de proposer des psychés aux gens réfractaires, que ce soit bien clair, mais dans son cas, pour qu'elle ouvre un peu les yeux une légère dose de DMT serait peut-être pô mal)

[edit]Sinon le plastique c'est fantastique, la capote peut éviter pas mal de soucis X ou Y.
Pour finir je trouve super cool d'avoir ouvert ce sujet et c'est très bien de pouvoir parler de ses prises de drogues à ses médecins.
#12
Je rapporterai ce que je connais, passé une certaine fréquence le GBL peut provoquer (en tout cas chez ma copine) des perturbations du cycle menstruel. Genre des absences de règles (ça fait flipper^^), ou alors des règles bien fortes la fois d'après. Mais bon ça je pense que c'est vrai pour la plupart des produits consommés a outrance, ça dérègle ces chères petits bouts de femmes Smile

Pour ce qui est des bébés et de la femme enceinte, on imagine facilement quel dégâts cela peut former quand une substance bien psychoactive arrive dans le cerveau pas encore bien formé d'un foetus, déjà qu'on interdit l'accès au mineur sur le forum... C'est pas Stan Groff qui vous dira que la vie intra-utérine ne compte pas dans le développement psychique d'un individus!

Citation :Sinon, le topic est ma foi passionnant, on a pas l'habitude de rentrer dans l'intimité des filles de cette manière-là... c'est fort instructif.

Tout pareil Smile
#13
Styloplume a écrit :
Sinon, le topic est ma foi passionnant, on a pas l'habitude de rentrer dans l'intimité des filles de cette manière-là...



C'est vrai que d'habitude on y rentre différemment Haha. Ok pardon, je sors, sujet sérieux, poisson cru, bébés toussa.
#14
Perso, j'suis d'accord qu'il faut pas non plus plus rien bouffé.. Mais faut pas oublier, que déjà la y'a des problèmes de fertilité, au moyen age ils avaient pas de contraception, et leurs ovaires/spermatozoïdes étaient efficaces, alors qu'aujourd'hui les mecs ont des PCs portables sur les couilles toute la journée, du coup plus de spermatozoïdes et les nanas bouffent des hormones (pilules) toute la journée, qui arrêtent et dérèglent les ovulations... Donc bon hein je suis un peu plus mitigée que vous les gars là.

Sinon au niveau des médocs, a part les trucs qui sont peu métabolisés, et qui sont éliminés easy (pas par les reins de pref) ont peu rien utiliser pour les femmes enceintes. Les fonctions hépatiques, rénales, digestives sont modifiées, donc si le foie patauge déjà, et que les reins sont pas loin, n'importe quel prod à élimination rénale peut tout faire partir en cacahuète. (euh j'suis pas sure d'être claire mais bon).

Bon je le disais dans un autre topic mais perso les méthylone donne le sahara dans ma culotte (et sans désir) et j'ai aussi des retards de règle si j'en prend juste avant mon cycle, bon le GBL en général c'est méga l'inverse (j'espère que c'est pas une info pour vous) et laisses tomber pour les poils et autres joyeusetés gérées par les hormones ^^
#15
Rien à dire de plus, à part éviter les drogues en cas de grossesse, surtout les opi et l'alcool.
Et j'ai aussi remarqué des retards de règle pour ma part...
Tout n'est que vibration. L'AAAAmour...

#16
Retard de règles suite a plusieurs consommation de stim' ? ma copine aussi a se genre de problème, j'me demandait justement..
Aco une lichette ?
#17
Bah m'oui, après plusieurs enchainement de MdMa jusqu'à que ça m'en dégoute. Des retards de 5 jours à 1 semaine tout au plus. En fait faut pas stresser, parce qu'apparemment, plus on stresse et moins les anglais débarquent ! Un peu comme avec le LSD, plus t'attends la montée, plus elle prend du temps à arriver héhé.
Tout n'est que vibration. L'AAAAmour...

#18
Je m'étonne même qu'un topic du genre n'existait pas auparavent ! Très très bien, surtout que je me posais les mêmes questions (à titre d'info) Smile Même si c'est paradoxal, je m'abreuve de vos histoires de sécheresse.

La thématique drogues et spermatozoïdes a-t-elle déjà été abordée d'ailleurs ? Il me semble que ça peut avoir un impact sur leur qualité et quantité selon la substance. Mais là je suis HS du coup ...
Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être un homme.
#19
@ Acidbuzz : je sais que la fumette diminue d'un tiers la production de spermatozoïde Upside_downshockSmile mais l'effet n'est pas irréversible donc en faisant une pause ça revient à la normale. Pour les autres subs aucune idée par contre...
"We obey people we don't trust, to buy things we don't need, to impress people we don't like, using money we don't have, for gratifications that don't last, killing animals we don't hate, for pleasures that don't satisfy, dreaming of a life we don't deserve, and praying for an afterlife that doesn't exist : we are a stupid species"
Philip Wollen
#20
Yep, ça explique le manque de pression dans la fontaine certains jours Smile
Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être un homme.
#21
schtroumpfette a écrit :
Pour ce qui est de la sécheresse vaginale, un tas de prods peuvent avoir ce genre d'effets, d'où l'utilité du lubrifiant placé dans les kits sniff que distribuent certaines assoc's. Toujours utiliser du lubrifiant à base d'eau plutôt que gras, surtout lors de rapports protégés, parce que la vaseline diminue par exemple l'efficacité des préservatifs...



Le gel à base de silicone, genre Concept S est une bonne alternative.
#22
Post inutile pour dire que juste hier soir je me disais qu'il faudrait commencer un sujet du type vu que je me posais les mêmes questions, puis je rentre et en fait, c'est fait :lol: GG.

(putain un tiers pour la fumette, quand même... Bon tant que c'est pas irréversible :ninjaSmile
#23
C'est bien ce topic ca permet de localiser les membres feminin. ( c'est quand meme la fete de la saucisse ce forum, ahui et des psychologue aussi )
If your head is too open your brain falls out
#24
Bon, je reviens dans le coin parce que je me pose (encore) une question.

Hier j'ai pris du 6-APB et un peu de MD, et aujourd'hui tadaaa ! Pertes de sang alors que j'en suis au milieu de ma plaquette de pilule. Il y a quelques mois ça m'était déjà arrivé après avoir un peu abusé de la MD. Du coup je me suis demandé à quoi ça pouvait être dû, sachant que non, je n'ai pas oublié de pilule. Là où ça me fait un peu flipper, c'est que je ne vois pas vraiment d'explication plausible autre que "la MD peut altérer les effets de la pilule". J'ai essayé de me renseigner là dessus, sauf qu'en fonction des sites les infos se contredisent (et pour cause, à priori aucune étude sérieuse n'a été faite là dessus).

Je compte bien en causer à mon médecin, m'enfin si quelqu'un pouvait me donner une autre explication ou m'expliquer comment ça pourrait annuler les effets de la pilule, ça m'intéresserait !
#25
Mon avis, aucunement scientifique, basé simplement sur le fonctionnement des femmes que j'ai connu et qui prenaient des prods:

La MD, la coke, n'annule pas les effets de la pillule, sinon je serais surement père d'une colonie de vacances^^. Par contre oui, ça peut les décaler, sachant qu'une fréquence de nuits blanches peut à elle toute seule le faire, moi cela ne me surprend pas. Chez certaines, un simple changement de rythme de vie peut en être la cause ( partis en corse 3 semaines cette année, ma femme ne les a pas (ou presque) eu, nuit presque blanche sur le bateau? Effet psychologique du camping? J'en sais rien, mais en rentrant tout est redevenu normal).

Concernant la prise de produits pendant la grossesse, je pense que c'est a exclure completement, si la femme est addict, bin c'est con a dire mais je pencherais plutôt pour le sevrage avant. J'ai connu plusieurs histoires de fausses couches (a priori) à cause de cela.

Ma femme, elle même, dit avoir vécu de sales histoires dont les produits seraient responsables, aucune preuve médicale, mais quand une femme ressent ce genre de chose, j'ai tendance à la croire (instinct, écoute de soi même). Résultat des courses, pendant son premier mariage, elle a connu, fausses couches et un mort né (pas très fun pour une femme, ça poursuit toute la vie). Je sais très bien qu'au fond de sa tête, elle culpabilise un peu du manque de capacité à la concentration d'un de ses enfants, j'ai tendance à dire qu'il ne faut pas psychoter non plus, vu qu'elle n'a jamais été une grande consommatrice, mais cette idée restera toujours là, je ne pourrais jamais l'enlever complètement (concernant celui ci, elle n'a plus rien pris à partir du moment ou elle a su qu'elle était enceinte, mais entre la conception et le moment ou elle l'a appris.....là persiste un doute).

Tout ça pour dire que c'est pas un simple risque sur l'instant et pour certains profils psychologiques, si il ya le moindre petit pepin cela peut avoir des effets désastreux définitifs sur la femme et que cela n'en vaut pas la chandelle. Si vous vous droguez protégez vous de façon la plus sure (capote), ou arrêtez les prods. C'est mon avis......

Concernant le THC, il ya des études contradictoires (les études et la drogue, souvent information/ désinformation, on ne sait plus quoi penser au bout), ma première femme avec laquelle j'ai eu 2 enfants fumait beaucoup, évidemment c'était ma femme^^. Le docteur lui a dit de diminuer très très fortement, mais que si le stress devait s'en mêler valait mieux qu'elle fume un joint très léger, plutôt que de vivre sa grossesse les nerfs en pelotte. aujourd'hui mes filles ont 15 et 13 ans, dorment très bien, sont zens, et ont des résultats remarquables à l'école, toutes les deux entre 16 et 18 de moyenne (la grande a même eu son brevet avant même de passer l'examen et a obtenu mention "très bien", la petite fait les devoirs de la grande pour s'amuser :OoSmile.

Concernant la lubrification, peut être que certains produits la stoppent de façon mécanique, moi je n'en connais pas.

Coke, speed, MD, THC, LSD, alcool, rien vu de tel, je ne connais que très peu les RC, plutôt les drogues "classiques", donc je ne serais pas catégorique. Il faut savoir que la dite lubrification est très psychologique, donc, comme pour l'érection, une simple suggestion ou crainte peut évidemment être la cause de sécheresse. SI on va par là, une femme qui se dit que faire l'amour sous produit peut, peut être, influencer les qualités vitales du fœtus (directement par les spermatozoïdes ou l'ovule), pourrait provoquer une barrière psychologique.

Le plaisir, la lubrification de la femme a beaucoup trop été délaissé par la médecine (machisme de la société et de l'ordre des médecins), nous n'en savons encore malheureusement pas assez. Quand je pense que certains médecins remettent encore en cause "l'éjaculation féminine" (j'aime pas trop ce terme , c'est moche, mais il n'en existe pas d'autre) et que même ceux qui l'acceptent n'en connaissent pas encore exactement l'origine, c'est une honte!
#26
Lullaby a écrit :
Je compte bien en causer à mon médecin, m'enfin si quelqu'un pouvait me donner une autre explication ou m'expliquer comment ça pourrait annuler les effets de la pilule, ça m'intéresserait !


En parler à ton médecin reste la meilleure chose à faire, il faudrait que je le fasse aussi d'ailleurs...
Sinon ça m'intéresserait beaucoup de connaitre la cause aussi. Hier j'en étais à mon 2ème jour de menstruation, mais en ayant pris une micropointe, ça a complètement coupé mon cycle. Plus de sang d'un coup. Ça m'intrigue vraiment cette histoire hum !
Tout n'est que vibration. L'AAAAmour...

#27
Qu'est ce qu'il va te répondre ton médecin? Que tu devrais pas prendre de produits, que oui ça peut jouer sur ton cycle, et qu'il faut continuer a prendre ta pillule comme si de rien n'était.

vous inquiétez pas trop pour ça, et surtout zappez pas votre bonbon quotidien. Je ne suis pas une femme, mais bon, j'en ai 4 à la maison et puis j'entends.

Ma femme viens de lire et confirmer.

PS (plus de 29 ans de règles et quelques kilomètres de traces au compteur la dame^^)
#28
Ben le médecin pourrait éventuellement m'expliquer comment c'est possible. Parce qu'autant je peux comprendre pourquoi un prod peut perturber le cycle menstruel quand on ne prend pas la pilule, autant j'ai du mal à comprendre comment ils peuvent provoquer l'apparition des règles sans que ce soit dû à une moins bonne efficacité de ladite pilule. Logiquement quand on est sous pilule on ne peut pas avoir nos règles tant qu'on ne l'arrête pas (d'autant plus que la mienne est pas mal dosée) puisqu'elle a pour effet d'imiter un premier stade de grossesse en gros. Donc, à part si on oublie sa pilule, pas de règles en cours de plaquette... Après mes connaissances dans ce domaine sont limitées, c'était pas ma partie préférée en neurobio/pharmaco le fonctionnement des contraceptifs, j'ai pas écouté tout ce qu'on a pu m'en dire x)

Bon, ça me rassure un peu quand même que ce soit improbable selon toi (même si ton expérience personnelle n'est pas une preuve, sinon je pourrais dire que coucher avec quelqu'un sans préservatif ne donne pas le sida puisque je l'ai déjà fait et que je ne l'ai pas eu Wink ). ça n'empêche pas que tant que je n'aurais pas d'explication j'utiliserai pilule + capote après une prise de MD, mais au moins je psychote moins !

Wombat, pour le LSD je n'ai pas de réponse non plus, mais vu que je compte prendre rdv dans la semaine je pourrais en profiter pour me renseigner auprès de mon médecin.
#29
Lullaby a écrit :
Bon, ça me rassure un peu quand même que ce soit improbable selon toi (même si ton expérience personnelle n'est pas une preuve, sinon je pourrais dire que coucher avec quelqu'un sans préservatif ne donne pas le sida puisque je l'ai déjà fait et que je ne l'ai pas eu Wink ). ça n'empêche pas que tant que je n'aurais pas d'explication j'utiliserai pilule + capote après une prise de MD, mais au moins je psychote moins !

.



continu, c'est ce qu'il faut faire^^
#30
wombat a écrit :
En parler à ton médecin reste la meilleure chose à faire, il faudrait que je le fasse aussi d'ailleurs...
Sinon ça m'intéresserait beaucoup de connaitre la cause aussi. Hier j'en étais à mon 2ème jour de menstruation, mais en ayant pris une micropointe, ça a complètement coupé mon cycle. Plus de sang d'un coup. Ça m'intrigue vraiment cette histoire hum !

 
Citation :Notre étude confirme l’intérêt croissant porté à l’utilisation de la dihydroergocryptine et de la cabergoline comme alternative à la bromocriptine dans l’inhibition de la lactation, malgré l’absence d’AMM pour ces deux médicaments en France.



Les substances si dessus sont des dérivés de l'ergot de seigle, ils sont utilisés en obstétrique et perturbent la lactation, donc les hormones, donc pas vraiment de surprise que le LSD (étant aussi un dérivé de l'ergot de seigle) puisse provoquer les même trucs!

Cela dit ça explique pas grand chose et j'aimerai bien comprendre les mécanismes aussi, même si des règles, j'en ai pas tant que ça en fin de compte^^!


Topics apparemment similaires...
  L'omnipresence de la drogue dans ma vie et problèmes de consommation. LysergicPoney 18 3,166 18/05/2014 20:35
Dernier message: LysergicPoney



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.