Le topic littéraire, aka "ABDC... Non, merde..."
#1
Bien bien, vu qu'il y a manifestement de quoi faire à ce niveau, j'ouvre ce nouveau topic sur les bouquins, après tout ça a quand même un peu sa place au milieu de tout ce bordel.

Je préviens direct que le premier qui me balance du Harry Potter ou du Twilight aura droit à un nouveau sous-titre bien senti. Par contre, vous pouvez faire un gros post sur Marc Lévy si vous voulez le présenter et le défendre, vu que ça sera déjà plus fun.

Sinon, pareil que sur le topic des ziks, un ouvrage par post pour éviter les grosses listes imbitables. Je sais bien que personne ne respecte cette règle (moi le premier), mais au moins on limite les dégats au maximum en la posant dès le départ.

Allez, je commence (et par autre chose que du Damasio, j'me suis retenu tavu):

Un bouquin qui me faisait de l'oeil depuis plusieurs années, j'suis tombé dessus au hasard y'a trois jours en arrière, et c'est 'achement bien.

[Image: Couverture-La-Part-de-l-autre.jpg]

Tout le livre se base sur le principe de l'effet papillon, ie qu'aurait-il pû se passer si Adolf Hitler n'avait pas été refoulé pour ses 19 ans à l'entrée aux Beaux-Arts. La structure de l'oeuvre enchaine un paragraphe (bien entendu fortement romancé) de l'histoire telle qu'elle s'est déroulée, suivi d'un autre présentant les choses telles qu'elles se seraient passées (selon la vision de l'auteur) si A. Hitler avait été accepté.

On reconnait bien le style de E.-E. Schmitt, ça se lit facilement sans être fade, et s'il y a certains passages contemplatifs, l'ouvrage est bien rythmé, ce qui est essentiel vu qu'on passe son temps à switcher entre deux histoires qui s'éloignent de plus en plus l'une de l'autre.

J'en suis pour l'instant à la moitié, je ferai un compte-rendu définitif une fois au bout, mais pour les amateurs d'uchronie, ce livre présente un intérêt certain, cay du bon mangeay-en
  Répondre
#2
+1
la rencontre d'Adolf avec Sigmund est particulièrement savoureuse.
Citation :Hey psychonaut! Tu vois la paille qui est dans le nez de ton voisin, mais pas la poutre qui est sous le tien!

  Répondre
#3
Platon et son ornithorynque entre dans un bar
La philosophie expliquée par les blagues [Sans blague ?]

[Image: 1271744921103.png]

[url=http://www.evene.fr/livres/livre/thomas-cathcart-et-daniel-m-klein-platon-et-son-ornithorynque-en-35332.php a écrit :Evene.fr[/url]]Résumé du livre:
Une introduction à la philosophie par les histoires drôles, qui s'adresse aussi bien aux néophytes qu'aux plus savants.
Dédié à Groucho Marx, voici un livre singulier qui a connu un succès surprise outre-Atlantique. Si son architecture est on ne peut plus classique (métaphysique, logique, épistémologie, éthique, etc .), sa facture est parfaitement originale. Il s'agit d'une 'vraie' introduction à la philosophie, qui, sur le fond, est tout à fait sérieuse, mais l'argument est constamment illustré par des histoires drôles. Puisant pour l'essentiel dans le registre de l'absurde et de l'humour juif, cet ouvrage est aussi un éloge de la sagesse populaire, qui philosophe souvent sans le savoir.


J'ai beaucoup aimé cet ouvrage, il est accessible à tous. Même mon petit frère (14 ans) a pu le lire et le comprendre sans grosses difficultés.

D'ailleurs les auteurs de ce livre ont sorti cette année un autre livre, qu'il faut absolument que je lise...

[Image: 9782021016215.gif]
(clic sur l'image pour en savoir plus)
"C'est un peu comme mastiquer du métal liquide froid, m'voyez ?"
  Répondre
#4
IIIH un topic sur les livres. Bon, bah moi en ce moment je lis "La Horde du Contrevent" du-dit Damasio, on l'aura compris. Je persiste à dire que ses meufs imaginaires reposent sur un modèle "Barbie aventurière" (dans une certaine mesure, s'entend), mais sinon oui, c'est bien. Et j'arrive à retenir certains personnages sans la liste \o/

Je lis aussi "The Great Shark Hunt", un recueil d'articles de Hunter Thompson. Ce mec est un génie (sérieusement), avec une culture (politique comme littéraire) très vaste et un sens de la formulation (notamment des insultes) remarquable. Le moindre de ses écrits est un régal, jusqu'à sa lettre destinée à sa banque pour se plaindre la couleur de son chéquier, trouvable dans ce bouquin à la traduction nickel (contrairement à celle de "Las Vegas Parano", qui est naze) :

[ATTACH=CONFIG]4757[/ATTACH]

J'ai d'autres bouquins chouettes à présenter, mais je vais me restreindre et pas en mettre quinze par jour. Surtout si je commence à lire les vôtres, j'aurai pas l'temps ("j'ai raté mes études, mais j'ai bien bouquiné <3").
"I've always considered writing the most hateful kind of work. I suspect it's a bit like fucking, which is only fun for amateurs. Old whores don't do much giggling." (H.S. Thompson)
  Répondre
#5
Une nouvelle science de la vie, par Rupert Sheldrake
Vous explique pourquoi la science est limitée quand il s'agit d'expliquer l'origine des formes (comment la forme de la fleur est-elle dévelloppée? La génétique ne peut répondre à cette question) et ca va de l'atome d'hydrogène jusqu'à la télépathie, donc avis aux avides de syncrétisme.
Rupert Sheldrake, avec sa théorie, a vraiment foutu le boxon dans le petit monde des biochimistes.

[Image: 466-6.jpg]

Oui la couverture est plus classe en anglais. Mais c'est traduit.... "Une nouvelle science de la vie".
Allez, en prime la couverture allemande (eh oui, je le lit en allemand, c'est-y pas classe. le titre devient: "l'univers créateur. Rien que ça)

[Image: 193c2195111614d31e03b31e68c67f9e.jpeg]

Ce bouquin va enfin expliquer pourquoi vous avez compris tous vos principes spirituels du genre "le corps du darma est la haie au fond du jardin" en contemplant un scarabée sous LSD! Parce que tout communique au-delà de la matière par le biais des formes! C'est tellement simple, c'est pour ça qu'on l'enseigne pas à l'école, tout le monde peut le deviner.

Bon, vous voudrez la couverture française:

[Image: 41T3Z81DA3L._SL500_AA300_.jpg]

là.
  Répondre
#6
Dans la série "vulgarisation": la philosphie:

[Image: 9782020550765.gif]

D'aucun rirons, ça peut paraitre très scolaire, mais c'est vraiment le "que-sais-je" de l'histoire de la pensée occidentale...
Citation :Hey psychonaut! Tu vois la paille qui est dans le nez de ton voisin, mais pas la poutre qui est sous le tien!

  Répondre
#7
Dans la série "vulgarisation": les mathématiques:

[Image: 9782020427852.gif]

Les mathématiques telles qu'on ne me les avait jamais expliquées en cursus scientifique scolaire...dommage!
Citation :Hey psychonaut! Tu vois la paille qui est dans le nez de ton voisin, mais pas la poutre qui est sous le tien!

  Répondre
#8
Un truc, je souhaiterais qu'on s'en tienne aux romans (qui peuvent tout à fait avoir une portée philosophique explicite), je n'ai rien contre les idées ésotériques (ou non) présentées dans les ouvrages de vos derniers posts, mais si on commence là-dessus on va très rapidement se retrouver avec des débats n'ayant rien à voir avec ce que j'avais en tête à l'ouverture de ce topic.

Notez que vous pouvez tout à fait ouvrir un nouveau topic pour en parler.
  Répondre
#9
Dans la série "vulgarisation": la mécanique quantique:

[Image: 9782746502871.gif]

Pour comprendre que la mécanique quantique, c'est incompréhensible et c'est ça qui est bien!!!

Edit: et oui j'aime bien les bouquins de vulgarisation, qui certes Tiax, on rarement une portée romanesque démesurée donc je m'en tiendrais là!!!
Citation :Hey psychonaut! Tu vois la paille qui est dans le nez de ton voisin, mais pas la poutre qui est sous le tien!

  Répondre
#10
[Image: book.jpg]

Ou comment introduire de la philo par une pure fiction qui a montré la voie à de nombreuses personnes en quête d'absolu et d'eux-mêmes. Je plus que recommande
  Répondre
#11
Je lis ça en ce moment:
[Image: 9782877112642FS.gif]
Elfriede Jalinek, écrivaine qui a également écris la Pianiste (roman quasiment autobiographique porté a l'écran avec Isabelle Huppert). Nobel de littérature en 2004. Un roman super cynique qui rappelle les infortunes de la vertues dans les thèmes. On suit deux exemples de femmes, l'un a suivre et l'autre a ne pas suivre, deux femme luttant pour survivre dans une société absurde et robotique, mais surtout misogyne. C'est extrêmement noir, comme un Cioran dépouillé de tout lyrisme (et de cette lueur d'espoir qui caractérisait l'homme, au delà de l’écrivain). Pas de majuscules, peu de ponctuation, juste un gros crachat amer et névrotique, mais néanmoins assez "comique", dans un style ultra noir. Dans la lignée des grands misanthropes donc, (Thomas Bernhard, Karl Kraus)...
J'promene mon caniche en tapant dedans comme dans une canette. Dans une laverie automatique j'essaye d'enfiler un pantalon comme si c'était une veste. Ici les vautours sont obèses. J'ressort d'un photomaton avec une radio du crane. Les hommes de l'organisation sont déguisés en touristes. Les pigeons sont des drones. Tout ce qui m'entoure est faux. J'me trouve au milieu d'un décors, ou les clochards sont des acteurs, les passant des figurant, les orphelins n'ont pas de nombril. J'suis une odeur de merguez dans une boutique Hermes. Et pendant ce temps la Joconde elle sourit.
  Répondre
#12
Bouquin terminé y'a quelques semaines, retracant la vie de Henry James, que je connaissais pas du tout, par le tres bon David Lodge. Le tout est bien écrit, fluide, on vit vraiment avec James même si on n'est pas toujours ok avec ses idées. En plus, puisque tout est vrai, ça donne une formidable culture sur l'Angleterre de la fin du XIX, et d'autres ecrivains connus font un petit détour dans la vie de James, notamment Wilde, Flaubert, Maupassant ...

Enfin bon je vous le recommande.

[Image: L-auteur-L-auteur.jpg]
  Répondre
#13
Fight Club.
[Image: 9782070422401FS.gif]
Oui le film est connu et est plutôt basé sur une philosophie plutôt brutale, de l'action Holliwoodienne et une morale simpliste.

Mais le livre va, à mon goût, au plus profond des réflexions sur la société capitaliste, le monde en général et les comportements sociaux.
Derrière une histoire de combat, de destruction, d'humour noir se cache une philosophie très intéressante qui peut se résumer en une phrase: S'améliorer soi-même c'est de la masturbation, il faut se détruire soi-même.
Le principe est simple, il faudrait tout détruire et revenir au plus simple. (Ce courant politique s'appelle l'anarcho-primitivisme)
Ce livre satirise la société de consommation, critique nos modes de vie et l'intérêt même de la vie.
Je conseille de d'abord voir le film, ce qui est simple, rapide et va surement provoquer de l'intérêt pour le livre.
Je pense personnellement que comprendre le livre sans avoir vu le film est très compliqué, dû aux nombreux flash-backs présents dans l'œuvre écrite.
Il se lit vite & facilement.
Ne te crois jamais différent de ce qui aurait pu paraître aux autres que ce que tu étais ou aurait pu être n'était pas différent de ce que tu avais été qui aurait pu leur paraître différent.
La comptesse, Alice au pays des merveilles.
  Répondre
#14
Boah c'est quand même compréhensible, pour peu qu'on soit pas sous l'emprise de stupéfiants saugrenus. C'est pas du Proust non plus quoi... Perso j'aime bien Monstres Invisibles de lui aussi, bien trashos sur les bords, mais les derniers trucs que j'ai lu m'ont un peu emmerdé, ça tourne en rond dans la provoc (snuff surtout).
J'promene mon caniche en tapant dedans comme dans une canette. Dans une laverie automatique j'essaye d'enfiler un pantalon comme si c'était une veste. Ici les vautours sont obèses. J'ressort d'un photomaton avec une radio du crane. Les hommes de l'organisation sont déguisés en touristes. Les pigeons sont des drones. Tout ce qui m'entoure est faux. J'me trouve au milieu d'un décors, ou les clochards sont des acteurs, les passant des figurant, les orphelins n'ont pas de nombril. J'suis une odeur de merguez dans une boutique Hermes. Et pendant ce temps la Joconde elle sourit.
  Répondre
#15
Elfriede Jelinek, j'avais lu d'elle "Les exclus", ça fait longtemps mais je me souviens que j'avais trouvé ça bien. Très dur mais bien.
"I've always considered writing the most hateful kind of work. I suspect it's a bit like fucking, which is only fun for amateurs. Old whores don't do much giggling." (H.S. Thompson)
  Répondre
#16
Palahniuk est un auteur que j'adore. J'aime beaucoup Fight Club, mais ce n'est pas, et de loin son meilleur bouquin. Je préfère Choke, Survivor, et surtout Diary.

A noter que, si vous pouvez le faire, lisez le en ANglais. Palahniuk a un style superbe, qui perd un peu à la traduction.
At which she turned her head away
Great tears leaping from her eyes
I could not wipe the smile from my face
As I sat sadly by her side
  Répondre
#17
Ayé, fini La part de l'autre, très bon bouquin au final.

Le plus intéressant reste néanmoins le journal de l'autre en annexe décrivant le processus créatif ayant mené au roman. Je suis toujours sidéré quand je me rends compte que certains tiennent absolument à mettre Hitler à l'écart du reste de l'humanité et ce faisant l'affublent d'innombrables perversions ou autres pour tenter de le rendre "différent".
  Répondre
#18
"Tenter de le rendre différent" ? Je ne sais pas à quoi tu fais référence dans la littérature, n'ayant lu aucun bouquin traitant du sujet, mais dans les faits, ben... il était différent. Comme tout le monde tu me diras, mais lui plus, dans un style pas tout à fait inédit mais néanmoins relativement hors-normes.
"I've always considered writing the most hateful kind of work. I suspect it's a bit like fucking, which is only fun for amateurs. Old whores don't do much giggling." (H.S. Thompson)
  Répondre
#19
Il veut dire "tenter de le rendre non humain"...j'ai lu l'ouvrage en question, et il vaut effectivement le détour pour ça...
Citation :Hey psychonaut! Tu vois la paille qui est dans le nez de ton voisin, mais pas la poutre qui est sous le tien!

  Répondre
#20
Définis "hors-normes".
  Répondre
#21
Dans ce cas précis, je dirais "qui échappe à à peu près toutes les normes que les gens ont pu construire au cours des siècles précédents". Parce que les cinglés destructeurs c'est pas si rare, mais un petit brun qui réussit à régner en imposant entre autres l'idée qu'il faut être blond pour mériter de perpétuer la race, c'est priceless.
"I've always considered writing the most hateful kind of work. I suspect it's a bit like fucking, which is only fun for amateurs. Old whores don't do much giggling." (H.S. Thompson)
  Répondre
#22
D'accord, mais dans ce cas, qu'est ce qui a bien pu faire qu'il ait pu réussir ce "tour de force"?
  Répondre
#23
Tiax a écrit :D'accord, mais dans ce cas, qu'est ce qui a bien pu faire qu'il ait pu réussir ce "tour de force"?


Son flow:


No use for a signature.
  Répondre
#24
[/thread] :' |
  Répondre
#25
Te pleins pas, à la base j'voulais mettre ça pour vous faire une petite entracte dans ce débat intellectuel par trop ardu:

http://www.dailymotion.com/video/xet3rx_...s-me_music

Désolé, j'suis crevé en ce moment...
No use for a signature.
  Répondre
#26
T'en fais pas, je te pleins à mort.
  Répondre
#27
Crevé j'te dis... Ca va, j'men vais, pas la peine d'appeler les flics.

Edit: Au moins ce soir je pourrai me coucher le sourire aux lèvres en me disant que j'ai contribuer à cette belle expérience de partage du savoir qu'est Internet comme jamais dans ma vie.
No use for a signature.
  Répondre
#28
Soma a écrit :Crevé j'te dis... Ca va, j'men vais, pas la peine d'appeler les flics.

Edit: Au moins ce soir je pourrai me coucher le sourire aux lèvres en me disant que j'ai contribuer à cette belle expérience de partage du savoir qu'est Internet comme jamais dans ma vie.


je crois que tu as parfaitement rempli ta mission...
mis a part ce superbe morceau (je déconne pas j'ai bien ri...)

la part de l'autre est, je trouve, un super bon livre...
relativement "crédible" et surtout nous rappelle que Hitler était un être humain ( quand atteint-on le point godwin dans une discussion sur Hitler) et pas un personnage de fiction...
"L'humanité ne se définit pas par ce qu'elle crée, mais par ce qu'elle choisit de ne pas détruire"
E.O. Wilson
  Répondre
#29
C'est selon moi évident qu'il avait rien de fondamentalement différent du commun des mortels, enfin si, il allait jusqu'au bout de ce qu'il disait. A part ça, c'est juste par confort intellectuel qu'on essaye de le mettre dans une catégorie bien à part, c'est plus facile de se dire que c'était un psychopathe complet, urophile et monotesticulaire (j 'plaisante pas, certains croient vraiment que le Petit adolf est devenu Reichfürer et tout et tout par ce qu'il avait qu'une couille et ce genre de connerie).

Le problème est qu'il était pas si éloigné de vous et moi. Et quand bien même ce serait le cas, ça n'empêche pas que ses millions de sbires qui ont fait le travail était des gens exactement comme tout le monde.

Dormez sur vos deux oreilles braves gens, les hommes restent des hommes, c'était pas la première et y'en aura d'autre. Ptetre même qu'on connaitra ça de notre vivant et peut-être même qu'on y contribua. Si il y'a bien une chose dont je suis sûr c'est que la grande majorité des gens, qui tous jurent leurs grand dieux qu'ils s'y seraient opposé seraient d'excellents bourreaux en d'autres circonstances. Question d'ambiance disons.
No use for a signature.
  Répondre
#30
Soma a écrit :Si il y'a bien une chose dont je suis sûr c'est que la grande majorité des gens, qui tous jurent leurs grand dieux qu'ils s'y seraient opposé seraient d'excellents bourreaux en d'autres circonstances. Question d'ambiance disons.


Je surplussoie...cf la célèbre expérience de Milgram
Citation :Hey psychonaut! Tu vois la paille qui est dans le nez de ton voisin, mais pas la poutre qui est sous le tien!

  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  faire 1 vulgarisation littéraire sur la drogue et son application amicale_du_pc 8 1,545 20/11/2015 00:31
Dernier message: Rasf

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)