S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


LSD 2x250 µg - J'ai vu les Twin Towers s'écrouler

#1
Hello ! Voici un TR que j'ai trouvé sur Reddit ; je l'ai trouvé suffisamment anthologique pour que ça justifie sa traduction.





Voici mon témoignage sur les attaques du World Trade Center du 11 septembre 2001, alors que je prenais du LSD.

Pour le contexte, j'avais 28 ans à l'époque. Homme relativement en bonne santé, diplômé d'une université réputée et respectée, et travaillant pour une grande entreprise d'aérospatiale et de défense. Mon expérience des drogues avant cela était assez standard, comprenant l'habituelle marijuana, l'alcool, la cocaïne et quelques psychédéliques classiques ainsi que divers RCs qui commençaient à être un peu connus à l'époque. Pas d'usage régulier, et mes trips psychédéliques se sont étalés sur environ 13 ans. C'était probablement autour de mon vingtième trip, dont environ la moitié avaient été faits au LSD.

Set : Dans l'ensemble assez heureux, j'avais récemment commencé un travail passionnant. Je rendais visite à des amis à Brooklyn pour la semaine. Je n'avais pas de responsabilités sérieuses, pas de stress du tout. Ensemble idéal.

Setting : Appartement d'amis à Brooklyn Heights. J'y ai pris des doses avec mon ami qui s'appellera John, et notre ami Tim était également présent. Tim a pris 400 ou 600 milligrammes de sulfate de mescaline. John et moi avons tous les deux pris du LSD. Les deux drogues ont été obtenus d'une source extrêmement fiable, l'identité des produits chimiques ne faisait aucun doute. Ceux d'entre vous qui ont vécu dans la région de Berkley de 1993 à 1999 peuvent probablement faire une supposition très éclairée quant à la source.

...

Je suis arrivé à Brooklyn le dimanche 9 septembre 2001. Je suis arrivé assez tard et je me suis endormi peu de temps après. Nous savions que nous allions triper le lendemain, alors nous voulions une bonne nuit de sommeil pour nous préparer. Le jour suivant, le 9/10, a également été consacré en grande partie à la préparation. C'était le premier voyage de Tim, et il voulait se préparer à fond. Méditation, fruits et légumes, exercice, etc. C'était une belle journée, et dans l'ensemble très relaxante. Nous avions prévu de prendre nos doses à 23 heures ce soir-là, ce qui est une sorte de rituel pour nous. Je n'ai jamais été du genre à en mettre autant dans ma préparation au voyage, mais j'avais prévu de prendre une dose assez importante, alors je l'ai rejoint, tout comme John. La seule autre drogue que nous avons ingérée ce jour-là était la marijuana. Nous avons tous fait une sieste entre 17 et 21 heures, puis nous nous sommes douchés et avons fait nos derniers préparatifs.

Le 10 septembre 2001, à 23 heures, Tim a pris 2 gélules de 200 mg de sulfate de mescaline. John et moi avons pris chacun 2 gouttes de 125 µg de LSD liquide, pour un total de 250 µg chacun. Nous avions tous deux prévu d'en prendre d'autres plus tard.

Je n'entrerai pas dans les détails pour la première partie du voyage, car ce n'est pas ce qui était important dans ce voyage. Tout s'est passé très bien, cet acide était extrêmement propre. C'est peut-être la montée la plus rapide que j'ai eue jusqu'à présent. En 20 minutes, des faisceaux d'énergie ont jailli de mes genoux. À minuit, une heure après la dose, John et moi étions tous les deux en train de voler, d'esquisser des plans factices pour des inventions ridicules. La principale qui m'est restée en tête était un grille-pain qui beurrait votre pain comme s'il était grillé, ce qui permettait une caramélisation optimale des solides dans le beurre. À ce stade, Tim ne ressentait toujours pas grand chose. Il fallait s'y attendre avec la mescaline. Très vite, il a eu de violents haut-le-cœur dans la salle de bains, et John et moi sommes montés sur le toit pour lui laisser un peu d'espace et pour éviter de l'entendre. Vers une heure, Tim trébuchait vers le toit depuis la cage d'escalier, avec le sourire le plus sauvage qui soit et les plus grandes pupilles que j'aie jamais vues. Il était complètement stupéfait par la beauté de ce qu'il voyait. Nous avons tripé sur la vue de la ligne d'horizon de Manhattan pendant un moment, et nous sommes redescendus pour écouter de la musique.

Finalement, vers 6 heures du matin le 11 septembre, nos voyages ont commencé à ralentir un peu. John et moi avons pris chacun 2 gouttes de LSD, soit 250 µg, ce qui a porté notre total individuel à 500 µg. Tim voulait aussi une goutte d'acide, mais nous l'en avons dissuadé et lui avons dit que s'il voulait continuer, il devrait prendre plus de mescaline. Je lui ai donné une autre gélule de 200 mg, mais je ne me souviens pas s'il a fini par en prendre


Le 11 septembre, vers 7h30 du matin, nous commençons vraiment à entrer dans une nouvelle dimension. La sensation de monter tout en descendant est incroyablement étrange et difficile à décrire. On a littéralement l'impression d'être physiquement tiré dans deux directions, et chaque côté est tiré des extrémités opposées de l'univers. Nous avons erré jusqu'au toit et nous sommes allongés, en fixant le ciel. Il faisait chaud, un soleil magnifique, et j'avais l'impression de sentir toute la ville se réveiller, se préparer à aller travailler, profiter du soleil et d'une légère brise. Je ressentais un fort sentiment de communauté avec des millions de personnes que je n'avais jamais rencontrées. Je sentais que, puisque nous vivions tous cette belle journée, nous étions une seule entité, partageant ce plaisir orgasmique divin du soleil et du calme. Ce sentiment était sur le point d'être brisé, totalement anéanti et remplacé par la forme de terreur la plus pure que j'ai jamais connue ou que je connaîtrai jamais.

Leur appartement était situé sur les hauteurs de Brooklyn, et le fait d'être sur le toit permettait d'avoir une vue incroyable sur la ligne d'horizon de Manhattan, en particulier sur le centre-ville et le quartier financier. Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas la région, nous avions une ligne de vue directe sur l'East River jusqu'au World Trade Center. Bien que nous ayons passé beaucoup de temps à le fixer pendant la nuit, à jouer avec les lumières et à faire rebondir des traceurs dans notre champ de vision, nous étions maintenant couchés sur le dos. Il n'y avait pas beaucoup de conversation, ou du moins pas verbalement. Nous nous sentions tous très calmes et détendus, ou relativement, vu l'état dans lequel nous étions.

Puis c'est arrivé. BOOM. C'était presque comme un coup de tonnerre profond et roulant, mais le ciel était clair. Nous avons tous sauté, surpris mais pas vraiment effrayés. Je ne pouvais pas l'articuler à ce moment-là, mais je crois que j'ai cru que c'était un transformateur qui explosait. J'ai dit quelque chose comme : "Je pense que c'était l'électricité." Puis j'ai entendu John dire : "Putain, qu'est-ce que..." Je me retourne, et il y a un énorme nuage de fumée noire qui sort de la Tour Nord. Il était ondulé de violet et de vert émeraude foncé, créant toutes sortes de formes qui se tortillent et changent rapidement. Des animaux, des motifs géométriques, des visages, vous connaissez. Nous ne savions pas quoi en faire. Parmi nous trois, il y a eu ce bref moment d'incrédulité. Compte tenu des fortes doses de drogue que nous avions pris, nous devions confirmer entre nous que ce que nous voyions était bien là. L'idée de l'explosion d'un transformateur me trottait encore dans la tête, et je crois que j'ai suggéré que c'était peut-être une explosion électrique. John a suggéré que c'était peut-être une bombe, étant donné qu'il y avait déjà eu une tentative de bombardement. Tim et moi pensions que c'était trop haut pour être une bombe.

Plusieurs autres personnes étaient déjà arrivées sur le toit, et dans les rues, il y avait des groupes de gens rassemblés à des endroits où ils pouvaient voir les tours. Je pouvais instantanément lire et sentir l'expression de chacun, de l'étonnement à la peur en passant par la perplexité, c'était comme si je passais en revue un rolodex d'émotions.

Soudain, il y a eu de l'agitation. Les gens se sont mis à pointer vers les tours comme si quelque chose se passait. J'ai levé les yeux et aussitôt, le deuxième avion s'est écrasé dans la tour sud. Il a explosé de l'autre côté avec des oranges, des rouges et des jaunes follement vibrants. J'ai eu une sorte de vision en tunnel de l'explosion, elle est devenue globale. Je pouvais presque sentir la chaleur rayonnante comme si j'étais entouré par la boule de feu. J'ai commencé à comprendre ce qui se passait, que ce n'était pas un accident, que c'était une attaque. La compréhension de la situation est venue comme une sensation physique. Dans tout mon corps, je me suis rendu compte que je venais de voir mourir au moins des dizaines de personnes, voire des centaines.

Puis les cris. C'est la partie qui m'a le plus marqué, et je ne l'oublierai jamais. Immédiatement après que le deuxième avion a traversé l'autre côté de la tour sud, les cris ont éclaté. Je n'ai jamais entendu autant de gens crier en même temps. C'était comme si toute la ville criait à l'unisson. La plupart des toits environnants étaient remplis de gens, tout comme les rues en dessous. Ils ont tous crié. Cela a transpercé mon âme, cela a causé une douleur physique alors que les cris ne faisaient plus qu'un, se déformant, se modulant et s'étendant à travers la galaxie. Tous les êtres vivants ont crié à ce moment-là. L'image d'une silhouette sombre, avec une sorte d'esthétique de savant fou, qui tenait un flacon de compte-gouttes, est apparue dans ma tête. Dans le flacon, il y avait une terreur pure et distillée. C'est ce que j'entendais. Il n'y avait plus d'étonnement, plus de questionnement sur ce qui se passait, même pas de confusion. Juste de la terreur pure. Quand je suis sorti de cet état, tout ce que j'entendais, c'était des sirènes et des sanglots. Tous ceux qui n'étaient pas silencieux, bouche bée, pleuraient. Tim, John et moi n'avons rien dit, nous avons juste échangé des regards d'incrédulité. Aucun d'entre nous n'a pu articuler quoi que ce soit à ce moment-là, mais il était clair pour chacun d'entre nous que nous venions d'assister à un événement d'un impact et d'une importance immenses. Aucun d'entre nous n'a dit un mot. Nous nous sommes simplement tenus debout et avons regardé les tours brûler, l'énorme nuage de fumée s'étendre à l'horizon, prenant toutes les formes possibles et imaginables.


C'est sans aucun doute la chose la plus horrible à laquelle nous ayons jamais assisté. Jusqu'à une heure plus tard. Depuis que nous avions vu le deuxième avion, nous avions l'impression que des éternités s'étaient écoulées ; mais vers 10 heures du matin, la tour sud, celle que nous avons vue absorber un avion et le cracher du côté opposé en une boule de feu, s'est effondrée. Encore une fois, les cris. C'était au-delà de toute compréhension. Nous avons regardé ce bâtiment se transformer en poussière sous nos yeux. Cette massive structure de béton et d'acier a disparu en quelques secondes. Une minute elle était là, la minute suivante elle s'effondrait, se cristallisait, puis se brisait et se cristallisait, puis se brisait des centaines de fois au fur et à mesure. Il était clair que s'il y avait encore quelqu'un à l'intérieur, il était maintenant mort sans aucun doute. C'était trop pour moi. J'ai commencé à vomir, mais il n'y avait rien dans mon estomac, alors j'ai juste eu des renvois  sur le toit, en criant entre les crises. J'ai commencé à remettre en question toute la réalité, mon esprit essayant de nier que cela puisse jamais arriver, ça devait être la drogue. S'il vous plaît, que ce ne soit que la drogue.

Mais ça n'a fait qu'empirer. J'ai commencé à tomber dans un vide de terreur et de confusion, à perdre tout contact avec la réalité. Les mots "pourquoi" et "quoi" me tournaient autour de la tête, se répétant sans cesse. Puis les cris ont recommencé. Je me suis levé à quatre pattes et j'ai regardé la tour Nord suivre le chemin de l'autre. Celle-ci m'est apparue davantage comme du marbre en miettes, d'un blanc éclatant, s'effritant en milliards de morceaux, comme si je regardais un temple de marbre vieillir de dizaines de milliers d'années en quelques secondes.

Je ne me souviens pas de grand-chose après cela. J'ai quelques brefs flashes du reste de la journée, nous sommes restés la plupart du temps assis à l'intérieur dans un silence total, fumant des cigarettes et pleurant de temps en temps. Nous n'avons appris l'existence des autres attentats que plus tard dans l'après-midi, puis nous avons regardé la couverture du bâtiment 7 s'effondrer. Ce fut sans aucun doute le jour le plus terrifiant et le plus terrible de ma vie. Je lutte pour trouver les mots pour le décrire, mais c'est impossible. L'expérience psychédélique en soi est impossible à décrire, encore moins le fait d'être témoin de quelque chose d'aussi traumatisant, transformateur et historique. Je vais maintenant conclure, car cela a été incroyablement difficile à écrire. Je reviendrai peut-être le réviser à un moment donné, mais je ne suis pas encore prêt. C'est la première fois que j'écris sur cette expérience en détail, et bien que cela ait été difficile, je pense que cela m'a aussi été bénéfique.
« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »

Mignonne allons voir si la la kétamine
Peut faire office de vitamine
- Skruffy
#2
waaaaaaaaah... c'est ..... heu ..... bordel j'aurai pas voulu être à sa place :/
Un peu de musique ?

Soundcloud    |    Spotify    |    Youtube

Les questions fréquentes du forum    |    La charte du forum    |    Les fiches info et tutos
#3
Ca doit être invivable de ressentir autant d'émotions sous acide, ca a du complètement changer la personne qu'il est Oops
#4
Ouah... O_Ô J'imagine même pas ce qu'il a du ressentir, montagnes russes emotionnelles ++++

Passer d'un instant de communion en mode tout est magnifique à ça...

Traumatisme ++++
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
#5
En miroir, une traduction de ce TR en provenance d'Erowid. L'autrice vit sa première prise de neuroleptique (rispéridone) le 11 septembre 2001 et vous allez le voir, son vécu est bien différent...
Source : https://erowid.org/experiences/exp.php?ID=62573



Je faisais des cauchemars toutes les nuits, sans exception, des cauchemars vraiment horribles. Mon psychiatre m'a assuré qu'ils s'atténueraient grâce à mon nouveau traitement au trazodone, mais ce ne fut jamais le cas. Il a décidé de me prescrire du Risperdol. Je me suis sentie un peu mal à l'aise, comme s'il sous-entendait que j'étais psychotique. Mais ça valait le coup d'essayer pour en finir avec ces horribles cauchemars.

J'ai pris ma première dose le 11 septembre 2001. Je me suis dépêchée de prendre les 3 mg le matin, car j'étais en retard pour l'école. Ma mère m'a conduit ce jour-là, je ne sentais encore rien. Environ 15 minutes après le début du voyage, nous avons entendu à la radio qu'un avion s'était écrasé sur le World Trade Center. J'étais stupéfaite. Toujours rien. Je suis arrivée à l'école, personne n'avait encore rien entendu sauf moi. J'étais la seule à avoir été informée de l'incident par la radio, à ne pas être en classe quand c'est arrivé. Je suis allé à mon premier cours, "Actualités". Je me sentais un peu étourdie à ce moment-là. Je leur ai raconté ce qui s'était passé. Mon professeur m'a à peine cru, il pensait que j'avais dû mal entendre. Il s'est absenté, et environ 10 minutes plus tard, quelqu'un est entré et nous a dit de venir dans le salon pour regarder ce qui se passait à la télévision.

À ce moment-là, je me sentais vraiment détachée. J'étais très somnolente, j'avais du mal à bouger mes membres. Je me sentais entièrement lourde. Je suis entré dans le salon et me suis affalée sur l'un des canapés, mais je ne prêtais pas beaucoup d'attention à la destruction à la télévision. Au lieu de cela, je regardais dans le vide les expressions de tout le monde. Leurs réactions semblaient presque inappropriées. C'était comme si mon cerveau avait atteint un plateau dans un état d'apathie. Un autre avion a frappé. Je regardais.

Quelques minutes plus tard, il m'était difficile de garder les yeux ouverts. Les voix de tout le monde me semblaient être entendues sous l'eau. Puis c'est arrivé, une énorme explosion au loin, tout le monde s'est tu. Le sol a tremblé sous nos pieds. Mon école n'était qu'à quelques kilomètres du Pentagone. Ils ont suffoqué, ils ont crié, ils ont pleuré, ils avaient des proches là-bas. Je regardais. Mon cerveau ne comprenait pas le désastre qui m'entourait. J'étais confuse. Il m'a fallu une minute pour réaliser que l'explosion avait un rapport avec ce qui se passait à la télévision, et quand j'ai compris, ça n'avait toujours pas d'importance. Leur désespoir était troublant, mais pas de la façon dont on pourrait le penser. C'était presque irritant. J'étais trop mal à l'aise et j'ai décidé de me lever et de marcher dans le couloir jusqu'à une autre classe.

Le couloir semblait long et les lumières vives. Mon corps était encore plus lourd qu'avant. J'ai trouvé une de mes amies dans une autre classe. Je savais que je devais lui demander si elle allait bien, mais mon visage était crispé et j'avais du mal à sortir les mots. J'ai fini par les lâcher, elle m'a répondu, mais j'ai eu beaucoup de mal à me concentrer sur ce qu'elle disait. Les mots ne semblaient pas s'emboîter, c'était absurde. Je me suis assis sur un bureau à côté d'elle, mais j'ai commencé à me sentir mal à l'aise dans cette pièce aussi. Je ne me sentais pas à l'aise nulle part. Je lui ai dit que je revenais tout de suite, que j'allais chercher de l'eau. J'ai plissé les yeux devant la clarté du couloir en me dirigeant vers la fontaine, mais je l'ai dépassée pour entrer dans une autre salle de classe. J'étais déconcertablement confuse.

Je me suis assise et j'ai posé ma tête. Je pense que je me suis endormie une minute jusqu'à ce que quelques personnes viennent échanger leurs opinions sur ce qui s'était passé. Cela n'avait aucun sens. J'ai décidé que c'était l'esprit qui commandait, que si je pouvais me concentrer, je pourrais comprendre ce qu'ils disaient. J'ai essayé, mais je ne parvenais plus à rester lucide. Je bavais et je m'agrippais au bureau.

Tout ce qui s'est passé après ça est flou. J'étais un zombie. Tout le monde est parti, un professeur est venu me dire que ma mère allait venir me chercher. Il lui a fallu presque quatre heures pour arriver à travers tout le trafic. Je suis enfin arrivée à la maison et j'ai dormi le reste de la journée et de la nuit. J'ai arrêté de prendre le Risperdol.
« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »

Mignonne allons voir si la la kétamine
Peut faire office de vitamine
- Skruffy
#6
C'est spécial de prescrire ce genre de médicament dès le matin surtout si la personne et naive et souffre de terreurs nocturnes, les médicaments très sédatifs que j'ai testé on m'a toujours dit de les prendre le soir effectivement on est pas en état de suivre un cours quand on commence ça .
Mais c'est super bien retranscrit
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

https://www.stopennui.net 
#7
En effet, ensuite le doc n'a peut-être rien dit, en pensant que ce serait évident ^^
Mais la rispéridone se sent encore au réveil, alors de toute façon l'autrice ne l'aurait pas bien vécu.
« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »

Mignonne allons voir si la la kétamine
Peut faire office de vitamine
- Skruffy
#8
Je viens de lire le premier tr sur les WTC.

Putain quel bordel. Même moi a des milliers de KM, en debut daprem je l'ai suivi en direct a la tv, j'avais 3h de perm au college, j'étais en 5e. Et même pour moi,  je me souviens d'un moment surréaliste. En fin daprem, on a repris les cours, on était abasourdis.

Imaginez un new yorkais sur place,  à  balle d'acide. Même un type comme lui qui a l'air plutôt expérimenté, imaginez la puissance de son sentiment de terreur.

Et le pire c'est qu'ils venaient de s'en remettre une couche, pour probablement les 12 heures suivantes.

L'horreur.  

A mon avis c'est vraiment un coup à vivre un PTSD du style Vietnam 67"

Par ailleurs, un jour pareil sous Ketamine, tu dois voir ça de très loin, possible même que t'en as rien à branler.....




Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.