[Kétamine] Petit hole et petite mine
#1
Intro

23h, j’ai envie de goûter la ké reçue dans la journée. J’ai cours le lendemain, aussi je prévois de me contenter d’une petite trace pour accompagner ma méditation nocturne. Je sors pas la balance (1ere erreur !) et dose ce que j’estime être 30mg. Le produit ne me semble pas de très bonne qualité, j’en rajoute un peu, au pire j’ai bien l’habitude des dissos ! C’est vrai que le tas a l’air un peu gros, mais flemme de le répartir en trace pour me faire une idée du dosage. Hop 2eme erreur, excès de confiance, je me fais avoir par ma compulsion comme un bleu.

Je pars aussitôt m’asseoir en demi-lotus sur mon lit, et lance un album de chants grégoriens. J’entame le travail de respiration et fais le vide avec facilité, un peu trop même. C’est que ça monte déjà ! Je comprends que ça va pousser fort, bien plus que désiré, alors que je suis pas du tout dans l’état d’esprit pour me taper un k-hole. Bon ben tant pis, je peux pas faire marche arrière, je me stabilise dans ma méditation tant bien que mal.



Trip

J’observe. Le produit s’empare de moi avec fulgurance, un fourmillement parcourt ma peau puis les sensations s’évanouissent progressivement, en partant des extrémités. Les chants sacrés résonnent et m’enveloppent de toutes part, le crâne comme une cathédrale et l’esprit comme un point minuscule situé en son centre. Le flux audio se déforme, présentant une sorte de « grain » comme un vieux vinyle, sans le côté relaxant : ça gratte ! Ma proprioception fait n’importe quoi, la moitié gauche de mon corps passe à droite et vice-versa, puis je ne sens quasiment plus rien, la tête comme flottant dans le vide, alors que ma perception de la température n’est pas affectée : il fait plutôt froid, dans une zone esquissant grosso modo la forme de mon corps, mais sans support physique auquel rattacher la sensation.

Côté méta-cognitif, ça devient le bordel aussi, ma concentration décroche de plus en plus et mon esprit semble grimper, prendre de l’altitude et se coller au plafond de ma boîte crânienne. Les pensées fusent à grande vitesse, s’entrecroisent et tissent une trame de visions changeantes, un clivage s’opère et me voilà sujet à une projection psychotique légère : mes différentes instances émotionnelles s’externalisent en partie dans mes hallucinations.

D’un point de vue subjectif, c’est plutôt intense. Mes pensées vont trop vite, j’ai quitté l’état méditatif et ma culpabilité de n’avoir pas respecté le produit (et donc moi-même par voie de fait) s’incarne avec beaucoup de cynisme. Ce qui a commencé dans une volonté hédoniste de voyage et de vague exercice spirituel prend une tournure moqueuse. Le flux des pensées m’amène vers l’Inde et ses pratiques religieuses, mon esprit semble s’étirer jusqu’à ces terres lointaines, je suis traversé d’images-idées aux analogies sans fins et j’aperçois Shakyamuni, le bouddha historique, qui se met à rire. L’obscurité devient omniprésente et une autre figure spirituelle émerge, celle de Ma Ananda Mayi, qui se met à rire de concert. Ma conscience narrative, avec ma voix personnelle, fait le commentaire du scénario fantasmatique entrain de se dérouler sous mes yeux. En substance : il faut vraiment être un abruti de toubab naïf qui se ment sur sa conso pour croire accéder à la moindre hauteur spirituelle avec de telles méthodes ! Et les deux figures immortelles et glacées qui se mettent à rire de plus belle, d’un rire où tinte la folie. Je me sens minuscule et écrasé.
Le flux analogique de mes pensées s’écoule toujours, et les chants grégoriens me ramènent en occident avec brutalité. La confusion devient très intense, des images de sable et de poussière dans une grande clarté accompagnent les rires des immortels qui retentissent toujours en écho, et je suis soudain à genou, nu, l’on me traîne au centre d’une arène alors que je suffoque dans l’air du désert. Des voix brutales me signifient que je ne connais rien des mystères du sacré, qu’il me faut prouver que je suis capable d’un dépouillement absolu. Les hommes qui me traînent sous les rires de la foule ont des épées au côté, je comprends que je vais me faire décapiter, là, et que c’est moi qui ai demandé ce sacrifice ! Je panique en prenant toute la mesure symbolique de ce qui se produit, reconnaît que je ne suis absolument pas prêt à ça et m’arc-boute mentalement contre la vision. Mes doigts trouvent d’eux-même le bouton pause de la musique alors que je m’envoie un « ben oui banane, t’écoutes de la musique à la gloire d’un type mort crucifié, et tu t’attendais à un trip rigolo ? »
Hé mais ! C’est mon second degré ça ! Je suis encore capable de penser ! Un poil soulagé, je fais l’effort de respirer calmement et de m’allonger. En pilote automatique, je parviens à relancer un album sur mon portable (More des Pink Floyd) en reconnaissant vaguement les couleurs de la pochette, et au prix d’un gros effort j’aperçois l’heure : il est 23h24, je suis même pas au pic !



Et en effet, je suis complètement perché, l’adrénaline des fantasmes précédents m’empêche de retourner dans des visions et m’amène à cogiter à toute vitesse. Je perds le fil, mes sensations n’ont plus aucun lien entre elles et mon cerveau vient combler les vides en inventant des significations absurdes pendant que mon ego s’évapore. Le hole semble être assez court puisque je réémerge sur les paroles du même morceau, reconnectant les fils de mon identité progressivement, mais coincé dans une posture émotionnelle névrotique. Je vous épargne les détails de ma psychologie, ce qui est intéressant ici c’est la possession par un complexe psychique : toutes mes émotions et pensées se retrouvent interprétées sous le prisme déformant de l’affect refoulé. La dissociation vient amplifier ce phénomène, en m’empêchant initialement de rattacher mon vécu à d’autres parties de moi. Je reste bloqué dans cet état négatif quelques minutes (identification avec l’ombre dirait un jungien), puis à force de cogitations intenses un glissement s’effectue et je me libère de la boucle.

Je passerai les 20 prochaines minutes embarqué dans une auto-analyse intensive, analyse d’abord entravée par la dissociation car je m’identifiais totalement à des états affectifs distincts, sans capacité de recul ; cette dissociation a ensuite facilité le travail, parce qu’à force de circonvolutions, les états affectifs visités étaient projetés hors de moi – visuellement cela se transcrivait par des personnages occupant la pièce, ou des petites lucarnes de couleur allant rejoindre le plafond – et j’ai commencé à prendre du recul sur mon théâtre intérieur, en même temps que je prenais du recul sur les effets de la ké. Un soulagement certain est apparu quand j’ai eu l’impression de concilier les contraires : à force de boucler j’ai fini par trouver le centre, et toutes ces figures et pièces de couleurs se sont peu à peu superposées et confondues – le gros du trip était fini, et c’était pas trop tôt, j’avais le sentiment d’y avoir passé des heures.

Conclusion
Le produit a mis encore 45min à redescendre, et j’ai passé 2 ou 3h sans pouvoir trouver le sommeil, le cerveau tournant à pleine balle suite à l’intense excitation du voyage. Le pire c’est qu’à force d’être en mode économie d’énergie au quotidien, j’ai trouvé une certaine satisfaction masochiste dans ce coups de stress psychique, via la satisfaction de me reconnecter à mon intellect (comme la scarification amène à se reconnecter à ses sensations).

Le lendemain, je tirais un peu la gueule en cours, entre les 4h de sommeil et le besoin de me laisser intégrer mes émotions. J’aurais été vraiment à fleur de peau sans l’afterglow caractéristique de la ké, mais c’était loin d’être une journée agréable mouarf.
Bref, la prochaine fois que je veux méditer et profiter du potentiel antidépresseur de madame kétamine une veille de cours, je donne mon pochon à mon coloc et je vais dormir sobre comme d’habitude, ça vaudra mieux ! Déjà que j'ai pas fait l'effort du test d'allergie, mais en plus goûter un batch que je connais pas en eyeballant les dosages, voilà de la grande psychonautique Angel
Nouveau ? Viens vite lire les règles => http://www.psychonaut.fr/announcement-4.html
 
"Vous étiez l'évidence
Vous n'êtes plus que l'énigme
Vous étiez l'éternité
Vous n'êtes que dépassé"
Répondre
#2
Hehe, ça me donne bien envie de tester le k-hole. Malheureusement j'ai pas l'impression que il y ait vraiment un moyen scientifique de l'atteindre, y faut ou bien se faire un grosse poutrelle, ou une trace toutes les 10 minutes jusqu'à atteindre son but (corrigez moi si il y a un autre moyen, je serais ravi de l'apprendre). Tu n'as donc fait que tester une des méthodes pour atteindre le hole, c'était juste pas voulu Wink

Ce que je trouve fascinant avec la ke à haute dose c'est qu'on visite vraiment des autres mondes, des souvenirs, des 'visions' comme tu les appelle.

Bonne exploration et stay safe. Les balances low-cost sont souvent assez imprécises aussi Smile
"Le coffre de la voiture ressemblait à un labo ambulant de la brigade des stupéfiants : nous avions deux sacoches d'herbe, soixante-quinze pastilles de mescaline, cinq feuilles d'acide-buvard carabiné, une demi-salière de cocaïne, et une galaxie complète et multicolore de remontants, tranquillisants, hurlants, désopilants ... sans oublier un litre de tequila, un litre de rhum, un carton de Budweiser, un demi-litre d'éther pur et deux douzaines d'ampoules de nitrite d'amyle."

                                                                                                                                                                                                          - Hunter S. Thomson,  Las Vegas Parano
Répondre
#3
Haha t'as pris cher toi :p passer de 30mg prévu a un K-hole, c'est un poil violent ^^
Heureusement que c'était avec de la Ketamine du coup ^^
Répondre
#4
(07/02/2020 23:17)Skruffy a écrit : Hehe, ça me donne bien envie de tester le k-hole. Malheureusement j'ai pas l'impression que il y ait vraiment un moyen scientifique de l'atteindre, y faut ou bien se faire un grosse poutrelle, ou une trace toutes les 10 minutes jusqu'à atteindre son but (corrigez moi si il y a un autre moyen, je serais ravi de l'apprendre). Tu n'as donc fait que tester une des méthodes pour atteindre le hole, c'était juste pas voulu Wink

Enchainer les traces ça a jamais marché pour moi, mais la grosse poutrelle (ou même une petite comme là :p) c'est très efficace. Même sans des dosages abusés, il me suffit d'être pris au dépourvu par le produit, l'intensité de la montée suffit à me faire décrocher généralement.

(08/02/2020 10:01)Cookies a écrit : Haha t'as pris cher toi :p passer de 30mg prévu a un K-hole, c'est un poil violent ^^
Heureusement que c'était avec de la Ketamine du coup ^^

J'ai un peu fait de la merde ouais x). J'pense que j'ai dû à peu près doubler la dose, 50-60mg d'une bonne ké ça peut être suffisant pour se prendre une tatane suivant le s&s
Nouveau ? Viens vite lire les règles => http://www.psychonaut.fr/announcement-4.html
 
"Vous étiez l'évidence
Vous n'êtes plus que l'énigme
Vous étiez l'éternité
Vous n'êtes que dépassé"

  • Cookies
Répondre
#5
J'aime beaucoup ta façon de décrire avec tant de précision ton état mental, on comprend bien ce que tu as vécu .
Tu penses que ta trace n'était pas plus grosse que 60mg ? Le set and Setting et la surprise ont du vraiment potentialiser l'expérience et ta ké devait être sacrément bonne, je croyais qu'il fallait au moins aller dans les 150mg pour vivre ça ... la méditation et les chants grégoriens c'est puissant dis donc ^^

Après avoir lu ça j'y réfléchirais à deux fois avant de taper une grosse trace sans balance
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
Répondre
#6
Merci Indica ! Franchement c'est dur d'évaluer le dosage, mais la méditation a bien potentialisé le truc ouais. Des fois je peux m'envoyer des poutrelles >100mg et bon, je deviens débile mais je hole pas pour autant, je sais pas trop ce qu'il s'est passé là, faudra que je la regoûte pour savoir si elle est si bonne que ça
Nouveau ? Viens vite lire les règles => http://www.psychonaut.fr/announcement-4.html
 
"Vous étiez l'évidence
Vous n'êtes plus que l'énigme
Vous étiez l'éternité
Vous n'êtes que dépassé"
Répondre


Topics apparemment similaires...
Rainbow [Kétamine] Tentation d'Infini Indica 11 281 29/01/2020 20:02
Dernier message: Loadz
  Derrière les yeux (mon meilleur trip à la kétamine) Polokus bulleur de rêve 4 307 02/08/2019 17:55
Dernier message: Polokus bulleur de rêve
  Festival de Néoules, Ketamine Hollandaise Percheman 5 1,598 10/01/2017 13:44
Dernier message: Percheman
  Si Kétabien, c'est Kétamine ! Récit d'une dizaine de jours de déboires Percheman 0 1,236 10/01/2017 11:03
Dernier message: Percheman
  [Kétamine 380mg] Suppression des lois physiques Krix 15 3,715 01/11/2016 22:07
Dernier message: alex223
  La Kétamine est plus douce que dans mon souvenir! Miyuetyayu24 2 1,197 20/08/2016 17:08
Dernier message: Miyuetyayu24
  K-hole: renaissance dans un monde parallèle, une nouvelle dimension surnaturelle! robbie 3 3,473 26/03/2015 15:28
Dernier message: Mr.G
  Premières Expériences de S-Kétamine LegrosAlexandre 30 6,098 08/12/2014 05:02
Dernier message: LePtitJO
  Kétamine? Dissociation? K-Hole? Mr.G 24 9,112 24/10/2014 19:48
Dernier message: Lullaby
  Ma nuit avec le petit être DXM Nour 4 1,186 02/11/2013 19:12
Dernier message: Nour



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

à propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'autosupport francophone dédiée à l'information et à la réduction des risques sur l'usage des substances psychoactives.

              Quick Links

              User Links