Facebook : des pages RDR supprimées.
#1
Bonsoir, je partage le post de Plus Belle La Nuit sur Facebook qui résume bien la situation :
 
Citation :➡️ Vous l'avez peut être remarqué, vous voyez moins nos publications ces derniers temps.
➡️ Il y a près d'un mois Facebook a supprimé 6 publications de réduction des risques de notre page.
➡️ Depuis notre page connait un risque de dé-publication, et notre visibilité est fortement réduite de l'ordre de 90 %.
➡️ Nous n'arrivons pas à avoir plus d'informations concernant ce qui nous est exactement reproché.
➡️ Mais il est possible que prochainement la page soit dé-publié.
Nous ne savons pas vraiment ci cela sera utile mais nous préférions vous prévenir.
Pour nous soutenir différentes solutions :
➡️ ✅ Partager ce post
➡️ ✅Recommander la page
➡️ ✅Inviter vos contacts à liker la page
➡️ ✅Et pour ceux qui désire voir davantage nos publications malgré les restrictions, mettre voir en premier.

MERCI A TOUS.



Ainsi que leur traduction (pas ouf mais compréhensible) d'un article sur le sujet :
 
Citation :Sesh Safety - un groupe offrant des conseils en temps réel aux toxicomanes - a été définitivement supprimé, ce qui est une mauvaise nouvelle pour tout le monde.

Le mois dernier, le Daily Mail a publié un article sur la facilité avec laquelle il est facile de trouver et d'acheter de la drogue sur les médias sociaux. Ils ont ensuite cité un activiste qui avait accusé Facebook, Instagram et Twitter d’avoir "aidé et encouragé" la vente de drogue. Le même jour, Sesh Safety - un groupe Facebook proposant des conseils en temps réel sur la réduction des méfaits des drogues - a été définitivement supprimé.

"Facebook a déclaré que le groupe facilitait la vente de produits réglementés, ce qui n'était certainement pas le cas", a déclaré Dan Owns, fondateur de Sesh Safety, décrit par VICE en juillet de l'année dernière. Lorsque VICE a pris contact avec lui, Facebook a d'abord indiqué qu'il envisageait de supprimer le groupe, avant de refuser de commenter davantage. Un porte-parole nous a toutefois envoyé un lien vers les normes communautaires du site, ainsi qu'une note indiquant que l'achat, la vente ou la fourniture d'instructions pour l'utilisation de drogues illicites n'est pas autorisé sur Facebook. C'est pour l'une de ces raisons que Sesh Safety a été supprimé, a déclaré le porte-parole.

Les interdictions d'achat et de vente sont couvertes à la fois par le bon sens et par une section des normes communautaires de Facebook interdisant l'utilisation du site "pour faciliter ou organiser des activités criminelles". Mais surtout, le mot "donner des instructions" n’est mentionné nulle part, et ce n’est certainement pas "criminel" de conseiller les personnes sur le moyen le plus sûr d’utiliser une drogue. Facebook n'élabore pas, ce ne sont donc que des théories - mais compte tenu du fait qu'il n'y avait pas d'achat ou de vente, il semblerait que le groupe soit tombé sous le coup de cette règle non annoncée, ou que les modérateurs - peut-être contrariés par l'histoire du Mail - se soient gâchette facile.

"Ma théorie est que tout notre contenu est une discussion en profondeur sur la drogue, y compris les noms et les poids, il est repris et perçu par les modérateurs de Facebook comme vendu", déclare Dan.

Le problème est que les noms et les poids sont importants lorsqu'il s'agit de réduire les méfaits. Les gens vont continuer à consommer de la drogue quelles que soient les règles, en ligne ou dans le monde réel. Ils devraient donc pouvoir accéder à des informations qui les protègent le plus possible. Si la différence entre prendre du bon temps et prendre une surdose de GHB nécessite trop de quelques milligrammes , les utilisateurs potentiels doivent être en possession de ces informations avant de prendre le médicament. Restreindre l'accès à une source d'informations aussi précieuse - vous pouvez poser une question et obtenir une réponse presque instantanée d'un autre utilisateur, ainsi qu'une réponse d'un modérateur de groupe d'experts quelques minutes plus tard - pourrait compromettre la santé et la sécurité de milliers de personnes.

Pour voir comment Sesh Safety - qui compte 50 000 membres actifs dans le monde entier - a affecté la vie des gens, j'ai posté sur la page de remplacement en demandant des témoignages. Ma boîte de réception Facebook gémissait du déluge. En voici quelques unes:

Il est clair que, des mauvaises expériences liées à l'acide aux attaques de panique évitées et aux addictions conquises, le groupe - et son équipe de modérateurs, qui la surveille 24 heures sur 24 - ont fait du bon travail en fournissant des conseils de réduction des méfaits sans jugement aux personnes qui besoin le plus.

Les groupes de discussion en crise sont un élément clé de l'offre de Sesh Safety. Ce sont des groupes privés de modérateurs auxquels les membres peuvent être ajoutés s'ils vivent quelque chose de particulièrement traumatisant ou dangereux. "C’était probablement la partie la plus intense de notre travail. Quand nous avions 50 000 membres, nous avions quatre ou cinq personnes par week-end", déclare Dan.

Il se souvient du moment où Crisis Chat avait convaincu deux enfants de 15 ans qui avaient pris 24 comprimés de paracétamol avec codéine et bu une bouteille de vodka pour se rendre à l'hôpital. Les garçons n'allaient pas s'embêter et pensaient pouvoir tout simplement dormir. Le lendemain, l'un d'eux s'est fait dire que, s'il n'était pas entré à ce moment-là, il serait probablement mort. Anecdotique, peut-être, mais ce sont des histoires comme celle-là qui alimentent la passion de Dan et de son équipe pour protéger les personnes des dangers.

Sesh Safety, bien sûr, n'est pas le premier forum en ligne où les gens peuvent rechercher des informations honnêtes sur les drogues. Bluelight et Erowid existent depuis des années et il existe d'innombrables sous-reddits pour ceux qui sont enclins à les trouver. Alors qu'est-ce qui le distingue?

"La présence de Sesh Safety sur Facebook le rend unique", a déclaré le Dr Henry Fisher, directeur des politiques du pôle d'innovation en matière de drogue, Volteface. "Cela a touché beaucoup plus de gens; des gens qui n'auraient jamais rêvé de passer à Bluelight ou à Reddit, ou même à faire confiance à ces sources, car elles ne semblent pas aussi accessibles et dignes de confiance."

Cela a du sens: s’inscrire sur un site exclusivement dédié aux drogues est un grand pas en avant pour un utilisateur occasionnel. Mais Facebook est facile et désinfecté. Votre nan est sur Facebook. Elle n'est probablement pas sur Sesh Safety, mais elle pourrait l'être si elle le voulait.

Ce qui est déconcertant, c’est pourquoi Sesh Safety a ressenti le fardeau des Nikes de Zuckerberg alors que le groupe s’était toujours opposé à la glorification des drogues, contrairement à d’autres pages sur le thème de sesh avec de nombreux autres adeptes. "Nous avons remarqué beaucoup moins de commentaires de type" triple drop ", dit Dan. "Nous donnons une chance aux gens s'ils écrivent quelque chose comme ça. La deuxième fois, c'est une interdiction. Cela semble s'enfoncer."

À mesure que ces types de messages disparaissaient, le groupe a commencé à se tourner davantage vers le traitement des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, en particulier pour les benzodiazépines comme Xanax. Dan le reconnaît et dit que le groupe et ses modérateurs doivent s’améliorer et qu’il cherche activement à faire participer des groupes de santé mentale pour l’aider à lui prodiguer des conseils spécifiques.

C'est un domaine qui concerne le professeur Adam Winstock, psychiatre spécialisé en toxicomanie et fondateur du Global Drug Survey . "Tout le monde a une expérience différente, surtout quand il s'agit de problèmes d'utilisation et de benzos", dit-il. "Il faut vraiment comprendre cette histoire pour pouvoir donner des conseils."

Dans l’ensemble, les opinions d’Adam sur Sesh Safety sont positives, mais il s’inquiète du fait que des personnes donnent des conseils uniquement à partir de l’expérience passée. "Votre expérience personnelle ne sert pas de preuve; j'aimerais voir davantage de commentaires" Je ne sais pas "», dit-il. "Les gens peuvent oublier à quel point leurs conseils peuvent changer leur vie."

Henry Fisher de Volteface fait écho à ces préoccupations et reconnaît que les conseils erronés sont l’écueil des forums peer-to-peer. "Les gens vont parfois se tromper, mais Sesh Safety fait du bon travail pour éliminer cela", dit-il. "Après avoir rencontré des personnes qui le modèrent [y compris Guy Jones, le visage et la voix de la série de vidéos Safe Sesh de VICE], ils sont très compétents et n’ont que les meilleurs intérêts à coeur."

En parcourant les publications sur le groupe, il est difficile d'être en désaccord: les modérateurs sont professionnels et responsables, n'encouragent jamais la consommation de drogue et offrent uniquement des conseils judicieux sur la réduction des méfaits.

Alors, qu'en est-il de l'avenir? Sesh Safety est actuellement intégré à l'un des anciens groupes de Dan, "Pill Reports". Il compte 12 000 membres, ce qui est un début. Pour contourner les modérateurs de Facebook, ils ont eu recours à l'écriture à l'envers des noms de drogues ou à des expressions familières moins connues. C'est une situation vaguement ridicule, mais "les gens vont devoir s'adapter", dit Dan. À long terme, il aimerait beaucoup voir Sesh Safety créer son propre groupe IRL ou s'associer à une organisation de réduction des méfaits établie. Personnellement, il retourne à l'université pour étudier les soins infirmiers en santé mentale et veut se concentrer sur la toxicomanie.

Facebook a récemment déclaré que cela modifiait la façon dont cela fonctionnait pour s'adapter à davantage de relations interpersonnelles, car "lorsque nous utilisons les médias sociaux pour nouer des liens avec des personnes qui nous sont chères, cela peut être bon pour notre bien-être". Vous dire ce qui est bon pour notre bien-être: avoir accès à des informations qui vous protègent en toute sécurité lorsque vous consommez des drogues. Une véritable progression pour Facebook serait de travailler avec ce type de groupes et non de les supprimer complètement.

méditation                                                             
TDA/H                                                                         
The following 1 user Likes Tridimensionnel's post:
  • snap2
  Répondre
#2
Ouais c'est vraiment moche ce qui leur arrive :/
  Répondre
#3
Ça pose la question de la dépendance à un média de masse. D'un côté, on est assuré de toucher un public plus large. D'un autre on est à la merci de l'éthique d'autrui, une éthique souvent consensuelle d'ailleurs.
méditation                                                             
TDA/H                                                                         
  Répondre
#4
C'est clairement a double tranchant ouais :/
  Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)