Dépendance Codéine, Besoin de vos conseils SVP
#1
Bonjour à tous, ( veuillez m'excusez le message est long je suis désolé )

Je me présente, j'ai 23 ans, je suis étudiant en médecine, en 4ème année :\\ ( donc je comprends bien "le mal" qui me ronge ( je ris sans rire en disant ça .. le rire 2.0 si vous préférez ). )

Si je fais appel à vous, c'est pour savoir si vous pourriez me donner quelques conseils pour arrêter de prendre de la codéine.

Ca peut vous paraître bizarre que j'en prenne, et je l'avoue moi même je n'ai pas forcément "le profil" typique d'un codéinomane si tant est qu'il en existe un particulier. J'ai commencé à prendre de la codéine après avoir réussi mon concours de médecine pour relâcher la pression et parce qu'en cours on avait vu que les opiacés, notamment codéine, morphine, détendaient et j'étais jeune et c** à l'époque :|.
Alors je me suis dis : Allez ! T'as réussi ton année, tu peux bien te détendre un peu.

Alors ça a commencé comme ça. L'été, le soir devant un petit film je me prenais 2 1/2 paracétamol codéiné ( et oui pour pas dépasser les 1G de paracétamol :wasted:, donc 1g de paracétamol et 50mg de codéine ). Et ça seulement de temps en temps. Je dirais peut être 1 fois toutes les deux semaines. Ensuite, je me suis dis " ooh sur le sable avec le soleil et la chaleur ça doit être agréable " :cker79: c'est débile de se dire ça non ? Alors j'en prenais de temps en temps sur la plage, puis le soir devant le film ! Puis en rentrant de soirée, après avoir bu pour bien dormir.

Alors oui ça cachait quelque chose : beaucoup de stress suite à mon année intense de PACES ( concours médecine ), et puis je suis d'un naturel très anxieux mais pas dépressif je précise bien.

La première année, au fil du temps j'en ai pris tous les weekend. Toujours 50mg pour ne pas dépasser les 1G de paracétamol. De temps en temps je rajoutais 1/2 en plus, voire 1 ou 2 en plus ( 1200mg voire 1600mg de paracétamol en une prise vu mon poids : 90kg c'est pas très dangereux.. ) donc je m'habituais à 60mg puis 80mg.

bref, fini la présentation :

Maintenant, 3 ans plus tard, je suis obligé d'arriver à des doses de 200mg de codéine en une prise juste pour avoir l'effet apaisant du début. Car je n'ai jamais cherché à être vraiment défoncé, juste apaisé.
Alors comment je fais ? Je combine sirop pour la toux codéiné sans sucre et 3 cachets de paracétamol codéiné. Je bois le sirop en entier, cul sec et prends mes 3 cachets, et ça tous les jours. Et je ne peux pas m'en passer. ( Au moins vous me direz, au final dans la journée je ne prends jamais plus de 1200mg de paracétamol, donc à ce niveau ça va, j'ai lu pire sur le forum !!! )

Pourtant je n'aurais jamais du arriver à une situation pareille de part mes études, je connais les risques etc .. mais c'est comme ça, c'est trop c** et trop tard maintenant.


Alors je viens faire appel à vos expériences si vous voulez bien m'aider un petit peu, pour arrêter cette connerie d'opiacé, je regrette tellement avec du recul. Je n'ose pas en parler à mes professeurs, ni à mes potes, ni aux médecins car ils discutent entre eux si vous saviez .. et je veux pas qu'on se dise : " lui, l'étudiant drogué " meme si je précise que je n'en prends que le soir, lors de mes stages à l'hopital la journée je suis "sobre" si on peut dire ça comme ça Smile

(j'ai déjà essayé d'arrêté mais j'ai jamais tenu plus de 1 semaine, et faut voir dans quel état : hyperactivité, mal d'estomac terrible, diarrhée et j'en passe ).


Merci d'avance à tous le monde et j'espère que vous allez bien de votre coté Smile et également merci de m'avoir lu ..
  Répondre
#2
Déjà le premier conseil que je puisse te donner ça serait de trouvé un moyen de prendre de la codeine sans en passer par le paracétamol ou le sirop pour la toux. Car il existe des cachets de codeine pur et qui vont moins te faire de mal physiquement si on enlève tout les excipients. Il faudrait que tu n'augmentes plus les doses à partir de maintenant, ça serait bien pour toi.

Ensuite, il ne va pas être facile d'arrêter un opiacé et si tu ne veux pas passé par divers drogue de substitution, il faudra que tu en passes par le manque. Et pour ça je t'invite à prendre contact avec un médecin au moins. Car le manque au opiacé n'est pas facile et ne pas te sentir entouré peut être un grand frein a ta sortie de ta dépendance.

Pour le moment il faut penser à ralentir ta consommation, pour la stabilisé et pouvoir la réduire. Mais parles en a des gens qui peuvent être là pour toi physiquement car ta santé est plus importante que ce que l'on peut pensé de toi.
I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
  Répondre
#3
Merci d'avoir répondu aussi rapidement c'est génial Smile
Concernant le sirop pour la toux, le miens est sans sucre et contient juste un expectorant qui plus est non camphré donc je pense que c'est assez inoffensif (parce que la version sucrée est à 9g de saccharose pour 15ml, je vous laisse imaginer ( multiplier ) sur 200ml la quantité que ça représente ; c'est un coup à devenir diabétique ça limite sur la durée ).
Après mettre mes 3-4 cachets de para-codéine au frigo chaque jours c'est chaud sachant que je vis avec ma mère ( plus pour longtemps ouf, fini tangy :yawinkle: ) je me vois mal lui dire : "touche pas à ça à coté des yaourt, c'est pour mon extraction à froid de ma codo maman" haha vous imaginez le truc ?


Pour te répondre GuyGeorge ( merci d'avoir pris le temps de me lire également aussi :yawinkle: ), je vois que tu as de bonnes connaissances en pharmaco, tu es dans le métier ???
Personnellement j'adore la pharmaco, et j'ai regardé un petit peu les caractéristiques de l'ibogaïne, effectivement elle est assez sélective des récepteurs opioïdes et moins des récepteurs serotoninergique. Après, je ne consomme pas de Tramadol, donc mes récepteurs HT ne sont pas sollicité de façon artificielle, la codéine n'ayant pas une action sérotoninergique significative.
Donc c'est très intéressant ce que tu m'as proposé là. De plus je ne connaissais pas cette technique avec le DXM, je vais me renseigner dessus merci beaucoup.


Après je réponds à ta dernière question : la codéine nuit à mes études énormément, dans le sens où j'alterne des phases de grosse motivation et des phases amorphes ou je suis capable d'arrêter de réviser mes cours pendant 2-3 semaines tellement que je ne suis plus motivé, et après je dois rattraper tout ça, en dormant très peu, c'est vraiment pas cool .. Le matin je me force à me lever sinon je peux dormir jusqu'à 13heure .. Heureusement je ne le fais que rarement.

En tout cas, je sais que je passe vraiment pour une chochotte à parler de mon problème de codéine avec des doses qui sont basses finalement ( 200mg par jours ) mais pour moi c'est déjà un problème ..

Merci à vous deux encore de m'avoir répondu
  Répondre
#4
alexis33000 a écrit :En tout cas, je sais que je passe vraiment pour une chochotte à parler de mon problème de codéine avec des doses qui sont basses finalement ( 200mg par jours ) mais pour moi c'est déjà un problème ..


Pas du tout, c'est mieux que si t'avais demandé de l'aide une fois arrivé à 12g par jours vois-tu... Pour ce qui est de ton problème, je m'excuse mais je n'ai pas de solutions, j'avoue ne pas trop connaitre les opiacés, mais si sa peut aider, je soutient ta démarche de nous en avoir fait part et de vouloir te sevrer. Courage ! Tu passera forcément par des phases que tu trouvera pas évidente, mais dit toi que bien souvent c'est une fabrication de l'esprit, ce moment un peu désagréable est simplement transformé par ta dépendance psychologique. Donc courage, tu passera outre et t'y arrivera !

Comme le dit Stonix, comment tu est perçu est bien moins important que ta santé, d'autant plus lorsque c'est au futur amplifié par ta paranoïa : c'est pas parce que tu pense que les gens vont mal te voir que ce sera le cas ! Il y'a beaucoup de gens compréhensifs en ce bas monde, fait leur confiance.
human mind is a incredible treasure with all the richess of the world... have that in mind when you use your credit card

[MaNaissance][TR 01][ReNaissance][Expérience]
  Répondre
#5
GuyGeorge a écrit :J'aimerai, je suis en master de biochimie.


Si je me rappelle bien, tu souhaitais faire ça dans le sud ouest....ça l'a fait?
  Répondre
#6
Ha merde! J'allais sortir l'apéro....:angry:
  Répondre
#7
Du coup Alexis, t'en prends tous les jours ?
La codéïne se prête bien à un arrêt progressif, sous sa forme de cachets c'est facile de se rendre compte des doses ingérées. Il est possible de réduire très progressivement, en enlevant genre 15mg tous les 2 ou 3 jours par exemple. Si tu te lances là-dedans il ne faut ne jamais se précipiter, même si y'a des jours où tu te dis que c'est bon, que t'as pas besoin de consommer ce jour là. Il est important de s'en tenir à la régularité.
En principe avec une méthode comme ça il y a moyen d'y arriver en douceur en quelques jours et sans subir le moindre manque.
Tout est vrai.
« Il arrive que la folie soit partagée par tous, on l'appelle alors la normalité. »
Artisan de Liberté
« La discipline est la différence entre ce que tu veux maintenant et ce que tu veux le plus. »

Anna
Le partage crée l'abondance.
  Répondre
#8
Je rebondis juste là-dessus n'ayant pas les connaissances pour participer plus :
alexis33000 a écrit :Après mettre mes 3-4 cachets de para-codéine au frigo chaque jours c'est chaud sachant que je vis avec ma mère ( plus pour longtemps ouf, fini tangy :yawinkle: ) je me vois mal lui dire : "touche pas à ça à coté des yaourt, c'est pour mon extraction à froid de ma codo maman" haha vous imaginez le truc ?

Sinon en ce moment les températures extérieures sont assez proches de celle d'un frigo. Si ce n'est que pour une trentaine de minutes, un rebord de fenêtre peut aussi faire l'affaire non ?
  Répondre
#9
Guy tu pourrais en dire plus sur le DXM ?

Ca dure et on ressent la baisse de tolérance apres combien de temps ? parce qu'on est en train de monter ma metha pour l'instant mais si je peux éviter en faisant comme ca c'est plutot pas mal.
  Répondre
#10
Je me demandais justement avec la kéta.

Effectivement quand j'ai commencé la metha je consommais de la kéta h24 et 30mg de metha etais suffisant.

C'est quand j'ai arreté d'en consommer que je suis monté a 50mg.
  Répondre
#11
distille la codéine ( réduire le cachet un poudre dans un verre diluer dans de l eau tiède mettre 30min au congel filtré avec un filtre a café et boire )
sinon remplace par une autre drogue plus facile a arrêter (cannabis) .
  Répondre
#12
Oh la... Deja ce sont deux drogues qui n'ont rien a voir et conseiller le cannabis a quelqu'un en étude de médecine... On a vu plus judicieux.

Sinon ce serais cool d'avoir des nouvelles, franchement le seul conseil que je puisse te donner serait, à mon avis, de "stabiliser" ta conso a un palier qui te permettrait d'éviter le manque sans ressentir trop d'effets, (100mg?), puis d'attendre des vacances (si tu en as l'été par exemple), pour complètement arrêter en étant serein puisque le stress des études sera largement moins présent, en baissant les doses ou en utilisant les techniques citées plus haut mais en essayant de le faire rapidement et sans trop te faire de mal, histoire de te débarrasser de cette mauvaise habitude et d'attaquer l'année suivante de manière sereine et de ne plus jamais remettre les pieds la dedans.

Après je suis pas professionnel mais il est toujours plus simple d'arrêter quoique ce soit quand on a pas de pression sur le dos je pense.
  Répondre
#13
Des nouvelles seraient effectivement appréciables, j'espère qu'alexis se porte bien/mieux. Merci a GuyGeorge également pour la pertinence de tes posts ! Smile
  Répondre
#14
@Alexis
J'allais justement ouvrir un thread à ce sujet, donc merci déjà (:
A propos de conseil, outre concernant ceux qui se base sur la substitution, je dirais qu'il ne faut pas oublier de soigner le mental par des activités qui demande de la réflexion/rapidité/productivité/précision et par conséquent incompatible avec le prise de codéine. Cela occupe et vide l'esprit. Le mieux c'est le sport ! Couplé à une bonne alimentation c'est déjà quelque chose de très bénéfique laissant à ton corps toute son énergie pour gérer le manque.
Ensuite je te souhaite tout le courage nécessaire, je te comprends pleinement.
je zap je meurs
  Répondre
#15
J'ai moi même des problèmes avec les opiacés. Ce que je peu te conseiller c'est déjà d'arrêter de prendre du ***********, et de prendre seulement de la codéine. Il y a des moyens pour séparé la codéine du doliprane mais je suis pas la pour parler de chimie. Déjà ça te fera un mal en moins au niveau de ton foie.
Après tu peu commencer par réduire les doses petit a petit de 10% par 10% chaque semaine ou deux semaine selon comment tu te sens. Bien sur tu auras des symptômes de manque. Le plus chiant sera sans doute la température de ton corp, tu auras froid alors porte souvent des vêtements pour te tenir chaud . Peut être que tu auras des envies de vomir ou une perte d'appétit ainsi que une diahré fréquente. Mais ça se gère facilement. Pour moi le plus dure, c'est les impatience, tu peux faire une crise ( c'est comme ça que j'appel ) et c'est vraiment pas agréable, voir une torture.. Moi pour les calmer je me met dans le froid le plus possible, et je met des sacs avec des glaçons sur moi ou l'endroit ou j'ai l'impatience... Voilà j'ai pas plus a ajouter, mais je te conseil quand même d'en parler a un médecin avant, arrêter les opiacés c'est pas a prendre a la légère.
  Répondre
#16
J'espère que j'ai pu un peu t'aider, je t'avoue ne pas avoir lu les posts des autres. Si tu as d'autres questions n'hésite pas a me demander ici ou a me MP. Ou même si tu as besoin de parler a un inconnus si t'es pas bien quand tu seras en manque hésite pas. Être entouré et écouté favorise toujours les sevrages.
  Répondre
#17
Salut à toi,
premièrement je tiens à te dire qu'il est totalement proscrit de prendre des médicaments à base de paracétamol et codéine à but récréatif; sachant que le paracétamol est très dangereux à haute dose. En plus de ça il t'est possible de te procurer des médoc contenant seulement de la codéine, et ce, sans ordonance.

En second, je voulai faire part d'une de mes experiences qui m'est arrivé il y a peu et qui a été horriblement humiliante et douloureuse : La sonde vésicale.
En effet, j'ai été hospitalisé il y a quelques jours après avoir fait une rétention urinaire dûe à la trop grosse dose de codéine. Je ne dirai pas que je suis un grand consomateur mais c'était loin d'être ma première fois malgré la dose de 400mg pour - plus ou moins - 57kg.

Je te passerai les détails de cette " opération " mais je peux t'assurer que je souhaite à personne de vivre ce que j'ai vécu, c'est pourquoi j'ai fait un trait sur la codéine, et que je conseil à tout le monde de stopper cette molécule qui peut engendrer des dégats physiques et humiliants ( il y a des opiacés beaucoup plus interessants et moins dangereux ).

Avec courage et perseverance tu arriveras à stopper !!
Cordialement.
  Répondre
#18
GuyGeorge a écrit :Putain et ducoup les symptômes de la rétention urinaire c'est quoi? Un psychonaut (goodtrip me semble t-il) en avait eut une à cause de la codéine il y a quelques années. Et la sonde dans la vaissie rien que d'y penser ça fou les chocottes...


ben, t'as envie de pisser mais tu peux pas ; la vessie gonfle et durcit ce qui provoque des douleurs abdominales... jamais expérimenté une sonde dans la teub mais je crois que je préfèrerais mourrir (sisi euthanasiez-moi svp)...vais pisser un coup moi tiens.
Cela dit singesage, c'est sur que pour décrocher de la codé ça doit pas mal aider :grin:
Ce qui est fait n'est plus.
  Répondre
#19
singesage a écrit :il y a des opiacés beaucoup plus interessants et moins dangereux


NAN. La codo est bien moins addictogène que la plupart des autres, ce qui en fait la moins dangereuse sur ce plan là. Ils sont tous dangereux de plusieurs façon. Même l'héro la plus pure provoque des dégâts sur le corps, elle n'est pas neurotoxique mais toxique.

Il n'y a rien d 'intéressant dans l'usage récréatif de ces molécules, juste de l'auto-destruction, juste un piège. Arrêtez d'balancer des conneries comme ça.
Tout est vrai.
« Il arrive que la folie soit partagée par tous, on l'appelle alors la normalité. »
Artisan de Liberté
« La discipline est la différence entre ce que tu veux maintenant et ce que tu veux le plus. »

Anna
Le partage crée l'abondance.
  Répondre
#20
Lotre a écrit :NAN. La codo est bien moins addictogène que la plupart des autres


t'es sur de ça Lotre? (sources eventuellement? expèrience perso?)
Ce qui est fait n'est plus.
  Répondre
#21
Expérience perso. Je me suis sorti plusieurs fois sans trop de mal de longues périodes de codo quotidienne, ainsi que d'un mois de tramadol LP, en réduisant progressivement. Pas de soucis après pour passer plusieurs semaines/mois sans en consommer. Jusqu'à ce que je retombe, pour des raisons qui n'étaient plus de l'ordre de la dépendance, mais du bordel psychologique qui peut amener quelqu'un à se jeter là-dedans.

Par contre après un mois et demi d'héro, même en freinant de toutes mes forces pour rester à des doses quotidiennes pas trop élevées, c'est pas le même topo. Sevrage physique épique, ensuite dépression, et un mois et demi après l'arrêt j'en suis pas sorti. Je consomme quasi quotidiennement de la codo justement pour pas péter des câbles, je me défonce à n'importe quoi, j'prends de la md seul chez moi, les benzo qui me rebutaient totalement sont devenus pluri hebdomadaires. Froid, jambes qui courrent toutes seules. Bref... pas du tout la même histoire.

Mais bon, j'dois admettre que tout ça, la plongée dans l'héro et le sevrage qui dure, sont aussi liés à un contexte, à des choix personnels malencontreux, un manque de savoir vivre j'ai envie de dire, au sens propre. C'est pas juste la molécule, mais quand même, l'héro a cette particularité d'être méga accrocheuse, bien plus que les autres. Sa courbe d'effet l'explique peut-être en grande partie.

La morphine ne doit pas être loin derrière, l'héroine n'étant qu'une pro-drogue qui délivre de la morphine rapidement et intensément directement dans le cerveau. Ainsi que ses résidus de 6-MAM (MonoAcétylMorphine), qui apparemment serait encore plus puissante que l'héro et qui est contenue en plus ou moins grande concentration dans les différents batch d'héro. La ROA joue beaucoup et la rapidité ainsi que l'intensité de l'effet, la capacité de redrop illimitée, contraiement à la codo qui a une limite d'elle-même, pas possible d'aller piquer du nez sous codo seule.
Tout est vrai.
« Il arrive que la folie soit partagée par tous, on l'appelle alors la normalité. »
Artisan de Liberté
« La discipline est la différence entre ce que tu veux maintenant et ce que tu veux le plus. »

Anna
Le partage crée l'abondance.
  Répondre
#22
Lotre a écrit :Même l'héro la plus pure provoque des dégâts sur le corps, elle n'est pas neurotoxique mais toxique.

Genre dommages irréversibles dès quelques prises... ?

Lotre a écrit :Il n'y a rien d 'intéressant dans l'usage récréatif de ces molécules, juste de l'auto-destruction, juste un piège. Arrêtez d'balancer des conneries comme ça.

Il y a donc toujours abus et jamais de réel usage récréatif lorsqu'on touche aux opiacés ? (C'est une vraie question à prendre au premier degré. )
  Répondre
#23
Non Acromyrex, tu as raison il y a effectivement moyen de profiter des effets apaisants d'un opiacé ou d'un autre sans pour autant devenir un jour dépendant. Ils peuvent comme tout autre état modifié de conscience apporter quelque chose de positif. Mais le risque est élevé. Je dirais que si on kiff vraiment beaucoup l'effet alors il faut se méfier grave. Mais je sais aussi que ça ne sert à rien de dire ça à quelqu'un qui n'est pas encore passé par le côté obscur de la force.

Dommages irréversibles après quelques prises non! Il faudrait sûrement de longues périodes de prises et cela dépendrait encore de la RoA et de l'intensité de la conso. Perso, après quelques jours d'hero snifée ma circulation sanguine était bordélique et j'avais des signes type syndrôme de Réno (ou je sais pas comment ça s'écrit) avec le bout des doigts privés de sang pendant de longs moments. Ça peut mener à des nécroses dans les cas extrêmes, souvent reliés à l'utilisation de l'injection mais vu mon cas je pense que la RoA n'est pas seule en cause.
Après il y a des sources qui décrivent des lésions d'Olney provoquées par l'usage répété d'opiacés.

De plus les opiacés constipent, réduisent l'activité digestive en inhibant les mouvement intestinaux. C'est sympa au début de ne plus avoir faim mais ça peut mener à de la dénutrition.

Citation :Il y a donc toujours abus et jamais de réel usage récréatif lorsqu'on touche aux opiacés ? (C'est une vraie question à prendre au premier degré. )


Je vais répondre à cette question d'une autre façon, d'un point de vue différent bien qu'il soit encore le mien, mais ne sommes-nous pas multiples ? J'ai connu l'utilité des opiacés lorsque j'ai fais un petit séjour à l'hopital, où ils me servaient à m'appaiser de douleurs vraiment aigües, type à la limite du supportable. Je pouvais plus m'allonger, obligé de dormir assis, juste pour donner une idée. Je profitais aussi de leurs effets "psychotropes" car je connaissais déjà bien cette classe, j'hésitais pas à convaincre le personnel médical d'y aller fort sur les doses, et je découvrais les joies de la perfusion et de la sous-cutanée. Mais en sortant de là j'étais comme dégouté des opis récréatif, j'avais largement ma dose, j'avais compris à quoi ils pouvaient SERVIR et pour ça je les remerciais d'exister. Je m'étais promis de plus y retoucher récréativement. Promesse non tenue quelques jours plus tard. Mais c'est juste que de ce point de vue-là, il n'y a pas d'usage récréatif qui ne soit un abus, ou du moins un détournement, un détournement de ce qu'ils peuvent nous apporter de vraiment utile et salvateur, tandis-ce que la défonce reste la défonce, pas forcément motivée par une recherche égoïste, mais qui s'avère rarement résoudre plus de problèmes qu'elle n'en apporte, dans le cas des classes de produits hautement addictogènes et peu ou rarement psychédéliques.
Tout est vrai.
« Il arrive que la folie soit partagée par tous, on l'appelle alors la normalité. »
Artisan de Liberté
« La discipline est la différence entre ce que tu veux maintenant et ce que tu veux le plus. »

Anna
Le partage crée l'abondance.
  Répondre
#24
Merci pour ces précisions Loutre Wink

En gros, si j'ai bien capté, tu te sers de la codo un peu comme substitut en fait, non? pour pallier aux effets du manque? tu t'es déjà renseigné sur les autres TSO (sub, metha)? je suppose que oui...ça peut être une alternative sur du long terme si t'as une tendance à t'accrocher aux opis.
Ce qui est fait n'est plus.
  Répondre
#25
C'est la journée du copié-collé ^^ (aller-retours avec le groupe de la dépendance aux opis).

J'en ai parlé à l'occase avec une pro, de façon informelle, elle m'a fait prendre conscience que ma démarche d'auto substitution n'était pas forcément plus intelligente que d'entamer un protocole méthadone. Notamment au niveau du nombre d'excipients que je m'envoi dans l'estomac. Mais la métha me faisait peur par son côté sevrage plus long que l'hero, pas moyen de bouger de ville trop longtemps, et j'ai un pote qui réduit sa metha depuis 15 ans du coup je voulais pas me retrouver dans la même situation, ayant déjà décro de la codo plusieurs fois je pensais que c'était une meilleure solution.

Juste pour dire qu'aujourd'hui c'était journée sans opis. Mais bon j'me suis assomé autrement alors je sais pas si ça compte, deux heures après le réveil je tenais déjà plus debout, là c'est mon deuxième réveil et ça tangue toujours x)
Tout est vrai.
« Il arrive que la folie soit partagée par tous, on l'appelle alors la normalité. »
Artisan de Liberté
« La discipline est la différence entre ce que tu veux maintenant et ce que tu veux le plus. »

Anna
Le partage crée l'abondance.
  Répondre
#26
ha oui ok, j'avais pas encore mater l'autre topic :grin:
dans lequel je suis entièrement d'accord avec aure d'ailleurs. lacher l'affaire avec la methadone c'est long certes mais le gros avantage ç'est que ça défonce pas. je ne dis pas ça perso en connaissance de cause mais en tant qu'observateur; pas mal de potes englués dans cette merde...la plupart jongle avec plusieurs opiacés en faisant leur propre TSO et c'est du nawak en fait, malgre leurs motivations sincères de sevrage (car marre de la dependance) ils sont en fait toujours (inconsciemment je pense) à la recherche de leurs 1ères sensations avec les opis. et le fait de zapper entre héro et medocs leur donne l'illusion de moins s'accrocher.
par contre, 2 d'entre eux (qui sont en couple avec enfants en bas age, ça peut avoir son importance) suivent un traitement metha depuis presque 2 ans et s'y tiennent avec rigueur. c'est pas la fiesta tous les jours mais quand je les vois, je constate que leur état (physique et mental) se stabilise peu à peu... enfin désolé , je m'étale..mais le contraste est assez fort à mes yeux.
"qui va piano, va sano" comme disait mon grand père (et c'était pas un vieux con moraliste hein..)

1 journée sans opis c'est déjà ça Lotre; enchaine une 2ème pour voir..Wink
Ce qui est fait n'est plus.
  Répondre
#27
EDIT: Reecrit, dorénavant lisible.

La Codéine apaise les douleurs tant psychologiques que physiques et aussi attenue pas mal de symptômes des pathologies psychiatriques les plus répandus. Je t'inscris pas chez les fous. C'est juste que j'étais dans tes baskets il y a des années de ça. Je connais les marcheroutes pharmacies les divers *******, ********, Euphon gélules et autres, les douleurs d'estomac d'avoir été obligé de consommer des centaines des pilules et autre joies de cette addiction mise sous un tapis, qu'on ignore et prétend qu'elle n'existe pas. J'ai choisi la substitution. Le problème c'est que le goût de l'euphorie est resté. Du coup en qqs mois j'ai d'abord passé de 0.6 à 28 mg de Subutex et puis j'ai découvert la "sniffe de Subu" une activité qui consiste a sniffer les comprimés écrasés de se sentir archi defoncé pendant 1h ou deux, se comporter en gros crétin, se croire le contraire et se défoncer les narines en même temps.
Alors j'ai changé a la methadone. J'ai consciemment accepté de prendre ce prod qui me tient prisonnier depuis dix ans pour 1,5G de codéine par jour, quel con... De plus est, j'ai, encore une fois, rapidement monté à 120mg et resté endormi durant a peu près quatre a cinq ans. Méthadone a 120mg c'est la vie rêvée, littéralement par contre. Des siestes de 16-18h et la vie parait tellement distante que tu la sens pas du tout.
Tout d'un coup je me suis reveillé à une dose de cheval de MDMA. Mais le réveil allait durer que quelques heures maxi. J'étais obligé de me concentrer tous les jours pour ne pas oublier ce que j'ai ressenti et de MD en MD j'ai réussi a rester éveillé et baisser à 80. Méthadone c'est une galère mon pote et j'en suis loin d'être fini avec cette saloperie. Aujourd'hui a 30 je n'ai fait que le plus facile. A partir de 30 ça se corse.
Cette belle histoire pour dire quoi au fond? Bah ca se trouve a la place de m'enchaîner a une clinique metha pour la vie j'aurais été mieux de voir un psy et recevoir un traitement pour la pathologie qui déclenchait la conso de codeine. Ce que je serai obligé de faire de toute façon maintenant que la Lumière Sacré de l'illumination m'a béni des dons de clairvoyance et un jour je vais arrêter la metha pour revoir quoi ou plutôt qui? Le vieux ami symptôme de la pathologie déclencheur.
Crois moi si tu trouve pas quel est ta pathologie déclencheur tu vas revenir a la codéine ou pires même si tu fais un arrêt "Cold Turkey" (a l'eau et au pain en d'autres termes). C'est un cercle vicieux quimon pote qui ne s'ouvre uniquement si on trouve la CLE: Ton symptôme déclencheur. Bonne nouvelle t'es pas abonné HP pour la vie. Ça peut être aussi benign et indolore qu'une légère bipolarité (résolu avec un traitement peu contraignant. Angoisse suite a un traumatisme (psychothérapie de qqs mois suffira, voir aussi un léger anxio), dépression (antidepresseur), borderline (neuroleptique). TOUS des choix peu chères a se taper une addiction a l'hero (car la France ne commercialise pas les opiacés intermédiaires comme hydrocodone) t'auras pas grand choix a monter en intensité. J'ai seulement réussi une fois de procurer une ordo de oxycodone et fentanyl). Skenan (morphine) est en circulation aussi mais faut le shooter par contre pour ressentir le fameux défonce a la morphine old school.
Fais le bon choix les gens sont la pour t'aider et surtout courage.
  Répondre
#28
Est-ce que les médecins peuvent prescrire des TSO pour un individu vraiment addict à la codéine? C'est une question que je me pose depuis pas mal de temps. Merci d'éclairer ma lanterne.
  Répondre
#29
Oui.
Un peu dérangé, maintenant que j'y pense... AH OUAI !! HAHAAAAAAAA :finger:
  Répondre
#30
Oui, mais je ne pense pas que ça soit souhaitable !
Le subutex me semble bien plus addictif que la codéine. (enfin, le sevrage me semble plus compliqué quoi)
Oui, ce post ne sert à rien, je sais.
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Dépendance à un traitement anxiolitique, comment l'éviter ? Tridimensionnel 30 868 27/11/2019 02:01
Dernier message: Tridimensionnel
  Pétition remise en vente libre de la codéine HibouMechant 29 1,059 19/09/2018 14:16
Dernier message: Aiskhynê
  De la lune de miel à la dépendance: description précise des effets typiques des opiac Phil 2 611 04/04/2018 14:21
Dernier message: no_id
  Ce soir on interdit la codéine sans ordonnance. Groovie 131 8,835 03/09/2017 16:36
Dernier message: Groovie
  Sévrage Bupré et addiction Codéine Against 15 1,713 08/06/2017 16:00
Dernier message: Tarte-O-Pions
  Codéine et subutex NukaCola 54 5,948 14/02/2017 20:00
Dernier message: no_id
  Améliorer un trip au Tussipax (ethylmorphine + codéine) rafael1000 36 31,826 14/02/2017 12:39
Dernier message: Cosmodope
  Extraction codéine: questions . myo6 51 19,395 30/01/2017 00:15
Dernier message: Lotre
  Des conseils pour gérer la descente d'oxycodone ? Paza0 3 895 16/09/2016 23:03
Dernier message: Tumbleweed
  Association de la codeine et l'alcool Fly 12 44,024 05/04/2016 14:05
Dernier message: Sludge

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)