Quoi de neuf ?

Bienvenue sur Psychonaut.fr !

En vous enregistrant, vous pourrez discuter de psychotropes, écrire vos meilleurs trip-reports et mieux connaitre la communauté

Je m'inscris!

La vie, quelle ironie.

mariecarette9292

Matrice périnatale
Inscrit
15 Jan 2024
Messages
2
Je voulais oublier mes problèmes pour un soir, mes plus beaux souvenirs s'effacent au fil et à mesure. Je cherchais le bonheur, mais j´ai préféré le plaisir. Les gens me regardent de manière bizarre, je me sens surveillée et jugée, j'ai perdu la notion du temps. J'ai abandonné mes rêves naïfs, mes espoirs inutiles. Je suis devenue cynique, apathique, complètement névrosée.

Je ne dors plus, les nuits passent et le diable me suce le sang jusqu'à plus soif.

Je sais que mes yeux fuient, mes mains tremblent mais cette sensation est incroyable, je vis pour cet instant. À quel moment je me suis faite bouffer par mon propre corps ? Je ne me pose même plus cette question, j'ai depuis longtemps accepté mon "sort". Au début, on se roulait nos premiers joints en groupe, on prenait nos premieres cuites. On se tapait nos premiers rails le samedi soirs, proches, comme dans les films.

On faisait des expériences pour pouvoir raconter des histoires plus tard. Mais petit à petit mes potes s'éloignent mais j´y reste, alors j'en garde toujours un peu sur moi et chez moi. Maintenant je me cache , ils me disent que j'ai pas besoin de ça pour être heureuse. Ceux qui me font la morale et me méprisent aujourd'hui oublient qu'on a commencé ensemble. Grande insouciance. J'ai toujours été à la limite du précipice, y'a que défoncée que je m'apprécie.

Ça tourne dans ma tête, pas de temps pour des relations sérieuses et stables.

Une obsession qui me ferait perdre du temps. Si j'en faisais un business, je pourrais combiner l'argent et le matériel. Rentabilité. Pratique, je n´ai rien a perdre vu mon cas. Je ne suis pas le genre de fille à mendier ou à travailler 35 heures par semaine pour fréquenter des personnes que je n'aime pas. Je ne peux pas être hypocrite, d'autant plus que je supporte de moins en moins les gens que j'apprécie. Je perds progressivement les amis qui me restent, c'est le jeu, de toute façon quand je suis avec eux mon unique envie est de rentrer chez moi pour défier mon anxiété et ma bêtise. Leurs sourires forcés, leurs faux airs et leurs grimaces quand ils me disent que j'ai l'air ailleurs. Je ne suis pas entrain de divaguer en disant qu'ils s'en sortiraient mieux sans moi. J´ai l´impression d´avoir besoin de combattre le mal par le mal. Un peu comme si ma famille et mes amis n'étaient qu'une petite partie insignifiante ma vie. Souvent le soir, je me retrouve clouée sur mon canapé, le visage pâle, complètement ailleurs. C'est comme si je refusais d'accepter mes émotions. Souvent je pense à eux, à ma famille, à mes proches. Je pense qu’ils commencent enfin à comprendre ce que je fais. Après tout, c’est un peu de leur faute, ils sont legerement responsables. Je ne m´arreterai ni pour ma mere ni pour mon pere car je suis convaincue que je ne ressentirai jamais rien de plus intense. Je me sature le nez de dopamine, je bousille ma peau et je vide mon esprit juste pour ressentir un peu d'émotion.

Je vais me rendre moi-même à l'abattoir, j'ai pas besoin d'escortes, je sais où c'est.
 

xyzt_

Mlle je-fais-tout
Inscrit
9 Déc 2019
Messages
779
je ne sais pas qui tu es et quelle est ta vie mais sincèrement : force à toi
 

Sorence

zolpinaute de la sapience
Inscrit
11 Oct 2022
Messages
4 265
Salut ! En te lisant je me suis demandé quel âge tu as, depuis combien de temps tu es dans cette situation. Tu nous racontes quelque-chose de très absolu et je comprends complètement ce sentiment. Pourtant c'est une déformation, un biais : c'est vraiment rare les situations vraiment sans issue, les histoires déjà écrites.

J'ai abandonné mes rêves naïfs, mes espoirs inutiles.
Aujourd'hui tu les trouves naïfs, inutiles. Peut-être à raison. De la même manière, ce cynisme, cette apathie, ce névrotisme, il existe des futurs dans lesquels tu les trouves naïfs, pas pertinents, anodins.
La vie est extrêmement résistante. Il se passe un million de choses tout le temps. En réalité, tu ne sais pas où tu vas...

Bon courage, force à toi.
 

Sandman

Ⱡł₥ł₦₳Ⱡ ₮Ɽ₳₥₱
Inscrit
6 Nov 2015
Messages
3 782
Pronoms
Il / lui
Je partage complètement l'avis de Sorence. Rien n'est figé, même quand à l'instant T t'as l'impression que c'est le cas.

y'a que défoncée que je m'apprécie.

Je suis dans le même cas, y'a que sous downer que je me sens bien. Après si t'arrive à développer une passion ça peux te permettre de regagner un peu de confiance en toi, de penser à autre chose, de te trouver une identité, un lien avec tes émotions et aussi de mieux vivre la solitude. Je pense vraiment que ça peux aider à retrouver un intérêt pour la vie même si je ne sais pas si ton état te permet d'envisager une telle recherche.

As-tu déjà été dans un parcours thérapeutique (diagnostic, soins, parole, médication) ? Cela peut aider aussi. Parfois on tourne en boucle dans sa tête en pensant avoir tout décrypté et que personne ne peux mieux comprendre que nous même mais avoir un regard extérieur peut aider à se débarrasser des biais et identifier réellement les mécanismes qui entretiennent le mal être et l'addiction.

Bon courage.
 
Dernière édition:

Acacia

𝓥𝓪𝓹𝓸𝓾𝓻𝓸𝓾𝓼 𝓢𝓱𝓪𝓭𝓮𝓼蒸気の色合い
Inscrit
25 Mai 2017
Messages
5 290
Je me suis déjà senti.e comme tu le décris ... quand j'étais bien en dépression pour ma part .

Et oui, très peu de gens comprennent l'addicion a moins d'être ou avoir été dedans, mais si ça leur pose un problème, tu peux déjà le voir comme un signe que ces amis tiennent a toi .

Mais ça existe des gens tolérants ou des façons de dire les choses dans une relation , et les addictions, ça se soigne, mieux aujourd'hui qu'il y'a 50 ans d'ailleurs . Ce n'est pas parce que tu souffres énormément que ça va continuer a être la merde . Et ce n'est pas parce que tu t'éloignes de certaines personnes que tu ne vas pas en rencontrer d autres , peut etre plus saines ...
 

forêt

Sakura
Inscrit
14 Mai 2023
Messages
619
💪
 
Haut