La santé et les consos

  • Auteur de la discussion Auteur de la discussion Canin
  • Date de début Date de début

Canin

le Hutin (EEEEEHeh)
Salut bande de drogués ! Cette quinzaine, en pleine réflexion sur le nombre idéal de burpees à faire pour mieux triper le jour suivant, j'ai un peu dérivé vers des questionnements existentiels. 


Alors voilà je vous pose la (les) question : quelle place occupe votre santé dans le rapport que vous avez aux drogues ?

Est ce que ça impacte le rythme des consos, tout simplement ? Ou c'est dans le contre-coup que vous le sentez peut être, voir même, est ce que ça oriente les produits vers lesquels vous vous tournez ? 
Certains y trouvent peut être un aspect psychonautique. Comment on raite son corps, quand on l'utilise pour naviguer dans les idées ?
 
Comme je suis jeune et con j'ai du mal à vraiment conscientiser le fait que je me détruit la santé à long terme. Par contre quand je sens des effets néfastes à court terme ca me saute plus au yeux. L'été dernier j'ai eu très mal aux jambes (muscles et tendons) à cause sans doute d'une combinaison de travail physique et de teuf, le tout sous speed. Ca à été un des trucs qui a fait que j'ai ralenti, mais j'ai quand même attendu jusqu'à ce que ca ne soit plus tolérable. Sinon quand je sens que mon pif est bloqué ou que mon bide est acide après une nuit de débauche je pense un peu à ma santé aussi. Ou parfois quand je fume.

Par contre les burpees pour mieux tripper il me faut l'explication
 
les burpees c'est peut-être une référence parabolique (donc indirecte mais qd même...) à la grenouille de Psychonaut.fr ?
 
C'est pourtant simple : 

Burpees = sport = oxygénation accrue du sang = accélération de la circulation sanguine = plus de litres/minute qui passe par chaque endroit du corps = y compris entre le cerveau et la localisation impliquée par la ROA choisie = montée plus rapide

Blague à part j'imagine que chez la plupart des jeunes consommateurs c'est un questionnement qui vient après le développement d'un intérêt certain pour les drogues. Peut être le psychonautisme se situe-t-il quelque part entre l'instinct de survie et les pulsions autodestructrices 

:huh:
 
Je suis en train d'arrêter le tabac (du moins quotidiennement) parce que je sentais que ma santé en prenais un coup et que chaque clope ne m'apportais rien, grosse culpabilisation aussi à chaque fois que j'en fumais.
Le problème c'est que maintenant quand je fumes beaucoup de petards en soirée j'ai super mal à la gorge le lendemain car je perd l'habitude de fumer. C'est pour ça que je vais essayer de plus vaporiser.

En fait plus que ma santé directement c'est plutôt une question d'argent et de confort physique. Dans le sens où quand je consomme et que je suis tout sec, même en buvant énormément d'eau (c'est moi le pote qui viens proposer de l'eau h24 aussi :), j'ai tendance à penser qu'à ça. Après peu importe les sales lendemains je vais pas me limiter pour autant mais plutôt essayer de consommer autrement et de faire en sorte de contrer les effets négatifs de ma conso en buvant de l'eau, en ménageant mon cœur quand je peux (genre remplacer la caféine par le sucre pour éviter trop de tachicardie selon ma conso et quand même rester bien éveillé).
 
L'alcool me fait des gueules de bois du futur après 2 verres, donc j'en tape quasi plus sauf pour le goût.

Sinon la bonne rouste rénale que j'ai eu avec la ké m'a beaucoup calmé sur les dissos mais pas totalement. Maintenant je consomme moins et je bois beaucoup plus d'eau quand j'en prends.

J'aime aussi bien faire du monitoring en terme d'oxymétrie et de pression sanguine + bpm, c'est pratique pour savoir si mon corps peut supporter un redrop, ou alors si mon corps est vraiment dans un bon état ou que c'est juste moi qui m'imagine des trucs.

Et globalement je fais très peu de sport + j'ai un corps d'enfant qui n'a pas eu assez de GH, et ça me va très bien. Pas de souci à déplorer pour l'instant à cause de ça.
 
Perso j'ai un rapport particulier comme beaucoup j'imagine, j'essaie de faire attention et en même temps j'me suis pris des sacrés mélanges parfois qui m'ont mit limite ma vie en danger.
Maintenant j'essaie de faire gaffe, j'ai arrêté pleins de trucs et je consomme plus rien au quotidien à part la nicotine.
Pour le cannabis je vaporise, la clope j'suis passé à la cigarette électronique, l'alcool j'en bois plus, les dissos c'est fini.
Je prends mon trip de lsd par mois et j'essaie de me tenir loin des substances néfastes pour le corps.
Malgré tout j'ai récemment essayé le crack, si j'ai des opiacés j'injecte, mais j'essaie de faire ça safe avec le bon matériel.
J'alterne entre les deux entre consommation à risque et raisonnée.
 
C'est fou mais quand j'y repense, la valeur que j'accorde à ma santé en général et y compris avec les consos dépend vachement de si je suis en période de grosse consommation de Benzo ou non .

Quand j'ai commencé la drogue avec le Zopiclone, l'Alcool, le Tramadol, le Cannabis, le DXM , les Champis et le LSA au lycée, j'étais très conscient.e des risques que je prenais , je limitais au plus possible la fréquence surtout pour le DXM que je savais bien toxique et le tramadol que je savais addictif .

Je ne connaissais pas le risque donc je buvais sous Zopiclone mais après m'être mis.e en danger sous ce combo ja vais arrêter .

Puis j'ai toujours essayé d etre sage, fuir les stim car j'avais peur mon cardio en + du craving , limiter la fréquence des psyches, éviter la MD, éviter trop les dissos toujours des test allergique, jamais Eyeball pas de combo hasardeux sur le plan physique et je culpabilisais bcp pour mes poumons de fumer .

Ensuite quand j étais a balle dans les Benzo j en avais plus rien a foutre, je les mélangeais a des dissos ou du Kratom, je faisais des mélanges de 2 psychés + 1 disso enfin n'importe quoi 0 respect de l'attente entre les prises je prodaiis quand je voulais, et autant de joint que je pouvais en financer .

Là en sevrage , je fais à nouveau giga attention, je commence toujours les nouveautés a faible dose, j eyeball pas, je prend pas d autres dépresseurs que mon traitement et j ai arrêté la combustion ... pour ma santé !
D'ailleurs mon principal motif de flippe sous psychés c'est la peur d'avoir des soucis physiques genre trop danser sous psyché stimulant : peur d arrêt cardiaque , peur de la vasoconstriction end ose heavy de LSA etc

C'est généralement ça qui me rend anxieux sous psyché ou meme sous cannabis , ma santé, des peurs sur mes poumons ou la tachycardie en space cake etc .

Je fuis les dissos pour am santé mentale et physique, et les stim j aime pas anyway tant mieux

J'essaye de consommer le moins de RC possible en ce moment en terme de psychés aussi, j'essaye un max de rester sur le LSD ou des plantes mais je m autorise la DPT, la Métocine, la 5-MeO-MiPT et le 2C-E que je trouve inégalés dans la nature les HHC et leur pote si je trouve ma source réellement fiable .
 
Le problème c'est que maintenant quand je fumes beaucoup de petards en soirée j'ai super mal à la gorge le lendemain car je perd l'habitude de fumer. C'est pour ça que je vais essayer de plus vaporiser.

chez moi c'est le fait de fumé depuis longtemps qui fais que j'ai la gorge irrité donc ca arrache, avant le vrais tchernobile (shit marocain que je conssomais dans les 90') me faisia pas ça.
 
Ben j'imagine que c'est aussi possible mais ducoup étant plutôt un gros fumeur de tabac ma gorge était habitué, maintenant que je suis sur la fin de mon arrêt (1 clope par jour, bientot 0) j'ai vraiment senti la différence, surtout que fumer 3 pet me défonce la gorge alors que je pouvais en fumer beaucoup plus sans rien sentir avant :/
 
Pour ma part, le sujet m'est venu alors que j'essaye de décrocher un peu des stimulants, pour ma santé. Pourtant j'aime ça, mais juste c'est pas tenable si je veux rester actif dans ce qui me plaît. 
En plus tout ça a coïncidé avec le visionnage du dernier film de Paradox, graffeur de Berlin qui est, au passage, straight edge. Et je vais pas mentir il m'a un peu convaincu, l'idée étant : pourquoi prendre des trucs euphorisants le week end pour compenser ma semaine desclave du capital, qui sert elle même à me payer des trucs euphorisants pour... Et à la fin on fait rien, on produit, on nourrit Babylone. Alors qu'on peut aussi se passer de tout ça, produire de l'art, des idées, faire des backflips sur des trains, descendre des éoliennes en rappel et tout. Mais pour ça faut être en forme.

Perso je regretterai jamais (facile a dire maintenant) mes expériences psychonautiques. Elles sont hyper enrichissantes. Mais réellement tout ça m'a permis de mettre des mots sur les raisons qui peuvent pousser à limiter ses consos.

Après voilà je voudrais nuancer tout ça. Même quand j'étais sportif mais genre vraiment, avec du sport 20h/semaine minimum, je me privais pas de découvrir les drogues. C'est exactement à cette période que j'ai testé pour la première fois le LSD, la salvia, les benzo en mode défonce, les noïds de synthèse. 

Mais quand même ça remonte, et entre deux il s'est passé des trucs. 
Notamment une année en Pologne dont je suis pas revenu indemne, et justement à cause de consos que moi même je trouve problèmatiques.
Vraiment j'étais pas en forme, et ça me plaisait pas.

Finalement j'ai l'impression, en lisant les réponses, qu'il y aura toujours une dicotomie assez étrange autour de ce sujet chez les drojés. En même temps normal, on cherche tous ici à Réduire des Risques. Ça veut bien dire qu'on y va consciemment, et qu'on va faire attention.

Y a quand même ce sujet qui revient de la fumée. Que ce soit pour les clopes, joints, pipes à eau... Peut être parce que c'est le geste le plus régulier souvent, et qu'on sait qu'il fait pas du bien. 
Ça me rappelle ce genre de conversation, toujours un peu la même, quand deux gros bedaveurs se croisent alors qu'ils sont en passe d'arrêter. En général ça donne "ptn j me sens mieux, au niveau du souffle et tout. Je dors mieux. Et je me rends compte que j'ai perdu tellement de temps. -Ouaid la même, tout pareil, à se demander pourquoi on a autant attendu, et dépensé tant d'argent."
 
Herbivore a dit:
Ben j'imagine que c'est aussi possible mais ducoup étant plutôt un gros fumeur de tabac ma gorge était habitué, maintenant que je suis sur la fin de mon arrêt (1 clope par jour, bientot 0) j'ai vraiment senti la différence, surtout que fumer 3 pet me défonce la gorge alors que je pouvais en fumer beaucoup plus sans rien sentir avant :/
j'imagine que c'est compliquer je suis un vieux fumeur et d'apres le medecin il y à 5 ou 10 ans j'avais la gorge tres irrité.
 
Je sais pas si ma gorge était si irrité que ça pourtant, je sais pas si ça joue mais comme j'ai 19ans j'ai fumé 'que' 4 ans quotidiennement je pense qu'elle doit pas aller si mal
 
de ce que j'ais eu, sur moi à 17 ans je fumais des roulées et tres peu de joints, ça m'est revenue, donc je topais tout les ans  une bronchite au moment de l'autonne, mais à sifflé des poumons!
j'ai commencer à fumer à 13ans.

tu fumais des indus???

c'est pas pareille les roullé!
 
Je suis un gros dégueulasse moi mdr j'ai fait un peu indus, ensuite roulées, ensuite tabac à pipe (que j'ai fumé au tonc pendant une tite période après avoir décrété que les filtres ça sert à rien)
Ensuite là j'ai vraiment pris cher avec plus d'un an de tabac fait maison en roulés puis là j'ai reussi à faire 3 jours sans tabac et remplacer par CE et vaporisation pour le cannabis
Et dans tout ça à toutes les périodes plein de pétards en plus
C'est plus grave de fumer pendant sa croissance nan?
 
c'est juste étonnant qu'il soit consommé par des footballeurs à l'occasion comme un dopant légal

je voudrais bien avoir du snus dans ma pharmacie comme le CBD... ce sont tous des produits rassurants en réserve dans la pharmacie chez soi.
 
Retour
Haut