S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


[Sujet de la semaine] Triper en ville

#1
Lightbulb 
On parle bcp de la prise de psyché en forêt, dans la nature, les zolis zanimaux, communion avec les arbres... mais la plupart d'entre nous vivent en ville maintenant. Est-ce qu'ils vous arrive de triper en milieu urbain ? Comment le ressentez-vous ?

Pour ma part j'ai tendance à me cacher pour triper car je n'ai pas confiance en moi et je pars facilement vrille / paranoïa sous le regard d'autrui. Donc, si je ne suis pas dans la petite maison de rêves au milieu des arbres, je reste chez moi. Ressentir la nature est encore ce qui m'intéresse le plus dans les psychés : par exemple, lors d'un trip solitaire, je suis sorti en direction du fleuve et je suis resté là quelques heures. J'étais seul au bord de l'eau, à regarder les gens vivre, ça en me dérangeait pas d'être en ville ; mais sur le chemin par contre, tout ce béton, cette croûte dure et infertile sur laquelle se réverbérait le soleil, ce n'était pas agréable. Et j'avais peur de tomber sur quelqu'un qui me regarde bizarrement etc. Mais si j'étais avec quelqu'un, un.e complice, peut-être que ça me plairait néanmoins.
méditation                                                             
« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »
#2
(13/05/2019 00:18)PaRa a écrit :
Je suis un trippeur tout terrain. Seul chez moi quand le produit sédate, sinon j'ai tendance à aller me balader en ville. Surtout la nuit, quand il n'y a personne et qu'on se sent maître du territoire. Territoire que j'ai tendance à marquer sur mon passage.

Escalader une grille et aller taper un train en despi ça m'éclate complet.


Putain j'avais jamais calculé que c'était toi ! x)

Malheureusement la nuit on est pas toujours seul. Ça dépend aussi du type de ville. Dans les villes de banlieue assez résidentielles c'est plutôt calme, mais dans les villes un peu ghetto ou dans les grandes villes on est rarement vraiment seul et c'est un peu plus risqué. Déjà que ça arrive de temps en temps qu'on se fasse choper par la patrouille la nuit, je préfère autant ne pas être en plein trip à ce moment là. Ça m'est déjà arriver de finir en GAV pour s'être taper un train, mais l'alcool aidant mes sens n'étaient plus vraiment là, mais sous psyché j'imagine pas l'horreur. D'ailleurs ce coup là c'était pas de ma faute, comme quoi en journée comme pendant la nuit, être à plusieurs ça peut sécuriser comme ça peut te foutre bien dans la merde.

Sinon les seuls moments où j'ai pris le coups de sortir dehors et en ville c'est souvent juste avant l'aube. Comme ça on assiste à l'aube, avec les lueurs des réverbères et si on est chanceux la petite rosée du matin, pour peu que le quartier soit sympa c'est magnifique. Dans ces conditions j'ai déjà eu des visions poétiques assez marquantes, du genre comme si le goudron de la route était les sentiers dessinées par les écoulements de lave d'un volcan. Mais ça nécessite toujours un petit peu de nature (parce que comme y'a ville et ville, y'a nature et pleine nature).

Après quand l'environnement est trop urbain (la ville ville, genre Paris) je trouve pas ça très intéressant. Peut être qu'avec les buildings où sur certaines architectures très riches (j'imagine bien la Sagrada Familia) ça peut être sympa, mais je pense qu'en journée je pousserais pas les dosages, je resterais sur quelques choses de très léger pour prendre le moins de risque possible.

Faut dire aussi que pour l'instant j'ai vraiment trouvé ma zone de confort en intérieur. J'ai toujours réussi à avoir tout ce dont j'avais besoin à ma disposition et y compris des sujets de stimulations sensorielles vraiment cool. Donc je ressent pas plus que ça le besoin de tripper en extérieur. A la limite en nature et sur un trek pourquoi pas, mais c'est déjà tellement cool sans ça.

Par contre un de mes fanstasmes ce serait de faire un trip dans un environnement à la Stalker. Mais je pense que ça resterais mieux au stade de fantasme avec mes souvenirs du film, parce qu'en vrai les eaux boueuses et polluées ça doit pas être hyper agréable ^^
#3
Passé les premières fois, tripper en ville ne me pose plus le moindre problème j'aurais même tendance à dire que j'ai du mal à envisager un trip où je ne passe pas au moins quelques heures à errer dans les rues et les parcs . La ville perds son aspect pratique et deviens un terrain d jeu géant .
Sous psychédéliques, à chaque fois ça m'émeut beaucoup de faire des chemins de routine, de redécouvrir avec des yeux d'enfants les endroits qui habituellement m'emplissent d'ennui .
En plus, explorer la ville, partir loin, se perdre se retrouver, le tout sur de longues heures avec mon casque sur les oreilles ça prend toujours un aspects "odyssée mythique" .
On observe les gens, leur petite vie avec un tel détachement j'ai parfois l'impression d'être dans un roman de Zola ou Maupassant dans ces moments .

J'ajouterais que la ville, de nuit comme de jour offre un incroyable spectacle visuel, de jour ça bouge de partout, les voitures, les commerces, les marchés, un pur foisonnement de couleurs et de formes, la nuit les lampadaires me font littéralement vriller, pareil pour les phares de voiture en plus, on y fait souvent des rencontres éphémères très marrantes .

Sous dissos par contre, c'est une autre histoire toutes les fois où je suis sorti dehors sous ké étaient assez catastrophiques . Quoi que les feuilles de Salvia s'adaptent pas mal au tram de Montpellier (tant qu'il n'y'a ni contrôleurs ni connaissances qui viens te parler ^^)

Pour ce qui est de la paranoia, je me suis rendu compte que chez moi, sortir après plusieurs joints (et j'ai une bonne petite tolérance je crois) est largement plus anxiogène que sortir sous psyché .

J'allais oublier : se prendre une montée de MD sur un long trajet à pieds pour rejoindre des amis c'est assez fantastique !

Avec un complice, on a plus tendance à se lacher, faire des fous rires au mauvais endroit au mauvais moment, s'amuser à faire n'importe quoi, de nuit dans des endroits calmes c'est très amusant mais c'est un coup à passer un sale quart d'heure dans un quartier chaud ou de jour dans un endroit où l'on risque de croiser des connaissances ou la police .

En dépit de tout ça, vivre un trip dans la nature à condition de bien connaitre le coin (je pense à certains précis que j'apprécie particulièrement) est un peu fantasme mais je n'en ai jamais eu l'occasion, je m'imagine déjà gambader entre les chênes et les bories, tomber en extase devant un petit animal ....
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
#4
Moi j'aime tripper partout Big Grin
Mais vue que j'habite en ville je trippe souvent en ville, c'es fun, c'est aléatoire et remplis d'imprévus.
À petits dosages, j'aime particulièrement me pauser a un bar déguster une pression et tripper tranquillement en discutant avec des amis ou le staff du bar.
Par contre je découvre rarement un prod en dehors de chez moi, j'ai besoin de me sentir en sécurité pour découvrir un truc nouveau
#5
Citation : Avec un complice, on a plus tendance à se lacher, faire des fous rires au mauvais endroit au mauvais moment, s'amuser à faire n'importe quoi

Hem c'est pas faux.
Je sais généralement me tenir mais j'ai des anecdotes assez embarrassantes. Notamment m'être retrouvé tout seul sous LSD au comptoir du fast-food, des néons dans la gueule et face au gérant, alors que mon pote venait de partir en courant et en hurlant de rire. Je ne dis pas la galère pour réussir à passer commande d'autant qu'à l'époque je n'avais pas le "mode-d'emploi" du fast-food et donc je ne savais réellement pas quoi faire.
Une autre fois, j'ai dû rester en mode poker-face non loin d'un pote qui criait en se roulant par terre parce qu'il ne comprenait plus rien... ceci à 10 mètres des dealers du coin.
Extrêmement gênant, tout ça.
méditation                                                             
« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »
#6
je tripe en appart car un coin de nature sans perssonne y'a pas ça chez moi, domage j'aimerais, bien experienté ça dans la nature.....
Citation :Pour ma part j'ai tendance à me cacher pour triper car je n'ai pas confiance en moi et je pars facilement vrille / paranoïa sous le regard d'autrui.
la looze, pour moi c'est pareille....
"it is a very fine line between clearheadedness and insanity with this compound".

legalkan kratom!!!Angry

 
#7
Je trip souvent en ville aussi, au tout début ça me dérangeait la civilisation, même à la campagne !

Dès que je voyais un élément humain je détestais...

Maintenant je me suis habitué et ça ne me choque plus, même si je préfère carrément triper en pleine nature !

On va dire que maintenant je suis aussi un tripeur tout terrain ! Wink
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
#8
Le facteur "Trucs chelous" augmente tellement statistiquement quand t'es tripé que je suis toujours assez parano à l'idée d'aller en ville, pendant le plateau en tout cas, en afterglow ça va si pas trop dosé. En cambrousse c'est excellent, l'été avec la végétation luxuriante... une nuit de pleine lune brumeuse une fois, tout simplement magique... jamais été à la mer par contre, ça doit être quelque chose.
#9
Moi quand je me droguais encore à l'époque au DXM je triplais en mode plateau 2 de DXM, ou du moins tant que j'arrivais à marcher droit j'allais en ville si il fallait que j'achète un truc. Aucun problème.Avant ça je trippais au MDPV, et oui, là, en ville, les gens sont envenimés, possédés, aliénés, alors même qu'on parait normal, tout le monde autour de nous cherche à nous jouer un sale tour, même nos propres parents appellent les flics dès qu'ils découvrent un sachet, complètement aliénés, que des vendus.
#10
Si je puis me permettre, c'est probablement plus la MDPV que les gens qui est en cause... cette drogue est quand même connue pour rendre vachement parano Big Grin
méditation                                                             
« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »
#11
oui la décente est paranoiyante, je me rapelle d'un trip en train à paris, je suis rentré en flip total je suis passer dans une forêt avant de rentré chez moi, bien pendand 1 h tout le long du voyage en train et à pied , j'ai crue que les flics me suivais, même les banioles avais les vitre noir et peu être potentiellement des keufs à l'interieur.

d’après ma psy ça s’appelle une psychose amphétaminique, la pire parano de ma vie comme dirais phat ass.

en gros c'est un petage de plomb même si tu te sent ok, la mdpv fais pèté les plomb, it is a very fine line .....
"it is a very fine line between clearheadedness and insanity with this compound".

legalkan kratom!!!Angry

 
#12
Marrant comme sujet, étant donné que mon dernier trip s'est déroulé à Amsterdam alors que je ne connaissais même pas la ville.... J'ai appris à faire du vélo sous LSD et ceux qui connaissent la ville savent que c'est un véritable bourbier la circulation là bas ! 
C'était une sacré experience mais je dois dire merci à ma chère 3-MMC capable de redonner du courage à n'importe qui ! Un ami a fait un bad trip et il fallait rentrer, autant vous dire que les petits paras ont totalement changé la donne :p 
Sinon on s'est beaucoup baladé, et juste la distance de la langue nous permettait d'être un peu plus dans notre bulle, franchement aucun soucis à assumer si ce n'est que de rouler le prochain joint ! 

Mais je dois dire que sous un vrai trip, je préfère aussi rester tranquille avec mon équipe, sans trop de contact avec la réalité, je préfère notre bulle. Néanmoins tout dépend de comment t'assumes le trip ! Avec l'expérience, tu sais te gérer et ne pas faire ce qui est trop "remarquable" et plus d'une fois on s'est retrouvés avec mes potes dans la vie "réelle" alors que c'était Woodstock dans notre tête haha !


Topics apparemment similaires...
  [Sujet de la Semaine] Les drogues et le rêve Tridimensionnel 9 578 04/05/2020 00:01
Dernier message: mortybal
  [Sujet de la Semaine] Drogues et Confinement Cookies 44 1,294 02/05/2020 21:32
Dernier message: Devanagari
  [Sujet de la Semaine] Consommation et pression sociale Cookies 13 419 28/04/2020 13:08
Dernier message: EEEEEHeh
  [(hors)Sujet de la Semaine] Le confinement, se retrouver avec soi-même Cookies 4 160 14/04/2020 08:16
Dernier message: Payere
Lightbulb [Sujet de la semaine] Comment cherchez vous l'information ? Cookies 7 595 10/04/2020 12:46
Dernier message: PSYCHOCRACK
  [Sujet de la Semaine] L'Expérience Psychédélique Cookies 7 374 21/03/2020 20:02
Dernier message: amicale_du_pc
  [Sujet de la semaine] Initiation et responsabilité Biquette 16 702 05/03/2020 16:01
Dernier message: Groovie
Lightbulb [Sujet de la Semaine] Consommer de la MDMA ailleurs qu'en contexte festif ? Tridimensionnel 11 488 18/02/2020 23:08
Dernier message: PsychoDiego
Lightbulb [Sujet de la semaine] Votre orientation spirituelle ? Biquette 7 505 05/01/2020 17:30
Dernier message: Cookies
Lightbulb [Sujet de la semaine] Sortir en soirée sans consommer ? Biquette 8 482 05/01/2020 17:13
Dernier message: Tridimensionnel



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.