S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Pourquoi n'ai-je jamais l'impression de voyager ?

#1
Bonsoir,

Voici le compte-rendu de mon expérience de mercredi.
Pour rappel : j'ai pris pour la première fois durant l'été 2021 des truffes de différentes variétés, sans être satisfaite des résultats. 

Des infos de ces expériences passées ici : https://www.psychonaut.fr/Thread-Demande...rapeutique 

Sinon je ne fume pas, je bois rarement et je ne prends aucun traitement médical. 

Séance n°5 psilocybine - 30g truffes Atlantis. (Mon maximum ayant été 45g d'une autre espèce l'an passé. Je ne vois pas d'effet différent en fonction de la dose, si ce n'est mon estomac qui accuse plus ou moins le coup sur le moment).

L'objectif thérapeutique : Me connecter à la joie de vivre/jouissance de la vie. (dépression latente depuis l'adolescence, j'ai 31 ans). 

1m70 - 65 kilos.

Préparation : 
- nettoyage à la sauge et prière de protection (je sais que des "entités" peuvent profiter de notre vulnérabilité)
- Ingestion en trois prises de 10G de truffes façon Lemon Tek pendant 1H30. J'en ai repris puisque comme les fois précédentes, sans effet apparent immédiat.

Pendant ces 90 minutes, j'ai écouté une vidéo d'hypnose, espérant changer plus facilement d'état de conscience : sans effet autre que détente. 
Après, j'ai écouté de la musique chamanisme au tambour avec le même espoir : j'ai juste failli m'endormir.

Comme les fois précédentes : 
- c'était très désagréable à avaler, je me forçais pour les vertus de l'expérience
- j'ai eu vite envie de dormir
- mon estomac était en vrac mais je n'avais la nausée que si je bougeais donc gérable
- j'ai ressenti une variation de ma sensibilité au monde seulement 4 heures plus tard, soit 30 minutes avant de m'endormir. Je m'explique : 

1-     Lorsque j’arrivais à calmer le mental, c’est-à-dire ne plus penser avec ma volonté pendant trois secondes, j’étais dans un silence d’une autre nature qu’habituellement. Beaucoup plus dense. Cela me faisait un peu peur. 


2-    Lorsque j'arrivais à poser mon attention sur un point autour de moi, j'avais l'impression que mon imagination gagnait en relief physiquement. Par ex : J’observais le tapis de bain dans la salle de bain en faisant pipi. Si je cherchais à ne plus penser trois secondes, je voyais des formes que j’avais l’impression d’imaginer, un peu comme on devine des formes d’un nuage qui passe dans le ciel. C’était des images qui me venaient à la tête et s’inscrivaient en filigrane dans le tapis : deux empereurs égyptiens, un couple d’asiatiques de style Chine impériale (avec des lunettes pour l’homme, intello). Je précise : aucun lien avec ma vie ou mes préoccupations.


3-    Lorsque je clignais très vite des yeux, des traits rouges et bleus créant une géométrie se formaient. Comme une persistance rétinienne étrange. 


4-    Confusion mentale : J’avais des pensées tout à fait banales mais qui se chevauchaient les unes aux autres. Je voyais combien mon mental se transforme en un rien de temps. Par exemple, mon ami accompagnateur vient se coucher près de moi, il est torse nu. Je le vois de dos, dans la salle de bains. Je me dis « il pourrait être un étranger ». Cette pensée anecdotique prend tout de suite des proportions. Comme si, pendant trois secondes, je bloque sur cette idée et que je crois que c’est un étranger. Je passe de façon aussi raide à une autre pensée. 

J'ai ressenti ces quatre types d'effets A CHAQUE FOIS que j'en ai pris.
Ce qui me fait croire que je ne pourrais pas obtenir davantage d'effets. 

Mais je reste sur ma faim, avec ma problématique initiale non résolue, comme à chaque fois. A croire que mon intention thérapeutique n'a aucun poids sur l'expérience vécue qui m'apparait tout le temps bizarre mais ni agréable ni aidante...

J'en reprendrai une fois la semaine prochaine (car je suis toujours dans un cadre sympa pour ce faire : belle maison avec beau jardin et forêt). Auriez-vous des conseils pour diversifier mes effets ? Avez-vous déjà ressenti ce genre de phénomènes ?

A vous lire, j'ai le sentiment de passer immanquablement à côté de grandes choses.
#2
Pour diversifier les effets, diversifier le contexte de prise. Si à chaque fois tu restes dans un cadre passif et statique, c’est normal que l’expérience en soit amoindrie. En plus de la musique d’hypnose c’est fait pour être très peu stimulant justement.

Sachant que les effets psychédéliques des champignons s’expriment surtout par les distorsions sensorielles et mentales, en gros ton protocole actuellement c’est de fait taire tous les signaux qui pourraient t’indiquer que tu es en train de triper.

Pour l’objectif « Me connecter à la joie de vivre/jouissance de la vie » je verrais plutôt des activités joyeuse ou jouissives…
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »


ICI
#3
Coucou,

Ah oui en effet, c'est décevant.
Le conseil qui me vient là tout de suite en te lisant c'est d'essayer un autre type de musique.
On est tous différents évidemment mais pour mon cas, ce qui marche bien c'est la musique electro, ni trop downtempo ni trop speed mais gaie ou au moins groovy. Le style Deep House, Progressive House est très efficace pour me faire décoller en douceur mais à coup sûr. Tu as le côté hypnotique grâce aux beats réguliers, avec de belles basses profondes, chaudes et en plus, les petites mélodies répétitives envoutantes qui prennent vraiment une autre dimension sous psilo.
Il y a des disques de Chill Out/Lounge qui peuvent aussi te procurer un cocon de douceur et de bien-être, propice au lâcher-prise et à l'introspection
Et au contraire, je n'aurais jamais l'idée de faire un trip avec de la musique agressive, triste ou trop complexe musicalement. Même le classique me semble à choisir avec précaution, même si les cantates de Bach me tentent pour un prochain trip car je décolle déjà dessus même sans rien prendre.

Je peux te donner des listes si tu veux tenter.
Ladies and Gentlemen, We Are Floating in Space
Jason "Spaceman" Pierce, 1997.
#4
"1- Lorsque j’arrivais à calmer le mental, c’est-à-dire ne plus penser avec ma volonté pendant trois secondes, j’étais dans un silence d’une autre nature qu’habituellement. Beaucoup plus dense. Cela me faisait un peu peur. "

Normal, la peur te montre à quel point tu n'est pas habitué à rester calme sans rien faire, à pouvoir lâcher prise et ne rien a avoir à penser ou contrôler.

Fais de la méditation chaque jour sans jamais rater un jour, même si ce n'est que 10 minutes, fais le. Ca va changer ta vie et puis par la même occasion ça te permettra de "voyager" beaucoup plus facilement car tu seras assez conscient pour pouvoir lâcher prise, de plus en plus, jusqu'au lâché prise TOTAL (qui mène souvent à l'éveil ou "l'illumination") ces mots sont des pointeurs, ne les associez pas a une philosophie/religion ou quoi que ce soi.
#5
Je crois que pour la musique, c'est chacun son truc et chaque musique peut influencer un trip sous psilos. Je dis pas qu'essayer d'autres types de musique est inutile, au contraire...
Il m'était arrivé de me passer des albums de Marilyn Manson sous psilos, il y a 20 ans plus ou moins, parfois mélangés avec des morceaux de 1200 micrograms, c'était peut-être pas très introspectif mais les trips (même avec une bonne quantité de psilos secs) étaient bons, mais agités, très spéciaux, intenses, avec des transes étonnantes, de la glossolalie rarement, et de belles hallus aussi, mais que des bons souvenirs au final.
#6
Citation :Fais de la méditation chaque jour sans jamais rater un jour, même si ce n'est que 10 minutes, fais le. Ca va changer ta vie

Bon, faut pas non plus mystifier le truc et créer des espoirs démesurés. Je les ai faites, les 10min/jour. Ça a changé des trucs mais ça restait léger, et ma vie est fondamentalement restée la même ^^ bref comme pour les champis, les médicaments et cetera, il n’y a pas de remède miracle…
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#7
Peut-être un détail important (?) que je n'ai pas dit, concernant ces musiques et trips un peu "agités" moyennement introspectifs mais avec de belles hallucinations, c'est que les psilos étaient mangés associés avec une boisson matinale corsée (café au lait sucré + Ma Huang). Et pendant cette période, il y avait aussi (au départ de celle-ci) un SSRI en plus, censé réduire les effets paraît-il, pourtant les effets étaient impressionnants..., mais les doses de psilos étaient un peu fortes aussi.
J'étais jeune et mon cœur était solide à cette époque; si c'était aujourd'hui,  j'hésiterais à faire ce mélange, peut-être.
#8
(31/10/2022 06:08)Sorence a écrit :
Citation :Fais de la méditation chaque jour sans jamais rater un jour, même si ce n'est que 10 minutes, fais le. Ca va changer ta vie

Bon, faut pas non plus mystifier le truc et créer des espoirs démesurés. Je les ai faites, les 10min/jour. Ça a changé des trucs mais ça restait léger, et ma vie est fondamentalement restée la même ^^ bref comme pour les champis, les médicaments et cetera, il n’y a pas de remède miracle…


Depuis combien de temps le fais tu, as tu arrêté, as tu méditer chaque jour sans rater un jour ? 
Je suis sceptique et soi honnête dans ta réponse stp. 
Peut-être que tu as fais comme moi, les premières années je méditais 10-20 min en ratant parfois des jours et je le faisais assez inconsciemment, comme ci c'était une corvée ou un "travail sur moi", alors là j'étais passé à côté du shift que j'ai eu plus tard. 

Parce-que la méditation c'est comme la muscu, si t'en fais un mois ou un an et que t'arrêtes, ça sert a rien c'est du temps perdu. Si t'arrêtes 1 semaine la muscu au lieu d'être régulier, c'est contre-productif aussi.

Si tu veux les effets il faut t'y tenir chaque jour et ce que j'ai remarqué c'est que à un moment donné après l'avoir fait suffisamment longtemps en durée ou jours, il va y avoir un shift dans ta conscience qui va te faire réaliser à quel point c'est important de méditer, de ce shift ou cette "réalisation" le désir de méditer plus longtemps va s'installer naturellement et tu passeras de 10 min a 20, 30, 1 heure voir plus par jour.

En fait c'est radical le changement que la méditation crée avec assez de pratique. C'est comme le jour et la nuit.
Avant je vivais ma vie en étant inconscient, maintenant je vis en étant conscient de 50% de plus de choses et ça ne fait que évoluer... Vivre sa vie en étant conscient c'est le plus beau des cadeaux que j'ai pu me faire
#9
Charte a écrit :
L’expérience personnelle et les témoignages ont toute leur place sur le forum ; nous demandons simplement aux membres de ne pas les généraliser en faits objectifs. Pour cela, iels peuvent employer des modalisateurs tels que « je pense que » ou « d’après mon vécu », etc. Par exemple, ne dites pas : "le LSD est la substance ultime car il guérit les gens qui en prennent" mais "je trouve que le LSD est la substance ultime car il m'a guéri".


C'est aussi valable pour la méditation ^^ Même si elle semble avoir des effets bénéfiques dans certains cas spécifiques, ce n'est pas pour autant que tu peux généraliser ton expérience personnelle à tout le monde. La méditation personnellement avait plus tendance à empirer ma dépersonnalisation.
Self-made chemist  and pharmacologist
Nuit Blanche Suisse, RDR forever!
Free will is a lie.
#10
Oui je comprend.

Je vous laisse ici avec ça en tête: Si la méditation se pratique depuis des milliers d'années à travers toute partie de la planète par des gens de toutes cultures/croyances (athées, religieux, scientifique etc...) c'est peut-être qu'il y a quelque chose d'important à découvrir derrière ça ;) ce quelque chose ne vient pas après seulement 6 mois de méditer 10 min seulement...

Voila faite en ce que vous voulez, moi ce qui m'a fait commencé c'était les bienfaits physique/mental prouvés scientifiquement (à l'époque je croyais en la science) et bien ça m'a apporté tout ça mais tellement plus que je n'aurai jamais imaginé. Car le reste que la méditation apporte ne pourra jamais se prouver scientifiquement, ça n'a aucune substance donc c'est impossible à étudier, quantifier ou définir.

Sinon pour en revenir à l'auteur, tu "voyageras" facilement après quelques mois de méditation quotidienne, ce bienfait est ridicule par rapport à tout ce que tu obtiendras en plus.
#11
J’ai médité environs 6 mois en commençant par 10min puis en augmentant progressivement jusqu’à 15-20min, mais j’ai arrêté lorsqu’etant dans une sale passe ça m’a renforcé des pensées suicidaires et provoqué une vilaine scarification Smile je regrette pas l’expérience et je songe parfois à m’y remettre mais ce n’est en aucun cas une panacée.

D’ailleurs je ne vois pas en quoi ce que tu décris ne serait pas mesurable, il suffit de prendre 5000 personnes qui méditent comme toi et de leur demander d’indiquer sur une échelle combien ça a changé leur vie, et on verra bien si ton expérience est généralisable. Si on a les fonds on pourra même faire du qualitatif en leur proposant d’utiliser leurs propres mots pour décrire ce que ça fait, et ensuite analyser le corpus avec les logiciels adaptés pour repérer des récurrences de significations. Scientifique n’est pas un gros mot, c’est simplement essayer de décrire un peu rigoureusement le réel
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#12
(31/10/2022 10:55)Sorence a écrit :
J’ai médité environs 6 mois en commençant par 10min puis en augmentant progressivement jusqu’à 15-20min, mais j’ai arrêté lorsqu’etant dans une sale passe ça m’a renforcé des pensées suicidaires et provoqué une vilaine scarification Smile 


Malheureusement t'avais pas compris l'importance de méditer qui est encore plus grande quand tu te sens mal / a ton plus mauvais jour. 
C'est justement en restant avec tes pensées suicidaires / émotions négatives / images mentales et tous les dialogues mentales que tu créais en toi que tu te serais libéré petit à petit de ça. 

La en arrêtant la méditation à ce moment là, tu t'es laissé prendre par ce torrent de pensées qui tournent à longueur de journée. 

Le plus dur c'est de méditer dans ces moments là, mais c'est dans ces moments la que c'est encore plus important de rester présent avec toi! 

Evidement je conçois que tu n'aimes pas ce que je te dis ici et que tu n'est sûrement pas d'accord. 

Mais voila c'est une réalité que tu peux vérifié par toi même avec assez de temps; quand tu es conscient des émotions / pensées que tu crées, elle ne peuvent plus t'impacter et tu peux décider de les laisser partir (lâché prise) 
Quand tu es inconscient, tu ne sais pas que tu es inconscient. C'est un problème de "catch 22". Et quand tu demandes à une personne "es tu consciente ?" elle te dira dans 99% des cas bien sûr que je suis conscient !

Et une autre erreur que tu fais ici c'est de mêler méditation à une religion / doctrine ou encore philosophie.

C'est une des croyances que tu tient sur la méditation qui t'empêchera de méditer et donc tu demeureras à vivre toute une vie en étant inconscient, pensant être conscient.
Ps: tu as supprimé ton commentaire ou tu disais que c'est du grand n'importe quoi religieux
#13
Encore une fois, merci de pas transformer des impressions à caractère religieux en vérités universelles, d’abord c’est assez méprisant pour tes interlocuteurs et ensuite c’est dangereux, donc c’est hors charte. Tu peux parler de tes expériences mais pas les transposer aveuglément sur des inconnus.
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#14
(31/10/2022 11:17)Sorence a écrit :
Encore une fois, merci de pas transformer des impressions à caractère religieux en vérités universelles, d’abord c’est assez méprisant pour tes interlocuteurs et ensuite c’est dangereux, donc c’est hors charte. Tu peux parler de tes expériences mais pas les transposer aveuglément sur des inconnus.


En tout cas une chose qui ne sera pas dangereuse pour toi, c'est de passer du temps avec toi (être présente pour toi) sans devoir te distraire avec un film, une vidéo, une musique, un gsm ou que sais-je. 

Et arrêter de mêler vérité universelle et religion avec méditation ne te rendra pas plus bête non plus ;)
#15
Merci du conseil Smile
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#16
Pour un être éveillé tu cherches beaucoup à avoir raison je trouve
let's groove 
#17
Avec plaisir, sur cet échange intéressant, je te laisse avec mon ami Silence, il aura bien plus de choses à t'apprendre que moi
#18
Ce qui est dit est plutôt clair (à moins que je le comprenne mal?): "mais j’ai arrêté lorsqu’etant dans une sale passe ça m’a renforcé des pensées suicidaires et provoqué une vilaine scarification ".
Je comprends que ses méditations ont provoqué ça, donc il me paraît sage d'avoir mis la méditation en pause.
C'est un peu comme si une personne dépressive ou déprimée décide de résoudre ses problèmes avec des psychédéliques. Ça peut marcher, mais même avec un environnement, un cadre d'expérience favorable, le psychédélique peut déclencher un passage à l'acte, un bad trip, etc. Ce que je veux dire c'est qu'il n'y a peut-être pas de "panacée" en toute circonstance et qu'il est bon d'être prudent quand on s'engage sur ces voies.

Par ailleurs, je pense qu'il est difficile de dissocier totalement méditation et religion - et drogues aussi. Je pense que ce sont des choses liées d'une certaine manière, comme les drogues (psychédéliques principalement), le religieux, et la philosophie qui pourraient être liés. Je pense qu'il y a des liens également, des origines communes.
Quant à la philosophie, il me semble d'ailleurs que beaucoup de philosophes ont expérimenté les mystères et des drogues psychédéliques. Ça a dû les aider...
L'usage des psychédéliques est selon moi la voie royale pour tenter de reproduire des états de conscience particuliers à travers certains types de méditation, ou autres pratiques de ce genre.
Donc je vois des liens (Du moins quand on cherche les origines de ces pratiques) qui sont pour moi évidents entre le religieux, l'esprit philosophique, les psychédéliques et ce genre de pratiques comme la méditation.

Puis "méditation", c'est un peu vague pour moi.
J'ai personnellement pratiqué une sorte de méditation qui semblait être sans rapport avec le religieux ou la philosophie: c'était des exercices quotidiens de respiration, visualisation, etc, le but était pour moi de me provoquer un état propice à l'autohypnose, entre autres, et de mieux gérer les situations difficiles au quotidien, donc pour mieux vivre.
On entend souvent des religieux parler de méditation; des chrétiens méditent et tendent à opposer cette pratique à la contemplation. De même en orient...
J'ai eu l'occasion d'entendre des personnes pratiquant la méditation et dire que c'était fait en dehors des croyances du moment, mais subitement j'entends un "Om",  ou des "Om mani padme hum", voire des instruments tibétains, etc.

Je vois donc des liens.
#19
Citation :Puis "méditation", c'est un peu vague pour moi. [...] des chrétiens méditent et tendent à opposer cette pratique à la contemplation
Tout à fait, d'ailleurs les Méditations Métaphysiques de Descartes sont un peu l'inverse de la méditation new-age.

Pour moi l'aspect religieux se trouve moins dans la pratique elle-même que dans l'argumentaire qui se déploie autour. Là je parle de ce que j'ai vu sur ce topic, pck les discours sont hyper divergents d'une pratiquant·e à l'autre.

Je pense en particulier à l'aspect masochiste de "il faut passer par la souffrance pour voir la lumière", censé décourager de s'éloigner du chemin puisque par conséquent, tout vécu désagréable quant à la pratique devient une occasion de la renforcer. Ça annule les possibilités de contradictions : tu vis bien ta pratique ? Super, c'est fait pour toi. Tu la vis mal ? Donc c'est fait pour toi. Cet enfermement (je trouve pas de mot mieux adapté) est typique d'un fait religieux, à l'inverse d'un fait rationnel qui est censé permettre la contradiction pour être valide (une théorie doit être falsifiable).

Dans la continuité, il y a la culpabilisation de l'infidèle : ça n'a pas fonctionné parce que tu t'es détourné·e (renversement de "je me suis détourné parce que ça n'a pas fonctionné"). Le dogme a plus de valeur que le jugement de l'individu : si tu n'adhères pas au dogme, c'est parce que tu as un problème. Tu souffres parce que tu as trop d'ego, ou tu ne veux pas lâcher prise, ou tu n'as pas le courage de payer le prix moral (mon conseil : si un jour un proche vous dit ça, barrez-vous et faites un signalement à la Miviludes). Par exemple, chez les chrétiens, on propose comme remède au manque de Foi... la prière. Hé oui, si tu n'es pas convaincu de la présence de Dieu sur Terre, ce n'est pas à lui de se signaler, mais à toi de fouiller au fond de toi-même pendant assez longtemps pour t'auto-conditionner à interpréter le moindre sursaut intérieur comme une Preuve (c'est mon interprétation, pas ce que disent les prêtres).

Et enfin, bien sûr, le prosélytisme.
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#20
Bonjour !

Merci beaucoup pour vos réponses (et le bonus, un débat enflammé sur la méditation).

Pour te répondre @Beetlejuice

En effet je ne suis pas habituée à rester calme sans rien faire. Mais ce n'est pas faute d'essayer ! Je médite depuis trois ans assidument : deux fois par jour 20 minutes. Il y a quelques jours où je n'ai pas médité mais c'est très rare. 

Lasse du peu d'effets des méditations guidées et voyant les bienfaits de la méditation transcendantale sur mon copain qui la pratique depuis des dizaines d'années, j'ai appris cette technique auprès d'un prof. Je ne ressens pas le "fameux plus de conscience" venant au fil de la pratique. Mon copain a ressenti les effets très vite, ce qui l'a motivé à poursuivre. 

En mars, j'ai fait une retraite méditative d'une semaine Vipassanna. J'étais très angoissée par la discipline de fer (méditer de 4H30 à 21H, SANS distraction) mais très motivée à l'idée de me donner toutes les chances pour y arriver. Je l'ai mal vécu comme je le redoutais : les idées les plus noires de mon existence, hyper mal au dos à être assise dès le premier soir, maux de tête puis rage de dent (ce qui ne m'arrive presque jamais). La prof disait que les tensions de mon corps se manifestaient du fait de la méditation (j'aurais pensé surtout de mon sentiment d'être en prison) et qu'en posant ma conscience dessus sans m'y attacher ça irait : non, mes douleurs ont disparu seulement quand j'ai quitté l'endroit. Je me suis sentie libérée, mais évidemment très déçue de ne pas être parvenue au calme intérieur.

J'ai une incapacité à prendre le recul d'observateur des pensées. Enfin je vois comment je fonctionne, mais je plonge dans ce que je pense comme si c'était la vérité/ma personnalité. Prendre de la distance est un truc à choper, peut-être comme garder l'équilibre à vélo. Ça vient naturellement chez certains ou en pratiquant la technique. Moi, je suis tout le temps au point de départ : brouhaha mental. 

J'alterne maintenant les deux types de méditation. Je sais que je devrais me concentrer sur une technique mais je ne vois pas plus de bienfaits à l'une qu'à l'autre. De la détente quand mon mental se calme, rien de plus. Mon compagnon qui a aussi fait la retraite Vipassanna, ressent beaucoup plus d'effets avec la méditation transcendantale que celle de pleine conscience. Donc je ne doute pas des bienfaits chez plein de monde et que certaines techniques sont + faites pour soi, mais je me considère à l'heure actuelle comme un cas désespéré chez qui rien ne marche (truffes, méditations, hypnoses, etc.). 

Je garde exactement les mêmes schémas comportementaux problématiques dont je voudrais me défaire. Et mon sentiment d'impuissance grandit de jour en jour.

Pour te répondre @diaphane
Je suis très intéressée par ta liste de musiques Deep House/Progressive House. Je n'écoute jamais ce genre de sons donc c'est une nouvelle expérience à tenter. Je me cantonnais aux musiques douces pour favoriser le lâcher prise mais je rêvasse plus qu'autre chose.

Pour la prochaine fois, je vais :
écouter de la musique plus dense proposée par diaphane et me concentrer sur mes pieds (bizarre oui ! C'est un conseil "canalisé" par un copain dans l'énergétique. Ça ne circule jamais bien en bas chez moi, ça reste très mental. Au point où j'en suis, je vais tenter  Big Grin ).

PS @Sorence : je vois que nous avons les mêmes réflexions sur l'effort/le résultat.
#21
Et sinon, pourquoi est-ce que tu n'envisages pas d'ouvrir les yeux et de marcher ?

« Lève toi et marche » !
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#22
(31/10/2022 07:51)Phenyl a écrit :
Peut-être un détail important (?) que je n'ai pas dit, concernant ces musiques et trips un peu "agités" [...] c'est que les psilos étaient mangés associés avec une boisson matinale corsée (café au lait sucré + Ma Huang).

Alors pour contrebalancer un peu le truc, perso moi ça me dirait rien du tout de faire ça. Quand je vois le load et le genre de tension cheloue qu'il peut y avoir lors de la montée des psilo-like (chez moi c'est déjà bien désagréable), j'irai pas m'en remettre une couche en plus avec la caféine ou un autre machin qui stim / tend, ça rendrait vraiment juste le trip "plus difficile" d'accès
S̸̱͓̀͛̀͌ͅĘ̵͓̝͖͚̠͛͒̽̆͂̕M̴̧͕̑̉̐J̴̤͎͛̆̀́Ẩ̶̮̪̙͎Ź̵̧̋Â̶̪̳̻͇̱̑͊͋̅     ̵͈̻̐͂̎͐͂̔S̷̹͈̭̺̮̭͌̾͂̇Ê̵̖̣̞̇͛̈́͘M̸͇͍̦͇̜̋͂I̵͙̦̓̌Ḁ̴̛̺̂̈́̔͗̊͠Z̵̙̥̙͕̓ͅÂ̴̺̌͌͝Z̸͚̿̑́     ̶̢̦̺̓̈́̾̐͝Ș̴̖̗̤̮͙̅̎̽͘H̴̨̨͙̼̹̹͐̓̓͘E̵̪͕̐͘͜͝͠M̷̛̹̊̊̈́̾Y̵̝̥̣̓͂̒A̶͚̗͕̽͊̓̈́̓Z̸͍̤͎̞̄̓͘̚A̵͈͌̓́͋̌
#23
Le mélange n'était pas recherché intentionnellement, c'était juste que je consommais plusieurs choses à la fois.
Mais après coup, le mélange m'apparait intéressant car très particulier. J'ai souvent consommé des psilos sans autre drogue en même temps, c'est juste un trip différent.

J'ai consommé ma première drogue assez jeune, j'en ai consommé longtemps.
Mais j'ai vécu une période dans ma vie où je suis tombé très bas, ça a duré 10 ans, puis j'ai pu arrêter.
Au début de ces 10 ans, j'ai commencé des drogues variées, puis par malchance je suis tombé dans les opiacés, je suis devenu dépendant, mais j'ai pu arrêter.
Cependant, j'étais obscédé par les drogues et j'étais en fait dans une recherche incessante d'états modifiés de conscience et de paradis artificiels. Je connais les raisons de ce comportement, mais c'est une autre histoire.
J'ai commencé à consommer de la cocaine et du speed, puis j'ai retrouvé les taz que j'avais consommés très occasionnellement quand j'étais beaucoup plus jeune. J'en consommais tous les jours, j'achetais par 100, à petit prix. Ça a duré longtemps, pas que 3 mois... Bref, j'ai fini par arrêter cocaine et speed occasionnels, et mes taz quotidiens. J'ai terminé 15 jours au lit à ne rien pouvoir faire tellement j'étais déprimé.
Une fois remis, j'ai plongé dans autre chose...
Je cherchais un stimulant légal (quant au café, j'en buvais beaucoup et depuis longtemps). J'ai un jour testé le Ma Huang, j'ai adoré. J'en profitais au départ pour perdre des kilos en trop que j'avais pris en arrêtant certaines drogues. Pendant environ un an, je buvais une infusion tous les matins. Voilà.

Un jour, j'ai été curieux quand on m'a parlé des psilocybes, on me racontait des trucs différents de ce que j'avais connu sous LSD. j'ai tout simplement essayé..., et ça m'a plu. C'était une période de ma vie où je buvais du café et du Ma Huang, c'est tout. Le mélange ne m'avait pas posé de problèmes, à part de légers troubles musculaires parfois. Rien d'autre dans mon cas.
#24
@Anadyomene_HR

Je sais pas si on a le droit alors je t'enverrai ça en MP, avec les liens et tout.
Ladies and Gentlemen, We Are Floating in Space
Jason "Spaceman" Pierce, 1997.
#25
Le droit de conseiller des musiques ? Je veux bien que la musique soit une drogue mais quand même, on n’est pas si sévères x)
« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

#26
(31/10/2022 11:09)Beetlejuice a écrit :
Mais voila c'est une réalité que tu peux vérifié par toi même avec assez de temps; quand tu es conscient des émotions / pensées que tu crées, elle ne peuvent plus t'impacter et tu peux décider de les laisser partir (lâché prise)


Tu dis et redis qu'il ne faut pas mêler la médiation à la religion ou à la philosophie, mais tu t'exprimes comme un Saint qui prêcherait la bonne parole aux brebis égarées que nous serions.

Peut-être connais-tu le phénomène de projection ? par exemple lorsqu'on brandit une valeur morale à destination d'autrui dans son discours, alors que dans sa pratique l'on fait l'inverse...la projection serait alors le phénomène psychique qui transformerait un vice pratiqué dénoncé en une morale prônée.

Bref, reconnaître une émotion/pensée qui nous traverse continue d'animer les sujets que nous sommes. Ne serait-ce que si l'on tente d'y résister. Après, potentiellement, on pourrait moduler le sentiment associé à l'émotion éprouvée en différant ou dérivant son objet initial (penser à autre chose), ou réguler l'émotion ainsi limitée dans son expression en enrayant son accroissement si y a emballement de ses pensées (faire le vide).

Mais tout "lâcher prise" à ses limites.

Si la conscience a une capacité de régulation cognitive de nos états affectifs, quand l'émotion est intense, tu ne peux qu'attendre qu'elle soit passée pour ne plus l'éprouver/endurer. Exemple d'une peur intense/crise de panique qui tétanise, d'un fou rire spontané, d'une brusque surprise qui fait tressaillir ou bondir de joie, d'un accès de colère ou de tristesse.
Après y a le phénomène d'anxiété chronique dans une contraignante tension physique/psychique, où là bonjour la volonté pour s'en détacher...je pourrais aligner les exemples mais je crois qu'on voit la chose.

Si méditer peut équilibrer tes relations entre émotions et raisons, tes sentimentalités entre affects et cognitions, en aucun cas être conscient de nos états affectifs empêchera nos émotions ou pensées de nous "impacter" (ultra violent ce terme) du fait d'une volonté totale de lâcher prise (si j'étais taquin je dirais au contraire de sur-contrôle de soi en renforçant son ego dans la croyance de s'en détacher - alors que parfois il serait préférable de travailler avec son ego et non contre soi, avec son lot de projection/illusion toussa toussa).

Si tu veux vérifier par toi-même, essaye d'écrire ton prochain commentaire sans professer de vérités immuables à coup de verbes injonctifs sur un mode impératif, voire, si t'y arrives en méditant la chose, en utilisant du conditionnel. Paraît-il que ça dégonfle l'ego...perso je trouve l'exercice intéressant quand on se laisse vite emporter par l'émotion de l'érudition, aussi pour pratiquer la chose depuis quelques années, y a des moments où ça fonctionne ! et si je le dis, c'est que c'est vrai pour tous Cool
#27
@Sorence

OK, ça sera ici alors. Comme ça le forum pourra planer sur les mêmes longueurs d'ondes.
Tongue
Ladies and Gentlemen, We Are Floating in Space
Jason "Spaceman" Pierce, 1997.
#28
Pour moi ce que tu décris sont vraiment les effets typique de ce produit, je me demande de plus en plus si le coté mystique que peuvent avoir les trip n'ont pas aussi à voir avec les personnalités individuelles ...

Moi j'essayerai avec des gens proches et bienveillants peut être meme j'essayerai de les briefer et recruter en tant que trip sitter, peut être que tout seul dans ton trip ton truc se débloque pas mais si tu as prévu auparavant d'avoir une discussion sérieuse sous trip avec une personne de confiance ? Bon 30g du coup c'est un peu trop pour ça ... mais perso c'est ce genre de moments que je peux trouver si libérateurs sous psychés

Nan vu ce que tu décris comme Sorence je conseillerais de varier les contextes et soit t'es super résistant mais vu ce que tu décris ça te fais bien effet, et aussi de ne pas être seul, et de parler de ce que tu veux débloquer avec ces gens

Sous trip alors que ton esprit est si malléable laisse les des amis te persuader que si si la vie est belle , tout ira bien tkt !

Et aussi : un silence d’une autre nature qu’habituellement. Beaucoup plus dense. Cela me faisait un peu peur.

Yes pretes- y plus attention tu touches un truc


Sinon tout simplement ça marche pas sur tout le monde les psychés pour la dépression. Perso je fais souvent des épisodes dépressifs et autant peut être une fois un trip m'en a fait sortir mais ca reviens toujours ... pour ça j'ai quand meme plus confiance en ma psy que dans les truffes ... Je te souhaite quand meme que tu y sois réceptif en variant les contextes !
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DPT et Black Metal

Il était une forêt
où le chant de la nuit
éveillait le soleil d'une autre vie

#29
Bonsoir à toutes et à tous,

Merci pour vos retours !

@Acacia, je me sens un peu plus normale à présent. Je n'avais pas lu jusqu'alors d'effets similaires aux miens lors des trips des autres personnes.

@diaphane : n'hésite pas à transmettre ta liste ici. Je ne peux pas encore accéder aux messages privés (compte nouvellement créé) et cette playlist peut être utile pour d'autres consommateurs ! Merci par avance :)

Si la méditation/les truffes avaient un effet si extraordinaire et pérenne, nous ne serions pas là à discuter. L'expansion de conscience est un cheminement, plus ou moins abouti selon les personnes ;)
#30
@Anadyomene_HR

Voici quelques albums de Deep/Progressive House

C'est pas de la club House mais c'est quand même assez rythmé et groovy, le genre qui danse tout seul dans ta tête et je pense que ça fonctionne comme un véhicule, ton esprit s'y accroche et part dessus et ensuite il découvre les paysages intérieurs.

Le côté répétitif peut être rebutant au début, on peut même trouver ça débile. Mais c'est justement ce qui fait qu'elle peut devenir doucement hypnotique et s'harmoniser avec les sensations d'un trip. Il faut laisser le temps au cerveau d'apprécier les subtilités, de s'abandonner, de lâcher prise, de se fondre dedans idéalement.

C'est de la musique facile mais il faut vraiment faire une écoute avant et même se faire une série de playlists que tu pourras écouter à la suite sans avoir rien à faire pendant le trip. Je pense que c'est indispensable. Prévoir un programme long, de plusieurs heures pour avoir l'esprit tranquille.

Les liens, c'est pour tester, je sais pas si on peux écouter sans compte payant mais tu pourras les trouver ailleurs peut-être, écouter en stream ou en download. L'idéal c'est de pouvoir zapper rapidement si un morceau te déplaît. J'ai la chance d'être abonnée à plein de sites donc évidemment c'est plus facile.

En voici 5 pour tester et puis si tu aimes tu pourras toi-même en chercher et découvrir d'autres, affiner selon tes goûts. Mais si tu veux d'autres suggestions, demande-moi, j'ai plein de ressources y compris en styles plus downtempo (Lounge, Chillout, Trip-hop). La Trance par contre, c'est pas une bonne idée selon moi, sous psilo.

- Organic House #01 [Forward Music] (2022) (pas mal pour débuter)
https://www.beatport.com/release/organic...01/3782385

- VA - Armada Sunset (2014) (Là y'a un peu de tout, c'est très varié avec pas mal de vocaux)
https://www.deezer.com/fr/album/7590162

- Spring Sampler 1 (2022) (plus techno mais quelques titres irrésistibles)
https://www.beatport.com/release/spring-...-1/3698616

- AH Digital Essentials 001 (mixed by Phi Phi) (2022) (ben c'est Phi Phi quoi !)
https://www.beatport.com/release/ah-digi...hi/3847798

- Best of Summer (2022) [The Purr] (C'est sur cet album que j'ai fait une partie de mon 2nd trip)
https://www.beatport.com/release/best-of...22/3796872

Enjoy !
Ladies and Gentlemen, We Are Floating in Space
Jason "Spaceman" Pierce, 1997.


Topics apparemment similaires...
  Euh mec, j'crois qu'on sortira jamais de ce bar ! Zgl0R 1 2,678 15/02/2013 09:11
Dernier message: Shaman_fred



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.