La Salvia : Un VERITABLE Univers Spirituel
#1
Salut, j'vais essayer de faire bien pour mon premier TR de Salvia. Il a eu lieu au nouvel an 2017, meme s'il ne s'agit pas d'une plante festive.

C’est mal
Les gens avec leurs « DON’T DO DRUGS » me font bien rire. Moi je dis DO DRUGS rien qu’une fois et vous dormirez moins bêtes. Car comme pour le Nutella, un Mc Do ou BFM TV, c’est l’abus qui est malsain.

Ce n’est pas une drogue
Ah oui. Salvia Divinorum n’est pas une drogue, car elle ne rend pas accro. Avant d’essayer, je me demandais comment pouvait-on ne pas avoir envie de se cramer une petite pipe de temps en temps, quand on a là un produit qui nous en fait voir de toutes les couleurs. Mais vue la fraicheur de l’eau, il faut une bonne dose de curiosité mêlée de courage pour replonger la tête dans ce bain. D’ailleurs, d’un étonnement que je partage, certains que j’ai initiés a la divine, en pleine redescente, ont eu pour première réaction ; ‘’c’est légal ce truc ?’’ Moi je dis tant mieux.

Tolérance inversée
Une autre particularité est aussi la tolérance inversée. Contrairement à l’alcool ou à la weed, dont l’intensité des ivresses vont en décroissant avec la pratique régulière, la Salvia vous trace une courbe montante. Par exemple, lors de mon tout 1er essai, une roulée d’extraits x1 (qui ne sont pas censés faire d’effets) n’avait pas laissé paraitre grand-chose. 8 mois plus tard, après avoir trempé le bout du nez dans les extraits de x5, x10 et x15, une pipe de simple feuilles (x1) m’a procurée ce que la x5 à l’époque me procurait, et la x5 aujourd’hui me procure comme la x10 de mes premières bouffées. Alors qu’en est-il des x40, x60 qui se vendent sur certains shops, ou encore des x200 faite-maisons qui laissent un esprit en position fœtale comme violé par la mort en personne ? Je laisse la fierté a ceux qui en sont revenus, de prendre de haut le petit joueur que je suis : ce n’est pas un concours... mais vous etes des grands malades.

Trip Report (x15)
Je tire et je me dis avec insistance qu’il faut se battre pour garder les pieds sur terre, voir s’il est possible d’être plus fort que la Salvia. C’est comme le début d’un spectacle. Ou plutôt le début d’un rap très bien écrit. Tu l’écoutes rapper à propos de rap, comme si la chanson entière n’était qu’une intro, puis avec les paroles qui défilent, tu sens que ca te mene vert le coeur de la chanson, au point de sentir qu’il te retire tes pensées. De la même façon, la Salvia frappe où on s’y attend le moins, même préparé. J’ai la langue qui prend la consistance d’une pâte à modeler, j’ai les mains moites et glissantes et la pipe en verre commence à m’échapper des mains, donc je la pose sur la table par peur de la faire tomber étant donné qu’il reste des braises de Salvia dedans, facile une dose pour une autre personne. Ça commence, la sensation non-visuelle de la pièce et de ses objets qui coulent, donc je n’arrive pas à placer mes mains sur un point fixe et je gigote pour trouver une position.
[Image: shamanic-death-salvia-droid.jpg]
(Ce dessin en dit long sur un trip de Salvia. Cette sensation qu'on nous essorre le visage, c'est juste mortel. C'est comme si mon champs de vision avait plongé en plein dans l'interieur de ma boite cranienne, sensation qui revient a la redescente quand 'on', avec des mains invisibles, replace mon esprit a sa place, c'est tres violent.)
[Image: 0o-mike-moon-zensages-com-pretty-funky-28621296.png]
Ma pote qui est là pour m’observer voit que je ne suis pas normal, mais le fait de comparer ce que je vois à ce qui est réellement est si absurde que j’en rigole: fou rire. Ensuite, il y a ce petit « trou noir » où je perds le sens de la réalité, c’est-à-dire ma place dans l’espace et dans le temps, qu’est-ce qui m’a mené jusque-là. Et après, c’est comme dans mes rêves, car je ne me rappelle pas depuis quand je suis là, sans me poser la question, je le sens comme si c’était une éternité, que ma place avait toujours été là. Un monde parallèle ? L’au-delà ? Un univers créé par mon esprit ? Ce qui est sûr, c’est que ses couleurs sont inspirées de l’environnement où je suis pour de vrai. Ma guirlande rouge de noël a carrément donné place à un enfer, c'est plus sensitif que visuel, pas de decor précis. Un espace indéterminé, ma chambre, elle, est restée sur Terre.
[Image: MARTA+MEDIADORA+ROB+GONSALVES.jpg]
La, résidaient d’autres esprits qui me pointaient du doigt. J'étais le souffre-douleur d'un bizutage ou j'avais des étapes à franchir. J’étais tombé dans un piège à consciences, là où tous tes actes sont prévus à l’avance, ces esprits supérieurs me répugnent à s’amuser de mon étonnement, je sens une cohérence entre leurs propos -intraduisibles- et la présence de certains objets, comme une pendule qui prend une allure vivante sous Salvia parce que comme ton corps humain, elle est incarnée par une âme et elle semble en savoir beaucoup. En savoir beaucoup sur quoi ? Ce monde d’où tu viens bien-sûr ! Ça avait une vraie logique, je l'ai ressenti comme si j'étais dans l'univers des gens qui fument cette Salvia et qui ont conçu ça pour me faire péter un câble, tout était logique et vraiment recherché. Je ne pouvais pas croire une seconde que ça venait de mon cerveau. Je dirais plutôt que des scientifiques ont gravé les données d'un jeu vidéo dans la substance qu'on a fumé, t'imagines ?
[Image: flat,800x800,075,f.u3.jpg]
La musique se transforme en une voix indescriptible, et c’est là qu’on sent que la plante est vivante. Vivante, mais pas que. Elle ne parle pas le langage humain, seulement d’esprit à esprit, et quels mots sauraient expliquer que tout ça avait vraiment une signification ? Pour ma part, la divine a renversé mon iceberg de cerveau pour me servir sur un plateau d’argent mon ressentit dans la vie en général, traduit en une scène précise sur le coup, et floue dans les souvenirs. Ça y est ça me revient. Tout au départ, chaque point que j’essayais de fixer se transformait en une faille (comme si on écartait les branchies d'un poisson) ouvrant sur un autre monde de couleurs rouges et blanches qui dansent, qui me paraissait sur le coup comme un vrai monde, mais maintenant, je le vois comme l’océan dans lequel baigne la partie immergée de mon iceberg de cerveau, soit les 90 % qui sont inatteignables avec la conscience. Donc mon cerveau a des capacités inimaginables. En témoignant de la présence d’amis imaginaires incorporels et intemporels, j’ai enfin revue mon amie « réelle », elle prononçait mon nom, mais elle ne savait pas que je la voyais comme derrière un écran, comme le reste de ma chambre qui était dans une case parmi pleins d’autres cases, le tout dans un vide blanc, un espace neutre. Je regardais ce tout qui maintenant me rappelle la scène du film Interstellar où Cooper se retrouve dans le tesseract, au fond d’un trou noir (ou ce film m'a drolement marqué, ou la Salvia a aussi marqué Christopher Nolan. l'oeuf ou la poule?). Les présences spirituelles me faisaient comprendre que ma chambre vue de loin, n’était qu’un lieu et une époque parmi tant d’autres et j’aurais pu voyager dans l’espace et dans le temps. Mais c’était trop beau pour être vrai. Finalement on m’a ordonné de partir de ce néant pour reprendre ma place d’être humain dans le monde réel. Je sentais très bien mon esprit qui réincarnait ma tête, mes bras et mes jambes comme s’ils étaient des gants, et depuis ce moment-là, je sens, et je sais que mon âme est emprisonnée dans mon corps qui échappe à ce que l’œil humain ne peut voir. Une fois entièrement réincarné, j’ai pris conscience que la vie qu’on nous donne n’en est qu’une parmi tant d’autres. Si j’ai dit avec une voix tremblante « ils nous voient » c’est parce je savais d’où j’étais revenu. Je savais que tout ça serait trop dur à expliquer avec le langage humain, alors j’ai préféré regarder les murs onduler et les objets de ma chambre scintiller plutôt que chercher des mots. Oui bon ok j'etais en PLS et ma machoire claquait de peur.

La musique
Sur le coup, la musique que j’entends, elle, prend une forme intemporelle, comme si Dieu la jouait, à m’en persuader que l’auteur est membre lui-aussi de ce monde. C’est alors ça ! Cet univers tant vanté par les chanteurs de pop qui n’assument pas de faire partie d’un complot si ce n’est qu’avec des sous-entendus sur l’amour ou la religion ! Oh ca va on peut en parler, je pense pas que les religieux soient tres psychonautes... si ?

L'insomnie
Si ça empêche de dormir le soir, pour ma part c'est la frustration de tenir entre mes mains le témoignage de l’inexplicable, mais que personne d’autre ne peut voir. Dans un coin de ma tête, je serais toujours en train de clamer avec des mimiques de hippie et les mots d’un toxico, que l’angle de vue que nous offre la Salvia est le vrai, celui avec le plus de pixels. Et dans une vie ayant connue cette expérience, la chose à ne pas faire est d’exposer ce coin de l'esprit à la façon de vivre, sous peine de ne jamais être pris au sérieux. Je serais alors de ceux qui gardent ce bagage s’allégeant chaque jour pour, au bout de quelques années, ne laisser qu’une valise dont on a oublié la valeur émotionnelle. Et c’est ce souvenir tant reformaté qui nous pousse à rouvrir ce livre dont la couverture reluisante était recouverte d’une couche de poussière de plus en plus mate avec le temps.

Un sens
Est-ce que les visuels sont inspirés de souvenirs lointains ? Ou sont-ils guidés par l’humeur du moment ? Pourquoi mes visuels sont-ils récurrents à chaque trip ? Ou alors sont-ils des souvenirs outre-dimensionnels, d’une de ces vies en tant qu’animal (ce qui justifierait bien la monstruosité du flashback de la Salvia, et l’impression de décorporation), insecte, végétal ou bactérie qui nous a servie d’épreuve pour juger si l’on serait de bons humains, au même niveau que cette existence terrienne ressemble à une épreuve bien complexe pour 8 milliards d’âmes bonnes qu’à se plaindre et à se reproduire ? Une garantie d’un au-delà ?
Depuis ma naissance, j’ai évolué dans cette vie et m’y suis habitué à en oublier mes origines au-delà du terrestre. Qu’est ce qui nous certifie que le trajet naissance-mort est notre unique destin ?
Pourquoi borner nos croyances aux habitudes de la société, parce que c’est trop hors du commun d’imaginer ce qui nous dépasse ? Pourquoi un passage sur terre à cet endroit et à ce moment précis, en France au 21eme siècle, serait-il le seul qui nous soit donné de vivre ?

Morale
C’est après un « trip » comme ça -même si je déteste appeler ça comme ça- que je prends un recul immense sur la vie réelle -qui ne semble pas être la vraie- et je vois que mes problèmes et mes engueulades avec mes potes ne sont pas si graves, je ne ressens plus aucune haine envers personne et par-dessus tout le besoin de me faire pardonner parce que mes empreintes sur le sol de ce monde se doivent d’être des moins regrettables.

Toutes ces pensées sont aussi inspirées du Livre Des Esprits de Alan Kardec qui est pas con si on veut se pencher sur le sujet.
Espérant que certains partagent ma vision.
The following 5 users Like KoperniK's post:
  • acidlolo, amicale_du_pc, Laura Zerty, Le voyageur, snap2
  Répondre
#2
Merci pour le partage !

Ce serait intéressant que tu développes ta vision du monde, le sens et la morale que tu perçois dans les différentes choses, on te sent critique et ça donne envie d'en savoir plus quand à tes positions Smile
Le Plus Appelle Le Plus
The following 1 user Likes Laura Zerty's post:
  • ZENDO
  Répondre
#3
(26/02/2018 16:30)Laura Zerty a écrit : Merci pour le partage !

Ce serait intéressant que tu développes ta vision du monde, le sens et la morale que tu perçois dans les différentes choses, on te sent critique et ça donne envie d'en savoir plus quand à tes positions Smile


Ravi de l'apprendre! Rolleyes Je le ferais à l'occasion d'un autre TR sûrement
  Répondre
#4
Super bon TR! L'allusion au rap c'est tellement ça, marrant je fais du rap depuis 4 ans et ça ne m'était jamais passé par l'esprit mais c'est tout à fait sensé ^^
Say No And Protest
Mes trips-reports:
[HBWR] Walker, et sa version en rap ici!
Crois pas qu'tu peux partir sans payer l'addiction...
The following 1 user Likes snap2's post:
  • KoperniK
  Répondre
#5
Citation :Toutes ces pensées sont aussi inspirées du Livre Des Esprits de Alan Kardec qui est pas con si on veut se pencher sur le sujet.



Je plussoie. Très bon report, il y a l'air d'avoir des points communs avec les hauts dosages d'acide. On dit que cognacs whiskys et rhums ont le même goût passé un certain degré d'excellence, en serait-il de même avec les psychédéliques ?

ça donne envie d'essayer la sauge en tout cas...
The following 1 user Likes Kethrope's post:
  • KoperniK
  Répondre
#6
(26/02/2018 20:25)snap2 a écrit : Super bon TR! L'allusion au rap c'est tellement ça, marrant je fais du rap depuis 4 ans et ça ne m'était jamais passé par l'esprit mais c'est tout à fait sensé ^^




Merci ! Et dire que j'ai failli retirer la comparaison par peur que ça prenne pas xD
Rap et psychonautisme, étonnant mélange hein !

(26/02/2018 21:11)Kethrope a écrit :
Citation :Toutes ces pensées sont aussi inspirées du Livre Des Esprits de Alan Kardec qui est pas con si on veut se pencher sur le sujet.


Je plussoie. Très bon report, il y a l'air d'avoir des points communs avec les hauts dosages d'acide. On dit que cognacs whiskys et rhums ont le même goût passé un certain degré d'excellence, en serait-il de même avec les psychédéliques ?

 
Merci ! Et si chaque ivresse puisait ses pouvoirs à la même source ? J'ai jamais pris d'acide donc je peux pas dire

ça donne envie d'essayer la sauge en tout cas...
[/quote]
Alors j'ai réussi ma pub ? oui pardon c'est pas bien d'inciter, mais ce qu'on voit à la télé des fois n'est pas mieux...
  Répondre
#7
L'ivresse puisse sa source dans la dissociation qui permet de se détacher de soi, de son ego, mais aussi de se rapprocher de soi, sans se voiler la face avec son ego paradoxalement.

Le mécanisme de révélation se fait par le biais de la dissociation avec n'importe quelle drogue, selon qu'elles sont plus ou moins immersives en fonction du type de produit et de la quantité consommée.
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#8
(27/02/2018 17:23)Laura Zerty a écrit : L'ivresse puisse sa source dans la dissociation qui permet de se détacher de soi, de son ego, mais aussi de se rapprocher de soi, sans se voiler la face avec son ego paradoxalement.

Le mécanisme de révélation se fait par le biais de la dissociation avec n'importe quelle drogue, selon qu'elles sont plus ou moins immersives en fonction du type de produit et de la quantité consommée.


Oui. D'un point de vue plus vertigineux pour ma part j'ai pas peur d'imaginer que cette source est la mort elle-même. Cest une hypothèse vague mais qui justifierait de nombreuses théories farfelues.
  Répondre
#9
Oui c'est l'angoisse de mort qui amène à toutes nos révélations, et c'est intéressant de voir les mécanismes qui y sont liés notamment avec la dissociation, lorsque l'on est confronté à son angoisse de mort, et que le recul de la dissociation nous permet de nous avouer notre impuissance et notre déterminisme absolu face à ses peurs ancrées au plus profond de nous, alors on est connecté à son intimité la plus originelle quand on a remonté le fil le fil de ses culpabilités au point de les dépasser pour accéder à ses hontes (qui sont reliées à nos angoisses bien sur).

Là on touche du doigt ce qui en soi nous terrorise, ce qu'on se cache pour ne pas mourir de sa propre vérité tragique, au delà de son ego il y a son angoisse de mort et tous les sentiments inquiétants qui lui sont liés, et qui participent à préserver sa conscience de son inconscient terrifiant. L'ego est notre ami autant que notre ennemi intérieur, il nous aide comme nous fait défaut.

Mais dès qu'on en revient au fait qu'on vient du néant et qu'on va y retourner malgré tout, on comprend que la plupart du temps on s'oublie en se divertissant l'esprit pour ne pas penser à sa mort à venir, et c'est tant mieux sinon ça serait une vie horrible, mais la dénier revient à vouloir inconsciemment s'y confronter parce qu'un truc bloque en soi, il y a là un rouage à débloquer. C'est pour moi le commencement de toute démarche psychonautique, vouloir comprendre ce qui fait défaut en nous, et quels rouages nous animent. A partir de là y a-t'il une possibilité d'agir sur soi pour s'émanciper de sa propre condition. Oui, à condition de comprendre le fonctionnement de sa matrice, et de la matrice dans laquelle on évolue Smile

C'est farfelue jusqu'au moment où tout prend sens, mais faut admettre que tout ceci est purement théorique, abstrait et métaphysique.
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#10
(27/02/2018 21:19)Laura Zerty a écrit : Oui c'est l'angoisse de mort qui amène à toutes nos révélations, et c'est intéressant de voir les mécanismes qui y sont liés notamment avec la dissociation, lorsque l'on est confronté à son angoisse de mort, et que le recul de la dissociation nous permet de nous avouer notre impuissance et notre déterminisme absolu face à ses peurs ancrées au plus profond de nous, alors on est connecté à son intimité la plus originelle quand on a remonté le fil le fil de ses culpabilités au point de les dépasser pour accéder à ses hontes (qui sont reliées à nos angoisses bien sur).

Là on touche du doigt ce qui en soi nous terrorise, ce qu'on se cache pour ne pas mourir de sa propre vérité tragique, au delà de son ego il y a son angoisse de mort et tous les sentiments inquiétants qui lui sont liés, et qui participent à préserver sa conscience de son inconscient terrifiant. L'ego est notre ami autant que notre ennemi intérieur, il nous aide comme nous fait défaut.


J'aurais pas dit mieux. D'où l'idée qu'un trip à la Salvia est une épreuve. L'impression de décomposition peut être ce que l'âme vit vraiment.


(27/02/2018 21:19)Laura Zerty a écrit :
Mais dès qu'on en revient au fait qu'on vient du néant et qu'on va y retourner malgré tout, on comprend que la plupart du temps on s'oublie en se divertissant l'esprit pour ne pas penser à sa mort à venir, et c'est tant mieux sinon ça serait une vie horrible, mais la dénier revient à vouloir inconsciemment s'y confronter parce qu'un truc bloque en soi, il y a là un rouage à débloquer. C'est pour moi le commencement de toute démarche psychonautique, vouloir comprendre ce qui fait défaut en nous, et quels rouages nous animent. A partir de là y a-t'il une possibilité d'agir sur soi pour s'émanciper de sa propre condition. Oui, à condition de comprendre le fonctionnement de sa matrice, et de la matrice dans laquelle on évolue Smile

C'est farfelue jusqu'au moment où tout prend sens, mais faut admettre que tout ceci est purement théorique, abstrait et métaphysique.


Jai justement l'impression que la Salvia ne nous autorise pas à comprendre. Elle nous prend par les couilles et nous terrorise juste comme il faut pour qu'on se tienne bien dans la vie, comme une bonne punition. Alors on sy confronte, régulièrement pour certains, mais je me demande si c'est pas un sacrilège de vouloir voir comme qui dirait la fin du film avant même l'avoir vu, parce que c'est de notre vie qu'il s'agit!
  Répondre
#11
Je vois ce que tu dis, mais comme notre esprit ne nous permet pas de penser la mort, le vide, le néant, on ne peut que expérimenter l'angoisse, la sensation et l'émotion de mort, d’annihilation totale, pas l'imaginer pour entrevoir la fin du film.

De ce que j'ai remarqué de mes expériences avec les dissos, c'est qu'il font plus entrevoir le passé en reconnectant avec des parties oubliées de soi via sa mémoire, que percevoir l'avenir. Maintenant en se basant sur le passé, on peut commencer à anticiper l'avenir, ou du moins à s'y projeter, et c'est là qu'on peut croire à des possibles révélations à venir, comme lorsqu'on voit un chemin se tracer, celui sur lequel on est actuellement et qui se dessine assez nettement à sa conscience pour pouvoir savoir où l'on sera d'en tant de temps. Un peu comme lorsqu'on rentre au lycée et que l'on peut s'imaginer en sortir avec le bac. Ce n'est qu'une projection, mais qui a des chances de se réaliser. On sait donc que l'on va mourir, mais on sait pas comment ni quand, sinon c'est que t'es un devin mystique lol.
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#12
Merci pour le partage de tes visions et questionnements.

D'ailleurs pour ce qui est de savoir si ce que tu as vécu était un condensé de souvenirs ou l'observation d'une autre réalité, je m'étais persuadé avant de te lire que la psyché ne pouvait créer qu'à partir de notre propre expérience vécu vu lu entendu. Mais tu m'as permis la remise en question et je ne considérerais plus mes méditation ou mes trips de la même manière.

Car avant je voulais croire que mon inconscient créait les visus, aujourd'hui je doute en me disant qu'il possible que le voyage puisse être bien «réelle».
«Ce n'est pas en contemplant la lumière qu'on devient lumineux, c'est en plongeant dans son obscurité. Mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire.»

C.G.J.
  Répondre
#13
La sensation de voyage est bien réelle, le reste n'est qu'imagination et projection, c'est un délire psychotique que produit notre imaginaire à partir de notre vécu, vu, lu et entendu, mais aussi de tous les archétypes qu'on a en soi selon ses origines à tous les niveaux. Il est donc autant question d'une influence de son inconscient familial que de l'inconscient collectif, génétique, etc.
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#14
Bug 
Joli Tr ! Très agréable a lire avec des belles images dont certaines représentent étonnamment bien les visus/sensations que je peux ressentir sous salvia . 

Pour moi la réalité n'est que l’interprétation d'elle même, elle n'existe pas en soi un peu comme les particules de la physique quantique qui n'ont pas de position jusqu'au moment ou on les observe (si vous connaissez un peu le sujet, sinon oubliez ) et l'allegorie du rap le montre aussi plus simplement , la realité notre interpretation de celle ci . Ainsi, ce que fait la salvia est qu'elle fragmente, qu'elle broie cette vision du monde en petit morceau donnant alors une pluralité a cette interpretation (d'ou l'impression de vivre plusieurs vies à des endroits differents lors d'un trip profond, du moins pour moi en tout cas ) . 

Et c'est en ca que la salvia est tres interessante c'est qu'elle a un impact extrêmement fort (plus que la plupart des autres drogues )sur notre interpretation et elle nous permet donc de prendre du recul sur l'importance qu'on accorde à ce qu'on appelle réalité et de nous rendre compte (avec un peu d'entrainement ) comment notre conscience fonctionne pour crée un univers stable ou l'on peut survivre .
Cherche la vérité dans la méditation et non continuellement dans les livres moisis . Celui qui veut voir la lune regarde le ciel plutôt que l'etang .

Je préfère savoir un petit peu de tout que tout d'un petit peu .  
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Info sur la Salvia : Un pipe en terre cuite pour la Salvia. Lilacwine 17 9,851 23/04/2008 16:27
Dernier message: superman

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)