S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


[3-FMA] Un stimulant lllooonnnggg.

#1
Documentation :

Substance consommée : 3-FMA - IUPAC : 1-(3-fluorophenyl)-N-methylpropan-2-amine

[ATTACHMENT NOT FOUND]


https://en.wikipedia.org/wiki/3-Fluoromethamphetamine

(amphetamines) (3-FMA) 3-Fluoromethamphetamine

https://www.caymanchem.com/product/9001185



Expérience :

Age : 29 ans
Poids : 75kg
Heure de consommation : 1er jour : 40mg + 40mg - 2e jour : 15mg + 15mg
Quantité : 110mg
Redosage : 4 redrop
ROA : Rectale/Plug



Résumé :

Nous sommes un mercredi matin, il est 9h. Je drop 20mg. La montée est rapide, sans rush, je suis juste bien stimulé/lucide.

09h30 : Drop de 20mg. La montée est brutale, forte, mais très douce. Je suis mentalement serein, super motivé pour attaquer la journée. Envie de faire pleins de choses.

14h00 : Drop de 20mg. Là, ça devient vraiment sérieux en terme d'expérience du corps et de l'esprit. Mon coeur est lancé à 120bpm, je suis presque cassé/smooth pendant le rush. Cet effet dure une heure et laisse place à une stimulation hyper forte. Je maîtrise encore mon état, mais je sens que je parle beaucoup trop. La mâchoire est bien serrée. Bref, des effets secondaires négatifs pointent le bout de leur nez.

15h30 : Drop de 20mg. Bon, comment dire.. Euphorie, sentiment d'hyper lucidité, de tout maîtriser. Tout est maintenant très clair, net et précis au niveau de ma pensée. Je prends tout de même 2mg d'Etizolam, parce que je sens bien qu'au niveau du corps ça tape. J'ai des fourmillements dans les deux mains, pas en permanence, par moment. Pression dans la poitrine, douleurs dans le dos, les épaules. Je reconnais déjà la toxicité de la 3-FA démultiplié sur la -FMA.

Je continue ma journée, le soir c'est bière/spliff/etiz. Etalage de post sur le fofo (^^).

04h00 : A force d'etizolam, j'arrive à calmer assez la stimulation pour aller dormir. La surprise sera pour demain... Je me crois descendu mais....

[B][B][B][B]

Jeudi :

[/B][/B][/B] 09hOO : Le réveil sonne, j'suis dans le cul l'espace de 2 minutes, puis d'un coup je ressens bien l'effet de cette putain de 3-FMA. Là j'me dis putain mais c'est pas possible, je vais voir mes pupilles... C'est comme si j'avais drop un para de MDMA... Bon OK. Ainsi soit t-il...

09h45 : Drop de 15mg. Je remonte aussi sec aussi haut que la veille. Je tiens à préciser que l'euphorie et le kiff lié aux stimulants sont présents autant que la veille. Les effets secondaires de merde déjà décrits sont maintenant présents tous le temps, enfin en intermitence dans le temps, mais pointant le bout de leur nez régulièrement. Mais l'euphorie est si forte que je m'en bats les couilles royal de tous ces effets, pourtant assez inquiétant.

15h30 : Drop de 15mg. Histoire de "relancer" un peu la machine qui commençait à faiblir. Rien de nouveau à l'horizon, ça tape toujours autant.

01h30 : Un pote débarque à la maison. Je suis mort physiquement, je le sens, mais la stimulation est toujours aussi forte, aussi nette. On descend quelques bières avec des pétards, on/je parle beaucoup. J'ai l'impression que plus rien n'arrêtera le produit.

06h30 : Je pars dormir quelques heures, histoire d'avoir au moins un ou deux cycles de sommeil pour le vendredi.

[B][B][B]

Vendredi :

Le réveil sonne, je cache pas que je suis sonné.... Mais comme la veille il ne me faudra pas longtemps pour ressentir à nouveau la 3-FMA... Bah putain... Ce truc ne lâche plus rien ni personne. Genre le pote un peu gluant là... Je prends le truc avec philosophie tout en étant très humble et impressionné devant l'efficacité/longueur du produit. Le pire c'est que c'est pas un résiduel dégueulasse, désagréable, mentalement je suis toujours assez haut... Mais je décide d'arrêter de jouer avec ma santé aujourd'hui, il n'y aura pas de redrop. Ce sera une journée Etizolam.

10H00 : Drop de 3mg d'Etizolam avec un spliff. C'est bon là j'suis OP pour de bon...

14h00 : Drop de 2mg d'Etizolam. Tout se passe relativement bien, au vu des dernières 48h mdr... Je suis toujours stimulé, nette, sentant tout de même une petite pente descendante pointer le bout de son nez. Mais on est loin du crash amphétaminique, le truc ne me lâchera pas et me permettra d'assurer ma journée correctement. Et je parle toujours beaucoup plus que d'habitude.... C'est pas une logorrhée non plus, mais c'est pas loin.

19h00 : 4mg d'Etizolam. Une bière. Je pars en balade pendant 1h30, histoire d'évacuer le plus possible la stimulation, tenter de l'user au maximum. En vain.

22h30 : Quelques mg d'Etizolam/spliff plus tard, je sens enfin que c'est la fin, je vais pouvoir aller me faire une vraie nuit. Content que l'expérience se termine.


[B]Remarques :

Stimulant/empathogène, ultra long et puissant. J'ai clairement sous évalué sa durée d'action. Avec mes 80mg du premier jour je ne me savais absolument pas parti pour 72h... Bref, j'ai fait avec, et c'était pas désagréable au final. Vu que j'adore analyser/constater les effets d'une molécule sur mon corps. Une autre personne aurait pu mal le vivre. Tout comme si je ne m'étais pas gavé d'etizolam, l'expérience aurait pu être beaucoup plus stressante. Voir insoutenable. La toxicité est avéré, sure et certaine. Alors pour les curieux qui voudront tout de même tester cette molécule, sachez bien que c'est PLUS mauvais que l'alcool, ça se sent direct. Le truc te fout des putains de douleurs dans la poitrine, intercostales, flingue la digestion. Avec de bons pic douloureux niveau intestinal.


Effets secondaires :

-Serrage de dents +++
-Bouche sèche ++
-Sensation de serrage dans la poitrine
-Sensation de décharge électrique sur la peau
-Douleurs intestinales
-Nausée
-Maux de tête
-Logorrhée
-Gout chimique en bouche


Conclusion :

Molécule que j'ai voulu tester parce que je suis con. J'avais test par le passé toutes les X-FA/X-FMA, SAUF, cette 3-FMA qui n'était jamais apparu par le passé. Et déjà à l'époque, adorant la 2-FMA et la 3-FA, j'avais bien senti le potentiel sur le papier... Pour le coup je suis pas déçu, c'est rare qu'un produit me dépasse à ce point de par sa puissance. Et je ne m'attendais pas à une toxicité aussi marquée (j'ai parfois un peu flippé, j'avoue...). Et donc ce sont les mêmes conclusions qu'avec la 3-FA, l'effet de stimulation est le plus équilibré entre la stimulation pure et l'aspect empathogène. MAIS c'est vraiment trop dégueulasse pour le corps.....

Un produit plus puissant que le fameux Crystal Meth, que je placerai entre celui-ci et la MDMA pour l'effet général ressenti. La longueur et l'effet fort sur la séroto m'a beaucoup rappelé le DOi. Quelques couleurs "façon psyché" peuvent apparaître, genre les traînées jaune/verte/bleu qui passe dans le champs de visions avant de disparaître rapidement. Un bon réhaussement des couleurs, un peu comme sous psyché, avec un petit halo lumineux blanc qui entour le mobilier en surbrillance.
[/B][/B][/B][/B][/B]
Un peu dérangé, maintenant que j'y pense... AH OUAI !! HAHAAAAAAAA :finger:
#2
Ah ouais, t'as grave tartiné les benzo par dessus...
Ca a l'air bien crade et j'ose pas imaginer sans cette plâtrée d'étiz.
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
#3
Ouai j'ai tartiné l'etizolam parce que j'avais tellement sous évalué le potentiel du produit... 80mg entre 09h00 et 15h30 c'est pratiquement du surdosage. Du coup je me suis fait embarquer dans un sacré tourbillon de stimulation/effets périphériques flippant, donc etiz pour calmer le corps...

Je pense que le produit pourrait être plus appréciable en tapant 40/50mg et s'y tenir. Là, y'a p'tête besoin de moins d'etiz, et c'est parti pour 48h au lieu de 72h.

Je me laisse le temps de récupérer de tout ce bordel et ferait le test de toute façon.
Un peu dérangé, maintenant que j'y pense... AH OUAI !! HAHAAAAAAAA :finger:
#4
C'est le gros point commun entre la methamphamine et le 3-fma
#5
Pour avoir test récemment : grosse tendance au binge, comme avec beaucoup de stim je présume, mode de conso qui ôte toute la magie du prod (et une bonne partie du larfeuille et du capital santé pour des prunes). Alors qu'on ne méprenne pas mes propos : c'est un prod que j'ai beaucoup aimé, mais la première trace seulement (empatho-stim très "chaleureux"), pourquoi ? parce qu'après la première je les ai enchainé comme un péon au détriment de ma santé et de l'intérêt du truc à être consommé avec modération. J'ai ce problème avec les stims, j'en prend pas souvent, quand j'en prend la première trace est vraiment agréable, mais après ça j'ai une consommation effrénée et ça devient une sorte de complément alimentaire sur le cours terme histoire de dire "ba j'utilise pas mon pochon pour la déco" alors que si ça ferais juste super joli en déco, et qui plus est si je pouvais consommer cette déco de façon responsable au point d'avoir les VRAIS effets du prod de temps en temps, plutôt qu'une accumulation d'effets secondaires non-stop qui me laisse croire que la lune de miel est non seulement très courte, à savoir la première trace, dans la relation que j'entretiens avec les stims, mais que le divorce n'est en fait pas la fin du pochon mais plutôt ma tendance à le finir le plus vite possible comme si c'était une procédure pénale coûteuse et épuisante. Donc bon un prod sympathique mais, comme avec tout stim, qui demande beaucoup de discipline pour ne pas être gaspillé à vos risques et périls.




Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.