Quoi de neuf ?

Bienvenue sur Psychonaut.fr !

En vous enregistrant, vous pourrez discuter de psychotropes, écrire vos meilleurs trip-reports et mieux connaitre la communauté

Je m'inscris!

Les vétérans sont devenus des lobbyistes improbables pour la légalisation des drogues

Acacia

𝓥𝓪𝓹𝓸𝓾𝓻𝓸𝓾𝓼 𝓢𝓱𝓪𝓭𝓮𝓼蒸気の色合い
Inscrit
25 Mai 2017
Messages
5 236
Traduction approximative d'un article paru dans le New York Times ; 

https://www.nytimes.com/2021/11/11/health/veterans-psychedelics-ptsd-depression.html

Les vétérans sont devenus des lobbyistes improbables pour la légalisation des drogues psychédéliques


Comme une impression de déjà-vu …

Les législateurs ont du mal à "dire non" aux vétérans qui cherchent à soutenir les efforts de dépénalisation des drogues qui gagnent du terrain dans tout le pays.

APPLE VALLEY, Californie - Jose Martinez, un ancien artilleur de l'armée dont le bras droit et les deux jambes ont été arrachés par une bombe placée en bord de route en Afghanistan, a une nouvelle vocation : Il est devenu l'un des lobbyistes les plus efficaces dans une campagne visant à légaliser l'usage thérapeutique des drogues psychédéliques dans tout le pays.

Lors d'un appel Zoom au printemps dernier avec Connie Leyva, une législatrice démocrate de Californie qui s'oppose depuis longtemps à l'assouplissement des lois sur les drogues, M. Martinez lui a raconté comment la psilocybine, l'ingrédient psychoactif des champignons "magiques", l'avait aidé à faire taire la douleur physique et les pensées suicidaires qui l'avaient tourmenté.

Mme Leyva affirme avoir changé d'avis avant même la fin de l'appel, et elle a ensuite voté en faveur du projet de loi, qui devrait entrer en vigueur au début de l'année prochaine.

"Nous demandons à ces hommes et à ces femmes de se battre pour nos libertés", a-t-elle déclaré lors d'une interview. "Si cette mesure les aide à mener une vie plus normale, j'estime que je ne devrais pas m'y opposer.

Depuis que l'Oregon, Washington et une demi-douzaine de municipalités ont dépénalisé la psilocybine, les vétérans sont devenus les principaux défenseurs de la légalisation de la médecine psychédélique, qu'ils considèrent comme un moyen de soulager le stress post-traumatique, l'anxiété et la dépression qui sont souvent liés à leur expérience dans l'armée.

La campagne a été stimulée par l'épidémie de suicides parmi les anciens combattants d'Irak et d'Afghanistan, mais aussi par la prise de conscience nationale de l'incarcération massive de personnes accusées d'infractions à la législation sur les stupéfiants, qui a adouci l'attitude du public à l'égard de la prohibition.

Plus de 30 000 militaires ont mis fin à leurs jours depuis le 11 septembre, soit quatre fois plus que ceux qui sont morts sur le champ de bataille, et le ministère des anciens combattants s'est efforcé de répondre à la crise en recourant au répertoire traditionnel d'interventions pharmacologiques.


Jesse Gould, un ancien Ranger de l'armée qui a créé Heroic Hearts Project, une organisation qui met les vétérans en contact avec les thérapies psychédéliques disponibles en Amérique latine, mesure également le désespoir dans le flot quotidien de courriels qu'il reçoit de vétérans cherchant de l'aide.

La liste d'attente pour une place de traitement s'élève à 850 personnes.

"Le système fédéral de soins de santé nous a laissé tomber, c'est pourquoi les vétérans doivent se faire soigner à l'étranger", a-t-il déclaré. "Ils se tournent déjà massivement vers les psychédéliques. Nous pouvons donc décider de qualifier ces vétérans de criminels, ce que nous faisons actuellement, ou nous assurer qu'ils peuvent obtenir des soins efficaces ici, dans leur pays d'origine.

Des études récentes ont étayé les récits anecdotiques de bienfaits et contribué à quantifier la valeur thérapeutique de substances telles que le LSD, la psilocybine et la MDMA, la drogue mieux connue sous le nom d'ecstasy. Une étude publiée dans Nature Medicine a montré que la MDMA, associée à des conseils, apportait un soulagement marqué aux patients souffrant d'un grave syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Une autre étude, publiée dans le New England Journal of Medicine, a mis en évidence le potentiel de la thérapie à la psilocybine dans le traitement des dépressions graves.


Bien que la législation fédérale actuelle interdise largement l'utilisation médicale de ces composés, les chercheurs s'attendent à ce que la thérapie par la parole assistée par la MDMA soit approuvée par la Food and Drug Administration d'ici un an ou deux, suivie peu après par la psilocybine, qui a déjà reçu l'approbation de l'agence en tant que "thérapie révolutionnaire" pour la dépression sévère. En 2019, la FDA a approuvé l'esketamine, un spray nasal dérivé de l'anesthésique kétamine, pour le traitement de la dépression résistante. L'utilisation non indiquée de la kétamine pour traiter la dépression est également devenue de plus en plus populaire.

Kevin Matthews, un vétéran de l'armée qui a mené une campagne de vote à Denver en 2019 pour décriminaliser les champignons psilocybines - la première ville américaine à le faire - a déclaré que les témoignages personnels sur la thérapie psychédélique ont été essentiels pour convaincre les sceptiques qui craignent que la décriminalisation n'entraîne une augmentation de l'usage récréatif.

ps-for-vets.jpg
 

grivois

Psychonaut
Inscrit
22 Fev 2011
Messages
5 928
C’était déjà l’idée de Dr Shulgin et sa femme à l’époque …
 

TristesPsycho

Holofractale de l'hypervérité
Inscrit
10 Sept 2011
Messages
1 571
Pas que ça change grand-chose, mais c'est à un vétéran des deux guerres mondiales, Ernst Jünger, qu'on doit la création du terme "psychonautique" (et sa transmission à Hofmann avec lequel il entretenait une relation épistolaire et amicale). Il aborde entres autres ces thèmes dans le roman Visite à Godenholm et dans son essai Approches, drogues et ivresses.
 

Acacia

𝓥𝓪𝓹𝓸𝓾𝓻𝓸𝓾𝓼 𝓢𝓱𝓪𝓭𝓮𝓼蒸気の色合い
Inscrit
25 Mai 2017
Messages
5 236
Intéréssant ! Ça me donne envie de creuser, je ne connaissais pas
 

Aiskhynê

Chatterrante acidulée
Inscrit
25 Déc 2011
Messages
4 112
Les choses bougent aux USA, j'ai hâte de voir la législation changer en France. Si elle pouvait s'exporter aussi bien que la fait la prohibition, ça serait bien !
 
Haut