Expériences avec l’Iboga

  • Auteur de la discussion Auteur de la discussion VVakan
  • Date de début Date de début

VVakan

New member
Comme convenu je relate ici mes expériences avec l’Iboga. 
Je vais tacher de condenser et aller à l’essentiel parce d’une part c’est long et d’autre part je ne me rappelle pas de tout et je vais faire au mieux pour être factuel. Sachant qu’il ne s’agit que de mon expérience. 

Au total en 4 ans j’aurai participé à 4 week-end en France à l’époque ou c’était légal et une semaine au Gabon en 2008. Plus quelques autres prises depuis en solo. Je reprécise, je ne suis pas connaisseur des drogues psychédéliques, à part l’Iboga (et alcool et rarement un peu de beuh) je n’ai rien testé. 

Je démarre par mes expériences en France. 
Les week-end en France avaient tous le même format : arrivée le samedi, prise de la plante le samedi soir et départ le dimanche après midi. Il faut être à jeun et avoir mangé léger les jours précédents, pas d’alcool, pas de sexe et il faut venir avec 3 intentions. Bien sûr il est absolument interdit de prendre de la drogue quand on prend l’Iboga. C’est la seule contre-indication d’après ce que j’ai appris. 
Ma demande principale était de me libérer de la peur de la mort afin de vivre plus pleinement. En France à chaque fois nous étions un petit groupe de 6 à 8 personnes, 4 qui font l’expérience et 3 ou 4 qui assistent + notre guide qui est un gabonais, initié, Nganga. Il y a une cérémonie traditionnelle, la plante est sacrée, elle est considérée comme une entité. Toute l’initiation se déroule dans une grande pièce, nous sommes sur des matelas au sol et nous prenons la plante (appelée le bois sacré) qui est sous forme de poudre de racine séchée, à la cuillère. Une fois elle était mélangée dans du miel. Une musique traditionnelle Gabonaise (arc en bouche ou harpe) très rapide nous accompagne toute la soirée qui se termine vers  3h du matin ou parfois jusqu’au petit matin. Ensuite tout le monde se couche. 
La prise de la plante est une réelle épreuve en soi. C’est hard en général. Extrêmement amer plus quelque chose de difficile à décrire comme si ça piquait un peu la bouche. Mais parfois c’est plus facile que d’autres. Pour la quantité en France je ne suis pas sûr de mes souvenirs. Je crois que c’était pour moi de l’ordre de 2 à 3 cuillères à soupe de poudre directement dans la bouche avec un peu d’eau. Sur les 4 weekend en France je n’ai pas vomi à chaque fois, je pense 3 fois sur 4.  
Le premier week-end , ma première fois je ne l’oublierai jamais. Ma demande donc c’était d’apprivoiser la peur de la mort. 
Entre 40mn et 1h après l’ingestion, le corps devient progressivement très lourd, il est difficile de se déplacer, même pour aller aux toilettes par contre l’esprit est très clair. Il faut avoir une bassine à côté de soi pour vomir, ce qui arrive très fréquemment mais pas systématiquement. En général une grande partie du groupe vomi, chacun sa bassine, c’est joyeux. 
Cette première fois donc ça à commencé par un bourdonnement. Je pensais qu’il y avait un gros frelon dans la pièce. Un bourdonnement très fort au dessus de moi, au plafond et qui tourne en cercle. C’est une constante pour moi quand la dose est élevée car ça c’est reproduit exactement au Gabon. S’en suit une forte tension entre les sourcils. Là je commence à voir des images de ma vie qui défilent. Toute ma vie. Comme on dit quand on meurt on voit défiler sa vie, je suppose que c’est ça, mais à une vitesse folle, des images qui s’enchaînent. C’est fréquemment le cas la première fois parait il. Mon attention semble aiguisée comme un laser. Je suis super focus. Puis il y a des pauses. Je sens la détente du corps qui est lourd comme une pierre. Pas de peur. Ensuite je ne sais plus dans quel ordre ça s’est passé. Le type à côté de moi semble suffoquer. Mais je ne sais pas si c’est réel ou imaginaire. J’angoisse. J’entends les autres qui s’agitent et il y a bien un problème. J’ai l’impression qu’il est entrain de mourrir. Magique pour moi qui vient avec comme thème la peur de la mort. Je commence à être vraiment pas bien. Je vois (mentalement) des visages déformés qui se suivent, comme fondus et je suis dans des angoisses de mort. Le gars a côté a été évacué et le Nganga est revenu. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. J’apprendrai plus tard qu’il a fait une sorte d’arrêt respiratoire et à priori était coutumier du fait, mais le Nganga a bien géré. Le type est revenu s’allonger ensuite. Bref je demande de l’aide parce que je n’arrive pas à gérer mes angoisses. Le Nganga me parle. Il est calme, sur de lui. Il sait exactement ou je suis, ce que je vis, je le sens. Ca c’est important. Que ce soit en France ou au Gabon ils connaissent le terrain de l’esprit et ces mondes. Ce sont des experts de ça.  Il m’apaise. Je continue l’expérience. Je sens mon corps qui bouge dans tous les sens, comme si il voulait sortir de son enveloppe. C’est extrêmement puissant. Mais il reste bloqué au niveau du front. J’ai l’impression que mon corps est à la verticale, la tête en bas. La plante veut m’emmener.  Mais je résiste. Impossible de lâcher prise. Je sens l’impuissance, la résistance et donc l’angoisse. Énorme angoisse. J’essaye de toutes mes forces de lâcher prise (hé oui sic) mais la peur est tellement forte que tout mon corps est crispé ainsi que mon esprit. Trop de peurs. Mais là il s’est passé quelque chose. J’avais vraiment peur. J’ai sentis que la plante pouvait m’emmener mais qu’elle restait à ma limite. Quand c’était trop fort pour moi, elle se retirait.  Vraiment j’ai senti de la bienveillance ( le mot est trop réducteur). Ca a été une lutte comme ça pendant des heures. Puis la force de la plante commençait à réduire. Je passe sur différents aspects de l’expérience, notamment les sens qui sont hyper développés. En fait l’ esprit qui est vaste et silencieux, comme un lac de montagne la nuit sans vent. Le moindre bruissement est vu et entendu.  C’est une sensation de paix extrêmement agréable et un état propice à la réflexion, l’analyse et l’introspection. 

Pour les 3 autres fois, j’ai moins à développer. Je dirais juste qu’une fois j’ai eu le blues pendant 3 mois en rentrant chez moi car j’ai vécu lors de l’initiation une vraie expérience mystique qui m’a marqué. Un sentiment de paix très fort m’a imprégné et s’est effacé au fil des jours progressivement. Le perdre à été difficile. J’étais attaché à l’expérience. Et puis j’ai compris que vivre une expérience aussi belle soit elle est inévitablement éphémère, ce n’est qu’une expérience qui devient un souvenir, c’est un cadeau sans doute car cela lève un voile, après on ne croit plus, on sait, mais cela relève plus du divertissement que de la transformation. Alors qu’une prise de conscience , une réalisation, peut changer une vie à jamais. 
Une autre fois, en rentrant le dimanche soir je me suis couché et encore bien imprégné de la plante. J’avais les yeux fermés dans mon lit et je voyais comme si j’avais les yeux ouverts. Je voyais mes mains que je passais devant mon visage, avec des fils de lumières qui émanaient des doigts. La plante ouvre nos sens psychiques. 
Une autre fois, j’étais malade (enrhumé) et il ne s’est rien passé de spécial. 


Le Gabon
Là c’est un autre registre. À cause du milieu culturel et de la dose.
Je suis arrivé un dimanche sur place, dans un village Bwiti, pas très loin de l’aéroport de Libreville. Nous sommes présentés au chef,. Dans le village on sort d’une précédente cérémonie, il y a des gens habillés en militaire ou dans d’autres accoutrements, le visage peint en blanc, rien n’est logique, il n’y a aucun code que je puisse comprendre.  Les toilettes sont au milieu du village, un trou dans la terre entouré de tôles et avec un porte d’où s’échappent des milliards de moustiques. Le lundi on commence l’initiation qui durera jusqu’au dimanche avec la prise de la plante le jeudi, et on entre dans ce qui est appelé une chambre (pièce). Il y a 3 chambres différentes selon nos aspirations. C’est le chef du village qui détermine dans quelle pièce on sera. Par chance ma chambre est une toute nouvelle construction en dur, avec des toilettes. Ils reçoivent de plus en plus d’occidentaux et grâce à l’argent ils améliorent les conditions. Je partage cette pièce avec un ami. Nous avons un cahier et nous devons rester dans cette pièce, allonger la plupart du temps et faire 3 choses : 
  • noter nos rêves
  • Se nettoyer avec une bassine dans laquelle des plantes de la jungle macèrent
  • Prier, devant la Harpe sacrée
Effectivement il se passe des choses, moi qui ne me rappelle pas souvent de mes rêves ceux ci se succèdent.  La musique traditionnelle nous accompagne tout le temps. 
On nous sert de délicieux plats de riz et de poisson frais et de bananes plantains, un délice, vraiment c’était succulent. 
Le jeudi on ne mange que le matin. 
Le jeudi soir on prend le bois sacré. La dose pour chacun a été choisi avec les Cauris, coquillages qui servent à l’art divinatoire.
On est préparés, lavés, habillés tout en blanc.  La musique bat son plein. Christian, un grand black super balaise nous donne le bois sacré. On est à genoux. Il est devant nous. La musique toujours. Il a des mains de la taille d’une pelle. Le bois n’est pas en poudre séchée mais sous forme de racines fraîches, préparées je ne sais pas comment. Ca fait une espèce de pate filandreuse. Mon ami a droit à 5 poignées ! C’est énorme. Je suis effrayé et en même temps mon esprit de dérision ne peut s’empêcher d’être mort de rire.  5 putains de poignées de Hulk de racines fraîches direct dans la gorge !! Mon Dieu… C’est surréaliste. Mais mon ami, pas plus que notre hôte ne rigolent. Avaler une seule poignée est extrêmement difficile. Surtout qu’il te donne un 1/4 de verre d’eau…. Mon pote a failli recracher la 2e, la réponse autoritaire de Christian « si tu recraches un seul morceau je te redonne toute la dose ». Ha oui ce n’est pas la même ambiance qu’en France.  Ensuite c’est mon tour j’ai droit à 3 poignées. Ouf, c’est un peu mieux. Il faut avaler un énorme paquet de racines, c’est très amer, bizarre, avec très peu d’eau. Mais c’est LE moment qu’on attend depuis longtemps. Alors on avale. Comme on peut. Et puis on s’allonge et on attend…
Je commence par entendre ce bourdonnement au plafond. Ca tourne en rond, c’est très fort. Je sens une tension forte au dessus des yeux. Je vomis. À partir de là je vomirai 24h non stop. Non stop. Je déteste vomir. Mais là, à force de vomir j’ai aimé ça, vraiment, ça a été libérateur… à la fin je hurlais en vomissant, et ça faisait du bien, tout le village m’entendait,  je pense que c’était une purification de tout mon être en profondeur. Je reviens à l’expérience. Donc ça bourdonne. Mon corps physique est collé au sol, lourd, et en même temps mon corps (subtil) bouge dans tous les sens comme si il voulait sortir. Encore une fois il est retenu par le front. Il est à la verticale. J’essaye de lâcher prise mais je n’y arrive pas. La plante est mon alliée, je la sens bienveillante. Un moment j’ouvre les yeux et je vois des musiciens partout dans la pièce autour de moi, plus d’une dizaine qui jouent et qui sont avec moi qui m’aident à lâcher prise. En réalité il y avait 3 musiciens. Je vois d’autres choses durant cette nuit. Pour moi ce n’étaient pas des visions imaginaires mais bien des expériences réelles, palpables, présentes.  Avec la plante ma conscience est aiguisée comme un laser. Il y a un espace immense qui s’ouvre dans mon esprit et un sujet étudié l’est avec toute ma puissance, sous tous ses aspects, objectivement, sans passion. On sort de nos ornières psychologiques et on voit clair. Ca peut être violent. J’ai pris conscience de ma petitesse, de ma médiocrité, j’ai réalisé toutes les pensées négatives automatiques que j’avais à l’encontre de mes proches, même envers mon fils, lorsque j’étais frustré ou en colère, j’ai vu ce que j’envoyais, la dureté que ça représentait dans ce qu’on ne voit pas. La violence que c’est.  Cela n’est pas anodin. Ca a été difficile. Honte et culpabilité et  tristesse qui s’est dissoute ensuite grâce aux prières des jours suivants. Et en même temps j’ai eu des réponses. D’où viennent les pensées, à quel point elles sont automatiques et sans fin. Et ce que je devais faire pour avancer dans ma vie. Notamment prier pour un secret de famille (vérifié par la suite) que j’ignorais et deux autres actions. 
La plante a été prise le jeudi soir mais son action se fait sentir pendant plusieurs jours. Le samedi soir il y a une cérémonie de clôture toute la nuit. Autant dire qu’on est encore complètement dans le gaz. C’est très codifié, tout le village est là, il y a de la musique et des offrandes, plein de choses. Un moment on doit se regarder dans un miroir et là j’ai vu beaucoup de visages différents. On a aussi un débriefing avec le chef et d’autres choses. Rituels et enseignements. Puis vient le moment du départ. Encore sous l’effet de la plante. 
 
En bilan:
  • 15 ans après, je continue d’apprendre de ces expériences mais je ne suis pas un bon élève. Je n’ai pas relu mes notes ni réglé les sujets à régler etc. En revanche j’ai compris petit à petit la chose importante concernant ma demande initiale, la peur de la mort et j’ai avancé sur le sujet. Ces expériences m’ont mises face aux résistances, aux peurs, au contrôle. Il m’a fallu du temps pour comprendre. Et  du temps pour être ok avec ça. Aujourd’hui je suis toujours sur ce chemin mais un peu plus loin. Je sais que la peur est toujours présente et prête à se manifester si le danger ou la perte de contrôle se présente mais j’ai un autre angle d’approche. Mais je sors du sujet de ce post. 
  • Je pense (et c’est une croyance) qu’il faut être bien construit psychiquement si on la prend seul, mais c’est sans doute comme tous les psychédéliques. A mon avis il vaut mieux être accompagné par quelqu’un qui est initié et en tout cas, toujours le faire avec le plus grand respect. 
  • Cela dit je crois que c’est à la portée de tout le monde, en tout cas au Gabon ça roule, mais ils n’ont pas le meme rapport à la vie et à la mort. 
  • C’est une épreuve, car on vomit, et l’ingestion est difficile. 
  • C’est très profond pour travailler sur soi
  • Ouvre les sens psychiques
Les trucs à savoir : 
  • Selon ce que j’ai appris, la plante était utilisée dans l’ancienne Égypte pour des rituels ésotériques, puis elle a été transmise aux Pygmées qui l’ont transmis au Gabonais. 
  • Prendre une douche très chaude aide à éliminer plus rapidement les effets de la plante. 
  • Ne surtout pas prendre de drogue en même temps. Un autre Nganga faisait des initiations à l’Iboga à cette époque en France et il le faisait avec de grands groupes. L’Iboga étant connu pour arrêter les addictions (en 1 fois) cela attirait beaucoup d’accros. Un soir un participant a pris une autre substance (je n’ai pas les détails) en prenant la plante. Il est mort. Suite à ça la plante a été interdite. 
  • Les Gabonais disent qu’il faut être initié pour prendre la plante.
  • Pour une première fois se faire initier et écouter et respecter le Nganga. J’ai été témoin d’une mauvaise histoire qui a laissé des conséquences négatives très fortes pour la personne. 

Voilà… si vous avez des questions et que je peux répondre ce sera avec plaisir.
 
Super tr que voici ! C'est plutôt rare d'en voir sur l'iboga ! Tu continues à en consommer ? Ouais c'est une plante à ne pas mélanger à quoi que ce soit.
 
Aiskhynê a dit:
Super tr que voici ! C'est plutôt rare d'en voir sur l'iboga ! Tu continues à en consommer ? Ouais c'est une plante à ne pas mélanger à quoi que ce soit.

Rarement, je n’en ressentais pas le besoin. 
Mais je prévois un autre voyage avec la plante. Je sens l’envie qui monte ces derniers mois.
 
Salut Wakan, 

Merci pour ce beau TR bien rédigé, simple et explicite.

J'ai l'impression d'avoir le même ressenti avec l'ayahuasca que ce que tu as eu avec l'Iboga. 
Mon premier psyché, sans que j'en ai conscience était la marie - jeanne. Et la drogue que j'avais le plus consommé c'était l'alcool (qui n'est pas un pscyhédélique). 
Sinon j'ai commencé l'ayahuasca après mes 30 ans. Indirectement ça m'a amené, par curiosité, à tester d'autres psyché et d'autres plantes psyché: LSD 2-CB pour les molécule (un peu de md mais pas plus que 2-3 fois), et la liane d'argent, la salvia, san pedro et feuille de coca pour les plantes, et les champis. Mais en cérémonies traditionnelles seulement l'ayahuasca et une fois le San Pedro. Mais je compte bien tester un jour les champis, le peyotl et la salvia. 

Ce que je veux dire, c'est qu'aujourd'hui je considère que les molécules seule ne sont que des outils qu'on peut apprendre à utiliser, comme des tournevis ou des couteaux suisses. Mais lorsque l'on prends une plante de cette façon, on sent vraiment qu'il y a une entité, un esprit, une âme, une conscience d'un être vivant qui dirige l'expérience. Les molécules seules n'ont pas ça mais elles peuvent aider. Par exemple mon plus gros trip au LSD a été lorsque je l'ai combiné avec un clou de girofle en entier... comme si le LSD m'ouvrait une porte d'accès pour me connecter au clou de girofle ^^
Par contre ne jamais oublier que les plantes produisent des molécules que nous sommes incapables de fabriquer, donc quand tu prends de l'Iboga, de l'ayahuasca, des champis, de la Salvia ou encore des graines d'HBW, les molécules sont utilisées par le fabriquant! C'est tout un art de combination et les doses de toutes les molécules qui composent la plantes sont actives et travaillent en collaboration. Par exemple, quand tu mastiques de la coca, la plante est là, mais quand on prend de la coke... ya plus rien, que la molécule de cocaine et en dose démesurée! C'est comme si on allait chez un maître artisan, qu'on le tuait, qu'on brulait son atelier et qu'on ne gardait qu'une seule ses oeuvres sans pouvoir en parler à celui qui l'a créée...
Ce que j'en ai compris, et je ne suis pas le seul de cet avis, c'est que le plus important n'est pas de savoir, pouvoir voir ou de comprendre (même si ça contribue) mais bel et bien de sentir les choses... sentir avec un grand S. L'éveil des sens  :sleepy:

Personnellement je me suis étudié principalement au cours de ma vie en analysant mes peurs. C'est intéressant de lire que tu te questionnais sur la peur de la mort. Personnellement je me suis rendu compte rapidement que je n'avais pas vraiment peur de la mort dès que j'ai accepté qu'elle était inévitable. Par contre ce que je crains le plus : c'est de souffrir... Et ça on peut l'éviter.
Juste entre parenthèses, j'ai aussi pu comprendre que ma peur profonde était l'amour, avec un grand A, car ma vision de l'amour était bloqué dans le positif :siffle:

Je retrouve dans les grandes lignes tout ce que j'ai vécu de mon coté avec une autre plante maîtresse: purge, nettoyage, guérison et éveil spirituel.
J'aurais une question à te poser: As tu senti l'Iboga avec une dominante masculine ou féminine? 
Souvent j'ai pu lire que l'esprit de l'Iboga était comme un grand père bienveillant mais sec et sévère si on déroge aux règle ou manque de respect. 
L'ayahuasca était plus vu comme une grand mère stricte mais plus tolérante, un esprit féminin pour certain, comparé au Tabac qui représente le papa, mais certaines ethnies, surtout ceux qui l'appellent Yagé, considèrent ça comme un esprit à dominante masculine. Et c'est logiquement un peu des deux mon général, ça peut dépendre de beaucoup de choses.

Autre question, as-tu échangé avec les autres initiés sur ce que chacun à vécu, qu'en est-il des différents ressentis?

Je me souviens d'un TR que j'avais lu ici, je ne sais plus qui exactement, qui disait avoir vécu après son initiation Iboga une semaine à devoir presque tout réapprendre: à marcher, parler... d'être repassé par l'enfance. Case départ, renouveau, renaissance.
Comme toi je n'ai pas été en cérémonie depuis plusieurs années, mais l'appel de la forêt est toujours ancré et ça ne saurait tarder ^^

En tous cas merci beaucoup de nous faire partager ton expérience, ça confirme le ressenti que j'ai depuis longtemps envers cette pratique, un jour ou surement une nuit, j'irai voir les Bwiti.
 
Salut Chamhan

J'ai l'impression d'avoir le même ressenti avec l'ayahuasca que ce que tu as eu avec l'Iboga.
 

D’après ce que m’ont dit des gens qui ont pris les deux, l’Ayahuasca est aussi chamanique (esprit sacré) et donne plus de visions, de formes géométriques là où l’Iboga serait plus sur l’introspection.  


Sinon j'ai commencé l'ayahuasca après mes 30 ans. Indirectement ça m'a amené, par curiosité, à tester d'autres psyché et d'autres plantes psyché: LSD 2-CB pour les molécule (un peu de md mais pas plus que 2-3 fois), et la liane d'argent, la salvia, san pedro et feuille de coca pour les plantes, et les champis. Mais en cérémonies traditionnelles seulement l'ayahuasca et une fois le San Pedro. Mais je compte bien tester un jour les champis, le peyotl et la salvia. 

Ha oui, c’est une sacrée expérience des psyché !
J’aimerai essayer tout ça. 


Ce que je veux dire, c'est qu'aujourd'hui je considère que les molécules seule ne sont que des outils qu'on peut apprendre à utiliser, comme des tournevis ou des couteaux suisses. Mais lorsque l'on prends une plante de cette façon, on sent vraiment qu'il y a une entité, un esprit, une âme, une conscience d'un être vivant qui dirige l'expérience. 
Très intéressant ce retour merci. Je n’y avais pas pensé et en même temps ça me paraît évident. Et peut être qu’avec une plante ce n’est pas simplement une expérience psychédélique mais une rencontre, un rendez vous avec la Vie. Des synchronicités arrivent.


Les molécules seules n'ont pas ça mais elles peuvent aider. Par exemple mon plus gros trip au LSD a été lorsque je l'ai combiné avec un clou de girofle en entier... comme si le LSD m'ouvrait une porte d'accès pour me connecter au clou de girofle ^^
Excellent , je comprends ça. C’est beau en même temps. La différence entre le synthétique et le vivant.  


Par contre ne jamais oublier que les plantes produisent des molécules que nous sommes incapables de fabriquer, donc quand tu prends de l'Iboga, de l'ayahuasca, des champis, de la Salvia ou encore des graines d'HBW, les molécules sont utilisées par le fabriquant! C'est tout un art de combination et les doses de toutes les molécules qui composent la plantes sont actives et travaillent en collaboration. Par exemple, quand tu mastiques de la coca, la plante est là, mais quand on prend de la coke... ya plus rien, que la molécule de cocaine et en dose démesurée! C'est comme si on allait chez un maître artisan, qu'on le tuait, qu'on brulait son atelier et qu'on ne gardait qu'une seule ses oeuvres sans pouvoir en parler à celui qui l'a créée...
A propos des champignons as tu sentis qu’il y avait aussi un esprit ?  Je vais essayer ça prochainement. 


Ce que j'en ai compris, et je ne suis pas le seul de cet avis, c'est que le plus important n'est pas de savoir, pouvoir voir ou de comprendre (même si ça contribue) mais bel et bien de sentir les choses... sentir avec un grand S. L'éveil des sens  
Oui cela fait sens :-) 
Merci pour ce commentaire, ça vient de faire un déclic. J’explique mieux mes expériences et je te rejoins. S’abandonner aux sens. Pendant ces expériences il y a énormément de nouvelles sensations et en y résistant, en se crispant, par peur, par contrôle, on créé de la tension et on fait obstacle, ça devient une lutte. Il y a quelques moi j’ai vécu une expérience étonnante, dans un avion un gars avec lequel j’avais sympathisé m’a donné un bonbon au THC (je pensais que c’était du CBD). Quand tout à commencé à tourner j’ai compris. Et cette fois à la différence des autres fois où la perte de contrôle arrivait j’ai été dans mes sensations, j’ai lâché prise.J’y travaillais depuis plusieurs années et là j’y suis arrivé pour la première fois. Pour moi ça été un grand tournant. Ca a été mon plus beau voyage. C’est pour ça que je reviens sur le sujet des psychés aujourd’hui. Pour aller dans l’expérience.  



Personnellement je me suis étudié principalement au cours de ma vie en analysant mes peurs. C'est intéressant de lire que tu te questionnais sur la peur de la mort. Personnellement je me suis rendu compte rapidement que je n'avais pas vraiment peur de la mort dès que j'ai accepté qu'elle était inévitable. Par contre ce dont j'ai le plus crainte, c'est de souffrir... Et ça on peut l'éviter. Juste entre parenthèse j'ai aussi pu comprendre que ma peur profonde était l'amour, avec un grand A, car ma vision de l'amour était bloqué dans le positif 
On se rejoint. il y’a une équation que j’aime bien : S = R x D. Souffrance = Résistance x Douleur. La Résistance à ce qui est (la douleur) créé la Souffrance. Si il n’y a pas de résistance à l’expérience alors il n’y a pas de souffrance seulement l’expérience. Ça change tout. Et pour ne plus résister il faut effectivement l’amour, ouvrir les bras et accueillir ce qui est, sans projections. 
Quand je parle de peur de la mort pour être plus spécifique, je redoutais (aujourd’hui c’est mieux) de mourir en pleine peur (en résistant), j’avais peur de mourir avec la peur de mourir ? , la peur de la peur, comme si je connaissais cette sensation et je crois que c’est vraiment un cauchemar. J’aimerai faire de ma mort un moment de paix, initiatique si j’ai de la chance. Un ami très cher, Chaman amérindien, qui vient juste de mourir, parlait de mourrir vivant. Et je viens seulement de comprendre. 



Je retrouve dans les grandes lignes tout ce que j'ai vécu de mon coté avec une autre plante maîtresse: purge, nettoyage, guérison et éveil spirituel.
J'aurais une question à te poser: As tu senti l'Iboga avec une dominante patriarcale masculine ou féminine? 
Souvent j'ai pu lire que l'esprit de l'Iboga était comme un grand père bienveillant mais sec et sévère si on déroge aux règle ou manque de respect. 
L'ayahuasca était plus vu comme une grand mère stricte mais plus tolérante, un esprit féminin pour certain comparé au Tabac, mais certaines ethnies, surtout ceux qui l'appelé Yagé, considère ça comme un esprit masculin.
Mon sentiment c’est que L’iboga est assez directe, cash, t’as pas envie de rigoler avec la plante. Donc plutôt yang en effet. C’est rude. Et en même temps il y’a une énorme bienveillance. Perso je n’ai pas sentit un côté masculin à proprement parler mais si je devais choisir je dirais masculin oui.


Autre question, as-tu échangé avec les autres initiés sur ce que chacun à vécu, qu'en est-il des différentes ressentis?
Oui souvent. 
C’est varié. Mon compagnon de chambre au Gabon (5 doses) a vu le cosmos, l’univers, l’infini. Je n’ai plus les détails en tête. Mais il n’a pas vraiment apprécié son expérience. Il avait l’air perturbé. Je pense qu’il n’était pas prêt à ça. Et Il est resté discret sur le sujet. Je le vois encore je lui redemanderai. 
D’autres ont visité des mondes ou des planètes.  Au Gabon un blanc qui vivait sur place m’a dit qu’il avait communiqué avec des extraterrestres, d’autres dimensions. Je suis toujours prudent sur ces déclarations (mon côté rationnel) mais je ne juge pas car je n’ai pas vécu son expérience. J’accepte et je sais que je ne peux pas juger l’expérience d’une autre personne avec ma pensée. L’expérience est vivante, réelle, et les pensées, les croyances, sont iréelles. Je ne peux ni juger ni croire ou ne pas croire son expérience. Simplement l’accueillir. 
Souvent les témoignages portent sur la compréhension de soi, de la résolution de problèmes perso. C’est pour ça qu’il faut venir avec des demandes. 




Comme toi je n'ai pas consommé depuis plusieurs année, mais l'appel de la forêt est toujours ancré et ça ne saurait tarder ^^

En tous cas merci beaucoup de nous faire partager ton expérience, ça confirme le ressenti que j'ai depuis longtemps envers cette pratique, un jour ou surement une nuit, j'irais voir les Bwiti.
De rien, merci. 
Excellent. J’ai hâte de lire ton récit à ce sujet. 
Moi je vais tester les truffes. Des conseils ?


Aiskhynê a dit:
Tu vas faire ça chez toi ou partir en initiation ?

À priori chez moi, sauf si une « occasion » se présente avant ça. 
Mais c’est devenu compliqué en France. Le Nganga que je connais vit au Gabon à présent.
 
VVakan a dit:
Salut Chamhan


A propos des champignons as tu sentis qu’il y avait aussi un esprit ?  Je vais essayer ça prochainement. 

Moi je vais tester les truffes. Des conseils ?

Les champignons ont selon mon vécu effectivement un esprit. Par contre une grande différence avec les plantes, c'est qu'ils ont une vibration du cosmos, une touche extra-terrestre, comme si il y avait un grand tambour champignons au fin fond de l'espace qui envoyait des basses!  Rappelons qu'ils peuvent produire de la lumière, un des rares êtres vivants à pouvoir le faire en dehors des profondeurs des mers.  :-D (Je crois qu'il y a les champignons et les scorpions et pas beaucoup d'uatres trucs, d'ailleurs le venin de scorpion a des propriétés étonnantes)

Les plantes elles me donnent toujours la sensation du rattachement à la terre, ce cordon ombilical psyché... ça passe par les trippes  ;-)

Conseil pour les truffes? Ben déjà il y a toutes les fiches techniques disponibles pour les questions de préparation et de dosage. (tu trouveras ça dans le lien que regarde le chat, rubriques champi) Je te conseille de les lire. 
Mon conseil set&setting: de préférence faire l'expérience en milieu naturel. Avoir de l'eau en quantité abondante, faire ça à jeun pour l'amorçage et puis avoir à disponibilité aisée la musique qui te parait la mieux adaptée pour entrer en synergie avec lui.
Cette musique peut tout simplement être les bruissement du vent dans les feuilles arbres, le ruissellement d'un cours d'eau, les oiseaux... la vie quoi!

Bon voyage :mrgreen:

Shroomanto-Art.jpg
 
Merci pour ton partage.
Cependant, je crois que ça n'a pas été précisé, mais par rapport à ça :

VVakan a dit:
Cela dit je crois que c’est à la portée de tout le monde

Il me semble qu'il faut absolument faire un bilan cardio avant de prendre de l'iboga. Il y a des cas de morts subites rapportés (syndrome du QT long, arythmies, torsades de pointes), même avec de faibles doses.

Par ailleurs, l'ibogaïne agit sur énormément de récepteurs, donc il convient d'être très prudent avec les interactions dans les jours qui suivent (un métabolite, la noribogaïne a une longue demi-vie).
 
Il me semble qu'il faut absolument faire un bilan cardio avant de prendre de l'iboga.

ça me parrais logique mais d'où tien tu cela? juste pour savoir, je suis curieux!
 
PSYCHOCRACK a dit:
ça me parrais logique mais d'où tien tu cela?

Il existe des cliniques dans les pays de l'est ou au Mexique, qui proposent un "accompagnement" (généralement dans le cadre d'une addiction) avec l'ibogaïne et ils demandent un bilan cardiovasculaire. J'ai aussi lu des témoignages (par exemple sur Bluelight) de gens qui ont fait une prise massive dans un cadre initiatique, et ils disaient la même chose. Mais  c'est logique comme tu dis (vu les effets sur le cœur).
 
Not For Human a dit:
Merci pour ton partage.
Cependant, je crois que ça n'a pas été précisé, mais par rapport à ça :

VVakan a dit:
Cela dit je crois que c’est à la portée de tout le monde

Il me semble qu'il faut absolument faire un bilan cardio avant de prendre de l'iboga. Il y a des cas de morts subites rapportés (syndrome du QT long, arythmies, torsades de pointes), même avec de faibles doses.

Par ailleurs, l'ibogaïne agit sur énormément de récepteurs, donc il convient d'être très prudent avec les interactions dans les jours qui suivent (un métabolite, la noribogaïne a une longue demi-vie).


Je ne savais pas que ça pouvait jouer sur le cœur. Plus que d’autres substances ? 
Ce que je sais c’est qu’au Gabon c’est relativement présent, de nombreux occidentaux s’y rendent pour ça. J’y suis resté une bonne semaine mais je n’ai pas entendu parlé d’incidents.


Chamhan a dit:
VVakan a dit:
Salut Chamhan


A propos des champignons as tu sentis qu’il y avait aussi un esprit ?  Je vais essayer ça prochainement. 

Moi je vais tester les truffes. Des conseils ?

Les champignons ont selon mon vécu effectivement un esprit. Par contre une grande différence avec les plantes, c'est qu'ils ont une vibration du cosmos, une touche extra-terrestre, comme si il y avait un grand tambour champignons au fin fond de l'espace qui envoyait des basses!  Rappelons qu'ils peuvent produire de la lumière, un des rares êtres vivants à pouvoir le faire en dehors des profondeurs des mers.  :-D (Je crois qu'il y a les champignons et les scorpions et pas beaucoup d'uatres trucs, d'ailleurs le venin de scorpion a des propriétés étonnantes)

Les plantes elles me donnent toujours la sensation du rattachement à la terre, ce cordon ombilical psyché... ça passe par les trippes  ;-)

Conseil pour les truffes? Ben déjà il y a toutes les fiches techniques disponibles pour les questions de préparation et de dosage. (tu trouveras ça dans le lien que regarde le chat, rubriques champi) Je te conseille de les lire. 
Mon conseil set&setting: de préférence faire l'expérience en milieu naturel. Avoir de l'eau en quantité abondante, faire ça à jeun pour l'amorçage et puis avoir à disponibilité aisée la musique qui te parait la mieux adaptée pour entrer en synergie avec lui.
Cette musique peut tout simplement être les bruissement du vent dans les feuilles arbres, le ruissellement d'un cours d'eau, les oiseaux... la vie quoi!

Bon voyage :mrgreen:

Shroomanto-Art.jpg

Merci Chamhan
Bilan, deux séances, extrêmement doux comparé à l’Iboga, très intéressant, enrichissant, hyper détendant, vraiment top.
 
Oui l'ibogaine joue sur le coeur ! Il faut faire particulièrement attention si l'on a des antécédents même juste familiaux.
 
@VVakan
Voici quelques exemples parmi d'autres (et pour répondre à ta question, oui la cardiotoxicité est supérieure à d'autres psychédéliques):

L'utilisation de l'ibogaïne a été associée à des effets cardiaques et neurologiques importants, tels que l'allongement du segment QT, des dysrythmies cardiaques, des convulsions et des troubles du système nerveux central.

Nous présentons un cas d'exposition vérifiée à l'ibogaïne avec un allongement de l'intervalle QTc...

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31630892/

ou celles là :

Dix-huit études ont été incluses dans la sélection finale. Des résultats très hétérogènes ont été trouvés en termes de type de produit utilisé ou de dosages connus. Les effets indésirables ont été classés en effets aigus (< 24 h), principalement cardiaques (le plus fréquent étant l'allongement de l'intervalle QTc), gastro-intestinaux, neurologiques et cliniques, et en effets durables (> 24 h), principalement des altérations cardiaques persistantes, des signes psychiatriques et neurologiques.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34406452/


Les effets cardiaques de l'ibogaïne se caractérisent par une bradycardie sinusale et un allongement marqué de l'intervalle QT, qui sont le résultat d'une interaction complexe avec divers canaux ioniques cardiaques. L'effet électrophysiologique de l'ibogaïne imite le syndrome héréditaire du QT long de type 2 qui est causé par une perte de fonction génétique du canal IKr (codé par le gène KCNH2).5

Des cas d'arythmie ventriculaire maligne et de mort subite après ingestion d'ibogaïne ont été signalés et seraient dus à l'allongement massif de l'intervalle QT, suivi de torsades de pointes ou de fibrillation ventriculaire.

Les symptômes de cardiotoxicité peuvent se manifester entre 1,5 et 76 heures après.

La longue demi-vie du métabolite actif de la noribogaïne est bien illustrée par la récupération tardive de l'intervalle QT de notre patient. Comme le montre la figure 2, il a fallu 7 jours à notre patient pour normaliser son intervalle QT corrigé malgré des électrolytes normaux et en l'absence de tout médicament concurrent affectant l'intervalle QT. Nos résultats illustrent le risque potentiel de récurrence tardive de l'arythmie ventriculaire et soulignent la nécessité d'une surveillance cardiaque prolongée chez ces patients.

En conclusion : L'intoxication à l'ibogaïne est un scénario peu courant, mais potentiellement mortel en raison de la cardiotoxicité élevée de cette substance, et une admission urgente dans une unité de soins intensifs est nécessaire. La cardiotoxicité se caractérise par un allongement massif de l'intervalle QT avec un risque d'arythmie ventriculaire qui peut se développer tôt ou tard après l'ingestion. La récupération tardive de l'intervalle QT est liée à la longue demi-vie plasmatique du métabolite actif et une surveillance cardiaque prolongée jusqu'à la normalisation complète de l'intervalle QT est recommandée.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/joa3.12061


VVakan a dit:
A propos des champignons as tu sentis qu’il y avait aussi un esprit ?
Chamhan a dit:
Les champignons ont selon mon vécu effectivement un esprit...
Les plantes elles me donnent toujours la sensation du rattachement à la terre...

A ce sujet, une vidéo intéressante qui parle de cette notion "d'esprit" des plantes, qu'on trouve notamment pas mal dans le chamanisme amazonien (avec les "diètes" par exemple) :

[video=youtube]
 
Not For Human a dit:
@VVakan
Voici quelques exemples parmi d'autres (et pour répondre à ta question, oui la cardiotoxicité est supérieure à d'autres psychédéliques):

L'utilisation de l'ibogaïne a été associée à des effets cardiaques et neurologiques importants, tels que l'allongement du segment QT, des dysrythmies cardiaques, des convulsions et des troubles du système nerveux central.

Nous présentons un cas d'exposition vérifiée à l'ibogaïne avec un allongement de l'intervalle QTc...

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31630892/

ou celles là :

Dix-huit études ont été incluses dans la sélection finale. Des résultats très hétérogènes ont été trouvés en termes de type de produit utilisé ou de dosages connus. Les effets indésirables ont été classés en effets aigus (< 24 h), principalement cardiaques (le plus fréquent étant l'allongement de l'intervalle QTc), gastro-intestinaux, neurologiques et cliniques, et en effets durables (> 24 h), principalement des altérations cardiaques persistantes, des signes psychiatriques et neurologiques.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34406452/


Les effets cardiaques de l'ibogaïne se caractérisent par une bradycardie sinusale et un allongement marqué de l'intervalle QT, qui sont le résultat d'une interaction complexe avec divers canaux ioniques cardiaques. L'effet électrophysiologique de l'ibogaïne imite le syndrome héréditaire du QT long de type 2 qui est causé par une perte de fonction génétique du canal IKr (codé par le gène KCNH2).5

Des cas d'arythmie ventriculaire maligne et de mort subite après ingestion d'ibogaïne ont été signalés et seraient dus à l'allongement massif de l'intervalle QT, suivi de torsades de pointes ou de fibrillation ventriculaire.

Les symptômes de cardiotoxicité peuvent se manifester entre 1,5 et 76 heures après.

La longue demi-vie du métabolite actif de la noribogaïne est bien illustrée par la récupération tardive de l'intervalle QT de notre patient. Comme le montre la figure 2, il a fallu 7 jours à notre patient pour normaliser son intervalle QT corrigé malgré des électrolytes normaux et en l'absence de tout médicament concurrent affectant l'intervalle QT. Nos résultats illustrent le risque potentiel de récurrence tardive de l'arythmie ventriculaire et soulignent la nécessité d'une surveillance cardiaque prolongée chez ces patients.

En conclusion : L'intoxication à l'ibogaïne est un scénario peu courant, mais potentiellement mortel en raison de la cardiotoxicité élevée de cette substance, et une admission urgente dans une unité de soins intensifs est nécessaire. La cardiotoxicité se caractérise par un allongement massif de l'intervalle QT avec un risque d'arythmie ventriculaire qui peut se développer tôt ou tard après l'ingestion. La récupération tardive de l'intervalle QT est liée à la longue demi-vie plasmatique du métabolite actif et une surveillance cardiaque prolongée jusqu'à la normalisation complète de l'intervalle QT est recommandée.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/joa3.12061


VVakan a dit:
A propos des champignons as tu sentis qu’il y avait aussi un esprit ?
Chamhan a dit:
Les champignons ont selon mon vécu effectivement un esprit...
Les plantes elles me donnent toujours la sensation du rattachement à la terre...

A ce sujet, une vidéo intéressante qui parle de cette notion "d'esprit" des plantes, qu'on trouve notamment pas mal dans le chamanisme amazonien (avec les "diètes" par exemple) :

[video=youtube]

Merci beaucoup !  :shy:


VVakan a dit:
Not For Human a dit:
@VVakan
Voici quelques exemples parmi d'autres (et pour répondre à ta question, oui la cardiotoxicité est supérieure à d'autres psychédéliques):

L'utilisation de l'ibogaïne a été associée à des effets cardiaques et neurologiques importants, tels que l'allongement du segment QT, des dysrythmies cardiaques, des convulsions et des troubles du système nerveux central.

Nous présentons un cas d'exposition vérifiée à l'ibogaïne avec un allongement de l'intervalle QTc...

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31630892/

ou celles là :

Dix-huit études ont été incluses dans la sélection finale. Des résultats très hétérogènes ont été trouvés en termes de type de produit utilisé ou de dosages connus. Les effets indésirables ont été classés en effets aigus (< 24 h), principalement cardiaques (le plus fréquent étant l'allongement de l'intervalle QTc), gastro-intestinaux, neurologiques et cliniques, et en effets durables (> 24 h), principalement des altérations cardiaques persistantes, des signes psychiatriques et neurologiques.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34406452/


Les effets cardiaques de l'ibogaïne se caractérisent par une bradycardie sinusale et un allongement marqué de l'intervalle QT, qui sont le résultat d'une interaction complexe avec divers canaux ioniques cardiaques. L'effet électrophysiologique de l'ibogaïne imite le syndrome héréditaire du QT long de type 2 qui est causé par une perte de fonction génétique du canal IKr (codé par le gène KCNH2).5

Des cas d'arythmie ventriculaire maligne et de mort subite après ingestion d'ibogaïne ont été signalés et seraient dus à l'allongement massif de l'intervalle QT, suivi de torsades de pointes ou de fibrillation ventriculaire.

Les symptômes de cardiotoxicité peuvent se manifester entre 1,5 et 76 heures après.

La longue demi-vie du métabolite actif de la noribogaïne est bien illustrée par la récupération tardive de l'intervalle QT de notre patient. Comme le montre la figure 2, il a fallu 7 jours à notre patient pour normaliser son intervalle QT corrigé malgré des électrolytes normaux et en l'absence de tout médicament concurrent affectant l'intervalle QT. Nos résultats illustrent le risque potentiel de récurrence tardive de l'arythmie ventriculaire et soulignent la nécessité d'une surveillance cardiaque prolongée chez ces patients.

En conclusion : L'intoxication à l'ibogaïne est un scénario peu courant, mais potentiellement mortel en raison de la cardiotoxicité élevée de cette substance, et une admission urgente dans une unité de soins intensifs est nécessaire. La cardiotoxicité se caractérise par un allongement massif de l'intervalle QT avec un risque d'arythmie ventriculaire qui peut se développer tôt ou tard après l'ingestion. La récupération tardive de l'intervalle QT est liée à la longue demi-vie plasmatique du métabolite actif et une surveillance cardiaque prolongée jusqu'à la normalisation complète de l'intervalle QT est recommandée.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/joa3.12061


VVakan a dit:
A propos des champignons as tu sentis qu’il y avait aussi un esprit ?
Chamhan a dit:
Les champignons ont selon mon vécu effectivement un esprit...
Les plantes elles me donnent toujours la sensation du rattachement à la terre...

A ce sujet, une vidéo intéressante qui parle de cette notion "d'esprit" des plantes, qu'on trouve notamment pas mal dans le chamanisme amazonien (avec les "diètes" par exemple) :

[video=youtube]

Merci beaucoup !  :shy:

Je reste avec une interrogation. 
D'après ce que j'ai lu et compris les études portent sur l'ibogaine, l'alcaloïde, et non sur l'iboga qui contient d'autres alcaloïdes. Si c'est bien le cas je relativiserai un peu les études dans la mesure ou la plante entière peut aussi contenir des substances qui régule ce seul alcaloïde comme c'est le cas pour d'autres plantes. 

j'ai lu cette étude : https://www.ata-journal.org/articles/ata/abs/2012/01/ata110032/ata110032.html
qui mentionne la mort d'un homme ayant consommé la plante. Mais il avait consommé d'autres substances ce qui est rigoureusement interdit avec l'iboga. 

Qu'en pensez vous ?
 
Difficile à dire, il faudrait faire une étude pour comparer l'utilisation d'iboga et d'ibogaïne ce qui est différent oui ! Les autres alcaloïdes de l'iboga peuvent influer aussi négativement que positivement avec l'ibogaine sur les différentes fonctions de l'organisme, on ne sait pas dans qu'elle mesure.
Mais l'ibogaïne est cardiotoxique ça c'est un fait.
 
Merci pour ton retour d'expérience!

A savoir : ce serait plutot les Égyptiens qui ont piqué la plante aux pygmées!! On a retrouvé au Gabon des traces d'Iboga de plusieurs millénaires. Même si ces même Egyptiens ont crée une formidable civilisation ils ont bénéficié de savoirs de beaucoup de pays africains (méditation/médication/produits/religions). Ces savoirs sont remontés du bas vers le haut du continent.
Aujourd'hui c'est l'ethnie FANG du Gabon qui utilise le plus l'Iboga....Les pygmées regrettent cela
 
mantra a dit:
Merci pour ton retour d'expérience!

A savoir : ce serait plutot les Égyptiens qui ont piqué la plante aux pygmées!! On a retrouvé au Gabon des traces d'Iboga de plusieurs millénaires. Même si ces même Egyptiens ont crée une formidable civilisation ils ont bénéficié de savoirs de beaucoup de pays africains (méditation/médication/produits/religions). Ces savoirs sont remontés du bas vers le haut du continent.
Aujourd'hui c'est l'ethnie FANG  du Gabon qui utilise le plus l'Iboga....Les pygmées regrettent cela

Merci pour l’info c’est intéressant.  
La seule chose que je sais c'est que c’est le Nganga au Gabon qui m’avait expliqué que la plante avait été transmise des égyptiens aux Pygmées. J’imagine que les versions doit être différente selon ceux qui la racontent.
 
Retour
Haut