MDMA - 6eme sens
#1
Rainbow 
Salut à tous !

Cette fois ci je vais vous raconter ma première vraie expérience avec la MDMA, pourquoi première vraie ? Parce que la veille j'avais pris un 0.08 en para qui m'avait juste stimulé un peu, j'avais une pensée linéaire, rien de vraiment probant.

Attention ce tr est vraiment anti-RDR, j'ai fais que de la merde et j'ai failli crever sans doute.

J'étais chez un pote M, qui la veille m'a filé le 0.08 et me réveille avec un mal de tête horrible, du coup mon pote me donne 8 cachetons de temesta soit 20mg... Ça fonctionne j'ai plus mal à la tête... Ensuite on appelle T que M a rencontré dans un bus qui allait à Dam, pour qu'il nous cède 2 grammes de sa MD.

T arrive et s'installe puis nous prépare deux para à 150mg chacun. Je gobe mon para, 45 minutes après je monte, trouve ça fadasse et demande à T ce que ça fait en sniff. T me dit ben essaye... Et il me prépare une trace de 150mg, puis écrase le reste du 0.5 qu'il m'avait pesé. Il y a donc une trace de 150mg et une autre de 200mg.

À ce stade je ne connais pas du tout la MD, n'ai aucune idée de ce que représente une trace niveau volume et suis habitué au Yopo ou faut se faire des poutres de malade dans chaque narines. Je croyais que les deux traces étaient les 150mg que je devais sniffer.

Je sniff donc le tout et je me lève et la T me pousse gentiment sur le fauteuil en me disant non reste assis mais t'es un grand malade t'as sniffé 350 d'un coup ?! Tu risques de pas être bien, reste assis.

Moi je commence à monter et ouais ça me fait l'effet d'un trip moyen de LSA, sans les visus, le côté psychédélique, etc... C'était vraiment de la merde sa MD avec le recul !

On parle, on va dehors, on va chercher un pote G, on commence à faire soirée, M reprend un para et donne un para à G pour qu'il nous rejoigne dans notre trip. Moi je commence à redescendre et je n'aime pas trop la MD contrairement à M, je n'en vois pas trop l'intérêt comparer au LSA. Ça me pousse un peu à prendre la décision de prendre mon 0.5 restant et à l'écraser pour faire deux traces de 250mg. Flemme d'attendre 45 minutes que ça monte en para.

Je pensais monter et rejoindre mes potes dans leurs délire, mais j'ai eu la sensation de redescendre complètement au lieu de monter... Je suis grave frustrée ! Et je commence vraiment à me dire que c'est de la grosse merde. Y'a un peu de vrai j'imagine.

Ensuite le monde commence à monter... Je suis toujours sobre mentalement mais il commence à se passer des trucs de fou autour de moi. Tout commence par une hallucination, je vois Pégase sortir de la télévision !!!

Je le dis à mes potes tout excitée, ils n'ont pas l'air de me croire, puis je me rend compte que mes potes sont en faire un couple de vieux !!! M est un vieux et G une vieille mémé... Je leurs dit et ils me regardent trop bizarrement... Puis je vais à la fenêtre et la c'est fou, y'a énormément de gens dehors, habillés de tous les styles vestimentaires et de toutes les époques. Il y a une jeune femme qui attire particulièrement mon attention, elle est sur le toit d'en face où il y a une barrière métallique et elle se déplace en faisant glisser violemment son visage sur la barrière, à la manière d'un maton qui ferait glisser sa matraque sur les barreaux d'une cellule de prison. Elle a du sang qui coule sur ses cheveux blond et sur son visage.

Pour moi c'est clair et évident, je vois des morts ! Et ils sont partout ! Je regarde dans l'appartement et je m'aperçois que nous ne sommes pas seuls et qu'il y a des morts dans tout l'appartement. Je m'exclame à mes potes toute excitée, putain je vois des morts partout ! Et la mon pote M me dit "Mais ta gueule putain arrête d'essayer de nous faire bader c'est pas cool", il pensait que j'inventais ce que je voyais pour le faire flipper...

Là ça commence à partir en couille à partir de ce moment là, je m'assoie sur le canapé et décide de fermer ma gueule sur ce que je vois, vu que ça fait flipper mon pote et décide de m'allumer une clope... C'est là que le monde commence à sérieusement monter, je me sens toujours sobre, mais ma clope disparaît et réapparaît sans arrêt, le cendrier se téléporte sans cesse et mes potes aussi.

Ils apparaissent à des endroits différents et c'est un peu comme si on passait la vidéo de la vie en vitesse x8 ou x16. J'ai grave du mal à fumer, j'essaie de partir du principe que la clope ne disparaît pas et qu'elle est toujours dans ma main et qu'il ne faut pas que je la lâche. Je vois des morts même dans la télé qui est éteinte !

Il y a des morts tristes, pervers, joyeux, bienfaisants, malveillants, de tout âge, de toutes époques. C'est vraiment comme s'ils étaient tous parmi nous et que nous ne les voyons juste pas d'habitude.

Je passe un long moment à les observer, à essayer d'interagir avec eux et de fumer des clopes sans foutre le feux à l'appartement de M. C'est bien trop le bordel pour que j'essaie de communiquer avec mes potes, de toutes façon ils ne font qu'apparaître et disparaître en continu.

Puis je ne me sens pas bien du tout et je vais dans les toilettes de M, mais visiblement c'est tout aussi compliqué de gerber proprement dans le toilette et j'en fou absolument partout et ça ne s'arrête pas, je fais que gerber et gerber et gerber...

À un moment donné j'entend une voie qui dit mais c'est quoi ce bordel y'en a partout mais c'est dégueulasse !!! C'était M qui rentrait ?! Il était sorti avec G et depuis que je me suis assis dans le canapé en faite ils étaient parti faire un tour dehors et j'étais toute seule en faite depuis presque le début...

Je commence à redescendre et vais même raccompagner G avec M et sur la route je titube, j'ai l'air trop bourrée, je fais que vomir derrière des arbres sur tout le trajet, les gens me disent faut arrêter de boire et je leurs dit bêtement mais j'ai pas bue...

Je continue de voir des morts partout et des motifs Maya/Matrix de partout sur les gens, le sol et les murs des bâtiments. Puis nous disons au revoir à G et nous retournons chez M, qui a honte de mon état. Je gerbe une dernière fois dans ses toilettes et cette fois-ci je vise bien. Puis les visions commencent à disparaitre et je commence à être crevée comme jamais et je vais me pieuter sur le canapé. M aussi part se coucher.

Le lendemain j'ai eu l'impression que ça a duré la semaine, je suis dans un état épouvantable et j'hésite entre sauter par la fenêtre et me refaire une ligne en piquant de la D à M. Je décidé donc de me faire une trace et j'ai continué comme ça deux semaines, à taper des petites traces matin et soir pour ne pas me sentir suicidaire... En plus ma copine avec qui j'avais passé 3 ans de relation, m'a larguée juste avant que j'aille chez M, donc j'étais vraiment dans un état mental de merde.

En repartant j'ai pris 3 graines de HBW et j'ai eu le meilleur trip de ma vie mais je ne le raconterai pas car c'est trop personnel, en tout cas j'étais reboostée et je me suis dis que plus jamais je ne prendrai de MD... J'ai presque failli ne jamais y retoucher et j'aurais du... Le darknet c'est le mal. Heart 
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
The following 2 users Like Aiskhynê's post:
  • Biquette, Indica
  Répondre
#2
Ca me fascine toujours à quel point on peut partir loin avec la drogue. Quel trip putain.
"Le coffre de la voiture ressemblait à un labo ambulant de la brigade des stupéfiants : nous avions deux sacoches d'herbe, soixante-quinze pastilles de mescaline, cinq feuilles d'acide-buvard carabiné, une demi-salière de cocaïne, et une galaxie complète et multicolore de remontants, tranquillisants, hurlants, désopilants ... sans oublier un litre de tequila, un litre de rhum, un carton de Budweiser, un demi-litre d'éther pur et deux douzaines d'ampoules de nitrite d'amyle."

                                                                                                                                                                                                          - Hunter S. Thomson,  Las Vegas Parano
  Répondre
#3
Dingue que même une drogue aussi consensuelle que la MDMA puisse réagir aussi différemment selon les personnes (bien qu’il reste la possibilité que ce ne soit pas de la MDMA ou alors très coupée).

0 effet empatho ?

Tes hallus font presque envie, le chemin pour y arriver un peu moins...
méditation                                                             
  Répondre
#4
Ouais sacré trip, le lendemain était abominable... Il paraît qu'au moment où je me suis mis sur le canapé, mon pote M a proposé de sortir et moi je restais immobile et j'avais l'air trop à l'ouest, incapable de parler ou trop lentement. Bref j'étais une légumineuse.

Avant de prendre la MD je venais de me faire larguer, mais surtout j'étais bien chéper aux benzo et je pense que ça m'a mis dans un plane ou je ne voyais plus le danger, j'ai donc grave abusé sans penser aux conséquences. En même temps j'étais habitué à des produits qui ont un effet bien plus marqué, donc j'ai grave sous estimé la toxicité du truc par rapport à ses effets... Grosse erreur ! Je pense que j'étais pas très loin du syndrome séroto, en tout cas suite à ce trip j'ai commencé à avoir de gros troubles de la mémoire, je ne sais pas si c'est lié. Je pense aussi que le para de la veille + d'avoir sniffé la MD + les benzo, ça a du diminuer la puissance de mon trip (et heureusement) , mais en même temps c'est ce qui m'a poussée à tout finir d'une traite.

En tout cas sur ce coup j'ai bien fais n'importe quoi !

Édit for Tridi :

Ah sisi c'était bien de la MD, la MD ne m'a jamais rendue empathique, en tout cas pas plus que ça. Et la c'était surtout un bon surdosage plutôt qu'un trip classique. J'ai quand même gobé 1g sur une journée dont 500mg en une fois...

Après c'était pas non plus la MD du darknet quoi... Et heureusement j'ai envie de dire... Quoi que les 150mg m'auraient peut être calmés. Et je ne sais pas dans quelle mesure on peut couper de la MD en cristaux, mais je ne dis pas que c'est impossible, seulement je ne sais pas. Et surtout qui aurait pu me faire ça ?! Je pense surtout à un surdosage...
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
  Répondre
#5
Ah oui quand même, ça change du TR de base « première fois à la MD » !
Je crois que j’ai jamais rien lu d’aussi épique sur cette drogue .
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

  Répondre
#6
Pfouah la perche ! T'y vas pas avec le dos de la spatule toi, foi de biquette ! Content que t'en sois sortie vivante, y en a qu'auraient fini à l'hosto...

Côté ressenti physiques, ça se passait comment ? Tu devais te taper des brainzaps en boucle non ? Avec la surstimulation qui devait te laisser fracass' dans le canapé avec plein de gestes nerveux ?
  Répondre
#7
Et ben même pas en faite, je me sentais normal mentalement, mes potes me disaient que j'étais grave ralentie, en même temps on me le dit souvent...

J'avais juste des vomissements interminables et je titubais, mais pas de brainzap ou autre.

Par la suite j'ai vécue les brainzap y'a genre 5 ans quand je prennais de la MD du darknet tous les jours, quand j'arrêtais d'en prendre je voyais tout bizarre, me sentais grave bizarre et j'avais des brainzap tout le temps pendant bien une semaine voir plus, après la dernière prise.

J'dirais pas qu'il y a une vraie dépendance physique à la MD, mais ça s'en rapproche fortement après une conso quotidienne qui dure dans le temps.

Maintenant je ne sais pas si c'est psychologique, mais je ne peux plus prendre de stimulants. Ça m'angoisse direct et me met très mal !

Mais pour te répondre, c'était plutôt comme si j'étais grave stone, de toute façon même un surdosage de speed ça ne me fait pas ça, je commence à avoir des fourmis dans tout le corps, je suis shootée, j'ai l'impression que je vais tomber raid à chaque instant, jusqu'à ce que le speed redescende.
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
  Répondre
#8
Le coté hallucinogène, quasiment délirogène de la MD reste assez mystérieux et peu documenté pour une drogue aussi consommé je trouve. Ca me chauffe pour écrire le TR d'un trip à la MD que j'ai vécu en février ou j'ai vu des trucs assez fou (gens qui existait pas principalement) avec 2 demi taz consommés avec 4h d'écart, donc pas une dose de ouf. La première fois que j'ai pris de la md c'était trois quart de taz bien espacés et pourtant j'ai aussi vu des trucs qui existait pas. Toutes les autres fois ou j'ai tapé de la MD j'ai rien eu de similaire, quelque soit la dose. Faudrait faire un topic de la semaine sur les effets hallucinogène/délirogènes de la MD pour voir si c'est répandu. Aiskhynê c'était un truc récurrent pour toi de voir des choses qui existent pas sous MD? (et ça veut dire quoi ton nom tant que j'y suis Smile )
"Le coffre de la voiture ressemblait à un labo ambulant de la brigade des stupéfiants : nous avions deux sacoches d'herbe, soixante-quinze pastilles de mescaline, cinq feuilles d'acide-buvard carabiné, une demi-salière de cocaïne, et une galaxie complète et multicolore de remontants, tranquillisants, hurlants, désopilants ... sans oublier un litre de tequila, un litre de rhum, un carton de Budweiser, un demi-litre d'éther pur et deux douzaines d'ampoules de nitrite d'amyle."

                                                                                                                                                                                                          - Hunter S. Thomson,  Las Vegas Parano
The following 1 user Likes Skruffy's post:
  • Tridimensionnel
  Répondre
#9
Pour te répondre non c'est vraiment la première et dernière fois que ça m'a fait ça.

Mais peut être que tes taz étaient surdosées non ? T'as une idée du dosage ?

En tout cas c'était de vraies hallucinations, comme tu dis des gens qui n'existent pas... Par contre une totale maîtrise du trip, à aucun moment je ne me suis senti délirant, ne me suis plus rappelé que j'avais pris de la MDMA, etc... Ce qui peuvent arriver avec de vrais délirogènes. C'est pareil pour toi ?

Aiskhynê à la base c'est un concept en rapport avec la déesse grecque Aidôs parfois appelée Aiskhynê, la compagne de la déesse Némésis. Aidôs représente la honte qui rend humble et digne. Aiskhynê c'est le nom donné à ce concept de honte qui amène à la dignité, par rapport à la honte ressentie lors d'une mauvaise action face au regard des autres. Parce qu'on a honte quand on fait des trucs indigne devant les autres, parce qu'ils nous renvoient ce sentiment. On pourrait dire que c'est la honte qui pousse à la vertu et à l'humilité, car on ne veut pas se sentir honteux.

Et moi bah j'suis tout l'inverse... Big Grin
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
The following 1 user Likes Aiskhynê's post:
  • Indica
  Répondre
#10
En fait je pense que j'ai dû mal utiliser le terme 'délirogène'. Par délirogène je voulais dire voire des chose qui existe pas, par oppositions aux hallucinogènes classiques genre LSD où on voit que des déformations de la réalité. Je me suis pas senti délirant et j'étais conscient d'être sous MD, mais j'avais du mal a faire la différence entre les hallus et le réel. Par exemple je voyait des barrières en travers de mon chemin et y fallait que je m'approche pour voir que elles existait pas. A d'autres moments, en me baladant dans une forêt avec mon pote j'avais l'impression qu'il y avait une troisième personne avec nous. Et puis je la regardais bien et elle disparaissait. Le pire c'est que ça me choquait pas plus que ça de me rendre compte que j'imaginais des gens. Est-ce que on peut appeler ça être délirant?En tout cas j'étais pas complètement en phase avec la réalité. Les taz était forts, c'était deux moitiés différentes et seulement la deuxième moitié m'a filée des hallus. Mais aucune idée de la dose.

Pour ton nom, ca veux dire que tu fais certaine actions par ce que tu veux te sentir honteux?
"Le coffre de la voiture ressemblait à un labo ambulant de la brigade des stupéfiants : nous avions deux sacoches d'herbe, soixante-quinze pastilles de mescaline, cinq feuilles d'acide-buvard carabiné, une demi-salière de cocaïne, et une galaxie complète et multicolore de remontants, tranquillisants, hurlants, désopilants ... sans oublier un litre de tequila, un litre de rhum, un carton de Budweiser, un demi-litre d'éther pur et deux douzaines d'ampoules de nitrite d'amyle."

                                                                                                                                                                                                          - Hunter S. Thomson,  Las Vegas Parano
  Répondre
#11
Non mais que j'en ai plutôt rien a foutre du regard des autres et que je suis comme je suis sans filtre, enfin maintenant que je bosse à des boulots de responsabilité, j'essaie quand même de paraître un minimum clean au boulot, mais sinon dans la vie de tous les jours j'suis plutôt nonchalante et désinvolte, comme on me le dit souvent... Big Grin

Sinon ouais c'est exactement pareil que toi ce que j'ai eu avec la MD. Ça serait marrant en effet un sujet de la semaine sur ce thème !
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  MDMA IV : La plus courte perche de MDMA de ma vie Percheman 14 1,565 24/12/2016 17:34
Dernier message: Percheman

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)