La méditation - expérience
#1
Je me suis mis à la méditation peu de temps après avoir pris la Bonne Résolution (ferme !) d'être moins dur avec moi-même et de prendre soin de mon mental.

J'ai commencé par apprendre des exercices de respiration pour gérer mon stress, et de fil en aiguille je me suis intéressé à cette pratique. Étant un pur produit de mon temps, j'ai téléchargé une application de méditation. Je n'en suis donc qu'au début de ma pratique mais je peux déjà noter que je suis plus calme qu'avant. Ceci dit, la chose demande beaucoup de persévérance, c'est loin d'être un "produit miracle".

Les applications c'est très pratique, on se met dans un coin avec ses écouteurs et hop, à l'aventure. Néanmoins, on ne dialogue finalement qu'avec une voix pré-enregistrée. Donc j'ai eu envie d'ouvrir un topic pour partager l'expérience de la méditation avec d'autres intéressé.e.s.

Il s'agit surtout d'exprimer ses ressentis quotidiens de pratiquants. Par exemple, aujourd'hui j'étais particulièrement en stress à cause d'un truc extérieure et il m'était impossible de me caler confortablement dans ma respiration. J'avais le souffle court et douloureux, c'était presque encore plus angoissant d'y porter attention. Quant à se tenir "le dos droit etc." c'était un enfer. Je me demande si c'était dû à la situation actuelle (au stress) ou si j'ai un problème de posture ou de respiration par ailleurs. Il faudra attendre les jours suivants pour s'en rendre compte Rolleyes
  Répondre
#2
Il m’arrive depuis mes 16 ans de méditer de temps en temps, je ne saurais plus dire quelle lecture ou déclic m’a poussé à m’y mettre .

Je n’ai jamais médité quotidiennement en m’imposant la chose façon stricte, je me met seulement à méditer quand une occasion se présente à moi . Je ne recherche aucun résultat particulier, j’aime juste le fait de m’adonner pleinement au moment présent et à ma respiration dans certaines situations, comme dans la nature, au réveil ou sous substance . En effet, il y’a parfois des moments où « ca veut pas » et une fois dans la position, tout nous pousse à nous distraire, difficulté à respirer, peau qui gratte, mal de ventre… certains disent de mettre des rythmes binauraux par exemple si l’on arrive pas à se concentrer mais pour ma part, ce n’est pas une activité que j’ime faire en me forçant . Au final, j’utilise la méditation et la pleine conscience plus pour améliorer des moments déjà bons (promenade dans la nature, écoute d’un album de musique, après une séance de sport, voyage psychédélique…) . Pour ce qui est du dos droit j’aime bien me caller sur un mur ou un arbre .

Comme je suis plus YouTube qu’applications, je t’invite à te pencher sur les éditations guidées de la chaîne Autodisciple et les musiques de la chaine Meditative Mind si tu ne l’s pas déjà fait .
Quelle appli utilise-tu ?
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

  Répondre
#3
J'ai différents blocages au sein de la pratique, des pensées sur lesquelles viennent s'échouer les autres pensées et qui soudainement plongent tout l'exercice dans le factice. Par exemple que signifie sans jugement ? Cesse de juger, Tridi ! Mais ne suis-je pas en train de me juger en me disant que je dois cesser de juger ? ---> gros nœud au cerveau, pendant lequel je flotte dans un entre-deux bizarre et très désagréable.

Pourtant on ne cesse de nous le répéter : il est normal que les pensées nous envahissent, il faut les laisser couler sans les juger, c'est un exercice de lâcher-prise, lâcher-prise... LÂCHE PRISE BON SANG DE BONSOIR
Bref les consignes sont évidentes, mais à mettre en place elles le sont moins.


J'ai trouvé deux trucs qui m'aident à passer par-dessus cette ornière classique et répétitive :

- j'écoute. Mes pensées sont des sons que j'entends, ainsi que tout le magma d'émosensations sur lequel je flotte. Avec cette attitude de l'écoute, je ne suis dans aucune action, seulement prêt à recevoir. Et lorsque que ce que je reçois ne me paît pas, je ce n'est un problème : j'écoute, et j'écoute aussi le bruit de mes pensées auxquelles ça ne plaît pas, etc.

- Attention portée à mon corps dans son entier. J'ai des difficultés de proprioception, et les exercices de méditation m'enjoignent souvent à porter attention à telle ou telle partie d
de mon corps. OR je trouve vraiment apaisant / ancrant de m'attacher à ressentir mon corps en son entier. Càd : sa position, mon visage à sa place, sensation de mes paupières et de mes pieds, chaque membrebdisposé dans l'espace (lequel ?), sensations d'existence, tout mon corps qui respire. Écouter encore, mais écouter le geste et la présence.
  Répondre
#4
(02/04/2019 23:28)Tridimensionnel a écrit : J'ai différents blocages au sein de la pratique, des pensées sur lesquelles viennent s'échouer les autres pensées et qui soudainement plongent tout l'exercice dans le factice. Par exemple que signifie sans jugement ? Cesse de juger, Tridi ! Mais ne suis-je pas en train de me juger en me disant que je dois cesser de juger ? ---> gros nœud au cerveau, pendant lequel je flotte dans un entre-deux bizarre et très désagréable.

Pourtant on ne cesse de nous le répéter : il est normal que les pensées nous envahissent, il faut les laisser couler sans les juger, c'est un exercice de lâcher-prise, lâcher-prise... LÂCHE PRISE BON SANG DE BONSOIR
Bref les consignes sont évidentes, mais à mettre en place elles le sont moins.


J'ai trouvé deux trucs qui m'aident à passer par-dessus cette ornière classique et répétitive :

- j'écoute. Mes pensées sont des sons que j'entends, ainsi que tout le magma d'émosensations sur lequel je flotte. Avec cette attitude de l'écoute, je ne suis dans aucune action, seulement prêt à recevoir. Et lorsque que ce que je reçois ne me paît pas, je ce n'est un problème : j'écoute, et j'écoute aussi le bruit de mes pensées auxquelles ça ne plaît pas, etc.

- Attention portée à mon corps dans son entier. J'ai des difficultés de proprioception, et les exercices de méditation m'enjoignent souvent à porter attention à telle ou telle partie d
de mon corps. OR je trouve vraiment apaisant / ancrant de m'attacher à ressentir mon corps en son entier. Càd : sa position, mon visage à sa place, sensation de mes paupières et de mes pieds, chaque membrebdisposé dans l'espace (lequel ?), sensations d'existence, tout mon corps qui respire. Écouter encore, mais écouter le geste et la présence.


Entendre une voix qui t'aiderai à lâcher prise petit à petit ne t'aiderai t-il pas? Pas une voix enregistrer une voix de quelqu'un qui se trouve a côté de toi. 

Je pratique la relaxation moi avec une psychomotricienne. Et seule c'est plus compliqué pour moi de lâcher prise.
  Répondre
#5
Peut-être cette vidéo pourrait-elle t'aider si tu ne connais pas déjà Smile

https://www.youtube.com/watch?v=g32_6qNuhOo

Moi, quand mes pensées dérives, je laisse faire, jusqu'à ce que j'aie à nouveau envie de faire le vide mais je n'arrête pas pour autant la méditation . Mais peut-être ma pratique n'est pas exemplaire car je m'impose très peu de règles .
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

  Répondre
#6
[Image: 06ial5i13pz01.jpg]
The following 1 user Likes Couac's post:
  • Indica
  Répondre
#7
@Acope ah du coup tu vois de quoi je parle quand je mentionne la relaxation ^^ j'en fais aussi avec une psy et en effet c'est bcp plus facile en suivant sa voix que tout seul. Néanmoins ici je parle de médiation et non de relaxation, ce n'est pas exactement la même chose.

@Indica à la base je pratique avec l'application "Petit Bambou" qui mêle accompagnement à la médita° et pensée positive, mais finalement le programme que je préfère est l'option "libre", avec un simple gong au début et à la fin pour prévenir que le temps est écoulé. C'est un peu difficile mais j'ai tendance à me sentir irrité par lea guide, soit parce que je me sens infantilisé, soit parce que ses instructions ne correspondent pas à ce que je vis. Pour l'instant j'aime bien le côté "défi" de la méditation libre, ça me rappelle le travail philosophique que je faisais constamment sur moi il y a quelques années.

@Couac aha j'avais déjà vu cette image avant de commencer à pratiquer, c'est une partie de ce qui m'a donné envie d'ailleurs ! Néanmoins je n'ai pas l'impression d'être déjà parvenu à atteindre l'état de l'avant-dernière image x)
  Répondre
#8
Ah petit bambou... J'ai essayé aussi mais sur moi ça fonctionne pas x)
  Répondre
#9
Ah petit bambou... J'ai essayé aussi mais sur moi ça fonctionne pas x)
  Répondre
#10
Je suis vraiment passionné par la méditation, pratiqué correctement et sérieusement, c'est vraiment le truc qui augmente le plus ma qualité de vie par rapport à toutes autre pratique. La méditation est l’outil le plus efficace que j'ai trouvé pour réduire voir éliminer les cravings.

Je suis assez frustré car je sais comment méditer, je sais le bien que ça me fait, mais je n'arrive pas encore a méditer quotidiennement sans m'arrêter au bout de quelques mois. Et pourtant, c'est la clef, la pratique quotidienne. Si vous méditez pas tous les jours, vous aurez aucun des effets positifs que cette pratique procure.

Le problème c'est que les fondements de la pratique, c'est une certaine adhérence a des principes éthiques. Ne pas tuer, ne pas voler, ne pas prendre d'intoxicants. C'est bien évidemment avec le dernier point que j'ai du mal. Une fois bien lancé dans sa pratique quotidienne, l'idée de s'embrumer l'esprit avec une bière ou un autre truc ne vous traverse plus dutout. Mais ça met un certain temps a ce que la pratique ait assez d'inertie pour se protéger de l'envie de se faire plaisir chimiquement.

Pour tenter d'accélérer la mise en place d'une pratique auto-suffisante (ou pour faire repartir une pratique qui s'est essouflée), je suis extrêmement intéressé par l'approche décrite par Myron Stolaroff. Il décrit que la prise de faibles doses de psychédéliques, conjointement à une pratique méditative, est un moyen d'accélérer le développement de celle-ci.

J'aimerai savoir si il y a des gens qui sont intéressés ici par cette approche, ou qui l'ont déjà testée ?
The following 1 user Likes GuyGeorge's post:
  • Indica
  Répondre
#11
Faudra que je m'y mette sur une base quotidienne alors ...
J'ai déjà passé très longtemps à méditer sous une petite dose de champis, j'avais vraiment perdu la notion du temps et l'état de "vacuité intellectuelle" semblait assez facile atteindre par rapport à d'autres fois .
Mais je ne pense sincèrement pas que les psychédéliques doivent être vus comme ça, on médite très bien sans .
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

  Répondre
#12
(07/04/2019 14:02)Indica a écrit : Faudra que je m'y mette sur une base quotidienne alors ...
J'ai déjà passé très longtemps à méditer sous une petite dose de champis, j'avais vraiment perdu la notion du temps et l'état de "vacuité intellectuelle" semblait assez facile atteindre par rapport à d'autres fois .
Mais je ne pense sincèrement pas que les psychédéliques doivent être vus comme ça, on médite très bien sans .


(07/04/2019 14:02)Indica a écrit : Mais je ne pense sincèrement pas que les psychédéliques doivent être vus comme ça, on médite très bien sans .


Ah ils ne devraient pas être vu comme ça ? Haha. Moi je pense que c'est leur utilisation la plus sage. Que méditer pendant l'usage d'un psychédélique est la meilleure façon de maximiser les bénéfices qu'on peut retirer de l'expérience. Après si tu ne médite pas quotidiennement, comme je l'ai dit, c'est comme si tu méditais pas. C'est une plasticité neuronale que tu recrute petite touche par petite touches, le faire une fois quand l'envie te prend ne sert strictement a rien.

Je pense aussi que méditation et psychédélique permettent exactement la même chose, cad rendre conscient des mécanismes inconscients et ducoup pouvoir les intégrer dans notre réalité. Le problème c'est que moi j'ai pas le temps de faire des retraites en permanence. Ma vie est bombardée de stress et d'autres conneries du mode de vie occidental. Alors comment, malgré toutes ces sollicitations négatives, avoir une pratique assez forte pour dépasser tout ça ?

Je pense que c'est là que les psychédéliques entrent en jeu. A faible dose de champignon, les sensations et perceptions refoulées refont surface à gros bouillon, autant qu'en plein milieu d'une retraite de 10 jours. Et ça nous donne la possibilité de travailler profondément sur ces perceptions refoulées, sans avoir a faire 30-40h de méditation en 3/4 jours pour avoir l'état de concentration qui le permet.
  Répondre
#13
Je trouve un peu dure ta sentence "pratique non-quotidienne = 0". Certes la régularité est la clef mais peut-on vraiment affirmer que personne ne puisse retirer quoi que ce soit d'une pratique moins exigeante que la tienne ? Ce ne seront peut-être pas les mêmes bénéfices mais ils existent quand même. Par exemple, bien que ne méditant pas quotidiennement, j'en retire des enseignements qui me sont utiles dans la vie de tous les jours, par exemple l'attention consciente à mes gestes, émotions, dans certaines situations de stress ou d'éparpillement. Ça me permet de mieux comprendre ce qui se joue dans ma tête et d'agir en conséquence. Il y a aussi une acceptation de soi très positive, le "non-jugement", qui peut envahir le champ éthique et donc devenir une façon de vivre, au-delà de la pratique quotidienne d'un exercice donné. D'ailleurs, pourquoi "quotidien" ? Faut-il absolument que ce soit par tranches de 24H ?
  Répondre
#14
(07/04/2019 21:04)Tridimensionnel a écrit : Je trouve un peu dure ta sentence "pratique non-quotidienne = 0". Certes la régularité est la clef mais peut-on vraiment affirmer que personne ne puisse retirer quoi que ce soit d'une pratique moins exigeante que la tienne ? Ce ne seront peut-être pas les mêmes bénéfices mais ils existent quand même. Par exemple, bien que ne méditant pas quotidiennement, j'en retire des enseignements qui me sont utiles dans la vie de tous les jours, par exemple l'attention consciente à mes gestes, émotions, dans certaines situations de stress ou d'éparpillement. Ça me permet de mieux comprendre ce qui se joue dans ma tête et d'agir en conséquence. Il y a aussi une acceptation de soi très positive, le "non-jugement", qui peut envahir le champ éthique et donc devenir une façon de vivre, au-delà de la pratique quotidienne d'un exercice donné. D'ailleurs, pourquoi "quotidien" ? Faut-il absolument que ce soit par tranches de 24H ?


Malheureusement oui. L'objectif de la méditation est de devenir conscient 24h/24h. Les écritures décrivent qu'il faut devenir conscient même pendant les rèves, pour ne plus dutout générer de négativité par l'inconscience. C'est une tâche extrêmement ardue. Et le moindre instant d'inconscience, (comme par exemple avoir envie de fumer un joint tranquilou) diminue l'inertie de la pratique. Cela dit, une fois que la pratique est bien lancée, que l'arbre a bien poussé, on trouve un réel refuge dans celle ci.

Y'a l'enseignement théorique, mais ça n'as que peux d'impact comparé aux réels bénéfices de la pratique quotidienne. Si tu avais vraiment gouté aux fruits d'une pratique rigoureuse, tu serai de mon avis ! :Smile Rien ne peut se substituer à l'effort quotidien et continus. Tenter d'être conscient de tous ses gestes dans la journée est une ajout très important à une pratique assise quotidienne, car ça sert pas a grand chose de méditer une heure puis de passer les 23h restantes dans l'inconscience totale, je te suis à 100%. Mais si tu veux vraiment des bénéfices, si tu as réellement besoin des réels effets que peut te donner une pratique méditative (autrement que pour te dire "whaou je suis un méditant je suis super in"), alors c'est d'une assise par jour dont tu as besoin (minimum), et en dessous de 30min ça sert pas a grand chose, a part au début quand tu augmente la dose progressivement biensur.

Donc nan, malheureusement, sans pratique quotidienne, impossible de gouter aux réels bénéfices du truc... Je parles d'expérience.
The following 1 user Likes GuyGeorge's post:
  • Indica
  Répondre
#15
Très intéressant GuyGeorges, tu ouvres ma perspective sur ce qu'est la méditation !
J'ai tendance à apprécier les psychédéliques comme une expérience totale, stimulant les 5 sens, en me déplaçant, en faisant toutes sortes de choses ... mais c'est peut être une quête un peu veine de sensations, en effet . C'est pour ça qu'à mes yeux, consommer des psychédéliques juste pour méditer, c'est en oublier une bonne partie du potentiel récréatif, mais dans une démarche comme la tienne là oui, je comprend tout à fait .
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

  Répondre
#16
Citation :Très intéressant GuyGeorges, tu ouvres ma perspective sur ce qu'est la méditation !
J'ai tendance à apprécier les psychédéliques comme une expérience totale, stimulant les 5 sens, en me déplaçant, en faisant toutes sortes de choses ... mais c'est peut être une quête un peu veine de sensations, en effet . C'est pour ça qu'à mes yeux, consommer des psychédéliques juste pour méditer, c'est en oublier une bonne partie du potentiel récréatif, mais dans une démarche comme la tienne là oui, je comprend tout à fait .


Effectivement et une bonne part de l'expérience psychédélique est fun en elle-même, et y'a rien de mal a ça. Mais moi qui est toujours été angoissé par la prise de psychédélique et de me confronter à un probable badtrip, mais j'ai totalement changé de paradigme dans mon approche de ceux-ci. Les psychédéliques nous font accéder a notre inconscient, et/ou a l'inconscient collectif de notre espèce. A forte dose, il n'est pas possible ni souhaitable de méditer pendant l'expérience, mécaniquement, le psychédélique libère une grande quantité de matériel psychique refoulé avec les risques que ça comporte mais aussi les bénéfices. Par contre à plus faible dosage, on peut encore réussir à se concentrer. Et là c'est un travail sur soi même qu'on fait. On ne tripe pas pour passer un bon moment, mais pour travailler sérieusement à résoudre cette énergie psychique refoulée pour accéder à un mieux être dans la vie de tous les jours, une meilleur compréhension de ses dynamiques personnelles.

Mon set maintenant, ma volonté de prendre un psychédélique, c'est avant tout pour me confronter (doucement et le plus progressivement possible) a mes angoisses, mes peurs, les choses que mon esprit conscient n'as pas voulu regarder en face. J'ai mon outils pour ça, ma pratique méditative, ou je me suis entrainé a observer sans réagir des choses remonter de mon inconscient. Cet outil m'aide a me distancer des choses qui remontent, à les dissiper en leur appliquant mon attention, plutôt que de les fuir et les refouler.

Si l'expérience est fun, si rien de difficile ne fait surface, très bien ! Je m'amuse, je rigole ! Mais avec les quelques tests que j'ai déjà fait, l'afterglow est proportionnel aux défis qui ont été relevés pendant l'effet.

Un lien qui parle de cette approche bien mieux que moi : https://erowid.org/plants/mushrooms/mush...cle3.shtml
Lire aussi les articles de Myron Stolaroff ("Are psychedelics usefull in the practice of buddism", et "Using psychedelics wisely"). Il y a aussi son livre ("Thanatos to eros") que je vous recommande vivement, qui est entièrement disponible sur le site de la MAPS : https://maps.org/articles/5406-thanatos-...xploration

Je suis au tout début de cette approche, ça fait des années que je veux faire ça mais je n'avais jamais encore sauté le pas par peur de l'expérience psychédélique en elle-même (lorsqu'elle n'est pas couverte par le cocon des produits dissociatif). Je reviendrais en parler, et je serai très intéressé de savoir si d'autres l'ont tenté.
  Répondre
#17
Je pense pas pouvoir tester de si tôt mais en effet ça a l'air intéressant comme approche. Peut être un jour je me lancerai qui sait ... Prendre des psychédéliques pour méditer et pas juste pour faire un trip qui peut virer au badtrip ce sera peut-être ma première expérience si j'y touche un jour.

J'attend ton retour avec impatience pour en savoir plus sur ton expérience personnelle  Smile
  Répondre
#18
Mais acope, un trip orienté méditation a de grande chance de devenir terrifiant ou dur à gérer, si on ne parle pas de bad, c'est parce que les gens "acceptent" les émotions négatives .
Disons que par "manque de discipline" peut-être, j'ai bien conscience que les psychés peuvent apporter du positif, je ne les idéalise pas et j'ai du mal à leur attribuer des qualités pus grandes que ce que ma rationalité me dit qu'ils ont .
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

  Répondre
#19
(09/04/2019 20:30)Indica a écrit : Mais acope, un trip orienté méditation a de grande chance de devenir terrifiant ou dur à gérer, si on ne parle pas de bad, c'est parce que les gens "acceptent" les émotions négatives .
Disons que par "manque de discipline" peut-être, j'ai bien conscience que les psychés peuvent apporter du positif, je ne les idéalise pas et j'ai du mal à leur attribuer des qualités pus grandes que ce que ma rationalité me dit qu'ils ont .



Et alors ? Les émotions négatives je les acceptent déjà au quotidien je vois pas ce que ça change '-' et pour toi c'est plus terrifiant un trip orienté méditation qu'un trip tout court ?
  Répondre
#20
Si tu ne vois pas ce que ça change, c'est bien parce que tu n'as jamais pris de psyché Tongue

J'ai déjà essayé de gérer un bad en passant par la case "méditation" et... bah j'étais pas du tout formé à ça donc j'ai dû mal m'y prendre mais ouais à se demander si ça n'a pas plutôt empiré la chose.

Ton approche est très exigeante Guy, je ne me sens pas de te répondre sinon sur le mode de la curiosité : je ne lirai pas tes sources dans un avenir proche, donc je voudrais savoir comment d'un point de vue éthique tu allies une pratique qui va plutôt dans le sens de la patience, de l'acceptation et du dépassement, et une technique qui devrait te permettre de "booster", rendre plus efficace, cette pratique ? D'un point de vue extérieur, ça me semble une dérive (très tentante, certes).
The following 1 user Likes Tridimensionnel's post:
  • Indica
  Répondre
#21
Disons que sous psychédélique, Acope, enfin chez moi le "bad trip" arrive souvent avec une pensée parasite négative qui prend un place de plus en plus importante dans mon esprit . Ex : telle personne ne me répond pas = je la saoule = personne ne m'aime....
Or la méditation te pousse à faire face à ces pensées négatives qui deviennent rapidement démesurément immenses sous l'effet du psychédélique .
Plutôt que d'y faire face, il est souvent plus "facile" de se distraire .

Disons que sous trip, les émotions positives comme négatives font comme un passage au microscope, elles deviennent super "intenses" du coup, se confronter à ses peurs est aussi bénéfique que violent et traumatisant .

Ce n'est pas parce que l'ont met "méditatif" pour qualifier un trip psychédélique qu'il en est plus facile à vivre pour l'esprit .
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

The following 1 user Likes Indica's post:
  • Tridimensionnel
  Répondre
#22
Tu as sûrement raison. Mais je me lancerai jamais si je tourne en boucle sur des réflexions comme ça. Peut être que c'est mieux de ne pas se lancer et de regarder les autres qui se balancent après tout '-'
  Répondre
#23
Je confirme que la méditation sous produit est soit particulièrement difficile soit juste ingérable pour le commun des mortels (je parle pas du Dalaï-lama et ses 8h de méditation quotidiennes). Passer à autre chose quand on commence à partir en bad reste la solution la plus simple et avec le moins de risques.
L'approche méditative dans la prise de psyché est vite angoissante de par la quasi-impossibilité de se concentrer sur rien quand on a une stimulation mentale prononcée.
La méditation a très petite dose de psyché style microdosing pourrait éventuellement être bénéfique pour les consommateurs habitués au produit et à la méditation, dans le cas inverse c'est plutôt jouer au kamikaze avec sa santé mentale.
Say No And Protest
Mes trips-reports:
[HBWR] Walker, et sa version en rap ici!
  Répondre
#24
Mmh... Compte tenu des faits que je ne suis pas habituée à consommer et à méditer souvent , c'est vraiment un truc a ne pas essayer. Je note.

Merci à vous ^^
  Répondre
#25
Je valide à mort tout ce que vous venez de dire, dans vingt ans de méditation et de prises de psyché peut-être mais ouais pour l'instant pour gérer un bad mieux vaut s'en tenir à la bonne vieille distraction. Regarde la jolie bougie !
méditation                                                             
TDA/H                                                                         
  Répondre
#26
Je crois que la meilleure séance de méditation que j'ai faite c'était il y a un moment, sur mon armoire, avec une vidéo youtube d'une femme qui donnait des conseils pour lâcher prise en fond. Après les conseils, il y avait une musique agréable. Et j'avais réussi à me concentrer, je ne pensais à rien. 

Jusqu'à ce que je me rende compte qu'en fait... Je m'étais endormie sur l'armoire x)
  Répondre
#27
Tout de même, méditer en descente, vers la fin de la descente même pour profiter à fond du potentiel du trip et faire le point est souvent une bonne façon de retourner sur terre ou de s'endormir .
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

  Répondre
#28
(10/04/2019 17:55)Indica a écrit : Tout de même, méditer en descente, vers la fin de la descente même pour profiter à fond du potentiel du trip et faire le point est souvent une bonne façon de retourner sur terre ou de s'endormir .


Et on reconnaît une descente facilement quand on a jamais consommé ?
  Répondre
#29
Oh oui, quand ça fait un certain nombre d'heures connu et que les effets diminuent
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

  Répondre
#30
Je suis un peu dérouté par vos réactions... Je pense que notre incompréhension viens du fait que très peu de personne ici ont vraiment ressenti un effet concret avec leur pratique méditative (est-ce qu'on peut vraiment parler de pratique si elle n'est pas quotidienne, NON) et ne comprennent pas très bien a quel point méditation et psychédéliques se comportent de la même façon. Je vais essayer de vous expliquer comment je vois les choses, mon "modèle" en quelque sorte^^

L'esprit est divisé en 2 parties. La partie conscience, et la partie inconsciente. La méditation, tout comme les psychédéliques, peuvent avoir un effet positif sur l'esprit car ils permettent de faire remonter des choses inconscientes à la surface de la conscience. Une attention claire et continue sur ce qui remonte dissipe l'énergie qui était précédemment refoulée. On peut faire une analogie avec un volcan. Les psychédéliques/la méditation font remonter des poches de magma chaud des profondeurs. Une fois qu'ils sont a la surface, ils peuvent être refroidis et ne vous perturbent plus. Les psychédéliques peuvent être dangereux si trop de magma remonte et n'est pas refroidit, mais ré-enfouit par la personne ni ne veux pas ou ne peux pas gérer cet afflux. C'est pour ça qu'il est recommandé par Stan Grof d'internaliser le plus possible l'expérience, pour maximiser la résolution du "magma" qui est remonté et éviter les flashbacks.

La méditation fait biensur remonter le "magma" moins vite que les psychédéliques, de façon plus progressive. Cela dit, il m'est déjà arrivé de faire face a des difficultés pendant certaines des retraites que j'ai fait qui n'ont rien à envier à lorsque de l'anxiété se pointe sous psychédélique. A ma seconde ou 3ième retraite, je suis resté plus de 2 jours et demi avec une très forte quantité de "lave" qui remontais en permanence. Refouler ce qui m'arrivais me faisait naître une très forte anxiété, je devais donc rester sur le fil du rasoir: conscient en restant dans l'instant présent, et accepter ce qu'il remontais. Je suis resté dans cet équilibre, attentif, permettant que les sensations changent et se dissipent d'elles même.

Le danger des psychédéliques (et de la méditation dans une moindre ampleur), c'est de faire remonter le "magma" sans le faire refroidir, et le stocker près de la surface. Il faut être a la fois attentif, et équanime si l'on veut refroidir les tensions. Si une grande quantité de matériel inconscient est refoulé près de la surface, la partie consciente de l'esprit sera remplie d'angoisse et d'anxiété. Avoir une pratique méditative quotidienne permet d'apprendre la posture d'esprit à avoir pour dissiper le magma qui remonte, sous psychédélique ou par petite touche chaque jour dans sa pratique assise. Elle permet aussi d'apprendre à moins générer de chaleur dans la vie de tous les jours (la "chaleur" étant générée lorsqu'on n'accepte pas pleinement l'instant présent). Une heure de méditation en posture assise dissipe la plupart de la chaleur qui a été générée dans la journée, de ce fait, on n'accumule plus de nouvelles tensions et on laisse une chance aux anciennes de remonter et d’être dissipées. Méditer une heure toutes les 2 semaines va à peine dissoudre les tensions générées dans la journée. Impossible d'attaquer vraiment les tensions profondes, et donc d'évoluer sur soi. C'est pour ça qu'une pratique qui n'est pas quotidienne ne sert a rien, la méditation faisant remonter en premier les choses très proches de la surface (mis à part en retraite ou la pratique deviens très intense).

Citation : Ton approche est très exigeante Guy, je ne me sens pas de te répondre sinon sur le mode de la curiosité : je ne lirai pas tes sources dans un avenir proche, donc je voudrais savoir comment d'un point de vue éthique tu allies une pratique qui va plutôt dans le sens de la patience, de l'acceptation et du dépassement, et une technique qui devrait te permettre de "booster", rendre plus efficace, cette pratique ? D'un point de vue extérieur, ça me semble une dérive (très tentante, certes).


Je considère la méditation comme une musculation de l'esprit. Ma métrique pour évaluer la qualité de ma pratique sportive, c'est le poids que je suis capable de soulever, le nombre de répétition que je peux faire. La métrique que j'utilise pour la méditation, c'est la durée avec laquelle j'arrive a maintenir mon attention sur le souffle, et ma façon de réagir a ce qu'il remonte (ainsi peut être que l'afterglow très concret que la pratique induit qui m'indique que je suis dans la bonne voie).

L'agitation varie fortement d'un jour a l'autre et d'une méditation à l'autre, alors si on utilise que la métrique de la durée de l'attention, c'est un peu faussé. Il m'est arrivé de ne pouvoir laisser mon esprit sur mon souffle plus de 3s, pendant une heure entière, mais j'ai réagit a chaque fois avec calme pour ramener mon attention sur mon souffle: Je suis sorti de la méditation avec un très fort afterglow. Donc oui, j'utilise la durée de l'attention comme une métrique qui doit forcément diminuer sur le moyen/long terme, mais la façon de réagir à ce qu'il se passe est aussi très important.

Un débutant dans la pratique de la méditation arrive a maintenir son esprit sur le souffle pendant quelques secondes, et va se rendre compte qu'il a perdu sa concentration 5 fois en 1h. Au bout d'un mois, les quelques secondes d'attention se sont muées en 1-2min, et il se rendra compte qu'il a perdu son attention 15 fois. Au bout de 3 mois, les périodes d'attentions se sont encore allongées, et le méditant retrouve son attention en moins de 1min lorsqu'il la perd. Le plus important, c'est l'effort continu ! Il faut entrainer son cerveau a fonctionner dans un mode qui lui demande un effort. C'est très difficile, c'est la structure même des connections du cerveau qu'il faut remodeler grâce a la neuroplasticité induite par l'exercice. Si vous arrêtez au bout de 3mois, le cerveau se remet peu a peu dans son ancien mode de fonctionnement habituel (inattentif).

Lancer une pratique méditative est donc une tâche très très difficile. C'est toute une inertie qu'il faut placer, réussir a la faire décoller de l'attraction terrestre si vous voulez. Mais les effets bénéfiques qui sont ressenti motivent d'autant le pratiquant qui arrive a les atteindre, et ça donne un second souffle a la motivation. Les méditants avancés qui réussissent a maintenir leur attention continue sur le souffle pendant des longues périodes, 10, 20, 30min (je n'ai personnellement réussi a le faire qu'en retraite a certain moments, et exceptionnellement pendant ma pratique quotidienne), vont enfin pouvoir gouter aux vrais bénéfices de la méditation. Le plaisir (non mondain) de ne pas avoir de pensées. La joie née de la concentration. Une motivation renouvelée pour pratiquer. A ce stade, méditer ne demande plus d'effort [ou un effort plus subtil pour aller plus loin dans la relaxation] et la pratique devient autosuffisante.

Voilà pour le petit exposé sur la méditation, c'est l'affaire d'un travail et d'efforts sérieux pendant quelques mois le temps que les bénéfices retirés soient clair, et après y'a plus qu'a continuer paisiblement dans un processus autoentretenu. C'est pas l'affaire 10 ou 20 ans comme j'ai pu le lire ici, c'est du concret, et a la portée de tout le monde. L'effort CONTINU est seulement la clef, méditer 1 fois sous psyché ou 1 fois par semaine ne sert a rien.

Vous avez même la traduction d'un article de Stolaroff a 2 clics ici, fait par moi même il y a 7 ans presque jour pour jour^^ : http://www.psychonaut.fr/thread-19536.html
The following 2 users Like GuyGeorge's post:
  • GaetanCz, snap2
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Méditation : Rester tranquille CastlesMadeOfSand 52 7,096 30/12/2016 19:45
Dernier message: Sludge
  Méditation visuelle dridri 10 1,617 25/03/2015 19:39
Dernier message: TortueCitrouille
  Origines psychedelique de la meditation et du yoga Axïōm 1 864 12/02/2014 12:35
Dernier message: TristesPsycho

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)