S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


[3-MEO-PCP/4-HO-MET] On a tous une limite...

#1
Trip n°19 : 3-meo-pcp (8-10mg) + met-4-oh (11mg)
Voie : sublinguale et orale
Corpulence : 1m84 - 85 kg

"Il y a un temps de vivre et un temps de témoigner de vivre" Albert Camus

Avertissement : TR long, profitez de la musique Happywide.

Notice RDR : s'agissant d'une recette expérimentale, je décline toute responsabilité pour les lecteurs de ce post de faire les mariolles ... le ton est donné. Je ne dirais pas "ne le faites pas à la maison", mais plutot faites, mais en prenant en compte la force du combo. Le niveau de potentialité est simplement monstrueux. Donc, les kids, ceux qui pensent "oh, un trip, c'est rigolo", oui mais non ...
Bref, vous en saurez bien assez tôt.

CONCEPTS-CLES : psychologie inversée, funambulisme, autoscopie, théatralisation du trip, profonde mise en abime, égos partant en spirale, un serpent, turbulance, parano de parano de parano de, "Truman Show effect" ...

Le 10, jour de pleine lune. Ce qui peut expliquer la furie de ce TR (ou pas).

Commençons :

Circonstances :
Donc, retour chez Dude Duke, alias B, dans sa maison familiale. Dimanche 17h, il voulait souligner un point : notre amitié ne devrait pas se résumer aux prods qu'on partage. Lundi 21h, il m'envoie une invit, en précisant de venir à 11h et de prendre en compte 2 heures. Dans ma tête : houlà, aurais-tu envie de gober un bonbon ? Tu me la joues à l'envers, dude ...

Le lendemain, 50 min de vélo, arrivé à 11h30 (du retard sur l'horaire). Apparement, il était dans un mood de mesca-like (enfin, j'avais fais un para de 2-CP pifométrique et j'avais besoin de sa balance ... je m'égare), mais j'avais compris que sa besace était pleine de surprises.

Donc, CHOIX : 2C-P VS COMBO. Je connais la durée de ce 2C, réputé pour être violent (pour le coup le para devait osciller entre 12 et 14), je le convainc pour une autre recette. Je voulais voir ce que la vieille met pouvait donner avec le limitless pcp. Donc, ok, on se met d'accord pour le combo. Le deal est accepté.

LE VOYAGE :

-PARTIE I : un long zénith :

11h38 : sublingual de pcp (8-10 mg), un chewing-gum au citron pour faire passer. Pour un tel plan, la logistique est mon point de mire. Dude Duke se plug 5 min plus tard (12 mg). On s'écoute l'album "Let it Bleed" des Rolling Stones, surtout pour "gimme shelter" (un bon slogan rdr d'ailleurs The Rolling Stones-Gimme Shelter + Lyrics - YouTube CADEAU, le tr est long). Toute la symbolique du morceau : le titre de la fin du flower power, où la parano et le danger pur a remplacé l'amour universel et les guimauveries de cette époque. Je programme un minuteur. D'abord 30 min. Les autres paras ne sont pas prêts. Vu le plug de B, je subodore quelques dépassements ...

Le spot se déroule en extérieur. J'avais passé mon booster de son (30 watts) à B et j'avais amené mon ordi. Le net passe pas, ok, playlists entre son mp3 et mon disque dur. B commence : un peu de Brainticket, un groupe de psyché des années 60.Je n'insiste pas sur la partie montée de pcp, j'ai un TR de la substance pure ici - http://www.psychonaut.com/dissociatifs-t...tless.html

Dude Duke B part dans sa vrille de joyeux luron. Une posture très relax pour un point d'entrée de voyage. On apprécie la montée en présence du son (et de la morsure de pcp ...). Ca roule, ca jacasse sur la zik. L'euphorie vient ... toute cette ambiance n'est que la rampe de lancement. Je cogite sur la fusée. L'aboulie pointe un peu ...

C, le chat de B, ramène une musaraigne morte dans la cuisine. Le dude phase dessus me beuglant "Je peux pas". "Je prends le relai, occupe-toi des prochains paras". Je fais mon nettoyeur et dégage le cadavre dans un sopalin, direction ... non, je ne précise pas ou.

Je prépare ma playlist. Oulà, l'ordi au zénith, la lecture sera difficile. Je mélange Zappa, Bowie et Pink Floyd dans ma console de DJ (heuheu). Et je me prépare pour la suite. L'ambiance du pcp nous ouvrent déjà quelques portes d'idées délirogènes. Enfin, rien de méchant. "Ambiance de cours de récré de HP", j'ironise ... mais au final ... peut-être pas tant que ça.

12h45 (Hpcp+1h07): DROP de met-4-oh(11 pour moi, 14 pour lui). Entre le sublingual toujours en place, le chewing-gum et le para de met, le drop se reduit à un infame bezoar. NE PAS AVALER LES CHEWING-GUMs (surtout avec tout le DROP ...). Bon ... j'ai la sale habitude d'avaler (oups sic).

Le reste du TR est assisté par le vieux carnet de voyages. Il a été assisté de l'appareil-photo-cam Wink.

13h02 : Au son, Frank Zappa et son "Son of Orange County" (https://www.youtube.com/watch?v=UAf71o8f27E ). B ne connait pas cette époque de zappa. Pourtant, je soupçonne le titre d'avoir été utilisé dans un autre trip avec lui. J'ai tenté de faire un tryptique avec 2 autres titres. Mais j'ai perdu les titres dans une manip :/. Je savais que la logistique serait compliquée.

FREE YOUR MIND AND YOUR ASS WILL FOLLOW

13h08 (Hmet+23 min) : l'effet est plutot stone, B refuse le tarlu. Il est déjà bien chargé (B, pas le pétard, quoique ...). Sous le zénith du soleil, le load est HARDCORE (En fait, le spot sous un ciel dégagé, et le soleil qui nous tappe. Je suis heureux d'être un noctambule ermite, ça compense Wink)

13h27 (Hmet+42min) : le load s'encaisse toujours avec violence. Je squatte de hamac de B, bercé par Pink Floyd sauce Syd Barrett. Oui, je connais la surinterprétation. Et les floyd de l'époque de Syd, c’est riche en mindfuck inductif. Mon esprit n'en a cure, j'ai bouclé ce point. Le load est lent, mais le son "commence à réagir". Le pcp, avec la tite montée de met en bonus, reste euphorique. MAIS nécéssite un certain niveau de psychoexp.

Pas de visus notables. Juste le son qui nous englobe de plus en plus. Le bulle promet d'être puissante. Ce n'est pas mon premier combo disso-tryptamine, mais l'intro reste prometteuse ...

13h35 (Hmet+50min) : Mon tour de passer le son. La playlist s'arrête sur "Space Oddity" de Bowie (https://www.youtube.com/watch?v=rKE3FSPJu-4 ). Oh que c'est bon Smile))). La chanson de la fusée ! Le pcp est la rampe de lancement, la met, la fusée qui m'envoie également dans le ciel. Que de symbolisme. J'ai noté "Like 14/20". Façon de dire que je me sens plutot bien. Pour le moment ... La morsure tryptaminergique commence à se distinguer. En même temps, je joue un peu avec l'égalisation du son, histoire de mindfuck moi-même ...

13h40 (H+55min) : le carnet, témoin principal, commence à subir de la compression de données. B jongle avec son mp3. J'entends un vague bruit de trompettes (???), un accident de zapping sur sa playlist. "Dieu me parle avec un kazoo" réponds-je. Je suis allongé et c'est son tour de gérer. John Frusciante revient, avec sa junkitude de tox et sa profondeur musicale.

MORSURE DE VISU

13h45 (H+1H) : BIP-BIP : minuteur qui signale l'heure passée, je crois rajouter une heure. La mère de B rentre autour de 16-17. Je sais qu'on a donc 2h de liberté. Juste gérer un peu le schmilblick. Les couleurs me chatouillent la vision périphérique. Je n'ai pas de quoi dessiner mais je suis tenté ... Ceci-dit, le dessin me manque pas. Plus tard ...

Premier débat : Frusciante vs Bowie. Je sais, pas le même domaine, mais nos égos se chatouillent. J'oubliais ... pendant certaines absences de B aux gogues, je prenais un peu le controle du son Tounge. Conceptualisation du putsh musical. Ce premier débat indique également un autre point de départ : un début de MINDFUCK. La limite entre la SURINTERPRETATION de Frusciante et la morsure du combo devient borderline. Le premier choc mental est prometeur ...

13h50: "Life on Mars" de Bowie (https://www.youtube.com/watch?v=YE69GhmzI9s ). Le petit air piano est magnifiquement catharsique. B me laisse faire. J'imagine que c'est le stade ou le gourou change d'identité. La dissociation est "sourde" : la musique est présente, très présente. Mais en même temps, je suis assourdi par elle-ù. Le concept est plus familier au psychonautes Wink.

Bon, je m'explique à ce point. A ce stade, je sens la dépersonnalisation. Je suis là, j'écoute, mais ça "aurait pu" ne pas être mon corps. DISSOCIATION D'EGO , non ?

OUVERTURE DES PORTES DE LA FOLIE

13h55 (h+70min): Je passe le premier vrai titre progressif. "Atom Heart Mother" de Pink Floyd (https://www.youtube.com/watch?v=UyRJzdKUho0 ). Vous devriez l'écouter, si vous avez le temps, hein. Car ce titre, va ancrer une certaine logique. B me l'avais déjà proposé sur un autre trip. L'intro montant en puissance, les trompettes dissonantes. La surinterprétation est BARGE (C'est la musique ou c'est nous trippés ?). Le temps de passer la lourdeur de l'intro, qui se répercute allégrement sur le Bodyload, avec ses trompettes dissonantes. Mais la division du morceau en plusieurs parties quasi-indépendantes est une recette qui a le chic de coller quoiqu'il arrive.

Au niveau de ce titre pourrait démarrer l'entrée dans les limbes ...

13h57: Point du zénith. Dur de lire à contre-jour l'ordi.

14h00: Perte du portable. Enfin ... le minuteur continue son tour de cadran. Je lui fait confiance.

14h02 : Toujours pas de mydriases. Les pupilles semblent calmes, mais la lumière du zénith doit le masquer.

14h13: BIP-BIP du portable (hmet+90 min). La bulle est épaisse. Atom Heart Mother déploie ses ailes. On est englobés et noyés dans la musique. Dans le 2eme tiers de la chanson, des CEV m'assaillent, au milieu de choeurs tribaux et d'une note bourdon en sol (si vous connaissez la chanson, vous voyez à quel endroit). Pas de déformations délirantes, la musique est juste présente, collée à la réalité, comme la bande-son de notre "film intérieur".

14h17 : fin de "Atom Heart Mother", un peu de silence. Dans notre état, il en devient orgasmique.

14h20 : B remet un tube. J'en ai oublié le nom. "Peut-on controler ?", je me demande. La musique semble dire oui en réveillant notre euphorie.

14h30 : témoignage vidéo (très pratique pour un TR). B case du Led Zep. Mode country. La spirale continue de nous posséder. On danse.

Retranscription de VDisappointed
-Alors, donc ... on est à 14-30 (B danse et sautille, tout innocent qu'il est Smile ). Pfouh ... Je sens que les murmures des chansons commençent à bouillonner un peu (déformations sonores proches de la met). Non et puis cette country qui tourne, qui tourne, qui tourne ...
La caméra suit le mouvement bordélique du mouvement qui part en vrille.
-Oh non ... ne me dis pas qu'il est sur une boucle ...
-Non ... il va s'arrêter, me rassure B.
La grosse caisse arrive et me voila reparti en train de danser.
-Ah ok ... il va s'arrêter ?
-Tu as compris ? (Je crois qu'il a fait soit allusion à notre funambilisme entre danse et écroulement, ou la mise en abime induite par la cam)
-Bon ... je ne sais pas si c'est un truc pour faire du dubstep ...
-Tu y as droit ...
-C'est trop bordélique pour un dubstep ... Non, je sens surtout ... qu'il faudra beaucoup d'eau dans cette histoire ... recharge mec, pour toi, comme pour tout le monde, recharge pour la terre entière. Prends un bidon !
Le sitter rentre dans la maison. Je reste seul, mode self-cam (Induction terrible) où je m'adresse à moi-même.
-Salut, toi ... Comment ça va ? ... Ca fait longtemps qu'on s'est pas vus, tu ne crois pas ? (bottleneck psyk en fond, terrible ...). Tu as de beaux yeux, tu sais ?

Bon ... je ne sais pas si ça va parler, sauf aux psychonautes expérimentés, mais la self-cam est le début d'un phénomène d'autoscopie. Le fait de se voir soi-même en train d'accomplir quelque-chose. Non, je ne me suis pas vu devant moi (je ne suis pas fou comme Maupassant lol ...), mais cela se rapprochait d'une vision intérieure, typique des psychés.

Le sitter a disparu dans la maison. Je refais un putsch musical. Je glisse "Saucerfull of secrets" (version de Pompéi https://www.youtube.com/watch?v=hSsjxbRxgqY, la fin est). Comme pas mal de Pink Floyd, l'intro est dissonante et très inquiétante. J'ai l'impression d'être le "méchant" d'un film de Kubrick (genre Orange Mécanique ou Shining). J'appelle mon sitter avec ma plus belle voix de sadique, en train de traquer une proie cachée.

Je vais le chercher dans la maison. "Duke ?", "ouais". Il est au chiottes. A ce niveau, il est aux chiottes. C'est la troisième fois que je fais le même tour de circuit pour le retrouver (et une boucle accomplie). La résonnance de la chasse d'eau prend une ampleur psychédélique, l'escalier et le son semble se démultiplier. Je regarder le miroir. Oh ... deux belles soucoupes. En fait, le zénith a calmé la dilatation des pupilles et masqué le jeu.


Mon carnet de notes parle "d'un 3eme tour de spirale" : en allant le chercher, j'ai l'impression de parcourir une hypersphère. Vu que c'est la troisième fois que je viens le chercher par le même circuit, mais dans un état de plus en plus dingo, je comprends mieux le principe de boucle et l'autoscopie qui se met en scène.

Donc, nous revenons dans le jardin, sous les ondes maléfiques de Saucerfull Of Secrets. Tant bien que mal, je passe l'intro qui devient trop hardcore pour nous pour passer à la partie cool de la chanson.

Retranscription VD :
-C'est la possession ... du rythme (j'adore les break de Nick Mason et je me borne à prendre mon corps comme source de percus).
L'auto-cam me montre en train de hurler sur le chant sans paroles de Gilmour avant de m'écrouler la tête dans les nuages. Puis la cam montre le décor à l'envers (notre état ... j'imagine).


14h47 (Hmet+120 min): J'ai l'impression d'avoir passé le black-hole. Je penses «pouvoir me souvenir de la playlist», seul point de repère. B est assis, un peu assomé (vu sa dose ...). "Echoes" passe avec ses "corridors lumineux" de musique. La synesthésie passe.

14h50 : J'ai noté "mise en abime" et "big brother" : la synergie des prods m'inspire la grande structure de ce film. Un film dans un film. Une représentation intérieure folle d'autoscopie. En complément, des visus d'yeux apparaissent au niveau de la jointure de mes doigts (visu typique de la met).

Autre retranscription de VD (self cam) : On en est à la fin de Echoes part 1 :
-J'ai plus beaucoup batteries, Aziz ... (Clin d'oeil à «True Lies»)
-Il me reste un fond de pochon (haussement de sourcils de ma part)
-Bon, bref ... oui
-Qu'est-ce qu'on en fait ? Autant le finir ...
-Bin écoute ... moi, je suis sur un ouvrage déjà. Alors ... tu te mettras à l'ouvrage, une heure plus tard si tu veux, dans le dos de ta mère si tu veux, mais ... tu te mettras à l'ouvrage ! Moi, je me mets à l'ouvrage aussi, mais ... ça fait une demie-heure que je suis sur un ... truc à rouler ... et que … c'est pas évident. AHHHH (fin apocalyptique de la partie 1 d'Echoes qui m'inspire un orgasme).
-Oh putain ...
-C'est pas fini ... tu sais pas ce que j'ai programmé après (dis-je avec un sourire goguenard)
-Le silence ...
-Je sais pas, est-ce le silence ?
Echoes reprends sur des sons fantomatiques. La structure de la chanson rappelle les précédentes, d'où la surinterprétation suivante :
-C'est la boucle, mec ! Je crois que ...
-T'inquiètes, j'y suis préparé ...
-De toutes façons, je pense qu'on a traversé le black-hole ...
-Ouais, mais je me repose la question du redrop ...
Je m'excite :
-Ah ouais mais non … le redrop, le redrop … c'est un autre language, mec. Moi, je suis chargé là, c'est une expérience ... (changement de posture, y compris de la cam). Je suis un zingénieur (oups, je perds mes mots), tu vois, moi ? J'ai un cahier des charges à tenir, moi ! Alors donc, drop, redrop … avec les incertitudes et tout le bordel (mouvement bondissant de cam), c’est un beau merdier, quoi !
-Ca fait beaucoup sur le cahier des charges ?
-Ouais, ça fait beaucoup sur le cahier des charges ! Donc … non, pour moi, tutut …
-Juste de l’eau ?
-Oui ! Beaucoup d’eau !

Fin d’Echoes, je fais un dernier self cam, pointé sur les arbres au-dessus de nous. Je fais ma percu corporelle. Puis, je chope la guitare et je délire un peu dessus. Puis le son redevient délirant. Je pose la guitare et je me penche sur la guitare, mode «Projet Blair Witch».
-On a tous une limite ...

15h-16h : Je me laisse envahir et je pars dans toutes sortes d’activités psyk, dont le dessin (la synergie laisse des effets de dessins encore plus délirants que sous met seule).

B grimpe dans son saule pleureur. Je dois l’aider à descendre. Puis, on délire sur le chat qui se balade et fuit sous nos regards, d’où l’analogie avec le chat de Schrödinger et l’influence du regard sur la réalité.

On s’écoute «Supper’s Ready» de Genesis (https://www.youtube.com/watch?v=szJq1lwnkNw ) et mode dessin.

On se fait des jeux d’enfants entre nous avec nos pieds, genre des flexions (lol). Puis, lors de l’outro, on met en scène, notre renaissance. La mise en scène est presque théatrale (dommage que j’ai laché la cam).

Puis, j’ai tourné sur moi-même, à la manière d’un soufi. J’ignore combien de tours. Puis, je me suis écroulé par terre sur la fin de la chanson, avec une magnifique CEV, combo de combo et de tournis. Ouch. Je m’écroule ensuite dans le hamac de B.

Partie II : Heure grise ou le début des ennuis :

-Coupez, dis-je.
On se croirait trop sur le tournage d’un film. Il est 16h, heure grise. La mère de B va bientôt se pointer. Je sais qu’il va falloir forcer la résolution.

Mon sitter s’éclipse, en prévision du changement de spot. Je dessine et l’écriture automatique fait apparaitre une tête de Cobra.
-Carrément ? répond-je face au dessin.

Je décide de rentrer. B est sur le pas de la véranda, du son psychédélique (le vinyl de Electric Ladyland de Hendrix). Le son est dantesque à l’intérieur. Je sens un coup de fatigue.

LE CLASH

Un truc me travaille l’estomac : le chewing-gum avalé 3 heures plus tot. Je suis désorienté. «Voodoo Chile» passe (LIEN). Je veux juste me poser à l’intérieur, avec ma sacoche.

Je la pose sur la table, qui s’avère être un plan de travail. ZONE ROUGE. Réaction et suréaction intérieure. Ce n’est plus un simple incident, mais cela devient ce que je qualifie sur le coup de «nœud conceptuel», alors que le nœud est psychologique.

Un retour d’égo semblerait-il. L’hygiène contre la merde omniprésente de la vie. Je sors la sacoche à l’extérieur et à un moment, je me referme sur moi-même. Mon égo se tortille en spirale. B fait (involontairement) barrage là où on se trouve. Je me glisse à travers lui et je repars dehors. Notre parano reciproque est magnifiquement énorme, comme 2 miroirs alignés. Je sais, il sais que je sais, etc …

Je sens que je viens déterrer quelque chose (du moins le recul me l’a montré). Tout un pan de l’éducation militariste que j’ai pu connaitre par une personne autre que ma mère et mon mécanisme de réaction face à ça … Je me mets à citer Fight Club : «On est pas un flocon merveilleux … on est que la merde pourrie de ce monde». Je suis violent. B m’affirme qu’il m’accepte dans la totalité de mon être.

Mais je culpabilise d’avoir eu ce soudain coup de bad, mais le mal est fait. On est souillé de ce clash. Je demande gentiment si on peut mater «Brazil» de Terry Gilliam. Une façon de classer l’incident (qui n’en était même pas un et pourtant, sous prod …Wink

BRAZIL

La visu est énorme. J’ai l’impression d’une galerie de miroirs. L’effet de catharsis est délicieux. Je crois faire le parallèle entre notre clash et le scénario dystopique et son absurdité. L’apparition de De Niro (prévisible pour moi) m’inspire un «Il va la montrer sa verrue ?».

Mais l’apparition de Bob Hoskins (Roger Rabbit, Danny the Dog … etc) avec une casquette super-longue à la mario, et son sourire de pirate me pousse à me rouler par terre de rire.

L’histoire est un peu dure à suivre. On se contente de faire du symbolisme manichéen. Le système, les conventions, la peur de Big Brother …

Au bout de 30 minutes, la mère rentre. On arrête le film. La densité du temps est énorme, on a l’impression de s’être farci plus d’une heure de film.

Bref, résolution. Masque social paré. La mère de B est sur la terrase. Je lui dis bonjour. Je l’effraie (comme d’hab). Puis, je copine avec la chatte familiale. Le courant passe, au point qu’elle se frotte à moi.

On trainouille. B est en mode tache ménagère et il gère. Puis, le temps avance. Il roule enfin le joint, prévu depuis 2 heures. Bonne weeeeed, hum c’est bon.

Mais le temps avance et je dois rentrer à la maison. On se la joue cool. Le soleil se couche et on se pose à un spot discret, mais aussi un peu louche. On revient sur la structure «en spirale» du trip, je roule un autre tar au h. L’ambiance nocturne devient un peu glauque. B se rentre (Good bye sitter) et j’ai encore du chemin pour rentrer.

Partie III : un retour plus long que prévu (Truman Show Effect)

A peine séparé, je trippe sur un cycliste à la lampe clignotante, à la gueule de gyrophare. Je vois la pleine lune, de couleur ambrée, dont je signale la présence à ma mère via sms. Plus loin, une fille promène un chien. Lorsque je les dépasse, le chien veut suivre. Je désamorce en disant «salut» au chien (effet du pcp).

Le chemin est le long d’une rivière avec peu d’éclairage. Moi non plus, j’en ai pas et je me la joue cool. L’arrivée des lumières de banlieue est énorme. Une voiture avec les warning gyropharés réveille encore ma parano.

Les lumières de la ville transforme la nuit en jour, les couleurs rouges des phares m’inspirent de mauvais présages … Je repense au copain de mon «beau-père» qui avait fini en hp à cause des psyk et d’une attitude anti-RDR. La parano me rapproche de cet état d’esprit. B m’avait parlé de l’effet Truman Show. Je me sens concerné par tout mon environnement.

Home Sweet home. Ma mère sait. Ambiance de fumette. J’ai des courbatures à cause du vélo et des prods qui ont bouffé mes électrolytes (d’ailleurs, je drop du tramadol, je sais, pas très RDR) et je passe une partie de la nuit à rédiger ce beau TR.

Lendemain et jours suivants :

J’ai un rencart Skype avec un recruteur. La descente de PCP (et de tramadol oups) me met en état de pile électrique. L’attention est foutraque. Mais bon …

La resdescente prendra la semaine et quelques jours à dormir beaucoup, au point d’annuler une sortie.

Bon … j’arrête les frais ici, je passe au + et - :

Point + :
-Le PCP est un bonne base pour «théâtraliser» le trip, pour se mettre en main.
-La synergie a un potentiel énorme. B m’a évoqué une puissance similaire à 300 microg de LSD.
-L’effet de spirale et d’autoscopie est intéréssante à explorer (J’ai trouvé une autre image similaire sur un TR au LSD : http://www.psychonaut.com/lsd/38100-lsd-...e-2-a.html )
-Catharsis et potentiel psychothérapique probable (euh … non, ce n’est pas une bonne raison pour LE FAIRE, mais c’est ce que j’ai noté comme +, car je crois avoir eu quelques révélations de cet ordre).

Point - :
-La dissociation au pcp masque bien la montée tryptaminergique, rendant la combinaison un peu brouillonne au début.
-Bodyload plutôt dur et bonne débilitation.
-Spirale à gérer. Attention, la parano est hyper-présente.
-Environnement risqué (mom du sitter), prévoir un bon S&S
-Descente longue, sur plusieurs jours.
-Prix physique à payer

Voila … je laisse mariner ce TRuc. Je sais que ce n’est pas forcément RDR comme trip. Mais je suis encore là, vivant, pour répondre à vos questions Tounge.
#2
Ca long? NaAn ^^

Pas trop le temps de lire là, mais quand t'en avais parler sur le topic des combos, t'as été prévenu de la potentialisation, t'avais dit "oui juste 7/8mg" tu l'as pas fait et tu veux que ceux qui te lisent fassent pas comme toi?

Vous avez fait ca un peu à l'arrache quand meme ^^

Comment t'as fait pour avoir une telle chronologie? T'as des trucs toutes les 3min Oo
GATE GATE PARAGATE PARASAMGATE BODHI SVAHA
Aller, Aller, Aller au-delà, Aller complètement au-delà, Dans la profondeur de l'éveil
[LSD] [Champignons]
Memento Mori
#3
Il faut bien souligné que c'est du 4-HO-MET !

Qui possède une monté fulgurante avec un gros bodyload, c'est aussi pas mal mental. Ces gros point sont condensé par une durée d'action assez courte : 2-3h de trip puis ça redescend assez rapidement.

Il serait aussi plus sympa de préciser a la fin du TR que c'est du 5-MEO-PCP et pas juste du PCP, ce sont des molécules différentes.

Sinon Shag il est possible de faire des TR aussi détaillé, c'est ce que je faisais au début mais par la suite j'ai décidé de moins étayer mes TR et essayer d'en ressortir le trip principale et ses grandes lignes mais en ne buvant pas d'alcool je trouve que ce n'est pas forcément dur de se rappeler de tout alors si on a un carnet et un appareil photo caméra c'est je pense encore plus facile.

Sinon j'ai survolé le TR, t'as bien ramassé quand même, peut être aurait-il fallu vous éclipsé a deux avant que la mère de ton pote rentre?

Et ton pote n'était pas sitter si il prenait autant voir plus de drogue que toi...
I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
#4
Ca existe le 5-Meo-PCP ? J'ai changé le titre, j'ai mis 3-Meo car j'imagine que c'est ça. Mais je me trompe peut-être. C'est bien d'être précis en effet car des molécules même aux noms proches n'ont pas les même effets. Ca m'irrite en général les gens qui parlent de PCP quand c'en est pas. Sachant que c'est assez rare (jamais vu).

Citation :Et ton pote n'était pas sitter si il prenait autant voir plus de drogue que toi...
C'est clair ! :lol:

Un peu nawak quand même. >_<
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
#5
Il existe le 3 et le 4 MEO apparemment mais pas de 5 MEO.

Ce djeuns :ninja:
I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
#6
Bon, un par un, puis tous en même temps :

SHAG : les "7-8 mg" du forum des comb, c'était un scénario de combo avec un 2C, pas avec 4-ho-met. Justement, une phéné seule aurait été plus longue et le point de hole aurait eu lieu lors du retour de la mom, donc risque ...

C'est pas la même histoire (d'ailleurs je dis tjr why not WinkPour la chronologie, c'est mon coté R&D Happywide.

Stonix : merci pour les corrections chimiques. En effet, on aurait pu se casser, mais j'aurais peut-être davantage pêté les plombs en extérieur. Et ce cher dude B avait déjà l'exp d'afterglow devant sa mère. Le soleil aide dans ces cas-là Smile.

Définition de sitter ? Arf, j'abuse du sens. Le dude B est bcp plus exp que moi (au moins 50 et quelquefois hards contre 19 pour moi), donc la notion de sitter vire au funambulisme, des fois c'est moi, des fois lui ... Donc, j'imagine que le sitter, c'était moi °-°

Sludge : hé Tounge. Oui, désolé pour l'erreur. J'avais fait la même sur mon autre TR, c'est bien du 3-meo. Je ne fais que du procédé, moins de chimie organique que d'antan. Merci les modos Tounge.

Note générale : Referais-je la même recette ? Pas tout à fait ... heureusement, les trypta/dissos sont non-commutatibles, donc inversion du procédé. Plus bordélique que dxm/trypta (dans ce sens-là).

En fait, je cale une chronologie depuis que je redige des TR sur psychonaut, toujours avec une optique R&D Wink.

Bref ... oui, tout cela est bien foutraque. Si vous connaissiez notre nouvel an 2014, à B (alias Craps) et moi, à Dam, les RDR iraient me crucifier ... Mais j'imagine que notre attitude contribue à la mise en scène. Who know's ?Bon, j'appelle un témoin (désolé de te spoiler, sieur B)Craps ...
#7
EDIT : (nettoyage de post, à jeter)
#8
Citation :Si vous connaissiez notre nouvel an 2014, à B et moi, à Dam, les RDR iraient me crucifier

On a perdu notre caisse et rentré en train Happywide Mais a Bruxelles.

La RDR est une façon d'appréhender le produit, il n'y a pas une espèce de ligne rouge que tu franchis, tout le monde la franchis vue que la meilleure façon de réduire les risques face à la drogue reste encore de ne pas en consommez.

Sinon un sitter c'est quelqu'un qui ne consomme pas, une bière ou quoi et des pétards pour passé le temps a la limite si la personne à l'habitude d'en consommez mais c'est quelqu'un qui doit être là pour vous en cas de coup dur :

T'inquiètes mec, j'suis déjà passé par là, la tu as prit de la drogue, moi je suis sobre et on va s’occupé de toi t'inquiètes. (Apparemment le cerveau entend pas la négation? :ninja: )

Du coup je dit pas, j'ai des potes ils ont déjà baddé dans mes bras alors que par exemple j'étais en pleine monté et bien tu dois déperché et prendre sur toi encore plus que ton propre trip si tu veux pas te faire polluer la tête.

C'est pas incontournable mais quitte a s'arracher entre ami avec des substances que vous connaissez pas forcément bien ou quoi, autant qu'un membre du groupe se dévoue (ça fait moins rager que la courte paille) et reste sobre a la limite du raisonnable et après vous inverser.
I am the divine spirit that harmonizes with the laws
projecting the digital loom,the tool of experiencing desire and finding ecstasy in process.
I am me, we are you

Il est donc primordial, y compris dans l'intérêt des teufs, de se mobiliser et de soutenir les amateurs de substances psychoactives.Peu importe si tu consommes des drogues ou pas. Nul n'a besoin d'être homo pour soutenir la Gay Pride.
#9
Sludge a écrit :
Ca existe le 5-Meo-PCP ? J'ai changé le titre, j'ai mis 3-Meo car j'imagine que c'est ça. Mais je me trompe peut-être. C'est bien d'être précis en effet car des molécules même aux noms proches n'ont pas les même effets. Ca m'irrite en général les gens qui parlent de PCP quand c'en est pas. Sachant que c'est assez rare (jamais vu)

Alors en fait le 3-Meo-PCP = 5-MeO-PCP, sauf que Sludge a raison dans le sens où on numérote les atomes de manière à ce que le chiffre soit le plus petit. En gros, vous avez votre cyclohexane (un hexagone dont les coins sont des atomes de carbone). Vous avez le choix de noter les carbones dans le sens horaire -1 2 3 4 5 6- ou bien dans l'autre sens -6 5 4 3 2 1-, sauf que en chimie orga il faut au maximum nommer les molécules de manières à ce que les chiffres qui appara^itrons dans la formule soient les plus petits possibles, donc en l'occurrence là il vaut mieut noter dans le sens où le Meo est attaché à la troisième position du cyclohexane que dans le sens où il est rattaché au cinquième, m^eme si au fond c'est la m^eme chose. Mais chimiquement parlant c'est la m^eme molécule.
Mais sludge a raison. Voir le topic "le jeu de la molécule", dans lequel j'ai fait un tutoriel sur comment nommer les molécules.
=>Not For Human<=

On ne peut être fier que de ce qu'on a choisi

#10
(Bon ... mode limitless, je n'ai pas eu le choix :/)D )

Stonix : cool story, bro, mais viens plutôt la raconter dans l'oreille du MP, cela me semble fa(u)meux.
Strato (Wow, une strato qui parle, décoiffant :rock::rockSmile : J'ai oublié les dissymétries du cyclohéxane. Je suis plus parti dans la théorie des bandes énergétiques dans les cristaux (Théorie des groupes ... just google it). Mais tu serais gentil si tu laisser un lien du "jeu de la molécule", je suis open Wink.

Donc, les kids, 3-Meo-PCP=5-Meo-PCP, une erreur inutile qui au final m'aura donner raison ... (Limitless, les mecs)

PS : Ce post n'a pas été rédigé sobre, BrusqueArabesque, alias BA, a encore frappé ...

TUT ... TUT ... TUT

REDDIT : pardonnez l'orthographe salopée, but deal with it :ninja:


Topics apparemment similaires...
  Trips reports psychédéliques en tous genre ! KABOUM 2 4,727 04/09/2006 12:34
Dernier message: KABOUM



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.