Héroïne (première fois)

  • Auteur de la discussion Auteur de la discussion Władysław
  • Date de début Date de début

Władysław

New member
Étant assez peureux et désinformé en terme de substances mais très curieux de tester les dissociatifs après avoir lu quelques TR sur la kétamine je décide d'en parler à ma copine assez expérimentée sur le sujet et nous décidons de tester ensemble un soir de novembre 2022 (nonobstant oui, ce TR parle bien d'héroïne).

Elle appelle un contact qu'un ami nous donne et précise avoir en sa possession de la kétamine. Je commence à suer un peu, j'appréhende beaucoup le moment. Je me fais tout un tas d'idées dans ma tête, tout s'embrume. Habitué aux benzodiazépines et n'ayant rien essayé de plus que de l'alcool, de la MDMA, de la cocaïne, du Tramadol ou du cannabis et j'ai peur d'avoir des hallucinations (surtout au vu d'un TR sur le cannabis que j'ai pu écrire ici, avec de violentes hallucinations). Je ne me sens pas très bien mais je veux aller jusqu'au bout.

Son téléphone vibre et son contact nous fait signe. Je la vois s'approcher de lui, échanger quelques bribes et une poignée de mains. Nous remontons dans notre appartement et elle me dit qu'il n'avait plus de kétamine. Je me sens extrêmement déçu mais en même temps très soulagé. Je la vois poser quelque chose sur la table qui me semble être de la cocaïne ou de la MDMA ? Elle me dit que c'est de l'héroïne. Deux grammes précisément. 

Je suis complètement perdu, je lui dit que je n'ai pas de Stéribox. Elle me dit que ce n'est pas la peine; qu'on ne va rien s'injecter et qu'il faut de l'aluminium. Je farfouille dans le placard de la cuisine et lui sort de l'aluminium alimentaire, elle arrache une feuille et m'explique le procédé. Elle dépose un peu d'héroïne brunâtre sur la feuille d'aluminium pliée et me demande de m'installer confortablement. Elle fait chauffer la feuille d'aluminium par le dessous à l'aide d'un chalumeau et je vois l'héroïne bouillir et couler; elle l'inhale tranquillement.

L'odeur est abominable. Je ne sais pas pourquoi, ça m'a directement fait pensé à une odeur de chair brûlée; ou plutôt quand on se crame les poils avec un briquet... Une odeur vraiment acerbe (si je puis dire). 

Je prends la feuille d'aluminium et je répète le procédé. J'ai du mal à inhaler jusqu'au bout et à suivre la goutte qui coule tout au long. Il faut la suivre et l'inhaler, comme si c'était une course. Elle me tient la feuille pour m'aider et me tient même le chalumeau. Je tousse et je décide d'arrêter. 

Bon... Tout va bien. Je ne sais pas si c'est à cause de mes prises de Tramadol (espacées tous les quinze jours, je précise) mais je ne ressens pas grand chose. Je m'attendais à ce fameux rush, à me sentir m'envoler mais rien.
Je suis un peu déçu.

Elle recommence. Je recommence.

Là je me sens un peu plus bizarre. Vraiment extrêmement léger... Une drôle d'impression pour une personne de 90kg. Je sens mes joues chaudes et froides à la fois. Nous décidons de monter les escaliers pour continuer plus haut. Les escaliers plutôt pentus de base, sont tellement faciles à monter. J'ai l'impression de sauter sur les marches.


Je chasse le dragon; une troisième fois. Je me dis que c'est peut-être un peu trop, après tout c'est quand même un gramme d'héroïne bientôt fini et je n'en ai jamais pris de ma vie... Je me sens tout nauséeux, barbouillé et je décide d'arrêter. De toute façon, l'odeur m'horripile. J'ai la tête qui tourne à bloc; c'est trop bizarre. 

La tête tourne de plus en plus et je finis par aller vomir dans l'évier. 

Je lève la tête et je me regarde dans le miroir. Je me sens complètement stupide mais heureux. Je me prends une énorme claque de bonheur. J'ai l'impression de vivre un mélange de MDMA et de Tramadol complètement atomisant, même si c'est complètement différent. C'est doux et violent à la fois. Dans tous les cas; complètement euphorisant. Le fait de vomir a comme décuplé les effets et ma tête ne tourne plus, je n'ai plus la nausée. Je vais m'asseoir à côté de ma copine et nous décidons de mettre de la musique et de parler. On se sent bien, heureux, apaisés. On parle de l'avenir et je crois que nous ne nous étions jamais dit d'aussi belles choses de toute notre vie. On se complimente, on parle de nos futurs enfants, de notre mariage à venir, d'à quel point on s'aime. Qu'on pourrait faire la guerre l'un pour l'autre... On sourit, on rigole, on se caresse le visage. Je n'étais pas au courant que l'héroïne était aussi empathogène mais je me dis qu'il n'y a pas meilleure chose au monde, là tout de suite. Je crois que ça dure une à deux heures de bonheur. Entre temps, je décide d'en sniffer un peu. Je ne peux plus supporter l'odeur.

Mes yeux se mettent à couler. Non, sérieusement, je n'arrive plus à garder les yeux ouverts. Je me sens complètement abruti de bonheur et complètement fatigué. Je veux juste aller dormir. J'ai l'impression que mes yeux fondent sur mon visage et je ferme les yeux car je ne peux plus les ouvrir. 

Je m'écroule sur le lit et je dors. Sans interruption, sans rêve. 

Le lendemain, aucune descente. Je me réveille comme d'habitude; l'esprit un peu plus embrumé certes, mais je vais bien. Je précise encore que c'était ma première prise et que la pureté du produit laissait clairement à désirer : il nous a fallu prendre une bonne dose pour ressentir des effets tout de même intéressants. J'ai été très constipé par la suite mais aucun autre effet secondaire. 

Nous en avons repris par la suite, mais nous avons arrêté. Je n'en reprendrais plus pour une raison assez marrante : je ne supporte vraiment absolument plus l'odeur. 

Merci à vous de m'avoir lu !
 
Merci pour ce retour, c'est rare les gens qui prennent la peine de raconter des prises d'opi :)
J'aime bien ce petit trait à propos de la perception du poids, ça fait très bien réaliser la sensation.

Ton rapport de l'effet empatho me rappelle ce roman, Junk, pas trop mal foutu, qui raconte la vie d'un couple de jeunes héroïnomanes britaniques. Au premier tiers du livre, la fille veut quitter le garçon car elle s'ennuie avec lui. Mais ils commencent l'héro ensemble et alors elle se rend compte qu'elle se sent quand même bien avec. Ils restent en couple quelques années, mais quand ils décident de quitter tous les deux l'héro, la fille réalise qu'en fait elle n'est plus amoureuse depuis longtemps, c'est le produit qui les maintenait ensemble.
 
Retour
Haut