Quoi de neuf ?

Bienvenue sur Psychonaut.fr !

En vous enregistrant, vous pourrez discuter de psychotropes, écrire vos meilleurs trip-reports et mieux connaitre la communauté

Je m'inscris!

Combien de temps d'arrêts des antidépresseurs avant de microdoser ?

Nymphis

Glandeuse pinéale
Inscrit
19 Août 2021
Messages
105
Salut les psychonautes !

Tout est dans le titre. Je sollicite votre aide pour quelque chose d'important : ma mère souffre de bipolarité monopolaire dépressive. Étant actuellement en arrêt maladie longue durée, elle est enfin convaincue de tester les champignons à dose thérapeutique pour se débarrasser de cette merde. Actuellement elle prend des antidépresseurs, du Norcet précisément, et également de l'Amictal

Pour ce qui est des dosages et fréquence de consommation, j'ai ma réponse grâce à la fiche de Cookie.

Mais une question subsiste : combien de temps doit elle arrêter son traitement d'antidépresseurs avant de microdoser pour pas que ça bloque les effets ? Et est-ce qu'elle doit prendre ça quand elle est "bien" (càd pas en phase depressive) ou elle peut les prendre en phase dépressive justement c'est fait pour ça ?

Pour le set&setting j'ai pensé évidemment à la maison, avec moi comme tripsitteur et en étant au petit soin pour elle pendant tout le trip

Si vous avez d'autres conseils à me donner je suis preneur, ça serait juste incroyable pour moi d'aider ma mère à sortir de sa dépression. Par exemple à quels effets elle doit s'attendre pour que je lui dise et au'elle se prépare au mieux, histoire qu'elle soit pas surprise, ou combien de temps fois doit elle répéter le protocole Fadiman avant de juger si ça lui est utile ou non.
 
Dernière édition:

Sorence

zolpinaute de la sapience
Inscrit
11 Oct 2022
Messages
3 990
Sans parler de l'idée d'ensemble, elle n'a pas besoin d'arrêter le Lamictal (lamotrigine), il n'y a pas d'interaction connue entre ça et la psilocybine. Arrêter ce traitement pourrait au contraire empirer son état.
 

forêt

Elfe Mécanique
Inscrit
14 Mai 2023
Messages
486
Mirtazapine is an antagonist of serotonin 5-HT2 and 5-HT3 receptors

Ya moyen que le norcet rende la psylocibine inefficace. Mais en enlevant le norcet elle risque un down sévère.

Risqué. Si vraiment, diminuer lentement le norcet (3 mois min) par petits palier (vive la dilution volumétrique). Mais la psylocibine pourrait faire l'inverse de la mirtazapine en fait. Si c'est ça qui la maintenait en vie ça pourrait être désastreux.
 

Nymphis

Glandeuse pinéale
Inscrit
19 Août 2021
Messages
105
Ya moyen que le norcet rende la psylocibine inefficace. Mais en enlevant le norcet elle risque un down sévère.

Risqué. Si vraiment, diminuer lentement le norcet (3 mois min) par petits palier (vive la dilution volumétrique). Mais la psylocibine pourrait faire l'inverse de la mirtazapine en fait. Si c'est ça qui la maintenait en vie ça pourrait être désastreux.

OK d'ac. Si je comprends bien, ça veut dire que d'abord il faut qu'on teste la psylocibine même avec la prise du Norcet en parallèle (je comprends le "ya moyen" par "pas 100 % sûr que ça bloque non plus"), et si jamais le Norcet bloque faut surtout pas l'arrêter d'un coup sinon y'a rechute sévère, 3 mois minimum par petit palier.

Je demanderai à ma mère ce qui lui fait le plus effet entre le Lamictal et le Norcet, pour savoir ce qui la "maintient en vie". Après façon de parler : elle dit (et je le vois bien) que ses traitements marchent de moins en moins, ça l'empêche pas de faire des rechutes, 'pour ça qu'elle de tourne vers des solutions alternatives.

Est-ce que le risque que la psylocibine fasse encore pire car l'inverse de la mirtazapine est vraiment élevé au point que tu me déconseillés strictement de le faire ?
 
Dernière édition:

forêt

Elfe Mécanique
Inscrit
14 Mai 2023
Messages
486
Est-ce que le risque que la psylocibine fasse encore pire car l'inverse de la mirtazapine est vraiment élevé au point que tu me déconseillés strictement de le faire ?
Oui, je te déconseille strictement de rajouter une substance active aux effets finalements pas si bien connu que ça sur la dépression à un traitement prescrit par un médecin.
elle dit (et je le vois bien) que ses traitements marchent de moins en moins, ça l'empêche pas de faire des rechutes,
Par contre je conseille fortement de discuter de cette diminution d'efficacité avec le toubib.

Si vraiment vous voulez essayer la psylocibine, je vous conseille d'attendre une bonne phase assez longue pour que le médecin conseille de virer les traitements. Et là en cas de détérioration, au début, avant que ça devienne insupportable, éventuellement teste le micro dosage de psyché, mais pas longtemps pour qu'en cas de détérioration encore pire le médecin puisse prendre le relais ! Et même ça je le déconseille fortement parce qu'il y a des traitements mieux étudiés.
 

Nymphis

Glandeuse pinéale
Inscrit
19 Août 2021
Messages
105
OK d'accord pas de soucis, j'en conclue qu'en fait la psylocibine pour son cas ça penche bien plus du côté risques que bénéfices, donc ça serait vraiment la dernière des dernières solutions si les autres venaient à échouer.

Après elle-même est médecin. Je lui dirai quand même d'en parler à son médecin de la diminutiondes effets (ce qu'elle doit déjà faire), mais peut-être qu'elle peut d'elle-même vu qu'elle s'y connaît dans le domaine, même si à mon avis non.

Est-ce que du microdosing de LSD ou de MDMA dans son cas serait plus approprié ou vraiment tu me déconseilles toute forme de microdosing et plus se tourner vers d'autres solutions de médecines traditionnelle et garder le microdosing en cas de dernier recours ?
 

forêt

Elfe Mécanique
Inscrit
14 Mai 2023
Messages
486
Si elle-même est médecin je pense qu'elle aurait les connaissances pour donner un point de vue ; néammoins pour m'être entretenue avec des toubib sur leur façon de se soigner, tous disaient que c'est trop dur de se faire confiance à soi-même : il y a des symptômes qu'on refuse de voir et d'autre qu'on surinterprète car on connais bien le danger encouru. Tous faisaient donc confiance à leurs pairs pour leur propre santé.

Je pense sincèrement que le microdosing est à considérer avec une grande précaution car c'est mal etudié. Ça pourrait faire du bien comme du mal et on peut pas trop prédire.

En cas de dernier recours le must serait que se soit médicalement supervisé, mais à l'heure actuelle c'est carrément du fantasme légalement parlant.
 

Sorence

zolpinaute de la sapience
Inscrit
11 Oct 2022
Messages
3 990
Si elle est du métier, peut-etre aura-t-elle moins de difficultés à trouver un-e psychiatre compréhensive ? Il y en a qui acceptent simplement de discuter des consommations de leur patient, dont le microdosage fait partie.
 

Nymphis

Glandeuse pinéale
Inscrit
19 Août 2021
Messages
105
Sûrement qu'elle a plus de contacts oui, en tout cas il faudrait peut-être qu'elle change vu qu'elle me dit "si je venais à faire du microdosing j'en parlerais pas à mon médecin", ça traduit p'têt un manque de confiance. Quoique j'exclue pas le fait que ce soit elle-même qui se mette des barrières et qu'au final son médecin serait peut-être compréhensif : même si j'ai pas mal changé la perception de mes parents sur la drogue au point que ma mère envisage la consommation de champis thérapeutique, ils restent un minimum sceptiques à son égard, sans nul doute un restant minime de "la drogue c'est mal" dont on nous a bourré le crâne.

Pour le Brintelix je ne sais pas, je lui en parlerai. Moi-même je ne sais pas ce que c'est.

En tout cas, avec c'que m'a dit Forêt, je lui ai dis de tester d'autre chose avant et que les champis c'est vraiment si tout échoue. Du coup il reste encore le magnétisme et quelqu'un de notre entourage à tester, et je rajoute le Brintelix à la liste.

Merci encore pour vos retours :).
 

forêt

Elfe Mécanique
Inscrit
14 Mai 2023
Messages
486
il reste encore le magnétisme
Alors le magnétisme, comme la religion, l'homéopathie et la psychanalyse, repose sur l'effet placebo.

Pour que ça marche il faut que le sujet soit intimement convaincu de l'efficacité de la chose.

Ça n'a une efficacité cliniquement prouvée que dans moins de 30% des cas, et somme toute limitée aux problèmse sur lesquels le psychisme a une influence direct.

Ainsi la douleur : si le sujet est persuadé que sa douleur sera attenuée il forcera sans même s'en rendre compte (juste parce qu'il en est perduadé) sur sa propre résistance à la douleur. Il n'est donc pas possible, via l'effet placebo, d'atténuer une douleur plus que ce qu'on peut faire soi-même en décidant de ne plus la prendre en compte.

L'avantage est l'absence totale de risque pour la santé

L'inconvénient, àmha, c'est son absence totale d'efficacité clinique, en plus d'être dangereux pour le portefeuille.

C'est mon point de vue, tout-un-chacun·e peut en avoir un différent. Je n'argumenterai pas plus avant sur l'inefficacité des méthodes reposant sur ce que je considère être l'effet placebo. En effet, tes croyances ont le droit de vivre.
 

Nymphis

Glandeuse pinéale
Inscrit
19 Août 2021
Messages
105
C'est pas spécialement dans mes croyances à la base, mais en lisant des articles dessus j'ai cru comprendre que, même si elle en gardait une méfiance, la médecine académique pouvait dans certains cas collaborer et valider certaines pratiques de magnétiseurs (j'ai l'exemple de ma mère qui a pu voir plusieurs fois la sollicitations des fameux coupeurs de feux pendant sa carrière). De ce que j'ai compris au niveau du danger c'est comme t'as dit : le portefeuille. Le problème c'est qu'il n'y a aucune preuve scientifique de son efficacité effectivement, les gens disent "ca marche" mais on n'arrive pas à le démontrer. De l'autre côté j'ai cru comprendre malgré tout que la médecine traditionnelle y accordait un peu plus de légitimité que l'homéopathie qu'elle considère comme total bullshit.

Je potasserai plus le sujet, mais sûrement à ranger aussi dans la case "dernier recours si tout échoue".

EDIT : au final elle a vraiment réalisé hier que le problème venait pas temps de sa bipolarité mais de son travail qui est devenu vraiment de pire en pire avec les années, jusqu'à lui faire un burn-out (la cause de son arrêt maladie). Elle s'en doutait un peu avant mais pensait que la maladie jouait, mais là elle en est sûre, et ce qui va l'aider de ce qu'elle dit c'est en parler, mettre des mots sur ses souffrances, en parler à sa psychothérapeute. Pas les champignons au final, elle se dit que les molécules c'est bien, à la limite pour savoir quoi faire, mais mais à trouvé sa solution.

En tout cas merci quand même pour tous vos messages, aui sait un jour ça me resservir dans le futur ^^.
 
Dernière édition:
Haut