Psychonaut

Version complète : L'influence des femmes dans les thérapies psychédéliques
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Je relaie une publication de la société psychédélique française :

A la fin des années 1950, une partie des médecins utilisant le LSD comme adjuvant de la psychothérapie font le constat de la nécessité d’élaborer de nouvelles pratiques d’accompagnement des patients. Une réflexion révolutionnaire pour la psychiatrie se met alors en place : le consentement, la préparation des patients (set), l’organisation, la décoration de la pièce (setting) et l’attitude bienveillante et soutenante des patients deviennent des éléments indispensables à ces nouvelles méthodes. Or, bien que de nombreuses femmes (thérapeutes, épouses de psychiatres, infirmières, membres de l’équipe médicale...) aient largement contribué à cette recherche qui conduira aux mouvements de l’anti-psychiatrie et remettra profondément en cause les pratiques traditionnelles de l’époque, celles-ci sont désormais invisibilisées selon un processus bien connu. Leurs travaux ne sont plus cités, leurs noms ne sont plus évoqués, leurs recherches tombées dans l’oubli au profits de leurs collègues masculins. Zoë Dubus a eu l’opportunité de pouvoir mettre en valeur trois de ces pionnières, Joyce Martin, Margot Cutner et Betty Eisner, grâce à la revue Chacruna.

L’article est en anglais. Une publication plus détaillée en français viendra, quand elle aura le temps elle présentera également une communication sur ce sujet (en français cette fois) à Aix-en-Provence le 15 avril 2021.
https://chacruna.net/women-and-history-o...d-setting/

Une trad de l'article avec deepl :

En ce qui concerne les expériences de drogues psychédéliques, "l'ensemble et le cadre" se réfèrent à la mentalité d'un individu et à l'environnement physique et social dans lequel l'expérience de drogue a lieu. Si des personnalités telles que Timothy Leary et Al Hubbard ont été reconnues pour leur contribution à l'histoire du "set and setting", les pionnières de la recherche féminine restent dans l'ombre.

Il est assez frappant de constater que les travaux de Joyce Martin, Margot Cutner et Betty Eisner sont si peu connus et rarement discutés, contrairement à ceux de leurs célèbres collaborateurs, Ronald Sandison, Thomas Ling et Sidney Cohen, respectivement. Cet article met en lumière leurs travaux et leur impact sur cette nouvelle thérapie émergente dans les années 1950 et 1960. Ces trois femmes ont conçu avec leurs patients une approche thérapeutique globale, bienveillante et non intrusive, en rupture radicale avec les méthodes traditionnelles.
"Set and Setting" : Ses origines

Dans les années 1950, certains membres de la communauté médicale ont commencé à reconsidérer la méthodologie appliquée aux psychothérapies réalisées à l'aide du LSD. Les psychiatres autodidactes ont généralement relaté des expériences très positives, qui se sont souvent déroulées chez eux ou au bureau, dans des espaces accueillants et confortables. Ils étaient libres d'aller et venir, et de faire ce qu'ils voulaient, et ils avaient une connaissance théorique préalable du LSD, de ses effets et de leur durée. Si les récits des auto-expérimentateurs mettaient en évidence l'état d'euphorie, ce n'était pas le cas dans les expériences menées sur leurs patients, qu'ils soient sains ou malades. Dans ces cas, les gens ressentaient de l'anxiété et même de la terreur. Face à ces résultats, certains thérapeutes ont tenté d'améliorer les protocoles et, ce faisant, ont remis en cause les pratiques psychiatriques.

    Dans ce nouveau cadre, qui tient compte du contexte physique et émotionnel, ou "set and setting", les thérapeutes ont pris en considération les patients, leur histoire et leurs récits d'expériences.

Dans ce nouveau cadre, qui tient compte du contexte physique et émotionnel, ou "set and setting", les thérapeutes ont pris en considération les patients, leur histoire et leurs récits de l'expérience. Les patients ont été informés des effets de la substance, la salle où les expériences ont eu lieu a été décorée de manière stratégique et les patients ont été autorisés à apporter des objets personnels dans la salle d'examen. Une autre personne restait avec eux pendant toute la durée de la session, en gardant un œil vigilant.

En revanche, avec les thérapies traditionnelles, le comportement du personnel était "discipliné" et distant. Les chambres d'hôpital étaient blanches, éclairées par des fluorescents et dépourvues de toute décoration. Certains patients étaient même attachés au lit. Les sujets, souvent des malades mentaux, devaient se soumettre aux expériences sans avoir reçu aucune information de base et étaient soumis à une batterie de tests onéreux. À la fin des années 1950, l'explication dominante des effets du LSD était un concept de "psychotomimétique", qui visait à simuler la psychose, limitant ainsi la compréhension des réactions des sujets à une interprétation uniquement pathologique.

En proposant une nouvelle interprétation des effets du LSD, cette fois-ci orientée vers un but thérapeutique, et en créant une nouvelle façon d'administrer le médicament, certains thérapeutes ont transformé les psychothérapies assistées par le LSD.
Les femmes pionnières dans l'histoire du "décor et de la mise en scène
Joyce Martin (1905-1969)

Joyce Martin était une psychanalyste freudienne. Pionnière dans l'utilisation du LSD en psychothérapie, elle a commencé ses recherches en 1954, à la fois dans son cabinet privé et au Marlborough Day Hospital de Londres.

En 1964, Martin publie un article dans lequel elle distingue sa méthode thérapeutique de celle de Sandison et Ling ; cette méthode apporte notamment "un soutien direct et actif au patient dans ses besoins émotionnels lorsque cela est nécessaire" (Martin 1964). Elle a développé une méthode thérapeutique particulièrement controversée, dans laquelle elle agissait comme une mère pour le patient. Dans ce scénario, le patient était encouragé à régresser au stade de nourrisson, tandis que Martin lui assurait une présence active et aimante. Martin a insisté sur le fait que la réponse à l'insuffisance émotionnelle du patient n'était pas artificielle. Elle a déclaré que :

nous ne donnons pas seulement un mannequin, mais quelque chose de plus proche du sein original et du début d'une relation amoureuse. [...] C'est donc notre but : développer la relation de transfert le plus rapidement possible pour permettre à l'ego de se renforcer et permettre aux sentiments auparavant insupportables d'être acceptés et assimilés dans la personnalité consciente, ce qui soulage le conflit et guérit les symptômes et finalement intègre la personnalité.

Avec son assistante Pauline McCririck, ils ont développé un système qu'ils ont appelé "thérapie fusionnelle", qui consistait à s'allonger à côté de leurs patients "en les serrant très fort dans leurs bras, comme le ferait une bonne mère pour réconforter son enfant" (Grof & Grof 2010:42).
Margot Cutner (1905-1987)

Margot Cutner (1905-1987)

Margot Cutner, née Kuttner, (1905-1987) était une psychanalyste jungienne d'origine allemande. Après avoir obtenu un doctorat de philosophie à Hambourg en 1936, elle a fui l'Allemagne nazie pour l'Angleterre, où elle a anglicisé son nom. Elle s'est formée auprès d'Elsa Gindler, une pionnière de la thérapie corporelle, et a ouvert son propre cabinet de psychanalyste. L'une des techniques qu'elle a développées consistait à trouver la position la plus confortable pour le patient, libre de toute tension ou stress (Cutner 1953). En 1955, elle rejoint l'hôpital Powick à Worcester, dans l'équipe de Ronald Sandison. Un service spécial a été construit dans cet hôpital pour encourager la recherche sur le LSD.

En 1959, Cutner présente sa méthode thérapeutique. Elle observe que le matériel de recherche émergeant sous l'influence du LSD, "loin d'être chaotique, révèle au contraire une relation certaine avec les besoins psychologiques du patient au moment de sa prise de drogue" (Cutner 1959). Elle a souligné ce point : "il est évident qu'il ne serait pas sûr de donner le médicament sans supervision adéquate à quelqu'un qui n'est pas en assez bons termes avec son propre inconscient". Cutner a exprimé de sérieuses réserves quant à l'utilisation trop répétitive du LSD pour tenter de briser la résistance psychique du patient. Dans son cabinet, certains patients, en traitement depuis deux ans, ne recevaient que deux ou trois séances de LSD.

L'attention particulière qu'elle porte au corps et à ses manifestations la rend sensible au besoin de contact de l'individu sous l'influence du LSD : à un certain niveau de régression provoqué par la substance, "il est évident que le contact par le toucher, la seule chose que le patient peut comprendre à ces moments-là, ravive et représente ses premières expériences de sécurité dans l'étreinte physique de la mère" Ainsi "pour obtenir le réconfort nécessaire, il ne suffit parfois même pas que le patient sente la main de l'analyste le toucher, mais il peut être amené à toucher lui-même l'analyste, ou ses vêtements, etc. Cutner, la psychanalyste, a également prêté attention à son propre comportement pendant les séances, en s'assurant d'agir de la manière la plus douce et la plus accueillante possible afin que le patient puisse lui faire entièrement confiance. Elle était particulièrement attentive à ses propres expressions faciales, qui étaient censées exprimer l'amour et l'absence de jugement.

    "J'ai juré que je ne ferais jamais à un patient ce qu'on m'a fait... je le ferais avec douceur."
    Betty Eisner

Betty Eisner (1915-2004)

Le 10 novembre 1955, elle est devenue le premier cobaye de Sidney Cohen... Sa deuxième session a eu lieu en janvier 1957. Cette fois, elle a exploré le potentiel thérapeutique du LSD. Pour elle, laissée seule, la fin de la séance prend une dimension profondément dépressive : "J'ai vécu une expérience horrible." Elle raconte comment elle a fini par décider de contacter Cohen, à la recherche d'un soutien (émotionnel). Cependant, il ne l'a pas prise au sérieux, même lorsqu'elle lui a indiqué son risque de suicide, et lui a conseillé de se reposer un peu. "Je me souviens clairement lui avoir dit que ce ne serait pas bon pour la recherche si le psychologue qui était le sujet se suicidait. Il n'était pas impressionné", a-t-elle raconté.

En deux séances, Eisner avait vécu à la fois la frustration de faire faire une batterie de tests et de ne pas pouvoir se laisser aller à la substance, et par la suite les terreurs que cela pouvait produire sans soutien adéquat. Au cours des deux séances suivantes, elle a décidé de ne prendre qu'une très faible dose, 25 μg, qui l'a sortie de sa dépression et lui a permis de vivre une "expérience mystique". Par la suite, elle a été convaincue d'utiliser de faibles doses dans sa pratique, à l'opposé de ses collègues américains, qui développaient une "thérapie psychédélique" à fortes doses. "La beauté du LSD à faible dose était qu'il permettait à une personne de lâcher prise autant qu'elle le souhaitait. Peut-être juste un peu au début, puis un peu plus la fois suivante, et enfin ils permettaient que cela se produise complètement. Nous avons continué à leur donner des séances jusqu'à ce qu'ils le fassent", a raconté Eisner.

En plus d'exiger que quelqu'un reste avec les patients tout au long de la séance et que les doses soient faibles et augmentées progressivement, elle a été la première à écrire sur l'utilité de jouer de la musique pendant les séances. Enfin, elle a insisté pour que deux thérapeutes, un homme et une femme, soient présents afin que le patient les considère comme des parents et projette sur le couple les sentiments qu'il ressent.

En 1997, elle a proposé un troisième concept à ajouter à "set" et "setting" : "matrice", représentant simultanément l'environnement dans lequel se trouve le patient au moment de son expérience psychédélique ainsi que son environnement passé et celui dans lequel il évoluera une fois le traitement terminé (Eisner 1997).
Conclusion

Ces trois femmes ont eu un impact important sur l'amélioration des méthodes d'administration du LSD. Bien que bien connues au cours de leur carrière, Joyce Martin, Margot Cutner et, dans une moindre mesure, Betty Eisner ont été progressivement effacées des recherches sur l'histoire du "set and setting" et des psychédéliques. Leur travail est essentiel pour comprendre les changements majeurs apportés à la thérapie assistée par le LSD pendant cette période et met en évidence le rôle des femmes et l'attention qu'elles portent au corps et aux émotions de leurs patients.
Citation :En revanche, avec les thérapies traditionnelles, le comportement du personnel était "discipliné" et distant. Les chambres d'hôpital étaient blanches, éclairées par des fluorescents et dépourvues de toute décoration. Certains patients étaient même attachés au lit. Les sujets, souvent des malades mentaux, devaient se soumettre aux expériences sans avoir reçu aucune information de base et étaient soumis à une batterie de tests onéreux. À la fin des années 1950, l'explication dominante des effets du LSD était un concept de "psychotomimétique", qui visait à simuler la psychose, limitant ainsi la compréhension des réactions des sujets à une interprétation uniquement pathologique.

Wah, tu m'étonnes qu'il y ait des traumatisés des thérapies psychédéliques...

Citation :Avec son assistante Pauline McCririck, ils ont développé un système qu'ils ont appelé "thérapie fusionnelle", qui consistait à s'allonger à côté de leurs patients "en les serrant très fort dans leurs bras, comme le ferait une bonne mère pour réconforter son enfant" (Grof & Grof 2010:42).

C'est déjà plus appétissant...

Ce truc de faire régresser le patient pour qu'il remonte ensuite la pente, j'ai un bouquin dessus, une femme schizophrène qui raconte comment elle a suivi une thérapie radicale où elle a été hébergée plusieurs mois dans un lieu collectif, encouragée à régresser (au point qu'on la nourrisse à la cuillère et qu'elle joue avec son caca), puis à grandir au moment où elle sentait prête. Elle semblait plutôt en forme en écrivant.
https://www.babelio.com/livres/Barnes-Ma...olie/55029

Quelques-unes de ses peintures :
https://romanroadlondon.com/mary-barnes-...-bow-arts/
Y a stylo qui parlait de la thérapie fusionnelle de Martin dans un de ses topics, mais j'arrive pas à mettre la main dessus U.u
En tout cas cette approche m'avait bcp marqué, au point que je demande à deux amies proches si elles voulaient servir de thérapeute pdt que je prenais une dose massive de LSD, hélas ça m'a juste fait passer pour un gros taré Happywide
Merci c'était passionnant à lire
Merci beaucoup pour cette traduction de mon article, si j'y pense je diffuserai ici les liens pour la conférence en français sur le sujet (ça sera le 15 avril) ainsi que l'article en français un peu plus complet que celui-ci.
Zoë
(04/01/2021 11:57)Zoe.Dubus a écrit : [ -> ]Merci beaucoup pour cette traduction de mon article, si j'y pense je diffuserai ici les liens pour la conférence en français sur le sujet (ça sera le 15 avril) ainsi que l'article en français un peu plus complet que celui-ci.
Zoë

Avec plaisir, ce serait top ! Si tu oublies, ou pourrions-nous les trouver ?
(04/01/2021 19:12)Cookies a écrit : [ -> ]
(04/01/2021 11:57)Zoe.Dubus a écrit : [ -> ]Merci beaucoup pour cette traduction de mon article, si j'y pense je diffuserai ici les liens pour la conférence en français sur le sujet (ça sera le 15 avril) ainsi que l'article en français un peu plus complet que celui-ci.
Zoë

Avec plaisir, ce serait top ! Si tu oublies, ou pourrions-nous les trouver ?

[Normalement je n'oublierai pas] MAIS, au cas où, je diffuse systématiquement toutes les informations liées à ma recherche (et toutes les découvertes un peu originales ou drôles que je fais) sur mon compte Facebook "Zoë Dubus", ainsi que sur mon Twitter @ZoeDubus. Le compte de la Société psychédélique française relaie également la plupart de mes évènements, en tout cas ceux liés aux psychédéliques (je travaille aussi sur la morphine et la cocaïne).

Merci pour ton intérêt!
Chose promise, chose due, voici les infos concernant le wébinaire que j'organise sur le thème "Genre, femmes et psychédéliques" le 22 avril, avec une intervention de ma part sur le travail des trois femmes présentées ici.

Voici un lien vers l'évènement FB pour consulter aussi le reste du programme : https://www.facebook.com/events/230809922073012/

Et le lien vers la chaîne youtube sur laquelle ce sera diffusé : https://www.youtube.com/channel/UCkhW5w_...GEg/videos