Psychonaut

Version complète : Pourquoi vous prenez des drogues ?
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8
Salut,

Alors un ptit topic pour savoir ce qui peut vous amenez à consommer et comment vous abordez la chose.

Perso je me drogue pas en me disant whaaa ca va être trop bien, je vis ça plus comme une expérience, un choix tant que ça devient pas un besoin, la c relou, bon je l'ai vécu que avec la weed cet état donc ça va, c'est plutôt peinard Wink
J'en attend pas grand chose, mais je prend ce que ça me donne, du coup j kiffe bien les psychés, mais je refuserais pas MD et compagnie en mode festif pendant tout un festoch :evil:.

Après au quotidien les psychotrope genre weed, cannabinoïdes... en dehors des instants festifs bah je pense que ça aide à décompresser, mais c'est aussi une fuite de la réalité je pense, ça peut aider comme enfoncé si ça devient la solution à tout, donc j'essaie de faire gaffe à mon cul Tounge

Voili voilou désolé si ça a déjà été fait j'ai pas trouvé. Et libre à vous de delet si ça intéresse personne.

edit: ha j'oublié l'alcool, la consommation est élevé de 2 a plusieurs fois en moyenne par semaine, mais c'est parceque je suis tombé dedans quand j'été petit Happywide
Moi' jme drogue pour échapper à la réalité, parce que je suis horriblement malheureux. De toute façon, cela ne me mènera à rien, parce que la drogue t'emmène jusqu'au meurtre, au mensonge et à la prostitution. Et ouais j'suis le drogué M6, complètement accro aux champignons. Obligé d'attendre l'automne pour avoir ma dose de Semilenceata, passer quasiment neuf mois dans un manque affreux.

Bon j'ironise, j'ironise, mais au final j'ai aucune réponse à ta question. Enfin il y a rien qui me vient naturellement. Je repasserai sur le topic avec une réponse construite.
Moi parce que c'est bon, j'aime observer le monde d'un autre œil et puis la réalité m’ennuie.
Citation :Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »
Haa être en dehors du temps...

Psilosophia, si tu veux tu peux te faire les maisons de retraite, comme ça tu rajoute le viol de vieilles et le vol a la liste, pour te payer ta dose de psilo.
Pourquoi vous prenez de la drogue ?

[video=youtube;8bnh3bGUUH8]https://www.youtube.com/watch?v=8bnh3bGUUH8[/video]


Plus sérieusement soit pour passer du bon temps entre amis, soit pour "plonger" dans la musique.
Pour être dèf...
pour me retourner la tete... Triste mais vrai. J'ai beau inventer des excuse style shaman et tout, j'en revien toujours au meme.
Je me drogue parce que je pense que les prods offrent de nouveaux états d'esprit et de consciences, ce qui m'intéresses au plus haut point, je pense aussi qu'avec des points de vue différents sur la "réalité" on est plus objectif
Parce que je suis un esthète de la vie, j'aime :
- les saveurs gustatives : le fromage, le vin, les pâtes à l'huile d'olive et parmesan,...
- les textures sonores : la musique bien sûr mais aussi tous les sons du quotidien
- les environnements visuels : vue d'ensemble ou détails, c'est très souvent magnifique
- les sensations tactiles : caresser un chat, un mur de granit, masser,...
- les odeurs, souvent associées au goût mais aussi révélateur de souvenirs d'une façon très vivante
J'adore aussi : danser, chanter, faire de la guitare ou du didgeridoo, explorer les concepts ou laisser l'esprit libre de l'intellect, voir avec clarté mes ressentis et réaction dans la vie de tous les jours.

Bref j'aime la vie et personnellement je trouve que les psychédéliques font partie des bonnes choses.
Ils participent même à tout ce que j'aime.

On peut se cramer avec la vie "ordinaire" et les psychédéliques, en tant qu'exhausteurs vitaux, rendent ce risque plus grand.

My 2 cents about "why I take drugs"


Ah je suis un petit curieux aussi, et je ne compte pas rester avec une "idée approximative" de ce qu'est la vie.
Mais il faut dire que pour tout ça la voie du Bouddha m'apporte bien plus ^^
Je me drogue pas je suis un flic infiltré :ninja:
Quitte à lancer un pavé, non pas sur la flicaille infiltrée, mais dans la mare ... y a vraiment que moi que gêne la dialectique envie/besoin derrière laquelle beaucoup se tranchent, d'une façon je trouve assez hypocrite? Je ne cherche les poux à personne en particulier, hein, n'y voyez rien de personnel. C'est juste que je trouve un peu facile de se retrancher derrière le refrain bien connu mais finalement très creux "je n'ai pas besoin de me droguer ; je me drogue parce que j'en ai envie". Oui, mais encore...?

Alors certes, je pourrais dire que la drogue ne représente pas pour moi un besoin, au sens où ça ne me rendra pas malade de ne pas en prendre... Okay. Mais il y a des tas de choses dont la privation ne me rendraient pas malade stricto sensu, mais dont je considère néanmoins avoir besoin, parce qu'elles participent à mon équilibre, et, osons le mot, à mon bonheur. J'ai besoin d'avoir une vie sociale riche et de passer du temps avec mes amis. J'ai besoin de me cultiver et d'évoluer dans un environnement motivant au point de vue intellectuel. J'ai besoin d'indépendance et d'autonomie, de mener librement ma barque. J'ai besoin de plaire, et de sentir que je plais. J'ai besoin d'avancer, de ne jamais faire du sur-place trop longtemps. J'ai besoin d'un job qui paye mes factures ET me permettre de m'épanouir en faisant quelque chose auquel je trouve du sens. Et oui au milieu de tout ça, le weekend, j'ai besoin de décompresser de ma semaine, et de me prendre une claque avec des prods, ou devant un mur de son, ou même les deux. C'est un besoin mais je ne considère pas qu'il soit problématique : voyager à l'autre bout du monde ou sauter en parachute conviendrait aussi bien, et certainement mieux, pour le remplir.
Purée Cosmique a écrit :Je me drogue pas je suis un flic infiltré :ninja:


C'est donc toi le second on board comme m'a dit le capitaine?
Restons discret :ninja:

[Image: Action-discrete.jpg]
Un mix de Castle et Schtroumpfette (oui, je triche) Mais aussi, "parce que c'est bon", non mais !

Quelques quotes sur le sujet, très intéressant (Dali krrkrrkrr) : Quotes About Drugs (259 quotes)
Je me drogue pour changer du quotidien sa c'est sur mais aussi pour vivre de nouvelles expériences qui mènent a l'exploration de se qui se trouve entre mes deux petites oreilles. Fini l'oublie dans la drogue c'est juste inutile et sa aide pas à avancer loin de la après se n'est qu'un avis personnel.

Towelly

J'attends les réponses des hippies pour me poêler la nouille comme une vomissure de porc
Si j'étais né beaucoup plus à l'est, j'aurais aimé être adepte du yoga tantrique pour découvrir les dimensions cachées du réel et du surréel.

Je suis né ici et merci aux psychés qui me permettent de lever le voile sur ces mondes étranges et saisissants de beauté.

Entrer dans le trip comme dans un rêve lucide et chercher la signification du tout.
C'est comme ça et pour ça que j'aime me défoncer.

C'est pas très social comme pratique j'en convient.
Tout simplement parce que ça m'équilibre, j'ai besoin d'avoir une part claire, et une autre un peu plus "Dark".
Tissu a écrit :J'attends les réponses des hippies pour me poêler la nouille comme une vomissure de porc

Pour trouver la voie de l'amour et de la paix parmi les serviettes !
Sludge a écrit :Pour trouver la voie de l'amour et de la paix parmi les serviettes !
Je préfère emprunter celle de la jouissance et de l'ivresse avec les torchés! mrgreen
Pour me connecter.

A moi même, au vivant, aux personnes que j'aime.

A ce qui échappe à ma conscience et ma perception limitée.
Y a une question de tempérament aussi, t'a des gens qui on aucun besoin de sentir "ailleurs" et d'autre pour qui c'est leur "kiff" d'être ailleurs,en gros.
Pis c'est pareil pour l'addiction, ta des tempéraments addictes ou pas du tout, en gros
Je me pose la question quand je suis sous dissos souvent "pourquoi je fais ca?" autant l'acid, tout ca, de temps en temps ca va, mais genre se la mettre à la mixie tout seul je trouve ca malsain quand même, alors la réponse, ce serais "par pure compulsion?" Parce que ca me dérangerais pas de rester sobre et qu'être pété à l'alcool, au cannabis, au dissos mais j'ai du mal à résister, ca m'apporte rien mais c'est comme ca, mon excuse c'est qu'une bonne partie de l'humanité fait la même chose que moi alors ca va j'ai le droit et "il y a pire que moi".

Et schtroumpfette excuse moi mais je pense que le coup de "j'aime bien décompresser le week end" c'est bidon sachant que je doute que tes consos se limitent au week end...
Après voila j'ai peut etre une vision des choses assez froide mais j'ai plus 16 ans et je vois plus les hallucinogènes comme un truc de ouf qui te révèle ton ame et je sais pas quoi et je pense que c'est assez con.

Après, je dit pas que je vois la drogue comme quelque chose "pour oublier" parce que je pense que c'est ni une bonne solution et qu'en plus ca marche pas vraiment alors vraiment c'est juste par habitude et parce que je dois bien aimer ca, bon je fais quand même attention à mes arrières quand même.

héhé YOLO (j'ai pas trop de réponses a cette question mais c'est ce qui me vient a l'esprit, la drogue c'est de la merde).
Parce que je m'ennuie.

Styloplume

Je me suis beaucoup drogué pour cherher Dieu (et c'est sans doute pas fini) et pour sortir de cette chiante réalité.

Pourquoi je me drogue de moins en moins : parce que la drogue ça me fragilise, en vrai, et que la réalité c'est pas mal non plus.

+1 pour le post de Schtroumpfette, au passage. Quand on parle de conso, le réflexe de base c'est de se justifier (ce qui en soi est louche, si on avait que des bonnes raisons de proder on aurai pas à se justifier). Ouais mais là je kiffe ton pavé, parce que oui dans la pyramide des besoins y'a plein d'autres trucs et la drogue n'est au fond qu'un détail dans la vie. Bien dit !
Quelle realité... La drogue est pour moi comme un maitre qui te révèle des techniques, qui te balances des gros coups dans ta geule, et te laisse le choix d'en retirer ce que tu veux. Ma vie serais bien fade sans elle.
Vous vous en posez beaucoup de questions.......

Certains se trouvent des raisons qui les innocentent, d'autres aiment se faire du mal, certains profitent au maximum d'un potentiel de plaisir, d'autres feront tout pour bader et se complaisent là dedans, y en a même qui disent qu'un bad est positif.....

Pour répondre quand même:
Moi, c'est simplement parce que je prends tous les plaisirs qui me sont proposés, je suis simplement épicurien et la drogue est une, parmi tant d'autres façon de prendre du plaisir.

Pourquoi j'aime le sexe? Je sais pas, j'aime c'est tout...
Pourquoi j'aime le sucre, l'amertume de la bière? Je sais pas, j'aime c'est tout...
Pourquoi j'aime un état de lucidité détériorée? Je sais pas j'aime c'est tout....

Ma façon d’apprécier? Rester dans des sensations agréables dans un état d'esprit agréable. J'évite donc de bader en gardant des doses raisonnables et en évitant de me poser des questions à la con comme celle ci^^.
Quand je me drogue c'est que je n'ai rien de mieux à faire (où alors j'élimine les autres options pour qu'il ne me reste que ça) malheureusement c'est souvent le cas.
Il est vrai que ce serait horrible de se poser systématiquement et bêtement la question "pourquoi est ce que je prends de la drogue ??" à chaque prise de drogue.
Cependant quoi qu'en disent certains, il y a toujours une raison, et déplacer cette raison, ou croire que cette raison est à un niveau purement superficiel ou encore confondre l'effet et la cause ("la drogue me fait du bien", "ça permet de décompresser", "ça fait voyager", etc) c'est se mentir à soi-même. Je pense qu'il vaut mieux ne pas savoir pourquoi que se mentir ou chercher des excuses. Si l'on se ment, on ne comprends du coup jamais la cause réelle et l'on permet à la boucle de se perpétrer; ainsi cela créé beaucoup des choses du genre que l'on décide d'arrêter, que c'est dur, qu'on galère à arrêter, qu'on a arrêté un temps et au final on en revient à se droguer, mais avec "bonne conscience" ("oh j'ai arrêté 2 mois, je peux bien reprendre pendant 2 mois encore").
Au final beaucoup d'excuses, mais aucune lucidité sur soi et le produit, et une boucle sans fin.
Je préfère que l'on dise très franchement qu'on se drogue parce qu'on en a besoin, ou parce qu'on sait pas, cela est vraiment sincère.
Se droguer parce que ça nous fait du bien, c'est induit dans le fait de prendre de la drogue, et si ce n'est plus le cas, alors la drogue a finalement pris le dessus sur l'être, mais les raisons restent les mêmes.
Je pense que lorsqu'on comprends vraiment le "pourquoi", on a plus besoin de prendre compulsivement de la drogue, seul ou pour se sociabiliser, ou pour triper à plusieurs. A ce moment la prise de drogue devient soit totalement inutile, car on a déraciné et changé en soi ce qui nous faisait prendre la drogue de cette manière, soit, si finalement dans cette prise de drogue on a vraiment trouvé 'quelque chose', on va utiliser la drogue comme outil initiatique ou outil de travail/méditation.

Dire que "l'on ne prends pas de drogue" est une aberration, étant donné que notre incarnation dans le monde physique nous oblige à nous droguer, à cause des limites de la matière : boire du café, du thé, des infusions de plantes, des huiles essentielles, des médicaments pour certains, boire de l'eau, se nourrir... ou hors de la consommation, faire du sport, avoir des rapports sexuels, Faire tout court en fait, avoir une activité que nous aimons et répétons, et faisons évoluer. La vie en fait Smile

Perso je ne prends plus de drogue de manière compulsive ou sociabilisante depuis plus d'un an, suite à une magnifique prise de kétamine (paradoxalement!) où j'ai eu l'impression de passer à un stade complétement "autre". J'ai ainsi compris dans la racine la raison profonde qui m'amenait à prendre de la drogue et à revenir sans cesse dessus. Je pense que c'est une chose commune à tous les êtres humains, et nous sommes tous amenés tôt ou tard à le comprendre, par un moyen ou un autre. Bien évidemment, ceci ne serait pas explicable par de simples mots interprétables de 1000 manières, beaucoup s'y sont essayés sans succès.
Depuis j'ai repris 2 fois des champignons pour initier des amis à une prise profonde et saine de psychédéliques, et ai fumé de l'herbe plusieurs fois, le tout complétement différemment d'avant.

Je ne pense pas que lorsqu'on arrête totalement on a vraiment forcément compris les causes, car ce qui a une réelle valeur là dedans, c'est surtout la manière de le faire et dans quel but/direction, si cela touche quelque chose d'artificiel (donc sans but profond) ou d'authentique, si c'est compulsif ou pas, si l'on se donne 'bonne conscience' ou pas, etc. D'ailleurs j'ai rencontré beaucoup d'anciens drogués qui jugeaient les gens se droguant, ce qui est bien une preuve de leur amertume face à la drogue, donc d'une incompréhension personnelle face à cela.

Bien sûr, les mauvaises langues et les premiers à se mentir pourront aisément, et prendront un malin plaisir, à dire que je me donne 'bonne conscience' tout le long de ce que je dit, il n'empêche que tout ça ce sont des choses que j'ai vraiment compris, aussi évident que lorsque j'ai appris à marcher ou à nager étant enfant, et que cela fait bien longtemps que je ne me donne plus de raisons artificielles à ma prise de drogue.
D'ailleurs, lorsque je me droguais beaucoup, je le faisais en mode "rien à battre", sans limites, parce que la drogue c'est psychédélique, et que plus t'en prends plus t'en as ! Puis à force j'y ai trouvé des choses à vraiment explorer en y mettant des mots dessus, j'ai bouclé dessus, et ai fini par sortir de la boucle (et entrer dans une autre certainement) compulsive. Pour cela je me suis aidé d'autres pratiques, comme la musique, la méditation, les plantes. D'autres drogues, en somme.

Ji-doo

De-Ephe a écrit :Dire que "l'on ne prends pas de drogue" est une aberration, étant donné que notre incarnation dans le monde physique nous oblige à nous droguer, à cause des limites de la matière : boire du café, du thé, des infusions de plantes, des huiles essentielles, des médicaments pour certains, boire de l'eau, se nourrir... ou hors de la consommation, faire du sport, avoir des rapports sexuels, Faire tout court en fait, avoir une activité que nous aimons et répétons, et faisons évoluer. La vie en fait Smile

Désolé, mais je ne suis pas du tout d'accord avec toi.
Si l'on peut devenir dépendant de la nourriture (de l'eau, je ne pense pas) et en faire une consommation compulsive, c'est néanmoins à la base un besoin nécessaire pour vivre (tu ne peux pas rester plus de 2 mois sans nourriture, et plus de quelques jours sans mettre ta santé et ta vie en péril).
Donc comparer ce genre de choses à une drogue, je ne vois pas bien.
Une drogue, c'est quelque chose qui t'aide à vivre parfois, qui t'apporte du plaisir (et aussi de la souffrance selon la conso), et bien d'autres choses encore...mais ce n'est pas quelque chose qui naturellement (de base) est indispensable au maintient de la vie.

Après, c'est clair qu'il y a des tas d'autres addictions auxquelles on ne pense pas toujours (jeux, internet, sexe compulsif, sucre, etc).
Je disais ça dans un sens plus large que celui qui nous restreint dans notre condition, car nous pouvons certainement vivre sans nourriture, voire sans boire, même si c'est très rare et que cela demande d'arriver à une certaine réalisation.
Par définition, la nourriture est une drogue. Et comme avec la drogue, on peut avoir avec la nourriture des comportements compulsifs (gourmandises, boulimie, etc) comme des comportements sains (se nourrir juste de ce dont on a besoin). Mais je comprends ce que tu veux dire, c'est sûr que l'eau ce n'est pas de la MDMA ni du 2-CB.
Les drogues qui sont abordées sur ce forum sont juste un autre type de besoin/d'envie, qui sont présentes dans les consommations humaines depuis que l'homme existe. Certains animaux se droguent aussi, ceux qui sont sauvages ont des raisons naturelles de le faire, certains animaux domestiques répètent les comportements compulsifs de l'homme (le chien, le rat...).
Si prendre de la drogue c'est pour se faire plaisir ou souffrir (l'un n'ayant pas sans l'autre), alors il n'y a aucun intérêt à en prendre, et ce serait retrancher l'homme uniquement dans son instinct le plus primaire alors qu'il est bien plus (cela vaut pour d'autres espèces que la nôtre évidemment).
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8