S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Sto_
(Psychonaute en devenir)


Date d’inscription : 23/04/2021
Date de naissance : Non spécifié
Heure locale : 04/10/2022 à 20:06
Statut :

Informations sur Sto_
Inscrit le : 23/04/2021
Dernière visite (Caché)
Nombre total de messages : 20 (0.04 messages par jour | 0 pourcent du nombre total de messages)
(Trouver tous les messages)
Nombre total de topics : 2 (0 topic(s) par jour | 0.01 pourcent du nombre total de topics)
(Trouver tous les topics)
Temps passé en ligne : Caché
Membres parrainés : 0
Total des likes reçus : 24 (0.05 par jour | 0.14 pourcents du total 16891)
(Trouver tous les topics likésTrouver tous les messages likés)
Total des likes donnés : 15 (0.03 par jour | 0.08 pourcents du total 18809)
(Trouver tous les topics likésTrouver tous les messages likés)
  
Post de Sto_ le plus liké
Titre du message Nombre de Likes
[Psylocibine] Trip report datant de 1914 5
Topic du message Nom du forum
[Psylocibine] Trip report datant de 1914 Champignons, DMT et tryptamines
Message
Hey,

Voici un article intéressant que j'ai vu passé dernièrement : 

http://psychedelicfrontier.com/1914-trip...mushrooms/

Pour ceux qui ne parlent pas anglais voici une traduction avec notre bon vieil ami Google Translate  Big Grin

Citation :Dans les trésors d' Erowid, j'ai trouvé un très vieux rapport d'expérience sur les champignons à psilocybine - un « rapport de voyage » datant de bien avant que ce terme ne soit inventé. Il précède de plus de quarante ans l' article révolutionnaire du mycologue R. Gordon Wasson, Seeking the Magic Mushroom - qui a exposé les champignons à psilocybine à un public beaucoup plus large en 1957 - de plus de quarante ans. C'est aussi drôle qu'historiquement intéressant, alors je prends la liberté de le republier.

Note d'Erowid : Le rapport suivant provient du numéro du 18 septembre 1914 du   magazine Science , généreusement contribué à Erowid par l'archiviste Michael Horowitz, en tant que copie argentée et très vieillie d'une vieille microfiche. Cela se distingue comme l'un des premiers rapports d'expérience connus pour les champignons contenant de la psilocybine. Bien que l'auteur identifie les champignons comme  Panaeolus papilionaceus , Paul Stamets suggère que l'identification de Verrill pourrait avoir été erronée et que les champignons auraient pu être à la place  Panaeolus subbalteatus . (Champignons à psilocybine du monde , 1996, page 79 )]

Citation :Le 10 juillet 1914, j'ai ramassé un bon tas de champignons (Panaeolus papilionaceus) et je les ai fait cuire pour le dîner. Il y en avait peut-être environ une livre, mais lorsqu'ils sont frits dans du beurre, ils n'en ont pas fait une grande quantité, en raison de leur douceur et de leur structure délicate.

Ils ont tous été mangés par Mme Y. et moi-même. Des symptômes particuliers ont été perçus en très peu de temps. J'ai d'abord remarqué que je ne pouvais pas facilement rassembler mes pensées lorsqu'on m'adressait la parole, ni répondre facilement. Ne pouvait pas vouloir surgir promptement. A marché une courte distance; le temps était court, mais semblait long ; pouvait marcher droit mais semblait somnolent; n'avait pas de sensations d'estomac désagréables, les effets semblaient entièrement mentaux; me souviens peu de la marche. Mme Y. était à peu près dans le même état, selon M. Y. Mon esprit sembla très vite s'éclaircir quelque peu, et les choses commencèrent à sembler drôles, et plutôt comme de l'ivresse. J'ai marché avec M. Y. Un peu plus tard, les objets ont pris des couleurs vives particulières. Un champ d'herbe rouge semblait être en bandes horizontales de rouge vif et de vert, et une teinte verte particulière s'étendait sur tout le paysage. A cette époque, Mme Y. vu presque tout vert, mais le ciel était bleu; son mouchoir blanc lui parut vert ; et le bout de ses doigts semblaient être comme des têtes de serpents.

Ensuite, disons environ une demi-heure après avoir mangé, nous avons tous les deux eu une impulsion irrésistible pour courir et sauter, ce que nous avons fait librement. Je ne chancelais pas, mais tous mes mouvements semblaient être mécaniques ou automatiques, et mes muscles n'obéissaient pas correctement ni entièrement à ma volonté. Bientôt, nous sommes tous les deux devenus très hilarants, avec une impulsion irrésistible à rire et à plaisanter sans modération, et parfois presque hystériquement. Le rire ne pouvait être contrôlé qu'avec beaucoup de difficulté; en même temps nous nous livrions à des plaisanteries extravagantes et à ce qui nous paraissait des remarques amusantes ou spirituelles. MY, qui était avec nous, a dit que certaines des blagues avaient du succès ; d'autres non, mais je ne me souviens pas de quoi il s'agissait.

MY dit qu'à cette époque les pupilles de nos yeux étaient très dilatées, et cela. Mme Y. a parfois levé les yeux au ciel et a eu quelques contorsions faciales, et une légère mousse de salive à la bouche. Plus tard, nous sommes retournés à la maison, à environ un quart de mile. A cette époque, je n'avais aucune compréhension distincte du temps ; un temps très court semblait s'étirer longtemps, et un temps plus long semblait très court ; les mêmes que pour les distances parcourues; mais ce n'est pas le cas lorsqu'on l'estime à l'œil nu. L'état hilarant a continué, mais aucune illusion visuelle ne s'est produite à ce moment-là.

Après être entré dans la maison, j'ai remarqué que les figures irrégulières sur le papier peint semblaient avoir des mouvements effrayants et rampants, se contractant et se dilatant continuellement, sans changer de forme; finalement, ils ont commencé à se projeter du mur et ont grandi vers moi avec des mouvements étranges.

Vers cette époque, je remarquai un bouquet de grosses roses rouges, toutes d'une espèce, sur la table et une autre sur le secrétaire ; puis aussitôt la pièce sembla se remplir de roses de diverses couleurs rouges et de toutes tailles, en grands bouquets, couronnes et chaînes, et avec des rangées régulières de roses, tout autour de moi, mais mélangées avec du feuillage vert, comme dans le vrai bouquets. Cette belle illusion ne dura que peu de temps. Vers cette époque, j'eus un afflux de sang prononcé à la tête, avec une congestion marquée, qui m'obligea à m'allonger. J'eus alors une illusion très désagréable. D'innombrables visages humains, de toutes sortes et de toutes tailles, mais tous hideux, semblaient remplir la pièce et s'étendre en multitudes à des distances interminables, tandis que beaucoup étaient près de moi de toutes parts. Ils grimaçaient tous rapidement et horriblement et subissaient des contorsions, devenant de plus en plus hideux. Certains étaient à l'envers.

Les visages apparaissaient dans toutes sortes de couleurs vives et même intenses, si intenses que je ne pouvais les comparer qu'à des flammes de feu, dans des couleurs rouges, violettes, vertes et jaunes, comme des feux d'artifice.

À ce moment-là, j'ai commencé à m'alarmer et j'ai envoyé chercher le médecin, mais il n'a rien fait, car les effets s'estompaient quand il est venu. Les objets réels à cette époque apparaissaient sous leurs vraies formes, mais s'ils étaient colorés, ils prenaient des couleurs bien plus intenses ou vives que naturelles ; rouge terne devenant rouge brillant, etc. Un peu plus tard, en me levant, j'ai eu la désagréable sensation d'avoir mon corps allongé vers le haut jusqu'au plafond, qui s'éloignant, j'ai grandi loin, comme le haricot de Jack, mais j'ai conservé mon épaisseur naturelle . S'est effondré soudainement à ma hauteur naturelle.

A ce moment, j'ai remarqué l'orgue de salon et j'ai essayé d'en jouer, pour voir l'effet, mais je n'ai pas pu concentrer mon esprit ni gérer mes doigts. À peu près à cette époque, mon esprit est devenu confus et mon souvenir de ce qui s'est passé ensuite est sombre et chaotique. Il y a probablement eu une perte de connaissance partielle et brève. Allongé pour attendre le docteur. En regardant mes mains, elles semblaient devenir petites, émaciées, rétrécies et osseuses, comme celles d'une momie. Mme Y. dit qu'à ce moment-là, ses mains et ses bras semblaient devenir anormalement gros.

Lorsque j'essayais de me gratter un endroit sur le cou, j'avais l'impression de gratter un sac-repas en tissu rugueux plein de farine, et il semblait aussi gros qu'un tonneau, et le grattage semblait assez impersonnel. Plus tard, j'ai imaginé pouvoir, par une sorte de clairvoyance, raconter les pensées de ceux qui m'entouraient. Peu de temps après, nos conditions ont rapidement pris une phase très hilarante, semblable à celle des premiers stades, avec beaucoup de rires et de plaisanteries involontaires. Cet état a graduellement diminué après trois heures, jusqu'à ce que nos conditions mentales deviennent parfaitement normales, vers six heures du soir. L'expérience entière a duré environ six heures. Aucun effet néfaste n'a suivi. Il n'y avait pas de maux de tête, ni de troubles de la digestion.

AE VERILL


À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.