Une étude contrôlée de microdosage de LSD révèle des effets modestes
#1
thedrugclassroom.com/trial-of-lsd-microdosing-reveals-modest-effects/


 Intro:

Les psychédéliques comme le LSD et la psilocine sont surtout connus pour leurs effets hallucinogènes, perspicaces et thérapeutiques. Ils modifient considérablement la perception, les émotions, la créativité et plus encore, tout en altérant certains aspects du fonctionnement normal. Une autre façon d'utiliser ces drogues, connue sous le nom de microdosage, a commencé à attirer des utilisateurs dans les années 2010 et il y a maintenant d'innombrables personnes qui attribuent des effets positifs sur l'humeur, l'anxiété et la cognition à cette pratique.

Le microdosage implique l'utilisation de doses sous-hallucinogènes, généralement un dixième à un vingtième de la dose standard. Pour le LSD, cela donne ~10 à 25 μg. Alors que les doses élevées sont rarement prises en raison de la tolérance et de l'intensité de l'expérience, les microdoses sont moins invalidantes, épuisantes et puissantes, de sorte que les gens peuvent prendre de petites quantités tous les 3 à 5 jours. Les rapports anecdotiques ne sont pas toujours positifs, mais suffisamment de personnes ont signalé des avantages pour susciter beaucoup d'intérêt.

Le battage médiatique et l'excitation autour de la microdose ont augmenté beaucoup plus rapidement que la recherche formelle sur le sujet. Les psychédéliques sont étudiés depuis des décennies, mais la recherche s'est concentrée sur les fortes doses, de sorte que nous en savons très peu sur le microdosage. L'absence de recherche à l'insu et contrôlée par placebo a amené certaines personnes à se demander si la microdose est vraiment aussi efficace que le prétendent ses partisans. Comme il s'agit d'un type de consommation de drogues "de fond" ou, tout au plus, d'une alternative aux drogues comme la caféine et la nicotine, il est possible qu'au moins une partie des effets subjectifs proviennent de l'effet placebo. La réaction au placebo pourrait être particulièrement problématique avec ce type de consommation de drogues parce que les gens prennent une substance dont on sait qu'elle a des effets très puissants, ce qui affecte leurs attentes et leur expérience.

Quelques articles sur la microdose ont été publiés au cours des dernières années, mais ils se sont appuyés sur des rapports subjectifs en ligne et dans des contextes d'observation ou ils ont examiné les effets sur des domaines du fonctionnement qui ne concernent pas directement les utilisateurs. Mais une étude publiée plus tôt cette année par des chercheurs de l'Université de Chicago nous a donné un aperçu des effets psychologiques, cognitifs et physiologiques de la microdose dans un environnement contrôlé.

Background:

Seule une poignée d'études sur la microdose ont été publiées, généralement à l'aide d'auto-déclarations des utilisateurs pour déterminer les effets. Une revue de la littérature en 2019 a permis de trouver quatre articles scientifiques dans lesquels les utilisateurs ont fait état d'avantages tels qu'une amélioration de l'humeur, de l'énergie et de la cognition, ainsi qu'une plus grande ouverture d'esprit et une baisse des attitudes négatives (Polito, 2019). Une étude non contrôlée menée auprès de 909 personnes recrutées par le biais des médias sociaux et des sous-reddits a révélé une corrélation entre la microdose et une plus grande ouverture d'esprit, une diminution de l'émotivité négative, une réduction de l'incidence des attitudes dysfonctionnelles et une créativité accrue (Anderson, 2018). Parmi les microdoseurs, 65 % utilisaient du LSD et 28 % de la psilocybine.

L'une des seules études contrôlées a démontré des changements dans la perception du temps, bien qu'il s'agisse là de connaissances peu pertinentes pour les personnes intéressées par la microdose (Yanakieva, 2018).

D'autres recherches ont été menées sur des animaux, où de petites doses de médicaments comme le DMT et la psilocine semblent avoir le potentiel d'améliorer l'humeur et l'anxiété (Cameron, 2019), mais il n'est pas clair si les avantages plus substantiels des expériences à forte dose peuvent être reproduits avec des doses faibles et fréquentes. Et il y a des résultats contradictoires, comme des recherches montrant que les animaux sont plus anxieux à faible dose de DMT (Horsley, 2018).

L'une des possibilités excitantes est que les doses sub-hallucinogènes améliorent l'apprentissage et la souplesse de la pensée, aidant à surmonter les schémas de pensée rigides, mais il est difficile d'étudier cet aspect de la pratique. En 2019, des milliers d'anecdotes soutiennent que la microdose est relativement peu risquée et potentiellement utile, mais nous savons très peu de choses sur ce que feront plusieurs administrations par semaine, étant donné que ce n'est pas ainsi que les psychédéliques ont toujours été utilisés. La prudence est de mise !

Bien que le microdosage soit quelque chose que vous pouvez inclure dans votre vie quotidienne, il ne devrait pas être combiné à la conduite automobile et à d'autres activités qui exigent un haut niveau de fonctionnement pour assurer votre sécurité et celle des autres. Étant donné que nous ne connaissons pas l'ampleur de sa déficience potentielle et que certaines personnes signalent des troubles cognitifs et perceptuels dus soit à une utilisation accidentelle d'une trop grande quantité, soit à une sensibilité personnelle aux effets nuisibles, la conduite ne peut être considérée sûre.Methodes:20 adultes en bonne santé ont participé à quatre séances au cours desquelles ils ont reçu un placebo et différentes doses de LSD (6,5, 13 et 26 μg). Le tartrate de LSD a été dissous dans l'eau et administré par voie sublinguale - il a été maintenu sous la langue sans avaler pendant 60 secondes. L'étude s'est déroulée à l'intérieur d'un même sujet, en double aveugle, ce qui signifie que chaque participant a passé en revue chacune des conditions liées au médicament ou au placebo et que ni lui ni les chercheurs n'ont été informés de ce qui avait été donné à chaque séance.

On leur a dit qu'ils pouvaient recevoir un placebo, un sédatif, un stimulant ou un hallucinogène pendant une séance donnée.

Critères d'inclusion dans l'étude :

Critères de participation (liste partielle) : Aucun trouble de santé mentale de l'année en cours ou de l'année précédente (selon la liste du DSM-V), aucun trouble lié à la consommation d'alcool ou d'une autre drogue au cours de la dernière année, aucun médicament autre que la contraception, au moins un usage psychédélique antérieur (en particulier de MDMA, LSD, psilocybine ou DMT ; examen cas par cas des autres psychédéliques) et ils ne pouvaient avoir eu une réaction adverse à une psychédélique adéquate qui les aurait incités à en consommer une nouvelle.
Restrictions sur l'usage de drogues : La caféine et la nicotine étaient permises avant et après la séance, mais l'usage de drogues n'était pas permis pendant 48 heures avant et 24 heures après chaque séance. Le cannabis ne pouvait pas être consommé pendant les 7 jours précédents et l'alcool n'était pas autorisé pendant 24 heures avant et 12 heures après.
La conformité aux restrictions d'usage de drogue a été confirmée par des analyses d'urine et des tests d'alcoolémie.
Autre : Les participants ne pouvaient pas conduire, faire du vélo ou faire fonctionner des machines pendant 12 heures après une séance.
Nourriture :

Les sujets ont jeûné pendant 12 h avant une séance et ont reçu une barre granola à leur arrivée, puis ils ont déjeuné 240 min après l'administration de la dose.
Horaire et environnement de la séance

Environnement : Salles de laboratoire privées aménagées à la manière d'une salle de séjour et contenant un ordinateur pour les tests. Les sujets se détendaient, lisaient ou regardaient des films entre les tests.
Administration : 9 h 30
Mesures subjectives et cardiovasculaires : 10 h 30, 11 h 30, 13 h, 14 h, 15 h 30 et 16 h 30.
Les tâches de mesure de la cognition et des réponses affectives aux stimuli ont été effectuées à 12 h, heure à laquelle on s'attendait à ce que le pic soit atteint.
Suivi : Ils ont rempli un questionnaire d'humeur 48 h après chaque séance.
Données démographiques
20 adultes (12 femmes, 8 hommes) dont l'âge moyen est de 25 ans. Ils étaient en bonne santé psychologique sur le plan de l'anxiété, de la dépression et du stress, selon les résultats de la DASS.

Drug use History:
[Image: c01ea1fe7510ce76b2236f10c753a1ba.png]

Mesures d'évaluation

Humeur et effets des médicaments


 - Questionnaire sur les effets des médicaments (DEQ) : Cinq questions dans un style d'échelle visuelle analogique (EVA), demandant spécifiquement s'ils ressentent un effet du médicament, comme l'effet, s'ils se sentent hauts, s'ils veulent plus de ce qu'ils reçoivent, ou s'ils n'aiment pas l'effet.

- Addiction Researcher Center Inventory (ARCI) : 49 questions vrai/faux couvrant cinq sous-échelles correspondant à des effets spécifiques de différentes classes de drogues.
 
  • A (semblable à l'amphétamine ; stimulant)
  • BG (semblable à la benzédrine ; efficacité énergétique et intellectuelle)
  • MBG (ressemblant à la morphine-benzédrine ; euphorie)
  • LSD (psychédélique)
  • PCAG (pentobarbital-chlorpromazine-alcool ; sédatif)

    - Profil des états d'âme (POMS) : Comprend 72 adjectifs liés à l'humeur sur une échelle allant de 0 (pas du tout) à 4 (extrêmement). Il est divisé en sous-échelles pour l'anxiété, la dépression, la colère, la vigueur, la fatigue, la confusion, la convivialité et l'exaltation.
  • Une version de l'échelle de dépression POMS a également été donnée 48 heures après chaque séance pour évaluer les effets de l'humeur après la séance.

    - 5 Dimensions des états de conscience modifiés (5D-ASC) : Comprend 94 énoncés destinés à évaluer l'expérience des sensations qui accompagnent généralement les expériences psychédéliques et mystiques. Les relevés couvrent cinq sous-échelles : Oceanic Boundlessness, Dread of Ego Dissolution, Visionary Restructuralization, Acoustic Alterations, and Vigilance Reduction.
    Identification de drogues : Les participants ont deviné quel médicament ils recevaient.

    Effets physiologiques, comportementaux et cognitifs

    - Physiologiques : Fréquence cardiaque (FC), tension artérielle systolique (TAS), tension artérielle diastolique (TAD) et température corporelle.
    -
    Test de mémoire de travail : Dual N-back
  • Il s'agit d'évaluer la capacité d'un sujet à changer sa façon de penser pour s'adapter à un nouveau problème cognitif, un domaine de la cognition appelé l'intelligence fluidique.
  • Ils passent par des essais de plus en plus difficiles au cours desquels on leur montre des formes ou des lettres pendant 3 secondes, puis ils doivent répondre lorsqu'on leur montre le même élément "n" nombre de stimuli à l'avenir, dans ce cas 2.
    -  Cognition : Test de substitution de symbole numérique (DDST)
  • Un outil commun pour tester l'apprentissage associatif. Elle repose sur l'attention, la vitesse de réponse et les capacités visuelles et spatiales.
  • Les sujets reçoivent une clé avec 9 symboles correspondant aux chiffres 1 à 9, puis une série de chiffres accompagnés de blancs pour entrer les symboles appropriés. Le plus rapidement possible, ils doivent faire correspondre le nombre au symbole correct sur une période de 90 secondes.
  • Mesure du résultat : Nombre de symboles corrects.
    - Simulation de l'exclusion sociale : Test de Cyberball
  • Les sujets jouent à un jeu numérique de "catch" avec deux joueurs virtuels sous deux conditions : la phase d'acceptation et la phase de rejet.
  • Acceptation : Ils sont inclus dans le jeu, avec ~60% des tosses dirigés vers eux.
  • Le rejet : Ils sont exclus, avec seulement ~15% des tosses qui leur sont dirigés.
    Après ces phases, ils évaluent leur humeur et donnent une estimation du pourcentage de tosses qu'ils ont reçus.
    - Réponses émotionnelles : Tâche Images émotionnelles
  • Les sujets évaluent les images qui ont une valence positive, négative et neutre.
    - Créativité : Tâche Remote Associates (RAT)
  • Il mesure un domaine de la créativité appelé la pensée convergente et est couramment utilisé pour évaluer le potentiel créatif.
  • Les sujets reçoivent trois mots et ont ensuite 30 secondes pour taper un quatrième mot connexe. Il n'y a qu'une seule réponse "correcte" pour chaque ensemble de mots, par exemple "fille" après avoir vu "fleur", "scout" et "ami".
  • Mesure des résultats : Le nombre d'essais tentés et le nombre de bonnes réponses sur 20.

    Résultats:

    Effets subjectifs:

    DEQ (effets significatifs vs placebo)


  • 6,5 μg : Aucun
  • 13 μg : Des cotes plus élevées de
    "feel drug" à 120 min et 240 min
  • 26 μg : Des cotes plus élevées de
    "médicament au toucher " à 120 min (p<0,001) et 240 min (p<0,01)
    "se sentir défoncé " à 120 (p<0,001) et 180 min (p<0,001)
    "effet de médicament similaire " à 120 min (p<0,001)
    "effet répulsif de la drogue " à 240 min (p<0,05).

    ARCI (effets significatifs vs placebo)

  • 6,5 μg : Aucun
  • 13 μg : Aucun
  • 26 μg : Meilleures cotes d'écoute pour
    Echelle "LSD" à 120 min (p<0,05) et 180 min (p<0,01)
    Aucune dose n'a modifié de façon significative les scores sur les échelles mesurant les effets stimulants, sédatifs, euphoriques, énergisants ou intellectuels de l'efficacité.

    POMS (effets importants vs placebo)

  • 6,5 μg : Aucun
  • 13 μg : Aucun
  • 26 μg : Cote de vigueur plus élevée (p<0,05)
  • Autre:
    Effet de dose significatif sur la "gentillesse", mais il n'a pas atteint un effet significatif au cours du suivi.
    Effet principal de la dose sur l'"anxiété", avec une tendance vers l'augmentation de la dose de 26 μg cette mesure.
    Aucun effet significatif sur : L'exaltation, la dépression, la colère, la fatigue ou la confusion.

    5D-ASC (effets significatifs vs placebo)

  • 6,5 μg : Aucun
  • Augmentations en fonction de la dose :
    - Expérience d'unité avec 13 μg et 26 μg (tous deux p<0,05)
    - État de félicité avec 13 μg (p<0,01) et 26 μg (p<0,05)
    - Impaired Control and Cognition with 26 μg (p<0.05)
    - Modification de la signification des perceptions (p<0,05)
  • Autre
    Tendances vers une augmentation de l'expérience spirituelle, de la perspicacité et de l'imagerie complexe.
  • Aucun changement significatif n'a été apporté : Désincarnation, anxiété, imagerie élémentaire ou synesthésie audiovisuelle.

    Exclusion sociale (test Cyberball)

    Aucun effet significatif.

    Identification de drogue

  • Pendant le traitement par placebo : 14 placebos présumés, 5 sédatifs présumés et 1 cannabinoïde présumé.
  • Avec 6.5 μg : 0 hallucinogène deviné correctement, 9 placebo deviné, 4 stimulant deviné, 4 sédatif deviné, 1 opioïde deviné, et 2 cannabinoïde deviné.
  • Avec 13 μg : 2 hallucinogènes devinés correctement, 9 placebos devinés, 3 stimulants devinés, 4 sédatifs devinés et 1 opioïde deviné.
  • Avec 26 μg : 6 hallucinogènes devinés correctement, 6 stimulants devinés, 2 sédatifs devinés, 3 cannabinoïdes devinés, 1 opioïde deviné, et 2 placebos devinés.

    Suivi à + 48 h

  • 11/20 participants ont rempli les quatre questionnaires de 48 heures. D'après leurs réponses, il n'y a pas eu d'effet significatif sur l'humeur.

    Cognitif

    Dual N-Back : Aucun effet significatif d'aucune dose.
    DSST : Aucun effet significatif de toute dose.

    Effets émotionnels et créatifs

  • Tâche Images émotionnelles
    Le seul effet significatif a été une légère diminution de l'évaluation de la positivité lorsque les images positives ont été montrées à 26 μg.
  • Tâche Remote Associates
    Aucun effet significatif et seulement une faible augmentation non significative du nombre de tentatives d'essais.
    Bien qu'il n'ait eu pratiquement aucun effet détectable sur ces tâches, le LSD n'a en grande partie pas altéré la reconnaissance des émotions ou la créativité.

    Physiologique

  • Tension artérielle systolique
    6,5 μg : Pas de changement significatif
    13 μg : Augmentation de 105,35 mmHg à 111,5 mmHg
    26 μg : Augmentation de 105,35 mmHg à 115,3 mmHg

  • Tension artérielle diastolique
    6,5 et 13 μg : Aucun effet significatif
    26 μg : Augmentation significative
    Aucun effet significatif de toute dose sur la fréquence cardiaque ou la température corporelle.

    Conclusion:

    Les résultats montrent que le microdosage de LSD est associé à des changements démontrables dans le fonctionnement. De petites doses, en particulier 13 et 26 μg, modifient l'expérience subjective des gens d'une manière psychédélique, ce qui est encourageant étant donné qu'il peut s'agir d'un moyen viable d'aider les gens à changer leur vision du monde et leur interaction avec lui. S'il existe un moyen non hallucinogène de produire des effets tels que des sensations d'"unité", cela pourrait être très utile.

    Même à la dose la plus élevée, les participants avaient de la difficulté à deviner quel médicament on leur avait administré. Un nombre égal dit hallucinogène et stimulant, ce qui suggère que de faibles doses ont un effet'activant' vaguement défini. Cette propriété pourrait être particulièrement importante avec le LSD parce que les microdoseurs rapportent souvent qu'il a un effet plus stimulant que la psilocybine et qu'il est connu pour avoir une pharmacologie plus libérale que d'autres substances psychédéliques.

    Compte tenu de la quasi-absence d'effets sur le traitement des émotions, il peut être préférable de ne pas essayer d'apprendre grand-chose du petit effet négatif observé avec 26 μg LSD. Les auteurs ont émis l'hypothèse que cela pourrait être causé par l'augmentation de la connectivité du LSD entre des régions du cerveau qui, normalement, ne sont pas aussi liées pendant certaines tâches, de sorte que le changement pourrait modifier la perception d'une personne de stimuli émotionnellement chargés, pour le meilleur ou pour le pire. Il est à espérer que cette possibilité sera explorée dans les recherches futures, mais pour l'instant, il n'y a pas grand-chose à gagner d'un petit effet mesuré.

    Cette étude n'a pas corroboré l'affirmation populaire selon laquelle la microdose de LSD améliore les performances cognitives. Sur les tests utilisés dans cette recherche, la microdose n'a pas permis d'améliorer les indicateurs de la capacité d'apprentissage et de la mémoire. Bien sûr, davantage de tests devraient être utilisés et davantage de personnes devraient être testées, mais pour l'instant, l'idée qu'il devrait être regroupé avec les "nootropes" n'est pas fortement soutenue ; la microdose peut s'avérer la plus efficace dans différents domaines. Au lieu d'être un café ou un substitut d'Adderall, il pourrait être un outil pour améliorer la santé mentale.

    Il est également important de voir si les personnes qui présentent un état dépressif ou anxieux répondent différemment à la microdose. Les rapports les plus élogieux pourraient provenir de personnes ayant des problèmes de santé mentale. Si c'est le cas, ces effets seraient difficiles à déceler dans une petite étude portant sur des personnes en santé comme celle-ci.


    Références:Anderson, T., Petranker, R., Rosenbaum, D., Weissman, C. R., Dinh-Williams, L.-A., Hui, K., … Farb, N. A. S. (2019). Microdosing psychedelics: personality, mental health, and creativity differences in microdosers. Psychopharmacology236(2), 731–740. https://doi.org/10.1007/s00213-018-5106-2
     
    Bershad, A. K., Schepers, S. T., Bremmer, M. P., Lee, R., & de Wit, H. (2019). Acute Subjective and Behavioral Effects of Microdoses of Lysergic Acid Diethylamide in Healthy Human Volunteers. Biological Psychiatry86(10), 792–800. https://doi.org/10.1016/j.biopsych.2019.05.019
     
    Cameron, L. P., Benson, C. J., DeFelice, B. C., Fiehn, O., & Olson, D. E. (2019). Chronic, Intermittent Microdoses of the Psychedelic N , N -Dimethyltryptamine (DMT) Produce Positive Effects on Mood and Anxiety in Rodents. ACS Chemical Neuroscience10(7), 3261–3270. https://doi.org/10.1021/acschemneuro.8b00692
     
    Horsley, R. R., Páleníček, T., Kolin, J., & Valeš, K. (2018). Psilocin and ketamine microdosing. Behavioural Pharmacology29(6), 1. https://doi.org/10.1097/FBP.0000000000000394
    Johnstad, P. G. (2018). Powerful substances in tiny amounts. Nordic Studies on Alcohol and Drugs35(1), 39–51. https://doi.org/10.1177/1455072517753339
     
    Polito, V., & Stevenson, R. J. (2019). A systematic study of microdosing psychedelics. PLOS ONE14(2), e0211023. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0211023
     
    Prochazkova, L., Lippelt, D. P., Colzato, L. S., Kuchar, M., Sjoerds, Z., & Hommel, B. (2018). Exploring the effect of microdosing psychedelics on creativity in an open-label natural setting. Psychopharmacology235(12), 3401–3413. https://doi.org/10.1007/s00213-018-5049-7
     
    Yanakieva, S., Polychroni, N., Family, N., Williams, L. T. J., Luke, D. P., & Terhune, D. B. (2019). The effects of microdose LSD on time perception: a randomised, double-blind, placebo-controlled trial. Psychopharmacology236(4), 1159–1170. https://doi.org/10.1007/s00213-018-5119-x


    Traduit depuis:
    https://thedrugclassroom.com/trial-of-ls...t-effects/

    (merci Deepl)
The following 2 users Like Cookies's post:
  • Biquette, Indica
  Répondre
#2
Si vous trouvez des aberration de traductions, faites signe ^^ je l'ai traduit avec deepl après l'avoir lu en anglais, donc j'ai j'ai vaguement survolé la traduction et corrigé 2-3 trucs. Cette étude est super interessante, dommage qu'elle n'ai durée que sur 4 prises, certains effets auraient pu (ou non évoluer) et ainsi confirmer/ infirmer certaines theories.
  Répondre
#3
Un post de qualité, cimer !

La population test est très restreinte en effet, vivement que les études portent sur des échantillons + variés voir présentant des pathologies, qu'on en sache un peu davantage sur le potentiel thérapeutique plutôt que les effets sur des sujets sains.
Nouveau ? Viens vite lire les règles => http://www.psychonaut.fr/announcement-4.html
 
"Vous étiez l'évidence
Vous n'êtes plus que l'énigme
Vous étiez l'éternité
Vous n'êtes que dépassé"
  Répondre
#4
Ouais clairement ! mais c'est aussi important de tester sur des sujets sains en premier. Mais ouais j'ai hate de voir avec plusieurs groupes types, un échantillon beaaauuucoup plus grand et une durée de 3 mois
  Répondre
#5
Super post
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit Smile 
https://www.stopennui.net

Mes Trips les plus marquants :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
LSD + Kétamine : https://www.psychonaut.fr/thread-32051.html

  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Microdosage Champignon libac 9 856 04/04/2019 01:59
Dernier message: Poker Danger
  Microdosage pour la dépression ? metabolisma_absorba 19 989 25/11/2018 03:27
Dernier message: metabolisma_absorba
  Le Microdosage, ça apporte quoi ? Budshrooms 1 540 02/05/2018 15:30
Dernier message: R2d2
  Microdosage et accoutumance Milgram 13 1,483 25/01/2018 19:52
Dernier message: Trickster
  Journal de microdosage Ubik012 0 1,423 08/04/2016 07:07
Dernier message: Ubik012

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)