[Sujet de la semaine] Initiation et responsabilité
#1
Salut la troupe,

Cette semaine, une question éthique s'imposant à la plupart des consommateurs tôt ou tard : Quelle part de responsabilité personnelle lorsqu'on fait découvrir une drogue à quelqu'un d'autre ? Et plus largement, quelle responsabilité lorsqu'on partage sa drogue ?
Cette question n'est évidemment pas la même suivant le produit dont on parle : un trip psychédélique a toujours une dimension hasardeuse pouvant amener de grands bénéfices comme des traumatismes, et un produit favorisant la compulsion comme la cocaïne peut faire glisser dans une spirale addictive dont il peut être difficile de se sortir.

Doit-on se sentir responsable du déroulement de l'expérience, ou au contraire considérer que chacun est censé savoir se gérer ? Vous vous permettez de faire tourner vos prods sans trop réfléchir, ou vous avez des critères stricts sur le choix de vos camarades de défonce ?

J'ai commencé à rédiger un pavé pour répondre moi-même à la question, mais en fait jvais vous laisser répondre d'abord Big Grin à vos claviers !
Nouveau ? Viens vite lire les règles => http://www.psychonaut.fr/announcement-4.html
 
"Vous étiez l'évidence
Vous n'êtes plus que l'énigme
Vous étiez l'éternité
Vous n'êtes que dépassé"
Répondre
#2
D'un côté j'adore faire découvrir mon monde et j'avoue que je fantasme souvent sur la possibilité de percher telle ou telle personne (quel que soit le produit) juste pour pouvoir dire : "alors... tu vois !". Même pour les trucs les plus crades genre benzo, je vois un potentiel récréatif et ça me démange de partager la récréation. Je trouve horriblement frustrant de renoncer à percher qqun pour des raisons de RDR.
De l'autre côté, je connais bien les risques et j'ai tendance à inonder mes cobayes de détails sur ce qui pourrait mal tourner. Par principe.

Du coup ça donne quelque-chose comme "tu fais ce que tu veux hein, mais bon c'est grave cool, mais je veux pas te forcer, mais en plus ça fait tel tel et tel effet, mais attention y'a tel risque, bref fais comme tu veux - mais si tu prodais je serais très content".

Je me sentirais super mal si quelqu'un glissait dans une consommation à risque à cause de moi. Je crois à l'auto-détermination mais je me remettrais quand même en question. 

En ce qui concerne les psychés, j'ai déjà perché plusieurs fois des débutants et en tête-à-tête c'est un vrai plaisir de leur ouvrir ce monde ; en groupe c'est un peu plus délicat pour moi. J'ai tendance à me comporter en maman-poule qui vérifie sans cesse que toute la couvée va bien et c'est encore plus exacerbé si j'ai moi-même prodé ; ce qui a tendance à gâcher mon trip, car je passe plus de temps à m'inquiéter pour les autres qu'à me concentrer sur moi.
méditation                                                             

« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »

  • snap2
Répondre
#3
Question complexe, tout dépend de la personne, ses motivations, nos motivations, le produit, le contexte...
Ca me rappelle un souvenir de lycée, j'avais donné quelques mg de Lexomil a un ami, il était revenu me voir très énervé car le lexomila était descendu et qu'il en voulait plus . J'étais marqué par cette réaction, ça m'avais fait assez peur pour lui et depuis j'évite vraiment de partager des benzos ou des opiacés à des usagers qui n'en consomment pas déjà régulièrement .

Toujours au lycée, des amis avaient fait pression pour moi dans le but que je leur donne une grosse dose de LSA, j'étais contre car ce n'est vraiment pas "friendly" comme trip; j'ai passé la nuit à m'en vouloir et essayer de calmer leur bad monumental . Le lendemain, un des deux n'était clairement pas bien, j'avais peur qu'il reste traumatisé, je m'en suis pas mal voulu .

Depuis lors, je ne partage mes prod et mes plans qu'avec des gens qui ont un minimum d'expérience . Quand j'ai des RC psychédéliques comme du 4 ho met ou du 2CE, mes potes amateurs de champignons sont très content de tenter une xp plus exotique et savant toujours plus ou moins d'eux même gérer le bordel psychédélique .

En résumer, je préfère partager avec des gens qui consomment déjà, on ne sait jamais à quel point Pierre Paul ou Jacques saura gérer telle substance potentiellement addictive ou perturbante psychologiquement .
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
Répondre
#4
Pour éviter tout souci d'apologie, je ne donne qu'à des consommateurs qui de 1) ont de l'expérience avec des drogues de la même catégorie et de 2) n'ont pas de tendance addictive trop élevée.
Sinon le reste oui ça se fait au feeling, au final tant que ça reste des petites quantités, que je le donne (pas de vente) et que la personne sait ce qu'elle compte en faire et qu'elle me l'explique il y a pas de souci. L'idéal c'est quand-même si je peux moi-même surveiller la conso de l'autre.
Je suppose qu'à partir de ce moment là j'ai fait ma part du taf, et que si il y a abus ou conneries ça relève de la responsabilité de l'autre personne. Faut pas tout prendre sur soi et au bout d'un moment si la personne prend un dosage plus haut que prévu, m'avait caché un facteur pouvant influencer le trip négativement ou qu'il décide volontairement de se détruire avec ce que je lui donne, je pars du principe que c'est sa responsabilité d'assumer ce qu'il a fait et ma responsabilité de ne pas lui en redonner.
Say No And Protest
Mes trips-reports:
[HBWR] Walker, et sa version en rap ici!
Nuit Blanche Suisse, RDR forever!
Répondre
#5
Légalement, la responsabilité est lourde, partager c'est considéré comme de la vente.

En ce qui concerne le côté moral et éthique du partage, c'est vraiment une question de cas par cas. Dans un premier lieu, partager a un non initié ou a un expérimenté sont deux choses totalement différente.

J'aurai bien pondu un pavé, mais je dois faire court.

Personnellement, pour moi le partage d'une première fois a un non initié aux drogues s'accompagne d'une lourde responsabilité, autant dans le déroulement des choses que dans le fait de lui créer un accès a un monde qu'il n'aurait pas forcément connu a ce moment T.
Pour moi, cette initiation si elle a lieu, doit se faire de façon la plus RdR possible, sans négliger d'aspect sous prétexte que chez sois même ça passe, alors ça passera chez l'autre.
Répondre


Topics apparemment similaires...
Lightbulb [Sujet de la Semaine] Consommer de la MDMA ailleurs qu'en contexte festif ? Tridimensionnel 11 185 18/02/2020 23:08
Dernier message: PsychoDiego
Lightbulb [Sujet de la semaine] Votre orientation spirituelle ? Biquette 7 255 05/01/2020 17:30
Dernier message: Cookies
Lightbulb [Sujet de la semaine] Sortir en soirée sans consommer ? Biquette 8 261 05/01/2020 17:13
Dernier message: Tridimensionnel
Lightbulb [Sujet de la Semaine] Les S&S des dissociatifs Tridimensionnel 3 155 02/12/2019 11:34
Dernier message: Indica
Lightbulb [Sujet de la semaine] Vos histoires horrifiques de DROGUE Tridimensionnel 4 271 05/11/2019 02:47
Dernier message: Aiskhynê
Lightbulb [Sujet de la semaine] L'influence des saisons sur la consommation Tridimensionnel 3 231 24/09/2019 11:43
Dernier message: Indica
Lightbulb [Sujet de la semaine] Triper en ville Tridimensionnel 11 862 18/09/2019 04:00
Dernier message: pilonmax
Lightbulb [Sujet de la semaine] Comprenez-vous pouic à ce que vous prenez ? Tridimensionnel 27 890 08/09/2019 22:46
Dernier message: Tridimensionnel
Lightbulb [Sujet de la semaine] Combo : mélanger psychés et autres drogues Tridimensionnel 11 657 24/08/2019 14:36
Dernier message: Aiskhynê
  Index des Sujets de la Semaine Tridimensionnel 0 639 10/06/2019 01:47
Dernier message: Tridimensionnel



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

à propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'autosupport francophone dédiée à l'information et à la réduction des risques sur l'usage des substances psychoactives.

              Quick Links

              User Links