S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


Poésie

Dreamea a écrit :
Attention j'ai cru comprendre que l'avarice était un des sept péchés capitaux, c'est très sérieux tu risque de te frotter à de drôles de fraises en cultivant des mœurs pareilles.


[Maitre Capello prend possession de mon esprit]

Et moi , dans un soucis de compréhension , je sais que "l'avarice" et que "l'avarie" découlent de deux définitions distinctement différentes.

[Maitre Capello sort de mon esprit]
En mai fais ce qu'il te plait mais coucouche panier la nuit tombée.
Diego'n'co a écrit :
A force de prendre mon rôle de modo au sereieux
Je deviens con ; con comme un vieux


Instaban.

vive l'auto-sarcasme ^^
IMMANENTE TRANSCENDANCE



Ciels bleus et océans azurs,
Étonnant reflet ou étrange perception apparente,
Métamorphose de deux matières transparentes
Selon l'humeur du temps changeant,
Troublant sentiment variant.

Écumes et nuages blancs miroitant au Soleil,
Myriade de scintillements éblouissant les sens en éveil.
Passions, désirs et imagination,
Impressions visuelles et plaisirs sensoriels.
Narcisse s'émerveille à la surface du moi,
De merveilleuses rêveries,
Croyances idéales à l'horizon d'une mer étal.

Embarqué dans l'existence absurde de la quête de son reflet,
Inévitable noyade dans l'auto-satisfaction d'une aliénante et superficielle destinée.
Souvenirs à demi endormi dans les remous infinis d'un sillage bouillonnant,
Temps et contre-temps s'écoulent au rythme des montées et descentes du cœur.

Miroir vertigineux d'une blanche trainée d'eau condensée,
Icare dans l'aéroplane d'un vertige dionysiaque.
Parcourant l'Azur à la recherche d'un espoir perdu,
Trace éphémère d'un éternel et insaisissable devenir rayonnant.

Extatique ascension portée par de puissant vents,
Icare locataire des cieux en vue de courants porteurs de plus de joie.
Lointains astres brillants et profonds, comme hors du temps,
Fondent les illusions au fil des âges.
Impulsive fusée expédiant dans l'espace éthéré,
Effleurant la voute céleste mais à court de carburant,
Survint l'inévitable chute abyssale.

Ego goûte la vie.

Naufragé d'un sous marin immergé en eaux glacées et troubles,
L'obscurité mystique illumine ses méandres.
Brouille des instincts et tendances qui s'embrouillent,
Icare et Narcisse se retrouvent, mythiques égaux du double.

Lumineux animaux éclairant l'abîme des êtres brillants,
A la surface se mêle grandeur et profondeur,
Des reflets des passions et désirs guidant notre vivant,
Dont l'essence s'emmêle les sens d'une raison toujours en quête de sens.










https://www.youtube.com/watch?v=Cb_LyiuC-FE
Le Plus Appelle Le Plus
Ok je tape sur un oreiller en velours et j'arrête de faire ma gamine, soit disant.
 
Bracage Vocal:path
 
edit: Partie 3:
 
III
Je ne suis pas fait, pour être né.
Je ne suis pas fait, pour résister.
Tel un reptile, je m'acclimate.
Je viens de la batterie, plus de primate.
Je suis là pour vous ducker sur tout les plans.
Pas d'esprit de clan, conscience de ruche ! Voyages de cages !
Allez,
chaque réveil jusqu'au couché,
c'est le rush.
Un rêve lucide, une période de néant,
mon sommeil est tellement vide,
laisse le entier, ça va te calmer.
Je goûte mes drogues, et fait gicler des francs-maçons, xénophobes.
Je détruit la méca, folle comme une scientologue sous sati.
Me cherche pas en catalogue,
ou j'fait cramer la catalogne et l'arabie.
Pascal Brutal et l'eau de cologne
J'irais jamais chez Hugo Boss,
et pourtant ha et pourtant…
Donc pas d'néo boloss d'émoji.
Je suis un sale gosse,
je suis intouchable,
j'peux que charmer..
Beaucoup de Karma
pour m'faire acheter,
au temple des matières premières.
Je sais même pas qui sait vraiment donc non pas du tout je me prend pour moi-même, une personnalité conflictuelle c'est déjà trop, mais toi on te dis rien, pas de menace de ban etc..:.)

Mais j'hésite avec la partie 3, t'en dis quoooiii ?

Et 3 h plus tard : Edith : Ouais c'est ptet plus une partie 3, t'as raison para, la sagesse te pousse surement comme des cornes de pureté sur l'espriIt.. nati ei difo aussi ?! T'as rien capté ? Ba c'est chaud désolé d'avoir réussit où beaucoup ont échoué, parce que j'attend que ça d'échouer, plutôt qu'un coulé caché payé
7WW
..|..|
MML
|...|.
MMO
|..|…
 
[Image: france-cedricvillani-paris.jpg]
Pourquoi l'anglais ? Tu es d'origine anglophone ? Tu aimes juste comment cette langue sonne ? As-tu des écrits en français aussi ?
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
j'ai trouvé ça sur Reddit, ça m'a un peu touché :

It feels like....

It feels like you are being seduced into bliss
It feels so warm and comfortable in bed
It feels like it lasts into the next day
It feels like floating into heaven as you nod off In front of a movie
It feels apart of you and you apart of it
It feels normal
It feels sick
It feels normal
It feels sick
It feels....

Merci Oli0scar
Sex drugs and rock'n'roll  Papouilles, DXM et Black Metal

Venez on s'entraide entre gens qui s'ennuient, c'est gratuit
https://www.stopennui.net
 
Amis poètes de l'aube, bonjoir.


UTOPIE MIGRATOIRE

Laissons passer les sans papiers
Là où les guerres les ont jetés.
Prenons le temps, de temps en temps
D'ouvrir nos cœurs aux gens errants.
Laissons aller les sans papiers
Dans nos campagnes et nos citées.
La peur au ventre, le ventre vide,
Puissent-ils glaner un grain de vie
Pour qu'à leur tour, le jour venu
Nous aiment autant qu'on les exclut.
En mai fais ce qu'il te plait mais coucouche panier la nuit tombée.
Petit haïku :
 La pluie est tombée
 Sur le toit de ma maison
 Les herbes ont verdi

Et un petit quatrain du soir :
  Dans une heure quand s'éteindra la ville
  Nous irons par les ruelles tranquilles
  Chercher minuit passé et les soleils
  Cachés dans la belle ville en sommeil
Je pense aux sans abris
Malheureux, mal nourris
A ces âmes torturées
Par ce monde vérolé
Depuis si longtemps;
Vivant confinement
Sans broncher,
Ni pleurer.
Fier et honteux,
Je pense à moi
Je pense à eux.
En mai fais ce qu'il te plait mais coucouche panier la nuit tombée.
Comboésie variétoche franchaosphone:

"Ne me quitte pas avec le temps"

Ne me quitte pas
Avec le temps,va,
Tout s'en va.
Il faut oublier,
On oublie le visage
Qui s'enfuit déjà
Et l'on oublie la voix
Des malentendus.
C'est pas la peine
De chercher plus loin
Le temps perdu
Faut laisser faire
Et c'est très bien.
Ne me quitte pas;
Avec le temps,va,
tout s'en va.
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
L'autre qu'on adorait
A coup de pourquoi
L'autre qu'on cherchait
Au détour d'un regard
comme des perles de pluie
Quand s'en vient le soir..
Alors oui;
avec le temps
tout s'évanouit....
Ne me quitte pas, Avec le temps, va, tout s'en va
Je ne vais plus parler, je ne vais plus pleurer
On oublie les passions et l'on oublie les voix
Je me cacherai là, à te regarder et à t'écouter
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard.
Laisse moi devenir l'ombre de ta main
glacée dans un lit de hasard,
l'ombre de ton chien
tout seul oui mais peinard,
l'ombre de ton ombre
flouée par les années perdues....
Alors vraiment;
avec le temps,
Ne me quitte plus...
                            Léo Brel.
En mai fais ce qu'il te plait mais coucouche panier la nuit tombée.
Quand je pense à Fernande
Sous les sunlights des tropiques,
Je bande, je bande.
Sous les sunlights des tropiques,
Je bande, je bande.

 George Montagné
Cogito ergo d'seigle

En mai fais ce qu'il te plait mais coucouche panier la nuit tombée.
Salut l'équipe, je partage un poème que je viens d'écrire sous le coup du blues du confinement, inspiré par Londres, qui est un peu devenue ma maison et qui me manque beaucoup depuis j'y suis plus ;( C'est en anglais donc c'est pas trop adapté à ce forum, mais ça parle de voir le soleil se lever après avoir passé une nuit à danser et à proder donc je pense que ça y trouvera sa place.

I was there and I saw it
Chemical sunrises in Tottenham Hale
Morning walk in the marshes or on the canal
Waiting for Sainsbury's to open in the blistering cold
Get some cans and small skins
Don't frighten the cashier
Get my baggie out
'Oh can you pass me your keys I lost mine in the club, cheers'
Walk around smoking cigs
Enjoying the sun on our skins, the cold going away.
The party's gone in a flash, high eight hours of ecstasy with a hundred humans
We were one
All crammed up in a sweaty club
And the music, the heat, the beat

I was there.

I felt the kicks
Saw the strobes
Smelt the spliffs being lit.

Kissed that girl

I heard the sun rising.

I was there.
In that corner of time and space.
And no words can really describe it

London 2020

Traduction:

J'étais là, j'ai vu
Les levers de soleil chimiques à Tottenham Hale
Marcher le matin dans les marais, ou au bord du canal
Attendre que Sainsbury's ouvre dans le froid cinglant.
Choper des canettes et des petites feuilles
Pas faire peur à la caissière
Sortir mon pochon
'Tu peux me passer tes clés, j'ai perdu les miennes dans la boite, cimer'
Se balader en fumant des clopes
Profiter du soleil sur nos peaux, le froid qui s'en va.
La fête est partie en un flash, hautes huit heures d'extase avec cent humains
Nous étions Un
Tout serrés dans une boite suante
Et la musique, la chaleur, la pulsation

J'étais là.

J'ai senti les kicks
Vu les strobes
Senti les spliffs allumés

Embrassé cette fille.

J'étais là.
Dans ce recoin du temps et de l'espace.
Et aucun mot ne peut vraiment le décrire.

Londres 2020

Musiques qui m'ont inspirées (deux chef d'oeuvre de house et de dubstep à mon humble avis):

https://www.youtube.com/watch?v=zpV7radKuwo
-eh oui c'est ça la 'vrai' dubstep ou Dubstep UK pour la différencier de son petit frère plus énervé, le brostep (genre skrillex, excision). Si vous aimez le délire écoutez le boiler room de Mala, c'est un tueur.

https://www.youtube.com/watch?v=wrB9OvMH2ps
Mall grab, trop fort, ses sons expriment parfaitement le mood des afters je trouve, perché, un peu mélancolique, rêveur.
"Le coffre de la voiture ressemblait à un labo ambulant de la brigade des stupéfiants : nous avions deux sacoches d'herbe, soixante-quinze pastilles de mescaline, cinq feuilles d'acide-buvard carabiné, une demi-salière de cocaïne, et une galaxie complète et multicolore de remontants, tranquillisants, hurlants, désopilants ... sans oublier un litre de tequila, un litre de rhum, un carton de Budweiser, un demi-litre d'éther pur et deux douzaines d'ampoules de nitrite d'amyle."

                                                                                                                                                                                                          - Hunter S. Thomson,  Las Vegas Parano

Soundcloud: https://soundcloud.com/user-572537051
Jolie ! ça a vraiment un truc à part la poésie anglophone.
Cogito ergo d'seigle
Yes! .. et à la frenchy ça s'cale bien aussi Wink
En mai fais ce qu'il te plait mais coucouche panier la nuit tombée.
Eheh merci, effectivement je trouve que la poésie en anglais ça a un truc en plus. Peut être par ce que c'est pas ma langue natale et qu'elle me semble plus mystérieuse. J'ai l'impression que je tombe moins dans des lieux communs et des formulations un peu cliché quand j'écris en anglais. Peut être par ce que j'ai moins lu de poésie en anglais.

En espagnol c'est bien aussi:

Tengo hambre de tu boca, de tu voz, de tu pelo

Tengo hambre de tu boca, de tu voz, de tu pelo
y por las calles voy sin nutrirme, callado,
no me sostiene el pan, el alba me desquicia,
busco el sonido líquido de tus pies en el día.

Estoy hambriento de tu risa resbalada,
de tus manos color de furioso granero,
tengo hambre de la pálida piedra de tus uñas,
quiero comer tu piel como una intacta almendra.

Quiero comer el rayo quemado en tu hermosura,
la nariz soberana del arrogante rostro,
quiero comer la sombra fugaz de tus pestañas

y hambriento vengo y voy olfateando el crepúsculo
buscándote, buscando tu corazón caliente
como un puma en la soledad de Quitatrúe.

Pablo Neruda
"Le coffre de la voiture ressemblait à un labo ambulant de la brigade des stupéfiants : nous avions deux sacoches d'herbe, soixante-quinze pastilles de mescaline, cinq feuilles d'acide-buvard carabiné, une demi-salière de cocaïne, et une galaxie complète et multicolore de remontants, tranquillisants, hurlants, désopilants ... sans oublier un litre de tequila, un litre de rhum, un carton de Budweiser, un demi-litre d'éther pur et deux douzaines d'ampoules de nitrite d'amyle."

                                                                                                                                                                                                          - Hunter S. Thomson,  Las Vegas Parano

Soundcloud: https://soundcloud.com/user-572537051
claro que si Smile


Todo discurso es circunferencia
del discurso, que siempre es referencia
a la lengua que ese discurso es.
De manera que toda referencia
al discurso será circunferencia
del discurso en que esa lengua es.

Jaime Siles.
En mai fais ce qu'il te plait mais coucouche panier la nuit tombée.


Topics apparemment similaires...
  Poéme sur la poésie du poéte qui a fait pouét. Ouroboros 2 2,150 11/07/2014 03:18
Dernier message: tebar
  [Poésie] Tristes psychotropiques TristesPsycho 17 3,247 23/02/2014 23:42
Dernier message: TristesPsycho
  petite poésie sur la Kétamine BinBee 1 2,083 18/12/2010 19:53
Dernier message: 5tr4t0



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.