S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


[MDMA - 125mg] Rite de passage : point de vue familial sur l'utilisation de la MDMA

#1
Hello ! Je ne suis pas l'auteur de ce texte, qui a été publié pour la première fois dans le bulletin d'information de la "Multidisciplinary Association for Psychedelic Studies" (MAPS) - Volume 7, Numéro 1, Hiver 1996-97 - pp. 40-45.
Le texte original est disponible ici : https://maps.org/news-letters/v07n1/07140fam.html ; il est librement traduit à l'aide de DeepL. Dans le sommaire (https://maps.org/news-letters/v07n1/) on peut trouver d'autres discussions à ce sujet.
Ce n'est pas uniquement un trip report. Ayant été écrit 10 ans après l'expérience, il offre également une vraie rétrospective sur les événements précédents et suivant le voyage. Il contient également les points de vue des deux parents de la personne droguée, qui lui ont servi de sitter. C'est enfin une réflexion sur la place des psychédéliques dans les processus initiatiques et dans la société.
Tout débat sera bienvenu.
  • Substance(s) : MDMA
  • Dosage(s) : 125 mg
  • Set (état d’esprit) : la  personne, une fille de 16 ans, souhaite résoudre des problématiques de type initiatique.
  • Setting (environnement) : elle est accompagnée de ses deux parents, psychonautes chevronnés, dans un environnement naturel agréable et chargé d'affects positifs.

[Image: cvr_v7n1.jpg]







L'histoire du père

Au milieu des années 80, ma fille Eve nous a demandé, à sa mère Sarah et à moi, si elle pouvait recevoir une dose thérapeutique de MDMA. À l'époque, elle avait 16 ans et la drogue était encore légale. Eve a pensé que cela pourrait l'aider à résoudre une crainte persistante et croissante que ses parents meurent soudainement et la laissent orpheline. Il me semblait alors que cette crainte était la manifestation d'une autre chose qui trouble beaucoup d'adolescents de son âge : la conscience que son enfance touche à sa fin. Ce qui effrayait vraiment Eve, c'était de savoir qu'elle allait bientôt quitter la maison de ses parents et relever le défi de vivre la vie d'un individu libre "dehors", dans le grand monde. Du point de vue d'une enfant unique choyée, cela a dû lui sembler intimidant. Par "choyé", je ne veux pas dire gâté ; je veux dire qu'Eve a été élevée dans un environnement où l'amour, le respect mutuel et l'équité étaient démontrés. Elle commençait à réaliser qu'elle ne pouvait pas s'attendre à être aussi bien traitée par la société en général.


Quand Eve nous a demandé si nous pensions que cela pourrait l'aider à prendre de la MDMA, je n'ai pas immédiatement répondu "oui". J'avais pris des psychédéliques à de nombreuses reprises depuis ma première expérience à la fin des années 60, lorsque, à l'âge de 19 ans, j'ai ingéré une très forte dose de LSD. Pour moi, cela avait été un événement qui avait changé ma vie et qui m'a finalement conduit à faire des études supérieures dans l'une des principales écoles de théologie des États-Unis.

Je savais également que les substances psychédéliques sont sans danger pour la plupart des gens si l'on veille à en respecter le dosage, le réglage et la posologie. Ma propre consommation de psychédéliques ne m'avait pas fait craquer pour d'autres drogues que je considère beaucoup plus dangereuses, comme l'héroïne et la cocaïne, ou même celles que je considère plus bénignes, comme la marijuana. Mais je voulais passer en revue la littérature actuelle sur les effets nocifs présumés de la MDMA avant de donner à ma fille la permission d'en prendre. Après plusieurs jours, j'ai accepté, tout comme sa mère. Ce qui a fait pencher la balance, c'est notre conviction personnelle que les enseignements à tirer d'une séance de MDMA conduite de manière responsable l'emportaient de loin sur tout risque éventuel de dommage durable.

Le cadre que nous avons choisi était une île des Grands Lacs où Eve, Sarah et moi avions souvent campé pendant nos vacances. Nous avons planté notre tente près de la rive d'une baie isolée qui faisait face au coucher du soleil. La saison était l'été. Ce qui s'est passé ensuite est décrit dans les paragraphes suivants, vaguement adaptés d'une lettre que j'ai écrite quelques semaines plus tard à un de mes amis. La dose prise par Eve était d'environ 125 mg - ce qui est normal pour Sarah et moi, mais un peu fort, il s'est avéré, pour une personne de la taille d'Eve qui n'avait jamais fait l'expérience d'une substance psychédélique auparavant. Le résultat a été que l'expérience d'Eve m'a semblé, en tant qu'observateur extérieur, d'une intensité presque égale à celle d'un véritable voyage psychédélique. Mais aucun mal n'a été fait. Au contraire, Eve a pu résoudre beaucoup de problèmes qui la tourmentaient, en particulier la peur que ceux qu'elle aimait ne meurent soudainement et ne soient perdus pour elle. Elle a réalisé que ceux qu'elle aime deviennent une véritable partie d'elle-même. C'était évidemment une chose libératrice à réaliser pour elle.

Quand elle l'a pris, nous étions assis à une table de pique-nique sous des bouleaux et des sapins. C'était environ une heure avant le coucher du soleil. Le ciel était en partie nuageux, mais surtout bleu et clair. Puis, avant qu'elle ne ressente les effets, nous sommes allés à la plage et Sarah a allumé un feu. Eve s'est assise sur un énorme morceau de bois flotté près du feu, face à l'horizon ouest du lac. Cette zone est intacte et isolée - pas de pollution ni de distractions, seulement des mouettes pour la compagnie la plupart du temps.

Attention ! Attention !

Soudain, Eve a commencé à regarder fixement le feu et a dit : "Je me sens vraiment, vraiment étrange." Nous lui avons demandé si elle se sentait mal. "Non", dit-elle avec insistance, "juste étrange". Je lui ai alors suggéré de faire une longue promenade sur la plage, ce que j'avais trouvé très agréable lorsque j'avais pris de la MDMA quelques mois plus tôt en campant dans le même secteur. Mais Eve a préféré rester sur place. Environ 20 minutes plus tard, lorsqu'elle a essayé de se lever et de marcher un peu, elle a constaté que son corps ne voulait tout simplement pas coopérer. Ses jambes étaient en caoutchouc. Quand nous sommes finalement allés nous promener une heure plus tard, elle a dû s'appuyer sur moi pour rester debout.

Tout au long de ces expériences, Eve a exprimé un flot constant de révélations, toutes positives. Parmi elles : "Le monde est incroyablement beau. Il est tout le temps comme ça, mais nous ne le voyons pas et ne l'apprécions pas". "La vieille Eve ne me laisserait pas perdre le contrôle comme ça. Mais tout ce que je faisais, c'était m'empêcher de vivre ma vie." "La mort fait partie de la vie. Elle ne devrait pas être quelque chose dont on s'inquiète tout le temps. Ce qui compte vraiment, c'est d'apprécier le fait d'être en vie." Et une citation, parmi ses préférées, du roman d'Aldous Huxley, L'île : "Attention ! Attention !"

J'ai été quelque peu surpris qu'Eve ne contemple pas et ne s'émerveille pas du coucher de soleil autant que je l'avais fait lors de ma séance de MDMA quelques mois plus tôt, ou même autant qu'elle le fait normalement dans son état de conscience ordinaire. Cependant, la tombée de la nuit a apporté un ciel incroyablement clair et étoilé, et elle a adoré cela. Je me souviendrai toujours de l'amour et de la proximité que j'ai ressentis en me tenant à ses côtés sur la plage, dans l'obscurité, à quelques centaines de mètres du feu, et en regardant ensemble. "Wow", a dit Eve d'une voix chuchotée, "les étoiles pleuvent sur moi." Ce qui les a fait pleuvoir sur moi aussi. En se remémorant l'expérience des jours suivants, Eve a dit qu'elle avait été très constructive pour elle et pas du tout négative. Elle a surmonté quelques compulsions (par exemple, un refus obstiné de boire dans le même verre ou la même bouteille que quelqu'un d'autre), a acquis une attitude plus saine vis-à-vis de la mort et, en général, a fait un grand pas vers l'indépendance et l'illumination. Comme vous pouvez probablement l'imaginer, j'ai été forcé par tout cela de devenir plus indépendant et plus éclairé moi-même, en me libérant de mon rôle de père conditionné et conservateur et en agissant sur des convictions que je n'ai acquises qu'après avoir quitté la maison de mon enfance.

Eve rapportera sans doute que je suis resté un père conservateur, par exemple en appliquant un couvre-feu assez strict et en la mettant en garde contre la liste habituelle de mauvaises influences. Je n'ai pas eu à m'inquiéter ; elle s'est très bien comportée, évitant des tentations telles que la consommation excessive d'alcool et de drogues à l'école. Apparemment, le fait qu'elle puisse discuter ouvertement de ces choses à la maison l'a rendue mieux informée pour prendre des décisions responsables, et l'une des décisions qu'elle a prises a été de ne pas se défoncer. À la fin de ses études secondaires, elle était prête à entrer dans le monde et à l'explorer avec une confiance en soi croissante. Sarah et moi lui avons offert un atelier d'une semaine avec Stan et Christina Grof à Esalen, qui lui a permis de faire son premier vol de fond en solitaire. Depuis lors, ses voyages l'ont conduite jusqu'à Delphes en Grèce, à des îles volcaniques au large de la côte sud de l'Italie et à la maison d'Albert Hofmann en Suisse. Et récemment, elle a épousé un jeune homme qui semble très bien correspondre au courage, à la créativité et au caractère exceptionnels d'Eve. J'aime à penser qu'elle se reconnaîtrait dans le passage suivant d'une conférence donnée par e.e. cummings à Harvard :

"Comme j'ai eu la chance miraculeuse d'avoir un vrai père et une vraie mère, et un foyer que la vérité de leur amour rendait joyeux, en tendant la main vers l'extérieur de cet amour et de cette joie, j'ai eu la chance merveilleuse de toucher et de saisir un monde en pleine ascension et en plein effort ; un monde téméraire, rempli de la curiosité de la vie elle-même ; un monde vivant et violent accueillant tous les défis ; un monde qui vaut la peine de haïr et d'adorer, de se battre et de pardonner : en bref, un monde qui était un monde. Ce monde intérieurement immortel de mon adolescence revient à ses racines chaque fois que, de nos jours, je vois des gens qui ont été dotés de jambes rampant sur leur menton, après avoir cité la sécurité. Sécurité ? Je m'interroge : "Qu'est-ce que c'est ? Quelque chose de négatif, de mort-vivant, de suspect et de suspect ; une avarice et un évitement ; une méchanceté de repli sur soi ; une complaisance et une lâcheté innombrables. Qui serait "en sécurité" ? Tous les esclaves. Aucun esprit libre n'a jamais rêvé de "sécurité" - ou, s'il l'a fait, il a ri ; et il a vécu pour faire honte à son rêve. Aucune créature humaine sans péché, dormant, respirant et se réveillant, n'a jamais été (ou ne pourrait être) achetée et vendue pour la "sécurité". Quelle monstruosité et quelle faiblesse pour un monde qui préfère avoir le sien plutôt que de manger son gâteau !"

À mon avis, Eve a eu le beurre et l'argent du beurre le jour où elle a librement décidé d'embrasser les insécurités de la vie à l'âge de 16 ans. Je ne regretterai jamais de l'avoir aidée à subir ce rite de passage.


L'histoire de la mère (Sarah)

Je travaille dans le système de santé américain depuis plus de vingt ans et j'ai acquis une appréciation à multiples facettes des drogues, de leurs effets (possibles, probables et réels) et de leurs ramifications juridiques et sociales. Mon expérience des psychédéliques a commencé au début de ma vingtaine, au début des années 70. J'ai eu la chance de vivre les effets des psychédéliques au sein d'une communauté de personnes qui ont exploré ces substances avec soin et respect. J'ai également eu la chance d'avoir ma fille Eve, qui m'a influencé à embrasser l'innocence et l'émerveillement dans le monde. Son influence a été particulièrement forte lorsque j'ai pris des psychédéliques en sa présence. Cela s'est produit lorsqu'elle était âgée de la première à la cinquième année. Cependant, elle n'a jamais pris de psychédéliques. La communauté forte et aimante dont nous faisions partie a également bénéficié de l'influence d'Eve, et nous aimions jouer avec elle et ses jouets et partager son point de vue sur le monde. Sans l'aide des psychédéliques et l'influence d'Eve, je doute sincèrement que j'aurais été capable de transcender les comportements dysfonctionnels que j'avais acquis en grandissant avec des membres de ma famille alcooliques et bipolaires.

Quand Eve a eu cinq ans, il a fallu s'éloigner de notre communauté psychédélique et elle est entrée dans le système scolaire public. Cela, ainsi que l'influence de la persécution politique/gouvernementale de l'usage des psychédéliques, nous a forcés, mon mari et moi, à ne plus penser qu'il était sage ou sûr de permettre à Eve d'être présente lorsque nous utilisions des psychédéliques et nous avons toujours représenté notre usage de psychédéliques comme faisant partie d'expériences passées. Nous avons cependant discuté ouvertement des psychédéliques dans notre foyer. En raison de nos propres expériences de guérison avec les psychédéliques et de notre intérêt pour la psychologie, nous avons participé à l'étude et à l'investigation scientifique des psychédéliques en tant qu'outils de guérison.

Notre droit et notre devoir d'enseigner

Eve a commencé à poser des questions sur les psychédéliques quand elle avait 15 ans. Mon mari et moi avons senti que nous étions confrontés à un véritable dilemme car nous pensions que les psychédéliques pouvaient être bénéfiques, mais nous ne voulions pas nous exposer, ni notre fille, à d'éventuelles poursuites judiciaires. Après un long examen de conscience, nous avons réalisé que c'était non seulement notre droit, mais aussi notre devoir de lui apprendre à les utiliser de manière appropriée. Comme nous ne faisions plus partie d'une communauté psychédélique réelle, nous avons décidé de consulter la communauté psychédélique virtuelle incarnée dans la littérature pour nous aider dans le processus éducatif d'Eve. Parmi les livres donnés à Eve pour qu'elle les lise, il y avait Les portes de la perception, Les royaumes de l'inconscient humain, L'île et les drogues psychédéliques reconsidérées. Nous avons ensuite discuté avec elle de ce qu'elle avait lu, en insistant sur l'importance du décor et de la cérémonie et sur le climat politique de l'époque (milieu des années 80).

A l'âge de 16 ans, Eve a demandé à recevoir le sacrement. Bien que physiquement saine, elle avait manifestement des difficultés à s'adapter à son rôle d'adolescente. Elle était devenue très introvertie et méfiante à l'égard de ses pairs. Elle avait également développé une phobie de ce qu'elle appelait le "backwash" (boire dans un récipient dans lequel quelqu'un d'autre avait bu). La décision de consommer de la MDMA était fondée sur un certain nombre de facteurs. Premièrement, ce n'était pas illégal à l'époque. Deuxièmement, elle offrait une expérience psychédélique légère qui serait relativement de courte durée. Plus important encore, nous espérions qu'elle aiderait Eve à se reconnecter avec le monde et lui donnerait une perspective sur la transition qu'elle devait faire. Nous avons abordé la question juridique en insistant pour qu'Eve ne révèle son expérience qu'à des amis respectueux des psychédéliques.

La cérémonie a eu lieu en septembre, sur une île des Grands Lacs dont on ne peut voir que les autres îles depuis la rive ouest où nous avons tenu la cérémonie. La journée de la cérémonie a été consacrée à la préparation. J'ai fait un foyer sur la plage et je l'ai rempli de bois pour qu'Eve puisse profiter de la chaleur et de la beauté d'un feu de camp pendant son expérience. Le sacrement lui a été donné dans un champ au-dessus de la plage alors que le soleil commençait à peine à se coucher. Ni mon mari ni moi n'avons pris de psychédélique pendant la séance d'Eve ; nous avons tous les deux servi de gardiens.

Le sacrement s'est avéré être une expérience puissante pour nous tous. Comme Eve n'avait jamais connu d'intoxication d'aucune sorte dans le passé, elle n'avait aucune référence à la fonction physique altérée qu'elle avait connue. Elle avait donc des difficultés à marcher et à se déplacer de manière coordonnée. Elle avait été mise en garde contre la tension des mâchoires afin qu'elle ne réagisse pas négativement à la sensation de serrement des mâchoires associée à la consommation de MDMA. Nous nous sommes assis sur la plage et avons regardé un magnifique coucher de soleil. Nous avons ensuite été bénis par un ciel sans lune, clair et rempli d'étoiles, ainsi que par la chaleur et la beauté du feu de camp. Eve a été particulièrement touchée par les étoiles et a proclamé qu'elle se sentait faire partie de l'univers. Elle a réalisé qu'elle avait lutté contre l'angoisse de la séparation - ne voulant jamais être séparée de sa mère et de son père. Avec l'aide du sacrement, elle a pu comprendre qu'elle ferait toujours partie de nous et que nous ferions toujours partie d'elle, quelle que soit la "distance" qui nous sépare. Cette expérience a forgé un lien encore plus fort entre nous. À partir de ce moment, Eve a su qu'elle pouvait poursuivre son développement, se sentant assurée qu'elle aurait toujours ses parents pour la soutenir et la guider et que l'univers avait le potentiel pour la tenir et la nourrir. La phobie du backwash s'est également atténuée.

Dix ans plus tard

En réfléchissant à cette expérience, dix ans plus tard, je me rends compte qu'Eve a reçu en retour ce qu'elle m'avait donné lorsque j'avais vingt ans, une profonde appréciation des merveilles de la vie et du monde. Elle est devenue une personne pleine d'entrain, aimante et courageuse qui a toujours utilisé les psychédéliques avec soin, respect et modération. J'ai la ferme conviction que l'expérience d'Eve avec la MDMA l'a aidée à devenir la personne qu'elle est aujourd'hui. Elle lui a permis de trouver un équilibre et une perspective dans sa vie lorsqu'elle était coincée et lui a enseigné le respect du potentiel de guérison des psychédéliques qu'elle n'a jamais oublié. La vie d'Eve aurait pu se dérouler très différemment, je pense, si mon mari et moi n'avions pas accepté notre devoir de lui apprendre à utiliser les psychédéliques de manière sacrée. Je propose ce témoignage pour aider les parents qui sont confrontés au même dilemme que mon mari et moi l'avons fait avec Eve. J'encourage vivement les parents qui savent utiliser les psychédéliques de manière sacrée à enseigner à leurs enfants comment le faire. Malgré la menace de ramifications juridiques que comporte une telle entreprise, je pense que le risque qu'un adolescent apprenne à les utiliser de manière incorrecte auprès de pairs mal informés ou imprudents est bien plus dangereux. Je regrette qu'en raison du climat politique actuel, ce compte-rendu doive être rédigé de manière anonyme. J'espère seulement que le jour viendra où les parents pourront légalement donner à leurs enfants adolescents une expérience de vie essentielle : le rite de passage.


L'histoire de la fille (Eve)

Je ne peux pas décrire ma première expérience avec une drogue psychédélique, qui m'a été fournie par mes parents, sans parler d'abord de mon attitude générale vis-à-vis de la drogue. Mes opinions ont été fortement influencées par mes parents. J'ai été élevé à considérer toutes les drogues comme des outils qui devaient être traités avec beaucoup de respect. Cela signifiait, entre autres, que je devais m'informer sur les drogues avant de les prendre. On m'a également encouragé à prendre des drogues dans un but précis, et non "juste pour s'en sortir".

Lorsque je parle de drogues avant l'âge de quinze ans, cela fait référence à mon exposition à des médicaments légaux courants tels que les antibiotiques, le vin au dîner et le café. Toutes les drogues devaient être utilisées avec modération. Le sentiment le plus important que j'ai retiré de la vie chez moi est sans doute que l'état que je préfère vivre la plupart du temps est le merveilleux monde quotidien que représente le simple fait d'être moi-même. Tout cela est important car cela m'a permis d'adopter une attitude très saine et significative vis-à-vis de la consommation de drogues tout au long de ma vie. Bien que j'aime beaucoup vivre une expérience psychédélique de temps en temps, je n'ai jamais eu le désir d'abuser de la drogue et de me cacher de mon monde de tous les jours. Cela me ramène au moment précédant ma première consommation de MDMA, lorsque j'ai reçu une leçon amicale de mes parents sur l'utilisation des psychédéliques. Ils m'ont dit : "ce n'est pas une plume magique, cela peut t'aider à avoir une perspective sur ta vie parfois, mais les drogues seules ne peuvent pas résoudre tes problèmes".

Mes parents ont participé à la recherche sur les psychédéliques pendant une grande partie de ma vie, mais malgré leurs conversations ouvertes à ce sujet, il n'a jamais été vraiment indiqué qu'ils consommaient de telles substances. J'étais vaguement consciente que certains de nos amis de la famille fumaient de l'herbe et consommaient du LSD, mais je n'ai jamais été directement exposée à cette substance. Cela ne me dérangeait pas que certains de nos amis fassent cela parce que, d'après ce que je peux dire, ils ne consommaient pas ces drogues tout le temps et ils étaient respectueux de leur corps et de leur esprit lorsqu'ils en consommaient. Je me souviens que mes parents s'inquiétaient de ce que mes connaissances sur ces choses parviennent à mes amis, aux parents de mes amis, et éventuellement à une personne ayant une autorité légale. Je me souviens d'avoir pensé, enfant, que cela semblait idiot que les gens aient peur de cela, parce que, pour autant que je sache, j'avais vu des gens, comme ma grand-mère, faire des dégâts bien pires sur leur corps, leur vie et leur âme avec de l'alcool, ce qui était légal et socialement acceptable.

Une révélation

Peut-être à cause de la peur que je ressentais de la part de mes parents, j'ai commencé à réfléchir davantage à la place des drogues illicites dans la vie des gens. C'est en regardant attentivement l'étagère des livres que j'ai commencé à constater que mes parents avaient pris des psychédéliques. Parmi les livres de philosophie, de pharmacie et de poésie, il y avait des livres traitant spécifiquement des psychédéliques. Comme j'avais commencé à réfléchir sérieusement à la signification des drogues illégales, j'ai ressenti le besoin de confronter mes parents sur la question. J'ai d'abord approché mon père. J'imagine que c'est une conversation que mes parents ont anticipée avec joie et réticence. Mon père et moi avons eu une longue discussion sous le porche ; c'était un après-midi ensoleillé et détendu. Mon père m'a expliqué pourquoi lui et ma mère prenaient des psychédéliques, et m'a demandé mon avis sur les drogues en général. Bien que je ne me souvienne pas de mon âge exact, je crois que j'avais quinze ans lorsque j'ai eu cette conversation avec mon père. J'ai pensé à cela et à beaucoup d'autres choses tout au long de l'année. Certains de mes amis avaient commencé à consommer des drogues telles que l'alcool et la marijuana. Je n'avais aucune envie de consommer ces drogues avec eux parce que je n'aimais pas le contexte dans lequel ils les consommaient. Parce que tant de choses étaient nouvelles pour moi à cette époque, je voulais les découvrir dans un environnement où je pouvais être moi-même. Cependant, je voulais vraiment vivre un état modifié. Je voulais explorer cet autre monde, mais je ne voulais pas le faire dans le domaine de mes pairs, où j'en avais assez de vivre comme ça. J'ai décidé de parler de ce désir à mes parents. Après qu'ils aient écouté mon raisonnement et en aient discuté entre eux pendant un certain temps, nous avons décidé en famille de partager mon premier voyage. J'avais seize ou dix-sept ans à l'époque. Mes parents semblaient confiants dans cette décision, même s'il était évident pour moi qu'ils y avaient beaucoup réfléchi. Rétrospectivement, cela a dû être l'une des décisions les plus difficiles de leur vie.

Préparer l'expérience

Mes parents m'ont donné beaucoup d'informations sur la MDMA, dont nous avons décidé qu'elle serait le meilleur psychédélique pour ma première aventure. J'ai le sentiment que les informations qu'ils m'ont données étaient relativement impartiales, car elles comprenaient à la fois des éléments favorables et défavorables qui avaient été rapportés à ce sujet. À chaque étape, il m'a été clairement indiqué que je pouvais changer d'avis à tout moment. Mes parents et moi sommes allés dans un bel endroit qui était sacré pour notre famille. C'était un environnement que j'ai trouvé très confortable et paisible.

À ce stade, il m'est difficile de décrire mon expérience car il est très difficile de l'exprimer avec des mots. C'était en effet un tout nouveau monde. Les écrans et les protocoles bien développés à travers lesquels nous filtrons notre environnement sont tombés, et pourtant j'étais toujours en contrôle. J'ai ressenti une formidable prise de conscience de la vie et un lien avec toutes choses. Cette sensation, parmi d'autres, m'a été très bénéfique en tant que jeune personne sur le point d'entrer dans le monde. C'était aussi tout simplement amusant. C'était un sentiment merveilleux, magique, étonnant, et j'étais reconnaissante à mes parents de l'avoir partagé avec moi.

Mes parents et moi avons eu le sentiment qu'une sorte d'initiation avait eu lieu, et je crois que cela a eu une influence positive sur mon développement psychologique et émotionnel. À bien des égards, j'avais eu très peur du monde. Le fait de sentir le monde tel que je le ressentais m'a donné envie d'en sortir et d'embrasser sa diversité au lieu de m'en cacher. À bien des égards, j'ai eu le sentiment que l'identité et l'esprit qui luttaient pour apprendre à se séparer de mes parents avaient acquis leur première expérience intense et impressionnante. C'est ironique, car mes parents ont été responsables de cet éveil, et pourtant c'est normal. Dans de nombreuses cultures, les jeunes commencent leur parcours individuel dans le monde par une expérience intense, significative et bouleversante qui leur est offerte par la communauté à laquelle ils doivent apprendre à contribuer.

Je n'ai pris de la MDMA qu'une seule fois avec mes parents avant de partir pour l'université. J'avais continué à éviter la consommation de drogues avec mes camarades pendant tout le lycée, mais j'ai commencé à prendre des psychédéliques, ainsi que d'autres drogues, environ un an après mon entrée à l'université. Je n'ai jamais choisi d'essayer de nombreuses drogues, comme la cocaïne, et les drogues que j'ai choisi de consommer, je les ai consommées avec respect. J'ai le sentiment que ces expériences m'apportent une perspective précieuse dans ma vie. La possibilité de laisser temporairement tomber l'épaisse couche de faux-semblants qui peut peser si lourd dans notre monde moderne et adulte me donne une perspective nouvelle et euphorique sur ma vie et mes actions. J'aime être dans un état d'esprit modifié et j'ai le sentiment que cette capacité a enrichi ma vie. Quand je vois la manière malheureuse dont beaucoup de gens ont découvert les drogues, je me rends compte que j'ai eu un réel avantage car ma découverte a été guidée par des parents intelligents et aimants.

Je pense beaucoup ces jours-ci à la façon dont je vais gérer la drogue avec mes propres enfants. Je sais que j'élèverai mes enfants de manière à ce qu'ils aient le même respect pour la drogue que celui que j'ai le sentiment d'avoir reçu. Je ne crois pas que tous les parents devraient donner de la drogue à leurs adolescents, mais c'est parce que cette décision implique tellement de choses. Ce n'est pas une question de noir et blanc. Je sais que je suis reconnaissante d'avoir pu aborder le sujet de la drogue avec mes parents et de leur avoir fait part de ma première expérience psychédélique.
méditation                                                             
« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »
#2
Intéressant comme concept, le rapport à points de vue multiples. C'est rare^^

Je suis pas sure que les psychés m'aient offert ce genre de chose, avec du recul sur mes propres expériences j'y trouve assez peu fréquent les trips qui laissent une empreinte durable et positive :/ Je me demande si seul le s&s est en mesure de jouer là-dessus, quel genre de variabilités inter-individuelles est à même de le déclencher ou non.

Bon et puis c'est un exemple unique, mais exemple quand même qu'évoluer dans un environnement qui ne diabolise pas les drogues et se focalise sur l'ouverture d'esprit, l'accompagnement et bien sur la RdR permet une évolution potentiellement saine, même si ça me semble plus logique que logique j'aime bien trouver des témoignages qui confirment.


Topics apparemment similaires...
Rainbow MDMA - 6eme sens Aiskhynê 10 384 11/11/2019 20:41
Dernier message: Aiskhynê
  Ma première fois avec la MDMA Omicron 4 2,019 22/12/2017 01:23
Dernier message: Tridimensionnel
  MDMA, premiers pas Calanonyme 26 4,387 22/06/2017 08:36
Dernier message: Totolz
  MDMA meilleure drogue? Akalmi 2 1,143 23/05/2017 10:11
Dernier message: Sludge
  3 jours de MDMA et 3 semaines de déscente. Résolu par anti-dépresseur (Seroplex). LegrosAlexandre 26 14,043 17/05/2017 15:13
Dernier message: Huachama
  [TR] MDMA, première expérience Theofilus 13 2,995 26/03/2017 21:57
Dernier message: grivois
  [MDMA en festoche] C'est formidable dutchturkey 3 1,628 03/01/2017 22:40
Dernier message: DavarusCole
  De l'abus de MDMA Percheman 16 1,756 25/12/2016 17:13
Dernier message: Krix
  MDMA IV : La plus courte perche de MDMA de ma vie Percheman 14 1,834 24/12/2016 17:34
Dernier message: Percheman
  [MDMA - 150mg] Mon premier vrai trip ! (surdose) Syl420 13 3,186 21/09/2016 14:25
Dernier message: Fafou



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.