S’enregistrer Bienvenue sur le forum de Psychonaut, un espace de discussion autour des produits psychoactifs et de l’exploration de l’esprit.

Pour prendre part aux discussions, n'hésitez pas à vous inscrire. Nous serions heureux de vous compter parmi nous !

S’enregistrer


[Lyrics] Les chants d'artistes.

#1
J'ouvre ce topic assez spécial (sur un coup de tête) .
Il a pour but de partager les plus belles paroles de chansons .
Moi je vais vous faire découvrir une chanson de orelsan, où il dénonce pas mal de vérité. J'ai mis la chanson en entière parce que pas besoin de quote, toutes les phrases ont leurs places. Donc vous pouvez très bien mettre qu'un couplet, ou juste même deux phrases ...
J'aimerais bien découvrir de nouveau texte Smile

La sous la main j'ai celle ci :

Citation :Aujourd'hui sera le dernier jour de mon existenceLa dernière fois que je ferme les yeux
Mon dernier silence
J'ai longtemps cherché la solution à cette nuisance
Ça m'apparait maintenant comme une évidence


Fini d'être une photocopie
Fini la monotonie, la lobotomie
Aujourd'hui, je mettrai ni ma chemise ni ma cravate
J'irai pas jusqu'au travail, je donnerai pas la patte


Adieu, les employés de bureau et leur vie bien rangée
Si tu pouvais rater la tienne ça les arrangerait
Ça prendrait un peu de place dans leur cerveau étriqué
Ça les conforterait dans leur médiocrité


Adieu, les représentants grassouillets
Qui boivent jamais d'eau comme si ils ne voulaient pas se mouiller
Les commerciaux qui sentent l'aftershave et le cassoulet
Mets de la mayonnaise sur leur mallette, ils se la boufferaient


Adieu, adieu les vieux comptables séniles
Adieu les secrétaires débiles et leurs discussions stériles
Adieu les jeunes cadres fraîchement diplômés
T'empilerais les cadavres pour arriver jusqu'au sommet


Adieu tous ces grands PDG
Essaies d'ouvrir ton parachute doré quand tu te fais défenestrer
Ils font leur beurre sur des salariés désespérés
Et jouent les vierges effarouchées quand ils se font séquestrer


Tous ces fils de quelqu'un
Ces fils d'une pute snobe
Qui partagent les trois quarts des richesses du globe
Adieu ces petits patrons
Ces beaufs embourgeoisés
Qui grattent des RTT pour payer leurs vacances d'été


Adieu les ouvriers, ces produits périmés
C'est la loi du marché mon pote, t'es bon qu'à te faire virer
Ça t'empêchera d'engraisser ta gamine affreuse
Qui se fera sauter par un pompier qui va finir coiffeuse


Adieu la campagne et ses familles crasseuses
Proche du porc au point d'attraper la fièvre afteuse
Toutes ces vieilles, ses commères qui se bouffent entre elles
Ces vieux radins et leurs économies de bouts de chandelles


Adieu cette France profonde
Profondément stupide, cupide, inutile, putride
C'est fini vous êtes en retard d'un siècle
Plus personne n'a besoin de vos bandes d'incestes


Adieu tous ces gens prétentieux dans la capitale
Qu'essaient de prouver qu'ils valent mieux que toi chaque fois qu'ils te parlent
Tous ces connards dans la pub, dans la finance
Dans la com', dans la télé, dans la musique, dans la mode
Ces parisiens, jamais contents, médisants
Faussement cultivés, à peine intelligent
Ces répliquants qui pensent avoir le monopole du bon goût
Qui regardent la province d'un oeil méprisant


Adieu les sudistes abrutis par leur soleil cuisant
Leur seul but dans la vie c'est la troisième mi-temps
Accueillant, soit disant
Ils te baisent avec le sourire
Tu peux le voir à leur façon de conduire


Adieu ces nouveaux fascistes
Qui justifient leur vie de merde par des idéaux racistes
Devenu néo-nazis parc que t'avais aucune passion
Au lieu de jouer les SS, trouve une occupation


Adieu les piranhas dans leur banlieue
Qui voient pas plus loin que le bout de leur haine au point qu'ils se bouffent entre eux
Qui deviennent agressif une fois qu'ils sont à 12
Seuls ils lèveraient pas le petit doigt dans un combat de pouce


Adieu les jeunes moyens, les pires de tous
Ces baltringues supportent pas la moindre petite secousse
Adieu les fils de bougres
Qui possèdent tout mais ne savent pas quoi en faire
Donne leur l'Eden ils t'en font un Enfer


Adieu tous ces profs dépressifs
T'as raté ta propre vie comment tu comptes élever mes fils?
Adieu les grévistes et leur CGT
Qui passent moins de temps à chercher des solutions que des slogans pétés
Qui fouettent la défaite du survét' au visage
Transforment n'importe quelle manif', fête au village


Adieu les journalistes qui font dire ce qu'ils veulent aux images
Vendraient leur propre mère pour écouler quelques tirages


Adieu la ménagère devant son écran
Prête à gober la merde qu'on lui jette entre les dents
Qui pose pas de question tant qu'elle consomme
Qui s'étonne même plus de se faire cogner par son homme


Adieu, ces associations bien-pensantes
Ces dictateurs de la bonne conscience
Bien contents qu'on leur fasse du tort
C'est à celui qui condamnera le plus fort


Adieu lesbiennes refoulées, surexcitées
Qui cherchent dans leur féminité une raison d'exister


Adieu ceux qui vivent à travers leur sexualité
Danser sur des chariots? C'est ça votre fierté?
Les bisounours et leur pouvoir de l'arc-en-ciel
Qui voudraient me faire croire qu'être hétéro c'est à l'ancienne
Tellement, tellement susceptible
Pour prouver que t'es pas homophobe faudra bientôt que tu suces des types


Adieu la nation, tous ces incapables dans les administrations
Ces rois de l'inaction
Avec leur bâtiments qui donnent envie de vomir
Qui font exprès d'ouvrir à des heures où personne peut venir
Beeeh, tous ces moutons pathétiques
Changent une fonction dans leur logiciel ils se mettent au chômage technique
A peu près le même Q.I. que ces saletés de flics
Qui savent pas construire une phrase en dehors de leur sales répliques


Adieu les politiques, en parler serait perdre mon temps
Tout le système est complètement incompétent


Adieu les sectes, adieu les religieux
Ceux qui voudraient m'imposer des règles pour que je vive mieux


Adieu les poivrots qui rentrent jamais chez eux
Qui préfèrent se faire enculer par la Française des Jeux


Adieu les banquiers véreux
Le monde leur appartient
Adieu tous les pigeons qui leur mangent dans la main


Je comprends que j'ai rien à faire ici quand j'e ranche la 1
Adieu la France de Joséphine Ange-gardien
Adieu les hippies leur naïveté qui changera rien
Adieu les SM, libertins et tous ces gens malsains


Adieu ces pseudos artistes engagés
Plein de banalités démagogues dans la trachée
Écouter des chanteurs faire la morale ça me fait chier
Essaies d'écrire des bonnes paroles avant de la prêcher
Adieu les petits mongoles qui savent écrire qu'en abrégé
Adieu les sans papier, les clochards, tous ces tas de déchets, je les hais
Les sportifs, les hooligans dans les stades, les citadins, les bouseux dans leur étables
Les marginaux, les gens respectables
Les chômeurs, les emplois stables, les génies, les gens passables
De la plus grande crapule à la médaille du mérite
De la première dame au dernier trav' du pays...

Orelsan - Suicide social
Wouaf Wouaf. :karu:
#2
HFT?

bin l'incontournable "les dingues et les paumés" alors!!!

Les dingues et les paumés jouent avec leurs manies
dans leurs chambres blindées leurs fleurs sont carnivores
& quand leurs monstres crient trop près de la sortie
ils accouchent de scorpions & pleurent des mandragores
et leurs aéroports se transforment en bunkers
à quatre heure du matin derrière un téléphone
quand leur voix qui s'appellent se changent en révolvers
& s'invitent à calter en se gueulant come on

les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
& se font boire le sang de leurs visions perdues
& dans leur yeux-mescal masquant leur nostalgie
ils voient se dérouler la fin d'une inconnue
ils voient des rois-fantômes sur des flippers en ruine
crachant l'amour-folie de leurs nuits-métropoles
ils croient voir venir dieu ils relisent Hölderlin
& retombent dans leurs bras glacés de baby-doll

les dingues et les paumés se trainent chez les Borgia
suivis d'un viel écho jouant du rock'n roll
puis s'enfoncent comme des rats dans leurs banlieus by night
essayant d'accrocher un regard à leur khôl
& lorsque leurs tumbas jouent à guichet fermé
ils tournent dans un cachot avec la gueule en moins
& sont comme les joueurs courant décapités
ramasser leurs jetons chez les dealers du coin

les dingues et les paumés s'arrachent leur placenta
& se greffent un pavé à la place du cerveau
puis s'offrent des mygales au bout d'un bazooka
en se faisant danser jusqu'au dernier mambo
ce sont des loups frileux au bras d'une autre mort
piétinant dans la boue les dernières fleurs du mal
ils ont cru s'enivrer des chants de maldoror
& maintenant ils s'écroulent dans leur ombre animale

les dingues et les paumés sacrifient Don Quichotte
sur l'autel enfumé de leurs fibres nerveuses
puis ils disent à leurs reines en riant du boycott
la solitude n'est plus une maladie honteuse
reprends tes walkyries pour tes vaiseurs maso
mon cheval écorché m'appelle au fond d'un bar
et cet ange qui me gueule viens chez moi mon salaud
m'invite à faire danser l'aiguille de mon radar




Et là, les interpretations sont multiples..... Bizarre aucune n'est très joyeuse^^
#3
Je vois pas en quoi Orelsan est un personnage incompris. C'est juste un "p'ti con" (façon de parler) qui ose dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas.
En gros que la société et mal foutue et très injuste et que ceux qui prennent les décisions s'en balance royal du p'ti peuple.

Et oui, bien venu dans la monarchie,
ce système qu'on appèle démocratie,
qui consiste à changé de roi-président pour donner l'illusion d'un changement à venir.
Et oui c'est la merde, faut pas avoir peur de l'dire.
Seulement les citoyens sont bridés.
Pas le chois faut aller bosser sinon t'es dans l'fossé.
Sur ce j'vous laisse cogité,
ça sert à rien de trop en parler.
1789 on t'as pas oublié,
malheureusement faudrait recommencer...

C'est quand même pas si compliqué ^^
Laul!
#4
KétaMane a écrit :
Je vois pas en quoi Orelsan est un personnage incompris


Mate ses interviews alors, la moitié de ses propos consistent en "ouais donc pour ce morceau j'ai été censuré et tout le monde m'a fait la gueule, mais en fait c'est pas ça que je voulais dire à la base" :lol:

KétaMane a écrit :
Et oui, bien venu dans la monarchie,
ce système qu'on appèle démocratie,
qui consiste à changé de roi-président pour donner l'illusion d'un changement à venir.
Et oui c'est la merde, faut pas avoir peur de l'dire.
Seulement les citoyens sont bridés.
Pas le chois faut aller bosser sinon t'es dans l'fossé.
Sur ce j'vous laisse cogité,
ça sert à rien de trop en parler.
1789 on t'as pas oublié,
malheureusement faudrait recommencer...


Ah ouais t'es un rebelle toi :wasted:
#5
Mario a écrit :
Ah ouais t'es un rebelle toi :wasted:


Ouais un méga rebelle en mode bisounours :lol:

Après Orelsan je l'ai vu en festoch' et je m'en serais passé c'était vraiment nase... Et puis je suis pas un grand fan (j'aime juste ces textes, je trouve qu'il a beaucoup de culot).

Ensuite si tu te fis aux interview des artistes tu risques d'en trouvé un paquet qui ne sont pas très cohérents.... (je comprend pas d'ailleurs qu'on puisse censurer la musique (bah oui, c'est de l'art!)) entre les abrutis et les droguuéééésss.... (ça doit représenté dans les 80% je dirais...).
#6
Oh cool, y a eu des participations . Pour orelsan , c'est pas le premier à être incohérent.



J'suis c'que j'suis, là j'vais t'en parler
Vaut mieux être schizophrène qu'être mal accompagné
J'vais t'dire la vérité, la vie c'est trop speed
Dans ma tête une chasse à l'homme, car là j'deviens c'que j'fuis
Confiance en personne, j'crois qu'c'est ça l'blème
Tellement paranoïaque, des fois j'parle sur moi-même
Les mecs sympathiques, moi j'les trouve louches
Et les torturés du cerveau font des sons lourds
Comme un jeu d'poker des fois on parle, on relance tout
On roule, on tourne, quand on joue trop nos rôles on s'tue
Rap hardcore à mort, j'crois qu'c'est ça qui m'inspire
J'écris un 16 à la gare, j'assume mon train d'vie
J'suis c'que j'suis, en bas des blocs j'suis postiché
Les keufs nous prennent en photos, la juge a trop d'clichés
Pendant les marches silencieuses, y'a qu'les morts qui chuchotent
Personne porte les cadavres c'est les cercueils qui s'y collent
J'suis c'que j'suis, sois avec ou contre moi
Sache que le poids d'une plume peut cause un contrepoids
L'écriture est amère vu qu'on pleure lors d'un combat
Rafale de punchlines car quand on saigne on n'compte pas
Noyé dans les soucis là, j'peux t'dire que j'bois la tasse
J'veux pas d'un frère hypocrite, j'préfère un soeur qui se voile la face
Aime moi pour c'que j'suis, r'garde pas c'qu'il y a autour
C'est éphémère, j'vais crever, j'finirai seul au fond d'un trou
J'vois l'mal partout, parano ou schizophrénie
Suffit d'un r'gard de travers pour que j'ferme pas l'oeil de la nuit
Stress et décéption c'est c'que t'offre souvent la rue
J'ai vu l'Amitié faire l'trottoir sur le Boulevard des Vendus
Y a des frères qui font l'rappel, j'parle pas d'téléphone
La vie n'tient qu'à un fil, regarde les suicidés d'France Telecom
Petit j'pleure mes erreurs, j'suis pas un exemple
J'me sens comme ce paraplégique qu'essaye de remonter la pente

Si on veut nourrir le monde se sera une histoire sans fin
Y'a pas d'auto-critique devant un miroir sans teint


Baby, à nager dans mes remords, j'finis pas m'noyer
J'ai côtoyé des chiens j'ai fini par aboyer, baby


Bilel – Je suis ce que je suis ft. fababy
Wouaf Wouaf. :karu:
#7
Un artiste français pas tres connu mais qui joue bien avec les mots, souvent de manière humoristique :

Lettre à Eglise par Thibaud Couturier :

Citation :Lettre à Eglise, dans « Ici-Parvis »

Si le curé s’abonne…
Il saura que chapelle et qu’il n’y a jamais personne
Où vais-je Marie ?

Est-ce par peur ou parce qu’il s’ennuie
Que Dieu ferme la nuit ?
L’Evéché était fermé de l’intérieur…

Je n’aurais pas gardé les clefs de l’autel
Ni celles du Paradis
A « Lady commandements » je n’étais pas toujours fidèle
Mais je venais en ami

Est-ce par peur ou parce qu’il s’ennuie
Que Dieu ferme la nuit ?
L’Evéché était fermé de l’intérieur…
Ange ou feu – En joue … feu

Eve que j’Adam encore un peu
Pour tomber dans les psaumes
Faudrait que j’m’archange pour venir un jour où Dieu
Aura laissé Rome…

Grand ordonnateur quand tu auras cédé Rome…
Apple-moi
L’Evéché était fermé de l’intérieur…

Les portes du béni sentier
Bientôt vont se refermer
Et c’est là qu’une jeune fille nierait ma vie
Comme d’autres gars … hostie…

Est-ce par peur ou parce qu’il s’ennuie
Que Dieu ferme la nuit ?
L’Evéché était fermé de l’intérieur...

Arretes, Jean-Paul de... papotter,
De dire des traitrises,
Dieu nous taille un bible mais quand on veut lui parler,
Il nous laisse, dans la Moïse...

Est-ce par peur ou parce qu’il s’ennuie
Que Dieu ferme la nuit ?
L’Evéché était fermé de l’intérieur...

à écouter ici : Thibaud Couturier - Lettre à Eglise - YouTube

8)
l'esprit est comme un parachute, il ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert.....
#8
Citation :
t'en a sûrement déjà vu dans les rues d'ta ville, on en a presque tous un dans l'cercle de la famille, il suffit juste d'allumer sa télé pour les observer, ils sont j'tés! qui ça? les drogués!

plante cette seringue dans ta veine man!
et écoute le son des toxicomanes
laisse le parcourir tes veines man
et écoute le blues des toxicomanes

plante cette seringue dans ta veine-neu-neu-neu-neu man-neu-neu-neu-neu
écoute le blues des toxicomanes-neu-neu-neu-neu

ça touche les babtous les noich', les rabza, les re-neuneus tous à la queue-leu-leu pour finir le nez dans la meu, meuh!!!

je je ne ne ne ne l'ai dit dit dit à pe-personne mais cela fait 2-2 ans que que que j'en consomme, on a tous commencé par fumer des joints à l'école mais on n'a pas tous fini à l'hosto à hurler:"donnez-moi ma méthadone!!!"

c'est triste, en oubliant la bougie près d'sa piquouze une mère indigne a laissé brûler la crackhouse, le bébé accro au cailloux m'colle le blues, il préfère bouffer les champis à même la bouse.

jsuis pas un éléphant dans ma trompe jveux pas d'arachide, tu vas danser la cucaracha quand tu vas goûter la coke à Rachid

tous aux abris!

regarde dans quel état ça l'a mis, Sami Naceri
partenaires multiples, amateur d'pratiques à risques
tapineuse qui louche d'un oeil, et qui boîte sur l'périphérique
tire sur l'élastique et serre les machoires en s'déchaussant les dents, poly-dépendant je sais q'c'est tentant tant qu'on est vivant, mais en attendant

plante cette seringue dans ta veine man
et écoute le son des toxicomanes
laisse-le parcourir tes veines man
et écoute le blues des toxicomanes (fois 2)

papayou, papayou, papayou CC, c'est l'meilleur des dealers qu'on ait dans l'quartier
DR. Dre c'est la meumeu, gruge pas la queue-leu-leu man, mal élevé mais polytoxicomane

jte trouve assez habile t'es ptêtre pas assez opiacé, heepee yo heepee yé! viens on va tous piquer du nez, te gratte pas les crouttes, c'est dlà frêne t'ouvre pas les veines, TT fais scred, sors pas des WC la pompe à l'oreille.

les histoires de Toto c'est pas toujours drôle, sniffer l'subu ça s'fait pas dvant les mômes, truque la balance, accélère la cadence, faire la queue aux chiottes ça peut même faire tendance

c'est l'blues de la piquouze qui rend moche sauf Kate Moss, tu prends tellement d'rides qu'on va t'injecter du bo-tox
vu la piètre qualité des produits qui tournent dans ce pays, ça m'donne envie d'dire que jn'ai jamais pris d'drogue de ma vie
combien d'fois ai-je crié:"jveux dla dure, jveux dla dure!"
combien dfois des regrets "jveux dla pure, jveux dla pure!"
la cure de jouvance pleine de dope mais pas de piqure, jme drogue juste pour le plaisir dans la tradition d'Epicure

plante cette seringue dans ta veine man!
et écoute le son des toxicomanes
laisse le parcourir tes veines man
et écoute le blues des toxicomanes (fois 2)

dans les chiottes coma, seringue dans l'bras, meu-ca, héroïne, bourrin, rabla, néocod, subu, methadone j'en peux plus, rachacha liquide, capote dans l'cul!
as-tu déjà parlé à des vrais toxicomanes? ils t'jureront leur grand dieu que rien ne vaut la came, sortant des trucs aberrant genre c'est mieux q'le sexe, que rien ne remplace un shoot de rabla dans la veine!

un groupe de schlags c'est pitoyable! regarde les déambuler à Stalingrad: ils marchent pas droit, le dos voûté, agitant les bras au-dessus de la tête, ils matent leurs pieds!
quand johny part en vadrouille dans la rue avec sa copine, on dirait une version ratée d'une choré des yin-yang twins, pupille dilatée, cuillère à la main, paupière en trou d'pine, faisant preuve d'impatience pour goûter la came quand j'fais la cuisine
écoute le blues des toxicomanes, en bas d'chez toi ils ne chantent pas ils braillent
super toto quand il a sa dose fait du karaté, et t'jure qu'il était opé avant d'tomber ddans dans les temps passés

plante cette seringue dans ta veine man!
et écoute le son des toxicomanes
laisse le parcourir tes veines man
et écoute le blues des toxicomanes (fois 2)

svinkels - le blues du tox - YouTube
Wouaf Wouaf. :karu:
#9
ça me fait penser un peu à "autopsie" du minister amer ce que tu as posté dogrulez.

Aller quelque chose d'un peu moins noir :

Un texte de Beaudelaire chanté par les stereolab, "ennivrez-vous" :

Citation :Il faut être toujours ivre.
Tout est là : c'est l'unique question.
Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules
et vous penche vers la terre,
il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.
Et si quelquefois, sur les marches d'un palais,
sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre,
vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue,
demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge,
à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit,
à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle,
demandez quelle heure il est,
et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront:
"Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous,
enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise."

Enivrez-vous - YouTube
l'esprit est comme un parachute, il ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert.....
#10
Citation :Fababy
Je préfère mourir avec mes principes que vivre avec les leurs
ça donne


[Refrain]
Parfois la vie fait tellement mal que j'préfère en crever
Tard le soir je verse une larme pour les amis qu'on a aimé
Si j'ai plus de force pour la bataille je préfère m'en aller
Si j'suis obligé de rendre les armes, je préfère me laisser crever


[Couplet 1]
Moi je veux pas vivre à la campagne je préfère mourir ou j'habite
Je préfère mourir sous la torture que vivre comme un indic
Je préfère mourir d'un tir sans sommation que vivre derrière les barreaux
Je préfère mourrir comme un foetus que de manquer de respect à la daronne
Certaines de mes soeurs détestent la vie mais si tu savais à quel point
J'préfère mourir comme un puceau que vivre comme un teur-poin
On marche on vit avec nos péchés c'est ça qui me fait d'la peine
J'préfère mourir sur un champ de bataille que croire que j'verrais la paix
J'préfère mourir comme un mec muet que vivre comme un suiveur
J'préfère mourir comme un leader que vivre comme un suceur
J'préfère mourir comme Stringer Bell que vivre comme Starky
J'préfère mourir pour mon bled moi qui vivre comme un harki, you know?
Esclave dans cette dounia et vivre au Paradis
Mes frères muses en sont comptant j'te dis que mes thugs sont pas ravis
C'est FAB donc rappelle-toi tu parles à qui
Dans mon crew on est tellement plein que j'me rappelle plus vraiment y'a qui


[Refrain]


[Couplet 2]
Je préfère mourir sur un tapis de prière que d’errer sur les Champs
J'préfère être franc que parler sur les gens
J'sais que j'serai une légende
J'préfère me manger une balle dans le crâne qu'être en phase terminale
J'veux pas de mensonge qui fasse sourire, j'préfère une vérité qui fait mal
J'préfère être sans amis qu'être le pote d'un nazi
J'kiferai pas vivre paralysé et j'te parle pas d'euthanasie
J'veux vivre de la suna mais zik-mu elle m’égare
J'préfère défouraille sur ton pote que d'voir pleurer un de mes gars
J'voulais écrire que j'préfère être black qu'être mé-cra
Mais quand t'es black t'es mé-cra, bah donc j'vais euh quand-même l'écrire
J'préfère mourir par manque de respect que vivre comme une victime
J'préfère mourir dans un braquo que vivre en intérim
à cause de ma plume je me méfie des gens sans raison
Certains manquent à l'appel
C'est que dans les tombes y'a pas de réseau
à cause de ma plume je m'éloigne des gens bien bas des soucis
Dommage pour les aveugles car c'est la violence sans sous-titre
Baby baby no more


[Refrain]


Booska Tape
Fababy
On mourra avec nos principes
Prends la direction de la mort pour comprendre le sens de ma vie
On est tous dans le même cas
Accusé à tord son marteau me donne raison

Fababy - Je Préfère Mourir - YouTube
Wouaf Wouaf. :karu:
#11
" J'm'en fous de ce qu'ils peuvent penser,
au moins moi, j'sais,
Qu'c'est pour eux
Qu'on ouvre des bordels en Thaïlande,
Y en qu'pour eux,
Ils disent que le France est grande,
Je me demande,
A quel Macro, j'paye des impôts,
C'est à celui qui'm traite de 'negro',
Qui m'dit qu'ça pue dans mes escaliers,
Et qu'ça gêne qui ?
Mon voisin de palier,
Un mec qui s'saoule au Ricard,
Et frappe sa femme,
Vivre au quartier, est tout son drame,
Qui, m'voit en BM et dit que je vends d'la came,
Qui fait des fausses dépositions,
qui, fout des mecs en prison,
qui va pleurer au poste et qui porte du Lacoste...

"Etre né sous l'signe de l'hexagone
C'est vraiment pas une sinécure
Et l'roi des cons sur son trône
Il est français, ça j'en suis sur"

Qui prend d'l'ampleur,
et qui fait peur,
mais dis moi qui contrôle le secteur,
Je t'le demande,
qui a fait la meilleure propagande,
veux propulser,
et fais parler d'son gang,
qui peut changer une major,
en label indépendant,
qui fait des disques, de plus en plus bandants,
quel docteur te propose un diagnostic,
qui pousse la musique plus haut qu'le fric,
mais qui, j't'l demande pas, j'te l'dis
qui t'écrase,
quel est le nom du joueur, qui est en première base?
Qui cache sa haine derrière une cravate
Le même qui t'fait béton quand tu l'savates...

"Etre né sous l'signe de l'hexagone
On peut pas dire qu'ca soit bandant
Si l'roi des cons perdait son trône
Y'aurait un max de prétendants

La France est un pays de flics
A tous les coins d'rue y'en a 100
Pour faire régner l'ordre public,
Ils assassinent impunément

Etre né sous l'signe de l'hexagone
On peut pas dire qu'ca soit bandant
Si l'roi des cons perdait son trône
Y'aurait 50 millions de prétendants" "

La chanson c'est "Hexagonal" de Doc Gyneco. Smile
Aco une lichette ?
#12
Oclock a écrit :
La chanson c'est "Hexagonal" de Doc Gyneco. Smile


en parlant d'hexagone....

Citation :Ils s´embrassent au mois de Janvier,
car une nouvelle année commence,
mais depuis des éternités
l´a pas tell´ment changé la France.
Passent les jours et les semaines,
y a qu´le décor qui évolue,
la mentalité est la même :
tous des tocards, tous des faux culs.

Ils sont pas lourds, en février,
à se souvenir de Charonne,
des matraqueurs assermentés
qui fignolèrent leur besogne,
la France est un pays de flics,
à tous les coins d´rue y´en a 100,
pour faire règner l´ordre public
ils assassinent impunément.

Quand on exécute au mois d´mars,
de l´autr´ côté des Pyrénées,
un arnachiste du Pays basque,
pour lui apprendre à s´révolter,
ils crient, ils pleurent et ils s´indignent
de cette immonde mise à mort,
mais ils oublient qu´la guillotine
chez nous aussi fonctionne encore.

Etre né sous l´signe de l´hexagone,
c´est pas c´qu´on fait d´mieux en c´moment,
et le roi des cons, sur son trône,
j´parierai pas qu´il est all´mand.

On leur a dit, au mois d´avril,
à la télé, dans les journaux,
de pas se découvrir d´un fil,
que l´printemps c´était pour bientôt,
les vieux principes du seizième siècle,
et les vieilles traditions débiles,
ils les appliquent tous à la lettre,
y m´font pitié ces imbéciles.

Ils se souviennent, au mois de mai,
d´un sang qui coula rouge et noir,
d´une révolution manquée
qui faillit renverser l´Histoire,
j´me souviens surtout d´ces moutons,
effrayés par la Liberté,
s´en allant voter par millions
pour l´ordre et la sécurité.

Ils commémorent au mois de juin
un débarquement d´Normandie,
ils pensent au brave soldat ricain
qu´est v´nu se faire tuer loin d´chez lui,
ils oublient qu´à l´abri des bombes,
les Francais criaient "Vive Pétain",
qu´ils étaient bien planqués à Londres,
qu´y avait pas beaucoup d´Jean Moulin.

Etre né sous l´signe de l´hexagone,
c´est pas la gloire, en vérité,
et le roi des cons, sur son trône,
me dites pas qu´il est portugais.

Ils font la fête au mois d´juillet,
en souv´nir d´une révolution,
qui n´a jamais éliminé
la misère et l´exploitation,
ils s´abreuvent de bals populaires,
d´feux d´artifice et de flonflons,
ils pensent oublier dans la bière
qu´ils sont gourvernés comme des pions.

Au mois d´août c´est la liberté,
après une longue année d´usine,
ils crient : "Vive les congés payés",
ils oublient un peu la machine,
en Espagne, en Grèce ou en France,
ils vont polluer toutes les plages,
et par leur unique présence,
abîmer tous les paysages.

Lorsqu´en septembre on assassine,
un peuple et une liberté,
au cœur de l´Amérique latine,
ils sont pas nombreux à gueuler,
un ambassadeur se ramène,
bras ouverts il est accueilli,
le fascisme c´est la gangrène
à Santiago comme à Paris.

Etre né sous l´signe de l´hexagone,
c´est vraiment pas une sinécure,
et le roi des cons, sur son trône,
il est français, ça j´en suis sûr.

Finies les vendanges en octobre,
le raisin fermente en tonneaux,
ils sont très fiers de leurs vignobles,
leurs "Côtes-du-Rhône" et leurs "Bordeaux",
ils exportent le sang de la terre
un peu partout à l´étranger,
leur pinard et leur camenbert
c´est leur seule gloire à ces tarrés.

En Novembre, au salon d´l´auto,
ils vont admirer par milliers
l´dernier modèle de chez Peugeot,
qu´ils pourront jamais se payer,
la bagnole, la télé, l´tiercé,
c´est l´opium du peuple de France,
lui supprimer c´est le tuer,
c´est une drogue à accoutumance.

En décembre c´est l´apothéose,
la grande bouffe et les p´tits cadeaux,
ils sont toujours aussi moroses,
mais y a d´la joie dans les ghettos,
la Terre peut s´arrêter d´tourner,
ils rat´ront pas leur réveillon;
moi j´voudrais tous les voir crever,
étouffés de dinde aux marrons.

Etre né sous l´signe de l´hexagone,
on peut pas dire qu´ca soit bandant
si l´roi des cons perdait son trône,
y aurait 50 millions de prétendants.

http://www.youtube.com/watch?v=2RQHsn2ilfA
l'esprit est comme un parachute, il ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert.....
#13
toute mon enfance renaud :anal:
Wouaf Wouaf. :karu:
#14
bld01 a écrit :
en parlant d'hexagone....



L'Hexagone - YouTube


Évidemment. Smile
Aco une lichette ?
#15
Une chanson du grand Georges :

les deux oncles

Citation :C'était l'oncle Martin, c'était l'oncle Gaston
L'un aimait les Tommies, l'autre aimait les Teutons
Chacun, pour ses amis, tous les deux ils sont morts
Moi, qui n'aimais personne, eh bien ! je vis encor

Maintenant, chers tontons, que les temps ont coulé
Que vos veuves de guerre ont enfin convolé
Que l'on a requinqué, dans le ciel de Verdun
Les étoiles ternies du maréchal Pétain

Maintenant que vos controverses se sont tues
Qu'on s'est bien partagé les cordes des pendus
Maintenant que John Bull nous boude, maintenant
Que c'en est fini des querelles d'Allemand

Que vos fill's et vos fils vont, la main dans la main
Faire l'amour ensemble et l'Europ' de demain
Qu'ils se soucient de vos batailles presque autant
Que l'on se souciait des guerres de Cent Ans

On peut vous l'avouer, maintenant, chers tontons
Vous l'ami les Tommies, vous l'ami des Teutons
Que, de vos vérités, vos contrevérités
Tout le monde s'en fiche à l'unanimité

De vos épurations, vos collaborations
Vos abominations et vos désolations
De vos plats de choucroute et vos tasses de thé
Tout le monde s'en fiche à l'unanimité

En dépit de ces souvenirs qu'on commémor'
Des flammes qu'on ranime aux monuments aux Morts
Des vainqueurs, des vaincus, des autres et de vous
Révérence parler, tout le monde s'en fout

La vie, comme dit l'autre, a repris tous ses droits
Elles ne font plus beaucoup d'ombre, vos deux croix
Et, petit à petit, vous voilà devenus
L'Arc de Triomphe en moins, des soldats inconnus

Maintenant, j'en suis sûr, chers malheureux tontons
Vous, l'ami des Tommies, vous, l'ami des Teutons
Si vous aviez vécu, si vous étiez ici
C'est vous qui chanteriez la chanson que voici

Chanteriez, en trinquant ensemble à vos santés
Qu'il est fou de perdre la vie pour des idées
Des idées comme ça, qui viennent et qui font
Trois petits tours, trois petits morts, et puis s'en vont

Qu'aucune idée sur terre est digne d'un trépas
Qu'il faut laisser ce rôle à ceux qui n'en ont pas
Que prendre, sur-le-champ, l'ennemi comme il vient
C'est de la bouillie pour les chats et pour les chiens

Qu'au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi
Mieux vaut attendre un peu qu'on le change en ami
Mieux vaut tourner sept fois sa crosse dans la main
Mieux vaut toujours remettre une salve à demain

Que les seuls généraux qu'on doit suivre aux talons
Ce sont les généraux des p'tits soldats de plomb
Ainsi, chanteriez-vous tous les deux en suivant
Malbrough qui va-t-en guerre au pays des enfants

O vous, qui prenez aujourd'hui la clé des cieux
Vous, les heureux coquins qui, ce soir, verrez Dieu
Quand vous rencontrerez mes deux oncles, là-bas
Offrez-leur de ma part ces "Ne m'oubliez pas"

Ces deux myosotis fleuris dans mon jardin
Un p'tit forget me not pour mon oncle Martin
Un p'tit vergiss mein nicht pour mon oncle Gaston
Pauvre ami des Tommies, pauvre ami des Teutons...

ecoute : GEORGES BRASSENS - LES DEUX ONCLES + LYRICS - YouTube et en bonus la même mais interpretée par Souchon : Brassens par Souchon - Video Dailymotion
l'esprit est comme un parachute, il ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert.....
#16
t'es pas sérieux ?

Tu nous met du edith piaf et je m'incline .
Wouaf Wouaf. :karu:
#17
dogrulez a écrit :
t'es pas sérieux ?

Tu nous met du edith piaf et je m'incline .


Tout à fait sérieux, j'écoute brassens et je l'adore, ses textes sont de vraies perles à mon sens et beaucoup sont intemporels Wink Et le personnage etait vraiment quelqu'un d'exceptionnel. 8) Pas pour rien que renaud à fait un album avec des reprises du grand georges (au passage, une interpretation des "oiseaux de passage" sublime d'ailleurs).

Mais par exemple je aime moins Brel et Edith Piaf, je respecte leur oeuvre mais leur textes me parlent moins. Brassens avait ce coté simple et rebelle qui me plait tant et une plume bien acérée Wink :

Citation :Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Ils sont loins mes débuts ou, manquant de pratique,
Sur des femmes de flics je mis mon dévolu.
Je n'étais pas encore ouvert à l'esthétique.
Cette faute de gout je ne la commets plus.

^^
l'esprit est comme un parachute, il ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert.....
#18
Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Vous pensez à ce que je pense ? 0.o choqued !
Wouaf Wouaf. :karu:
#19
dogrulez a écrit :
Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Vous pensez à ce que je pense ? 0.o choqued !


Héhé ^^ c'est tiré de "à l'ombre des maris" Wink Il aimait donner parfois des double sens à ses chanson, comme par exemple dans "les copains d'abord", ou la chanson balance entre l'histoire d'un bateau et celle de l'amitié qui peut exister entre des pottos Wink

Enfin je ne sais pas si tu connais Brassens ou pas, si pas, je t'invite à le découvrir tu ne devrais pas etre déçu Wink

aller j'en tape une autre, celle qui m'a donné l'envie de découvrir son oeuvre :

la mauvaise réputation :

Citation :Au village, sans prétention,
J'ai mauvaise réputation.
Qu'je m'démène ou qu'je reste coi
Je pass' pour un je-ne-sais-quoi!
Je ne fait pourtant de tort à personne
En suivant mon chemin de petit bonhomme.
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Non les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Tout le monde médit de moi,
Sauf les muets, ça va de soi.

Le jour du Quatorze Juillet
Je reste dans mon lit douillet.
La musique qui marche au pas,
Cela ne me regarde pas.
Je ne fais pourtant de tort à personne,
En n'écoutant pas le clairon qui sonne.
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Non les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Tout le monde me montre du doigt
Sauf les manchots, ça va de soi.

Quand j'croise un voleur malchanceux,
Poursuivi par un cul-terreux;
J'lance la patte et pourquoi le taire,
Le cul-terreux s'retrouv' par terre
Je ne fait pourtant de tort à personne,
En laissant courir les voleurs de pommes.
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Non les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Tout le monde se rue sur moi,
Sauf les culs-de-jatte, ça va de soi.

Pas besoin d'être Jérémie,
Pour d'viner l'sort qui m'est promis,
S'ils trouv'nt une corde à leur goût,
Ils me la passeront au cou,
Je ne fait pourtant de tort à personne,
En suivant les ch'mins qui n'mènent pas à Rome,
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Non les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Tout l'mond' viendra me voir pendu,
Sauf les aveugles, bien entendu.

GEORGES BRASSENS - La mauvaise reputation - YouTube

quelques titres en vrac :

- le gorille,
- les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
- mourrir pour des idées
- hécatombe
- Le temps ne fait rien à l’affaire

^^
l'esprit est comme un parachute, il ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert.....
#20
Qui veut la peau d'mon crewwwwwwwwwwwwwwwwwww!????????????????

Kool Shen feat. Salif ~ Qui veut la peau d’mon crew ?

Refrain x 2
Qui veut la peau de mon crew ? (qui veut la peau d’mon)
Qui veut la peau de mon crew ? (fucking crew)
Qui veut la peau de mon crew ? (qui veut la peau d’mon fucking crew)

Kool Shen :
Tout le monde se d’mande, pq tout le monde écrit la même chose, faisant ainsi tourner le rap en rond, énième prose posée pour la même cause, Avec les mêmes mots, le même style de flow, c vrai que ca fuse le clonage on sait plus qui est qui. Ni qui fait quoi et qui fait qui… c’qui fait que même les vrais espèrent diluer dans la masse de merde , saza dit lui, ou plutot même dit leur, va falloir prendre des risques, être original pas seulement vendre des disques pour vendre des disques. Arrete il y va de notre survie, en fait notre musique est en sucris est-ce à chaque fois qu’on en tient plus les rennes. Si on plante plus les grainees, faudra pas s’étonner ouais de pas reconnaître, c’qu’on a vécu c’pays a du reconnaître la fein du film hein, c vrai que ca va finir par c’tarir si tlm pense qu’à rire alors qu’il faut qu’on pense carrière, le long terme ouais que ca de vrai, ramener des prods fats, faire son propre truc, le phosphate faut le prendre là ou il est, tout en laissant son froc là ou il est, sinon l’ vrai rap on dira « bah où il est ? » ouais c ca, on dira « bah où il est ? ». Mais qui veut la peau de mon crew ?

Refrain x 1

Salif :
Yo, putain ya trop de bombes, et trop de crew de baltringues, le rap c du coste-la c devenu un truc avec lequelle même les trous de balles s’fringuent. Sont tous barjes dingues, he, même les tapettes parlent, nous on sl’a pète pas et ceux qui sont juste la pour la paye parlent, pour ca que je fais plus l’pitre, sont prêts a donner leur fesses pour monter plus vite, (?)…ya d rappeurs en tout genre, moi j’incite les gens a trier ceux qui sont la par passion et ceux qui sont la pour l’gent-ar, on distingue même plus le vrai du faux, on est près du fond et on va le toucher si n’importe qui créé du son. Moi j’suis qu’un bosseur qui avance avec un poste dur, j’dois dire qu’ya pas qu’un imposteur mais bien toute une imposture.Ca veut être hip hop, et ca honore pas le contrat, ca s’la conte-ra, ca te sort d histoires dans le morceaux d’apres un autre te racontera… c vrai que ca tourne en rond, chez moi ca cause des tourments, kho, le rap prend un mauvais tournant, kho, certains des mecs ??… en fait c a croire que jamais on rigole en bas, on fait d’autres choses que d’dealer le soir et ramener le fric aux rents-pa, pour ces mecs la ya que d solutions clé comme la r’traite, z’ont même plus de couilles maintenant c sur le son qu’les connards traitent…

Refrain x 2

Kool Shen :
J’te jure qu’ca y est, on y est, à l’époque tout c’qu’on reniait, la bise du show bizz, devenir potes avec les cons d’hier, ce qui promettent aux cons de foutre le rap en péril, de contre culture, on est passé à un art stérile et ca fait flipper d’voir qu’notre trip s’résume aujourd’hui a d singles, de plus en plus formattés de jingles, arrete de m’dire c squ’ils veulent, ca m’saoule, ouais salif faut qu’on garde l’âme soul, qui a entretenir au fond la flamme seuls.
#21
Joe Star en solo sur le tout premier album de NTM, nous lâche un message cru, mais tellement authentique à l'époque : "Quelle gratitude"


Citation :Quelle gratitude devrais-je avoir pour la France ?
moi Joey Starr qu'on considère comme un barbare
donc j'encule tous ces moutons de fonctionnaires
tous ces pédés de militaires
qui pendant oui presque plus d'une année
m'ont séquestré, malmené
sous prétexte de faire de moi
un homme, un vrai
avec les couilles dans le béret,
avec le cerveau dans le paletot
et à la place du coeur
une saloprie de drapeau.

Quelle gratitude devrais-je avoir pour la France ?

me demandant ma vie
en cas de conflit
alors qu'aucunement je ne partage
leurs idéologies
qui ont fait de moi
qu'un jeune aigri paranoïaque
donc pour tous ces désirs
inassouvis pour chacun d'eux
pas un bras assez ingrat
je ne donnerais
pas une goutte de mon sang
ne sera versée pour rejoindre leurs rangs
car au-dessus de leurs lois
j'ai bâti mon toit
a mon crew 93 NICK TA MERE
j'ai donné ma foi
fraternité dans laquelle
tout le monde est roi
fraternité dans laquelle
les business illicites
sont habituels et nécessaires
car nos lois de survie
ne sont pas les mêmes
et perpétuel est l'appui
que nous apporte la flicaille
dans notre haine

{Refrain:}

Quelle gratitude devrais-je avoir pour la France ?
encore moi, Joey Starr,
révolté, renégat de cette enculerie
qu'on appelle le système
pour lequel je n'ai aucune gratitude
et pourtant de temps en temps
je retourne dans leur troupeau
mais fonctionnaires et prolétaire
me ramènent vite fait sur terre
voilà pourquoi NICK TA MERE
voilà pourquoi cette pluie de mots
adressée à ma nation e veut forte
car je n'oublie pas tous ces gens
qui un jour ont pu fermer leur porte
jugeant mes capacités
sur ma couleur et mon ethnie
voilà pourquoi mon entourage
vit dans l'ennui et a choisi le mépris
"heureux sont les fêlés car ils laissent passer la lumière". Michel Audiard.
#22
l'égocentrisme de l'assassin - ASSASSIN

Citation :Dans la forêt sombre des psychoses diverses,
Je verse mes émotions dans les notions qui me restent.
Il est facile de perdre l'équilibre sur une circonférence,
Perdue dans l'univers trouble d'un horizon dense.
Car chaque individu, chacun d'entre nous sur cette terre,
A, au plus profond de lui, son ego comme adversaire.
Attendant paisiblement comme le requin dans la nuit noire des fonds marins,
La venue prochaine de l'Assassin.
Celui qui réveillera nos faiblesses, nos différences,
Travaillant le mental, déstabilisant la patience.
Il est là, présent, voit ce que l'on voit, vit ce que l'on vit,
Prêt à tout, faisant partie intégrante de nos esprits.
Prisonnier de ses propres émotions,
C'est un effort permanent pour ne pas être prisonnier de sa pression.
Les fleurs éclosent dans un monde où l'on cultive l'individualisme,
Où les racines ont pris forme dans les "libertés" du capitalisme.
Tu comprends pourquoi les fruits sont souvent avariés,
L'eau qui les arrose est trop souvent polluée
D'avidité, de cupidité guidée par l'égocentrisme
Qui s'immisce dans chacun de nous, puis glisse ...
Dans les cellules conscientes de notre anatomie.
Ce putain de système parfois me mash up l'esprit.
Me fait plonger dans mon ego plutôt que dans la lucidité.
Il est parfois dur d'appliquer ces belles théories avec des enculés.
Le miroir reflète l'image, mais l'image est souvent sombre.
Quand l'ego surplombe la conscience et s'active dans la pénombre.

Seul dans une ville de grande solitude.
La face cachée de notre ego ne veut pas perdre son attitude.
Il lutte, il lutte, mais le système l'oppresse.
L'égocentrisme de l'Assassin intervient quand le mental stresse.

L'heure sonne, l'heure sonne, monte les basses au maximum !
Le dédoublement de ma personne s'imbibe de ce qui l'environne.
Sous transfusion du virus de consommation,
J'irais bien karna cet enfoiré vu sa maison.
Vu ma vision, vu que j'ai perdu ma raison,
Laissée à l'abandon dans les rues de cette nation qui m'a vu naître.
Un numéro, une étiquette,
Un nom, un prénom, une classe sociale et bienvenue sur la planète.
Prends à droite, prends à gauche, tout est indiqué, tout est dirigé
Laisse faire l'Etat, le schéma est bien pensé .
Bullshit ! Comme le dirait le home boy Aroïne.
L'homme est un loup pour l'homme, mais j'ai décidé de contrôler ma personne.
C'est sûr, c'est dur mais je pense au futur
Puis soudain mon ego me revient à toute allure.
Ramenant le côté impur des pensées malsaines,
Celles qui traînent dans les extrêmes, celles qui font que mon cœur saigne.
Il est en moi, car mon moi est son moi,
Et sans émoi, à la moindre occasion il me foudroie - Booyaka !
Car si je laisse l'égocentrisme me contrôler comme ils le veulent,
Je serai un nouveau naufragé, seul.
Bien seul avec mes pensées quand je m'endors.
Seul, bien seul avec ma rancœur et mes remords.
Le miroir reflète l'image, mais l'image est souvent sombre.
Quand l'ego surplombe la conscience et s'active dans la pénombre.

au Refrain

Click, clack le maniak se dédouble en moi,
Mes réflexes sont conditionnés par sa voix .
Qui, elle-même, est le reflet de la tension qui oppresse ma personne.
Dur de rester fresh quand on vit à Babylone !
Pourtant le désespoir est une insulte à l'avenir.
C'est une phrase bien optimiste quant on laisse les gens mourir.
Et mon ego le sait, on ne lui ment pas.
Le seul qui peut le stopper dans ses actes, C'EST ....

Ecoute : Assassin-L' Egocentrisme de l'Assassin - YouTube
l'esprit est comme un parachute, il ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert.....
#23
Citation :[Intro: Maitre Gims]
La drogue te plonge dans les ténèbres
La drogue te plonge dans les ténèbres
La drogue te plonge dans les ténèbres
Dans le noir total...

[Couplet 1: Maska]
Mon bonheur coûte 30 euros,
S’balade dans l’boule des gens,
J’dépends d’elle comme si sans elle c’était mon cœur qui foutait l’camp,
J’brûle ma drogue quotidiennement, car ma vie c’est l’enfer,
J’ai embrassé ses charmes sans avoir vu ses dents d’fer,
Quand tu vois dis pas mesquine, j’cache la haine d’au moins dix skins,
Oui mes propres font mes skiffs, car pour leur père n’ont plus d’estime,
Si j’regarde toujours le sol, c’est qu’j’suis tombé bien plus bas qu’Terre,
La cocaïne dirige la rue et tous ces gueushs en subalterne,
Elle m’apporte tellement de plaisir qu’j’aime mon dealer plus que ma mère,
Et à côté d’mon crack, une jolie femme n’est qu’d’la merde.
Dans mon crâne j’ai une galette, certains toxs veulent ma tête,
Car j’connais pas l’partage, j’consomme, tout seul ma quête,
L’argent n’a pas d’odeur car j’cache ma came dans mon zen,
On a tous le Sida tout l’monde s’écarte quand on saigne,
Ils m’traitent de mort vivant car j’marche seulement en oscillant,
Mais c’mec-là qu’aime insulter n’est qu’un dealer qui vaut c’qui vend.

[Interlude : Maska / JR O Crom]
Mais passe-moi cette putain de galette merde
Wesh t'es sérieux là ? Vas-y casse-toi là
J'te ramène l'argent demain
Vas-y vas-y casse-toi rentre dans le bât
Mais j'te l'ramène
Vas-y vas-y j'm'en bats les couilles
Putain mais j'en ai besoin merde
J'm'en bats les couilles, rentre dans le bât

[Refrain: Maitre Gims]
La drogue te donne des ailes, tu frôles le ciel,
C’n’est qu’un plaisir à temps partiel,
Tes joues se creusent, la fumée cerne tes cernes,
T’es dans un océan d’conseil.
La cock te donne des ailes,
Le shit te donne des ailes
L’extasy fait le même job,
Dans le noir total

[Couplet 2: Black Mesrimes]
Moi j’suis l’un des mecs les plus endettés d’toute la capitale
L’dernier chrome que j’ai pris pour ma cons j’crois qu’c'était t’à’l'heure
Hum! Manque de neurones j’sais même plus à qui j’dois d’l'oseille
Il manque deux euros laisse la moi khey soit pas mauvais
(Eh! nan nan nan! J'te laisse rien vas-y dégage ! Dégage!... 2€, sale guesh va!)
Mais si tu veux même
J’te fais la même scène
Qu’dans Menace II Society, oui, j’te suce la...
(Quoi ? T'es serieux là ?
Eh vas-y casse-toi j'vais t'défoncer
Attends! Attends! Reviens reviens!)
Non non t’énerves pas
Tranquille j’me tire ailleurs
À la recherche d’un mec qui voudra un peu moins tiraille
Il m’faut du biff vite
J’ai les poches vides
Même pas d’quoi faire un stick
J’m'étais juré de, de n’plus faire le keus de la daronne
Des moments incontrôlables khey tu l’fais même si t’as reup
Ou arracher un sac d’une vieille sur l’point de mourir
Bref tout un tas d’bêtises où j’laisse sheitan me nourrir
La drogue me donne des ailes
Mais en vrai celles-ci sont cassées
Tout stopper, attérir, in challah dès que j’ai l’occasion

[Refrain: Maitre Gims]
La drogue te donne des ailes, tu frôles le ciel,
C’n’est qu’un plaisir à temps partiel,
Tes joues se creusent, la fumée cerne tes cernes,
T’es dans un océan d’conseil.
La cock te donne des ailes,
Le shit te donne des ailes
L’extasy fait le même job,
Dans le noir total.

[Couplet 3: Maitre Gims]
Le toxico recherche un plaisir
Sans fournir d’efforts
Il est dans l’noir une fois sur deux
Comme si l’Soleil clignait des yeux
Tes veines te grattent ça devient alarmant
D’un coup, tu fonds en larmes
Le manque de drogue s’acharne
Tu vends le lait du marmot
Pour elle, tu peux tout flinguer
Quitte à flinguer l’frangin
J’répète tu peux tout flinguer
Flinguer l’frangin vendre tes fringues
Tu travailles en tant que top model
Tu vis grâce à c’corps de rêve
Pas question d’lui faire des séquelles
Donc tu t’piques entre les orteils
Seul la rue t’héberges
Tu sniffes des perfs
Sur l’avant-bras plus aucune veine
C’est pas grave tu t’piques la verge
Au réveil ton visage tombe
Tes lèvres sont sèches
Pas besoin de préciser
Que Monsieur est dans la hass
Les gens t’écartent ils te détestent
Te négligent donc tu empestes
Espèce de... ! Tu incarnes la peste
Les mêmes chemins, les mêmes gestes
Les mêmes seringues, la même sieste
Le même stress
La mort arrive et tout ça cesse !

[Refrain: Maitre Gims]
La drogue te donne des ailes, tu frôles le ciel,
C’n’est qu’un plaisir à temps partiel,
Tes joues se creusent, la fumée cerne tes cernes,
T’es dans un océan d’conseil.
La cock te donne des ailes,
Le shit te donne des ailes
L’extasy fait le même job,
Dans le noir total.

[Outro: Maitre Gims] [x2]
La cock te donne des ailes,
Le shit te donne des ailes,
L’extasy fait le même job,
Dans le noir total

[video=youtube;UUkh4vHurWk]http://www.youtube.com/watch?v=UUkh4vHurWk[/video]
Sexion D'Assaut - La Drogue Te Donne Des Ailes


Citation :Couplet 1
J'me sens seul sur Terre, même quand derrière moi y'a des choristes
Bolide assuré tous risques, un zdehs, une Philip Morris
J'suis venu graille tout l'gâteau, ok je vous laisserai peut-être la cerise
Mais une fleur pourrie dans un bouquet, c'est toutes les fleurs qui pourrissent
Jrap tema , comment jtise mal
comment j'm'hypnotise
Un vrai chez moi, il en vaut 10, n'écoutes pas ce que les faux disent
Quand je croise Casper au parloir, t'es pris d'une espèce d'hantise
Au placard, t'sais que la juge elle fait moins peur que la dentiste
Qui vit avec l'acier, périrra par le fer
Moi j'voulais pas bicrave la C, mais j'ai fini par le faire
Je ne suis pas un animal, j'trouve pas ça normal qu'on m'enferme
Fuck ces magistrats de merde, que leurs mères crèvent en enfer


OK, ZOUGATA WOUGATA WHAT? MOTHER FUCKER !!!


Je ne suis pas un animal, j'trouve pas ça normal qu'on m'enferme
Fuck ces magistrats de merde, que leurs méres crévent en enfer


Couplet 2
Un jour j'étais posé Hada tranquillement dans le quartier
Lorsqu'une patrouille de condés passa et décida d'me faire chier
A la recherche de la petite bête, ils me demandèrent mes papiers
Et moi , walah bileh tout ce que je leur ai dit c'est ya pas pieds
Ouléd kheb, a moitier nu jme léve avec la barre de fer , jbaise leur mère toute la matinée
osez descendre de vos voitures jpeux vous fumer comme du saumons
Sur le terrains à Belleville ya plus sdarf que dans les rue de chaumonts
Ok zoogataga darwa v'nez pas m'casser les couilles
C'est pas d'ma faute si les ti-pe préfére crave-bi qu'aller a la school
Ici c'est belleville zou on roule un zdehs en haut dl'école
Tu traine un quart d'heure avec nous tu créve d'une overdose d'alcool

Barrez vous bande de schtroumpf remballer vos girofard

bande de trimard , bande de hmar , bande de koufar

Le monde tourne a l'envers

J'suis dans le décors et tout sonne en vert

Moi tout ce que je souhaite c'est que vos grand-mére elle crévent en enfer



OK ZOUGATA WOUGATA WHAT? MOTHER FUCKER !!!


Je suis dans le décors et tout sonne en vert
Moi tout ce que je souhaite c'est que vos grand-mére crévent en enfer


Couplet 3
Un jour j'était poser, pénard, tranquille en promenade
C'était l'été , jfume un pétard sirotai une petite citronnade
J'en avait marre de voir autant de surveillant autour de oim
J'sortait bientot et puis le greffiers et venue et ma rajouter 8 oim
Le lendemain j'était posé Hata dans ma llul-ce a la descente
Lorsque une équipe de hassess débarqua et fit une descente
A la recherche de mon phone-télé ils sont venue ils m'ont méme prit la télé
Puis il l'ont trouver il m'ont envoyer au cachot c'est enculer
Il m'ont eu , comme une merde , comme une croquette
La dans mon pote jréver pas de pute mais de lance roquettes
Tnaked pour moi mon frére chavais plus comment faire
MDR tout ce que j'souhaite ce que leurs ancétre crévent en enfer


OK ZOUGATA WOUGATA WHAT? MOTHER FUCKER


Tnakd pour moi mon frére je savais plus comment faire
2012 tout ce que j'souhait ce que leurs ancétre crévent en enfer



OK ZOUGATA WOUGATA JPIQUE WOULD KEHBA !!!!!

Mister You - Crève en Enfer
[video=youtube;f-NC-yNo21w]http://www.youtube.com/watch?v=f-NC-yNo21w[/video]

Citation :[Intro]
Bonjour. Donc les enfants peuvent-ils souffrir de dépression ?
C'est un sujet assez nouveau, hein, parce qu'on va même aborder la question des 0-5 ans, donc les enfants d'âge pré-scolaire, et les enfants de 6 à 12 ans. Et certainement on va déborder sur la pratique plus fréquente auprès des adolescents, puis des jeunes adultes
Donc un enfant hein normalement ça devrait être heureux, hein, ça devrait être bien
Donc on va essayer de regarder comment ça peut faire, comment on peut arriver, finalement, à ce qu'un enfant soit triste, et puisse... éventuellement qu'on puisse parler de dépression...


[Couplet 1 - Taipan]
Ok
Ouais mon petit
T'es pas vraiment vraiment
Le premier bout de viande qu'a réchauffé ta jolie maman
Que veux-tu faire quand tu seras grand ?
Y'a qu'un bonhomme par an qui devient footballeur pro
Tes parents croient en toi mais jouent quand même au Loto
Coco faut que t'apprennes deux-trois protocoles
Les gosses qui pissent au lit deviennent des hommes qui dorment aux chiottes
Encore un coup de blues
Tu vis dans le doute
Et voudrais connaître ton père : envoie "père" au "8 12 12"
Te pose pas trop de questions
Car à 30 ans les anciens premiers de ma classe ont déjà tous tapé leur dépression
Ta maman va te payer ta télé le mois prochain
N'aie plus peur des fantômes petit t'en seras bientôt un
Mais si tu crois qu'un jour t'auras plus peur de rien bah tu rêves
Quand t'es gosse t'as peur du noir, quand t'es vieux t'as peur de la lumière
On est toujours les mêmes dis-toi qu'on va jamais changer
Vivants on fout la merde et morts on fait d'l'engrais


[Refrain x2]
C'est beau de rêver
Rêve, rêve


[Couplet 2 - Orelsan]
Petit
T'es pas l'élu, t'es pas l'meilleur, t'es pas l'centre du Monde
Petit
T'es qu'le fruit d'une capote éclatée dans l'ventre d'une blonde
C'que t'appelles ton doudou c'est qu'un torchon plein d'bactéries
Un vrai tissu d'mensonges voilà c'que les adultes appellent la vraie vie
Regarde dans les dessins animés : les gentils gagnent
Change de chaîne mets les infos dis-moi si quelqu'un sauve les gens qui canent
Dis-moi si quelqu'un ressuscite les cadavres remplis de balles
Si tes rêves d'enfant minable
Empêcheront les familles des victimes d'se sentir mal
Épouser sa mère c'est de l'inceste
Tu seras seul avec tes deux couilles
Les grenouilles n'embrassent jamais les princesses
Les tops modèles n'épousent jamais les chômeurs en fin d'droits
Reste à fuir, fantasmer l'avenir, jouir de tes cinq doigts
Chaque fois qu't'essayes de toucher l'ciel on t'coupe les ailes
T'ouvres ton premier Blédina, quinze ans plus tard tu t'ouvres les veines
On dit souvent "l'espoir fait vivre"
Mais je crois qu'l'espoir c'est pire
Petit laisse-moi t'prévenir
Même attraper ses rêves c'est les détruire


[Refrain x2]


[Couplet 3 - Gringe]
Gélatine de porc dans ton riz au lait
Petit fais un choix tire un trait sur ton dessert Yoplait ou la mosquée
Paraît qu'faut du calcium pour bien grandir
S'manger des gnons c'est mieux, ferme tes deux yeux bien fort et tu vas rien sentir
Dans l'monde des grands on exauce pas les rêves de gosses
Au pire tu seras peut-être le nouveau Champollion si tu tombes sur un os
Ou gynécologue en touchant l'fond
Petit, bienvenue la où les hommes font comme la Terre : ils tournent en rond
Claque ta paye au Loto pour être riche comme Crésus
Barbituriques, Valium, Lexo pour faire dodo dans les bras d'Morpheus
Allez pince-toi l'nez bien fort pour gober la pilule
Mène un mode de vie nul
Quand la drogue te stimule
Ben ouais t'as pris perpète alors déguste
Dès le début l'boucher fait le taf à la coupe : cordon ombilical, prépuce
Oublie ta première peine de cœur, la deuxième est gratuite
Tu veux savoir c'est quoi l'amour, cherche dans Google à "hépatite"


[Refrain x4]
[video=youtube;CuVt31NBEzk]http://www.youtube.com/watch?v=CuVt31NBEzk[/video]
Wouaf Wouaf. :karu:
#24
Citation :Il n'y pas de secret, pas de secrets,
il y a une vérité
simple, sobre, crue, quoi

"La horde du contrevent"
tu la réussiras uniquement si tu t'isoles
si tu t'isoles quoi!
tu comprends ce que ça veut dire isole ?
Isola, l'ile quoi!
Tu crées ton ile et tu l'effaces au maximum
il faut que les gens soient extrêmement loin de toi,
mais loin parce que ton univers sera vaste
sera immense, sera énorme, énorme univers

énorme puissance d'univers...

Caracole il existe en toi complètement.
Comme Strochnis,qu'il soit toi, quoi
que Pietro Della Rocca tu le deviennes.

Et la croute aussi,
et tous l'univers
et tout le vent
tu vis complètement la dedans

c'est ca qu'il faut,
y a que ca qu'il faut
tu restes collé au vent
collé au vent,
collé au vent toi
et que tu te battes
que tu ne fasses aucune concessison sur le reste
tu oublies tout
t'es pas consultant, t'es rien !
le consulting c'est d'la merde

la seule chose qui a d'la valeur
c'est quand t'es capable de faire un chapitre comme celui-là
ça, ça restera, ça mérite que tu vives
tu peux vivre pour écrire ça
ça mérite que tu vives

là t'es pas né pour rien
t'es nécessaire
t'es pas surnuméraire
t'es pas superflu
là t'as une nécessité quand t'écris ça

la nécessité d'être
et c'est ça qui faut tenir mec
c'est ça qui faut putain de tenir !
lâches pas le morceau
t'fais pas enculé
t'fais pas dispersé
t'fais pas fragmenté
fais pas de concession
y'a pas de concession avec la vie
y'a pas de concession
tu vies et faut vivre à fond


[video=youtube;2C72d1zXOpk]http://www.youtube.com/watch?v=2C72d1zXOpk[/video]

rame la galere
If your head is too open your brain falls out
#25
Citation :Je me sens si seul ce soir
Tu es là pourtant dans mon lit, dans ma nuit
Je f'rais mieux d'me coucher contre ton corps
Au lieu d'rester la a fumer encore et encore
Mais tu sais, pour moi
Y a des choses simples qui n'le sont pas...
Et c'est toujours quand tu dors
Que j'ai envie de te parler
C'est toujours quand tu dors
Que moi j'dors pas
Comme un lamentin qui s'lamente
Dans les eaux troubles du manque
J'ai la mort aux trousses qui me fout les foies
Qui me hante, qui me tente
Qui me vante son antre
Et combattant immobile
J'écoute bouillir mon sang, ma bile
Et battre a mes tempes
Le décompte du temps
Et c'est toujours quand tu dors
Que j'ai envie de te parler
C'est toujours quand tu dors
Que j'veux pas crever...
Et la nuit s'éternise
Et moi j'penche comme la tour de Pise
Fatigué sur un dernier dessin
Encore un qui raconte que j'me sens pas bien
Alors j'ai sommeil, mais j'veux pas dormir
Alors je veille, je sais qu'un jour tu vas partir...
Parce que c'est toujours quand tu dors
Que j'ai envie de te parler
C'est toujours quand tu dors
Que moi j'dors pas
Et le bleu du p'tit matin me délivre enfin
Et je fume mon dernier joint
Et c'est déja demain...

[video=youtube_share;RhXO28OiMks]http://youtu.be/RhXO28OiMks[/video]

Mano solo - Toujours quand tu dors (la marmaille nue)

...que de belles (et tristes) chansons dans cet album :yawinkle:
#26
..
#27
Orelsan je l'aime bien mais je trouve qu'il se fout un peu de la gueule de tout le monde. Moi-même je suis très dark mais bien souvent je ne comprends pas la tragédie qu'il voit dans tout et tout le monde, même les plus belles choses...

I will change the world today
I don't care what the people say
There's a brighter day to come
Cause I'm a rebell I kill the devil

I was so close to resigning
Saying fuck the world and just move to an island
All of these people seek dem neon enlightments
We are blinded
World leaders too money minded
(But then)
Music is my mission and jah works my assignement
I come from Iceland, Freetown salon, land of diamonds
We're pushing stones bigger than a girl in the 9th month
See Americans ah turn the world in a timebomb
We ain't got no hoods, we have real slums
Where ten year olds have you leaving
On two hands with two stumps
And no clothes and no funds
I was deep down in a hole giving up my life once
So insecure I couldn't even see the sky once
So my energy would grow out of silence
“how you gonna change the world?”-
I will change it with my hands
We haffi response before the rivers run dry
And the stars fall from the sky these days
Love is just a word but I will try and…

Chorus
I will change the world today
I don't care what the people say
There's a brighter day to come
Cause I'm a rebel I kill the devil

I will change the world today
I'm gonna pave the way
For a brighter day to come
Cause I'm a rebel I kill the devil

I failed, I lied, betrayed, got played
Was scared, was blind, not straight, had hate
Gone astray, was lost, was vain, loved fame
But my strength of today lays in yesterday's pain
I stole, was sold, was bold, I chilled
I killed, I fell, I rose, you know
I've lost a fight before
But I won't lose the war

Chorus

This ain't about the bad ones
It's about the one who no care
Who's too fat to be bothered
Too lazy and scared
To whom changing this world
Would mean send his world to hell
And destroy an illusion
That served him so well
Good things never come easy
Start with reflection of self
To some this might sound cheesy
But the truth afi tell
Some caught up in survival
Think it's them that need help
You never know that material
Could never be wealth

Elle me donne l'envie de détruire pour reconstruire après cette chanson : Patrice - Today
#28
Noir désir - Bouquet de nerf

Bon, faut se triturer un peu le cerveau avant de comprendre, mais c' est aussi l' intérêt.


Journée de la pleine lune
Au sommet de la dune
A caresser de loin ton chien

T'oublies or not t'oublies
Les ombres d'opalines
au rendez-vous suivant, j'attends
Au fond d'une autre limousine
Qui ne vaut pas plus cher
Que ce bouquet de nerfs

A frôler la calanche
Les étendues salines
A perte de vue on s'imagine en Chine

Trompe la mort et tais-toi
Trois petits tours et puis s'en va
J'opère tes amygdales
Labyrinthiques, que dalle
Ne m'est plus rien égal
Je sais je n'ai offert que des bouquets de nerfs


Rubis de Sade et jade, déjà je dis non
Diamant, c'est éternel
Des fleurs, des bouts du ciel immense

La liste des parfums capiteux
Capitalistes c'est bien
Mais olfacultatif
Liste en boule, au panier
Finalement j'ai offert quelques bouquets de nerfs

Agendas donnez-moi
De vos dates à damner
Tous les bouddhas du monde
Et la Guadalupe


S'il arrive qu'un anglais
Vienne me visiter
Dans la métempsychose
Je saurai recevoir je peux lui en faire voir de la sérénité
Et même lui laisser un certain goût de fer
Et ce bouquet de nerfs

[video=youtube;dmIwbhzFF30]http://www.youtube.com/watch?v=dmIwbhzFF30[/video]
No god, no devil, no glory. Just me and that.
#29
L'une des rares lyrics a m'avoir tiré des larmes, l'acoustique appuie des mots si sensibles, son propos est si sensé... Même si en ce moment avec la Syrie (malheuresement) entre autre ce massacre passe en second plan.. La vérité est néanmoins toujours présente..

Kery James a écrit :
“Avec le cœur et la raison”

Pour ceux qu'on chasse de leurs maisons
J'écris ce texte avec le cœur et la raison
J'n'y peux rien si la vérité vous effraie
Mais j'suis ni aveugle ni sourd ni muet
Se taire c'est parfois cautionner la violence et le non droit
Je ne serais pas complice du silence
Anticolonialiste ce n'est pas être antisémite
J'suis qu'un homme avec le sens de la justice
Je n'ai que la parole pour treillis
Pour ceux qu'on traite en étrangers dans leur propre pays
Pour ceux qu'ont été spoliés, volés
Qu'ont vu leurs droits les plus fondamentaux violés
Héritage tragique de décisions injustes
Prises sous mandat britannique
Depuis la déclaration Balfour on s'enfonce
Pour comprendre le présent, comprends où l'Histoire commence
Priver un peuple de l'autodétermination
Partager ses terres sans aucune consultation
Observe le drame de la colonisation
Deux options, la lutte ou la résignation
La Palestine n'était pas une terre sans peuple
Destinée à accueillir un peuple sans terre
Il y a bien un occupant et un occupé
Il y a bien un oppresseur et un opprimé
Le renier c'est tenter d'effacer l'Histoire
Et effacer l'Histoire c'est refuser qu'on la répare
Il y a bien un agresseur et une victime
Un colonisateur et un résistant palestinien
Il est question de faits établis, pas de point de vue
Ma raison peut s'y tenir même si mon cœur est ému
Il ne s'agit pas de deux forces égales qui s'affrontent
Les médias parlent de guerre quelle honte
La 3ème puissance armée face à une nation sans État
Plus de 1000 pour 10 à la dernière Intifada
C'est ça la guerre ?
Malgré tout ce qu'ils subissent
Les Palestiniens résistent, les Palestiniens existent
J'ai rarement vu un peuple si courageux
Sa fierté brille comme le soleil même par temps orageux
J'peux pas me désolidariser
Juste en temps qu'être humain je peux pas ne pas me positionner
C'est un appel à partager leurs peines
Mais les ignorants diront que c'est un appel à la haine
On ne nourrit pas l'injustice en la dénonçant mais en la taisant
Quoi qu'ils disent j’écris avec le cœur et la raison


[Refrain]


Pas de quiétude dans l'occupation
Au quotidien l'occupation c'est l'humiliation
L'humiliation est violente, constante
Aux frontières des checkpoint la liberté est agonisante
J'écris la détresse d'une nation
Qui sur ses propres terres n'a plus la libre circulation
Sous couvert de sécurité, l'apartheid se maquille
Et le mur sépare des familles
Les colonies se multiplient sous l’œil passif et complice des États-Unis
Négociations sans fin pour la création d'un état Palestinien
Mais quand viendra l'heure qu'est-ce qu'il en restera?
Quelques bouts de terre éparpillés
A l'heure où j'écris ce texte près des 3/4 ont été pillés
Près d'un million d'êtres humains ont été poussés à l'exil
Pourquoi quitter leur terre si leurs vies n'étaient pas en péril ?
Et leurs biens sont devenus les leurs
Les espoirs de retour sont devenus des leurres
As-tu entendu parler de ladite loi des absents ?
Les biens des réfugiés reviennent à l'occupation
Qui peut prétendre trouver ça normal ?
Qui peut prétendre que je devrais rester impartial ?
Pour rester impartial quand l'injustice est flagrante
Il faut être sourd avec une morale non-voyante
L’Histoire témoignera que je me suis levé comme j'ai pu
Pendant que les grandes puissances les regardent crever
Tous parlent de droits de l'homme mais n’empêchent pas le massacre
Les sanctions de l'ONU ne sont applicables qu'à l'Irak
On ne compte plus les orphelins
Les balles qui se sont perdues dans les poitrines de gamins
Combien de nourrissons sous les décombres
Des familles entières décimées par les bombes
D'assassinats dit "ciblés" foudroyants les civils
D'emprisonnements arbitraires
Dites moi pensez-vous que je devrais me taire ?
J'suis censé vivre dans une démocratie
Pourtant j'ai peur quand je relis ce que j'écris
Tout est basé sur des faits mais je crains quand même l'orage
J'écris avec le cœur, la raison et le courage...


[Refrain]


Avec le cœur mais aussi avec la raison
Je peux pas laisser terminer ce morceau sans préciser que
Ce texte ne prend pas à partie une communauté mais vise la politique d'un état et le silence complice du monde dit "libre"
J'suis conscient que dans chaque camps, je dis bien dans chaque camps, y'a des gens qui se battent pour que les choses changent, qui se battent pour la paix et la justice et je ne peux que saluer leur courage et leur sincérité
Je déplore la mort des innocents de part et d'autre. Qui peut se réjouir de voir mourir des enfants? Eux qui n'ont pas choisis, les héritiers d'un monde que les adultes leurs lèguent
J'écris ce texte, manifeste de mon soutien actif, aux pacifiques, aux Palestiniens. Pas uniquement parce qu'il y a parmi eux des musulmans car, contrairement aux idées reçues et ancrées dans l'inconscient collectif, les arabes palestiniens ne sont pas tous musulmans
Je les soutiens parce que j'estime, avec le cœur et la raison, qu'ils subissent une injustice et qu'il est important pour eux que le monde sache en attendant que le monde bouge
Il ne s'agit pas d'importer le conflit en France de manière stupide et violente en s'attaquant injustement aux personnes, à leurs biens et en dégradant des cimetières. Ce sont là des choses que je ne cautionne pas et que je condamne clairement
J’espère, j’espère toujours voir la paix dans la justice se lever à l'horizon et j'écris avec le cœur et la raison



[video=youtube_share;9XphanNMEns]http://youtu.be/9XphanNMEns[/video]
[Image: Corriged-20150824-052830.jpg]
#30
Leo Ferré - La mémoire et la mer

La marée, je l'ai dans le cœur
Qui me remonte comme un signe
Je meurs de ma petite sœur, de mon enfance et de mon cygne
Un bateau, ça dépend comment
On l'arrime au port de justesse
Il pleure de mon firmament
Des années lumières et j'en laisse
Je suis le fantôme jersey
Celui qui vient les soirs de frime
Te lancer la brume en baiser
Et te ramasser dans ses rimes
Comme le trémail de juillet
Où luisait le loup solitaire
Celui que je voyais briller
Aux doigts de sable de la terre

Rappelle-toi ce chien de mer
Que nous libérions sur parole
Et qui gueule dans le désert
Des goémons de nécropole
Je suis sûr que la vie est là
Avec ses poumons de flanelle
Quand il pleure de ces temps-là
Le froid tout gris qui nous appelle
Je me souviens des soirs là-bas
Et des sprints gagnés sur l'écume
Cette bave des chevaux ras
Au ras des rocs qui se consument
Ô l'ange des plaisirs perdus
Ô rumeurs d'une autre habitude
Mes désirs dès lors ne sont plus
Qu'un chagrin de ma solitude

Et le diable des soirs conquis
Avec ses pâleurs de rescousse
Et le squale des paradis
Dans le matin mouillé de mousse
Reviens fille verte des fjords
Reviens violon des violonades
Dans le port fanfare les cors
Pour le retour des camarades
Ô parfum rare des salants
Dans le poivre feu des gerçures
Quand j'allais, géométrisant,
Mon âme au creux de ta blessure
Dans le désordre de ton cul
Poissé dans des draps d'aube fine
Je voyais un vitrail de plus,
Et toi fille verte, mon spleen

Les coquillages figurant
Sous les sunlights cassés liquides
Jouent de la castagnette tant
Qu'on dirait l'Espagne livide
Dieux de granit, ayez pitié
De leur vocation de parure
Quand le couteau vient s'immiscer
Dans leur castagnette figure
Et je voyais ce qu'on pressent
Quand on pressent l'entrevoyure
Entre les persiennes du sang
Et que les globules figurent
Une mathématique bleue,
Sur cette mer jamais étale
D'où me remonte peu à peu
Cette mémoire des étoiles

Cette rumeur qui vient de là
Sous l'arc copain où je m'aveugle
Ces mains qui me font du fla-fla
Ces mains ruminantes qui meuglent
Cette rumeur me suit longtemps
Comme un mendiant sous l'anathème
Comme l'ombre qui perd son temps
À dessiner mon théorème
Et sous mon maquillage roux
S'en vient battre comme une porte
Cette rumeur qui va debout
Dans la rue, aux musiques mortes
C'est fini, la mer, c'est fini
Sur la plage, le sable bêle
Comme des moutons d'infini...
Quand la mer bergère m'appelle


Topics apparemment similaires...
  Vos lyrics! ReductionDesJoints 2 978 06/01/2013 21:39
Dernier message: ReductionDesJoints



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

À propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'auto-support francophone, dédiée à l'information et à la réduction des risques liés à l'usage des substances psychoactives.