Les antidépresseurs les plus efficaces et ceux qui le sont le moins
#1
Résumé : 

522 études randomisées et contrôlées portant sur 21 antidépresseurs et 116 477 personnes ont été analysées. Il semble que les antidépresseurs les plus efficaces (sur une durée de 8 semaines) sont l'amitriptyline, l'escitalopram, la mirtazapine, la paroxétine, la venlafaxine. Alors que la reboxétine et la trazodone avaient des taux d'efficacité nettement inférieurs. Toutefois, certains des médicaments les plus efficaces ont obtenu des scores de tolérabilité plus faibles, ce qui indique qu'ils peuvent avoir un impact plus important sur les effets secondaires. La littérature sur les antidépresseurs montre des signes de biais potentiels, il faut donc considérer les résultats en gardant cela à l'esprit.

Auteurs : Andrea Cipriani, MD, Prof Toshi A Furukawa, MD, Georgia Salanti, PhD, Anna Chaimani, PhD, Lauren Z Atkinson, MSc, Yusuke Ogawa, MD, Prof Stefan Leucht, MD, Henricus G Ruhe, PhD, Erick H Turner, MD, Julian P T Higgins, PhD, Prof Matthias Egger, PhD, Nozomi Takeshima, MD, Yu Hayasaka, MD, Hissei Imai, MD, Kiyomi Shinohara, MD, Aran Tajika, MD, Prof John P A Ioannidis, MD, Prof John R Geddes, MD

DOI : 10.1016/S0140-6736(17)32802-7

Lien : http://www.thelancet.com/journals/lancet...7/abstract

https://youtu.be/XkTgyNpSXsY

Background: 

L'auteur principal de cet article, Andrea Cipriani, a rédigé un article similaire en 2009. Les deux utilisent une méthode d'analyse de recherche plus récente appelée méta-analyse de réseau, qui utilise la modélisation pour créer plus de comparaisons médicaments contre médicaments. Les analyses traditionnelles se concentrent uniquement sur les comparaisons directes incluses dans les essais.

Par rapport à l'article de 2009, cet article était beaucoup plus vaste, comprenant des centaines d'études supplémentaires et beaucoup plus de patients. C'est la plus grande revue de recherche du genre.

Méthode:
22 études cliniques comparatives et randomisées (ECR) en double aveugle ont été incluses. Parmi celles-ci, 421 études ont été identifiées grâce à des recherches dans des bases de données, 86 études non publiées provenant de sites Web de sociétés pharmaceutiques et de registres de recherche, et 15 études obtenues par communication personnelle ou recherche manuelle dans d'autres revues.

Les études ont porté sur 116 477 patients et ont été publiées entre 1979 et 2016. 87 052 participants ont reçu un médicament actif et 29 425 ont reçu un placebo.

En moyenne, les études portaient sur 244 personnes et leur durée médiane de traitement aigu était de 8 semaines.

C'est ici que les essais ont eu lieu (ce qui donne une idée des populations qui ont été étudiées) :
  • Amérique du Nord - 48
  • Europe - 27
  • Transcontinental - 11 % - 11
  • Asie - 7
  • Autres/non spécifiés - 7
Les participants présentaient un trouble dépressif majeur (TDM) modéré à grave avec des scores de gravité moyens de 25,7 dans la plupart des études (selon une enquête sur la dépression appelée HDRS-17).

La source de financement de ces essais comportait un risque important de biais. 78 % ont été financés par des sociétés pharmaceutiques. Certains des autres essais n'ont pas fait état de leur financement.

Comme la réponse finale au traitement pour tous les participants n'était pas disponible, le taux de réponse a été imputé dans 17,7 % des cas au moyen d'une méthode appelée LOCF (dernière observation reportée). Cela signifie que la dernière réponse observée à un moment précoce a été prise et que des techniques de modélisation ont été utilisées pour estimer la réponse du patient à la fin de l'essai.

Ces essais étaient axés sur la monothérapie (traitement de patients avec un seul médicament) chez des adultes ayant reçu un diagnostic primaire de TDM.

La médication

Tous les antidépresseurs de deuxième génération approuvés aux États-Unis, en Europe ou au Japon : agomélatine, bupropion, citalopram, desvenlafaxine, duloxétine, escitalopram, fluoxétine, fluvoxamine, levomilnacipran, milnacipran, mirtazapine, paroxétine, reboxétine, sertraline, venlafaxine, vilazodone et vortioxetine.

Deux tricycliques : amitriptyline et clomipramine.

Et trazodone et néfazodone.

Mesures des résultats

Pour les mesures primaires, l'efficacité a été évaluée en fonction de la proportion de patients présentant une réduction de score supérieure de 50 % à 8 semaines. L'acceptabilité a été mesurée par le taux total d'abandon du traitement, y compris l'abandon pour cause d'effets indésirables, de manque d'efficacité et d'autres causes.

Certaines mesures secondaires ont également fait l'objet d'une étude : le taux de dépression, le taux de rémission et la proportion de patients qui abandonnent prématurément le traitement en raison d'effets indésirables.

Résultats

vs placebo

Tous les antidépresseurs ont été plus efficaces que le placebo, mais avec des variations significatives entre les médicaments.

Voici quelques rapports de probabilité sélectionnés pour la réponse au traitement par rapport au placebo (plus le rapport est élevé, mieux c'est) :
  • Amitriptyline - 2,13
  • Mirtazapine - 1,89
  • Duloxétine - 1,85
  • Venlafaxine - 1,78
  • Paroxétine - 1,75
  • Bupropion - 1.58
  • Fluoxétine - 1,52
  • Citalopram - 1,52
  • Trazodone - 1,51
  • Reboxétine - 1,37
Voici quelques rapports de probabilité sélectionnés pour l'acceptabilité avec le médicament par rapport au placebo (plus le rapport est faible, mieux c'est ; moins de 1,00 signifie que les chances d'abandon étaient plus faibles qu'avec le placebo)
  • Agomélatine - 0,84
  • Fluoxétine - 0,88
  • Escitalopram - 0,90
  • Amitriptyline - 0,95
  • Mirtazapine - 0,99
  • Venlafaxine - 1,04
  • Trazodone - 1,15
  • Reboxétine - 1,16
  • Clomipramine - 1,30

En ce qui concerne les cotes d'acceptabilité, la plupart des médicaments présentaient en fait des intervalles crédibles similaires, de sorte qu'il est plus difficile de faire la distinction entre eux. Il y a quelques exceptions, comme la clomipramine, qui se distingue par son faible score d'acceptabilité par rapport au placebo.

Drogue vs Drogue

Comparativement aux autres antidépresseurs, l'agomélatine, l'amitriptyline, l'escitalopram, la mirtazapine, la paroxétine, la venlafaxine et la vortioxétine étaient plus efficaces, les parités de probabilité variant de 1,19 à 1,96.

La fluoxétine, la fluvoxamine, la fluoxétine, la reboxétine et la trazodone étaient parmi les moins efficaces, les parités de probabilité variant de 0,51 à 0,84.

En termes de tolérabilité, l'agomélatine, le citalopram, l'escitalopram, la fluoxétine, la sertraline et la vortioxétine sont sortis en tête (RIA de 0,43 à 0,77). Alors que l'amitriptyline, la clomipramine, la duloxétine, la fluvoxamine, la reboxétine, la trazodone et la venlafaxine étaient les moins tolérables (en termes de taux de décrochage total), avec des RC de 1,30 à 2,32.

Lorsqu'on se concentre sur les abandons dus à des effets indésirables, tous les médicaments actifs étaient pires que les placebos, ce qui est prévisible. Les RIA allaient de 1,64 à 4,44.

Les résultats étaient semblables pour les mesures des résultats secondaires.

Biais potentiels

La prescription fondée sur des données probantes est utile, mais elle ne vaut que par la qualité des données probantes sur lesquelles elle repose. Des centaines d'études ont été menées sur les antidépresseurs, mais nous savons qu'il y a souvent un risque de biais et que l'efficacité et la tolérabilité de certains médicaments ont parfois été mal présentées.

Cependant, un examen de cette ampleur donne un bon résumé de ce que nous savons des antidépresseurs les plus courants et indique que des médicaments comme la reboxétine et la trazodone devraient être utilisés moins souvent que la mirtazapine, l'amitriptyline, la paroxétine et la venlafaxine.

Les médicaments les plus efficaces avaient tendance à être ceux dont la pharmacologie était plus diversifiée, ce qui correspond aux données démontrant que l'accent très sélectif mis sur les mécanismes de recapture de la sérotonine pourrait laisser d'autres facteurs neurochimiques contributifs sans réponse.

Étant donné que cet examen ne portait que sur les réponses à 8 semaines, il n'est pas clair si nous pouvons tirer des conclusions quant à l'efficacité et à la tolérabilité à long terme.

Il serait utile d'avoir plus de données à long terme à analyser et il vaut la peine de comprendre comment différents sous-types de patients déprimés répondent à différents médicaments. Il y a beaucoup de diversité parmi les patients déprimés, il est donc raisonnable de supposer que certains groupes réagiront mieux à différentes substances.

Source:
https://thedrugclassroom.com/overview-le...pressants/
The following 2 users Like Cookies's post:
  • Aiskhynê, Indica
  Répondre
#2
J'avais vu une étude du genre en double inconnu randomisé en francais/anglais sur l'efficacité des antidépresseurs et l'étude avait soulignée que généralement les placebo était souvent plus efficace que les antidépresseurs. J'ai paumé cette étude et je cherchais à la retrouver, merci pour ce partage qui est tout autant significatif sur la question.
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
  Répondre
#3
Avec plaisir je veux bien la lire aussi Smile
  Répondre
#4
De mon côté je suis sous xeroquel (seroquel en Belgique, nom de la molécule quetiapine), c'est pas cité dans ton post il me semble.
  Répondre
#5
Yep, le Seroquel c'est si je me souviens bien un Neuroleptique, du coup il rentre pas dans les AD a proprement parler, même si il est utilisé pour les troubles anxieux a bas dosages pour faire office d'anxyolitique
  Répondre
#6
Et à plus forte dose pour les troubles bipolaire et trouble bipolaire et schizophréniques. Ce qui ne me concerne pas parce que je ne suis pas bipolaire je ne suis pas schizophréniques effectivement ça ne me sert que de somnifère anxiolytique en quelques sortes mais comme cette molécule est un petit peu un couteau suisse médical il peut aussi être considéré comme antidépresseur. Preuve en est sa capacité à te rendre légumineux à certains dosage c'est-à-dire au-delà de 50 ou 100 mg. Moi je suis à 200 c'est parce que mon métabolisme est costaud, ça me sert de régulateur pour le sommeil. ( aucun somnifère classique n'arrive à me faire dormir)
  Répondre
#7
Faut distinguer les antidépresseurs des médicaments à effet antidépresseurs.

[vulgarisation]Là j'imagine que l'on parle des antidépresseurs qui modifient la chimie du cerveau pour qu'à un moment donné le cerveau produise en masse de la sérotonine, ce qui provoque un état de bien être si la personne ne s'est pas suicidé ou s'elle n'a tuée personne, car le risque de suicide et d'homicide est présent quand même en début de traitement, même si heureusement c'est pas souvent le cas. Ce qui est dangereux et systématique par contre du coup, c'est si la personne arrête brutalement son traitement, car elle sera devenue tolérante à sa propre sérotonine, que le traitement ne lui procurera plus cet afflux massif de sérotonine et qu'il s'en suivra donc une profonde dépression 10x pire qu'avant avec/sans passage à l'acte suivant le feeling...[/vulgarisation]

Pour ça que l'on dit de ne JAMAIS arrêter brutalement un traitement antidépresseur ! Remarque c'est pareil avec un antipsychotique, car même si tu n'es pas psychotique de base, tu peux faire un épisode en arrêtant brutalement ton traitement. Bien que l'on dise que les neuro ne rendent pas dépendant, alors certes psychologiquement je serais tenté de dire que non, sauf à la limite peut être pour certains atypiques dopaminergiques à faible dose, mais physiquement il se passe quand même des choses...

Donc toujours diminuer progressivement dans l'optique d'un arrêt et le tout encadré par un médecin, avec un protocole précis ! ^^

Tout comme le début d'un traitement antidépresseur d'ailleurs, normalement ce doit être fait avec le plus grand suivit pour éviter les risques de passage à l'acte envers soi-même ou les autres, car ce risque est quand même présent et plus encore pour le suicide.
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
The following 1 user Likes Aiskhynê's post:
  • grivois
  Répondre
#8
C'est vrai  

J'ai (parce que je suis pas allé chez le toubib à temps renouveler par exemple), arrêté plusieurs fois n'importe comment mon traitement. Et oui je suis devenu temporairement beaucoup plus psychotique, déréglé suite à ça...

Tous ces médicaments sont à arrêter par paliers, en prenant son temps.
  Répondre
#9
(01/12/2019 14:57)Aiskhynê a écrit :
J'avais vu une étude du genre en double inconnu randomisé en francais/anglais sur l'efficacité des antidépresseurs et l'étude avait soulignée que généralement les placebo était souvent plus efficace que les antidépresseurs. J'ai paumé cette étude et je cherchais à la retrouver, merci pour ce partage qui est tout autant significatif sur la question.


Je sais pas si on parle de la même mais y'avait cette meta analyse qui avait fait du bruit à l'époque et qui montrait qu'il n'y avait pas une grande différence d’efficacité entre les AD actuels et un placebo.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2253608/

Mais je me souviens effectivement d'une autre étude qui démontrait que certains AD pouvaient même être nocifs dans certains cas et augmentait les chance de dépression sévère ou de suicide, j'essayerais de retrouver ça

EDIT : Je vais pas me faire chier l'article wikipédia cite pas mal d'études qui vont dans ce sens et résume bien la situation : https://fr.wikipedia.org/wiki/Antid%C3%A...acit%C3%A9
GALA GALA
The following 1 user Likes Trickster's post:
  • Aiskhynê
  Répondre
#10
C'est peut être bien ça et avec la mémoire... Pour l'étude dont tu parles c'est pas un truc comme ça ? Les résultats sont violents bien que sous évalués, c'est marqué dans l'étude.

https://web.archive.org/web/200703160923...01-FDA.pdf

Mais je sais qu'en tout cas les dates correspondes à peu près et effectivement à l'époque on en parlait pas mal donc ça se peut bien ! Wink En tout cas ça mène aux même conclusions.

Edit : C'est même très probablement ça, merci ! Big Grin
L'homme pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
  Répondre
#11
Merci pour le partage Smile j'en profite pour poster ces deux articles intitulés chacun "comment choisir un dépresseur en 2018" :

Ici, la vision du psychiatre qui décrit les symptômes de la dépression, explique les raisons de ses prescriptions et donne son avis sur plusieurs idées reçues. Sa classification se fait en fonction des effets secondaires. C'est un article que je conseillerais plus largement de faire tourner à toute personne dénigrant ou culpabilisant les personnes dépressives. Par ailleurs ce blog est plein de petits outils pour se faire du bien sans passer par la case chimique, il faudra que je fasse un post à son sujet un jour.
Je joins un tableau tiré de son site. Rdv là pour les explications : https://igorthiriez.com/portfolio/antidepresseurs-tab/
[Image: 2015-atd.jpg?w=1024&h=724]

Ici, la vision du neurologue qui entre + dans les détails scientifiques (en plus il n'écrit pas très bien donc malgré la vulgarisation faut s'accrocher) et qui propose une classification en fonction des causes de la dépression.
méditation                                                             
The following 2 users Like Tridimensionnel's post:
  • Aiskhynê, PSYCHOCRACK
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Moins de séroto après la vingtaine ? Tridimensionnel 3 168 25/09/2019 10:48
Dernier message: Cookies
  "Les entités et les plantes sont-elles réelles ?" / Tripper avec scepticisme. Ubik012 25 1,675 31/03/2016 14:30
Dernier message: Mervin
  A ceux qui ont pu profiter du service d'envoi de matériel par la poste Sludge 1 767 15/12/2015 19:51
Dernier message: evilbrood
  Les cannabinoïdes me sont insupportables dogrulez 32 2,344 30/01/2013 12:48
Dernier message: Ouroboros

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)