Extase et hardcore [Free] [+/- 1,35g] [Variété oubliée]
#1
Date : Samedi 2 septembre 2017
Lieu : Free party, LRS/Radiatek, 17
Produit consommé : +/- 1,35g de champis sec (variété oubliée)
Etat d'esprit : Bien, très bien. Apte à se lâcher un derniers coup avant la reprise.
Expérience : Fumeur de cannabis quasi quotidiennement ( depuis 1 an et demie environ). 6 trips aux champis de variété toujours différentes, aucune tolérance mais j'commence à capter le délire. 2 trips léger aux LSD (un quart et une moitié), je sacralise énormément ce prod donc j'y vais mollo. Pas mal de prise de md et quelques bon délires à la ké.
Physique (de CM2 aha tro drol put1) : Garçon, 19 ans, 1m60, 45 Kg et ouais j'me fait assez facilement balayer la tronche par tout type de substance, économique.


Mise au point,
J'ai avant tout écrit ceci pour me laisser une marque un peu plus profonde de ce trip alors j'décris vraiment la quasi totalité de la soirée donc pour les pressés allez direct à la partie "Le trip (yeah)".
De plus, les champis n'ont pas été les seules à être consommé. Une trace de speed s'y est rajouté mais le vecteur principal du trip reste les champis (à mon sens). Bon elle m'a quand même bien attaqué mais ça dure vraiment pas aussi longtemps que le reste. Toute fois si un modo souhaite déplacer ceci direction les combos y a pas d'soucis.

Enfin bon,


Bonne lecture !








Bonjour, bonsoir àtoutes et à tous !


Voilà voilà, premier TR pour ma part. J'ai longtemps chercher quel trip serait digne de se faire retranscrire sur ce forum et c'est très récemment que j'ai eu la réponse à ma question, pas plus tard que ce weekend en fait.. Ahaha..


Mise en situation,
Ce samedi 2 septembre on m’annonce qu'une free aura lieu dans les parages, joie et chocolat.
Plus que jamais décider à en découdre j'accepte d'y décaler avec ma ptite bande, mais leur demande de partir sans moi ; mon meilleur ami prend la route le lendemain matin en direction de la Normandie, ne pouvant donc venir avec moi je décide de le rejoindre chez lui histoire de papoter un pitit peu autour d'une 8,6 et de quelques joints.. Miam ça met en haleine..


On m'appelle sur les coups de 22h pour m’annoncer que l'info est tombée, une petite heure de route est prévue. Mes comparses partent sur le coup de leur côté.
Du mien, je fini ma bière, un dernier cône est roulé, j'attends une bonne heure et demie avant de prendre la route.. Restons responsable.
Minuit approche à grand pas (enfin vers là quoi), l'heure de mon départ sonne, à plus Jojo (yep c'est mon pote).


Je m'arrête chez moi, je remplis mon bidon d'eau (10L d'eau sous la main, avec ça en teuf tu te sauves la vie et celle des autres, crois moi.), je check l'itinéraire, première fois que je vais faire la route sans copilote..

Aaah, et pour ceux à qui ça parlera c'était LRS et Radiatek qui posaient dans le 17 !

Breeef, jusqu'à là on s'en tartine le fion de ce que j'raconte, mais hein, m'en fou et c'est pas fini.. Je m’attarderai sur la description de la soirée dans son ensemble, le trip ayant été relativement fort je préfère cette méthode de narration pour me remettre tout ce joyeux bordel en tête.


La teuf,
J'arrive donc sur les coups d'1h30/2h sur les lieux du crime (ouais j'ai pris mon temps).
Aha.. Le gars de la dona me demande d'un aire inquiet si je suis venu seul, ma tête d'enfant le rassure pas vraiment..
M'enfin, j'me gare, sors mon tel, j'appelle C (ouais que des initiales à partir de maintenant, bien plus simple), pas d'réponse, B non plus..

Boh, j'finirai bien par les croiser. Je m'arme d'une clope et marche en direction du son. La vache ça tape très très bien (tribecore à ce moment), les aigus te percutent parfaitement le crâne et les basses te font vibrer les tripes.. Cool cool, très bonne vibe pour commencer la soirée !

Une main me tape l'épaule, aaah enfin la petite bande, tout le monde est là, distribution générale de bisous et poignées de main. Je m’empresse de demander à B si ils ont choper de la ké (reflex de camé, on m'excusera).
"Nope, pas du tout de ké, on a fait plusieurs fois le tour"

Arf, pas commun pour une teuf avec ce monde.. Boh pas super grave, j'viens d'arriver, on est pas à l’abri de l'apparition d'un camtar furtif..
En attendant B medis que j'peux claquer 10 balles dans ce qu'il me plaît et qu'on pourra faire 50/50 sur un demi de ké si il y a..
Soit, bon bah on partira sur un para de d alors (sachant que je m'étais déjà auto briefer pour pas en prendre ce soir, le week-end dernier a encore été rude et j'en ai marre de jouer avec ma séroto et de me taper des demies semaines de dépression.. Mais bon, ambiance de free oblige, on laisse gentiment tout bon sens dernière nous, pour ma part en tout cas).

Je pars donc à la recherche du dit produit.. Je fais les 4 coins du parking, réponds à des questions sur mon âge (j'aime trop ça ahaha), refuse un carton (parce que bon,la longueur du trip est pas compatible avec mon permis, et simplement pas envie), acquiesce la remarque d'une ancienne "Tu peux très bien profiter sans la md !".. Arf,petite remise en question.. Tu devais pas en prendre à la base bonhomme..

Trèèès bien, trop de doute, bière ! Je me rend à la buvette et m'en prend une de 50cl.
Aaahaha, ça fait beaucoup trop de bien, je mettrai pas mal de temps à là terminer car continuant de chercher à intervalle de temps plus ou moins régulier de la d ou une pill.. Bref un gars qui a beaucoup trop les crocs. Par chance pour mes neurones, impossible de tomber sur un dealos. Humm, cette teu semble maudite..


J'accepte une petite pointe de c et refile au son.
Mais c'est que j'commence à être bien ! J'arrive à la fin de ma bière et mes 45 kilos (44 en vrai, lol) sont là pour me rappeler qu'il m'en faut peu pour être heureux (aha, on rigole).
Bon, l'alcool sera mon ami pour ce soir. Ni une ni deux, j'me reprends une binouze et profite un bon moment du son, bonne hardcore, yes ça remet les idées en place.
L'ambiance est lourde, les gens se lâchent. Cette hilarité général me rend toujours trop heureux aha.


M'eennfin, pour le moment mon récit est d'une banalité affligeante.
Pas d'panique hein, ça arrive..


Le temps passe, il doit être maintenant 4h/4h30. J'suis bien, très bien (pas une épave non plus on est d'accord). Je suis toujours devant le son et décide de partir voir mon groupe à leur vago. B m'attrape le bras sur le chemin et me propose une trace de speed que j'accepte, suis pas trop fan mais ça met toujours en forme. Il me demande si j'ai choper un truc.
« Nan impossible de tomber sur ce foutu dealos qui a apparemment fourni toute la teuf sauf moi »
Sur ces mots il lance un soudain :
« Z'avez des tazs ? » bien bruyant à travers le parking.
Et un saint, un envoyé, réponds de suite de l'autre bout du parking :
« Nan mais j'ai des champis ! »


(Note à moi-même : Toujours avoir un ami qui a la voix qui porte en teuf)


Sachant que j'apprécie pas mal ces derniers, B me lance un regard avec un sourire en coin.
« Oh putain trop biien ! »
L'existence même des champis m'étais complètement sorti de la tête, un homme heureux.
Je m'élance entre les voiture de la rangée qui nous fait fasse, saute la rubalise et déboule sur l'autre moitié du parking. Un gars marche en plein milieu et me regarde.
« Champis ? »
Il me réponds avec un sourire et montre du doigt son collègue qui marche quelques mètres plus loin.
Bref, la transaction se fait. J'ai une dose de 1,3/1,4g de champis sec dont je saurais me rappeler la variété (cimer la bière). Un très bon trip m'attends aux dires du dealer..



Le trip (yeah),
Très fière de mon acquisition, je me re dirige vers la voiture de mes compères et mange la moitié de ma dose, le carton c'est délicieux.
B paye sa tournée générale de speed, aarf.. ça faisait longtemps et ça brûle méchamment le nez..
Toute la joyeuse bande décale vers le son (moi y compris évidement).

Yeah, encore de la grosse hardcore, ça défonce tout.
Les minutes passent, le s me met sacrément en forme quand même et il commence à descendre abondement au fond de mon palais, ignoble putain.


± 4h50 : Les premiers effets pointent le bout de leur nez, sourire béat, couleur qui pète de plus en plus et le son commence à avoir une autre emprise sur moi, du genre on ressent un peu plus subtilement les pulsation des ondes sonores qu'on nous bombardent à la gueule.
A côtés de ça le speed me garde toujours en grande forme, ma mâchoire s'active doucement et ma vision floute par moment, je sens un rush se préparer mais ça me paraît bizarre.. Cette trace été peut être pas aussi petite que dans mes souvenirs..


Le temps passe, 30 min je dirai. J'suis de plus en plus abruti. Le son me transporte vraiment,fermer les yeux devient très agréable.
Je tourne la tête à droite et vois des gens calés à la lumière d'un spot faisant office de lampadaire, cool un endroit parfait pour gober le reste des champis.. Pris par une euphorie grandissante j'ai pas hésiter face à cette pensée et j'me suis exécuter.

Sur ce, j'retourne devant le son. L’ambiance me conquis, j'suis parfaitement à l'aise avec mon environnement et mes mouvements s'amplifie peu à peu ; je sens une énergie gagner petit à petit du terrain.
Mais j'ai toujours ce doute, c'est le speed qui m'active la gueule comme ça ou les champis ?
Parce que ma mâchoire est en train de devenir complètement ingérable et mes yeux partent clairement en vrille..
Et ce son, putain mais il est génial ce son.. Il commence vraiment à m'habiter,et mes mouvements très énergiques se calent sans difficultés sur ce dernier..

Plus ça va et plus cette énergie prend de l'ampleur. Un lâcher prise croît en moi, je le sens…
J'm'amuse de temps à autre à remarquer que la danse que j'opère se détache lentement de mon mental, j'oublie même parfois que je suis en train de danser.
Mon attention reste très frivole pour le moment (aucune idée si l'adjectif est bien choisi mais il me paraît cool), tantôt scotché sur le mur, sur un vêtement au motif délirant, sur un visage heureux, sur une jolie fille.. Breef la conscience de mon environnement prend beaucoup d'importance, au point où je m’oublie complètement. Les postures que je prends, la tronche que je tire, ma démarche fortement aléatoire, tant d'indices me signifiant que j'allais et que j'commence sérieusement à prendre chère.. Mais j'm'en fout royalement, j'suis juste bien où j'suis, plus de norme comportementale, plus d'anticipation être juste là et capter l'instant présent de la manière la plus pure possible ;renouer avec la seul preuve tangible de notre existence : notre faculté à ressentir les choses et à en avoir conscience.
Bon j'm'emporte un peu mais on a compris l'idée ; là où les champis avaient l'habitude de m'faire pas mal gamberger niveau pensée (particulièrement pendant la montée) bah j'me retrouve dans la situation inverse, une attitude à la fois très contemplative et centrée sur la musique.


Les minutes continues de s'écouler et bon dieu j'me sens incroyablement euphorique,l'énergie me traversant ne peut être canalisé que par le son. Mon corps s'agitede plus en plus, je réquisitionne d'avantage de place pour taper du pied.J'commence aussi à percevoir un côté mystique à mon rapport à la musique,j'imagine un genre de rituel shamanique ou le son prendrait possession de mon corps..

Bon à partir de là ça va commencer à se flouter un pitit peu mais j'vais faire de mon mieux pour organiser tout ça..

Perdu dans ce pétage de plomb sonore j'reviens à moi et me demande où sont les autres, une retraite temporaire au parking est décidé.
Waaa, j'suis sacrément sonné quand même, le son n'est plus là pour canaliser mon attention..
Mon regard ne faitque se fixer sur tout ce qui m'entoure ; l'herbe, les arbres, le ciel, les gens.. J'me tape des micro-absence à bader sur le décor.
Mais j'suis bien,terriblement bien. Mon environnement me fascine ; un gamin à la redécouverte du monde, les champis m'voyez.
J'm'arrêtes un instant histoire d'avoir une vue d'ensemble du parking et yeeaah les visus décollent peu à peu ! Bon, en dehors de la vision "4K" mon champs de vision semble s'être drôlement élargie avec un jolie effet fish-eye. C'est marrant, j'rigole, j'repars.
Mise à part ça, mamâchoire a officiellement pris son indépendance, un putain d'rongeur d'écorceset mes yeux vrillent toujours autant, c'est quoi ce speed bordel ?
M'enfin, j'arrive à la vago et retrouve une partie du groupe. On me confirme que le speed ravage les mâchoires de tout le monde, cool, mes champis ont pas poussé dans un mycélium bourré d'amphets (j'avais réellement un doute hein). J'en profite pour glisser aux oreilles de certains que les champis m'activent gentiment mai ssurement la tronche, j'ai pas encore tout digéré donc qu'ils soient au courant si jamais j'commence à taper la discute avec un brin d'herbe.
Après quelques banalités de gens chépers échangées on s'remet tous en route vers le son.

Boon là c'est encore plus flou qu'avant… Maaiis, on arrive à la partie la plus intéressante du tr !Ma fameuse extase/fusion avec le son, du grand délire ahaha.

Donc, on retourne au son et très vite ce derniers revient au centre de mon attention. Une énergie intense se remet instantanément à parcourir tout mon corps et prend définitivement le contrôle, alimenter par la digestion du reste des champis.
Je n'ai aucune hallu, du moins mon attention n'est pas apte à les contempler et niveau mental c'est le vide total, le son prend sa place. Enfin les seules pensées encore présentes ne concernent que mon rapport à la musique ; je continue de là personnifier comme étant un être me possédant.

Le kick me balance tantôt à gauche tantôt à droite, en avant, en arrière. J'remarque que les gens me laissent de la place ; la machine est lancée.
Le haut de mon corp sse balance avec beaucoup d'amplitude, portée par les mélodies qui s'enchaînent.Je me tords de plus en plus, me recroqueville et m'étend à fond. Mes pieds tapent violemment le sol, portés par une énergie démoniaque. Un sourire dément marque mon visage, par moment appuyé par un rire. Durant les breaks mes bras s'enroulent autour de mon torse (en mode camisole de force), je me tords de plus bel, tourne en rond et rigole d'extase comme un con. J'suis au septième ciel, allumé comme jamais je l'est été devant un mur.. (bon peut être pas hein, mais c'était vraiment intense !)
Toujours pendant les breaks j'ai par moment l'impression de sortir la tête de l'eau, j' reprends conscience de mon environnement. J'me perds complètement dans le dessin du pull d'un gars en face de moi ; yeux grand ouvert, bouche de même et j'avance lentement vers lui, ahaha.. Bon dieu.
J'regarde aussi les visages des gens, des sourires de partout, je suis COMBLÉ.
Je suis en extas etotal, bourré d'énergie et heureux comme jamais.

Une transe très md like en plus psyché, j'm'explique.
Sous d le truc kiffant c'est la forte impression d'anticipation de nos gestes par rapport à la musique. Ce sentiment de fusion avec le son et l'immense plaisir que son écoute nous procure. Mise à part ça on est figé en mode ultra love et notre corps réagis quasi voir totalement automatiquement à la musique.
Là mon corps réagit exactement de la même manière (sans la grosse empathie d'enculé hein). C'est d'ailleurs un truc qui m'a bien surpris, pensant qu'on pouvait atteindre ce genre de transe qu'avec une bonne grosse avalanche de séroto des familles..
Et ce qui guide principalement ma transe c'est, comme dit précédemment, le rapport que j'entretiens avec la musique. C'est un être à part entière et je peux clairement sentir sa présence via les compressions de l'air. Il me parle, me chuchote à l'oreille que je n'ai aucune résistance à offrir ; c'est lui qui prends les rennes.
Je suis là pour expier toutes mes frustrations et colères en une extase guidé par les démons.
Les kicks ultra lourds entourés d'une atmosphère très industrielles (la hardcore quoi..)m'enferment dans un monde très dark ou j'me sens possédé par le diable. Pas un truc glauque à la limite de l'angoisse au contraire, une émergence de son côtés sombre en mode Venom qui prend possession de ton corps et tu le remercies pour ce qu'il t'apporte (aka Spiderman 3, une bonne partie de mon enfance).

Bon, inutile de préciser qu'à ce stade j'ai plus aucun repère temporelle.
À un instant t j'décide décaler à ma vago pour x raison.. Dans mes souvenirs c'était pour choper de l'eau que j'avais déjà dans mon sac.. M'enfin.
Comme à chaque fois petite claque dans la tronche, j'me rends compte à quel point j'suis atteint,mon attention est ultra chaotique.
Tout ce qu im'entoure prend un aspect étranger, j'suis littéralement sur une autre planète.La végétation environnante est semblable à un assemblage de formes plus ou moins fantomatique. Le décor prend des teintes plus ou moins violette/rose. Les objets et les distances change continuellement mais doucement de taille.
J'me fait happer partout ce qui m'entoure, garder un objectif en tête devient très compliqué.J'bloque de longues secondes sur le ciel enfin sur tout et n'importe quoi en fait. Par moment mon attention se refocalise sur le son que j'entends au loin et j'me met à avancer gaiement en tapant du pied à travers le parking.

J'arrive tout de même à ma caisse et.. Ah, pourquoi j'suis là déjà.. Waa elle paraît beaucoup plus grosse, ah nan plus maintenant.. Ah là si.. Bon aller fait un truc bonhomme, ouvre au moins le coffre. Je tourne les clés et au même moment une idée délirante m'apparaît : la voiture parle, elle me parle. Putain mais j'suis sacrément satellisé. Cette pensée me fait rire un ptit moment puis j'me calle dans le coffre. Et là, gros moment d'absence, j'suis assis, ne regarde rien en particulier. Ma mâchoire part encore complètement en couille, mes yeux de même (pour bien avoir l'image du déchet que j'étais, cadeau).Mon environnement est complètement alien, j'commence a plus capter grand-chose.
"Bah alors Max,ça va ?"
G qui revenait aussià la voiture me ramène sur terre.
"Baaah j'capte plus riien gros"
J'me lève en disant ça et commence à faire les cent pas en tournant en rond. Voyant mon état, il me demande de l'attendre avant de retourner au son le temps qu'il coule sa douille. J'acquiesce et me laisse immédiatement tomber sur le dos.
"Naan mais relève toi Max !"
"Nope suis trop bien par terre."
"Aaah c'est que vous avez réussi à choper de la ké ! Et toi t'as un peu forcé nan ?"
J'ouvre les yeux et vois une fille qui me regarde, jolie fille d'ailleurs.
Elle m'aide à me relever et j'lui fait comprendre que c'est les champis qui sont en train de m'rouler sur la gueule. On me propose de me caler dans ma caisse mais j'ai aucune envie de rester statique à rien foutre. Elle me demande alors si j'veux marcher un ptit peu avec elle histoire de m'aérer, j'acquiesce et pars avec elle.
L'idée qu'une personne complètement inconnu au bataillon se préoccupe de mon état me remplit de bonheur, j'essaye alors d'engager une conversation mais impossible de là faire durer. Mon cerveau s'active de plus en plus, calcul beaucoup trop de chose ; j'ai envie de tout et rien en même temps. J'm'excuse alors d'être autant perché et lui dis que j'décale au son, lui seul peux canaliser cette bouffée délirante.
Au loin j'aperçois G assis dans mon coffre qui essaye de remplir sa bouteille avec mon bidon, il m'appelle pour que je l'aide. Yees putain, une mission ! J'cours comme un dératé, plonge et atterrie sur le dos après une joulie roulade (4 ans de gym on peut pas test). Décidément j'suis beaucoup trop bien par terre, je l'aide et continue de me rouler allègrement dans l'herbe.
Pendant ce temps une partie du groupe est de retour, C s'approche de moi et frotte mon dos pour enlever toutes la merde que je m'étais mis dessus. Sur ce, j'me relève, re continue de tourner en rond, pousse un soupir et retombe par terre de plus belle en position dodo. Bordel j'pourrai dormir tellement j'suis bien, j'ferme les yeux et me laisse emporter par mes pensées.
Un peu paniqué C me relève très vite et m'amène me caler dans ma caisse. On rigole pas mal de mon état, j'fais et j'dis de la merde, elle rigole, c'est cool.
En fait ouais, j'me rends compte après coup que tous les moments où j'étais pas devant le mur bah j'servais terriblement à rien. Incapable de se fixer sur quelque chose..

J'ai dû encore profiter un ptit moment du son, mais j'en ai vraiment quasi aucun souvenir.Seule chose sûr, c'était toujours le même délire qu'avant ; la hardcorem'électrise comme jamais et j'continue de péter un plomb. Un défoulement total.
Ce qui a officiellement sonné ma retraite c'est la fatigue qui commence à pointer, mais à côtés de ça il m'est impossible de réduire l'énergie de ma danse. Une contradiction qui me met mal à l'aise ..

Boon, la phase qui approche est la moins cool de toutes. C'est le moment où j'me force à dormir dans ma caisse histoire d'être ready pour rentrer chez moi. Comme attendu, au début il est strictement impossible pour moi de rejoindre les bras de Morphée et de tenir une position plus de 5 min.. Dans ma tête c'est le bordel complet,dès que j'ferme les yeux j'me retrouve à discuter mentalement avec des êtres inexistant, les images fusent à une vitesse hallucinante. Les yeux ouvert tout ondule et change de teinte de manière douce et continue. Je mets pas mal de temps à analyser ce qu'il y a devant mes yeux. L'atmosphère devient de plus en plus oppressante. J'essaye à un moment de calmer mon esprit en me focalisant sur ma respiration mais ça rime à rien, ma pensée est complètement déstructurée et illogique. Mon mental prend ses distances et n'obéit qu'à ses propres règles; un bordel sans nom là-haut. J'arrive tout de même à m'encrer dans le crâne que ce n'est qu'un état passager provoqué par une substance qui sera tôt ou tard balayé de mon organisme. Parce que oui, mon cerveau en mode gros mind fuck, "j'pense ce que j'veux et m'en branle de ton avis", commence méchamment à tourner en rond sur l'ampleur de ma défonce et doute qu'il puis se un jour récupérer toutes ses facultés cognitives.
Sur le coup j'ai quand même légèrement badé sur l'état d'mon cerveau, peut être une digestion assez tardive des champis ? Bon après la fatigue a largement joué son rôle j'pense..
M'eennfin, ça s'dissipe peu à peu (connard de cerveau j'te l'avais dit). J'ai pas du tout eu un vrai sommeil mais j'ai pu profiter d'une jolie accalmie plutôt profitable pour une petite sieste.

À mon"réveil", j'profite encore un peu du son avec C, petite acid mental des familles qui fait du bien et on reprend tranquillement la route sur les coups d' 11h30.

Le dimanche qui a suivi j'me suis senti étrangement calme, un genre d'état de choc mais agréable. Une impression d'avoir remis mon compteur émotionnel à zéro. J'ai énormément repasser en boucle ma soirée, en mode "Waa mais c'était fort quand même, mais tellement cool" (ouais bon pas trop convaincant mais j'étais en mode veille hein.)
J'suis de nature assez réservé, j'ai du mal à trouver les moment (enfin j'ai du mal à les saisir) pour me lâcher et m'affirmer totalement et là putain ça m'a fait un bien de fou ! Alors ouais j'ai pas rencontré Dieu, pas vécu de mort-renaissance ni rien.. Mais y a vraiment eu un côté thérapeutique à ce trip, en tout cas je m'en suis persuadé. J'ai tout lâcher devant le son, aussi bien physiquement que psychiquement.
Certes j'me suis déjà plus que lâcher en forçant sur la d, mais j'trouve ça facile comme trip ; t'as pas trop le choix de kiffer quand maman molly te défouraille les neurones(en dehors des personnes qui supportent juste pas le produit, mauvaise réaction ou avis). Mais y jamais eu cette relation "shamanique" avec le son ;je suis là pour expier mes démons à travers la danse.
Les psychés pures t'ouvrent les portes de la perception, te donne des pistes, te révèle tes peurs et tes joies et c'est à toi de faire le plus gros du boulot (j'parle d'expérience raisonnable hein, genre tu possèdes un minimum de libre arbitre quoi). Dans la continuité de la comparaison avec la perche "facile" à la d.



Voilà voilà, j'vais m'arrêter là moi.
En espérant que c'était pas trop chiant à lire pour vous.
Sur ce, bisous et bonne nuit.



Ressentons l'instant avant de le penser..
  Répondre
#2
Oh, un Normand! Smile
Merci pour ton TR, il est agréable à lire de bon matin

Une teuf hardcore sous champi il faut arriver à la supporter! Mais une fois dans le délire, waah!
Tes différents trips aux champis c'est toujours en teuf?
  Répondre
#3
Merci bien Zarutas !
Pas normand du tout aha, il go faire ses études là bas :')

Aah il faut aimer la teuf c'est sûr ehe.
Nope pas tous, c'était que mon deuxième en free ! J'ai tâté les colombiens pour la première, trip beaucoup plus "social" pour le coup.
  Répondre
#4
Paaaaaas maal ton report !

Il est long mais on se fait pas chier.
Bien écrit, structuré et en plus je me retrouve pas mal dans tes réflexions.

Au fait moi aussi j'ai un physique de CM2 et j'me fait balayer la gueule par tout type de substance c'est assez économique comme tu dit Rolleyes
  Répondre
#5
Cool cool, ça fait plaisir à lire, cimer !

Aha me sens moins seul, team CM2 powa :')

Et ton pseudo m'a fait tilter, fan d'acid ? On pourrait bien s'entendre sur ce point !
  Répondre
#6
Megaa fan d'aciiid mec 😉
  Répondre
#7
Aaah enfin de la famille ! Pas évident de croisé des taré de l'acid irl..
Faudra s'échanger quelques sons à l'occase !
  Répondre
#8
TiMartien a écrit :
Sur le coup j'ai quand même légèrement badé sur l'état d'mon cerveau, peut être une digestion assez tardive des champis ? Bon après la fatigue a largement joué son rôle j'pense..


Cool le Tr, de bonnes descriptions et t'as bien ramassé ouai !

Pour répondre à ta question, d'une part tu as gobé les champis assez tard dans la nuit, donc c'est normal que tu sois toujours dans rush au petit matin, et t'as quand même tapé plusieurs traces de stims, à ce niveau là c'est pas anodin, d'autant plus que le speed avait l'air bien vénère huhu.

Cumulé à la fatigue et au fait que t'es commencé à boire et bédave en début de soirée, c'est normal que ton esprit ressemblait juste à de la bouillie Big Grin

Si t'es resté sur un bon ressenti, à toi de voir si tu te remets la perche le week end suivant, en sachant que t'as assurément moins de chance d'en ressortir aussi "apaisé".
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#9
Cimer Laura !
Yes, j'ai bien ramassé comme tu dis aha.

Et ouais j'pense avoir vraiment négligé l'action des stims qui ont juste dû méchamment empirer la vitesse de calcul de mon cerveau.. Facteur de stress non négligeable.

En revanche j'ai pas bédave de la soirée ! En ce moment j'me réserve ça en solo le soir ou en ptit comité de confiance. Dans de mauvaises conditions (trop de monde, petit mal être ou le mental déjà attaqué) ça me rend juste anxieux et me fait beaucoup trop cogiter sur des choses dont j'm'en tamponne totalement en étant sobre.. :')

Pour ce qui est de me remettre vite la même en général j'espace un minimum mes "bonnes" prises de psychés, le temps de digérer ce qui m'a été appris !
Ressentons l'instant avant de le penser..
  Répondre
#10
Citation :je décide de le rejoindre chez lui histoire de papoter un pitit peu autour d'une 8,6 et de quelques joints.. Miam ça met en haleine.. [...] je fini ma bière, un dernier cône est roulé, j'attends une bonne heure et demie avant de prendre la route.. Restons responsable.)


Ça fatigue d'autant plus en début de soirée, même si t'en fume pas le reste de la nuit Big Grin
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#11
Aha lool, j'avais complètement zappé ce moment..

Bien vu x)
  Répondre
#12
Salut, tres bon TR, t'as pris quand même une belle claque aha !

PS: j'étais également à cette teuf :p
  Répondre
#13
Yo Criptek ! Cimer l'ami !
Une belle claque, c'est le juste mot ehehe.

Geennre, génial ça ! Tu m'as peut être aperçu, un ptit grimlins avec un pull à capuche militaire dix fois trop grand. Boh c'est pas les habits militaire qui manquent en teu hein...
  Répondre
#14
meh... non ça ne me dit rien désolé x) , par contre moi tu m'as peut-être vu j'étais le seul black aha :p

En tout cas content que ton trip se soit bien passé, j'ai quasiment jamais eu cette chance là avec les champotes :|
"Les idées de l’esprit humain s’avancent en dormant, elle sont parfois si engourdies qu’elles semblent immobiles ; on ne sent leur force et leur vie qu’au chemin qu’elles ont fait ; enfin le jour se lève et elles paraissent : on les reconnaît, elles sont victorieuses"

J.M. Guyau
  Répondre
#15
Ah bah de même pour moi, pas fait gaffe aha.

Yes content aussi ! Quand même un ptit peu surpris de la force du machin, un peu plus d'un pauvre gramme m'ont très bien suffi..

Ah mince, du mal à rentrer dans le délire ? Ou simplement pas assez d'effet ?

Et du coup tu dois êtres du coin nan ? Au plaisir de se croiser un de ces week end !
  Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)