Champi, folie et schizophrénie
#1
Date : Samedi 5 décembre 2015
Lieu : Amsterdam
L'entourage : 3 amis dont 1 « novice » et 2 ayant déjà une bonne expérience des drogues hallucinogènes
Produit utilisé : Champignons psilocybes

Pour clarifier et mettre ce TR en perspective, j’aimerais rappeler qu’excepté C. qui est « novice » en drogue, nous n’en sommes pas à notre première fois et avons avec mes deux amis avec déjà plusieurs expériences avec différentes drogues (DMT, MXE, 2C-D, Salvia divinorium, LSD, LSA, MD, Truffes…Wink. Pour ma part, la consommation se base beaucoup sur l’expérience vécue et sur ce que ces substances peuvent m’apportées.


Set & setting :

Avec 2 potes (A. et V.) et une copine (C.) nous nous rendons à Amsterdam pour visiter mais surtout pour se faire un petit week-end weed + champi. Nous arrivons donc le samedi matin avec C. et V. et rejoignons rapidement notre comparse A. en ville. Après la visite de la maison de Anne Franck (seule activité culturelle du week-end), nous prenons les premiers space cake et fumons à peu près toute la journée. Le « voyage » étant prévu le soir, nous évitons de manger avant afin de faciliter la prise et accélérer le processus (et éviter d’éventuels problèmes lors de la montée).


Prise et montée :

Nous avons brièvement expliqué à C. les effets des champignons hallucinogènes et avons partagé avec elle nos expériences passées. Nous n’avons malheureusement pas assez accentué l’effet de paranoïa qu’induit la prise de cette substance.
Bref, nous conseillons à Clémence de commencer par des truffes avec un effet assez léger afin que l’initiation se passe bien. Nous choisissons quant à nous d’opter pour des champignons avec les effets maximum (étant déjà expérimentés, nous voulions vivre cette expérience à 100%).

Nous nous posons donc tranquillement vers 19h dans un bar afin de déguster notre boîte (comparé aux truffes, les champignons passent beaucoup mieux !). Après une vingtaine de minutes, nous décidons de sortir. Je me rappelle avoir dit à V. : « Je veux être mis par terre ! »… Ce qui, comme vous le verrez plus bas, n’a pas manqué. Après 30-45 minutes, je commence doucement la montée avec beaucoup de fous rires, le tout dans une ambiance détendue et joviale. Tout reste assez flou dans ma tête mais je me souviens que c’est en arrivant à un carrefour de tramway que j’ai pris ma première claque.
La vision des rails au sol et des feux tricolores ont complétement rempli mon champ visuel, un peu comme le mode mosaïque d’un écran d’ordinateur. Je ne voyais plus que des rails s’entrecroisant et des feux répartis un peu partout. J’avais l’impression que peu importe où je regardais, cette vision me suivait partout.
C’est à ce moment que j’ai compris que j’allais prendre cher, très cher !


Plateau : Une petite expérience de la folie

Nous ne connaissions pas très bien Amsterdam ce qui fait que nous n’avons pas arrêté de faire des aller-retour et de vérifier le plan à chaque coin de rue. C’était bien inutile puisqu’étant complétement perchés, nous étions incapables de nous repérer…

Au bout d'un moment, ma vision a pris une teinte floue, tout me semblé abstrait, étranger… tout sauf le visage des mes trois amis qui étaient parfaitement clairs. Au plus profond de moi je savais que je pouvais leur faire confiance et qu’il ne fallait surtout pas que je les perde de vue au risque de me perdre et de m’égarer à jamais. Je les suivais donc de rue en rue en essayant de communiquer avec eux de temps en temps (d’après eux je bafouillais plus qu’autre chose). Au fur et à mesure de l’aventure, les formes indistinctes dans la rue (les passants) me semblaient de plus en plus hostiles. J’éprouvais une certaine sensation de danger primaire et j’avais l’impression que je pouvais à tout moment être agressé par ces silhouettes menaçantes (paranoïa bonjour^^). C’est alors que j’ai commencé à partir très loin… Pour moi, tout ce que je voyais n’était qu’une interprétation de mon esprit et que du coup rien n’était « matériel ». Pour faire court tout était une invention de mon esprit ce qui me rendait… immortel ! Du coup cette sensation de pouvoir être agressé m’importait peu car pour moi je ne pouvais pas mourir. L’agression physique n’étant qu’une construction de mon esprit, cela ne pouvait m‘atteindre (le fait d'être "touché"). Me tuer m’aurait presque délivré de mon corps.
Suite à cela je me souviens avoir eu l’impression de redescendre… J’ai alors réalisé que le trip était fini il y a déjà très longtemps et que je n’étais en fait jamais redescendu. J’étais tout simplement resté perché et étais devenu fou. A ce moment, Je pensais rester toute ma vie complétement perché, que ma vie « normale » d’avant était finie. Je me suis alors tourné vers les trois visages qui me semblaient familiers et c’est alors que j’ai eu une autre prise de conscience : Et si ces trois visages qui représentent mes amis n’existaient pas et si qu’il ne s’agissait en fait que de moi même… J’étais alors devenu schizophrène et cela me faisait peur. Ces trois personnes que je suivais et que j’observais faisaient en fait parti de moi-même. Toute l’interaction n’était que psychique, je ne formais qu’un avec eux. Tout en ayant peur, j’étais fasciné par ce qui m’arrivait.
Cet état d’esprit s’est peu à peu dissipé pour laisser place à une perte totale de lien avec la réalité. Pour éviter de sombrer dans la folie, je devais trouver une bouée de sauvetage, quelque chose de réel auquel je puisse m’accrocher. C’est alors que j’ai sorti mon téléphone portable. J’ai senti un premier lien. Je l’ai ouvert et je ne sais pas comment je me suis retrouvé sur le contact de ma sœur jumelle. Aussi bizarre que cela puisse paraître je me suis dis « je connais cette personne, elle peut m’aider », je l’ai donc appelé. J’ai tout de suite reconnu sa voix lorsqu’elle a décroché et je me souviens lui avoir directement demandé « L., viens me chercher ». Elle m’a bien sûr tout de suite fait savoir que c’était impossible puisqu’elle était sur Paris et moi à Amsterdam… Je lui ai même demandé où j’étais (oui je ne savais plus où j’étais ni qui j’étais pendant une bonne partie du trip). Cette conversation m’a rassurée et j’ai commencé à reprendre petit à petit pied avec la réalité.


Descente (vers minuit) :

Délivrance ! J’ai doucement « ré-ouverts » les yeux, la vision floue qui me suivait s’est dissipée et tout est devenu plus clair. Je me suis retrouvé avec moi-même, mes amis et l'environnement dans lequel j'évoluais. Nous étions sur le chemin du retour et C., qui pensait que nous n’allions jamais rentrer, était assez parano. Avec A. et V. qui étaient, me semble-t-il, aussi bien redescendus (en partie^^) nous l’avons gentiment guidé jusqu’à l’auberge en la rassurant et en lui laissant le contrôle de la situation (elle était un peu angoissée).
L’arrivée à l’auberge fut synonyme de la fin d’une aventure très particulière pour moi puisqu’il m’a fallu quelques jours pour bien digérer le trip.


Conclusion :
C’est assez surprenant mais malgré l’intensité du voyage, je ne considère pas cette expérience comme un bad trip puisque j’ai eu la chance d’être plutôt serein. Je ne saurais dire pourquoi… Est-ce dû au fait que j’ai déjà une certaine expérience en psychédéliques ? Que j’ai peut être su lâcher le contrôle ? Je n’en sais rien, toujours est-il qu’il me semble important de dire qu’il faut savoir lâcher prise dans ces moment là et d’éviter de vouloir nager à contre courant.
Comme dit précédemment, ce trip m’a fait prendre conscience de la puissance et du pouvoir des champignons hallucinogènes. Faire l’expérience de la folie et de la schizophrénie (même minime) est assez perturbante mais tellement intéressante.

J’espère que ce TR fût assez clair qu’il pourra aider que quelque sorte que ce soit.
  Répondre
#2
Très belle expérience !
Saurais tu dire de quelle variété de champignon il s'agissait ? Et la quantité ?
Ton trip avait l'air tellement puissant, j'adore :lol:
  Répondre
#3
:-)

Il était beau à voir le maurader !

Ah oui, on communiquait comme ça :

Maurader, posture recroquevillée, regard animal : A ?
A : Oui maurader ?

Maurader : ...
A : ...

Maurader : ...
A : ...


Pour les champis je me souviens plus de ce que c'était. On a demandé les truffes les plus fortes au vendeur et il nous a proposé des champis sous le comptoir.
Montagnes derrière, montagnes devant
Batailles rangées d'ombres, de lumières,
L'univers est là qui enfle le dos,
Et nous, si chétifs entre nos paupières,
Et nos coeurs toujours en sang sous la peau.

Supervielle
  Répondre
#4
Vision floue ou vision "féérique" (bon dans le cadre d'un tel flip, ça se discute ^^). Tu n'étais en aucun cas schizophrénique, tu étais bien perché ! Clairement une dose élevée quand on n'a pas l'habitude, surtout à Amsterdam ! Content que ça se soit bien fini. Ne plus être sûr de la réalité des événements n'est pas si grave, du moment qu'on ne rentre pas dans un délire masochiste ou suicidaire...

Logiquement l'instinct de survie et la défonce laissent la personne inoffensive vis à vis d'elle-même. Mais l'idéal est effectivement d'avoir toujours un moyen de se rappeler qu'on trip. Une ancre très forte. J'ai déjà perdu pied sous LSD au point de vivre tout ce qui se passait en spectateur, et il n'y a rien de pire, surtout lorsque les choses les plus noires ressurgissent.

Merci d'avoir partagé.
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
  Répondre
#5
Dans mes souvenirs, la vision semble littéralement floue excepté certains éléments comme les visages.

Citation :Clairement une dose élevée quand on n'a pas l'habitude, surtout à Amsterdam !

Ahah, effectivement le froid et notre manque de connaissance de la ville n'ont pas forcément aidé pour construire un set & setting optimal Smile

Citation :Mais l'idéal est effectivement d'avoir toujours un moyen de se rappeler qu'on trip. Une ancre très forte.

Je suis bien d'accord avec toi, c'est important de garder un repère, surtout si l'on sait que l'on va partir loin. D'ailleurs avec des potes on va tenter un trip en nature (peut être en montagne) cet été avec du LSD. Ce doit être intéressant puisqu'on perd alors pas mal de repères avec la société même si je vais essayer de prévoir une petite bouée de sauvetage au cas où Wink

Citation :aurais tu dire de quelle variété de champignon il s'agissait ? Et la quantité ?

Pour te répondre Thepunchs, je ne me rappelle plus de la variété exacte car comme l'a dit Piano-bar, le vendeur nous les a proposé "en douce" puisqu'ils n'étaient, il me semble, pas proposés en rayon. Concernant la quantité je ne sais plus exactement mais je dirais une dose normale genre 15 grammes.
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  1er TR/ 1er Bad sous champi aiaiaie 5 903 01/05/2017 18:06
Dernier message: Shadowspirit
  Trip sous champi maison ! Kulte 5 949 24/02/2017 14:03
Dernier message: Laura Zerty
  1er trip champi: psilocybe hollandia, la découverte et le semi-bad Blayn 11 2,110 16/02/2016 15:30
Dernier message: Thepunchs
  tres mauvais délire aux champi MARION 21 4,047 06/11/2014 04:44
Dernier message: okuza
  Champi 1ère fois Fightwar 0 812 30/06/2014 06:07
Dernier message: Fightwar
  Premier champi sous le sceau de l'indécision Ledhi 4 809 28/04/2014 22:04
Dernier message: Ledhi
  Mazatapec. La Folie. Shaman_fred 4 5,459 02/07/2013 16:19
Dernier message: Jackal_le_chacal
  TR * Champi Mexicanos Airlines Banadora 11 1,439 13/04/2013 14:12
Dernier message: Jester12
  Mal Etre avant prise de champi!! Besoin d avis svp. Nabsbil 2 1,162 01/03/2013 21:33
Dernier message: hatsu
  Champi Trip : la fin, le mort et le jugement tartopom 4 2,119 10/09/2012 12:46
Dernier message: Everett McGill

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)