Article complet sur le kratom (en anglais)
#1
Why Would Regulators Ban An Herbal Treatment For Recovering Opioid Addicts?

May the plant’s close brush with regulatory disaster be a lesson to citizens: the government doesn’t always hold our best interests as a top priority.



By Georgi Boorman MARCH 23, 2017

Once Andrew Turner learned of the Drug Enforcement Administration’s plan to ban the medicinal herb he uses to manage a host of medical issues, he did what many activists do: recorded his personal testimony and put it up on YouTube.
The Navy veteran didn’t just tell his story; he could actually show what life without Kratom was like for him. Turner suffers from combat-related disabilities, chronic pain, post-traumatic stress disorder, Meige syndrome, and dystonia. He takes a small amount of powdered leaf from the Kratom plant once daily to treat his conditions.

In October, he stopped taking Kratom for six days and recorded his deteriorating condition to demonstrate “what the reality of a Kratom ban looks like.” On day five, excessive blinking, a twitching brow, and swallowing interrupted his speech. His speech was slow and labored. “This is what I’ll have to face” if Kratom is banned, he says, since “the pharmaceutical measures don’t really help; they typically make these issues a little bit worse.”
By day 6, a rapid succession of tics pull and twist his facial expressions, and his stuttering is uncontrollable. “If this continues on,” he says, “within a few more days I’ll probably have complete inability to speak…[and] the pain I woke up with this morning was very unbearable.”


Thousands Share Andrew Turner’s Story

Though Meige syndrome isn’t common, what binds this veteran’s story to thousands of other testimonies from Kratom users is how taking Kratom has allowed them to stop using prescription opiates, or avoid them altogether. As Turner explains: “For a long time I’ve worked with doctors and the DOD to manage my symptoms…turned out that with just a little bit [of Kratom] each morning, I was able to stop using opiates…large amounts of vicodin, Percosets. I haven’t taken any in months…I can do things on my own again without others helping me.”
Many veterans have found success using Kratom to treat chronic pain and PTSD, as founder of American Kratom Association Susan Ash told U.S. News and many wrote to the DEA when it opened the potential regulations for public comment. Abraham, a former U.S. Army sergeant, wrote, “It is one of the only medicines that help tremendously with my PTSD without being hepatotoxic…I had multiple buddies with whom I worked with who were at risk for suicide. They were introduced to Kratom and now are living normal lives.”

Many veterans’ stories can be found on YouTube under the hashtag #IAmKratom. Josh, a disabled veteran with two back surgeries, anxiety, and PTSD told viewers how he “walked around feeling like a zombie” on the 12 medications the military hospital had prescribed him before he switched to Kratom. “I feel better in these 3 years that I’ve had Kratom than the six years before that,” he said.
Curtis, a disabled infantry Army vet, said he was put on pharmaceuticals to help with PTSD and opiate painkillers to manage his chronic pain. “It was a pretty bad time for me…I decided to give [Kratom] a try, and within the first two hours of having my first spoonful, my pain was almost completely gone. Over the first few weeks, my crushing depression and anxiety had started to go away.” He says now he doesn’t take any other medications and can provide for his family.
Ash says she uses Kratom to treat chronic pain from Lyme disease and broke her addiction to opioids with its help. Many other non-veterans testified to its efficacy in managing pain. One woman, 48, wrote, “I suffer excruciating, haneous [sic], debilitating pain EVERY minute of every day. Kratom stopped it dead in its tracks. I am now LIVING. I work again, I’m a mother again, a wife again.”


Is This Leaf Akin to Heroin or Ecstacy?

Thousands of such consumers spoke out when in August 2016 the DEA notified the public of its intent to add the alkaloids mitragynine and 7-hydroxymitragynine to the Schedule I category, a decision “necessary to avoid an imminent hazard to the public safety.” This would have put the ancient herb from Southeast Asia in such unsavory company as heroin, ecstasy, marijuana, and other drugs determined by the DEA to have, “no currently accepted medical use and a high potential for abuse.”

The DEA has the power to immediately ban a drug, then issue permits for its use as they see fit. Placing Kratom in the Schedule I category may seem drastic considering its comparatively mild nature to other Schedule I drugs, but that’s the only category into which DEA can place drugs if it wants to ban them quickly without express permission from Congress.
Journalist Anthony Roberts reported that within the first week alone more than 100,000 people signed the petition to keep Kratom unscheduled. More than 23,000 posted comments with overwhelmingly positive feedback.
Turner says vendor sales estimate that between 3 and 5 million people in the United States have tried Kratom, and the market is growing. More than 55, 000 kilograms of dried Kratom leaves and powder have been encountered “at ports of entry” to the United States between 2014 and 2016.

After the massive outcry from Kratom users, on October 12, 2016 DEA withdrew its plan to schedule Kratom. Spokesman Melvin Patteson said the reversal is “something we’ve never done before.” DEA opened another public comment period and requested that the Food and Drug Administration do an “8 factor analysis” before making a scheduling decision. That analysis has yet to be conducted, but an eight-factor analysis commissioned by the American Kratom Association and performed by PinneyAssociates found Kratom “appears overall much safer [than opioids].”

According to Dr. Jack Henningfield, one of the analysis’ authors, “Its favorable safety profile supports continued access by consumers to appropriately regulated products while research on its uses continues.” So prospects look brighter for the botanical than they did just a few months ago.


Other Benefits and Effects of Kratom

The leaves of the plant in question (Mitragyna Speciosa) have purportedly been used by natives for millennia and, more recently, by U.S. consumers for its calming and analgesic properties; often as an alternative to prescription opioids.
Kratom is fairly inexpensive. A low dose (2 grams) of Red Bali Kratom costs about $1, which is much less than what many people spend on their morning coffee, and closer in price to Advil than many prescriptions for chronic pain. One Kratom user wrote her medications for managing the pain of fibromyalgia were “more than her disability check.” “It’s such a cheap substance,” explains Turner, “You’re not going to have people breaking into homes to finance their Kratom habit.”
Previous analysis conducted by researchers at the University of Rochester of personal experiences aggregated on Erowid.org (“a psychoactive substance information site”) found among Kratom’s effects, “what appears to be a mild (i.e., relative to opiates) dependence syndrome.”
A low dose (2 grams) of Red Bali Kratom costs about $1, which is much less than what many people spend on their morning coffee, and closer in price to Advil than many prescriptions for chronic pain.
But some Kratom users report dependency as a real struggle, some saying it suppresses their creativity and heightens complacency. One user who described himself as “addicted to Kratom for 2 and a half years, typically at 20-25 grams a day” commented on Reddit, “Kratom made me complacent and sloppy, but also stifled my creativity. It’s funny how when you are on kratom your standards sink so low. There’s this weird complacency like ‘since I feel good anything I do is good enough.’”
Another quitter described the plant as “the green deception” and “a puppeteer.” Still another recreational user reported insomnia, depression, anxiety, and hot and cold sweats while withdrawing from use of 8-12g a day—an amount Turner equates to “shoveling it down” and “chasing a big-time high.” Other users report consumption upwards of 30g a day.
Reddit contains multiple threads of negative Kratom experiences, especially withdrawal symptoms. Notably, many are from users who do not report using Kratom to treat pre-existing conditions, report consuming very high doses, or are also on other medications (for instance, the user who reported insomnia was also taking Prozac). Such instances would support the DEA’s position that Kratom is “being abused for its opioid-like properties.”

“It still has risks just like anything one ingests,” Turner said, warning against trying Kratom before doing the research or “chasing a high that just really isn’t there.” “There is no actual high from kratom that you could dare compare to even the mildest opiate,” Ash told U.S. News.
In low doses (roughly 2-4g), Kratom has a stimulating and “uplifting” effect, and some consumers say it gives them focus and a slight boost of motivation. In higher doses, it tends to act as a depressant and an analgesic, and it is the efficacy of Kratom in this regard that recovering opioid addicts generally testify to. Of all the appeals to keeping Kratom legal, its ability to decrease or eliminate opioid users’ dependence is the strongest.

Kratom Could Be an Exit-Ramp Drug


One man, who became addicted to opium poppies and then to heroin, said of the plant: “Kratom took someone who had no desire, at all, to stop using opiates and allowed me to quit heroin cold turkey, and remain opiate-free for over six years (and counting).”
Kristofer also described his experience breaking free of narcotics, “the side effects [from his medication] were absolutely awful…I was headed to the point where I was going to have to be on disability for the rest of my life. I started supplementing Kratom into my diet as needed, and it completely changed my life as well. I have experienced zero side effects, and it has helped me turn my life around to the point where I am able to work a full time job (40 hours+ a week), and provide for my family like I have never been able to do before.”

Narcotics prescribed to treat moderate to severe pain have funneled many thousands of ordinary people into addiction.
The nation is in the throes of an opioid crisis. The Centers for Disease Control (CDC) reports that more than 33,000 people died from opioid use in 2015, an increase of 72 percent from the previous year, and a figure almost on par with the total traffic fatalities for the same year (35,000). Prescription opioids are powerful, and powerfully addictive. The prescription drug fentanyl, for instance, is “50 times more powerful than heroin,” as noted by CNN. Narcotics prescribed to treat moderate to severe pain have funneled many thousands of ordinary people into addiction.
Such highly addictive painkillers as OxyContin and Codeine are the widest gateway to heroin addiction. Amid this overwhelming opiate crisis, the DEA attempted to schedule Kratom as a drug with “no medical use,” with “no investigational new drug applications or approved new drug applications” for its main alkaloids, although the authors of the DEA’s three-factor analysis of Kratom acknowledged the plant’s analgesic properties and noted “Kratom has also been used to self-treat chronic pain and withdrawal symptoms from opioid misuse and dependence.”
The DEA also cites in the same document the increasing number of Kratom-positive blood or urine samples at private labs, which has gone from 31 positive results in 2012 to 555 positive results for 2015 through March 2016. DEA says this demonstrates rising concern over “the growing abuse” of Kratom products. The administration also cites a “tenfold increase in the number of calls received [at poison control centers] between 2010 and 2015” as evidence of growing Kratom abuse.


Compare Kratom’s Effects to Those of Competing Drugs

Of course, the strongest evidence supporting their case that Kratom use constitutes an “emerging public health threat” would presumable be 30 “Kratom associated deaths,” for all recorded years.
The DEA’s notice of intent and three-factor analysis calls all Kratom users “abusers.” But “abuser” isn’t found in the list of legal terms for the Controlled Substances Act; neither the FDA nor the DEA have a legal definition for “abuse,” much less “high potential for abuse.” The terms “abuse” and “abuser” are political, flexible enough to fit over an entire group of consumers regardless of the method or purpose of the product’s usage by the individual.
According to the CDC’s latest data on the opioid epidemic, the deaths by opioids in 2015 alone are 1,100 times higher than all recorded deaths that had anything to do with Kratom.

But to compare Kratom abuse to that of opioids, we’ll employ a common definition of drug abuse, such as, “Compulsive, excessive, and self-damaging use of habit forming drugs or substances, leading to addiction or dependence.”
According to national survey data from the Department of Health and Human Services, substance abuse for prescription pain relievers totaled roughly 2 million, and substance abuse for heroin totaled about 591,000 in 2015. That same year, there were, “20,101 overdose deaths related to prescription pain relievers, and 12,990 overdose deaths related to heroin,” according to the American Society of Addiction Medicine. Of course, the most obvious sign of abuse are overdose fatalities: ODs from prescription pain relievers quadrupled between 1999 and 2014.

By contrast, the DEA could point to only 30 recorded deaths that had anything to do with Kratom. According to the CDC’s latest data on the opioid epidemic, the deaths by opioids in 2015 alone are 1,100 times higher than all recorded deaths that had anything to do with Kratom. Also, in all but one of those deaths, other substances were found in the systems of the deceased, (including amphetamine, heroin, methadone, and fentanyl).
As for other indicators of Kratom abuse, 660 Kratom-related calls to poison control centers were recorded between 2010 and 2015. But the CDC study of these calls the DEA cites, by their own admission, determines a correlation between the 50 severe outcomes “and exposure to Kratom plus other substances.” The three-factor analysis could point to a few cases, but no statistics or aggregate data, on other indicators for abuse, such as emergency room admissions or treatment facility admissions.

How About Regulating Before Banning?

Even if one disputes the DEA’s claim that Kratom is widely abused, the Kratom market is “the wild west” in terms of regulation, as Turner acknowledges. The three-factor analysis notes that Kratom products are often marketed as a “legal high,” and falsely labeled. There is no recommended dosage amount, either. The DEA’s original scheduling notice cited lack of regulation as one of Kratom’s dangers.
Yet why try to ban Kratom before considering common-sense regulations? Turner said he and many other Kratom advocates would like to see more common-sense regulation of Kratom, such as restricting the age for purchase to 21 and over, and ensuring the Kratom supply isn’t tainted with harmful chemicals and that the contents are true to the advertised ingredients.
A first step toward this end would be submitting Kratom as a “new dietary ingredient” to the FDA, which includes submitting evidence that Kratom is safe to consume. “I’d love to see the government come in and say we need to have some testing. I’m okay with some oversight,” says Turner, “But there’s a fine line between oversight and overreach.”

Why Did the DEA Try to Ban Kratom?

When the government attempts to ban a substance seemingly out of nowhere, without previous widespread media coverage of the issue or public outcry, often the first suspects are other key players in the industry.
Journalists and Kratom advocates have pointed to Dr. Daniel Fabricant as a force behind the proposed ban, as arguably Kratom’s most outspoken critic. In 2014, Fabricant directed the FDA’s dietary supplements division, and that year the FDA began seizing Kratom imports. In April 2014, however, Fabricant became CEO of the Natural Products Association. NPA senior vice president Corey Hilmas is also an FDA transplant.

‘If you’re going to make a claim that it’s a cure for pain, no way is that a dietary supplement.’
Since 2014, Fabricant has been nudging regulators to crack down on Kratom. I spoke to Dr. Fabricant, who maintains the botanical should still be scheduled because it exhibits opiate-like behavior.
“If you’re going to make a claim that it’s a cure for pain, no way is that a dietary supplement,” he said. He chastised advocates for self-treatment. “You’re going to self-diagnose treatment of addiction? There’s no a magic bullet for addiction. People from addiction clinics have said people do get addicted to Kratom. You should be working hand in hand with a health-care provider.”
Even regarding the potential submission of Kratom as a “new dietary ingredient,” he explained that the substance, “has to show baseline acute safety, they have to do a toxicity study…and the extra-curricular question is: is it addictive.” In his view, that question is essential. If we do place preference studies for things that sweeten our coffee, why wouldn’t we do that for Kratom?
Fabricant comes across as passionate and sincere about his position. It’s worth noting, however, that some of the NPA’s member companies make and sell products that compete with Kratom (such as “At Ease” and “Brain Awakening,” and formulas for clear thinking or muscle spasms and tension) and would have an interest in how the botanical is regulated.

“It’s more likely that it’s a fear held by the dietary companies,” said Charles Haddow, a representative from the American Kratom Association, “that if it’s as bad people are saying, that there will be a spillover that affects the division…if there are deaths, that it might bring calls to Congress calling for a new regulatory scheme for the industry.”
Still, it’s not as if the Kratom importers and retailers don’t have financial interests at stake in this regulatory battle. “People supporting Kratom are making a lot of money, but they chastise makers of opiates for the same,” Fabricant pointed out. And research to ensure Kratom’s safety costs money, as the CEO acknowledged. But he insisted the Kratom industry isn’t stepping up and taking responsibility in that regard.

Chief Opponents Include Competing Substance Companies

In July of 2013, three organizations—the Council for Responsible Nutrition, the Consumer Healthcare Products Association, and the United Natural Products Alliance—sent a letter to the FDA expressing concern over Kratom’s lack of regulation. It certainly seems concern from the pharmaceutical and supplement industries triggered the FDA’s interest in Kratom. The FDA’s database reveals no documents about Kratom until a September 2014 news release regarding a Kratom seizure in southern California, and all the firms on the list of products Subject to Detention without Physical Examination under the import alert have dates published 2014 or after.

Cross-referencing the members listed for each organization with a 2012 report on narcotics manufacturers from United Nation’s Office of Drugs and Crime, it is revealed that the Council for Responsible Nutrition represents the pharmaceutical companies BASF, which manufactures the psychoactive stimulants cathine and methcathinone, and the opiate painkiller Tilidine; DSM Nutritional Products, which manufactures Bromazepam, Clonazepam, and Diazepam; and Lonza Inc., which makes the depressant GHB and methylphenidate, a stimulant used to treat ADHD.
These drugs overlap with Kratom as treatment for an array of symptoms, and some of the UNPA’s members compete with Kratom for its ‘perks,’ such as focus and energy.
CHPA represents Chattem Chemicals (a division of Sun Pharma), which manufactures codeine, fentanyl, methadone, morphone, oxycodone, sufentanil; and Purdue Pharmaceuticals, the manufacturer of OxyContin. Teva Pharmaceuticals is also a member through their division “Teva Women’s Health”; Teva makes a generic for Actiq, a drug containing fentanyl, as well as oxycodone tablets.

The UNPA represents companies on the natural side of the industry, including Indena USA, which makes extracts from plants like chamomile and Devil’s Claw (used to treat muscle and back pain and migraines), and Morinda, which sells “natural” products, including energy drinks and focus supplements. These drugs overlap with Kratom as treatment for an array of symptoms, and some of the UNPA’s members compete with Kratom for its “perks,” such as focus and energy.
The pharmaceutical companies are heavyweights: BASF is No. 94 on Forbes’ list of the world’s biggest companies, and in 2015 its nutrition and health products generated 2.1 billion. Purdue generates about $3 billion in revenue annually, mostly from OxyContin sales. Chattem’s parent company, Sun Pharma, brought in about $403 million from U.S. sales in 2013.
Why wouldn’t these companies monetize the herb themselves instead of pushing for a ban? I asked Turner. Certainly their R&D budgets could create a Kratom product superior to a bitter green powder shipped to consumers in unmarked Ziploc bags or sold as powder capsules in head shops.

Large pharmaceutical companies that manufacture prescription opioids would be more than sufficiently incentivized to use the DEA to push Kratom out of the market.
Yet the number of alkaloids in the Kratom leaf (37, according to Fabricant, but sources differ) and their short shelf life once extracted would make manufacturing a synthetic version quite difficult. Even if such companies were selling simple extracts or powder capsules, Turner explained, it would take decades to grow a commercially viable domestic crop, and in the necessary tropical climates like Hawaii or Guam. Large-scale importation would be expensive to start up, too, especially with pre-existing regulatory barriers: the FDA would first need to approve Kratom as a safe dietary ingredient.
To complicate matters, regulators might require Kratom sellers to change the formulation to sell kratom products as supplements. According to Fabricant, that would mean they’d have to make an extractwithout the “addictive” main alkaloids. This would be another expensive step, and might render the product impotent.

So large pharmaceutical companies that manufacture prescription opioids would be more than sufficiently incentivized to use the DEA to push Kratom out of the market. Prescription narcotics bring in significant revenue. Pain medications are a $24 billion global market and Kratom’s position as a more tolerable and effective analgesic for many cuts in on the market.
Despite the DEA’s scheduling halt, the FDA has already ordered more seizures of products containing Kratom this year.

What About Approval Through the FDA?

The agencies that regulate what Americans put into their bodies operate on the assumption that anything that is not scientifically proven safe, to varying degrees of satisfaction as determined by the agencies, must be dangerous. As such, it would be more challenging for drug companies to convince the FDA that Kratom is safe, versus convincing them it is dangerous enough to ban.

When attempting to enter the market, government agencies demand food and drug companies start under the assumption that their product is dangerous until proven otherwise. Hence the lengthy clinical trials and years-long waits for FDA approval. To draw a comparison to criminal court: the drug (or dietary supplement) is guilty until proven innocent.
Government agencies demand food and drug companies start under the assumption that their product is dangerous until proven otherwise.
Now, for experimental drugs synthesized in a lab, this makes a great deal of sense. Its potential effects are unknown, or close to it, and to immediately bottle it up and sell it to sick people would be preposterous. The length and breadth of the clinical trials may be up for debate, but testing isn’t just responsible, it’s an ethical obligation.
But Kratom isn’t an experimental drug, and its effects aren’t unknown. Its psychoactive nature may make some doctors and regulators nervous, but the plant has been used for centuries, and people are using it currently with overwhelmingly positive results.

The regulatory overseers, however, aren’t satisfied with history and anecdotes. Kratom sellers haven’t supplied the toxicity and place preference studies the FDA would want. Other scientific research is preliminary, but university research indicates Kratom’s main alkaloid, mitragynine, could indeed provide an effective “step-down” from opiate addiction.
But government science gets it wrong often enough to warrant serious doubts about its competence in regulating, or even advising, on our behaviors and consumption. Consider that it took the National Institute of Health nearly a decade to reverse guidelines on peanut allergies in children after the first studies challenging the wisdom of their approach were published, or the inflated place of dairy in both the old food pyramid and the new “myPlate” guidelines, or the fact that the FDA has set new sodium guidelines for food companies, despite strong evidence that sodium really isn’t all that harmful.

How About Aiming for Harm Reduction over Abstinence

Abstinence is the chief principle governing the drug war that surrounds Kratom, leading to crackdowns on behaviors as mild as marijuana use, coming down hardest on the suppliers, but punishing users, too. One nurse of 26 years opined, somewhat hyperbolically, that if the DEA really wanted to make a difference, they would dispense Kratom to addicts “who want to get off that destructive merry go round.”
An agency may justify a budget bump, a corporate giant may rescue a few percentage points of market share, but most often, it’s the consumers who lose.
Fabricant believes “We didn’t get to have the safest food supply in the world by letting anyone dump something into the market just because they feel strongly about it.” But Turner is convinced it would be “detrimental to public health” to ban Kratom. To him, enforcing complete abstinence from a substance that is not well-researched in the lab, but that has been overwhelmingly beneficial in the real world, isn’t the answer.

“The addicts have a true chance to get clean,” he said. “There are questions with Kratom, about dependency, but at the end of the day it’s not going to kill anybody.”
The vast regulatory state, with its lack of accountability to both legislators and the public, and its shared pool of expertise with the private sector it purports to regulate, is ripe for exploitation. An agency may justify a budget bump, a corporate giant may rescue a few percentage points of market share, but most often, it’s the consumers who lose. In the case of Kratom, many of those consumers are suffering and even more vulnerable to exploitation.
The fate of Kratom is still in limbo. But may the plant’s close brush with regulatory disaster be a lesson to citizens: the government doesn’t always hold our best interests as a top priority.
[/font]

Georgi is a Senior Contributor at The Federalist. Follow her on Twitter, @georgi_boorman.

SOURCE : https://thefederalist.com/2017/03/23/reg...d-addicts/
AUTRICE : https://thefederalist.com/author/georgi-boorman/
A propos de la source : https://en.wikipedia.org/wiki/The_Federalist_(website)


Il s'agit d'un article publié il y a quelques jours sur un webzine conservateur américain , partagé entre autre par Erowid sur fb.
Répondre
#2
J'te kiffe Groovie <3
Nouveau ? Viens vite lire les règles => http://www.psychonaut.fr/announcement-4.html
 
"Vous étiez l'évidence
Vous n'êtes plus que l'énigme
Vous étiez l'éternité
Vous n'êtes que dépassé"
Répondre
#3
Mais je t'aime aussi mon cher couac Heart

Pour information j'ai contacté l'autrice de l'article, Georgi Boorman , et elle a accepté que je traduise son article :+1: et que je le partage. Il y aura un extrait sur le fanzine de psychoactif et je mettrais la traduction intégrale sur les forums ici et là bas.
Je suis très content, je ne pensais pas que son éditeur accepterait ! J'ai déjà bien buché dessus (40%env).

Pour la première personne qui témoigne, Andrew Turner (le vétéran qui a la maladie de Meige) , vous pouvez voir la comparaison entre :
- quand il est sous kratom
- quand il est pas sous kratom (réapparition des tics , difficulté pour articuler, douleurs , sens plus ses jambes, attaque de panique etc)





Cela m'a aussi redonné de la force, je pense qu'il y a des personnes en Europe qui ne connaissent pas le kratom et qui pourraient vraiment être mieux dans leur tête/corps grâce à cette plante. Ce truc a changé la vie de beaucoup de personnes en Amérique et donner des infos sur les produits ce n'est pas uniquement quand c'est négatif. Donc voila cet article regorge de personnes qui ont arrêté leurs traitements inefficaces ou trop coûteux, qui ont recommencé à bosser et sortir de la pauvreté, bref on s'approche du concept asiatique où c'était une drogue de travail.
Ce n'est pas tout rose, on doit rester très vigilant, il y a une addiction physique et mentale, ce n'est pas un remède miracle. Wink Au contraire ça peut être très addictif , j'en sais quelque chose, j'y suis complètement accro en ce moment Wink (usager récréatif)

De plus on ne sait pas avec exactitude ce que cela fait au corps/mental ...on a aucune recherche en occident là dessus.

Le voir souffrir , ça m'a émeut , je ne pensais pas voir des usagers/patients se battre sur youtube et dans les médias pour garder leur traitement et la DEA a eu la décence de les écouter. La liste des maladies où le kratom peut avoir un impact significatif est très importante : PTSD, douleurs chroniques, maladies peu communes comme la fibromyalgie etc... La force de cette plante est qu'il y a presque une quarantaine de molécules actives. Franchement je ne m'imaginais pas tout ce que ça pouvait "soigner" ...enfin il s'agit plus d'une pommade que d'un traitement définitif mais bon... dans certains cas les médicaments pharmaceutiques se révèlent particulièrement dur à supporter ou inefficace. Je ne m'attendais pas à ce que le produit marche.

AUx usa il y a eu entre 3 et 5 millions d'utilisateurs, c'est ce qui a permis de bloquer le bannissement.
Aussi avec un échantillon d'usager aussi large, on a pu découvrir ses bienfaits mais aussi ses problèmes d'addiction, effets secondaires divers. G.Boorman suggère que les problèmes d'addictions sont plus graves chez les usagers récréatifs que chez les usagers thérapeutiques.

Sur psychoactif je n'ai pas osé trop en parler, pour éviter l'effet "apologie"/"incitation à l'usage".... mais bon ... je le rappelle au cas où : il y a eu beaucoup de personnes qui ont arrêté les opios (et les TSO...methadone/sub) avec du kratom. C'est beaucoup plus pratique que la codéine car ton foie arrive a travailler le produit pendant 2/3 semaines de suite sans problème là où la codé si tu en prends H24 tu finis par mal synthétiser la morphine et donc être en keum..
Par contre ... les effets secondaires du genre.... j'ai peur qu'une personne qui ne connaissait pas le prod ait mal au ventre/envie de vomir... aussi il faudrait au moins 3 doses par jour pour éviter le manque,ce qui est une fois de trop à mon goût.
Mais bon on va pas cracher dans la soupe, pour bloquer la codé ou les tso, c'est pratique ^^

enfin voila je vais pas faire un pavé
j'espère qu'en France on bannira pas cette plante d'un coup de tête.. ou au moins pas tous les alcaloïdes..
Répondre
#4
Je poste ici la traduction par Groovie de l'article, afin de plus de vi/li-sibilité



ARTICLE de Georgi Boorman : Pourquoi les autorités américaines veulent elles interdire le kratom? Le 23 Mars 2017 pour le magazine THE FEDERALIST
source : Why Would Regulators Ban Kratom, An Herb For Recovering Addicts? … lc.twitter
A propos du journal The Federalist : https://en.wikipedia.org/wiki/The_Federalist_(website)

[Image: 03kratom-02-SUB-master768.jpg]
préparation d'un breuvage de kratom a partir de feuilles fraîches - Paula Bronstein/Getty Images

Lorsqu'Andrew TURNER a appris la nouvelle concernant le bannissement de son herbe médicinal par la DEA, il a réagis de la même manière que de nombreux usagers  : il a enregistré son témoignage et l'a mis sur youtube.

Ce vétéran de l'US NAVY n'a pas fait que raconter son histoire dans un énième podcast ; il pouvait montrer ce qu'était sa vie sans le kratom. Andrew TURNER souffre de symptômes communs à certains vétérans, il souffre de douleurs chroniques, d'un état de stress post traumatique (ESPT), du syndrome de Meige et de dystonie. Il prend une fois par jour une faible dose de poudre de feuilles de kratom pour son traitement.

En octobre, il a arrêté de prendre du kratom pendant six jours et son état a rapidement empiré. Il a enregistré avec sa caméra " à quoi ressemble ma nouvelle réalité sans kratom  ". Le cinquième jour, il clignait des yeux bien trop souvent, l'un de ses sourcil bougeait d'une manière incontrôlable. Il avalait sa salive en plein milieu  de ses phrases, qui semblent lentes et laborieuses. "Voila ce à quoi je  dois faire face" si le kratom est banni, du pays dit-il. Il nous confie amèrement : "Les traitements  pharmaceutiques ne lui ont été d'aucune aide, voire il aggravent la situation".

Le sixième jour, une rapide successions de tics le défigure et transforme ses expressions faciales, ses bégaiements sont incontrôlables. "Si cela continue ainsi, dans quelques jours je ne  pourrais plus parler et la douleur est revenu ce matin, elle était  insupportable".

Des milliers d'autres ont la même histoire

Même si le syndrome de Meige est peu commun, ce qui lie son histoire avec celles de plusieurs milliers de témoignages c'est que le kratom leur ont permit d'arrêter les opioïdes sous prescription ou de les éviter.
Comme l'explique TURNER : "Pendant longtemps j'ai arrêté de travaillé  avec les docteurs et le département de la défense pour gérer mes  symptômes.  Un peu de kratom le matin et j'étais capable d'arrêter les opiacés. Mon ancien traitement était composé de très grosses doses de vicodine (hydrocodone) et de percosets (oxycodone/paracetamol).
Cela fait des mois que je n'en prenais plus, le kratom me permet de faire les choses par moi même à nouveau sans avoir besoin d'aide."

Le kratom ou mitragyna speciosa, de nombreux vétérans l'ont utilisé pour une démarche l'automédication et ce avec succès. Que ce soit pour le  traitement des douleurs chroniques ou des ESPT, comme la fondatrice de  l'association américaine du kratom  (AKA) qui se nomme Susan ASH. Cette dernière, ainsi que de nombreux patients ont écrit aux journaux comme U.S News ou directement à la DEA quand ils ont appris la nouvelle de la prohibition en approche.
Abraham, un ancien sergent de l'U.S Army indique : " C'est le seul traitement qui  agit très bien avec l'ESPT sans être hépatotoxique. J'ai de nombreux camarades qui ont fait des tentatives de suicides à cause des ESPT. On leur a présenté le kratom, maintenant ils vivent des vies normales".

De nombreux témoignages  de vétérans peuvent être trouvé sur YouTube sous le hashtag #IAmKratom. Josh, un vétéran en situation de handicap qui a subit des opérations de chirurgie pour son dos qui souffre aussi d'anxiété d''ESPT a raconté aux spectateurs dans ses vidéos "comment je marchais comme un zombie" à cause des 12 traitements que l'hopital militaire lui donnait, avant de les arrêter et de passer au kratom. Il confie : "Je me sens mieux ces trois dernières années que les six précédentes où je n'en prenais pas".

Curtis, un autre vétéran en situation de handicap, ancien fantassin, témoigne qu'il était sous traitement pour l'ESPT mais aussi sous opiacés pour traiter ses douleurs. "C'était un mauvais moment de ma vie... J'ai décidé d'essayer le kratom  en prenant une cuillère bien pleine ; les deux premières heures mes douleurs chroniques s'étaient presque envolées. Les premières semaines,  je n'étais plus déprimé et mon anxiété commençait à disparaître."  Désormais il peut à nouveau subvenir aux besoins de sa famille et il ne  prend plus aucun autre traitement.

Susan ASH  dit qu'elle utilise le kratom pour traiter ses douleurs chroniques qui proviennent de sa maladie de Lyme et qu'elle a arrêté d'être accro aux opiacés classiques.  De nombreux autres personnes non vétérans ont observé son efficacité  pour le traitement de la douleurs, à travers les années (reddit /kratom,  TKF the kratom forum, drugsforum etc).
Une femme de 48 ans : " Je souffre de douleurs insupportables, débilitantes, odieuses, CHAQUE MINUTE de chaque journée. Le kratom  a signé l'arrêt de mort de toutes ces douleurs, désormais JE VIS. Je  peux travailler à nouveau, je suis à nouveau une mère, je suis à nouveau une femme ".

Ces feuilles sont elles proches de l'héroine ou d'autres drogues schedule I ?

Des milliers de consommateurs ont pris la parole en août 2016  quand la DEA a notifié la population de son intention de bannir tous les alcaloïdes présents naturellement dans la plante  (7-hydroximitragynine et mitragynine principalement). Désormais, le kratom devait rejoindre le classement I, une décision qui d'après l'agence était "nécessaire pour éviter un danger pour la population et protéger la santé publique". Cette décision mettrait les feuilles de cet arbre d'Asie du Sud-Est dans la même catégorie que l'héroïne, l'ecstasy, le cannabis et d'autres drogues qui sont considéré par la DEA comme "non accepté pour les traitements médicaux et à fort potentiel d'abus".

Aux états unis, la DEA a le pouvoir de prohiber immédiatement une substance et de distribuer des permis d'utilisation au cas par cas. Mettre le kratom dans la catégorie I, c'était une décision drastique en considérant son  caractère doux vis a vis des autres substances présentes. Cependant, c'est le seul endroit où la DEA peut mettre une  drogue dans l'objectif de l'interdire rapidement sans en demander la  permission au congrès.  
(ndt: liste des produtis schedule I : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Sc...drugs_(US) )

Le journaliste Anthony Robert a  rapporté que la première semaine de l'annonce de la DEA , plus de 100  000 personnes ont signé la pétition pour maintenir le kratom dans un statut non illégal. Plus de 23 000 commentaires dont la plupart positif ont été écrits, pour souligner l’intérêt de ce produit.

Andrew Turner dit que les vendeurs de kratom ont eu entre 3 et 5 millions de clients américains, le marché croît. Plus de 55 tonnes de feuilles séchés ont été repéré par les douanes lors  de leurs entrées aux USA entre 2014 et 2016.

Après la colère des consommateurs, le 12 octobre 2016 la DEA retire  sa suggestion d'interdiction. Le porte parole et agent spécial de la DEA Melvin Patteson a déclaré que cette décision est "quelque chose que nous n'avions jamais vu". La DEA ouvra alors une autre période de commentaire public et demanda à la Food  and Drugs Administration (FDA) de faire une "analyse complète" sur le kratom pour qu'ensuite l'agence prenne sa décision définitive. Cette analyse n'a pas encore commencé mais l'AKA et PinneyAssociates (ndt: entreprise RDR/consultants pharmaceutiques) ont déclarés que le kratom "apparaît être bien moins dangereux [que les opiacés]."

D'après le Docteur Jack Henningfield, un des auteurs de l'analyse décrit à propos du kratom  : "Son profil de sécurité avantageux favorise l'automédication pour des consommateurs qui pourraient avoir accès à des produits réglementés de  façon appropriée. La recherche sur ses utilisations se poursuit". L'avenir légal de cette plante ne semble pas si sombre.

Autres bénéfices et effets du kratom

Les feuilles de Mitragyna Speciosa ont été utilisées par les natifs d'Asie du Sud Est depuis des millénaires et plus récemment par les américains pour son effet calmant mais aussi analgésique. C'est une alternative aux opiacés sous prescription.

Le kratom est plutôt bon marché. Une faible dose de Bali rouge coûte environ 1$. C'est beaucoup moins que ce que dépense de nombreux amateurs de café tous les matins mais aussi plus proche d'une dose d'ibuprofène que ceux des autres traitements pour les douleurs chroniques. Une personne souffrant de fibromyalgie décrit : "un traitement pharmaceutique qui dépasse largement  ses allocations pour son handicap". "C'est vraiment une substance pas chère" dit Turner, "Vous ne risquez pas d'être victime d'un cambrioleur ou d'un braqueur qui truande pour payer sa dose de kratom.

Les dernières analyses conduites par des chercheurs de l'université  de Rochester, soutenues pour leurs compétences par le site Erowid, ont trouvés que l'addiction au kratom était comparable à "un syndrome de manque doux" par rapport aux autres opiacés. Cependant certains usagers rapportent leur dépendance et leurs  difficultés, certains évoquent que le produit détruit leur créativité ou les rends béats.

Une personne qui se décrit addict au kratom pendant 2ans et demi, avec 25 à 50g par jour commente sur reddit : "le kratom m'a rendu trop serein, négligé et je n'ai plus de créativité. C'est drôle comme tes attentes diminuent sous kratom, on est rasséréné d'une façon malsaine 'Vu que je me sens bien  n'importe où et n'importe quand, tout ce que je fais me semble suffisant'. "
Un autre décrit la plante comme "la déception verte" , une "marionnettiste". Enfin, un autre utilisateur récréatif nous a rapporté des insomnies, une dépression, de l'anxiété, des sueurs  chaudes ou froides lorsqu'il était en manque après une utilisation de 8  à 12g par jour. - Un montant qui équivaut pour Turner à "une pelleté  dans le gosier" et "la chasse au high le plus long". Certains ont  mentionnés des dosages montant jusqu'à 30g par jour.

Reddit et son subforum Quitting Kratom contient de nombreux topics qui témoignent des effets négatifs du kratom, surtout pour les symptômes de sevrages. Particulièrement les utilisateurs récréationnels qui consomment de très  grandes doses ou d'autres médicaments en même temps (par exemple ,celui  qui souffrait d'insomnie prenait du Prozac). Ces retours supportent donc  la méfiance initiale de la DEA et sa position comme quoi le kratom est "mésusé à cause de ses effets opiacés".

"Cela comporte des risques, comme n'importe quelle chose que tu  ingères" dit Turner qui rajoute qu'avant d'essayer il faut  procéder à une recherche en profondeur. Il ajoute : "Il ne faut  pas chasser un high qui n'est pas là."  Ash avait aussi affirmé chez U.S  News : "Il n'y pas de défonce comparable à ne serait ce qu'un opiacé de  moyenne intensité dans les feuilles simples".

À faible dose, entre 2 et 4g, le kratom  a un effet stimulant et réjouissant, certains usagers disent que cela  leur donne un peu de concentration et de motivation supplémentaire. À haute dose il agit comme un dépresseur et un antalgique, c'est cette effet que recherche les opiophiles en sevrage ou en substitution. De tous les arguments utilisés pour garder le kratom légal, la capacité de ce produit pour réduire les symptômes du manque et décrocher des opiacés est celui qui a eu le plus de poids.

Le kratom comme rampe de sortie vers l'abstinence

Un homme qui a développé une addiction a l'opium puis à l'héroïne nous fait part que : "le kratom m'a aidé, moi qui ne voulait pas arrêter les opiacés, à arrêter de consommer et il m'a permis de ne plus ressentir l'effet cold turkey de l'héroïne mais aussi de rester clean pendant ces six dernières années."

Kristofer a lui aussi décrit son expérience avec les narcotiques puis son passage au kratom : "les effets secondaires de mon traitement étaient absolument désastreux...  J'en étais à un point où je pensais que j'allais être handicapé par ces  pilules jusqu'à la fin de ma vie. J'ai commencé à intégrer de la poudre de kratom dans mes consommations quotidiennes et cela a changé ma vie. Je n'ai expérimenté aucun effet secondaire  et cela m'a permis de changer mon quotidien au point où aujourd'hui  j'ai un boulot à temps complet de plus de 40h par semaine et je peux remplir le frigo comme je ne l'avais jamais fait auparavant."

https://i.ytimg.com/vi/5h6ym8tphi0/maxresdefault.jpg
Manifestation de soutient contre l'interdiction du kratom à  Washington D.C  -  Kratom March - Stop the Ban on Kratom

L'Amérique est en pleine crise des opioïdes. Les centres de contrôle des maladies (ndt: CDC , https://www.cdc.gov/ ) ont rapporté que en 2015 plus  de 33 000 personnes sont mortes suite à l'utilisation d'un opiacé/opioïde, avec  une augmentation de 72% par rapport à 2014. Pour les violences liées aux  trafics de ces opiacés sur ordonnance, il y a eu plus de 35 000 morts.  Les opiacés sur prescription sont puissants en terme d'effets et d'addictions. Le fentanyl  par exemple est "50 fois plus puissant que l’héroïne" comme l'a indiqué  CNN. Le traitement des douleurs moyennes ou importantes ont conduit des  milliers de personnes ordinaires vers l'addiction aux opiacés.

Des antalgiques aussi addictif que l'Oxycodone ou la codéine ouvrent grand la porte vers l'addiction à l'héroïne.  Malgré cette crise, la DEA a tenté d'interdire le kratom  "faute d'utilisation médicale possible" avec "aucune recherche  concernant son utilisation médicale, approuvée ou non" pour ces  principaux alcaloïdes. Aussi les auteurs des rapports de la DEA ont pris  connaissance des effets de la plante sur la douleur et ont noté que   "le kratom a été utilisé pour l'automédication de douleurs chroniques, symptômes de sevrages et dépendance".  

La DEA cite aussi dans le même document une augmentation des échantillons de sangs et d'urines positifs au kratom  au sein de laboratoires privés. Ce nombre était de 31 prélèvement en  2012 et il est désormais à 555 de janvier 2015 à mars 2016. La DEA dit  que cela démontre la naissance d'un phénomène d'abus du kratom. L'administration cite aussi une explosion des appels concernant ce produit dans les centres antipoisons entre 2010 et 2015.

Comparaison des effets du kratom sur ceux des médicaments concurrents

Bien entendu, l'argument qui fait que cette substance est un danger grandissant et un problème de santé public est lié aux trente "morts associés au kratom" constaté par les médecins légistes.
Le rapport de la DEA décrit les consommateurs comme des "abuseurs". Cependant ce néologisme anglais n'est pas présent dans la liste légale des termes au sein des textes judiciaires américains (Controller  Substances Act). Ce sont des termes politiques, pour étiqueter leurs  consommations comme du mésusage par essence et ce peu importe la raison. Ainsi cela  permet de mettre tous les usagers dans le même groupe, malgré leurs pratiques individuelles très différentes.

Pour comparer le mésusage du kratom à celui des opiacés,  on utilisa le terme d'une manière similaire, où la définition signifie "une consommation compulsive, excessive, auto-destructrice qui mène à une addiction ou une  dépendance".

Selon les sondages nationaux du département de la santé, le mésusage d'une substance qui a pour but de diminuer la douleurs est estimé à 2millions de personnes et celle de l'héroine à 591 000 en 2015. La même année il y a eu "20 101 morts suites à une overdose d'un opiacé sous prescription et 12990 overdoses d'héroïne"  d'après la société américaine de l'addiction. Bien entendu le point le  plus remarquable des mésusages sont les nombres de décès par surdosage,  ces overdoses de médicaments sous prescriptions ont quadruplé en 15 ans (de 1999 à 2014).

Par contraste la DEA n'a identifié que 30 morts qui ont un éventuel lien avec le kratom, on a donc 1100 fois moins de chance de mourir avec ce produit que si on utilise un opiacé. Il est aussi important de prendre en compte que seule une  des 30 personnes mortes n'avait que du kratom dans son corps, les autres en avaient plusieurs (amphétamine, héroïne, méthadone, fentanyl etc). La prise de kratom  a engendrer 660 appels dans les centres anti poison entre 2010 et 2015,  parmis les 50 cas les plus graves la plupart concernaient des mélanges  de substances.

Même si quelqu'un conteste l'argument de la DEA comme quoi le kratom est un produit largement détourné aux USA,  il faut reconnaître que le marché de ce produit ressemble à "l'Ouest Sauvage". Les produits sont souvent étiquetés comme des "Legal High" voir volontairement de la mauvaise manière. Il n'y a pas de dose  recommandée et ce manque de régulation a motivé en grande partie la DEA à interdire le produit.

Mais pourquoi bannir le produit au lieu de mettre en place une régulation intelligente? Andrew Turner et ceux qui défendent l'accès au kratom proposent d'interdire le produit aux mineurs et d'analyser régulièrement les produits pour vérifier leur qualité. Il  serait possible de le rendre accessible via un statut de "produit  diététique" pour avoir l'accord de la FDA. Ce qui impliquera le fait de  prouver que ce produit n'est pas toxique et consommable en toute  sécurité. "Je serais heureux que le gouvernement arrive et déclare qu'il  mettra en place des tests . Je suis OK pour un minimum de  surveillance, tout de même." Puis il ajoute : "Mais il y a une différence  entre surveillance et rendre le produit inaccessible".

Pourquoi la DEA veut-elle bannir le kratom?

Quand  un gouvernement tente de bannir une substance subitement,  sans drames ou scandales dans les médias, on a pour instinct d'établir comme suspects les grands acteurs de l'industrie pharmaceutique.

Les journalistes et les défenseurs du kratom  ont pointés du doigt le Docteur Daniel FABRICANT comme étant l'un des  éléments clé derrière cette interdiction : il est en effet celui qui a  critiqué le plus la situation actuelle. En 2014 cette personne dirigeait  la division "complément alimentaire" de la FDA et c'était cette année  là que la FDA commençait les saisies de kratom lors des importations. Aujourd'hui il est directeur de la "Natural  Products Association", dont l'ancien directeur Corey Hilmas venait lui  aussi de la FDA. Depuis 2014 , le Docteur FABRICANT pousse les régulateurs à  l'action et maintient encore aujourd'hui que le produit devrait être  interdit car il possède des propriétés ressemblant aux opiacés :
"Si vous prétendez que c'est un traitement pour la douleur, cela ne peut pas être un complément alimentaire."

Il fustige aussi les usagers qui font de l'auto-médicalisation : " Vous allez vous diagnostiquer vous -même et choisir votre traitement pour votre addiction? Il n'y a pas de solution miracle pour une addiction. Les employés dans les cliniques de désintox ont été clairs, le kratom provoque une addiction. Vous devriez plutôt reprendre contact avec le personnel soignant. " Et si le kratom répondait aux critères de complément alimentaire il aurait d'autres défis à relever comme il le précise: "Il faudra prouver que le produit est non toxique via une étude scientifique poussée et comprendre à quel  point cela peut être addictif". Dans notre pays, nous faisons ça pour  des produits qui sucrent notre café alors pourquoi pas pour l'arbre  mitrgyna speciosa?

Fabricant tient une position claire, passionnée et sincère sur le sujet. Cependant il est intéressant de noter que certains membre de la Natural Products Association (NPA) fabriquent et  vendent des produits en concurrence directe avec le kratom comme les produits "At Ease" ou encore "Brain Awakening" et autres formules pour avoir les "idées claires" ou "réduire les spasmes musculaire" et  encore la "tension". Ils ont donc un intérêt logique de pousser à l'interdiction du produit.

Charles Haddow, un représentant de l'association américaine du kratom argumente que :  "Les entreprises qui vendent des produits diététiques ont peur du kratom. Si c'est le kratom était si atroce en terme de risques, il y aurait un retournement de situation et le kratom serait l'objet de nombreux appels au congrès."
Cependant les importateurs et vendeurs de kratom ont un intérêt évident à maintenir le statut quo pour continuer les  ventes.  D'après FABRICANT il y aurait une certaine hypocrisie :  "Les vendeurs qui supportent le kratom  se font beaucoup d'argent pourtant ils critiquent les producteurs de  médicaments de faire la même chose. " Il ajoute que la recherche  scientifique, pour prouver que le kratom serait un produit "safe", coûterait très cher et que le lobby du kratom ne prend pas ses responsabilités, vu qu'il refuse de prendre en charge ce type d'initiative.


[Image: ISgcd1j.jpg]
Manifestation de soutient à Borneo lors des évènements de 2016


Les principaux opposants du kratom font aussi parti du lobby pharmaceutique

En  juillet 2013, trois organisations ont écrites une lettre à la FDA pour  exprimer leurs inquiétudes concernant cette plante et son manque de  régulation. La lettre fût signé par "The council for responsible  nutrition (CRN)", the "Consumer Healthcare Products Association (CHPA)"  et "the united natural products alliance (UNPA) ".  Ainsi l'alliance des forces entre le lobby des compléments alimentaires et celui du médicament a déclenché l'intérêt de la FDA pour le kratom. Avant septembre 2014 la base de donnée de la FDA ne contenait aucune mention du kratom, où il y a eu une perquisition dans le sud de la Californie.

En  croisant la liste des membres du "Council for responsible nutrition" ou  (CRN) et une liste des fabricants de médicaments de 2012 distribué par  l'agence "United nation office of drugs and crime" (UNODC) , il apparait que le  (CRN) représente des géants de l'industries. En premier lieu, la célèbre entreprise BASF, qui fabrique de nombreux stimulants comme la cathine ou la methcathinone  mais aussi des antidouleurs comme la Tilidine. Avec BASF il y a aussi  DSM Nutritional Products qui produit des benzodiazépines comme le Bromazepam, Clonazepam ou le Diazepam. Il y a aussi l'entreprise Lonza Inc , qui fabrique le GHB , le methylphenidate qui est un traitement pour le trouble du déficit de l'attention.

Ensuite, est aussi présent au sein du CHPA plusieurs compagnies dont Chattem Chemicals (une filiale Sun Pharma) qui fabrique des opiacés et des opioïdes comme le fentanyl, la codéine, la methadone, l'oxycodone, la morphine, le sufentanil. Purdue Pharmaceuticals, le fabriquant de l'OxyContin est représenté aussi avec Teva Pharmaceuticals qui produit des tablettes d'oxycodone et l'Actiq un médicament contenant du fentanyl.

Enfin l'UNPA représente les entreprises vendant des produits plus "naturels" , avec Indena USA  qui font des extraits de camomille ou de griffe du diable (pour les  muscles, les migraines, douleurs au dos etc.). Il y a aussi Morinda qui  distribue des boissons énergisantes "naturelles" et des compléments  alimentaires. Ces produits sont en concurrence directe avec le kratom , que ce soit pour réduire des symptômes ou renforcer sa concentration ou son energie.

Ces  entreprises sont des poids lourds : BASF est n°94 au classement Forbes  des plus grandes entreprises au monde et en 2015, sa branche qui vend  des produits d'alimentation ou de santé  a générée 2,1 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Purdue génère  environ 3 milliards de dollars pour sa part, en grande partie grâce à  l'OxyContin. Et Chattem de Sun pharma, a généré environ 403 millions de dollars aux Etats Unis seulement.

Pourquoi ces entreprises ne monétiseraient elles pas ces herbes au lieu de les pousser vers une interdiction?
Après  tout, leur équipe "recherche et développement" pourrait probablement  mettre au point un produit supérieur aux petits sachets Zip remplis de  poudre verte vendus depuis des headshops sur internet.

Le nombre d'alcaloïdes dans les feuilles de kratom  est environ de 37 et leur durée de vie est très courte une fois isolée,  ce qui rendrait leurs extractions difficiles pour un produit  synthéthique. Même si ces compagnies vendaient ce produit sous forme  naturelle, il faudrait des décennies de culture en milieu tropicale (à  Hawaii ou Guam) pour générer un business modèle viable et rentable aux  Etats-Unis. De plus il faudrait que la FDA assure que le kratom pourrait être commercialisé sur le long terme.

Pour  compliquer encore plus ce marché, les régulateurs pourraient exiger des  vendeurs de changer leurs produits pour répondre aux règles  de complément alimentaire. D'après le docteur FABRICANT, il faudrait extraire les  alcaloïdes addictogènes ce qui rendrait le produit très cher , peu  rentable et sans intérêt pour les usagers.

Alors il semble logique pour ces grandes entreprises de pousser le kratom vers la prohibition car les opiacés  sous prescription rapportent des sommes importantes. Pour être plus  précis, le marché du traitment de la douleur pèse environ 24 milliards  de dollars à l'échelle mondiale et le kratom pourrait diminuer ces revenues.

Légaliser officiellement le kratom via la FDA?

Les agences qui régulent ce que les américains peuvent consommer (médicaments, nourritures etc) opèrent de la même manière : tant qu'un produit n'a pas été déterminé "sûr", il est considéré dangereux. Il est plus compliqué de prouver que le kratom est un produit sans danger que d'influencer l'agence pour qu'ils  bannissent le produit en attendant. Lorsqu'un produit entre au sein du  marché, les agences gouvernementales commencent leurs tests en supposant  que le produit est dangereux jusqu'à ce qu'on prouve le contraire : on procède à des essais cliniques réalisés sur un temps relativement long, puis la FDA officialise sa décision quelques années plus tard et le tout prend des années. Pour faire une comparaison avec un crime : un  médicament (ou un complément alimentaire ou diététique) est considéré coupable jusqu'à ce que l'on prouve son innocence.

On comprend ce choix pour les produits synthétiques produit en laboratoire, cela est parfaitement  logique. Les effets potentiels sont inconnus ou presque, les mettre  directement sous forme de comprimés et les distribuer au public serait catastrophique. La durée des essais peut porter à débat mais fait des essais n'est pas seulement un choix responsable, c'est une question  d'éthique. Le kratom  n'est pas une substance expérimentale, ses effets ne sont pas inconnus. Certes sa nature psychoactive peut rendre les autorités ou les médecins nerveux mais il ne faut pas oublier qu'on utilise cette plante depuis des siècles en Asie. Et des usagers sont en train de l'utiliser en  ce moment même, avec des résultats majoritairement positifs.

Les autorités ne se contentent pas de l'Histoire ou des anecdotes. Les vendeurs de kratom  n'ont pas prouvé l'absence de toxicité et mis sur la table des études scientifiques pour la FDA afin de défendre leur produit. D'autres scientifiques font des recherches précoces de manière indépendante et  d'après les premiers résultats la Mitragynine pourrait être un marche  pied a fin de quitter une addiction aux opiacés. (Ndt : cette molécule est 100x moins forte que la morphine et l'autre alcaloïde principal du kratom, le 7-HO-Mitragynine est lui environ 10x moins fort que la morphine d'après une étude datant de juin 2016 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5189718/).

Les  scientifiques des universités d'Etat et du gouvernement se trompent  suffisament souvent pour qu'on emette des doutes sur leur capacité ou  leur fiabilité à réguler les produits voir même à nous conseiller sur la  manière de consommer au quotidien. Il faut considérer que pour le  National Institute of Health il a fallut presque une décennie pour  qu'ils régissent face aux erreurs qu'ils diffusaient sur les problèmes  d'allergies liés aux cacahuètes , sur la diététique a travers l'ancienne  pyramide des aliments ou les apports en sodium dans les plats  industriel.

[Image: 1496859303.png]

Pourquoi ne pas viser la réduction des risques au lieu de l'abstinence?

L'abstinence est au centre de la politique de guerre contre la drogue, c'est aussi le cas pour le kratom qui provoque des sevrages aussi difficile qu'un usage moyen de marijuana,  cela n'empêche pas les autorités de traquet les petits vendeurs comme  les consommateurs. Une infirmière dit par une hyperbole que si la DEA voulait vraiment faire la différence, l'agence distribuerait du kratom  aux usagers addicts "qui veulent sortir de ce cercle vicieux". Docteur Fabricant lui pense que : "On a pas le réseau de distribution de  nourritures et de médicaments le plus sûre au monde en laissant  n'importe qui jeter n'importe quoi sur le marché, car il pressent que c'est une bonne chose."

Andrew TURNER lui pense que "ce sera une catastrophe pour la santé publique de bannir le kratom".  Pour lui, encourager l'abstinence au lieu d'une substance qui a un  potentiel de soin n'est pas la bonne réponse. "Les personnes addicts ont une occasion de devenir sobre. Il y a des questions sur le kratom, à propos de la dépendance mais à la fin de la journée, cela ne tuera personne."

Les régulateurs fédéraux des États-Unis, à travers leurs agences comme la  FDA ou la DEA, qui ne rend des comptes ni aux élus ni au peuple, qui partage une certaine proximité avec le secteur privé, ouvre la voie à  une certaine instrumentalisation des lois au dépend des citoyens. Une  entreprise pourra gagner quelques parts de marché , une agence pourra  équilibrer son budget, un géant industriel aura une belle rentabilité  mais au final c'est le consommateur qui est perdant. Dans le cas du kratom, beaucoup d'usagers souffrent et sont d'autant plus vulnérables ou fragiles face à ces abus.

En conclusion le destin du kratom  est encore dans les limbes. Espérons qu'une régulation désastreuse de  cette plante donne une bonne leçon à la population : le gouvernement et ses institutions ne  considèrent pas toujours l’intérêt de ses citoyens comme la principale de  ses priorités

Georgi est une contributrice senior à The Federalist.
Suivez là sur twitter @georgi_boorman
Suivez psychoactif @psychoactif

traduction groovie



méditation                                                             

« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »
Répondre
#5
Je n'avais pas vu ta traduction avec le spam des dernières semaines, sacré taff merci !

  • Groovie
Répondre
#6
C’est Groovie qui l’a fait, j’en ai juste profité pour corriger quelques fautes (fidèle à moi-même...) Tongue
méditation                                                             

« L’Amour fou implique la sexualité a-ordinaire à la manière dont la sorcellerie demande une conscience a-ordinaire. »

  • Groovie
Répondre
#7
Oui tu as choisie le bon moment pour le réupload avec le kratom ban 2020 en france et le kratom légalized en thaïlande (ils nous foutent la honte!)

Merci, j'ai beaucoup sué pour cette traduction! Et l'auteure était ravie Angel

Georgi vous envoie ses plus chaleureuses salutations et est solidère envers les Français (Continuez de vous battre contre la prohibition! oui mais c'est dur madame la journaliste... faut le moral pour ça !)
bien qu'elle soit dégoûtée que le kratom soit interdit au pays des droits de l'Homme .. pour elle la surprise a été totale. Elle imaginait la France comme un pays Progressiste, qui avait déjà dépénaliser l'usage etc. Le retour à la réalité a été surprenant et douloureux, je lui ait fait un récap' de quelques lignes, sur notre loi de 70

amha cette journaliste a fait un bon taf sur le lobbyisme. Autant c'est un sujet souvent évoqué, tout particulièrement en France et ses vieilles républiques corrompues. Ou même en Suisse et son passif avec le milieu bancaire..

Mais là on ne parle pas de corruption de nations, quoi que, là il s'agit du petit monde des fabricants d'opis et leurs méthodes pour protéger leurs marchés. Avant son article, je ne comprenait pas comment ils y arrivaient, je ne savais pas que les employés de la DEA/FDA etc pouvaient avoir un passif aussi important dans le privé, là on voit clairement des mécanismes de corruption et des conflits d'intérêts. Imaginez un médecin-nutritionniste qui a toute sa famille "actionnaire ou employée chez COCA COLA®" et qui a un pouvoir de vie ou de mort sur les distributeurs de boissons dans les établissements scolaires Wink ça ferait jaser. Eh bien là on a des types qui bossaient chez Purdue et autres géants pharmaceutique, qui ont obtenus des postes de fonctionnaires bien rémunérés.

Leurs anciens employeurs qui fabriquent littéralement les opioïdes distribués via prescription etc, c'est à EUX que l'on demande si on doit retirer le kratom de la liste des produits obtenable aux USA?
Et qui ont le pouvoir de vie ou de mort sur une plante qui agit sur les mêmes récepteurs que les médicaments qu'ils ont défendus par le passé? Une plante qui interfère avec le cycle de vie des médicaments et de leurs brevets, une plante qui poussent certains à diminuer les traitements conventionnels ou pire les arrêter?! Jamais de la vie! Allez hop, on récupère les statistiques des intoxications, on fait comme si le kratom était le responsable et deux trois rapports flippants après c'est toute la plante qui est dans le collimateur de la FDA. La FDA qui demandera l'avis de la DEA qui est impliqué à 100% dans la guerre contre la drogue, pour eux le kratom c'est de l'heroïne végétale donc qui va défendre la plante?

Au final comme en france :
- Les citoyens (désintéressés en France donc prohibition effective vs Intéressés par la crise des opioïdes, "pourquoi bannir en pleine crise des opis synthétiques, une plante qui est réputé pour les sevrages/décrochages et ne provoquent pas d'overdose?!Quelle mauvaise idée!")
- Les usagers (peu nombreux et inaudibles en France donc prohibition effective mais USA ils se sont organisés, ont manifesté et sont arrivé à bloquer le processus avec le soutiens des Citoyens)

  • PSYCHOCRACK, Cookies
Répondre
#8
Perso je savais que le kratom aurait lieu en france depuis février / mars 2019, je l'ai appris au près d'un employé de la MILDECA. Quand le truc est dans les dossier, dans l'année qui suit c'est banni.
Répondre


Topics apparemment similaires...
  La France interdit le Kratom Cookies 21 299 Il y a 3 heures
Dernier message: Tridimensionnel
  Le kratom : FAQ, articles , pharmaco, potentiel , sevrage, RDR etc. Groovie 9 1,380 15/02/2020 19:18
Dernier message: Groovie
Question le kratom c'est légal , mais...... PSYCHOCRACK 2 522 01/03/2019 07:37
Dernier message: PSYCHOCRACK
  Kratom : Hepatotoxique ? Poulinos 3 701 23/07/2018 08:47
Dernier message: Poulinos
  Des consommateurs de kratom encore actifs ? Discussions sur la consommation Ev0 12 1,501 28/02/2018 12:06
Dernier message: daun_kratom
  C'est quoi le kratom, en fait ? Comment le définir ? Groovie 8 1,105 06/06/2017 19:47
Dernier message: snap2
  Le kratom en voie d'être interdit ? Chips 16 5,457 19/03/2017 14:30
Dernier message: Ji-doo
  Kratom x15, que faire avec 1 gramme ? tekpak 45 12,164 14/02/2015 14:09
Dernier message: Kronenberg
  kratom, les combo à evité??? PSYCHOCRACK 11 2,944 15/12/2014 17:57
Dernier message: Gleskorry
  Variétés de Kratom, que pensez-vous du thai ? cactusman 1 3,874 09/10/2014 18:30
Dernier message: PSYCHOCRACK



Utilisateur(s) parcourant ce topic : 1 visiteur(s)

à propos de Psychonaut

Psychonaut.fr est une communauté d'autosupport francophone dédiée à l'information et à la réduction des risques sur l'usage des substances psychoactives.

              Quick Links

              User Links