• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Trip Report Article Vice MotherBoard 4-aco-mipt 2010 groovie + flower power
#1
Je suis tombé par hasard sur un article de vice , sur un TR d'un ami de LUCID STATE que j'avais sitté il y a 8 ans.
https://motherboard.vice.com/fr/article/...rt-entiere


[Image: ivjKUDS.jpg]

Citation :Le trip report est un genre littéraire à part entière
Comment bien raconter sa défonce ? Les psychonautes, amateurs de nouvelles expériences psychédéliques et « navigateurs de l'âme », cultivent cet art délicat depuis des décennies.

« Je me sens dans un état confusionnel intense. Terrassé physiquement, mais c’est super agréable. La colline en face de moi ressemble à un crapaud de plusieurs kilomètres, prêt à engloutir la ville. Et les heures s’écoulent, alternant crises de fous rires et contemplations… » Après une nuit de trip, Flower Power* s’endort dans un champ.

De retour chez lui, il s’empresse de relater son expérience à l'écrit. Il indique les informations de base : « Substance : 4-AcO-MiPT. Dose : 25 mg. Poids : 51 kg. Taille : 1m69. Âge : 26. » Puis les mots s’enchaînent sur son clavier. Flower Power raconte son arrivée sur le lieu, sa prise de drogue, ses sensations, hallucinations… Et balance le texte en ligne. C’est ce qu’on appelle un trip report (TR).

Trois principaux forums francophones sont dédiés à cette pratique : Psychonaut, Psychoactif et feu Lucid-State. C’est joint au bec que Flower Power a découvert leur existence : « En 2006, j’ai commencé à m’intéresser à d’autres drogues que la beuh, à vouloir explorer d’autres effets psychédéliques. » Il s’inscrit et s’imprègne des reports des psychonautes, ces explorateurs des états modifiés de conscience. « Ça m’a permis de rencontrer une communauté érudite, qui m’a fait découvrir et donné envie d’expérimenter un très grand nombre de substances. » Il affirme : « Un report est une source d’information qui me permet de mieux cerner la molécule, de comprendre son univers et de voir si ça pourrait me plaire. »

Avant de servir de référence aux trips récréatifs, les TR ont eu une valeur documentaire pour les scientifiques. Le chimiste bâlois Albert Hofmann, découvreur du LSD, a décrit dans son autobiographie sa première expérience sous acide. Le 19 avril 1943, sans se douter des effets de la molécule, il a absorbé une dose de cheval (250 µg) et enfourché son vélo. Une expérience commémorée chaque année sous le nom de « Bicycle Day ». Le pharmacologue Alexander Shulgin, considéré comme le père du MDMA et reconnu comme grand psychonaute, a même publié plusieurs ouvrages dans lesquels il raconte ses trips sous différentes drogues.

« Quand une nouvelle molécule sort, des têtes brûlées foncent et postent des TR très détaillés », raconte Vincent Benso de l’association Auto-support des usagers de drogues (ASUD). Ces « kamikazes », souvent membres du forum anglophone Bluelight, sont spécialisés dans l'exploration de nouvelles drogues de synthèse. « De tels reports ont une fonction de réduction des risques, car ils permettent d’apprendre des choses sur les dosages, les effets… Même le monde médical fréquente ces sites pour trouver des informations », affirme-t-il.
Du plus informatif au plus perché

Vincent Benso a coordonné en 2016 la recherche « ICI Drogues », au sujet des espaces virtuels utilisés pour échanger sur les drogues. Résultat : « Ce qui est problématique, c’est que des gens utilisent des sites comme Doctissimo ou Jeuxvideo.com pour poser des questions. Les réponses sont de bien meilleure qualité sur des forums de consommateurs. » Et la fabrication du savoir sur les drogues passe par les récits d’expérience, soit les reports. Vincent raconte : « Un mauvais TR, c’est quand la personne va sortir de la simple description, exagérer les effets ou oublier de dire qu’elle suit un traitement médicamenteux qui peut influencer la prise. » Il cite en exemples à suivre les reports anglophones, comme ceux publiés sur le site d’informations sur les psychotropes Erowid.

Sur le possible effet incitatif des TR : « Je pense que quelqu’un qui se tape 40 reports sur un produit a de toute façon envie de le tester », balaie Vincent. Sur les forums, la question se pose. Adrienne* a été plusieurs années administratrice de Lucid-State. « L’incitation était interdite, mais pas mal de gens décrivaient des expériences positives, avec des émotions chouettes. On prenait le parti de ne pas supprimer », dit-elle. Pour autant, la charte d’un report est précise : « Il faut donner le plus d’éléments factuels pour savoir si l’expérience peut ou non être reproduite. » Le contenu même du TR, lui, est bien plus libre. « On peut vraiment écrire des sortes de roman », explique la jeune femme.

« C’est plaisant à lire, mais il faut se rappeler que, derrière, quelqu’un a vraiment pris des risques. »

Charles*, psychonaute averti, a longtemps fréquenté ces forums. Si bien qu’il distingue deux sortes de TR. « Dans le premier cas, le rédacteur met en avant les effets d’une drogue sur son corps. On tend vers le rapport d’expérience médicale. C’est informatif mais pas fun, et généralement assez court. À la limite, si j’ai une idée des doses et des effets, je n’ai pas besoin d’un narrateur-personnage à qui m’identifier. Je me fous de ses hallus ou de son inaptitude sociale à acheter une pizza », raconte le trentenaire.

Il poursuit : « Dans le second cas, l’auteur met en lumière sa subjectivité. On a parfois des mauvais littérateurs nombrilistes, mais aussi de véritables aventures, avec tout ce qui peut arriver de bizarre à une bande de gens perchés. Récits de randonnées, d’excursions à Disneyland ou au Mont-Saint-Michel, de quêtes bizarres, de teufs introuvables et de soirées improbables, de désastres parfois… L’intérêt vient surtout de ce qui est vécu, décrit et pensé par l’expérimentateur/narrateur. » Mais pour ce Parisien, une chose est sûre : « On préférera lire le récit de quelqu’un qui a vu 36 000 chandelles plutôt que de celui qui se sera endormi devant sa télé. »
Un micro-genre littéraire

Même sur Erowid, réputé pour son sérieux, les TR les mieux rédigés — classés par drogue et type d’expérience (première fois, bad trip…) — bénéficient d’une note allant jusqu’à trois étoiles. D’où un enjeu littéraire. « Il y a des drogues moins intéressantes sur un plan intellectuel ou littéraire » affirme Charles. « Si je bois de l’alcool, ça n’intéressera personne. Alors que sous LSD, je pourrais raconter des pages pittoresques sur ce qui arrive dans mon salon. C’est plaisant à lire, mais il faut se rappeler que, derrière, quelqu’un a vraiment pris des risques. »

Normalienne agrégée de Lettres modernes, Hélène Rivière a lu pour Motherboard une sélection de TR. « Ce qui me frappe le plus, c’est l’idée de “témoignage” », analyse-t-elle. « On a un énoncé dirigé vers les autres et qui peut avoir vocation à leur servir de guide pour leur propre expérience. Parfois d’ailleurs, les personnes citent des reports qui leur ont servi de référence. Ça donne lieu à une sorte d’intertextualité où différents TR se répondent les uns les autres. »

Elle ajoute que, dans certains cas, « on sent une volonté claire d’introspection qui va avec une écriture de la sensation qui pourrait faire penser à certains poèmes de René Char ». De fait, nombreux sont les auteurs qui ont raconté leurs expériences sous drogue : Baudelaire, Henri Michaux, Jean-Paul Sartre, les auteurs de la Beat Generation…

« Nous, on a un demi-siècle de mémoire, de savoir empirique ou scientifique accessible, de films et de livres, d’expériences de pionniers »

Les TR ont donc aussi leurs lecteurs fans, comme Jérémie. En 2013, ce musicien et éditeur a lancé un fanzine dédié à ce micro-genre littéraire. « J’étais en coloc avec un pote, amateur de plantes psychédéliques, qui consultait énormément de TR sur Erowid. Moi, je venais de faire l’acquisition d’un risographe, idéal pour reproduire des documents. » Eurêka : Les deux amis se lancent dans un projet « fait maison » d’une quinzaine de pages, format A3. « Il y avait des TR anglophones barjots, avec une narration incroyable, drôle, limite tragique… D’où l’idée de réunir ces textes sur un support physique », se marre Jérémie.

Mais l’épopée de Zoï prend fin au bout de trois numéros. « On tirait de 50 à 100 exemplaires, distribués dans les bistrots, quand j’étais en tournée. Mais la machine s’est pétée avant la sortie du numéro quatre, et on avait d’autres chats à fouetter. Ça faisait beaucoup de boulot d’édition pour un délire qui ne nous rapportait rien ! »

Expériences à la fois psychédéliques et littéraires, les reports constituent un fonds considérable et protéiforme qui remodèle notre vision de la drogue. Charles conclut : « La différence entre ce qu’on pourrait appeler une « sous-culture de drogués » et les hippies, c’est l’information. Les hippies partaient de rien. Nous, on a un demi-siècle de mémoire, de savoir empirique ou scientifique accessible, de films et de livres, d’expériences de pionniers, de TR accessibles. On n’est pas seuls dans un coin avec une bande de potes et "les portes de la perception". »

* Les prénoms ont été modifiés.

https://www.psychoactif.org/blogs/TR-4-a...html#b2385


 Le tr en entier: Sujet : Flower Power (1ère fois)
Titre de l'expérience : de la balle !
Lieu : colline surplombant le bassin grenoblois
Substances : 4-aco-miptDose : 25mg
Poids : 51kg
Taille :1m69
age : 26


Il étais presque 8h quand nous sommes arrivés tous les quatre sur le site.assez rapidement nous prenions le produit histoire de commencer à monter pour le coucher de soleil.peine perdue, il fait presque nuit. on va chercher du bois pour le feu, histoire qu'il n'y ai plus qu'a l'allumer quand le besoin se fera sentir.la nuit tombe le produit monte.je me sens dans un état confusionnel intense, groovie me parle, je n'arrive pas à lui répondre tellement c'est le bordel dans les multitudes d'interprétations.je me sens terrassé physiquement mais c'est super agréable. (NOTE de groovie: BODY HIGH IMPORTANT AVEC CETTE MOLECULE, l'UN DE SES INTERETS)la configuration du site est parfaite, je sens à la fois une énergie tellurique et stellaire terrible. Les étoiles tombent comme des flèches, des lances qui nous transperce et nous clouent dans le sol.c'est trop bon.j'ai l'impression d'être pétri comme du pain. je le dit à voix haute et les autres confirment. je regarde les lumières de la ville en dessous : on dirais un putain de vitrail de plusieurs kilomètres.c'est tout bonnement royal.puis avec ses rues rouges en étoile, la ville m'évoque un volcan kabbalistique... ça décoiffe.groovie remarque que la colline (néron) en face ressemble à un crapaud de plusieurs kilomètres prèt à engloutir la ville. on approuve tous les quatre, morts de rires.on allume le feu, j'ai l'impression de revivre une scène du néolitique.

Mister T me propose une clope. elle à un gout extra. je redécouvre le tabac sous un autre angle. J'ai l'impression d'être le plus perché, d'être largué... (interprétation faussée par le produit).B s'en va. on est trois.groovie, mr T et moi.je met ma salvia à disposition et arrive enfin à mettre la main sur ma guimbarde.*joue*pinwpimwpinwpimwpinwpimwpinwpimwapparemment ça plait.

Des heures s'écoulent alternant crises de fous-rires et contemplation.vers 1h du mat le physique redescend mais mentalement le trip continue bien.mr T dégaine un pétard de derrière les fagots. ça ajoute une petite touche supplémentaire au trip. vraiment plaisant. Je propose une pincée d'iboga pour la synergie.le pétard donne faim. groovie et mr T avaient prévu de la bouffe pour un régiment.on se pète le ventre.groovie dans son duvet en peau de bite verte ressemble à une courgette prenant une pose sexy. il sommeille.avec mr T on parle des bonobos. il règlent leurs problèmes à coup de sexe. on trouve ça fantastique.fini les guns. vive le sexe.le visuel relâche un peu de son emprise, reste encore le mental.ça se rafraichit, j'ai envie de méditer.calé dans la couette je regarde la lune et les nuages.je me dit cette nuit est parfaite. sauf que ça manque de sexe.des formes sensuelles se forment dans les nuages : je vois des tas de nichons, des langues des culs, des cuisses et des faces envaginées.le temps passe et le vent balaie les nuages. (envollées les filles sad )vers 5 h on décide de se remmetre à parler .on attends le lever de soleil sur le Vercors avec impatience.ça en met du temps (on à l'est dans le dos)on fini par grimper aux arbre pour y fumer des clopes comme des singes de la planete. Lumiere, chaleur reviennent enfin.on me baptise au gbl pour l'occasion. je me sens complétement abruti mais très drole.je discute avec mes deux nouveaux potes mais ces deux la on l'air de s'endormir.je m'éloigne, complétement ivre pour faire des cris d'animaux dans le champs en face.faut escalader un barbelé completement pété au gbl. ça c'est du sport !je m’étale dans le champ et m'endors.à mon réveil il fait super chaud. pourtant j'ai cru dormir 1/4h !!!ils m'ont cherché deux heures ! fallait pas s'endormir !presque midi, on bouffe, débarrasse le camp et c'est fini.une nuit fabuleuse. merci à groovie et mr T . yo !


-------------- Description du produit :
Pour le 4-aco-mipt, c'est une tryptamine synthétique qui ressemble au niveau des effets ressentis, beaucoup aux champignons hallucinogènes. Cependant, le body high et donc le trip est plus clair, plus propre pour de nombreux usagers. Aussi cette molécule a un effet plus éléctrique et euphorisant voir stimulant que ses comparses non synthétiques. C'est pourquoi de nombreux afficionados des champignons préfèrent ces molécules 'RC' aux champignons classiques qui sont cultivé en Box.
Ce n'est pas systématique, bien entendu, et le set and setting peut tout gâcher ou tout sublimer. C'est pour ça qu'il faut être bien accompagné , bien préparer son trip, pour exploiter au maximum le potentiel de ces molécules. Enfin le 4-Aco-Mipt est moins proche que le 4-Aco-Dmt des champignons (ex: equatoriens etc.) qui est la substance la plus fidèle dans le catalogue synthétique.

Le trip report a été écrit dans sa première version sur l'ancien forum Lucid State

Il y a vraiment de beaux TR sur ce site, en particulier pour les psychédéliques comme l'iboga, ayahuasca, lsd etc.
http://www.lucidstate.org/

Ce con a dosé du GBL a l'oeil une fois dans ma colloque pendant mon absence, il a un IMC plume et quelques soucis cardiovasculaire. Du coup il avait bu de la bière et dosé "à la roots" la gbl. Mes amis ont du le mettre en PLS et appelé le 15. Ses parents nous ont prévenus qu'ils allaient nous coller un procès si il survivait pas. DU coup mes amis ne voulaient plus qu'il revienne à la maison, haha.
The following 1 user Likes Groovie's post:
  • Indica
  Répondre
#2
Ah c’est marrant je parcourais justement les trip reports de Lucid State et j’etais Tombe sur celui-là avec le RC Trypta . Les Tr et le contenu en général de Lucid State sont fort intéressants .
Visiblement ils aiment parler de prods sur Vice .
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  4-ho-mipt, tr de mes expériences prosk8h 1 707 18/03/2018 20:09
Dernier message: no_id
  5-meo-mipt -étrange- papi 15 4,085 14/11/2015 00:59
Dernier message: FreaKaciD
  4-ho-mipt Ventre Plein Poulinos 4 2,789 23/03/2015 20:54
Dernier message: 190BPM
  5-meo-mipt Fête de la zik ! Poulinos 27 2,841 24/06/2013 14:13
Dernier message: Poulinos
  5-MeO-MiPT : Vaporisation à faible dose TristesPsycho 4 1,323 03/07/2012 02:17
Dernier message: TristesPsycho
  4-ho-mipt, alias Mipro, mais en fait on s'en fou tout psyché aurait eu le même impact Mr_Bigbud 5 1,299 01/06/2012 12:14
Dernier message: Mr_Bigbud
  4-ACO-MIPT : premier contact. tagadatagada 6 3,522 15/10/2011 14:01
Dernier message: musher
  5-MeO-MIPT ,une sacrée molécule bien vicieuse! ~ Nell 3 5,857 18/07/2011 23:03
Dernier message: dehn
  [5-MeO-MIPT] Ma 1ère OD tryptaminique ... :s schtroumpfette 13 3,802 04/08/2010 12:00
Dernier message: Laura Zerty

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)