• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Psychotropes et métiers de la restauration : un cocktail explosif
#1
Bonjour,


Nous sommes Robin et Alex, deux étudiants en troisième année de Licence pro Journalisme à l'IUT. Dans le cadre de cette formation, nous avons décidé de réaliser un reportage sur la polyconsommation dans les métiers de la restauration, le titre : « Produits psychoactifs et métiers de la restauration : un cocktail explosif "

Pour l'heure, sur la base de témoignages d'amis et d'inconnus rencontrés pour l'occasion, nous avons pu mettre le doigt sur différentes récurrences très intéressantes: une propension à consommer de l'alcool pendant le service au contact du "stock" et des clients, une banalisation de la cocaïne comme produit dopant pour compenser les effets de l'alcool et assurer jusqu'à tard dans la nuit, la possible consommation de cannabis pour trouver le sommeil une fois le service terminé, une éternelle proximité du festif voire d'une ambiance très sexuée (pour le monde de la nuit, mais pas que!) qui peut inciter aux diverses consommations.

Selon un témoignage particulier, un vieux tabouret de la réserve de l'établissement aurait été spécialement dédié à la consommation de cocaïne. A la fin du service, le personnel pouvait gratter entre les fils d’osier pour récupérer les miettes et reconstituer quelques traces. D'autres ont ajouté que différents établissements avaient des rituels de la sorte.

Le sujet semble infini, et le reportage prend forme en vue de tournages d'interviews avec nos témoins visages cachés avant la fin décembre.

Nous souhaiterions néanmoins lancer un appel à témoins anonymes pour enrichir notre compréhension du phénomène et être encore plus rigoureux pour distinguer mythe et réalité...

Bref pour être sure de dire aucune connerie lol Le reportage entend analyser les réelles habitudes de consommation qui semblent se répéter. Nous cherchons à donner la parole à des consommateurs ou ancien-consommateurs, professionnels de la santé ainsi que les restaurateurs eux-mêmes. Une partie du reportage sera également consacrée aux limites et risques de ces habitudes de consommations, sans pour autant stigmatiser ceux ou celles qui en seraient les victimes.

[color=#262626][font=Tahoma, sans-serif]Si vous êtes ou avez été dans la restauration, n'hésitez pas à réagir sur le sujet !

[color=#1a1a1a][font=ArialMT, sans-serif][size=medium]D'avance, nous vous remercions infiniment pour votre aide.


Robin et Alex
The following 1 user Likes reportage.restauration's post:
  • danslesetoiles
  Répondre
#2
Salut Smile votre projet a l'air cool et je suis curieux de lire/voir votre reportage une fois celui-ci terminé !

Par contre suite à de très mauvaises expériences on accepte plus de journalistes sur le forum, j'ai donc viré votre mail. Jlaisse votre message quand même, à la condition que ce soit pour revenir nous partager votre projet abouti et pas pour demander des interviews Wink
  Répondre
#3
Très mauvaises expériences comme la foi où mes consos on été étalées sur un site internet sans mon accord ? Je me rapelle haha même que je m’etais Promis de ne plus jamais répondre à des journalistes ^^

Bref, je suis pas restaurateur mais j’en connaissais un qui bedavait énormément. Ce que vous dites sur l’alcool et la cocaine me semble tout à fait cohérent (le stress des services, l’illusion qu’on peut picoler et rester productif avec la coke ...) Je pense en effet que pas mal de stimulants doivent être consommés (pourquoi pas des amphétamines ? )
Le truc du tabouret ... pourquoi pas mais le truc des gens qui viennent gratter les restes pour se faire d’en petites traces j’ai dis mal à trouver ca crédible par contre.

Je vous souhaite bonne chance et de mieux faire que certains de vos confrères !
  Répondre
#4
Merci pour vos messages! Pour le mail des témoignages, je peux comprendre que ce soit délicat et je regrette que vous ayez eu de mauvaises expériences.
En effet, c'est un sujet très intime pour les témoins et difficile à traiter pour le/la journaliste...

Si vous souhaitez simplement réagir sur la discussion et partager vos impressions avec tout le monde, c'est déjà sympa et très intéressant je pense :-)

Pour l'alcool et la coke, nous avons surtout plusieurs témoignages de gens expliquant qu'à grandes quantité, les effets de l'un semblent atténuer les effets de l'autre,
et que le consommateur est donc tenté de rapprocher les prises. Et ça semble précisément plus facile dans la restauration du fait de la proximité de l'alcool.
En effet, de manière générale, énormément de travailleurs semblent prendre de la cocaïne, mais pour l'alcool beaucoup de consommateurs des autres secteurs d'activité se disent davantage "surveillés".

Mais attention :-) Avec nos témoignages, on cherche à observer des tendances, non pas faire des généralités!

Pour le tabouret, ça nous a semblé bien "hollywoodien" à nous aussi lol C'est justement pour ça qu'on avait besoin de réactions^^
Par ailleurs, le témoin en question ne semblait pas du tout dans la surenchère ou l'exagération. Un autre a mentionné que dans au moins deux établissements,
il y avait une petite surface dans la réserve où les traces étaient déjà disposées pour que le tout-venant puisse s'arrêter consommer quand bon lui semble pendant le service.

Pour les amphétamines, on a posé la question et personne n'a pu observer quelque chose pour le moment.

Je crois que ce qui est revenu le plus dans l'ensemble, c'est l'intensité des services et la difficulté de vivre avec des horaires décalés. Presque tous les témoins ont insisté là-dessus...
  Répondre
#5
Ce sont des boulots durs c'est vrai, et la tentation est facile.

J'ai fais quelques fois du service lors de soirées et autres évènements de type mariage, la première fois je me suis mis une mega caisse au champagne, et les fois d'après j'ai été plus modéré mais tout en buvant des coups avec les serveurs. Disons que c'était plus pour se solidariser autour d'un petit remontant et s'extraire de la pénibilité de la tâche, tout en sachant que l'alcool peut aider à suivre le rush du service quand on est dans une légère montée (pas en mode bourré).

Après ça dépend vraiment des gens, quand t'es avec des mecs vénères ça peut virer à la teille de vin par personne qui part dans la nuit pendant le service, ou alors rester totalement sobre si y a personne qui tise. En fait ça dépend pas mal de l'état d'esprit au sur le lieu de travail, en gros si le patron dès le début se sert un verre et propose aux autres employés, disons que ça ouvre la porte à de possibles abus, tout en restant professionnel (la drogue aidant à présenter des masques de convenance quand t'es face à des clients pouvant être peu sympathiques). Et d'un autre côté si le patron est en mode personne tise ici c'est clean, ba c'est calme ou alors les serveurs font leurs bailles dans leur coin.

En tout cas le coup du tabouret, c'est pour faire du buzz à coup de sensationnalisme, ça ne reflète en rien les consommations de drogue et d'alcool dans la restauration.

Au final de ma petite expérience dans la restauration, pour l'alcool j'ai pu constaté qu'il en était consommé, mais j'avais pas l'impression que ça soit problématique. Et pour les stimulants, j'en ai jamais vu tourner, je sais juste qu'un pote en prenait pour tenir toute la nuit quand il était serveur dans une boite de nuit (je pense que ça doit dépendre des milieux, y a surement plus de stim dans les lieux festifs que dans les restaurants par exemple, ça passe mieux d'être chaud patate derrière un bar où y a une grosse ambiance que dans un resto chic).
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#6
Merci infiniment Laura Zerty de partager ton expérience! La différence entre les types d'établissement et surtout les différentes ambiances au sein du personnel, c'est visiblement une grande clé de ce sujet ou dirait^^ Et le patron qui va donner en premier la tonalité, c'est un élément très intéressant qu'on a souvent entendu.

On a aussi eu le témoignage d'un serveur qui est consommateur occasionnel et modéré en alcool et cocaïne pendant le service, et il a beaucoup insisté sur le fait que les clients pouvaient être absolument exécrables. Il nous expliquait justement que dans son cas, c'était ce genre de difficultés qui pouvaient le pousser à consommer des stimulants de temps en temps pendant le service.

Les clients relous... ils sont relous comment selon toi?

Merci! :-)
  Répondre
#7
Exigeants, impatients et peu respectueux.

Après ça dépend des établissements, des milieux, des personnalités, etc...mais j'ai déjà été au resto avec des gens qui fusillent du regard le serveur parce qu'il a pas fait ça comme il voulait, enfin y a un paquet de gens qui veulent se donner un genre ou se croit tout permit genre je paye donc j'exige, mais au final ça reste toujours cordial, on est poli et on dit merci en partant (en espérant que personne est craché dans ton plat ahah).
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#8
Oui j'imagine :-(

Difficile à mesurer lorsqu'on a été uniquement "côté client"... En tout cas, ça a l'air d'être des métiers vraiment difficile.

Encore merci pour ta participation Laura Zerty :-)
  Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)