• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Angoisses nocturnes intenses
#1
Bonjour à tous, je vais par ce message essayer de vous expliquez un problème que j'ai, et dont je n'ose pas parler avec mon entourage par peur d'être pris pour un fou undefined
Alors voilà, je suppose qu'avec la majorité des gens, le sommeil est un lieu divin et réparateur, mais pas pour moi... En effet, il y a quelques années, période où je ne consommais que du cannabis très régulièrement, ont commencer à apparaître mes troubles du sommeil qui sont très étrange...
Au départ c'était très peu fréquent et ça arrivait une ou deux fois par mois rien de dérangeant donc, mais depuis que j'ai commencé à prendre de la MD ces problèmes surgissent chaque nuit, 100x plus intense, et donc je ne dors que très très peu... 

Pour décrire mon problème, je m'installe chaque soirs dans mon lit, je surf un peu sur internet sur mon portable jusqu'à avoir les yeux lourds de fatigue au point où ils se ferment tous seul, tout va bien. Je ferme donc les yeux, et puis là l'enfer commence... La première étape c'est des visions très intenses, comme si j'avais un film entre les paupières et les yeux, c'est très compliqué à décrire mais en gros j'ai des flashs où je revois des moments de ma journée, et c'est vraiment étrange, quand je recherche sur google tout rapporte aux rêves lucides mais ça n'a rien à voir car j'ai déjà fait plusieurs paralysies du sommeil/rêves lucides et ça n'a absolument rien à voir, je ne suis pas du tout paralysé durant cette période et  quand j'ouvre les yeux tout est normal, en ce moment je vois également en plus de ça comme de la fumée de cigarette qui serait dans mes yeux, cela dure quelques secondes, ensuite soit j'ouvre les yeux et ça part soit je continue de le regarder et ça disparait (tout ça se déroule lorsque j'ai les yeux fermés je vois cette fumée dans le noir que l'on voit quand on ferme les yeux). Une fois la première étape de ces "films" dans les yeux, je commence à bouillir, je transpire de chaleur, j'ai une douleur qui apparaît au niveau de la clavicule/cou, ainsi qu'un goût bizarre au fond de la gorge, puis mon corps entier (parfois seulement au niveau des jambes) se met non pas à trembler mais plutôt à vibrer. Après cela,  (je rappelle que quand je me couche je suis très fatigué et j'ai les yeux qui se ferment tous seuls de fatigue) mon sommeil disparaît totalement et impossible de fermer l'oeil pour les deux heures qui suivent et si j'essaye rebelote tout les symptômes décrit au dessus. 

Tout cela me créer un cycle totalement néfaste, j'ai peur de me coucher, je sais que si je vais au lit je vais souffrir de ça, dès que ça apparaît j'angoisse énormément, tellement que lorsque j'ouvre les yeux je vois absolument tout qui vibre (ceci doit surement être provoqué par le stress). Je suis de nature très anxieux et très très très stressé mais les faits sont là, je n'invente rien et j'ai tout ça chaque nuits... Demain je reprends le travail, je sais que la nuit va être longue donc je me prépare mentalement pour une journée très compliqué... 
Merci d'avance à ceux qui pourront m'aider.
  Répondre
#2
Moi des fois avant de m'endormir je vois des visages de personnes que je ne connais pas. Ou pareil des flashs de scènes que je n'ai jamais vécues, c'est pas du tout un récap de ma journée ou de mes pensées, j'ai vraiment l'impression que ça ne vient pas de moi mais de l'extérieur.

Sinon j'ai déjà eu des sortes de paralysies du sommeil, bien que je soie pas sûre que ça soit vraiment ça...impossible à décrire, comme si une force extérieure très puissante essayer de s'emparer de mon corps, et je ne peux rien faire pour la repousser et me sortir du sommeil, souvent la seule chose qui réussit à me sortir du sommeil c'est quand je réussis à hurler et que ça me réveille. Et au réveil j'ai une sensation de peur et d'angoisse incompréhensible, je mets du temps à comprendre que je suis dans la réalité, et ce que je viens de vivre me paraît bien réel et très loin d'un cauchemar!

Voilà je sais pas trop comment t'éclairer sur tes propres troubles car je ne connais pas l'origine de tout ça, mais je sais que depuis quelques temps ça s est calmé pour moi, et j'ai eu ces ressentis à une période où je prenais plus de drogue, mais où je vivais une phase assez difficile psychologiquement (rupture). Le monde du sommeil est très mystérieux...
The following 1 user Likes Chaaaaaa33's post:
  • danslesetoiles
  Répondre
#3
Je fais personnellement beaucoup de paralysies du sommeil (plusieurs fois par semaine, parfois tous les jours), mais c'est effectivement une chose différente, autant sur les effets que la raison de leurs apparitions : En général c'est ton cycle de sommeil qui est déréglé/décalé, il est alors nécessaire de le recadrer normalement.

Mais le coup d'être terrifié à l'idée d'aller se coucher, par appréhension de ce qui va se passer dans la nuit, je comprends effectivement le sentiment, et c'est difficile de s'en défaire (spirale néfaste comme tu le dis). Serai-je vieux jeu en te conseiller une petite tisane avant de te coucher (ou autres équivalents naturels pour aider à apaiser le sommeil ou le faciliter). Comme le dit mon voisin du dessus, le sommeil est vraiment une chose très difficile à régler/contrôler !
  Répondre
#4
depuis que j'ai réussi à obtenir un CPAP je dors !!!
[Image: vvert.PNG]            l'historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
  Répondre
#5
J’ai vécu ça après mon premier trip sous LSA, pendant 1 semaine je me réveillais en sueur persuadé d’etre En plein bad trip c’etait horrible, heureusement ca c’est vite arrêté .
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Mes Trip reports :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31426.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
  Répondre
#6
(28/06/2018 17:21)Chaaaaaa33 a écrit : Sinon j'ai déjà eu des sortes de paralysies du sommeil, bien que je soie pas sûre que ça soit vraiment ça...impossible à décrire, comme si une force extérieure très puissante essayer de s'emparer de mon corps, et je ne peux rien faire pour la repousser et me sortir du sommeil, souvent la seule chose qui réussit à me sortir du sommeil c'est quand je réussis à hurler et que ça me réveille. Et au réveil j'ai une sensation de peur et d'angoisse incompréhensible, je mets du temps à comprendre que je suis dans la réalité, et ce que je viens de vivre me paraît bien réel et très loin d'un cauchemar!


Ca me fait exactement pareil .. 

Ca m'est arrivé 3 ou 4 fois de l'age de 5ans à l'age de 20ans , mais depuis que j'ai eu des périodes d'abus , particulièrement d'empathogènes , ça me le fait à coup sur plusieurs fois après chaque consommation d'empathos ... quand j'ai fait le lien , j'ai réalisé qu'il fallait que je me calme ...
  Répondre
#7
La paralysie du sommeil c'est très commun et ça n'a pas de rapports directs avec la drogue.

Sinon agathor ce que tu as ça me fait penser à des crises d'anxieté.
Si tu veux que ça s'arrête il faut déjá arrêter les stimulations visuelles intenses avant d'aller dormir. Donc pas d'écrans avant le dodo. Et pas de cannabis evidemment. (Et pas de md. C'est surement le pire truc en terme de stress pour la psyché. Enfin tu peux, mais tes problèmes s'arreteront pas quoi...). Je te suggère la lecture et une tisane à la verveine. Mine de rien nos grands mêres étaient moins névrosées, on sait pourquoi maintenant, plus de verveine et moins de Md ^^
Sinon bah quand t'auras réalisé que c'est pas grave ton anxieté baissera d'elle même, et donc tes petites crises de dépersonnalisation.
La déperso avant de dormir ça arrive beaucoup aux consommateurs mais ça angoisse surtout les hypersensibles. Les gens qui ont tendances à somatiser et qui ont peu de confiance en leur santé mentale.
Mais ça arrive surtout au gens qui sont nerveusement très fatigué, pour ne pas dire surmené. Donc si tu peux faire quelques chose de ce coté la c'est pas plus mal. Surtout que si tu dors plus ça ne vas pas s'arranger.

Quand on pense à la santé on pense au corps. Mais il ne faut pas oublier ton cerveau. Lui aussi possède des mécanismes pour prévenir d'éventuelles défaillances liées à la fatigue ou à d'autres facteurs de stress.
Tu peux même considerer que c'est un signe de bonne santé cérébrale. Un cerveau préventif est un bon cerveau. Sinon on serait tous en crise psychotique direct à chaque stress intense.
End
  Répondre
#8
(26/08/2018 02:24)Mr Sandman a écrit : La paralysie du sommeil c'est très commun et ça n'a pas de rapports directs avec la drogue.

Les facteurs de la paralysie du sommeil sont multiples, et la piste médicamenteuse en fait partie. D'autant plus que la paralysie du sommeil (qui n'est pas si commun que ça, elle reste un problème à résoudre) dépend de la quantité et de la qualité du sommeil, or quand on sait que certains classes de drogue/médicaments (comme les opiacés) sont responsables de l'apparition d'apnée du sommeil, le lien peut aussi être vite fait.




D'ailleurs sur les psychés (et même les drogues en générale selon le contexte), ils peuvent autant résoudre de trauma qu'ils peuvent en causer.
[Image: 37qdi.png]
  Répondre
#9
Moi je me réveille souvent d'un coup et en panique car j'ai l'impression que je suis mort et ca me le fait quasi toujours après un trip de lsa.

Un peu comme une paralysie du sommeil ou tu te vois mourrir d'un arrêt cardiaque ce qui te fait te rèveiller en sursaut.

Mais j'ai vraiment cru être mort plusieurs fois pendant de long moments, c'est vraiment intense et systématique quand je prend du lsa.
L'homme est un fou qui pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
  Répondre
#10
(26/08/2018 06:07)Aiskhynê a écrit : Moi je me réveille souvent d'un coup et en panique car j'ai l'impression que je suis mort et ca me le fait quasi toujours après un trip de lsa.

Un peu comme une paralysie du sommeil ou tu te vois mourrir d'un arrêt cardiaque ce qui te fait te rèveiller en sursaut.

Mais j'ai vraiment cru être mort plusieurs fois pendant de long moments, c'est vraiment intense et systématique quand je prend du lsa.

Ah moi ça me le fait sans lien avec les psyché et depuis bien avant que j'en consomme.

Je me réveille, je sais pas ou je suis, ni qui je suis. Tout me parait étrange je suis très anxieux et j'ai la sensation que ma mort est imminente.
En général ça dure plusieurs minutes puis ça passe. C'est as très agreable >.>
  Répondre
#11
(26/08/2018 05:21)Xochipilli94 a écrit :
(26/08/2018 02:24)Mr Sandman a écrit : La paralysie du sommeil c'est très commun et ça n'a pas de rapports directs avec la drogue.

Les facteurs de la paralysie du sommeil sont multiples, et la piste médicamenteuse en fait partie. D'autant plus que la paralysie du sommeil (qui n'est pas si commun que ça, elle reste un problème à résoudre) dépend de la quantité et de la qualité du sommeil, or quand on sait que certains classes de drogue/médicaments (comme les opiacés) sont responsables de l'apparition d'apnée du sommeil, le lien peut aussi être vite fait.

Yep, pour ça que j'ai dit pas de raports "direct". Certaines drogues peuvent accentuer les facteurs déclencheurs, comme pleins d'autres facteurs, ce n'est pas lié directement à la prise de drogue et la plupart des gens vont expérimenter une paralysie du sommeil au cours de leur vie, qu'ils soient consommateurs de drogue ou non.

Pour ce qui est du problème à résoudre, la paralysie du sommeil est un trouble complétement bénin est commun. Elle est fondatrice de mythes depuis le moyen âge.

Pour ce qui est des opiacés. Oui il faut faire gaffe. Si votre partenaire, un membre de votre famille ou nimporte qui vous témoigne d'une respiration très irrégulière pendant que vous dormez.

Perso le truc le plus pertubant que j'ai vécu c'est des hallucinations hypnagogique ou je me vois me réveiller et sortir de mon lit avec une lenteur extrême, comme si l'air était devenu consistant et que je devais lutter pour bouger. C'est vraiment une expérience étrange.
End
  Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)