• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Agence France-Presse (c'est un gros binz qui parle de drogue)
#1
La production mondiale de cocaïne, essentiellement en provenance de Colombie, et d'opium, principalement issu d'Afghanistan, a explosé pour atteindre son plus haut niveau historique en 2016-2017, s'alarme l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son rapport annuel publié mardi.

L'agence onusienne s'inquiète aussi de voir les médicaments antidouleurs à base d'opiacés, détournés à usage de drogue, devenir "une menace majeure pour la santé publique mondiale", en Amérique du nord mais aussi en Afrique.



Production record d'opium et de cocaïne
La production mondiale d'opium a bondi de 65% de 2016 à 2017, à 10.500 tonnes, chiffre "le plus élevé" depuis les premières estimations de l'ONUDC au début des années 2000. L'Afghanistan se taille la part du lion avec une production de 9.000 tonnes, soit 87% de plus qu'en 2016.

Les surfaces de culture de pavot à opium ont progressé de 37% au niveau mondial entre 2016 et 2017, atteignant 420.000 hectares, dont plus des trois quarts se trouvent en Afghanistan où cette manne contribue à financer l'insurrection qui déstabilise le pays.

En Afghanistan, cette évolution est à mettre sur le compte de l'instabilité politique, du manque de contrôle par les autorités, du manque de perspectives en termes d'emploi et d'éducation, et des hausses du rendement agricole, selon ce rapport de l'agence onusienne qui a son siège à Vienne. La fabrication mondiale de cocaïne en 2016 "a atteint son niveau le plus élevé": 1.410 tonnes, soit 25% de plus qu'en 2015. En Colombie, premier producteur mondial, la hausse de production a été de plus d'un tiers entre 2015 et 2016, à 866 tonnes.

La culture de feuille de coca, ingrédient de base de la cocaïne, couvre 213.000 hectares au niveau mondial dont 69% se trouvent en Colombie. Il s'agit d'"un défi à la mise en oeuvre de l'accord de paix" avec l'ex-guérilla des Farc, impliquée dans le trafic de drogue, souligne l'ONUDC.

Conséquences: une hausse, déjà perceptible, de l'offre sur les marchés traditionnels de consommation en Amérique du Nord et en Europe occidentale ainsi que la création prévisible de nouveaux marchés ciblant notamment "la classe moyenne en expansion des grandes économies d'Asie".



Crise des opiacés en Amérique, menace sur l'Afrique
Les médicaments antidouleurs à base d'opiacés, détournés à usage de drogue, sont désormais "une menace majeure pour la santé publique mondiale", avertit l'ONUDC. L'ensemble des opiacés représentent 76% des décès liés à la consommation de stupéfiants.

Née d'une surprescription médicale de ces molécules, la crise des opiacés qui ravage les Etats-Unis depuis quelques années ne montre pas de signe d'apaisement. En 2016, 63.632 personnes sont décédées d'une surdose de drogue aux États-Unis, un record et une augmentation de 21% par rapport à l'année précédente.

Les dégâts de ces "drogues sur ordonnance" ont également contribué à la diminution de l'espérance de vie enregistrée aux Etats-Unis en 2015 et 2016, une première. L'Europe reste pour l'instant globalement épargnée par ce phénomène. Alors que le fentanyl, un opioïde synthétique 50 fois plus puissant que l'héroïne, constitue le principal opiacé sur ordonnance des marchés américain et canadien, l'ONUDC s'inquiète de "l'expansion rapide" en Afrique de la consommation et du trafic de tramadol, un puissant antalgique.

Si le tramadol est encore essentiellement perçu comme une molécule aux usages récréatifs prisée par les jeunes Africains, l'agence appelle à se saisir de cette menace qui "met une pression supplémentaire sur les systèmes de santé déjà fragiles" des pays en développement concernés. L'Afrique a concentré en 2016 87% des saisies mondiales d'opiacés pharmaceutiques, notamment en raison de l'essor du tramadol.



Les baby-boomers, seniors de la drogue
L'ONUDC relève la fréquence de la consommation de drogues chez les plus de 50 ans, émettant l'hypothèse que parmi les "baby-boomers" ayant goûté aux stupéfiants dans leur jeunesse, une partie n'ont pas abandonné ces addictions.

En Europe, les morts par surdose ont ainsi augmenté chez les plus de 40 ans entre 2006 et 2013 alors qu'elles baissaient chez les moins de 40 ans. Au niveau mondial, les plus de 50 ans qui comptaient pour 27% des décès liés à la drogue en 2000, représentaient 39% du total en 2015.
[Image: vvert.PNG]            l'historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
  Répondre
#2
C'est probablement simpliste, mais je ne cesse de me dire que la légalisation de ces molécules couperait les vivres du marché noir, et les empêcherait de financer armes, putes, et autres trafics destructeurs de vies humaines. Non pas que la drogue ne soit pas potentiellement destructrice, mais entre de la vente d'opium à des adultes consentants, et celle de kalachnikovs qui buteront des gens pas du tout consentants, ainsi que l'esclavagisme sexuel de migrant.e.s en détresse, il y a un monde.
Je me demande vraiment ce qui justifie une telle stigmatisation de la plupart des molécules psychoactives.
Peut-être que les vendeurs d'armes et de putes n'ont en fait aucun intérêt à ce que la drogue sorte du circuit noir, et comme on devine leur poids dans la politique mondiale...
The following 1 user Likes Tridimensionnel's post:
  • Cookies
  Répondre
#3
Coucou tridi^^,

Alors oui la prohibition-repression nourrit un ensemble de trafics glauques.

Là où je differe de ton analyse, c est que l argent de leur légalisation nourrirait entre autre les frais énormes que nécessitent la guerre et autres joyeusetés étatiques.

Pour autant et pour d autres raisons, l histoire ayant et montrant encore dans certains pays, que la prohibition ne fonctionne pas, je suis aussi pour l entrée de ces substances dans la légalité, sans oublier que ça aurait aussi ses inconvénients.
  Répondre
#4
Sauf que là en l'occurrence l'article parle bien aussi des opioides sur ordonnances dont la production est légale et encadrée par l'état, ce qui prouve que juste légaliser une substance ne fait pas tout, faut qu'elle soit bien encadrée (genre ne pas prescrire d'oxy pour un mal de tête comme ça se fait aux USA) et il faut surtout informer les gens sur ce qu'ils consomment, ils sont énormément à finir toxicio sans même s'en rendre compte, quand tu vois que la plupart commencent avec de la codeine ou de l'oxy et qu'ils finissent sous héroine parce que c'est moins cher c'est chaud quand même...

Sinon je sais pas si ça existe encore les groupes qui mélangent encore trafic de drogue, d'arme et d'être humain à grande échelle... A part les cartel mexicains qui sont de toute manière dans une autre dimension je vois pas. Je suis pas sur que la légalisation des drogues changent quelques chose à la vente d'armes (qui est plus reliée aux guerres je pense) et à la conditions des prostitués à travers le monde (là aussi tant que c'est pas légalisé les putes seront traités comme des merdes...).
  Répondre
#5
(27/06/2018 12:16)Trickster a écrit : Sinon je sais pas si ça existe encore les groupes qui mélangent encore trafic de drogue, d'arme et d'être humain à grande échelle...

toutes les activités spécifiques différentes de la maffia ont un "agora" commun: le blanchiment d'argent. Est ce que chaque maffia blanchit elle même ou alors il y a des intermédiaires spécialistes qui font ça. Les différents secteurs d'activité des maffias s'adressent à eux en ce cas.

faudrait voir comment tout ce mécanisme fonctionne...
[Image: vvert.PNG]            l'historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
The following 1 user Likes amicale_du_pc's post:
  • Trickster
  Répondre
#6
(27/06/2018 11:07)Tridimensionnel a écrit : C'est probablement simpliste, mais je ne cesse de me dire que la légalisation de ces molécules couperait les vivres du marché noir, et les empêcherait de financer armes, putes, et autres trafics destructeurs de vies humaines. Non pas que la drogue ne soit pas potentiellement destructrice, mais entre de la vente d'opium à des adultes consentants, et celle de kalachnikovs qui buteront des gens pas du tout consentants, ainsi que l'esclavagisme sexuel de migrant.e.s en détresse, il y a un monde.
Je me demande vraiment ce qui justifie une telle stigmatisation de la plupart des molécules psychoactives.
Peut-être que les vendeurs d'armes et de putes n'ont en fait aucun intérêt à ce que la drogue sorte du circuit noir, et comme on devine leur poids dans la politique mondiale...

Le problème, c'est que si l’Afghanistan est producteur d'opium et la Colombie producteur de coca c'est pour une raison. C'est là où les plantations s'y plaisent le mieux, donc légal ou pas, la Colombie cultivera toujours la coca, ce seront toujours les mêmes producteurs qui se chargeront de son entretien. Donc si il y a de l'instabilité politique sur ces territoires (=contrôlés par des mafieux), ça ne changera rien, une nouvelle législation au niveau globale n'y changera pas grand chose, si ce n'est les volumes concernés (ce qui n'arrangerai rien), et l'argent ira toujours à ces mêmes individus ou pour des fins détournés.

Il y a qu'à voir le comportement de groupes mafieux (où la corruption dont profite certains grands groupes) en Afrique ou en Asie sur des business légaux, ou même pour esquiver certaines restrictions qui ne vont pas dans leur sens.

La solution ce serait plus un modèle à la "fair-trade", mais bon quand on voit la part de marché du commerce équitable j'ai envie de te dire qu'on en est très loin.

Sans parler que si un jour l'ONU décide de faire bouger les choses sur la législation de la cocaïne ou de l'opium, on aurait beau légaliser tout ça en Europe, ça fera un peu comme dans certains pays avec le cannabis. C'est légal mais par contre les shops doivent faire apparaitre les grosses quantités comme par magie puisque la production est limité (donc se fournir dans l'illégal). Or comme la Coca pousse en Colombie, et que là bas la répression contre les drogues et les narcotrafiquants est également un argument pour mener une répression contre la dissidence politique et/ou pour renforcer le pouvoir de l'état et de l'armée/police (la situation est d'ailleurs similaire en Asie orientale). Je vois pas comment la situation pourrait s'améliorer malheureusement.
[Image: 37qdi.png]
  Répondre
#7
Moi ce que je trouve bizarre c'est que quand les talibans sont arrivés au pouvoir, ils ont fermé les routes de l'opium.

Et c'est qui qui les a réouvertent en butant tous les talibans sous couverture de buter des méchants terroriste ?

Soit faut être manipulateur, soit faut être vraiment très con, pour des gens qui ne font que calculer quel est le meilleur recul à prendre pour mieux enculer les gens, c'est chelou...

Pis faut bien blanchir quelque part, pis la guerre rapporte beaucoup.

Que ce soit contre les "terroristes" ou contre "la drogue".

Mais de toute manière je pense que cette guerre, les chinois l'ont gagnés et que bientôt les afgans pourront fermer boutique.

Même les colombiens en grande partie...
L'homme est un fou qui pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
  Répondre
#8
Il y a quelques années j'avais lu un article expliquant qu'en Afghanistan, lorsqu'il y avait la guerre les plants de cannabis (surtout) allaient du haut des collines jusqu'à la route sans soucis, alors qu'en tant de paix, les cultures étaient plus discrètement cultivées dans les hauteurs.

Faut voir qui ça arrangent selon qui dirigent les gens qui sont au pouvoir, autant dans les pays cultivateurs/exportateurs que dans les pays consommateurs/importateurs en occident.
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#9
Alors aussi, concernant les plans de cannabis c'est con mais comme le cannabis emmagasine beaucoup de chaleur, c'est cool de se cacher sous des plans de cannabis quand on est en guerre.

Ca protège des infra-rouge.

Pis ca donne un petit côté swag !

Pour ca que nos armés brûlaient activement ces plans, outre pour en respirer les vapeurs.
L'homme est un fou qui pense pouvoir contrôler la vie, alors qu'il ne se contrôle pas lui même.
The following 1 user Likes Aiskhynê's post:
  • danslesetoiles
  Répondre
#10
sans les cultures de drogue l'Afghanistan perdra sa spécificité pour le meilleur et le pire. Je trouve que ce pays devrait redevenir pro-allemand comme il l'a tjs été à ses meilleures heures. Peut-être que avec l'Allemagne comme mentor à la place de ceux actuels qui veulent s'imposer et tout changer, alors oui peut-être que tout redeviendra comme avant.
[Image: vvert.PNG]            l'historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
The following 1 user Likes amicale_du_pc's post:
  • Aiskhynê
  Répondre
#11
Pro Allemand ?

Les Afghans n’avaient pas des affinités avec l'URSS par le passé, avant que tout n'explose lors de la transition des 70's aux 80's ?

Sinon je ne vois pas trop l'intérêt de traiter avec l'Allemagne aujourd'hui, on ne peut pas dire que ça soit le pays le plus humaniste qui soit...l'Allemagne impose ses visions à l'Europe et quand on voit l'échec de la gestion de la dette grecque, je ne sais pas si les Afghans auraient à y gagner, à moins de se plier à un modèle libéral d'ouverture des marchés.
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#12
Bien sûr qu'il faut éduquer les gens sur ce qu'ils consomment, et ce n'est pas possible tant que le consommateur est un enfant irresponsable que l'on prive de son bonbon, ou à qui l'on l'impose "pour ton bien, et ta gueule". La responsabilité passe par la liberté.

(27/06/2018 12:16)Trickster a écrit : Sinon je sais pas si ça existe encore les groupes qui mélangent encore trafic de drogue, d'arme et d'être humain à grande échelle...


Pourquoi "encore" ? J'ai reçu aucune notification informant que les grands groupes mafieux avaient décidé de spécialiser leurs activités, si tu en sais plus que moi n'hésite pas. Pour l'instant, du peu que je sais, la drogue est un nerf de la guerre tout comme l'argent sale qu'elle véhicule. Et la traite humaine se fait sur le dos de la misère qu'engendrent les conflits. Nos migrants ont à ce sujet bien des choses à nous apprendre. Qu'on se le dise : toute cette poudre qu'on sniffe entre deux verres, c'est un autre genre de fêtes qu'elle finance.
The following 1 user Likes Tridimensionnel's post:
  • Aiskhynê
  Répondre
#13
La coke que tu sniff entre 2 verres elle finance la partouze d'un chef de cartel et quelques intermédiaires, je vois pas trop le rapport avec "nos" migrants. qui viennent d'afrique ou du proche orient...

Citation :Pourquoi "encore" ? J'ai reçu aucune notification informant que les grands groupes mafieux avaient décidé de spécialiser leurs activités, si tu en sais plus que moi n'hésite pas.

Les temps changent et les groupes mafieux n'ont plus rien à voir avec ceux d'il y a 30 ou 20 ans, je me rappelle d'un rapport de l'ONU qui expliquait par exemple que le trafic de drogue n'alimentait plus autant les groupes terroristes africains qu'à l'époque, ils récupèrent de l'argent d'une autre manière.
Je pense vraiment que dans 90% des cas le mec qui reçoit de la thune pour trafic de drogue et celui qui reçoit ses thune pour son trafic d'être humain n'ont rien à voir. Tu peux peut être les relier grâce à celui qui blanchi l'argent comme l'a dit Amical ou grâce à celui qui rackette les 2 mais c'est tout.

Ce que je veux dire au final c'est que le trafic de drogue n'a je pense plus autant d'impact sur les autres trafic illégaux (ça dépend des régions évidemment), si demain la drogue est légalisé partout dans le monde ça va pas faire descendre le nombre de prostitués ou de migrants.

C'est triste à dire mais le trafic de drogue, la prostitution et les gens qui profitent du malheurs des autres ça existera tant que l'humain existe, c'est bien d'essayer de gérer ces problèmes mais on les réglera jamais.
  Répondre
#14
(28/06/2018 11:04)Laura Zerty a écrit : Pro Allemand ?

Les Afghans n’avaient pas des affinités avec l'URSS par le passé, avant que tout n'explose lors de la transition des 70's aux 80's ?

Sinon je ne vois pas trop l'intérêt de traiter avec l'Allemagne aujourd'hui, on ne peut pas dire que ça soit le pays le plus humaniste qui soit...l'Allemagne impose ses visions à l'Europe et quand on voit l'échec de la gestion de la dette grecque, je ne sais pas si les Afghans auraient à y gagner, à moins de se plier à un modèle libéral d'ouverture des marchés.

la voie idéale afghane au grand sens du terme a tjs été l'Allemagne déjà depuis le début du 20 me s.  Les autres tentatives d'influence (Empire anglais ou russe puis les Américains ou l'URSS...) ne sont que des tentatives d'influence étrangères pour détourner l'Afghanistan de sa spontanéité pro germanique légendaire. Il y a tout un article à ce sujet sur la Lyre. ptn il y a un développement d'article poussé par des images et tout... Le titre de cet article c'est: La clause astrale du Plan Marshall.

L'Afghanistan a tjs été pro-allemande et même il y a eu des pivots de l'armée allemande (et ottomane) battue ayant trouvé refuge dans le pays protecteur fixé sur ses engagements d'indépendance vis-à vis des Anglais et des Russes. Ensuite il y a eu un aval pro-hitlérien de principe, sans application de théorie car les Soviétiques et les Anglais ont occupé le pays juste en temps opportun. Après, le hippie trail a trouvé une version allemande phénoménale en Afghanistan. C'est la Clause Astrale du Plan Marshall. Les Allemands trouvaient dans leurs rêves opiacés un pays de villégiature intact avec beaucoup d'indices issus de l'influence allemande même après la chute du IIIme Reich. Le casque de fer traditionnel allemand équipait encore l'armée afghane à cette époque.

Il y a beaucoup de choses à en déduire. Les jeunes allemands avaient leur hippie trail comme les autres Occidentaux en Inde, au Cachemire, au Népal... C'est une proto-réconciliation inhérente au hippy trail après la guerre mondiale et par la drogue pour les générations perdues de tous les pays mais placées dans le même camp si tu veux... Le Plan Marshall est une reconstruction économique mais sa clause astrale est de niveau psychologique. Ses pionniers ce sont les junkies et les hippies... Ils sont les acteurs, les supports maçonniques de la clause astrale de ce plan... Les succès sont tjs basés sur le fait des loozers qui font ici l'expérience maçonnique d'une clause astrale d'un Plan amené à consécration officielle. C'est une reconstruction psychologique en fait... Des Américains, des Anglais, des Français, des Canadiens, des Italiens, des Allemands, des Autrichiens des Scandinaves sont morts sur le même champ de la drogue... et ça c'est une proto-alliance en vue de pactes futurs pour des guerres plus réalistes... Même affiliation ethno affirmée pour tous. Même distinction et accessoires non-conformistes (par exemple le look...). Le sacrifice de ces drogués n'a rien à devoir à celui des militaires sur les champs de bataille... Cela a été dégueu.

Une phase du processus de la drogue passe par le privilège de l'émancipation comme avant-garde de la civilisation... Cela se définit "be in". En d'autres cercles, on peut en dire autant pour le prestige de l'uniforme et des armes, par exemple.

L'Afghanistan authentique est inavouée pck elle est pro-allemande. Et aussi elle est le paradis de l'opium. Elle était mieux avant les Talibans... Mais ptn tu vois pas le Monde Libre? On se serait passé des évènements ultérieurs.

Je pourrais continuer à l'infini...
[Image: vvert.PNG]            l'historia en alternatif et en continu  >>> la Lyre Romantique Fanatique Extrémiste
The following 1 user Likes amicale_du_pc's post:
  • Aiskhynê
  Répondre
#15
C'est vrai qu'en 2015 Daesh se finançait principalement grâce au pétrole, aux rackets et aux ventes d'êtres humains.
Mais les cartels c'est aussi de la vente d'arme, de la guerre civile et du trafic d'être humain. C'est pas parce que c'est limite une institution que ce n'est plus du crime...
C'est même écrit dans le premier post du topic : les plantations de coke mettent en péril l'accord de paix avec les Farcs...
Ensuite, que le poids relatif de la drogue dans les autres trafics illégaux ait baissé, ça ne veut pas dire qu'il n'existe plus. Idem pour la porosité entre les organisations illégales et leurs activités.
Il ne s'agit pas de tout régler, ni de légiférer sur : le mal peut-il disparaître ? Ce que je voulais dire, c'est que maintenir la drogue dans le versant noir de l'économie, c'est contribuer à nourrir ce pan.
Bon, Xochi a raison, on ne pourrait pas changer ça d'un coup de baguette magique. Je ne prétends même pas que ce soit possible ou souhaitable.
Ce que je voudrais comprendre une bonne fois pour toutes, c'est pourquoi les institutions étatiques ont pratiquement toutes fait le choix de bannir les drogues de leur économie officielle.
  Répondre
#16
Tridimensionnel, comme le conte avec une pointe de nostalgie noter chère Amicale, la drogue n'a pas toujours été réprimé. Il y a 2 siècles de celà, dans les soirées mondaines parisiennes on fumait opium et haschisch (en atteste cet autoportrait de Baudelaire en train de fumer un gros oinj'). Des exemples comme celui là, avec vente en pharmacie de produits aujourd'hui considérés comme drogues sont légions au XXème siècle.
L'occident a connu des "épidémies" de morts avec l’héroïne, puis la cocaine. Je ne sais pas si laisser la liberté aux gens permets nécessairement des les responsabiliser et d'améliorer la santé publique. Je n'ai pas la réponse.

En revanche le sujet des drogues est à lier avec le sujet des médicaments et de la contre-façon de médicaments. Je pense que je ne suis pas le seul à être indigné lorsque certains gourous promettent de soigner le cancer en achetant des pierres précieuses et de l'encens à plusieurs centaines d'euros. Et au delà de la simple arnaque (qui impose une gestion officiel, notre organisation actuel avec l'ANSM est plutôt bonne, du moins meilleur que par le passé). Les dérivés/contrefaçons de médicaments qui peuvent êtres vendus pour se soigner pour pas chère un peu à la manière des RCs, qui font beaucoup de thunes en dehors de notre continent est un réel problème.

A mon sens la législation sur les drogues et celles sur les médicaments est à lier, car certaines drogues ont des vertus curatives, et en règle générale, des principes actifs d'une même classe de molécule peuvent se retrouver de part et d'autre de cette frontière imaginaire. Or je pense pas que les gens soient favorables à une libéralisation total du marché du médicament. Avec plein de médicaments foireux/produits néfastes sur le marché.
Libération - Faux médicaments : Un fléau mondial très lucratif

Donc bon c'est pas simple de prendre le problème du bon bout, même si le constat sur les dégâts de la législation française en matière de stupéfiants sont unanimement partagés sur ce forum.
[Image: 37qdi.png]
  Répondre
#17
J'arrive pas à ouvrir ton lien Xochi

Citation :Or je pense pas que les gens soient favorables à une libéralisation total du marché du médicament. Avec plein de médicaments foireux/produits néfastes sur le marché.

Malheureusement c'est déjà un peu le cas aujourd'hui, rien qu'en France y'a quand même pas mal d'affaires qui sont sortis où des centaines de milliers voir des millions de français ont servis de cobayes aux labo sans le savoir et ça fini parfois très mal. On pourrait aussi parlé du problème de l'homéopathie mais bon ça à la limite ça fait de mal à personne.

Après c'est clair que c'est presque rien comparé à L'Afrique par exemple, y'a l'air d'avoir des trucs très sales qui se passe là bas, après je sais pas si la faute revient aux labos pharmaceutiques ou à des trafiquants de drogues (ou les deux).

De toute manière la frontière entre médicament et drogue étant inexistante effectivement le trafic de drogue et le trafic de faux médicament est étroitement lié, la question est de savoir si ceux qui prennent ces médicaments savent ce qu'ils consomment ou non. Si la réponse est non le problème est peut être un peu plus important que le trafic de drogue...
  Répondre
#18
(29/06/2018 01:33)Trickster a écrit : Malheureusement c'est déjà un peu le cas aujourd'hui, rien qu'en France y'a quand même pas mal d'affaires qui sont sortis où des centaines de milliers voir des millions de français ont servis de cobayes aux labo sans le savoir et ça fini parfois très mal. On pourrait aussi parlé du problème de l'homéopathie mais bon ça à la limite ça fait de mal à personne.

Après c'est clair que c'est presque rien comparé à L'Afrique par exemple, y'a l'air d'avoir des trucs très sales qui se passe là bas, après je sais pas si la faute revient aux labos pharmaceutiques ou à des trafiquants de drogues (ou les deux).

De toute manière la frontière entre médicament et drogue étant inexistante effectivement le trafic de drogue et le trafic de faux médicament est étroitement lié, la question est de savoir si ceux qui prennent ces médicaments savent ce qu'ils consomment ou non. Si la réponse est non le problème est peut être un peu plus important que le trafic de drogue...
(problème de lien réglé)

Je te trouves un brin provocateur. Depuis 30 ans (parce que c'est que ce je connais du milieu médical français) l'ANSM qu'un enseignant-chercheur m'a assuré que même une molécule comme l'aspirine n'obtiendrait pas son autorisation de mise sur le marché de nos jours. Par ailleurs en ce qui concerne les essais cliniques, ils sont extrêmement drastiques. Contrairement aux Etats-Unis il n'y a pas vraiment de décharges, c'est à dire que même si vous avez un suivi médical très sérieux, (que la molécule a déjà passés tous les tests pré-cliniques etc), et que malgré tout il vous arrive un effet secondaire grave. Vous avez toujours la possibilité de vous retourner contre le laboratoire pharmaceutique. Un essai clinique représente un gros investissement de temps, de patient, et d'argent. A tel point que de nombreux médecins sont favorables à une gros allègement du dispositif pour les maladies orphelines (qui n'ont donc pas assez de patients pour mener des bons essais). C'est aussi pour ça qu'il y a très peu de nouveaux médicaments.

En France plutôt souvent les médecins qui sont en cause avant les laboratoires pharmaceutiques. Si on prends l'exemple du médiator, qui est donc une amphétamine normalement prescrite pour corrigé certains dysfonctionnements cardiaques. Si les médecins le prescrivent comme coupe-faim pour maigrir, et donc tue des centaines de personnes et bousilles des milliers de cœur. C'est pas tellement la faute du laboratoire, puisque c'est même l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) qui attribue les autorisation de mise sur la marché (AMM), si le médicament présentait un ratio bénéfice/risque trop désavantageux, ce serait à cette autorité de l'état qui n'aurait pas fait son boulot, pas au labo.
Après il peut toujours y avoir de la corruption, mais c'est plus du côté des médecins que de l'agence. Par exemple il n'est pas rare que ce soit des labos qui sponsorisent des colloques/conférences médicales, et qui financent les frais de déplacement des médecins, en fait il me semble que selon la loi c'est un peu leur seul marge de manœuvre en terme de corruption.

On a plus de quoi être inquiété par les histoires d'enchère du prix du médicament à l'assurance maladie du côté de l'ANSM, mais là c'est des négociations qui sont plus de l'ordre de l'argent que de la sécurité.


Après en ce qui concerne l'homéopathie, personnellement j'y suis pleinement favorables. ma mère y croit et m'a élevé moi et mes frères avec (ainsi même que nos animaux de compagnie, pour dire à quel point c'est pas nécessairement conditionné), et disons que j'ai des exemples factuelles de cas où la médecine allopathique a montré ses limites, tant en terme d'efficacité que d'effets secondaires, là où l'homéopathie a (miraculeusement ?) réglé la situation.

Bien évidemment je considère ça comme une aide d'appoint pour les petites pathologies, pour soigner un cancer par exemple, ça pourrait aider à soigner les nausées, pas le cancer qu'il faut absolument traiter. Mais pour ce qui concerne toutes les petites pathologies (rhume, angine, diarrhées, petite fièvre etc) qui ne nécessite obligatoirement de médicaments parce que le corps parvient naturellement à se soigner, je suis favorable à l'homéopathie. Aujourd'hui ce qui se fait c'est que les médecins prescrivent des tonnes d'antibiotiques, même pour une simple angine alors que c'est assez rare qu'elle soit d'origine bactérienne. C'est un désastre écologique car sa développe la bio-résistance des bactéries. Ce qui fait que bientôt pour se soigner d'une infection on va devoir aller dans la surenchère aux antibiotiques aux plus puissants et aux larges spectres.
Or j'ai appris que selon l'OMS, d'ici 30 ans les infections d'origines bactériennes seront redevenus la première cause de mortalité dans le monde.

Donc avant d'en arriver là, et pour aider le patient qu'a absolument besoin de son cacheton pour l'aider dans son insurmontable crève, lui filer un tube d'homéopathie, placebo ou pas, je pense que c'est pas mal, en tout cas y'a pas de risque écologique, les process de productions sont peu demandeurs en ressource rares et surtout y'a pas d'effet secondaire. Contrairement à la pseudo-éphédrine qu'on retrouve dans les anti-rhumes et qui fait jaser le monde médical depuis plusieurs années (même si je sais que pour les membres du forum comme vasoconstricteur c'est du pipi de chat).

Désolé si j'ai été long mais c'est pas la première fois que je vois notre système remis en cause, et je trouve ça assez injuste. Faire un système qui marche c'est pas si simple que ça.

Pour ce qui est des contrefaçons, bien entendus le problème étant que pour environ 80% de la population les patients ne sont pas au courants qu'ils se font avoir. C'est notamment le cas dans les pays ou le système médical et son personnel est lui même dans un état très précaire (donc en Afrique notamment). Le problème étant qu'au lieu de te filer un opiacé semi-synthétique comme la morphine on va te filer des comprimés de dérivés fentanyl (ou de l'étizolam) par exemple. C'est un peu le même genre de labo que ceux qui fabriquent les RCs qui s'occupent de produire ces molécules (ça n'a donc pas grand chose à voir avec les laboratoires pharmaceutiques traditionnels).
Le soucis donc c'est qu'il y a besoin d'interdire les molécules au delà d'interdire simplement la fraude, la tromperie. Sinon évidemment tu peux avoir des tonnes de contrefaçons de médicaments dans la pharmacie du coin sans même que les "autorités" ne puissent rien faire, puisqu'il faut attendre qu'un pauvre clampin se fasse piéger pour qu'on puisse réagir, "pour tromperie".

Par ailleurs, en discutant avec mes connaissances que j'ai en Europe de l'Est. Je sais que là bas les gens ont pour habitude de se soigner avec des trucs "naturels". Donc la démarche est pas aussi professionnel qu'ici et disons que les pseudo-pharmaciens qui te vendent leurs racines, peuvent aussi te proposer un "faux" médicament au lieu d'une boite importé de l'UE. Donc même histoire tu prends une molécule un peu "RC" (ou alors une molécule breveté mais dont le brevet n'est pas respecté).
J'ai cru comprendre que c'était assez rare, que ça dépendait surtout des préférences des gens, parce que la plupart préfère prendre des plantes en tout genre, mais ceux qui comme un France, souhaite prendre un truc "fort" se tourneront plus facilement vers ses solutions, si leurs moyens leur manque pour aller vers la pharmacie officiel.
Dans ce second cas on peut arguer le droit à l'automédication et à la libre disposition de son corps. Mais encore est il que si il y a tromperie (et qu'on te file un ricola au lieu de ton précieux traitement contre le cancer), c'est moralement non souhaitable et pénalement répréhenible, et donc on se retrouve dans une situation similaire à celle qui concerne la majorité des pays pauvres, avec peut-être la nécessité réelle de légiférer sur les molécules et pas que sur la tromperie.

J'ajoute pour terminer ce long roman qu'il ne faut pas non plus être dans l'angélisme. Je pense pas qu'on puisse tout autoriser et rien interdire, sous le prétexte que ce sont la manière d'utiliser les choses et non les choses en elle même qui sont néfastes. Si je prends l'exemple des armes. Bien sur c'est qu'un tas de métal, mais leur fonction c'est de tuer, donc je pense que ça doit être illégal. Je pense qu'on peut élargir ça aux armes chimiques et bactériologiques, qui représente un danger important. A partir de là, la différence entre poison et médicament et mince, et on se retrouve vite à interdire les médicaments dangereux et les drogues.
[Image: 37qdi.png]
The following 2 users Like Xochipilli94's post:
  • Aiskhynê, amicale_du_pc
  Répondre
#19
Wow ça y est t'es passé de l'autre côté tu bosses pour les labos maintenant ? Big Grin

Je dis pas que notre système est totalement pourri loin de là, mais y'a quand même une petite différence entre ton discours et certains scandales qui éclatent.
Tu prends par exemple le Lévothyrox pour prendre un truc récent c'est quand même limite... Le labo change la formules de leur médicament (au niveau des excipients il me semble) sans prévenir personne et sans rien indiquer sur la boite, ce qui fait que plusieurs milliers de personnes se retrouvent avec des effets secondaires parfois graves, sans même savoir d'où ça vient. Je trouve ça quand même assez scandaleux.
On peut aussi citer la dépakine, diovan, vioxx qui sont toutes des histoires assez flippantes, et encore ça c'est les scandales qui sont parus dans la presse, c'est surement pas les seuls qui existent.

Pour le médiator t'es carrément de mauvaise foi, il a bien été commercialisé pour "hypertriglycéridémies en complément d'un régime, et chez les diabétiques en surpoids", il a été interdit ou retiré du marché de plein d'autres pays dès les années 90 et ça a été prouvé que pas mal de gens du labo (mais pas que) savaient pertinemment que ce médicament était un danger, il a fallu attendre qu'une médecin se batte pour révéler l'affaire ! C'est pas pour rien si plusieurs dirigeants du labo ont été poursuivi pour tromperie aggravée, il y a même eu une enquête pour déterminer qui étaient les principaux responsable et voilà le résultat :

Citation :Dans un rapport rendu public le 15 janvier 2011, l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) attribue au laboratoire Servier une "responsabilité première et directe", selon les mots du ministre de la santé de l'époque, Xavier Bertrand. Les trois inspecteurs auteurs du rapport identifient "dès l'origine, une stratégie de positionnement du Mediator par les laboratoires Servier en décalage avec la réalité pharmacologique de ce médicament". Ils mettent également en cause les dysfonctionnements du système de santé, qui a continuellement validé le Mediator "en dépit d'alertes nombreuses et répétées".

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/r...ndex.shtml

Donc bon renvoyer la faute aux médecins c'est un peu gonflé !
L'ANSM est surement fautive aussi, mais le labo n'est pas non plus une pauvre victime de l’incompétence des médecins et des services de santé Wink
Et contrairement à ce que tu dis les victimes doivent se battre comme pas possible (pour celles qui sont encore vivantes) pour avoir des indemnités, se retourner contre le labo est loin d'être aussi facile que ça, si le labo a pas envie de payer il paye pas, la justice française n'est pas très puissante face à eux.

Pour l'homéopathie je suis d'accord avec toi ça aide beaucoup de monde et je pense que le pouvoir des placebo est très puissant, ça fait plus de bien que de mal au final. Par contre vendre 25e quelques grammes de sucres c'est clairement de l'arnaque et c'est là qu'est le problème. Sans parler des nombreuses dérives que ça engendre.
Je pense qu'il y a de meilleurs moyens de faire prendre aux gens des placebo que de les prendre pour des cons en leur vendant au prix de l'or des potions vaudou qui ont été prouvé comme inefficace et il a déjà plusieurs siècles.
Je pense que si les gens savaient comment sont faites leur petites boules homéopathiques plus personne n'est prendrais, donc il faut es maintenir dans l'ignorance et je trouve ça un peu limite aussi...
  Répondre
#20
(29/06/2018 20:30)Trickster a écrit : Je dis pas que notre système est totalement pourri loin de là, mais y'a quand même une petite différence entre ton discours et certains scandales qui éclatent.
Tu prends par exemple le Lévothyrox pour prendre un truc récent c'est quand même limite... Le labo change la formules de leur médicament (au niveau des excipients il me semble) sans prévenir personne et sans rien indiquer sur la boite, ce qui fait que plusieurs milliers de personnes se retrouvent avec des effets secondaires parfois graves, sans même savoir d'où ça vient. Je trouve ça quand même assez scandaleux.
On peut aussi citer la dépakine, diovan, vioxx qui sont toutes des histoires assez flippantes, et encore ça c'est les scandales qui sont parus dans la presse, c'est surement pas les seuls qui existent.

Le rôle des laboratoires est de développer et de distribuer des molécules. Je ne dis pas que les labos sont en dehors de tout soupçons, qu'il n'y a aucun scandale etc. Je souhaitais surtout appuyer que y'a tout une législation assez lourde en terme d'essais qui fait qu'ils ne peuvent pas nous traiter comme des cobayes. Et encore une fois je me place dans les 30 dernières années parce que le système de sécurité du médicament actuel a commencé il y a 25-30 ans et a du arriver à maturité aux débuts des années 2000.

Pour parler rapidement du Lévothyrox, que je connais un peu puisque j'ai un cas dans ma famille. On va pas dériver sur le débat des génériques mais j'ai des doutes sur le fait que des excipients puisse créer autant d'effets secondaires. D'autant plus que l'importation de la formule allemande n'a pas réussi à résoudre tout les problèmes, preuve qu'à mon sens il y a une dimension supplémentaire. Si je m'appuie sur le cas que je connais, je pensais qu'il y a une part non négligeable de nocébo là dedans. Pour autant je dis pas qu'il faut mépriser les patients hein, mais entre une polémique médiatique et des investigations scientifiques qui ne trouvent aucun lien de cause à effet, je pense qu'il y a un juste milieu à trouver.


(29/06/2018 20:30)Trickster a écrit : Pour le médiator t'es carrément de mauvaise foi, il a bien été commercialisé pour "hypertriglycéridémies en complément d'un régime, et chez les diabétiques en surpoids", il a été interdit ou retiré du marché de plein d'autres pays dès les années 90 et ça a été prouvé que pas mal de gens du labo (mais pas que) savaient pertinemment que ce médicament était un danger, il a fallu attendre qu'une médecin se batte pour révéler l'affaire ! C'est pas pour rien si plusieurs dirigeants du labo ont été poursuivi pour tromperie aggravée, il y a même eu une enquête pour déterminer qui étaient les principaux responsable et voilà le résultat :

Citation :Dans un rapport rendu public le 15 janvier 2011, l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) attribue au laboratoire Servier une "responsabilité première et directe", selon les mots du ministre de la santé de l'époque, Xavier Bertrand. Les trois inspecteurs auteurs du rapport identifient "dès l'origine, une stratégie de positionnement du Mediator par les laboratoires Servier en décalage avec la réalité pharmacologique de ce médicament". Ils mettent également en cause les dysfonctionnements du système de santé, qui a continuellement validé le Mediator "en dépit d'alertes nombreuses et répétées".

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/r...ndex.shtml

Donc bon renvoyer la faute aux médecins c'est un peu gonflé !
L'ANSM est surement fautive aussi, mais le labo n'est pas non plus une pauvre victime de l’incompétence des médecins et des services de santé Wink

De ce que je connais l'histoire, même si par le passé elle a été vendue pour des applications avec un ratio bénéfice/risque pourris de chez pourris. Durant la période temporelle que je considère (qui ne correspond pas à celle dont tu parles), le médicament était prescrit pour pallier à des dysfonctionnements cardiaques, le truc du coupe-faim c'était plus d'actualité, mais ce sont les médecins qui continuaient à le prescrire pour ça. Alors certes, le fait que par le passé le médiator était aussi promu pour ce genre d'application et que les médecins ne se mettent pas tellement à jours est problématique. Mais je trouve que le fait de rejeter toute la faute sur le laboratoire Servier est "facile". C'est clair que c'est pas possible de traiter en justice l'ensemble des médecins qui ont mal prescrits du mediator, le ministre de la santé, toutes les agences qui ont dysfonctionné etc. Donc c'est plus facile de se concentrer sur le laboratoire.
Enfin bref, notre système de santé est malgré tout plutôt efficace (puisque c'était ça à la base le sujet), même s'il à tendance à sur-prescrire des molécules avec de lourds effets secondaires. Il y a tout un tas de sécurité qui fait qu'on a beaucoup plus de sérénité à aller en pharmacie qu'aux USA, en Chine, en Russie, au Brésil ou en Afrique.



(29/06/2018 20:30)Trickster a écrit : Et contrairement à ce que tu dis les victimes doivent se battre comme pas possible (pour celles qui sont encore vivantes) pour avoir des indemnités, se retourner contre le labo est loin d'être aussi facile que ça, si le labo a pas envie de payer il paye pas, la justice française n'est pas très puissante face à eux.

Si on prends le cas du médiator, bien sur que c'est long et compliqué puisqu'il faut mener une action en justice pour se faire reconnaitre comme victime, d'autant plus que comme je l'ai expliqué, les fautes sont partagés. Or moi je parlais d'essais cliniques (parce que tu faisais référence au fait que les labos nous prennent pour des cobayes, et j'ai rebondis dessus en disant que c'était faux en dehors des tests cliniques). Dans ce cas précis tout est très encadré et on a un niveau de sécurité (notamment aux yeux de la loi, comme je l'ai dit il n'y a pas d'histoire de décharge etc) qui est sans nul pareil dans le monde, en dehors peut-être de certains de nos voisins européens.

(29/06/2018 20:30)Trickster a écrit : Pour l'homéopathie je suis d'accord avec toi ça aide beaucoup de monde et je pense que le pouvoir des placebo est très puissant, ça fait plus de bien que de mal au final. Par contre vendre 25e quelques grammes de sucres c'est clairement de l'arnaque et c'est là qu'est le problème. Sans parler des nombreuses dérives que ça engendre.
Je pense qu'il y a de meilleurs moyens de faire prendre aux gens des placebo que de les prendre pour des cons en leur vendant au prix de l'or des potions vaudou qui ont été prouvé comme inefficace et il a déjà plusieurs siècles.
Je pense que si les gens savaient comment sont faites leur petites boules homéopathiques plus personne n'est prendrais, donc il faut es maintenir dans l'ignorance et je trouve ça un peu limite aussi...

A prix d'or, c'est un bien grand mot, le tube classique de 80 granules coûte même pas 2e, c'est le prix minimum d'un médicament. Avec ça suivant la durée de ton traitement (qui il est vrai peut durer plusieurs semaines voir quelques mois, d'autant plus que parfois il faut combiner 3 types de granules donc effectivement ça fait du pognon, mais toujours moins que les médicaments traditionnels). Par exemple, le tube d'Apis mellifica que je prends lorsque j'ai mal à la gorge. Un tube ça doit me faire 3 épisodes, donc a peu près 1 année. 2e par an pour se prévenir des angines, je trouve ça très compétitif.
La où effectivement il y a arnaque, c'est pour tout les médicaments qui ne sont pas en petit tube. Ou ce sont des boites qui ressembles beaucoup plus à des médicaments et qui sont prescrits pour des trucs plus coriaces genre acnés ou quoi. Mais il me semble que ce ne sont pas considérés comme des médicaments, il me semble qu'il n'y a que les tubes qui sont remboursés.

Là où ça fait scandale c'est que ces médicaments ne contiennent pas (ou presque pas) de principe actif. C'est ça qui fait jaser les médecins, et effectivement présenter les choses comme si c'était 2e les 5g de sucre ça fait très chère. Par ailleurs en ce qui concerne les process de fabrications j'ai pas de renseignement, mais justement des petites billes de sucres je trouvais pas ça scandaleux (moins couteux en ressources chimiques que tout autre médicament), après si tu as plus d'infos je suis curieux.
[Image: 37qdi.png]
  Répondre
#21
Citation :Contrairement à la pseudo-éphédrine qu'on retrouve dans les anti-rhumes et qui fait jaser le monde médical depuis plusieurs années (même si je sais que pour les membres du forum comme vasoconstricteur c'est du pipi de chat).

Ah, tiens, il me semblait bien que j'avais des règles moins abondantes quand je prenais de l'actifed Big Grin
  Répondre
#22
(29/06/2018 21:18)Xochipilli94 a écrit : [quote="Trickster" pid='595727' dateline='1530300630']

A prix d'or, c'est un bien grand mot, le tube classique de 80 granules coûte même pas 2e, c'est le prix minimum d'un médicament. Avec ça suivant la durée de ton traitement (qui il est vrai peut durer plusieurs semaines voir quelques mois, d'autant plus que parfois il faut combiner 3 types de granules donc effectivement ça fait du pognon, mais toujours moins que les médicaments traditionnels). Par exemple, le tube d'Apis mellifica que je prends lorsque j'ai mal à la gorge. Un tube ça doit me faire 3 épisodes, donc a peu près 1 année. 2e par an pour se prévenir des angines, je trouve ça très compétitif.
La où effectivement il y a arnaque, c'est pour tout les médicaments qui ne sont pas en petit tube. Ou ce sont des boites qui ressembles beaucoup plus à des médicaments et qui sont prescrits pour des trucs plus coriaces genre acnés ou quoi. Mais il me semble que ce ne sont pas considérés comme des médicaments, il me semble qu'il n'y a que les tubes qui sont remboursés.

Là où ça fait scandale c'est que ces médicaments ne contiennent pas (ou presque pas) de principe actif. C'est ça qui fait jaser les médecins, et effectivement présenter les choses comme si c'était 2e les 5g de sucre ça fait très chère. Par ailleurs en ce qui concerne les process de fabrications j'ai pas de renseignement, mais justement des petites billes de sucres je trouvais pas ça scandaleux (moins couteux en ressources chimiques que tout autre médicament), après si tu as plus d'infos je suis curieux.

Si je dis pas de connerie, la ou ça pause vraiment un soucis c'est que les consultation et médocs soit (partiellement)  remboursé par la sécu
  Répondre
#23
(10/07/2018 00:56)Tridimensionnel a écrit :
Citation :Contrairement à la pseudo-éphédrine qu'on retrouve dans les anti-rhumes et qui fait jaser le monde médical depuis plusieurs années (même si je sais que pour les membres du forum comme vasoconstricteur c'est du pipi de chat).

Ah, tiens, il me semblait bien que j'avais des règles moins abondantes quand je prenais de l'actifed Big Grin

looool xD j'aime tellement ce forum <3
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Les inroks parle de PA et de psychonaut. Gaspard 16 162 20/02/2018 13:00
Dernier message: Laura Zerty

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)